Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

Alter apud Tomam. Lexicologie du soi et de l’éveil à la merveille

De l’étranger à l’étrange ou la conjointure de la merveille Senefiance n°25, Aix-en-Provence, 1988

Texte intégral

Introduction

  • 1 E. HUSSERL, Méditations cartésiennes, 71, 75, 78, 89. 92, 110 (selbst). Id, Idées directrices trad (...)
  • 2 E. MORIN, La paradigme perdu, Seuil 1973, allusion au péché originel.
  • 3 Bl. PASCAL, Pensées, éd. Garnier 1961, 190 n° 455.
    J.P. SARTRE, Huis Clos (Théâtre) nrf 1947, 182 ( (...)
  • 4 E. SURAUD, L'explosion des étoiles, Recherche 186 (mars 1987), 324-33.
  • 5 M.M. DUFEIL, Vision de l'historien coll IRIS, Lyon 1981, 133-55.

1Die unveränderlish Andersheit des Anderen1, l'inaltérable altérité de l'Autre donne, selon Husserl, le fin mot de l'individualisme. A la recherche de son identité paradigmatique perdue2 à l'origine, le Soi qui cache mal le haïssable moi adoré, est aux prises avec l'Autre : l'enfer, c'est les autres3. Pour passer du multiple à l'un, car l'autre est harassant d'être pluriel, on peut le réduire par effraction et écrasement comme font les totalitaires, ou se lover sur soi-même en syntagme d'ipséité fermée comme une naine noire, une étoile à neutrons4. Le trou noir ou l'explosion, le chômage ou le terrorisme, la solitude ou la perte dans la masse sont les alternatives de l'homme pseudo-moderne au défi de son dilemme de soi en paix, éternelle. En trois siècles d'anglosaxonnisme croissant l'individualisme a déstructuré l'Europe5.

2Or il y a une autre éternité, bienheureuse et merveilleuse, à saisir non dans l'altération dissolvante mais dans la communion solvante, dans une dialectique du soi et de l'autre. Aucun moi ne naît sinon des autres et chacun peut continuer la chaîne lignagère de la vie. Respirer rend à chaque seconde un peu de moi à l'atmosphère tandis qu'un peu d'air devient moi prouvant l'inanité parfaite du solipsisme séparatiste. Ambigüe de même, la société est aussi dialectique, elle réprime et protège et, avec les autres m'inclut. Le soi tout seul a démontré qu'il aboutissait au moi éperdu et perdu de foules en masse, d'embouteillages et de camp de concentration. Le besoin petit bourgeois, pour le profit industriel abstrait, de prolétaires séparés de leurs naturelles communautés originelles, a conduit sous nos yeux à la cimentation en une seule masse qu'on peut tuer de neutrons ou gouverner d'un seul prikaz, d'une seule mode télévisée.

  • 6 "Fin notion M. Age, Annales univ. Brazzaville 14 (1975), 53-68.
    AJ. GUREVIC, A-237 ; (mars 1982), 2 (...)
  • 7 La 3, 3 principium indiuiduationis materia signata quantitate.

3Il convient de remonter aux signaux du précédent carrefour où nous a trompés si manifeste erreur. Par dessus les siècles vides qui perceptiblement avaient presque là glissé6 revenons à l'apogée gothique et scolastique où naquit l'Europe libre et naturelle. Revenons à ce jeu du soi discret et de l'autre uni que programmait saint Thomas d'Aquin. Laissant l'individu à sa matière7, il projetait la personne vivante comme axe de l'identité et de ses rencontres. Sa lumière nous ramènera de l'altérité exclusive à notre véritable identité, inclusive.

4Voici donc un survol de lexicologie en ses textes sur cette thématique. Extraneus, peregrinus, aduena, hospes et tous étrangers, avec alienus, aller, alius, aliud et les autres pour déboucher sur la conjointure de la merveille cum-iuncto miraculi.

I.- Etrangers

A. - Problèmes de classement

5Avant même d'aborder la famille diverse et nourrie des étrangers au texte de Thomas, il reste nécessaire de marquer comment s'abordent ici les sens derrière les mots.

  • 8 Cl. LEVI-STRAUSS, La pensée sauvage, Plon 1962, 201, 307, index.
  • 9 K. GÖDEL, The Consistency of the Continuum Hypothesis, Princeton 1940.
  • 10 KONG FU TSO, Yi Tsi et dernière aporie du Lu Yun (Entretiens) qui ne sait la valeur des mots ne sa (...)
  • 11 H. LEHMANN, Les civilisations amérindiennes, Que-sais-je. Puf.
  • 12 P. GILS, th. AQUIN, i de Causis, éd. SAFFREY, Scriptorium 10(1956), 110.
  • 13 M.T.L. PENIDO, Le rôle de l'analogie en théologie dogmatique, Vrin 1956.
  • 14 M.M. DUFEIL, Obscure Clarté, Senefiance 13 (1983), 112-39.

6Entre les admirables classifications de la pensée sauvage8 et la logique de Gödel9, il ne manque pas de lexicographes amateurs de termes exacts : les Mutations de Confucius10 et les prêtres Maya11 avoisinent Aristote. Toutefois la plus parfaite taxinomie est, au vu même de sa souplesse analogiste, celle de l'université à sa naissance scolastique et pertinemment celle de saint Thomas d'Aquin. D'un exemple simple, on a pu noter que notre auteur raffiné emploie sequitur quand il constate, sequeretur pour rejeter et sequetur quand il évite de se prononcer, ce verbe offrant un raisonnement de causalité12. Cependant à l'ordinateur, Thomas apparaît presque capricieux car il ne retient le mot que pour traquer le sens et n'est pas tant lexicographe que lexicologue. Un vocable varie en effet chez lui en suivant le réel, parfois sans crier gare selon questions, contexte, termes liés et surtout selon les potentialités de l'analogie13. Terra est tantôt terre à bêcher, monde visible de l'homo uiator ou l'astre sphérique14. Thomas ne pratique pas la liste léxématique mais vise l'épistémologie impliquée et sa parole relève ainsi tous les possibles de sa langue mentale.

  • 15 R. BUSA sj, Index Thomisticus, Frommann, Stuttgart, 49 vol.
  • 16 IT 21 16, 60 467, 946a = 00034 lire 021 (RF ++) 9/133.
  • 17 2a 2e 147, 4 o 3, ad 3 ; 162, 2 ad 1 l'objection n'est pas d'auteur.
  • 18 IT 21 16. 60 469, 00013, 946a = 60 462, 00024, 945c. CI = NL 7A 111b, 529-31 ex 2, 6 co 124 et 126
  • 19 M.M. DUFEIL, Prière implicite, Senefiance 10 (1980), 246 n 28.
    Id. Vision (cf sup n 5), 145-6 en n (...)

7Le classement grammatical et morphématique de l'Index thomisticus15 par un ordinateur de la deuxième génération laisse transparaître en filigrane mais ne délivre pas cette richesse structurée. Il y faut appliquer un second questionnement sémique et sémiologique cette fois. A chaque péricope classée par un ou deux signes, il convient de renouveler l'intellection loin des simples flexions déclinées, conjuguées, adverbiales etc., par un classement vrai. Depuis dix ans à cette prime partie de mon plan je répète les pièges de l'ordinateur ; il est nécessaire pourtant d'y revenir et de réinterroger cette lexicographie pour construire une lexicologie. Chaque portion de texte de 2 à 5 lignes découpées à l'arbitraire mécanique d'environ 100 signes, tronque parfois la signification et ne vise pas le sens. Sautons la rare erreur d'imprimerie cotant 021 CG alors que 21 veut dire RF et que CG se note 00516 : l'oeil critique la débusque plus vite que le recours à un autre ordinateur… Rappelons que divers textes sont pris aux objections que Thomas expose avant de les réfuter ou de les utiliser en sa réplique : cela ne donne ni sa pensée ni même l'inverse car, à sa guise, il joue à démonter tantôt en refusant tantôt en reprenant, en sa toute autre logique17 : Thomas par exemple refuse que telle citation d'Augustin qu'on lui oppose soit réellement de cet auteur et déjoue le piège où sombre l'ordinateur. Deux textes séparés par la déclinaison dans le listing lexical peuvent n'être qu'une seule occurrence double d'une seule pensée en une même phrase et ce que la machine cite deux fois vu les formes, l'intellection le regroupe sans redondance rhétorique18. Cette fastidieuse abondance d'un même sémème est plus fréquente avant et après Thomas chez saint Bernard et les humanistes, cicéroniens et autres avocats parlementaires. Elle définit le baroque dont Tommaso fut un initiateur modéré19 : ille qui peregrinatur semper de peregrinatione sua cogitet, comme peregrinatur a nobis quoniam nos peregrinamur ab eo, dédoublés à l'index, ne sont qu'un seul effet stylistique.

  • 20 60 456, .. 62, .. 67, 69. IT 21 16, 60 462, 945a 00009 et 60467, 945b 00004 = 4 S 15, 4 a 2 sc 2. (...)
  • 21 IT 21 4 en moyenne 30 occ à la col sur 25 col 263-88.

8L'importance de ces remarques est assez mince et leur sens un peu complexe. L'Index présente 157 occurrences de peregrinus et famille en 14 plots dont seulement 4 sont occupés20 et nos doubles emplois détectés réduisent à 149, tandis que les péricopes répétées aux mots liés aduena, extraneus et plus rarement itinerare, uiator, circuire mundum etc. enlèvent encore au moins 14 apparitions. On en serait à 120/135 péricopes solides mais ce compte n'a pas de sens. En effet l'opposé dialectique, ciuis membre de la communauté, avec un riche réseau de complexe relations où viennent serui, libertini etc.21, nous oblige à regarder l'étranger comme au rétroviseur. Pour esquisser le visage complet de peregrinus jusqu'à ce miroir il nous tombe donc plus de 1 000 occurrences sémiques sous d'autres mots. En définitive, l'exactitude du renseignement est inverse de sa précision et les décomptes informatiques sont d'un piètre et dangereux secours ; à agiter avant de s'en servir. Le rôle de l'Index est supérieur mais du même ordre que la Tabula aurea dressée au 17ème siècle par frère Pierre de Bergame : les lexèmes plus ou moins factices offrent un dictionnaire commode mais insuffisant à construire de vrais lemmes lumineux et profonds, des propositions efficaces qui commandent la démonstration. Pour décrypter la logique du texte et de la pensée de saint Thomas, il ne faut pas suivre l'Index mais raisonner sur lui.

B.- Le cheminement du peregrinus

9A tout reclasser par thème, les 49 volumes passeraient les 200, suivons plutôt l'exemple particulier de notre peregrinus. La famille des étrangers est chez Thomas bien plus riche qu'il n'y paraît au premier regard informatisé. Nos langues et quelques autres soupçonnent toujours l'étranger de faire ombre à la propre personne, d'édulcorer la personnalité, d'aliéner l'identité du soi. Or la pensée de notre maître à travers son lexique nous invite à un autre cheminement.

  • 22 1a 1, 10 figuratif-allégorique, normatif-moral, tropologique-anagogique i.e. ad patriam. Raffineme (...)
  • 23 Sous- titre de J. MARITAIN, Les degrés du savoir, Desclées 1932-1963.

101) Ainsi sur les 118 oeuvres de l'Index, 31 portent peregrinus, à peine un petit cinquième : 20 % de nos péricopes sont aux Sentences, 18 % à la Summa, 3 % aux quodlibeta, 10 % aux commentaires d'Aristote et 30 % à ceux de la Bible. Il n'y a rien ou presque aux traités de (tali.. secreto.fallaciis, ente etc.) ni même aux ouvrages politiques comme de Rege, lettres aux duchesses et à divers lecteurs de Besançon à Venise. Mais 42 % de nos phrases sont concentrées en trois points majoritaires : 16 % en 4 S 7, 15 et 38 ; 16 % chez saint Paul et 16 % en 2 a 2 e, 20 qui reprend et répercute la leçon des Sentences. C'est dire que le sujet est traité par Thomas en thème doctrinal et civique. Peregrinus et sa famille revêt alors trois significations principales qui ne recoupent pas exactement les trois ou cinq sens de l'Écriture, et de toute écriture, tels que les découpe l'École mais plutôt comme notre maître les traitait en deux avec sa discrète originalité22 : sens spirituel (allégorique, moral, anagogique) en second et d'abord en premier le sens littéral (vrai, historique étiologique et analogique). Sur environ 150 occurrences certaines et directes, avec un doute maximum de 10 %, 75 ou 80 s'y rapportent. Le voyage, ses conditions, ses fatigues ne visent pas toujours le pélerinage mais sont en ambiguïté avec lui ; notre texte se refuse à distinguer comme le réel d'alors. Irréaliste déplacé qui voudrait réduire en clarté "cartésienne" à un critère classificateur dirimant, étranger à cette société et à sa mentalité. Sept phrases ainsi traitent de pélerinage-voyage, envisageant seulement l'aspect déplacement. Il ne faut pas - au lit de Procuste - omettre leur véridique double visée. Maintenant, la cinquième génération informatique opère ce délicat marquage que notre Index n'atteignait pas. En fort résumé si 50 péricopes se rapportent au voyage et 30 au pélerinage explicitement sacral, cela découvre le professeur limpide, le péripatéticien lucide qui définit grammaticalement pour que, serré, le léxème puisse délivrer correcte efflorescence mystique : l'analogie ne distingue que pour unir23. Le sens spirituel ne vaut que fondé sur le premier et dans sa violente querelle fondamentale contre Saint- Amour, notre jeune textologue avait vigoureusement rabroué le vieil universitaire qui tirait à son profit les citations, en brume de sens mixés sans discernement, et ne prouvait rien en définitive en ses élucubrations "spirituelles". Saint Thomas ne s'est jamais enfermé en un tel piège et expose la définition soignée pour ensuite faire jaillir l'invisible portée éternelle.

  • 24 2a 2e 144, 3. DS 7, 808-31 ; DTC 7, 192-3, DACL 6, 2748-70. cf inf Hospes.
  • 25 J. DUBOIS, Dic Linguistique, Larousse 8° 1973, 482-3, Etique/émique, behav.
  • 26 s Pol 3, 4 ; s Io 13, 5 ; s Rom 5 fin ; 15, 3 déb. predicare et bonum iter impediuntur a diabolo q (...)
  • 27 CI 2, 6c = NLA 115a 829-30 cf sup n 18, et inf n 32.
  • 28 Mystique de charité : compassion s Heb 13, 1 ; et miséricorde s 1 Tim 5, 2 aboutissement à une mor (...)
  • 29 s Heb 13, 2-9. 2 S 14, 1 a 1 ad 3. i Ps 54, 14 impression étrangère.

11Peregrinus désigne donc celui qui est étrange et lointain et aussi ceux qui passent ici transeuntes24 et l'on voulait certainement y maintenir l'ambivalence du pélerin et du pérégrin qu'entraîne toute xénodokia. A "Yétique" factuelle, un mot ne devrait avoir qu'un sens mais à "l'émique" du comportement le behaviourème implique un regroupement culturel25. L'analogie scolastique s'en agrémente mieux que l'analyse individuante pseudomoderne. L'itinérant passant uadens ad predicandum, voyageur négociant etc.26 est l'anti-manant ; le pérégrin extraneus différent de Yaduena, n'est pas ciuis comme serui, libertini, orphelin, impotent mendicantes, operarii, eunichi, abiecte persone qui cependant résident manere27. Il peut être hospes et même bénéficier des quatre opere misericordie de la xénodokia chrétienne : saluer, étancher la soif, apaiser la faim, abriter le sommeil ou panser les blessures en sourire d'amitié28. Mais il s'oppose même à l'aduena qui advient, arrive d'alibi et est interprété comme l'aubain venu à l'aube et occasion d'un prélèvement exceptionnel, aubaine ; mais ces termes franciens sont naturellement absents chez Tommaso. L'aduena, immigré peut vouloir rester, travailler s'insérer ; le pérégrin qui alio tendit reste celui qui ne demeure pas mais traverse (per, à travers)29. Comme émerge à l'homme en étrangère, la concupiscence.

