Version classiqueVersion mobile

Les Turcs seldjoukides d’Anatolie. XIe-XIVe siècle. Vol. 1 Les sources persanes Ibn Bîbî

Épigraphe

Texte intégral

1Richesse et puissance du sultanat de Konya au milieu du xiiie siècle selon Joinville :

  • 1 MB et HLP : « ferrais », de l’arabo-persan farrâš, celui qui installe les tapis, serviteur, intenda (...)

En ce temps que nous vînmes en Chypre, le sultan de Konya (Izz al-Dîn Kay-Kâûs II) était le plus riche roi de toute la contrée païenne. Il avait fait fondre une grande partie de son or ; et les masses d’or étaient demeurées à découvert au milieu d’un sien château, si bien que chacun qui entrait au château y pouvait toucher et voir. Sa grande richesse apparut en un pavillon que le roi d’Arménie (Héthoum 1er) envoya au roi de France (Louis IX), qui valait bien cinq cent livres ; et le roi d’Arménie lui raconta qu’un ferrais1 du sultan de Konya le lui avait donné. Le ferrais est celui qui tient les pavillons du sultan et qui lui nettoie ses maisons.

2Histoire de Saint Louis, d’après l’édition N. de Wailly, Paris, 1881, p. 60-61.

Notes

1 MB et HLP : « ferrais », de l’arabo-persan farrâš, celui qui installe les tapis, serviteur, intendant.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search