  • 30 M. MOLLAT, Hist. de la pauvreté 2 vol. Sorbonne 1974. P, 174 et index.
  • 31 CI 2, 6. 4S 14, 1 a 5 ; 15, 1 a 4 obj ; 5. i Ethic 9, 12 n 1.
  • 32 Uirt 2, 7 (inf n 42). s Pol 2, 4 querelles : cohésion i Ethic 8, 3 n9.
  • 33 Eu 10, 752-5 tumulus et mégalithes. R. MARTIN sépultures tumulaires.
    EU 14, 890c. H. BENGSTON 3 B-9 (...)
  • 34 M. de CERTEAU sj, Hagiographie EU 8, 208 saint = festif = vacances. A.D. DUPRONT, Le sacré nrf. Id (...)
  • 35 E. DEMOUGEOT, Formation de l'Europe, Aubier 4° 1969 : 11, 14, 20, 27, 35, 46, etc. L. MUSSET, Inva (...)
  • 36 Que muero porque no muero Obras 1066-69 ; trad. fr. Seuil 1949, 1551 sv.
  • 37 4 S 11 a 2 sc 1.
  • 38 RF 149 + 14//. Domestici Dei s Math 25, 2/.
  • 39 RF 9. s 2 Cor 5, 2 cf sup n 30. 2a 2e 28, 1 ad 1.

12Le pélerin est celui ou celle qui va au tombeau de saint ou au non-tombeau de Jésus ressuscité ; modèle différent du paroissien, prédicant ou pénitent il est pieux et pauvre du Christ30. De son mouvement propre d'ascèse, curiosité et/ou manie ambulante ; soit sur ordre pénitentiel pour réparer tel grave péché31. Ces deux axes torsadés ensemble, on a vu des pénitents revenus de Compostella déçus de leur vie, de leur femme ou de leurs taxes repartir aussitôt motu proprio. Devenu genre de vie, le pélerinage évoque le nomadisme ancestral, les invasions, les bandes32. Cette route étoilée, étalée au ciel diffus qui mène à Santiago, la voie lactée, était sur cinq millénaires le drapeau du parcours inscrit au firmament par ordre évident du ciel et qui des campaniformes au Monte Bego avait beaucoup servi de Galice en Galicie et de Khurgan en tumuli33. Route du héros ou de l'ancêtre obscur ou du nocturne martyr du saint34, elle longe forêts et monts des murailles alpestres qui la gardent à senestre, vers l'océan sans terre, l'au-delà où le soleil ne se coucherait plus, le jardin des hespérides et des délices aux étranges merveilles, vers le paradis ; comme la pénitence35. Pénitence ou voeu de pélerinage que parfait le vœu supérieur de croisade, se dissolvent à l'entrée en religion, en profession de sainteté. Les saints en effet ne cherchent rien d'autre que peregrinari a corpore comme au cri sublime de Teresa : Que muero porque no muero36. Près de la moitié de nos passages est explicitement de sens spirituel, anagogique : à part les malheureux qui vaquent hors doctrine, voire athées hors foi, agnostiques et païens, le peregrinus est surtout le uiator, post peccatum in hoc mundo peregrinante qui traverse la vie terrestre en direction de la patrie37. Ultima perfectio hominis in quietatione intellectus et uoluntatis38. Plus mystique que textonar-ratologue ou professeur même de tradition, Thomas ne donne pas le paradis en patria mais Dieu même : extra patriam nostram qui Deus est39.

  • 40 1a 2e 102, 4 ad 10 ; 103, 3 ad 4 ; s Io 7, 1-2-3.
  • 41 2a 2e 23, 5 c. Uirt 2, 7 c. s Pol 3, 4 n 5 (sens grec de colonie).

13Précieux déponent, le passif peregrinor s'active à dialec-tiser maneo comme le nomade s'oppose au sédentaire jusqu'à la scenopegia des tabernacles40 ; l'itinérant ou passant au présent, au manant s'oppose ainsi. Comme font les impressions externes que Thomas après Aristote dénomme étrangères et qui déroutent l'esprit ou le cœur en civilisation rurale calme et enracinée. Au regard des millénaires d'instables parcours de chasse ou élevage, nos campagnes brèves et récentes n'ont jamais cessé d'être parcourues en frisson de bandes, de militaires et Wisigoths en goguette, et rouées d'envahisseurs divers. Gyrovagues, chemineaux, gens non enracinés, en quête de travail, d'aventure, de Graal ou de mystique ; rêve héroïque et brutal que le marin poursuit mieux que tout autre. Le pélerin est pieux, enraciné dans l'Église, le pardon et la grâce, le pérégrin est un voyageur occasionnel ou professionnel, voire structurel qui veut d'ailleurs à boire, à manger, à dormir, à travailler sans pour autant s'installer, sans devenir membre de la communauté, sans s'intégrer ; car on ne saurait confondre l'hôte et le familier, le reçu et le citoyen ; toutefois l'amitié au consanguin, plus complexe, se distingue de celle - unique - que l'on accorde au citoyen et/ou au pérégrin41. Le cas des colonies à l'antique, nées d'une même mère-patrie, fait ainsi réputer ciuis un étranger de cette même origine. L'amicitia, communication naturelle, comporte donc deux degrés, pour les siens et pour tous les autres, la domus d'un côté, mesnie, ostal… et de l'autre le domaine public comprenant patrie et étranger. Beaucoup de Maghrébins et de Français sont aujourd'hui de cet avis, qui veulent cohabiter voire co-voter mais sans s'inter-épouser ; intégration sans enracinement.

  • 42 IT 2 L 1, 759, 02359, 34 occ notées, i Ps 38, 3, fin.
  • 43 s Heb 11, 4.
  • 44 ibid. ce qui traduit plutôt l'immigrant établi : metoïcos
  • 45 1a 2e 104, 4 c ; 105, 3 : x 3, c, ad 2.
  • 46 Ruth 2, 10. La vulgate a 86 aduena dont 19 liés aux mots proches ; 81 aduenire-aduentus ; 20 extra (...)
  • 47 Digeste 45, 3-11. Transeuntibus, passants. 2a 2e 144, 3 c. i Iob 28.

142) Aduena42, celui qui vient vers, est en rime féminine un mot des trois genres pour désigner l'étranger qui arrive aduenire diamétral dialectique de peregrinus qui alio tendit43 en somme celui qui s'en va. Il vient d'ailleurs, n'a pas de maison, peut résider sans demeurer là où il est saisi hors programme immédiat de départ nec tendit alius ire44. La répétition stylistique des mots réduit les 34 occurrences à une trentaine mais toute la famille vient à la rescousse aduenire, aduenientia ce qui entraîne à considérer tous les termes proches, même d'un radical différent comme tous ceux de notre étude avec leurs inverses hospeslciuis aux environs du millier de péricopes. l'idée d'aduena en ce sens apparaîtrait une centaine de fois dans le système sémiologique global de saint Thomas d'Aquin que nous tentons de survoler sur plus de cinq milliers de passages. Ici sur la 30/40 aine d'aduena et voisins immédiats, 20 textes de 2 à 5 lignes portent explicitement ces mots et ne se tirent que de 9 des 118 numéros d'œuvres de notre Index. L'emploi se présente 9 fois au commentaire de la Politique d'Aristote et 8 à celui de l'Epitre aux Hébreux ; 14 pour tout le nouveau testament et 7 pour l'ancien qui font 21 fois la Bible. Il ne reste que 4 occurrences pour la Summa Theologie dont 3 au même article45. Il s'agit en quelque sorte d'un vocable banal utilisé en terme rare comme taxon pour traduire le grec xenos et parfois metoïkos plus exactement que saint Jérôme qui traite Ruth de peregrinam mulierem alors qu'elle s'installe. Pire, confondant migrant, émigrant, immigrant Jérôme donne souvent deux ou trois mots à la fois peregrinus et aduena ou uiator : la taxinomie ne date pas des cultures littéraires antiques mais du professorat moderne, scolastique46. Un mélange entre le statut de l'étranger ou métèque dans les cités méditerranéennes et celui des similaires dans les villes, républiques ou royaumes de notre 13ème siècle est éclatant, parce que la différence n'est pas plus grande dans la réalité qu'au texte de Tommaso puisqu'à larges rasades le droit de son temps s'abreuvait à Justinien comme à la Bible pour s'y mouler47.

  • 48 s Pol 3, 4 n 6. Susceptio 1a 2e 104, 4 ; 105, 3 + 11//.
  • 49 1a 2e 105, 3 ad 2. s Pol 3, 4 n 1-2-6 (IT 02359, 1-2, 759b).
  • 50 s Pol 3, 4 n 5 (2 occ).
  • 51 1 a 13, 7. 3 a 16, 6 ad 2+ 15//. 1a 2e 74, 1 ad 2 + 6//. s 2 Tim 3. s 1 Cor 13, 3 fin où st. Paul (...)
  • 52 i Is prol mil. i Ps 12, 3. 3a 36, 1, 40, 1 ad 3 + 20aine//.
  • 53 4 S 20 3 a 3 qua 2. 1a 2e 10, 2 ; 3 ad 3. s Pol 4, 4 n 5 cf sup n 49.
  • 54 s Pol 3, 4 n 1 contre s Heb 11, 4 + 3//.
  • 55 s Io 19, 3.

15Ni familiaris ni uicinus, ni du lignage ni du village, aduena n'est pas ciuis. La cité tient de fait une hiérarchie aristocratique d'Aristote à la Bible avec quatre préceptes judiciels : princes, concitoyens, domestiques, extranei (peregrini, aduene, uicini, hospites)48. Proche ainsi du serf, de l'enfant, de la veuve et de l'orphelin comme de l'eunuque voire des abiecte persone, il exprime l'irruption de l'autre, celui que la communauté n'honore pas49. Le verbe aduenire dans les deux sens signalétique d'apparaître (l'heure arrive) ou de venir juste (de la campagne) et toute sa famille sont ici lexématiquement en cause. Les rapports avec des termes liés comme hospes se doivent enrichir de terra aliena, mansionem manentem et democratia50. Y préside un concept logique de type aristotélicien : relatio realiter potest alicui de nouo aduenire sine mutatione ce qui renvoie à la conception péripatéticienne du mouvement. Adueniente gratia in peccato originali…adueniente perfecto, l'imparfait disparaît ou se sublime car l'autre est apte à granitiser, à se fondre ou à recomposer un nouvel ensemble51. Les trois sens déjà détectés en peregrinus se retrouvent et recoupent les trois avènements aduentus in carne, in mente, in gloria52. Comme d'habitude, les trois-quarts des occurrences portent sur le sens littéral, descriptif, d'étranger à la cité. Aux commentaires bibliques, huit péricopes visent une morale de l'hospitalité : il faut exaucer ces affligés, les accueillir, les consoler avec confiance et amitié mais on ne distingue plus comme au pérégrin les oeuvres de miséricorde. Notre théologien précise que Yaduena a droit53 aux indulgences comme est citoyen son fils d'une citoyenne. L'Italien de Paris n'est pas obsédé par la non assimilation des immigrés qu'il considère au moment de l'entrée uenientes ad habitandum par opposition au pérégrin qui intendit ulterius ire54, celui-ci n'a pas de sentiment au pays dont il émigre. Au sens spirituel de la patrie céleste qui constitue l'homme en passant sur terre, peregrinus convient mieux sauf en trois textes isolés et puissants où les Goym, gentiles, sont conviés à l'Église55.

  • 56 E. BENVENISTE, Vocabulaire des Institutions indoeuropéennes, 360-61 et 370-71. IT 219, 1017-18, 33 (...)
  • 57 4 S 27, 1 a 2 ad 1. Allegata : l'Eglise juge sur témoignage ; autre peut être le non-consentement (...)
  • 58 s Pol 1, 9 n 1-3-7-10. 2a 2e 135, 2. Métonymie : banausus artifex qui opere sue artis maculat corp (...)
  • 59 s Pol 3, 4 n 4.
  • 60 Ibid. n 3-4-15.
  • 61 s Ethic 4, 7 n 14. 2a 2e 135, 2. Il s'agit évidemment de : leïtourgïa.
  • 62 4 S 41, 4 a l. s Rom 8 mil. Malo 15, 3.

16La famille contrastée des portes et de la place publique fores, forus, forum qui a à voir avec fortuna, fortitudo, fortificatio, forma dans de lointaines et graves étymologies de for56 n'a pas ici autant d'impact et est presque hors sujet. La place de réunion pourrait paraître réservée aux citoyens mais le marché qui parfois jouxte y rencontre aussi le commerçant, le passant, l'étranger comme l'étrange du bateleur (27 textes). Très concentré sur 19 œuvres, la moitié de ces textes sort essentiellement des Sentences au commentaire du livre 4 (76 passages) et 1/3 soit une quarantaine pour les seules questions 18-19-20. Le tribunal est l'élément premier et dans 42 cas il s'agit du tribunal de plaid, civil ou ecclésiastique qui ne concerne pour ainsi dire pas l'étranger. Le tribunal de la confession pour 71 cas et celui de la conscience qui n'est pas le jugement de Dieu (37 cas) ne connaît pas la notion d'étranger57. Bien des textes naturellement font double emploi ou plutôt visent deux de nos catégories à la fois. Le forum de la Rome antique est absent comme l'aubain : ce mot populaire francien n'intéresse pas l'intellectuel latin. Mais banausia58 mérite mention car ce terme quelconque étira ici son ambigüité, depuis la signification hellénique originelle de four, foumier, cuisinier étendue à tout manuel salissant jusqu'à la banalité du four et autres artisanats communautaires de notre 13ème siècle. Les artisans et mercenaires operarii, ouvriers, peuvent être serui, domestici, peregrini ou en démocratie ciues59. Or, bien qu'avec les agriculteurs ils soient la base du bien-être, ils ne sont pas les meilleurs sauf parfois d'excellents artistes devenus princes60. Le mot passe à l'allégorie pour viser le mécénat et la prodigalité : superabundat in sumptibus magnis qui uocatur bannausus quasi in fornace sua consumens excedit magnificum61. La fornication, de fornax et la luxure qui luxe et dépasse, ne sont pas loin62.

  • 63 IT 21 10, 872-3 : 38256-59-65-67-75-76-78 ; 95 occ sur 7 mots.
  • 64 Cf sup n 31 : MOLLAT et P. Quasi Uiator i Ier 14, 2 = Ier 14, 8. Ci 2, 6. s Heb 13, 1. 2a 2e 188, (...)
  • 65 s Matt 1O, 1. Mal 1, 5 o 14. IT 872c n 8 et 11 (sup n 64).
  • 66 2a 2e 188, 6.
  • 67 Gen 18, 1-16 ; Heb 13, 2. Salut ang 1 ; s Mat 10, 1.s Io 8, 1-11, 1 ; 12, 1-8 ; Lc 10, 38. 2a 2e 1 (...)

17Hospes et son aura lexicale ou sémèmique63 est davantage au cœur des préoccupations de saint Thomas, au vif de sa thématique en notre sujet. Les mêmes doublets, redites et liaisons qu'à nos précédents paragraphes s'y retrouvent comme nos remarques de doute quantitatif et d'examen qualitatif. Mais les liens à pauper dont on connaît la place dans les querelles et idées du temps64, à eleemosyna, misericordia, compassio et à divers corrélats du même type, lui accordent une vive importance dans la pensée thomasique : une mystique de la charité débouche sur une morale sociale qui clarifie patria, ciuis et "étrangérité". Tout est dû à ce non-citoyen parce que tout homme, citoyen ou non de telle cité terrestre est toujours citoyen de Dieu. Tabernaculum ou aduentitia, tout ce qui sépare l'étranger n'est que raison de lui offrir salutation, gaieté, protection, savoir vivre conuiuandum, compassion, prédication pour le convertir à la bonne nouvelle et jusqu'à l'ensevelissement respectueux65. Il faut aussi aller chercher le malheureux au loin car la principale des œuvres caritatives potius est redimere captiuos66. Définisseur serré, péripatéticien, de la communauté et du respect dans l'ordre des préférences entre famille, profession, cité etc., Thomas ne théologise cependant aucun absolu sur terre et aucune patrie ni politique ne permet la fermeture à l'homme ; il est plus proche de Montesquieu que de la sociobiologie raciste. L'altérité ne saurait virer à l'aliénation. Abraham, ce bédouin néolithique modèle d'hospitalité devient ainsi modèle d'accueil convivial comme le Béthanie de l'amitié67.

  • 68 Alicuius quod est extranee nature dicitur enim aliquis solus esse in horto quamuis sint ibi multe (...)
  • 69 IT 2 1 10, 873-6 : 38283 ; 318 occ. Bouche, entrée : M. M. DUFEIL, Prière, Senefiance 10 (1981), 2 (...)
  • 70 1a 2e 101, 4 ad 1 ; 102, 4 ad 2 ; 2a 2e 24, 3 ad 2 ; 111, 1 ad 1.3a 22, 1 ad 2 ; 37, 3 ad 4 ; 47, (...)
  • 71 IT 21 10, 280-83. perfecta dei fruitio 3 a 52, 3 ad 3 ; sine successione 1a 2e 67, 4 ad 2. Centain (...)

18Outre ces répétitions, il faut inférer du latin de saint Thomas à sa conceptualisation où hospes après hortus68 qui manifeste l'ambivalence de la solitude, s'oppose à hostis et se rapporte à hostia69 aufhebung de toute dialectique. Sur base de os, du sacrifice d'un animal ou du prisonnier à celui de Dieu, tout cela est en définitive communion, c'est-à-dire gage de la patrie au cours de cette hospitalité où nous retient la terre70 avant notre gloria71.

  • 72 IT 21 9, 902-07 voire 495-917 ; 31558e-560, dans les 470 occ. Hostis 1a 2e 105, 3. s Ef 2, 4-6-16. (...)
  • 73 1 S 36, 1 a 3 c.
  • 74 s Io 9, 1 fin. intimité littérale, salive ; spirituelle, vision.
  • 75 2a 2e 22, 2 ad 1.

19C. - Le mot final de ce premier balayage et qui les regroupe tous est évidemment extraneus : similiter de extraneis i.e. de peregrinis aduenis, uicinis et hostibus72. L'immigrant, aduena qui extraneus uenit in ciuitate ou l'hôte, pérégrin reçu à la domus sont de notre thème. De même tous les ex - puisqu'à partir d'exclusio ce préfixe nous mènerait à un volume de 40.000 occurrences et 200 mots en face de la famille des in - d'environ 100.000 numéros sur 700 mots et dont on sait que cette dernière préposition note diuersas habitudines secundum quod iungitur diuersis73. In marque même l'intimité comme celle de la salive à soi-même qui signifie la saveur de la contemplation74. Les ex où saint Thomas distingue extraneus d'extrinsecus75 expriment la contrariété dialectique et sont donc au principe du mouvement. L'extranéité thomasique est alors un concept original, utile à l'analogie et topique de notre maître comme de sa souplesse taxinomique qui distingue, englobe, dirime. Ce concept revêt l'allure d'une échelle analogique à n dimensions.

  • 76 i Metaph 1, 13 n 2 ; 4, 4 n 5. i Phys 5, 4 n 4 ; 8, 13. s Io 8, 4 s Rom 11 ? 5.DDN 4, 8
    Uer 5, 8 ad (...)
  • 77 Pa 1, 29 n 1-8. DDN 11, 3. 1a 2e 18, 7. CG 2, 35 n 4.+ 7//.
  • 78 1 S 21, 2 ad 1 ; 2 S 30, 2 a 1 o 5. Uer 12, 2. PA 1, 15 n 5 ; 16 n 1 ; 17 n 1-3 ; 29 n 1-4- 6-8. i (...)
  • 79 Uirt 2, 13 ad 6. s Ethic 11 mil.
  • 80 Pot 4, 7 ; 7, 10 ; 10, 4.
  • 81 Pot 9, 2 ; 10, 4. de Ente 1. BH 2. NA 1. 1a 2e 7, 1 ad 3 ; 35, 8. 1 a 77, 7 ad 2.
  • 82 2 S 10, 1 ad 2. 4 S 49, 3 a 3 qua 3 ad 3. 1a 2e 24, 1 ad 3 ; 33, 3 ad 4.
  • 83 1 S 21, 2 a 1. RF 43 + 7//. Anim 18 o 12. NG 11. BH 2.
  • 84 1 S 81, 19 a 1 ad 1. DDN 9, 2. Pot 7, 4. CG1, 39 n 4 ; 4, 41 n 3. 1 a 5, 3 ad 1 ; 4 S 11, 2a 2 qua (...)
  • 85 4 S 47, 2 a 1 qua 2 ad 1. CG4, 11 n 2. 3a 75, 5. s Anim 2, 23 n 1- 5. chaleur 1 a 3, 6.
    i Ps 13 deb (...)
  • 86 4 S 47, 2 a l. DDN 11, 3.
  • 87 Extraneum uerbis que ego loquor s Gal 1, 3. i Pol 2, 6 n 6 ; 3, 5 n 5. 1 a 1, 8.
  • 88 i Sensu 11, 7 ; 14, 10 i Anim 2, 21 n 1-2-6 ; 23 n 1-5-14 ; 3, 1 n 7.
  • 89 1 a 90, 1 ad 1.
  • 90 Distraction cf sup n. 83.
  • 91 Uer 7, l a d 3.
  • 92 i Is 28. s Gal 1, 3. s 1 Cor 14, 2-5. s Heb prol. 2a 2e 176, 1 ad 1. H. WEINRICH, Communications 4 (...)
  • 93 1 S 8, 1 ad 1-4, 24 2 ad 1. 3 S 3, 4 a 1.
  • 94 CG3, 108 n 4. Uer 10, 7. PA 15 n 5. i Anim 2, 17 n 2-8. ADq 3, 18 ab. UI 1.
  • 95 i Anim 2, 21 n 1-5-6, 23 n 1-13 ; 3, 1 n 7. ADq 3, 12 a : aliments = extranea.
  • 96 i Ps 6, 5 ; 13 n 1 deb 1 a 3, 6. 3 a 51, 302 + 5//.

20La première prise d'un si riche ensemble est évidemment, péripatéticienne, l'extranéité logique. Extérieure à la nature de la chose, car Thomas n'est pas nominaliste, elle vise le paradigme du syllogisme par la médiation de la mineure76 et constitue la discrétion soit la distinction de l'individu d'avec tout autre comme diffère l'effet de sa cause77. Cette extranéité peut être au genre, à la nature, à l'espèce, à la potentialité, à la définition ; mais on ne saurait conclure à partir de principes étrangers78 comme géométriser sans moyens géométriques79. Aucune substance ne procède de principes étrangers et l'accident est extraneus a natura alicui inest extraneus coniunctus80. Aussi l'accident d'accident comme la couleur d'une surface n'est sujet sine per substantiam81. Ainsi la distraction surtout sensitive gêne l'acte82. Cette exclusion nie la nature étrangère, la réduction par agent étranger83. La mixture, sauf en faible proportion admixtio extranei, aliquid super alterum trouble ou transforme l'intégrité d'une chose : l'eau dans le vin où il s'agit d'Eucharistie, du Christ sub aliena specie84. Ainsi le sel dans la cuisine, le feu et la chaleur putrefactio expulsio caloris a calore extraneo85. Purger est justement séparer l'autre pour que le distinct soit discret86 et ce serait étrangériser un discours que de le tirer hors de son intention87. Toucher88, respirer89, distraire90, interpoler un livre91 ou une langue étrangère92 donnent avec le rire93, la couleur94 et le goût95 autant d'exemples à Thomas de l'extranéité. L'âge aussi car vieillir est en quelque sorte devenir étranger aux siens96.

  • 97 2410 occ IT 214, 17100-05 ; 263-88. CIUI (s-tas-lis-litas-tatum).
  • 98 i Phys 2, 14 n 7. s Heb 5, 1, 9, 1.
  • 99 2a 2e 154, 12 o 3. i lob 31. 4 S 36, 1 a 2 o 4 ; 42, 2 a 1 ad 7.
  • 100 3 S 10, 2 a 1 qua 1 ad 2. Mal 2, 6. 1 a 35, 3 ad 3. 2a 2e 154, 3 o 2.
  • 101 3a 36, 8 o 2-ad 2 = Chrys., hom 2 op omperf PG 56 (spuria), 637 mil très proche du s Mat authentiq (...)
  • 102 s Pol 1, 1 n 15, 2, 1 n 15, 12 n 3. s 1 Cor 14, 2. s Rom 1, 5 ; 6, 4.
  • 103 i Iob 15 et 34. i Ps 17, 25. i Is 14. s Mat 22, 3. s Pol 2, 4 n 2.
  • 104 s Pol 2, 4 n 2 ; 17 n 1. s Mat 13, 4. s Gal 2, 6. Cf sup n 61.
  • 105 1a 2e 106 sv contre 105 = AT. s Pol 2, 4 n 2 ; 17 n 1. s Gal 2, 6.

21La deuxième extranéité, politique, est l'ensemble des inverses de la citoyenneté qui d'ailleurs a deux degrés : le chef de mesnie siège et parle au conseil ; l'habitant ordinaire fils, adopté, femme, enfant, vieillard, serviteur et dépendant est aussi citoyen, passif97. L'étranger sur lequel on prélève une taxe est à part. Dans un groupe, un collège, s'il y a quelqu'un d'apte, on ne doit pas prendre un étranger98 comme l'adultère qui envoie son patrimoine à l'étranger tandis que l'inceste étrangérise un intime99. On peut toutefois vendre à l'étranger, même un serf, ou hériter de lui100. Il serait sot d'annoncer à un roi régnant l'avènement chez lui d'un étranger comme le firent les Mages à Hérode ce qui, selon saint Jean Chrysostome, signifie leur absence de peur à mourir pour le Christ et renvoie d'une politique non-mondaine au mystère supra-mondain101. La notion d'étranger s'étend d'autre part à toute une culture avec laquelle on ne communique pas et qui définit le barbare ; soit quoad, simpliciter étranger à tel être ou chose - car on est toujours le barbare de quelqu'un - soit quo étranger non à la langue ou aux mœurs de celui qui s'exprime, mais à toute raison, le terroriste irrationalis102. Le tyran a beau avoir des familiers, tous lui sont étrangers103. Moab, ou la Crète et ses envahisseurs, montrent la Bible et Aristote concourant au même Thomas en procès de constituer sa thématique et ses taxons. Parfois les étrangers, armes à la main, changent les princes, parfois ils rencontrent les sages et parfois ils sont dominés, chargés des travaux inférieurs et pénibles comme l'agriculture d'ordinaire confiée aux citoyens et qui base toute richesse104. Les lois furent diverses pour les citoyens et les étrangers selon - vu en sus princes et domestiques - quatre principes judiciels, avant la loi nouvelle. Unique pour toute l'espèce, celle-ci ne laisse de variation que règlementaire car la cité antique, païenne et captive a été rachetée par le Christ105.

  • 106 Ar : s Pol 3, 1 n 5. RP 2, 3.
  • 107 i 1s 54-60. s Pol 2, 15 n 12. S Ethic 4, 7 n 9. i Io 15, 34. DDN 8, 5.
  • 108 Pot 5, 3. 1 a 2, 1. Uer 5, 2 ad 6 ; 18, 6 ad 7. CG2, 78 ad 2 + 1 100aine//.
  • 109 4 S 40, 1 a 4c. 2a 2e 31, 3 ad 2. 3 S 29, 1 a 6 ad 5 ; 31, 2 a 3.
  • 110 s Pol 3, 2 n l. 2a 2e 31, 3. 4 S 15, 2 a 1. RP 2, 3.
  • 111 s Pol 3, 1 n 5. 1a 2e 105, 3. 3 S 18, 1 a 4 o 1. 1a 2e 98, 5 o 3.
  • 112 2a 2e 31, 3 o 1 c (ad 1. CG 2, 6 o 44. 3 S 18, 1 a 4. 4 S 18, 2 a 1-4.
  • 113 2a 2e 31, 3 o 2 et toute question charité, joie tristesse. Résumé sur l'ordre des amours : AMOR co (...)
  • 114 4 S 42, 2 a 1 o 4-7 ; 47, 2 a 1 o 3-ad 1. 3 a 3, 5 ad 2 ; 23, 101 + 10//. Cf 3 S 29, 6 ad 5 + 32// (...)
  • 115 Uirt 2, 9 ad 14-15. 2a 2e 102, 3 ad 3. Cf sup n 99-100. M.M. DUFEIL, Folle sagesse coll Amiens Ima (...)
  • 116 1 S 21, 2a 1. 1a 2e 105-106.
  • 117 s Pol 2, 4 n 8. 3 S 29, 1 prol ; a 6 o 1-sc ; 30, 1 al ad 4. s Mat 10, 2. Mal 10, 2 ; 12, 4 ad 3. (...)
  • 118 3 S 31, 2 a 3 qua2. 2a 2e 26, 13. Q 4, 8 a 4 sc.
  • 119 3 S 29, 1 a 6 o 1-2-34-5- - sc 1 ; 31, 2 a 3. Uer 27, 3 ad 14 + 16//.
  • 120 s Ethic 8, 9 n 7 ; 12 n 15. s Pol 2, 4 n 8-15. i lob 15-31. i IS 13- 19-56. s Col 4, 1. 3 S 33, 3 (...)

22La collusion avec des gens différents corrompait chez Aristote les moeurs des citoyens : d'un amour encore peu confirmé pour le bien public les étrangers peuvent tenter quelque chose contre le peuple auquel ils ne participent pas spontanément106. La rébellion s'explique contre des princes étrangers : ces persécuteurs107 parfois transitus ad contraria expriment la dialectique thomasique du mouvement de l'Église et de l'histoire corruptio illius generatio alterius108 mais aujourd'hui les consanguins éloignés avec qui n'est aucune alliance, n'ont pas plus d'amitié que les étrangers et la république entière109 peut préférer un arbitre alienigenus pour arbitrer ses factions : on ne reprochera pas à l'Italien d'ignorer la podestatia, in hoc prefertur extraneus coniuncto secundum carnem. Tout dépend du cas et en extrême urgence on peut confisquer les biens des étrangers alors que mieux vaut les accueillir pour augmenter le peuple110. Or l'assimilation se mérite par l'observation des lois de la cité111. Parmi eux, les indigents reçoivent la première attention propter maiorem indigentiam112. La grande affaire d'époque est de savoir quand il faut préférer qui : magis liberare patrem a morte quam extraneum, magis iuuare extraneum conmilitonem quam consanguinem hostem113. Il est plus grave de frapper son père qu'un étranger114 : filius a patre, le fils né du père en est image parfaite, l'autre imparfaite, et chacun doit honorer ses parents115. Préférer d'ordinaire ses propinqui ne saurait exclure personne de la communauté naturelle de l'espèce116 car en loi nouvelle c'est l'Église en devenir, et tout homme est prochain. Or il y a des extranei magis coniuncti Deo quam proximi117. Beatus in patria plus diligit meliorem extraneum quam proximum minus bonum mais sur terre même un prélat magis debeat suis quam extraneis prouidere118 tout en conférant les bénéfices ecclésiastiques extraneis si meliores119. Il doit aussi rendre raison de ses biens propres et de ceux des autres in quantum pertinent120.

  • 121 3 S 29, 1 a 6 ;3 1, 2 a 3 ; 37, 1 a 2. 4 S 42, 2 a 1. 2a 2e 104, 4 ; 105 prol et 2 ad 2 ; 3 ad 1.
  • 122 s Pol 2, 8 n 15. 2a 2e 42, 1. 1a 2e 87, 8 o 3-ad 3.
  • 123 CG3, 12 n 5-6 ; 4, 22 n 6. 4 S 35, 1 a 3 o 6. 2a 2e 154, 12 o 3.
  • 124 2a 2e 154, 9 cf sup n 99. AD 3 s 21 q. 4 S 47, 2 a 1. i Metaph 1, 6 n 7. Uer 26, 8. CG 3, 125 n 6. (...)
  • 125 4 S 41, 1 a 5 o 2 - a d 2.
  • 126 3 S 26, 1 a 3. Uer 26, 4 ad 6. s Ethic 4, 14 n 7. 1a 2e 35, 8 c + ad 9 ; 41, 4 ad 1. 2a 2e 35, 4 a (...)

23L'amitié humaine est due à tous comme l'aide et la conversation pacifique, dès Aristote et Job et davantage en ordo caritatis121. La rixe interne s'appelle guerre avec les autres mais on ne punit ni un étranger ni un fils quoiqu'il faille être plus inflexible avec les siens122. Epouser l'étranger supprime l'extranéité plus homo tenetur uxori quam extraneo123. Cette pénétration donc d'une qualité, d'une passion externe n'est pas forcément mal amor coniungit extranea alors que l'inceste étrangérise un intime124. Dans un procès matrimonial au sujet par exemple d'un empêchement dirimant perpétuel repelluntur extranei ut suspecti si consanguinei tacent qui probabilius sciunt125. On voit le raffinement complexe de l'attitude thomasique sur un tel thème et la variation contrastée sur quatre sentiments de base : dégoût, anxiété, envie, miséricorde qui saisissent concrètement l'homme devant l'étrange et l'étranger et forment une espèce de tristesse126. Comme l'espoir antonyme de la crainte est du propre et non alienum ; cependant on peut expectare auxilii alieni.

  • 127 2a 2e 184, 2 ad 3. Uirt 2, 8. Perf Spir 14, 3 S 31, 2 a 3 o 1. 4 S 7, 3 ad 1. 1a 2e 26, 1 3 o 2- 3 (...)
  • 128 CG 4, 7 n 24. i EF 2, 6. Uer 12, 2.
  • 129 iPs 24 mil.
  • 130 Mat 28, 19. Apoc 7, 9. 1a 2e 102, 4 ad 1 ; 106, 4 ad 4. 2a 2e 176, 1. s Mat 24.
  • 131 s Heb 13, 3.
  • 132 s Ethic 9, 9 n 6.
  • 133 i Sym apo. 4. Sal angl. RF 9. i Io 8, 4. 3 a 23, 1 ad 1.
  • 134 i Ps 13, 1. i Mat 6, 5. C 14, 5 o 5.
  • 135 i Mat 13, 4 ; 27, 2 (Simon de Cyrène) ; 16, 2 ; 24, 1. i Io 2, 3 ; 19, 3.
  • 136 3 S 37, 1 a 6 o 1. 4 S 33, 2 a 2. 1a 2e 105, 3 ad 3, 108, 3 ad 2. 2a 2e 78, 1.
  • 137 3 S 13, 1 a I ad 1 ; 18, 1 a 4 o 1 ; a 6 ad 2. CG 3, 54 n 9. Mal 13, 4 ad l.
  • 138 i EF 2, 6. 4 S 3 a 3 ad 1. L page 72.
  • 139 1 Io, 4.1a 2e 35, 8.
  • 140 1 a 27, 1 o 1. CG 1, 82 n 1. s Mat 1, 4. pot 7, 2 ad 9. 3 a 23, 1 0 1 -ad 1.

24Insensiblement nous sommes montés à la guerre et à l'amour, au niveau sacramental car la volonté définitive de Thomas est d'apercevoir en panorama, aux tournants de son parcours théologique, toutes les nuances du paysage sociomental depuis l'antiquité et de sa transformation par le kérygme du Christ. D'où pour lui la seule extranéité dans la loi nouvelle est religieuse et cette troisième étrangérité est la cime de son échelle et de notre progression. La prophétie ne contient rien de valable en dehors de la science du salut127 cetera uero sunt extranea a materia eius. Les hérétiques sont étrangers à l'Église or il faut aimer même ses ennemis et davantage autrui que soi-même128. Omne quod sumitur a re extranea ad faciendam fidem129 rappelle que l'Église c'est l'humanité à convertir toute, de toute nation et tout peuple130. Le Christ ami et époux est ainsi dur comme un étranger en son exigence131. Car l'homme est en exil depuis le péché, en étrangère la concupiscence le subintrat132 ; il doit revenir d'exul parexuo par le dépouillement de la terre en revêtant le ciel induatur celesti jusqu'à l'exultatio mystique133. Chercher à plaire aux hommes rend étranger à Dieu extraneus amor134 mais le Christ fut honoré par les étrangers, les Mages, et aidé à porter sa croix par un étranger135. Thomas donc, après saint Paul demande de refuser la loi ancienne où tout goy est étranger pressurable d'usures aspernari consortium aliarum gentium sed accipere usuras ab extraneis136. En loi nouvelle, l'adoption de l'homme par Dieu supprime cette extranéité137. L'homme n'est pas Dieu mais lui est uni au corps mystique collegio fidelium où fait entrer le baptême "externe"138, entrés dans l'alliance. Est extérieure à Dieu la douleur de la mort qu'incarné il a voulu connaître sans médiocrité de désir ni de fuite139. Même en cas de processio ad extra, rien d'extérieur ne détermine la volonté de Dieu car intelligence et volonté sont en Lui l'essence, liberté suprême de l'Exister. Personne n'est étranger à soi-même, donc aucun homme à aucun homme et surtout personne n'est étranger à Dieu140.

II.- Alter, alius et les autres

  • 141 s Mat 3, 4. Pot 7, 2 ad 9. i Io 1.

25Maintenant en effet, il s'agit de Dieu à qui l'homme est lié par nature et par qui il est adopté en surnature alors qu'il est étranger au démon et au non-être141.

A. - Autour d'alienus142

  • 142 IT 21 3, 34-41 : 04220 ; 696 occ. Ger et nokri (strange).
  • 143 Ibid 32-34, 04208 et 04220 : 506 occ ensemble, s Mat 22, 1. 2a 2e el 75, 1 c.
  • 144 3a 82, 10 ad 3. Mal 13, 4. 4 S 15, 1 a 4 qua 3 ad 2. 2a 2e 32, 7 ad 2 + 10//.
  • 145 1a 111, 3c. 1a 2e 28, 301. 2a 2e 175, 6c.
  • 146 IT 213, 34 ; 04214, 25 occ cf sup n 110 et 143 et inf 192 (bible 51 occ).
  • 147 i Is 2, 2 ; 7, 10. s Mat 2, 1-2 ; 14, 1 ; 15, 1. 2a 2e 174, 6 ad 2.
  • 148 3a 31, 3 ad 5 ; 35, 9 o 2. s Io 4, 1-3. s Rom 2, 4-5. s Heb 12, 3. 1a 2e 105, 4.
  • 149 i Is 44. i Ps 46, 1.

26Ce mot est un vocable désignant toujours l'étrange et l'étranger et - pas loin de la merveille ou de l'émerveillement - le curieux, le fou, l'idiot, le possédé (esclave), l'à part, l'anglais pauvre et peu ductible n'a rien traduit avec alien qui garde ces diverses significations étendues de strange à foreigner, voire à eevy. Alienatio aux 27 occurrences est le substantif très parlant où il est loisible de rencontrer aisément Karl Marx, et qui chez saint Thomas part dans deux directions. L'inférieure concerne la folie ou tout au moins l'infirmité qui enlève l'intention, la douleur qui abstrait de soi-même et mène aux visions imaginaires et aux fantasmes psychotiques143. Alienatio mentis impedit a celebratione misse non lepra et les furiosi ne sont pas tenus à restituer après vol144. Avec la même uehementia intentionis, la même violente tension mais solo quando eleuatur mens on atteint à l'arrachement aux sens vers le haut, vers la prophétie145 et l'extase d'amour146 où l'on demeure à l'opposé de toute folie médicale, maître de soi. De même alienigenus terme biblique célèbre est tantôt l'objet d'un refus : Hérode et les persécuteurs n'ont pas à toucher au sacré surtout dans l'ancienne loi147 ; tandis que la Samaritaine, à l'instar de Ruth, ou la captive épousée148 assimilatur in colendo deum149. Pour saint Thomas rien n'est étranger à l'Église : il n'est que de convertir tout le monde au Christ.

27Revenant au taxon de base, alienus, on y remarque qu'il est présent à la très forte proportion de 56 % des œuvres de Thomas. Les 57 ouvrages (47 % des 118 titres) où il manque sont des questions doctrinales brèves (24/39 entre 15 pourvues) où manque l'occasion de le poser. Sur 15 commentaires d'Aristote, 7 l'ont et 8 non pour la même raison : le sujet ne menait pas à l'écrire. Dans les commentaires de l'ancien testament, seuls les Thrènes l'omettent, 1/6, et 3/6 en ceux sur Boèce soit la moitié. Catena aurea à part les commentaires du nouveau testament l'omettent à 4/22. Sentences, contra Gentiles et Summa portent 324 des 696 occurrences soit 45 %. Par leur organisation, leur quantité - le tiers des opera - elles permettent non seulement toutes les objections, allusions, réminiscences et citations mais encore de déployer la doctrine raisonnée avec le plus bel envol de mots-clé. Notre maître a donc largement répandu ce terme en toute son œuvre de commentaires ou de doctrine et pas seulement dans les œuvres "pointues" c'est-à-dire ici, brèves et à sujet restreint.

  • 150 1a 31, 2 ad 3. 189 occ = 1/4, pour ce premier sens.
  • 151 i Anim 2, 14 n 3 et 15 deb.
  • 152 4 S 10, 2 qua 3 ad 2 + 4// cf sup n 82-83.
  • 153 1a 3, 3 ; 29, 4. 3 a 77, 2 + 50//.
  • 154 370 occ = 53 % en ce second sens. M.M. DUFEIL, Speculum IRIS sp. J. ATTALI, Au propre et au figuré (...)
  • 155 2a 2e 187, 2 + 20//.
  • 156 Cf sup n 105.
  • 157 Nihil aliud uidetur esse statuere in possessione rei sue 2a 2e 61 deb ; 62, 1 - 2-5 + 3//. 1a 2e 1 (...)
  • 158 2a 2e 111, 2 c + ad 3. lactantia 2a 2e 110, 2 ; 112, 1-2 ; 132, 5 ; 162, 4 + 5//.
  • 159 1a 21, 3 ; 95, 3. 2a 2e 31, 1 ad 3. 187, 2. Mal 10, 2 sc 4 ; 3 c + 40//.
  • 160 25 occ pour femmes aliene = 3, 5 %. 2a 2e 154, 7 ad 3 + //.

28Comme précédemment, il offre trois directions principales. Les 189 significations littérales tournent autour d'un sens logique et grammatical où Thomas explicite le lexème : ce qui n'est pas soi mais dissimile. Cela s'enclenche évidemment et expressément sur extraneus150 et s'oppose à ce qui est propre. Au niveau cosmologique, diaphanum susceptiuus coloris alieni non habens proprium151. Le corps ne saurait être aliéné de ses dimensions qui n'ont pas d'existence séparée152 ; ci-dessus, l'accident existait dans la substance en étant autre et voilà le principe thomasique d'individuation : materia signata quantitate153. Il s'agit toujours du particulier, du singulier, du propre indiuisum in se et diuisum ab omni alio. Aussi du propre à la propriété, le second groupe des significations tourne-t-il en humanisme sociomoral sur ces aliena negotia où transparaît le vif intérêt du maître pour l'économie, condition infrastructurelle de la vie humaine et du progrès de l'humanité vers le salut154. Tant reprochés aux Mendiants par Guillaume de Saint-Amour lors de la grande querelle du milieu du siècle, ces aliena negotia peuvent être abordés de deux façons : seculariter vers le lucre et pie ad auxilium mais il s'agit toujours A'aliena tractare155. Terre, maisons, biens, langues, toute infrastructure appropriée doit être gérée et défendue, même contre le gouvernement des étrangers156. La série paradig-matique continue vers les médiostructures avec la peine, le pouvoir et la gloire mais le vol est toujours interdit et sujet à restitution. Furtum occulta acceptio rei aliene persone157 met l'accent sur l'occulte et le personnel, essentiel dans la cohérence thomasique du propre. Le vol de personnalité ou hypocrisie simulatio persone aliene ou ostendere aliud quam sit158, joua aussi un rôle vif en cette énorme querelle et violente où la jeunesse de Tommaso était en cause, et il la cloue vigoureusement au pilori de sa morale de l'homme public. La vertu de miséricorde s'y oppose qui viole communautairement la frontière du propre sans en rester au figuré, dans la réalité active : compassion et aide à la misère de l'autre contre la tristitia de prosperitate aliena qui définit l'inuidia159. Notre professeur plaça aussi les femmes parmi ces biens de l'homme et les évoque en anthropologue de la circulation généralisée adulterium… usus rei aliene ; mais il ne s'arrête pas à ce pouvoir lignager et politique sis à côté de la réputation, autre bien propre, et passe au sacrement raptus aliene sponse impedit matrimonium160.

  • 161 2a 2e 10, 12. 3 a 68, 10 +//. 3e sens d'alienus : 137 occ = 17 %.
  • 162 4 S 1, 2 a 6 sc 12 + c ; 8, 1 a 4 qua 3ad 1 (vœu) ; 43, 1 a 5 o 1 sc2. 4 S 36, 2 a 3 qua ad 2. la (...)
  • 163 1a 2e 26, 1-2.
  • 164 1 S 29, 1 a 1 c.3 a 59, 5 ad 1 surt 1 a 31, 2 ad 3.
  • 165 Suppl 46, 2 et toutes questions 41-68 (= 4 S 26-41).

29Voici le troisième groupe, supérieur, des significations qui délivre le sens. Lié par le théologien à baptême, foi, rapt, extase, Christ, le sens véritable est sacré et tous les sacrements défilent alors auprès du mariage. Le baptême vaut in fide aliena par la charité du corps mystique mais il est exclu de baptiser les enfants païens ou juifs hors la permission parentale161 parce qu'il est propre à l'homme de vivre de ses parents de quibus on est tandis que la patrie n'est que in qua. La peine et la pénitence peuvent satisfaire pro culpa aliena comme on peut être racheté fide aliena et suffragiis alienis162 mais on ne saurait avoir contrition de peccato alieno ni accomplir le voeu d'un autre. Omne scandalum causatur ex aliquo scandalo actiuo sui non autem semper ex peccato alterius. Le propre et le commun se distinguent ainsi clairement et s'enclenchent mais fils et père qui s'imitent, se cachent et se conseillent présentent un cas à part ; car l'amour naturel n'est pas une passion mais un acte de connaturalité163. Ab origine personarum filius alius a patre non alienus quia hoc sonat inextraneitatem nature164 : en cette considération de la Trinité s'étudie la lignée humaine. Tout profane est chez Thomas en rapport avec un sacré. On n'offrait pas de poissons au Temple parce qu'ils meurent hors de l'eau et sont alieni a conuersatione hominum ; ainsi la loi ancienne n'est pas aliena mais superaddens à la loi naturelle. Rapina est auferre per uim rem alienam iniuste et les princes même ne peuvent donner rem alienam aliis uel sibi pas plus que les épouses ne peuvent aliéner ni restituer sans accord du mari : la morale n'est pas dans la chose mais in conscientia165.

  • 166 3a 75, 5 ; 79, 2 + 6//. i Io 1, 10.
  • 167 Cf sup n 160. G.d'Auv. Summa aurea III, 7, 1-222. P, 58 et n 554 p 82.
  • 168 Mat 17, 27 ; 21, 2 = M c 11, 2= Lc 19, 30 = Io 12, 14. Renvoie à Gen 19, 11 ; 162, 11 ; Zac 9, 9 ; (...)
  • 169 s Rom 2, 2. 4 S 18, 1 a 2 c + ad 2.

30L'échelle des signifiés nous a menés au sommet du sacré et l'union des époux, plus irréfutable à la copulation qu'au contrat, n'est plus une circulation anthropologique mais le mystère de l'amour du Christ pour son Église166. Le caractère conjoint des propriétés gît parfois dans l'altruisme. L'Eucharistie devient le sacrement majeur où la communion et la communication, avec Dieu, l'emportent sur le propre, la communauté sur l'individu. Le Christ y est sub aliena specie, mangé en pain deux fois aliéné ; il a aussi été sepulto monumento alieno mais sa mort fait périmer alienas mortes. Le mystère de cette pauvreté catholique du Messie est ainsi celui de sa royauté. Le dénuement n'est pas aimé en soi ; c'est un mal réel contre lequel on doit lutter comme l'écrivit Guillaume d'Auvergne (froid, faim, maladie, misère etc.) et comme le pratique l'Église depuis elemosyna cooperit multitudinem peccatorum de saint Paul jusqu'aux abbés Pierre et Wresinski, Lebret et Talvas… Thomas écrit formellement ce sens à propos de la miséricorde167. La libre privation de tout ce qui en définitive est à Lui, est le privilège de Jésus comme de tous ceux qui le suivent : le didrachme de l'impôt pris à la gueule du poisson près de Capernaüm comme l'ânon des Rameaux détaché du cep à Bethphage viennent toujours à Dieu le pauvre quand il en a besoin168. Thomas dès lors mesure moins les degrés d'alienum que ses types : logique ab ordine, social ab homine et mystique a Deo169. Tout est écrit en pure théologie :

  • 170 1 S 2 L fin ; 24, 2 a 1. 1 a 31, 2 c. Pot 9, 8.

Ecclesia contra Arium confitetur unitatem et negat diuersitatem
simplicitatem differentiam
et aequalitatem separationem
diuisionem
alienitatem
discrepationem et
disparitatem170

  • 171 1 a 31, 2 ad 3 ; 40, 1 ad3. LUSTIGER, 174 cf sup n 1.

31En Dieu rien n'est discontinu Filium est alium non alienum. La notion de personne, entraînant celle de communion a définitivement débordé la propriété171 ; dans sa dialectique du soi et de l'autre, Thomas nous propose une aufhebung du dépassement de soi dans la rencontre.

B. - La famille de l'autre : Alter172

  • 172 IT 21 2, 64-80 entre altare et altilis/ altitude-. Bible : 298 occ.
  • 173 1 S 18, 1 a 3 ad 1. Uirt 1, 9 o 20.

32Ce taxon non explicité en notre Index entraîne avec sa famille (abilis, -ado, -catio, -cor, -itas, -natio, -no, -nus, -o, -uter, - uterque etc.) toute une logique jusqu'à une théologie en 1442 occurrences dont 847 pour le seul substantif alteratio, alteritas n'en ayant que 62 mais altero 444. Hors l'aléa des formes c'est surtout aux commentaires d'Aristote (55 à 60 %) et de Boèce (passe à 66 %) que la logique du lexème s'épanouit avec aisance et acribie et la Summa qui s'adresse aux Gentils en raison pure, hors du révélé, porte parfois jusqu'à la moitié du reste selon les formes. Le domaine physique, scientifique, retient 28 % des péricopes et la doctrine ainsi solidement assise en taxinomie raffinée n'a besoin que de 28 % aussi. Philosophus intendit, ut patet per philosophum scandent les développements thomasiques173.

  • 174 BT 1, 2 a 3 ad 5. Pot 13, 3 o 8. i Cel 2, 10 n 11. i Phys 3, 2 n 4 ; 5, 1 n 2 ; 6, 5 n 6-7 ; 8 n 7 (...)
  • 175 i Phys 6, 5 n 16
  • 176 i Metaph 4, 12 n 2. CG 2, 56 n 2.
  • 177 Q 8, 8. BENVENISTE cf sup n 57.
  • 178 4 S 17, 2 a 2 qua 8 o 1. i Ps 18 albêlous agapân In Io 4, 11-12.

33L'altérable est un mobile apte au rapport de contact et de vulnérabilité à son contraire où n'existe pas sa qualité topique, distinctive mais une inverse. Quand l'altérant s'épuise, l'altéré se stabilise en un mixte ; mais l'altérant assez fort vient à bout de cette résistance et diagénèse totalement l'altéré réduit comme en un processus de granitisation174. Tous les animés par exemple sont composés en mixte des quatre éléments par une altération équilibrée : comme le feu chauffe l'air, l'eau mouille la terre de proche en proche quousque deficiat uirtus alteratiua175. C'est uniri per modum mixionis comme en tout notre monde de générables et corruptibles176. Il s'agit toujours d'une polarité : on n'est pas autre en soi mais l'autre de quelque chose ou quelqu'un ce qui de facto détruit la fameuse inaltérable altérité car pour alter, moi est l'autre et réciproquement dans un échange sans fin. Deux gosses balancés d'une planche mobile sur un pivot sont deux soi-autre fonctionnellement nécessaires à leur commun plaisir : cause alternée et structure même du mouvement. Alter veut dire l'un ou l'autre et autrui ; alteruter, tantôt l'un tantôt l'autre mais uterque chacun des deux et alteruterque l'un et l'autre177. La famille latine de l'indo-européen profond révèle que l'idéélisme récent n'est pas fondé dans le passé. Le peccatum alterius devient propre par incitation, conseil, consentement, recel et simulation178. Toute alternance est réciprocité et même toute altération est mouvement et peut être progrès. Egalité commutative et inégalité distributive, on passe de la simple polarité à la liberté, par exemple de se battre pour son identité et ce transfert de phase est marqué de alternatio à alter cor, au combat : la circulation alternative ou circularisée d'un pôle à l'autre devient une transmutation.

  • 179 i Phys 6, 8 n 14 mutatum esse et mutari i Phys 5, 1 n 5 ; 5, 7 n 7. i Cel 1, 6 n 1 ; 7 n 2. i Meta (...)
  • 180 nobilior i Gener i, 3 n 5. Substantia rei semper maneat 1, 1 n 3. i Phys 5, 1 n 5. 1a 45, 1 ad 2.
  • 181 i Phys 3, 5 n 28. s Io 10, 13. CG 2, 70 n 5.
  • 182 i Phys 8, 15 n 2. i Cel 2, 1 n 4. i lob 12, 1-38. i Io 16, 5. 4 S 49, 3 a 2 ad 3. la 2e 32, 2 sc ; (...)
  • 183 s Io 14, 7 ; 18, 4. i Phys 6, 13 n 2. Sun sep 9. DDN 4, 12 ; 9, 1- 2. i Phys 6, 5 n 4. i Meteor 2, (...)
  • 184 i Phys 7, 5 n 4 ; 6, 13 n 2-7, iAnim 2, 11 n 13. i Metaph 5, 11 n 8.
  • 185 i Metaph 1, 8 n 5 ; 4, 3 n 4 ; 10, 7 n 5 ; 11, 9 n 13. i Anim 1, 7 n 6. i Phys 3, 3 n 4 ; 7, 8 n 1 (...)
  • 186 BT 2 prol 5-6-7 ; 2, 4 a 1 o 3. i Phys 7, 4 n 2 ; 8, 5 n 8 ; 18 n 5. Quat opp 5. 1 a 97, 3 ad 2.
  • 187 s Heb 1, 5. i Phys 8, 13 n 8.
  • 188 Toute altération innove. 1 a 78, 3 ad 1. CG 2, 89 n 6. Uirt 1, 12 ad 11.
  • 189 Prose Pâques Uictime paschali laudes, strophe 3. 4 S 12, 1 a 2 c.
  • 190 Exo3, 14. Apoc 1, 18 ; 4, 9-10 ; 5, 14. s Mat 3, 2 ; 27, 16. 1 S 42, 2 a 2 o 1. 4 S 18, 1 a 1 q i (...)

34Il y a d'inaltérables impassibles comme le premier moteur immobile et les corps célestes, incorruptibles même par contact qui n'ont de mouvement que local179. L'altération est une mutation dans l'univers des corruptibles et générables car le motus ad formam met plutôt la genération au terme180. Sans matière car tout objet n'est pas corps, l'affectivité est éminemment altérable en passion de vice ou vertu181. Là s'enclenche l'alternance, transmutation mutuelle des formes diverses de la matière. Thomas le philosophe élève du savant Albert et attentif au réel enfile des syngtames de paires : générables et corruptibles, intellection et opinion, mouvement et repos, sec-humide, jour-nuit, tristesse-joie, déjection (voulue par Dieu) - sublimité, chance et malchance, misère et béatitude, supérieur-inférieur, dons du Fils et dons de l'Esprit, espèce et figure, accident et hypostase, Hannah et Kaïfas pontifes annuels, eis diuersa sunt182 comme la succession des couleurs de l'arc-en-ciel ou des mobiles d'un espace non zénonien ; comme le cycle de l'eau, le mouvement du soleil et celui du ciel183. Ces alternatives parcourues non plus en aller-retour mais en cycle, expliquent la diversité des visions des prophètes et des moments de la construction d'une maison qui ne s'altère pas quand on la couvre184. L'altérité se distingue de la similitude mais s'oppose à l'identité. De même ici notre péripatéticien oppose deux séries : diversité-variété-contrariété-pluralité-multitude face à similitude-discretio-unio-égalité185. La divisibilité cause du nombre est au principe de la pluralité. La mutation des statuts dans l'histoire provient du mouvement du ciel et si le jeûne altère, il y a aussi la crainte, la pâleur, la passion, la rémission, la chaleur, la condensation, le sec et l'humide, la couleur et la qualité, la science, la masse et le temps ; comme le sens s'altère par les sensibles ainsi que le dur et le mou186. Tout y passe et repasse tantôt en paire tantôt en enfilade. Thomas est un logicien et un historien du réel. Mais ce. tic-tac permanent pourrait être perpétuel187 et ne l'est pas contra auerroistas : toute altération innove comme l'augmentation de la charité188. Le conflit mort/vie mors et uita duello conflixere mirando189 est débloqué par la résurrection et la transsubstantiation : depuis le primum alterons non alteratum inalterabile - car Dieu altère et transforme directement toute la création -, le Christ jaillit vainqueur à l'Eternité : je suis le Vivant190.

C - Qui est Alius ?

  • 191 IT 2 1 2, 32-33 + 45-54 ; 04191-311. Alietas 04220e, 26 occ p 41. Autres alie-04208-20, 33-41 (Bib (...)
  • 192 04228-38, 41-45 (Bible) 150 occ). i Anim 2, 9 n 5. sup n 145 (143-150).
  • 193 i Metaph 15, 12 n 8. s Gal 4, 7 mil. Ali(as-bi-cubi-oqui(n)- orsum - quandiu -quandoqui - quicumqu (...)
  • 194 2a 2e 43, 6 ad 1 ; 88, 4 ad 2. i Eth 5, 9 n 3. 2 S 35, 4. 4 S 38, 2 a 3 q 1 ad 2. Mal 2, 1 + 8//.

35Dans notre Index d'alibi jusqu'à alius et sans les alie- (nus, -tas etc.) le groupe ali-, hors de sa lisière des alim-191, offre 737 occurrences. Le type de choix auquel nous nous livrons inclut alietas en raison de son sens et exclut les autres alie- ; marquage sémique et non morphologique. En limite alimentum decoquitur et mutatur in192 id quod nutritur ce qui renvoie exactement à l'altération déjà survolée. De telles évidences intellectuelles échappant à l'ordinateur, il fallait ce nouveau marquage hors forme des mots par le sens invisible. L''informatique aura toujours peine à révéler que mutatur et mutatio impliquent l'autre et que alium est parfois une faute pour allium ail car les deux 11 (allatio, allectio, allegatio, allegoria) sont d'ordinaire hors sujet ici. Aux textes commodément rassemblés à l'Index, 13 adverbes jouent chez saint Thomas un rôle si faible qu'ils ne sont pas séparés ni détaillés193 en péricopes incluantes ; ce choix bien naturel et presque muet fait passer la révélation par les adjectifs où 33 apparitions non indifférentes groupent 22 aliquantulus (assez grand, notable), 7 du non classique aliquotus lié à pars (une quelconque part) et 4 aliquantus. Certains unica comme tout à l'heure alimentum sont d'un humour révélateur : monter à cheval est bien même s'il y a danger de chute autrement - alioquin (sinon) - on cesserait tout bien par crainte ex aliquo euentu194. Ces "quelques" syntaxiquement distribués atténuent, parfois non sans ironie. Quelques chaussures peuvent valoir le prix d'une maison ; tout péché est acte même par omission aliquo modo actus.

  • 195 1a 13, 5 ; 6 ; 10 ad 4. Uer 2, 11 ad 6 ; 7, 5 ad 3. CG 1, 32 n 6. Pot 7, 7 c fin. nat gen 1. L. PE (...)
  • 196 2a 2e 57, 1 ad 2 ; 172, 6. RP 1, 7.
  • 197 IT 04261 e. Exclusiua 1 a 31 prom 24 occ. 1 S 9, 1 a 1 o 4. BT 2 pro 15.

36Cependant notre théologien est plus incisif que modéré ; il pratique la formule frappante et la vigueur à sa guise, en mentalité dialectique par le oui-non-inclusion, cueilli en Gratien et Abélard à la naissance de l'université. Il a tiré de Platon une notion poétique de l'analogie qui délivrera plus tard des Paracelses et occultistes mais loin de cette décadence, il l'a cadrée dans la notion grammaticale d'Aristote et en a somme toute tiré son concept thomasique d'analogie. Il est d'une puissante originalité et d'une épistémologie supérieure195. La logique baroque de l'université contemporaine ne sait pas toujours le bon usage de cette clé du comprendre le divers et l'universel, l'un et le multiple. Notre fier miles campanien devenu professeur dominicain limpide et modeste réunit analogiquement en lui les valeurs dialectisables de la vigueur et du calme, de la science et de la recherche, de la prédication et de la contemplation, de l'adverbe et de l'adjectif, de la foi et du souffle. Ainsi impossibile est aliquam cognitionem esse totaliter falsam sine aliquo ueritate ; la volonté du législateur est la loi ut regulata ratione alioquin esset potius uiolentia peruersitas atque corruptio196. Notre auteur du de Rege, notre ami de Louis IX le doux obstiné autoritaire, n'est pas un partisan de la monarchie absolue et se méfie de toute tyrannie ; quand il traite de pouvoir, il le veut à la fois fort et limité, analogiste. Car les tyrans empirent aliquantum durior successif. La loi d'ailleurs selon les Etymologies d'Isidore est constitution écrite mais non le droit même sed aliqualis ratio iuris, une certaine organisation du droit. Aliqualis, tout à l'heure alioquin, ces indéterminés sont une patte d'analogie posée en coefficient de dilatation pour une ductilité dans la détermination de chaque cas. L'adjectif aliqualis masque l'adverbe aliqualiter aux 550 occurrences sur un tout de 654 ; il est de tous ces indéfinis le plus important car il montre le passage de l'adjectif à l'adverbe, le souci de ne pas trop préciser et dévoile contre le déterminisme une attitude analogique197.

  • 198 ad alietatem sequitur alteritas sed non e conuerso 1 S 38, 1 a 2 ad 4.
  • 199 Uer 21, 4 a 2.
  • 200 Uer 2, 1 ad 19. PA 1, 44 n 11. 1a 2e 19, 3 sc.
  • 201 i Cel 1 29 n 3 ; 2, 11 n 6. 3 a 29, 1 ad 3.
  • 202 2a 2e 9, 4 ad 3.

37Cette inclusion qui inclut une certaine exclusion est une positivité assortie de ses négations latérales équilibrantes ; analogisme. L'alietas par exemple marque le respect de la discrétion et notre maître, humoriste, va en chercher la définition chez le plus célèbre mystique participationniste et platonisant, le pseudo-Denys dont on sait l'abus au xiiième siècle même. Alietas autem rationum ex diuersitate respectuum qui attenduntur secundum diuersitatem rerum198. Une des meilleures péricopes de ces divers ali- en contient outre un joli petit stock, comme la définition globale : quandocumque aliquid denominatur aliquale ex solo respectu ad alterum non denominatur tale per aliquid sibi199, parfois quelque chose est nommée par rapport à une autre et cela n'est pas alors par elle-même ; l'exemple classique du vice-roi ou du vicomte ou du lieutenant dont il faut savoir de qui il tient le lieu, ne mérite aucune insistance. Une modalité fait l'homme tel qu'il est homo efficitur aliqualis per habitum, savant ou vertueux, ce qui pertine d'une certaine façon à la philosophie première et s'étend jusqu'à aliqualiter deum dilexit, de quelque façon qu'il aime Dieu200. J'espère avoir prouvé que les nuances apportées par la famille des ali- ces indéfinis non-indifférents, ont un caractère structurel dans la technique de pensée de saint Thomas. S'il écrit le temps infini est de quelque façon déterminé, il vise l'indéfini et non le privatif. Dans "le centre est au cercle un peu comme le pôle à la sphère", il décrypte la terre comme astre201. Et quand il déclare qu'au désert, le diable connut que Jésus était en quelque sorte fils de Dieu, il écarte une connaissance complète de l'Incarnation avant le Vendredi saint à la neuvième heure où Jésus mort se révèle maître de la vie et des enfers, Dieu le Fils. Cette épistémologie analogiste débouche sur tout ce qu'elle aborde comme une morale sed aliqualiter beatitudo hominum consistit in debito usu creaturarum et ordinata affectione202 ; débouche sur une ontologie, une logique, une politique comme on l'a vu. Mais surtout sur une mystique directe, c'est-à-dire un lien à Dieu contemplé autant qu'il est possible à l'homme dans l'ineffable dégustation de sa trine unité.

  • 203 2 S 27, 6 c. 1 a 77, 1 ad 3 + 15// ; 54, 1 ad 1. Q 2, 3 aliquid predicando alio siue essentialiter (...)
  • 204 1 S 4, 1 a 3 ad 2. 3 a 17, 1 ad 7 + 6//.
  • 205 i Io 9, 19. i Phys 3, 3 n 4. i Metaph 11, 9 n 13. aliud cf sup n 158. DDN 9, 2. 1 S 9, 1 a 1 o 4. (...)
  • 206 Commedia, inferno 26, 141 com'altrui.
  • 207 1 ep 4, 11-12 etc.

38Aliquis est pris tantôt selon le sujet, tantôt selon l'accident ou la raison ; il marque la différence du tout potentiel et du tout réel. Alius, comme aliquis non séparé en notre Index informatique203, est au vrai d'une étrange signification : significat diuersitatem in communi non magis personalem quam essentialem sed secundum exigentiam substantie cui additur ; être un autre homme est autre chose que d'être un autre cheval ou une autre chaise204. Alius, l'autre, signifie la diversité des personnes, celle qui diversifie deux hommes, et pour marquer la diversité simple, celle de l'essence, il faut employer autre au neutre, aliud. Ainsi Filius Dei est alius a Patre non autem aliud car Dieu n'est qu'un seul être en trois personnes205. L'autre, c'est Dieu, comme le nomme - logiquement - Ulysse aux enfers de Dante206 ; comme le désigne superbement saint Jean en sa définition de l'amour207. L'inaccessible transcendant, l'immarcescible l'ineffable est Autre, notre Autre, l'Autre. Suprêmement Alius, c'est Dieu.

  • 208 i Ps 4 mil.
  • 209 IT 21 13, 995-1020 : 51 595 MIRA - 51628 M1RUS ; 2 400 occ (51604 Miraculum fait 1 419 occ à lui s (...)
  • 210 1 a 89, 1 ad 2 + 8//. i lob 39 ; 41'2 mil. i Ps prol 2a 2e 135, 2.
  • 211 Spir Creat 2 ad 6. 1 a 105, 7 + 7//. s Gal 3, 1. 1a 2e 113, 10 c.
  • 212 i Phys 4, 16 n 6. 1a 2e 32, 8 c.
  • 213 i Io 5, 1 ; 11, 3 ; 15, 1. i Ps 21, 22. i 2 Cor 6, 2. Lazare, Naim.
  • 214 Officium corporis Christi 1, 3 cf DUFEIL, Prière, Senefiance 10 n 28.

39Quand notre Aliud, Dieu, fait208 aliter a natura, il y a miracle ; mais il n'y a que mirum ou mirabilis quand l'intérêt, la rareté, la cause occulte d'un phénomène nous transporte d'admiration ou d'étonnement209. Le merveilleux trouve sa place aux textes de saint Thomas mais outre que notre intellectuel n'est guère crédule, il ne chasse pas sur cette réserve-là. Le merveilleux de la mer qui ne recouvre pas la terre, l'ange qui n'admire pas la vertu de la créature inférieure, le merveilleux de l'âne entièrement dévoué au service de l'homme, ne valent pas le merveilleux de la création, de la recréation mirabilius reformasti, du gouvernement et de la glorification du créé210. On ne s'enlise plus comme chez Platon ou Plotin dans une poésie littéraire mais la montée vers la Parousie est le mouvement même de l'histoire à la fois admirable et miraculeux ; on sort de la littérature vers la métaphysique et du fantasme par le fieri ontique. On a en somme découvert la limite de l'homme et du cosmos et Qui est outre limite ; l'infranchissable est le miracle de le rejoindre. L'admirable n'est que naturel et le miracle est la suspension des lois naturelles par cause de Dieu211. L'ordre logique, éclipse, végétaux et animaux, la médecine, le vent, l'eau, la louange, la sagesse, tout peut être dit admirable et pas pour autant merveilleux212. Même autour du Christ, bien des données n'ont rien d'étonnant et sont des conséquences logiques d'une structure : nec mirum revient souvent sous une plume qui n'aime pas s'en faire accroire213. Nec mirum par exemple si le Fils de Dieu ressuscite les morts ; s'il ne l'avait fait, on aurait pu croire qu'il ne le pouvait. Le miracle est certes une admirable opération excédant la nature mais pas la nature de Dieu et cet acte exceptionnel de Dieu n'est pas du domaine du merveilleux. Miro clausit ordine214. La naissance du Christ, l'affaire de Cana, la grâce davantage que la prophétie sont miracles type et par dessus tout l'Incarnation. La conjointure de la merveille est que par les invisibles miracles intérieurs aux effets visibles, l'homme devienne apte à communier Dieu.

Conclusion

40Avec et contre l'ordinateur, nous avons couru tous les taxons de saint Thomas dAquin de peregrinus à aduena, fores, hospes et extraneus avant d'aborder les divers autres, alienus, alter et alius avec leur entourage lexical et sémiologique. Le survol de l'étranger aboutit ainsi au miraculum au delà de toute merveille.

  • 215 i Ps 45, 7. Uer 12, 13 ad 6. Luigi BOGLIOLO salesiano, Dall'interiorità agostiniana alla tomista, (...)

41De la fission à la fusion, de l'extraneus à la communion l'énergie croît et non l'entropie. Partis du monstre froid de la solitude ue soli215 - malheur à l'individualisme séparatiste - nous voilà à dévoiler sa merveille, passant de l'altérné à l'identité aussi vaste que déterminée de la personne. Nous refusons la conquête du soi par l'autre et de l'autre par soi, comme leur imperméabilité. Le Je dispose désormais de plusieurs moi(s) pour son jeu. La complexité entraîne le simple et l'arrache à l'isolement, l'enrichit de la disponibilité, l'ouvre au tout au lieu de le réduire, le fait revivre. De l'intériorité augustinienne, quelques mauvais esprits avaient fait passer au solipsisme pseudo-moderne au sujet enfermé hors réel, au nullisme kantien du noumène muré dans la suffocation de l'intransitivité. Dîner, marcher, penser restent dans le sujet mais aimer, non. La transitivité consiste à passer dans l'objet, au complément direct. L'analogie élève l'homme à tout le créé et le prédispose à recevoir transitivement le Créateur. De la discrétion non niée du soi, on passe à la continuité vers la merveille, la communion. L'autre et je sommes un dans l'analogie ; et de l'être limité, passons à l'être éperdument, à l'être ensemble dans la merveille de l'amour. Le péché isole l'homme ; l'Incarnation et la Croix et l'Eucharistie le refont plural. L'altérité se désaltère au sang de Jésus.

1 - 118 S. THOMAS OPERA OMNIA in IT

42001 in I sententiarum

43002 in II sententiarum

44003 in III sententiarum

45004 in IV sententiarum

46005 summa contra gentiles

47006 autographi deleta

48007 summae theol la

49008 summae theol 1-2ae

50009 summae theol 2-2ae

51010 summae theol 3a

52011 qu. disp. De veritate. 1

53012 qu. disp. De veritate. 2

54013 qu. disp. De potentia

55014qu. disp. de malo

56015 qu. disp. de spirit. creat.

57016 qu. disp. de anima

58017qu. visp. de unione verbi

59018 qu. visp. de unione virtutibus

60019 quodlibeta I - XI

61020 contra errores graecorum

62021 de rationibus fidei

63022 de forma absolutionis

64023 de substantiis separatis

65024 super decretalem

66025 contra impugnantes

67026 de perf. Spirit vitae

68027 contra doctr. retrahentium

69028 de unitate intellectus

70029 de ente et essentia

71030 de principiis naturae

72031 de motu cordis

73032 de mixtione elementorum

74033 de occultis oper naturae

75034 de aeternitate mundi

76035 de sortibus

77036 de judiciis astrorum

78037 de regimine judaeorum

79038 de regimine principum

80039 compendiu theologiae

81040 de articulis fidei

82041 de emptione et venditione

83042 ad lect. venetum. art. 30

84043 ad lect. venetum. art. 36

85044 ad lect.vercell. art. 42

86045 ad lect.vercell. art. 108

87046 resp. ad lect. bisuntinum

88047 resp. ad bernardum

89048 principium biblicum

90049 breve principium

91050 in de caelo et mundo

92051 in de gen. et corrupt.

93052 in physicorum

94053 sententia libri ethicorum

95054 tabula libri ethicorum

96055 sententia libri politic.

97056 in poster, analyt.

98057 in metereologicoram

99058 in perihermeneias

100059 in de anima I et II

101060 in de sensu et sensato

102061 in de memoria et remin

103062 in de metaphysicorum

104063 in de causis

105064 in boethii de trin.

106065 in boethii de hebdon

107066 in dionysii de div. nomin

108067 in job

109068 in isaiam

110069 in hieremiam

111070 in threnos hieremiae

112071 catena aurea in matth.

113072 catena aured in marcum

114073 catena aurea in lucam

115074 catena aurea in joannem

116075 super ad romanos

117076 super I ad cor - 1

118077 quodlibetum XII

119078 in de anima 1.1

120079 in symbolum apostolorum

121080 in orationem angelicam

122081 in salutationem angelicam

123082 de duobus praeceptis

124083 sermones

125084 in psalmos

126085 super ev. matthaei

127086 super ev. johannis

128087 reportat. ined. Leon.

129088 super I ad cor. -2

130089 super II ad cor.

131090 super ad galatas

132091 super ad eph.

133092 super ad philip.

134093 super ad coloss.

135094 super ad thess. I

136095 super ad thess. II

137096 super ad thim. I

138097 super ad thim. II

139098 super ad titum

140099 super ad philemonem

141100 super ad hebraeos

142101 de secreto

143102 de natura verbi

144103 de instantibus

145104 de ant. materiae etc.

146105 de princ. individuationis

147106 de natura accidentis

148107 de natura generis

149108 de quatuor oppositis

150109 de fallaciis

151110 de prop. modalibus

152111 ep de modo studenti

153112 officium corporis chrisit

154113 sermones

155114 piae preces

156115 de concordantiis suiipsius

157116 in creat ordo agendi

158117 de immortalitate anime

159118 al. de lib. vitae deleri

Annexes

LISTE DES ABREVIATIONS

A Annales. Economies. Sociétés. Civilisations

A article

AD autografi deleta IT 0066

Ar Aristote

AT Ancien Testament

BH, BT in boethium de Hebdomadibus, de trinitate

deb, c au début du passage, dans le corps cf confert, se rapporter à

CG, CI Contra Gentiles IT 005, Contra Impugnantes IT 025

Coll collection ou colloque

DDN in dionysii de divinis nominibus IT 066

DDC, DACL, DS, DTC = Dictionnaires de Droit canonique, D'archéologie, Spiritu, Spiritualité, Théologie catholique

ed, éd/env = édition, éditeur, environ

EU Encyclopaedia Universalis

i in (commentaire de saint Thomas sur…)

inf infra, plus loin dans ce texte

IRIS International research on Imagery and Sight

IT R. BUSA sj, Index Thomisticus Frommann Stuttgart 49 vol.

J Ph Journal philosophique

L J. M. LUSTIGER, Le choix de Dieu de Fallois 1987 225/155 ; 490 p.

mal, mel, mil = de Malo / Mélanges / au milieu du passage

n note ou numéro

NA, NG, NL = de natura accidentis IT 106, de natura generis IT 107, nouvelle édition léonine des Opera Th Aq

nrf coll. Gallimard NT Nouveau testament

o, occ objection, occurrence

op, ofm ex ordine predicatorum (dominicain) et fratrum minorum (francisrain)

PA in Posteriores analyticos

P M.M. DUFEIL, Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1250-59) Picard 1972.

PG, PL abbé MIGNE, Patrologie latine, Patrologie grecque

Pot de Potentia IT 013

Puf Presses universitaires de France

Q, r Quodlibet, respondeo dicendum (partie d'un acte scolastique)

RF de rationibus fidei IT 021

RSPT Revue des sciences philosophiques et théologiques

s, sup super, sententia (commentaire de st. Thomas) / supra = voir avant

sc, sj sed contra (division scolastique / societatis iesu = jésuite)

sp, sv sous presse, et suivantes

st surtout ou saint

ThAq Thomas d'Aquin

UI de unitate intellectus contra auerroistas IT 028

up university press

Uer, Uirt de Ueritate IT 011, de Uirtutibus IT 018

vol volumes

+ // et passages parallèles

Notes

1 E. HUSSERL, Méditations cartésiennes, 71, 75, 78, 89. 92, 110 (selbst). Id, Idées directrices trad. Ricoeur nrf 1950, 93, 125, 463 (eigen). L. DUMONT, Essais sur l'individualisme, Seuil 1983, 70, 81, 239, 260 ; Communications, 43 (1986), 129 et 27-54, 105, 169, 187 224. J.M. LUSTIGER, Le choix de Dieu, Fallois 1987, 274. G. GRANEL EU 8, 613-18.

2 E. MORIN, La paradigme perdu, Seuil 1973, allusion au péché originel.

3 Bl. PASCAL, Pensées, éd. Garnier 1961, 190 n° 455.
J.P. SARTRE, Huis Clos (Théâtre) nrf 1947, 182 (fin).

4 E. SURAUD, L'explosion des étoiles, Recherche 186 (mars 1987), 324-33.

5 M.M. DUFEIL, Vision de l'historien coll IRIS, Lyon 1981, 133-55.

6 "Fin notion M. Age, Annales univ. Brazzaville 14 (1975), 53-68.
AJ. GUREVIC, A-237 ; (mars 1982), 255-75.

7 La 3, 3 principium indiuiduationis materia signata quantitate.

8 Cl. LEVI-STRAUSS, La pensée sauvage, Plon 1962, 201, 307, index.

9 K. GÖDEL, The Consistency of the Continuum Hypothesis, Princeton 1940.

10 KONG FU TSO, Yi Tsi et dernière aporie du Lu Yun (Entretiens) qui ne sait la valeur des mots ne saurait connaître les hommes. EU 4, 873-81.

11 H. LEHMANN, Les civilisations amérindiennes, Que-sais-je. Puf.

12 P. GILS, th. AQUIN, i de Causis, éd. SAFFREY, Scriptorium 10(1956), 110.

13 M.T.L. PENIDO, Le rôle de l'analogie en théologie dogmatique, Vrin 1956.

14 M.M. DUFEIL, Obscure Clarté, Senefiance 13 (1983), 112-39.

15 R. BUSA sj, Index Thomisticus, Frommann, Stuttgart, 49 vol.

16 IT 21 16, 60 467, 946a = 00034 lire 021 (RF ++) 9/133.

17 2a 2e 147, 4 o 3, ad 3 ; 162, 2 ad 1 l'objection n'est pas d'auteur.

18 IT 21 16. 60 469, 00013, 946a = 60 462, 00024, 945c. CI = NL 7A 111b, 529-31 ex 2, 6 co 124 et 126.

19 M.M. DUFEIL, Prière implicite, Senefiance 10 (1980), 246 n 28.
Id. Vision (cf sup n 5), 145-6 en n 45 et 72.

20 60 456, .. 62, .. 67, 69. IT 21 16, 60 462, 945a 00009 et 60467, 945b 00004 = 4 S 15, 4 a 2 sc 2. 945b 00001 et 7 = s Math 25, 2.

21 IT 21 4 en moyenne 30 occ à la col sur 25 col 263-88.

22 1a 1, 10 figuratif-allégorique, normatif-moral, tropologique-anagogique i.e. ad patriam. Raffinement Itinerantes debent ieiunare 4 S 15, 3 a 2 qua 4. 2a 2e 147, 4 ad 3.

23 Sous- titre de J. MARITAIN, Les degrés du savoir, Desclées 1932-1963.

24 2a 2e 144, 3. DS 7, 808-31 ; DTC 7, 192-3, DACL 6, 2748-70. cf inf Hospes.

25 J. DUBOIS, Dic Linguistique, Larousse 8° 1973, 482-3, Etique/émique, behav.

26 s Pol 3, 4 ; s Io 13, 5 ; s Rom 5 fin ; 15, 3 déb. predicare et bonum iter impediuntur a diabolo quandoque a deo.

27 CI 2, 6c = NLA 115a 829-30 cf sup n 18, et inf n 32.

28 Mystique de charité : compassion s Heb 13, 1 ; et miséricorde s 1 Tim 5, 2 aboutissement à une morale sociale 42 dist c 1 cité Perf spir 21, 10 + 100ine// Cf sup n 25 et 1 a 21, 3 ; 2a 2e 30, 1 ; 62, 5 ad 5.

29 s Heb 13, 2-9. 2 S 14, 1 a 1 ad 3. i Ps 54, 14 impression étrangère.

30 M. MOLLAT, Hist. de la pauvreté 2 vol. Sorbonne 1974. P, 174 et index.

31 CI 2, 6. 4S 14, 1 a 5 ; 15, 1 a 4 obj ; 5. i Ethic 9, 12 n 1.

32 Uirt 2, 7 (inf n 42). s Pol 2, 4 querelles : cohésion i Ethic 8, 3 n9.

33 Eu 10, 752-5 tumulus et mégalithes. R. MARTIN sépultures tumulaires.
EU 14, 890c. H. BENGSTON 3 B-9 in J. ENGEL, Grosser Historischer Welt-Atlas
Bayerischer Schul Buch Verlag ; ibid. 6 (7-9) Hügelgräber- Kultur.
B. PIOTROVSKY, Or des Scythes expo Paris 1975. E.D. PHILLIPS, Les nomades de la steppe, Sequoia 1966. Y. GASCO Tumulus Lgdoc, thèse UPV 1978.

34 M. de CERTEAU sj, Hagiographie EU 8, 208 saint = festif = vacances. A.D. DUPRONT, Le sacré nrf. Id. EU 14, 579-81. Pélerinage EU 12, 729-34.

35 E. DEMOUGEOT, Formation de l'Europe, Aubier 4° 1969 : 11, 14, 20, 27, 35, 46, etc. L. MUSSET, Invasions EU 9, 48a.

36 Que muero porque no muero Obras 1066-69 ; trad. fr. Seuil 1949, 1551 sv.

37 4 S 11 a 2 sc 1.

38 RF 149 + 14//. Domestici Dei s Math 25, 2/.

39 RF 9. s 2 Cor 5, 2 cf sup n 30. 2a 2e 28, 1 ad 1.

40 1a 2e 102, 4 ad 10 ; 103, 3 ad 4 ; s Io 7, 1-2-3.

41 2a 2e 23, 5 c. Uirt 2, 7 c. s Pol 3, 4 n 5 (sens grec de colonie).

42 IT 2 L 1, 759, 02359, 34 occ notées, i Ps 38, 3, fin.

43 s Heb 11, 4.

44 ibid. ce qui traduit plutôt l'immigrant établi : metoïcos

45 1a 2e 104, 4 c ; 105, 3 : x 3, c, ad 2.

46 Ruth 2, 10. La vulgate a 86 aduena dont 19 liés aux mots proches ; 81 aduenire-aduentus ; 20 extraneus et 18 peregrinus dont 7 liés (Levit 12, 28) et 256 aliena-us-atio ; Alter présente environ 300 occ et le groupe alius, sur 10 col près de 800. St. Jérôme n'a pas de taxon et choisit littérairement, comme Horace aduenam gruem captat Ep 2, 3 (il attrape la grue qui passe).

47 Digeste 45, 3-11. Transeuntibus, passants. 2a 2e 144, 3 c. i Iob 28.

48 s Pol 3, 4 n 6. Susceptio 1a 2e 104, 4 ; 105, 3 + 11//.

49 1a 2e 105, 3 ad 2. s Pol 3, 4 n 1-2-6 (IT 02359, 1-2, 759b).

50 s Pol 3, 4 n 5 (2 occ).

51 1 a 13, 7. 3 a 16, 6 ad 2+ 15//. 1a 2e 74, 1 ad 2 + 6//. s 2 Tim 3. s 1 Cor 13, 3 fin où st. Paul rejoint Aristote.

52 i Is prol mil. i Ps 12, 3. 3a 36, 1, 40, 1 ad 3 + 20aine//.

53 4 S 20 3 a 3 qua 2. 1a 2e 10, 2 ; 3 ad 3. s Pol 4, 4 n 5 cf sup n 49.

54 s Pol 3, 4 n 1 contre s Heb 11, 4 + 3//.

55 s Io 19, 3.

56 E. BENVENISTE, Vocabulaire des Institutions indoeuropéennes, 360-61 et 370-71. IT 219, 1017-18, 33572-74 env 160 occ avec doublets.

57 4 S 27, 1 a 2 ad 1. Allegata : l'Eglise juge sur témoignage ; autre peut être le non-consentement réel néantiseur de mariage.

58 s Pol 1, 9 n 1-3-7-10. 2a 2e 135, 2. Métonymie : banausus artifex qui opere sue artis maculat corpus dicitur grece a furno ad modum ignis.

59 s Pol 3, 4 n 4.

60 Ibid. n 3-4-15.

61 s Ethic 4, 7 n 14. 2a 2e 135, 2. Il s'agit évidemment de : leïtourgïa.

62 4 S 41, 4 a l. s Rom 8 mil. Malo 15, 3.

63 IT 21 10, 872-3 : 38256-59-65-67-75-76-78 ; 95 occ sur 7 mots.

64 Cf sup n 31 : MOLLAT et P. Quasi Uiator i Ier 14, 2 = Ier 14, 8. Ci 2, 6. s Heb 13, 1. 2a 2e 188, 7.

65 s Matt 1O, 1. Mal 1, 5 o 14. IT 872c n 8 et 11 (sup n 64).

66 2a 2e 188, 6.

67 Gen 18, 1-16 ; Heb 13, 2. Salut ang 1 ; s Mat 10, 1.s Io 8, 1-11, 1 ; 12, 1-8 ; Lc 10, 38. 2a 2e 171 prol. 3 S 35, 1 a 3 qua 3. s Mat 16, 9 ; 26, 1. s 2 Cor 11. 1A54, 3 ad 5, 3a, 6 a 1 et Catena aurea + //.

68 Alicuius quod est extranee nature dicitur enim aliquis solus esse in horto quamuis sint ibi multe plante 1 a 31, 3 ad 1.

69 IT 2 1 10, 873-6 : 38283 ; 318 occ. Bouche, entrée : M. M. DUFEIL, Prière, Senefiance 10 (1981), 225.

70 1a 2e 101, 4 ad 1 ; 102, 4 ad 2 ; 2a 2e 24, 3 ad 2 ; 111, 1 ad 1.3a 22, 1 ad 2 ; 37, 3 ad 4 ; 47, 2 ad 1 ; 52, 8 ad 2 ; 73, 4 ; 80, 11. s Rom 12, 1 + 100//.

71 IT 21 10, 280-83. perfecta dei fruitio 3 a 52, 3 ad 3 ; sine successione 1a 2e 67, 4 ad 2. Centaines de //.

72 IT 21 9, 902-07 voire 495-917 ; 31558e-560, dans les 470 occ. Hostis 1a 2e 105, 3. s Ef 2, 4-6-16.IT O91.

73 1 S 36, 1 a 3 c.

74 s Io 9, 1 fin. intimité littérale, salive ; spirituelle, vision.

75 2a 2e 22, 2 ad 1.

76 i Metaph 1, 13 n 2 ; 4, 4 n 5. i Phys 5, 4 n 4 ; 8, 13. s Io 8, 4 s Rom 11 ? 5.DDN 4, 8
Uer 5, 8 ad 13. Uirt 7, 10 ad 1.1 a 27, 1 o 1.

77 Pa 1, 29 n 1-8. DDN 11, 3. 1a 2e 18, 7. CG 2, 35 n 4.+ 7//.

78 1 S 21, 2 ad 1 ; 2 S 30, 2 a 1 o 5. Uer 12, 2. PA 1, 15 n 5 ; 16 n 1 ; 17 n 1-3 ; 29 n 1-4- 6-8. i Metaph 4, 4 n 5. 1 a 1, 8 ad 2 ; 3, 6. CG 1, 39 n 2 ; 2, 58 n 8 ; 2, 95 n 3 ; de Anim 2, 21 n 2 ; 23 n 17 ; i Ethic 8, 1 n 4.

79 Uirt 2, 13 ad 6. s Ethic 11 mil.

80 Pot 4, 7 ; 7, 10 ; 10, 4.

81 Pot 9, 2 ; 10, 4. de Ente 1. BH 2. NA 1. 1a 2e 7, 1 ad 3 ; 35, 8. 1 a 77, 7 ad 2.

82 2 S 10, 1 ad 2. 4 S 49, 3 a 3 qua 3 ad 3. 1a 2e 24, 1 ad 3 ; 33, 3 ad 4.

83 1 S 21, 2 a 1. RF 43 + 7//. Anim 18 o 12. NG 11. BH 2.

84 1 S 81, 19 a 1 ad 1. DDN 9, 2. Pot 7, 4. CG1, 39 n 4 ; 4, 41 n 3. 1 a 5, 3 ad 1 ; 4 S 11, 2a 2 qua 2 c ; 87, 4. 3 a 44, 1 ad 2, 77, 8 ad 3. s Mete 2, 6 n 7.

85 4 S 47, 2 a 1 qua 2 ad 1. CG4, 11 n 2. 3a 75, 5. s Anim 2, 23 n 1- 5. chaleur 1 a 3, 6.
i Ps 13 deb + 7//.

86 4 S 47, 2 a l. DDN 11, 3.

87 Extraneum uerbis que ego loquor s Gal 1, 3. i Pol 2, 6 n 6 ; 3, 5 n 5. 1 a 1, 8.

88 i Sensu 11, 7 ; 14, 10 i Anim 2, 21 n 1-2-6 ; 23 n 1-5-14 ; 3, 1 n 7.

89 1 a 90, 1 ad 1.

90 Distraction cf sup n. 83.

91 Uer 7, l a d 3.

92 i Is 28. s Gal 1, 3. s 1 Cor 14, 2-5. s Heb prol. 2a 2e 176, 1 ad 1. H. WEINRICH, Communications 43 (1986), 187-203.

93 1 S 8, 1 ad 1-4, 24 2 ad 1. 3 S 3, 4 a 1.

94 CG3, 108 n 4. Uer 10, 7. PA 15 n 5. i Anim 2, 17 n 2-8. ADq 3, 18 ab. UI 1.

95 i Anim 2, 21 n 1-5-6, 23 n 1-13 ; 3, 1 n 7. ADq 3, 12 a : aliments = extranea.

96 i Ps 6, 5 ; 13 n 1 deb 1 a 3, 6. 3 a 51, 302 + 5//.

97 2410 occ IT 214, 17100-05 ; 263-88. CIUI (s-tas-lis-litas-tatum).

98 i Phys 2, 14 n 7. s Heb 5, 1, 9, 1.

99 2a 2e 154, 12 o 3. i lob 31. 4 S 36, 1 a 2 o 4 ; 42, 2 a 1 ad 7.

100 3 S 10, 2 a 1 qua 1 ad 2. Mal 2, 6. 1 a 35, 3 ad 3. 2a 2e 154, 3 o 2.

101 3a 36, 8 o 2-ad 2 = Chrys., hom 2 op omperf PG 56 (spuria), 637 mil très proche du s Mat authentique PG 57, 63 ; 58, 1029- 32.

102 s Pol 1, 1 n 15, 2, 1 n 15, 12 n 3. s 1 Cor 14, 2. s Rom 1, 5 ; 6, 4.

103 i Iob 15 et 34. i Ps 17, 25. i Is 14. s Mat 22, 3. s Pol 2, 4 n 2.

104 s Pol 2, 4 n 2 ; 17 n 1. s Mat 13, 4. s Gal 2, 6. Cf sup n 61.

105 1a 2e 106 sv contre 105 = AT. s Pol 2, 4 n 2 ; 17 n 1. s Gal 2, 6.

106 Ar : s Pol 3, 1 n 5. RP 2, 3.

107 i 1s 54-60. s Pol 2, 15 n 12. S Ethic 4, 7 n 9. i Io 15, 34. DDN 8, 5.

108 Pot 5, 3. 1 a 2, 1. Uer 5, 2 ad 6 ; 18, 6 ad 7. CG2, 78 ad 2 + 1 100aine//.

109 4 S 40, 1 a 4c. 2a 2e 31, 3 ad 2. 3 S 29, 1 a 6 ad 5 ; 31, 2 a 3.

110 s Pol 3, 2 n l. 2a 2e 31, 3. 4 S 15, 2 a 1. RP 2, 3.

111 s Pol 3, 1 n 5. 1a 2e 105, 3. 3 S 18, 1 a 4 o 1. 1a 2e 98, 5 o 3.

112 2a 2e 31, 3 o 1 c (ad 1. CG 2, 6 o 44. 3 S 18, 1 a 4. 4 S 18, 2 a 1-4.

113 2a 2e 31, 3 o 2 et toute question charité, joie tristesse. Résumé sur l'ordre des amours : AMOR col 100-130 in Petri a BERGAMO, Tabula.

114 4 S 42, 2 a 1 o 4-7 ; 47, 2 a 1 o 3-ad 1. 3 a 3, 5 ad 2 ; 23, 101 + 10//. Cf 3 S 29, 6 ad 5 + 32// : magis liberare patrem a morte quam extraneum.

115 Uirt 2, 9 ad 14-15. 2a 2e 102, 3 ad 3. Cf sup n 99-100. M.M. DUFEIL, Folle sagesse coll Amiens Imago sp. 1 a 35, 3 a 3.

116 1 S 21, 2a 1. 1a 2e 105-106.

117 s Pol 2, 4 n 8. 3 S 29, 1 prol ; a 6 o 1-sc ; 30, 1 al ad 4. s Mat 10, 2. Mal 10, 2 ; 12, 4 ad 3. Uirt 2, 9 ad 5. 1a 2e 105, 1 r. 2a 2e 102, 3 ad 3.

118 3 S 31, 2 a 3 qua2. 2a 2e 26, 13. Q 4, 8 a 4 sc.

119 3 S 29, 1 a 6 o 1-2-34-5- - sc 1 ; 31, 2 a 3. Uer 27, 3 ad 14 + 16//.

120 s Ethic 8, 9 n 7 ; 12 n 15. s Pol 2, 4 n 8-15. i lob 15-31. i IS 13- 19-56. s Col 4, 1. 3 S 33, 3 a 4 ad 2. Uirt 2, 9 ad 1 7. 2a 2e 105, 3.

121 3 S 29, 1 a 6 ;3 1, 2 a 3 ; 37, 1 a 2. 4 S 42, 2 a 1. 2a 2e 104, 4 ; 105 prol et 2 ad 2 ; 3 ad 1.

122 s Pol 2, 8 n 15. 2a 2e 42, 1. 1a 2e 87, 8 o 3-ad 3.

123 CG3, 12 n 5-6 ; 4, 22 n 6. 4 S 35, 1 a 3 o 6. 2a 2e 154, 12 o 3.

124 2a 2e 154, 9 cf sup n 99. AD 3 s 21 q. 4 S 47, 2 a 1. i Metaph 1, 6 n 7. Uer 26, 8. CG 3, 125 n 6. 1 a 27, 4 o 1 ; 97, 4. 1a 2e 22, 1 ; 24, 3.

125 4 S 41, 1 a 5 o 2 - a d 2.

126 3 S 26, 1 a 3. Uer 26, 4 ad 6. s Ethic 4, 14 n 7. 1a 2e 35, 8 c + ad 9 ; 41, 4 ad 1. 2a 2e 35, 4 ad 3 + 5//.

127 2a 2e 184, 2 ad 3. Uirt 2, 8. Perf Spir 14, 3 S 31, 2 a 3 o 1. 4 S 7, 3 ad 1. 1a 2e 26, 1 3 o 2- 3. propre 2a 2e 17, 3 + 1 1// et J. ATTALI, Fayard 1988.

128 CG 4, 7 n 24. i EF 2, 6. Uer 12, 2.

129 iPs 24 mil.

130 Mat 28, 19. Apoc 7, 9. 1a 2e 102, 4 ad 1 ; 106, 4 ad 4. 2a 2e 176, 1. s Mat 24.

131 s Heb 13, 3.

132 s Ethic 9, 9 n 6.

133 i Sym apo. 4. Sal angl. RF 9. i Io 8, 4. 3 a 23, 1 ad 1.

134 i Ps 13, 1. i Mat 6, 5. C 14, 5 o 5.

135 i Mat 13, 4 ; 27, 2 (Simon de Cyrène) ; 16, 2 ; 24, 1. i Io 2, 3 ; 19, 3.

136 3 S 37, 1 a 6 o 1. 4 S 33, 2 a 2. 1a 2e 105, 3 ad 3, 108, 3 ad 2. 2a 2e 78, 1.

137 3 S 13, 1 a I ad 1 ; 18, 1 a 4 o 1 ; a 6 ad 2. CG 3, 54 n 9. Mal 13, 4 ad l.

138 i EF 2, 6. 4 S 3 a 3 ad 1. L page 72.

139 1 Io, 4.1a 2e 35, 8.

140 1 a 27, 1 o 1. CG 1, 82 n 1. s Mat 1, 4. pot 7, 2 ad 9. 3 a 23, 1 0 1 -ad 1.

141 s Mat 3, 4. Pot 7, 2 ad 9. i Io 1.

142 IT 21 3, 34-41 : 04220 ; 696 occ. Ger et nokri (strange).

143 Ibid 32-34, 04208 et 04220 : 506 occ ensemble, s Mat 22, 1. 2a 2e el 75, 1 c.

144 3a 82, 10 ad 3. Mal 13, 4. 4 S 15, 1 a 4 qua 3 ad 2. 2a 2e 32, 7 ad 2 + 10//.

145 1a 111, 3c. 1a 2e 28, 301. 2a 2e 175, 6c.

146 IT 213, 34 ; 04214, 25 occ cf sup n 110 et 143 et inf 192 (bible 51 occ).

147 i Is 2, 2 ; 7, 10. s Mat 2, 1-2 ; 14, 1 ; 15, 1. 2a 2e 174, 6 ad 2.

148 3a 31, 3 ad 5 ; 35, 9 o 2. s Io 4, 1-3. s Rom 2, 4-5. s Heb 12, 3. 1a 2e 105, 4.

149 i Is 44. i Ps 46, 1.

150 1a 31, 2 ad 3. 189 occ = 1/4, pour ce premier sens.

151 i Anim 2, 14 n 3 et 15 deb.

152 4 S 10, 2 qua 3 ad 2 + 4// cf sup n 82-83.

153 1a 3, 3 ; 29, 4. 3 a 77, 2 + 50//.

154 370 occ = 53 % en ce second sens. M.M. DUFEIL, Speculum IRIS sp. J. ATTALI, Au propre et au figuré, 220-23 (cf sup n. 127).

155 2a 2e 187, 2 + 20//.

156 Cf sup n 105.

157 Nihil aliud uidetur esse statuere in possessione rei sue 2a 2e 61 deb ; 62, 1 - 2-5 + 3//. 1a 2e 100, 4 c uxoris aliene restituere 2a 2e 62, 7 c 66. ATTALI (sup n 154) 357 + index. P.J. PROUDHON, Qu'est-ce que la propriété ? (1840).

158 2a 2e 111, 2 c + ad 3. lactantia 2a 2e 110, 2 ; 112, 1-2 ; 132, 5 ; 162, 4 + 5//.

159 1a 21, 3 ; 95, 3. 2a 2e 31, 1 ad 3. 187, 2. Mal 10, 2 sc 4 ; 3 c + 40//.

160 25 occ pour femmes aliene = 3, 5 %. 2a 2e 154, 7 ad 3 + //.

161 2a 2e 10, 12. 3 a 68, 10 +//. 3e sens d'alienus : 137 occ = 17 %.

162 4 S 1, 2 a 6 sc 12 + c ; 8, 1 a 4 qua 3ad 1 (vœu) ; 43, 1 a 5 o 1 sc2. 4 S 36, 2 a 3 qua ad 2. la 2e 87, 7-8. 2a 2e 43, 6 ad 1 (scandale) + 63//.

163 1a 2e 26, 1-2.

164 1 S 29, 1 a 1 c.3 a 59, 5 ad 1 surt 1 a 31, 2 ad 3.

165 Suppl 46, 2 et toutes questions 41-68 (= 4 S 26-41).

166 3a 75, 5 ; 79, 2 + 6//. i Io 1, 10.

167 Cf sup n 160. G.d'Auv. Summa aurea III, 7, 1-222. P, 58 et n 554 p 82.

168 Mat 17, 27 ; 21, 2 = M c 11, 2= Lc 19, 30 = Io 12, 14. Renvoie à Gen 19, 11 ; 162, 11 ; Zac 9, 9 ; Mat 11, 9. St Th. Aq effleure aussi i Mat 21, 26. PL 23, 840 Bethphagê J. AERSTEN, Nature and Creature Brill 1988 : 136, 152 ; mensura implique un rapport à l'Autre une relation.

169 s Rom 2, 2. 4 S 18, 1 a 2 c + ad 2.

170 1 S 2 L fin ; 24, 2 a 1. 1 a 31, 2 c. Pot 9, 8.

171 1 a 31, 2 ad 3 ; 40, 1 ad3. LUSTIGER, 174 cf sup n 1.

172 IT 21 2, 64-80 entre altare et altilis/ altitude-. Bible : 298 occ.

173 1 S 18, 1 a 3 ad 1. Uirt 1, 9 o 20.

174 BT 1, 2 a 3 ad 5. Pot 13, 3 o 8. i Cel 2, 10 n 11. i Phys 3, 2 n 4 ; 5, 1 n 2 ; 6, 5 n 6-7 ; 8 n 7. Uer 4, 1 ad 3. 2 S 17, 1 a 4 ad 3. AD 3s 2 q 12.

175 i Phys 6, 5 n 16

176 i Metaph 4, 12 n 2. CG 2, 56 n 2.

177 Q 8, 8. BENVENISTE cf sup n 57.

178 4 S 17, 2 a 2 qua 8 o 1. i Ps 18 albêlous agapân In Io 4, 11-12.

179 i Phys 6, 8 n 14 mutatum esse et mutari i Phys 5, 1 n 5 ; 5, 7 n 7. i Cel 1, 6 n 1 ; 7 n 2. i Metaph 8, 1 n 10 ; 2, n 2 ; 12, 8 n 16. Spi Creat 10 c.

180 nobilior i Gener i, 3 n 5. Substantia rei semper maneat 1, 1 n 3. i Phys 5, 1 n 5. 1a 45, 1 ad 2.

181 i Phys 3, 5 n 28. s Io 10, 13. CG 2, 70 n 5.

182 i Phys 8, 15 n 2. i Cel 2, 1 n 4. i lob 12, 1-38. i Io 16, 5. 4 S 49, 3 a 2 ad 3. la 2e 32, 2 sc ; 5, 4 c ; 85, 6 c. 1 a 16, 8 c.

183 s Io 14, 7 ; 18, 4. i Phys 6, 13 n 2. Sun sep 9. DDN 4, 12 ; 9, 1- 2. i Phys 6, 5 n 4. i Meteor 2, 4 n 4. CG 2, 83 n 15. la 10, 4 a 4. 3 a 2, 3 ad 1.

184 i Phys 7, 5 n 4 ; 6, 13 n 2-7, iAnim 2, 11 n 13. i Metaph 5, 11 n 8.

185 i Metaph 1, 8 n 5 ; 4, 3 n 4 ; 10, 7 n 5 ; 11, 9 n 13. i Anim 1, 7 n 6. i Phys 3, 3 n 4 ; 7, 8 n 15. BT 2 prol 1-4-6-7 ; 2, 4 a 1 o 1 ; a 3 o 4 sc 1 c 4 ad 5. DDN 11, 3.

186 BT 2 prol 5-6-7 ; 2, 4 a 1 o 3. i Phys 7, 4 n 2 ; 8, 5 n 8 ; 18 n 5. Quat opp 5. 1 a 97, 3 ad 2.

187 s Heb 1, 5. i Phys 8, 13 n 8.

188 Toute altération innove. 1 a 78, 3 ad 1. CG 2, 89 n 6. Uirt 1, 12 ad 11.

189 Prose Pâques Uictime paschali laudes, strophe 3. 4 S 12, 1 a 2 c.

190 Exo3, 14. Apoc 1, 18 ; 4, 9-10 ; 5, 14. s Mat 3, 2 ; 27, 16. 1 S 42, 2 a 2 o 1. 4 S 18, 1 a 1 q i ad 1. 1 a 13, 11, 41 3 ad 4.

191 IT 2 1 2, 32-33 + 45-54 ; 04191-311. Alietas 04220e, 26 occ p 41. Autres alie-04208-20, 33-41 (Bible 257 occ) ici 310 occ + 481 alius-iud (54 liés).

192 04228-38, 41-45 (Bible) 150 occ). i Anim 2, 9 n 5. sup n 145 (143-150).

193 i Metaph 15, 12 n 8. s Gal 4, 7 mil. Ali(as-bi-cubi-oqui(n)- orsum - quandiu -quandoqui - quicumque - quo - qoties - ter - unde). Alienus ductio traduirait allos gogê vers allégorie (rôle des deux I).

194 2a 2e 43, 6 ad 1 ; 88, 4 ad 2. i Eth 5, 9 n 3. 2 S 35, 4. 4 S 38, 2 a 3 q 1 ad 2. Mal 2, 1 + 8//.

195 1a 13, 5 ; 6 ; 10 ad 4. Uer 2, 11 ad 6 ; 7, 5 ad 3. CG 1, 32 n 6. Pot 7, 7 c fin. nat gen 1. L. PENIDO, Rôle de l'analogie en théologie dogmatique Vrin 1936.

196 2a 2e 57, 1 ad 2 ; 172, 6. RP 1, 7.

197 IT 04261 e. Exclusiua 1 a 31 prom 24 occ. 1 S 9, 1 a 1 o 4. BT 2 pro 15.

198 ad alietatem sequitur alteritas sed non e conuerso 1 S 38, 1 a 2 ad 4.

199 Uer 21, 4 a 2.

200 Uer 2, 1 ad 19. PA 1, 44 n 11. 1a 2e 19, 3 sc.

201 i Cel 1 29 n 3 ; 2, 11 n 6. 3 a 29, 1 ad 3.

202 2a 2e 9, 4 ad 3.

203 2 S 27, 6 c. 1 a 77, 1 ad 3 + 15// ; 54, 1 ad 1. Q 2, 3 aliquid predicando alio siue essentialiter siue participatiue 1 a 54, 1 ad 1.

204 1 S 4, 1 a 3 ad 2. 3 a 17, 1 ad 7 + 6//.

205 i Io 9, 19. i Phys 3, 3 n 4. i Metaph 11, 9 n 13. aliud cf sup n 158. DDN 9, 2. 1 S 9, 1 a 1 o 4. BT 2 prol 5. Ni altérité ni alternance en Dieu trine.

206 Commedia, inferno 26, 141 com'altrui.

207 1 ep 4, 11-12 etc.

208 i Ps 4 mil.

209 IT 21 13, 995-1020 : 51 595 MIRA - 51628 M1RUS ; 2 400 occ (51604 Miraculum fait 1 419 occ à lui seul).

210 1 a 89, 1 ad 2 + 8//. i lob 39 ; 41'2 mil. i Ps prol 2a 2e 135, 2.

211 Spir Creat 2 ad 6. 1 a 105, 7 + 7//. s Gal 3, 1. 1a 2e 113, 10 c.

212 i Phys 4, 16 n 6. 1a 2e 32, 8 c.

213 i Io 5, 1 ; 11, 3 ; 15, 1. i Ps 21, 22. i 2 Cor 6, 2. Lazare, Naim.

214 Officium corporis Christi 1, 3 cf DUFEIL, Prière, Senefiance 10 n 28.

215 i Ps 45, 7. Uer 12, 13 ad 6. Luigi BOGLIOLO salesiano, Dall'interiorità agostiniana alla tomista, Doctor Communis 39- 3 (Sett-dic 1986), 292-314//.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter