Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

Thomas d'Aquin et la découverte de l'historicité

Compte-rendu de M. Seckler, Le Salut et l'histoire CERF 1967

Texte intégral

  • 1 HAYEN, Rev. Thomiste, 52 pp. 61-82 et Rev. Sc. Phil. Théol. 47, 131 : position traditionnelle, st. (...)

1Il arrive qu'un ouvrage ancien et qui avait réussi en son temps son accompagnement de compte-rendus mérite toujours relecture et réflexion. C'est le cas de cette excellente traduction qui depuis vingt ans permet de retrouver cet ouvrage exceptionnel dont les conséquences ne sont pas encore mesurées. Eminemment maniable, il ne présente que 33 abréviations courant en 885 notes denses et brèves et il manœuvre 57 mots et 338 noms aux huit pages d'indices, sous le plus banal des formats. Cette sveltesse offre cependant une puissante démonstration, dont les conclusions n'ont guère encore mais doivent toujours, entraîner une révision des idées sur l'histoire de l'histoire ; cette légèreté pèse d'un grand poids sur les études de la scolastique et la théologie de l'histoire. Ce livre renouvelle la vision que l'on doit prendre de ces thèmes et sujets et reclasse les moments d'apparition de l'idée historique, hier réputée dater du 19ème ou du 16ème siècle ; ce qu'il prouve et expose la fait remonter sous sa forme moderne au 13ème siècle et pertinemment à saint Thomas d'Aquin1.

2La philosophie allemande - pléonasme ? - nous a habitués à cette savante dialectique et poésie du regard et de la structure, du phénomène et de son étude. L'action sur l'objet qu'a le champ par lui déterminé a pour réciproque le renvoi indéfini du miroir à la beauté du réel. Tout acte vibre d'être vu mais toute pensée est aussi un acte.

"Les nombreuses tentatives faites depuis près de deux mille ans pour comprendre le christianisme (lui ont donné)… sa figure multiple et changeante dans son cheminement à travers l'histoire"

3proclame ainsi la première phrase de l'avant-propos, en ajoutant que l' "explication réflexive" d'une "nouvelle réalité" "exige du temps et de l'effort". La pensée de Thomas d'Aquin, "thomasisch", même en son miroir aux alouettes des thomistes, thomistisch (ici p. 8 n. 1 avec une coquille) vogue sur des facettes de sept siècles aux vagues lourdes ou aigües et ce ne peut être sans génie ni effort que le regard de lynx de SECKLER en découvre si simplement la profondeur.

4Dans son avant-propos, après avoir affirmé sa surprise à découvrir chez Thomas d'Aquin le sens du temps et de l'histoire, Seckler admet que la pensée clairement exprimée par le texte ou clairement implicite, que l'on atteint alors par l'explication, peut aussi se lire au-delà de l'extrapolation courte du nécessairement impliqué et se prolonger de la pensée latente à toute conséquence logique. Ainsi est justifiée l'expression hardiment contemporaine qu'avec un bonheur tranquille, Seckler donne de la pensée de saint Thomas.

  • 2 In Rev. Thomiste, 45 (1939), 93-107. Id., Introd. Etude st. Th., 1950, pp. 255-76. St. Th. et Théo (...)
  • 3 M.M. DUFEIL, Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1250-59), thèse Pi (...)

5Dans un premier chapitre sur saint Thomas et l'histoire, Seckler reconnaît et montre que Thomas ne fut pas un historien mais qu'il avait le sens de l'histoire ; non en praticien mais en épistémologue, il savait l'étalement de l'être dans le devenir selon un mouvement cyclique aujourd'hui d'ordinaire incompris. Ce mouvement de schémas variés est lisible, comme l'a montré le P. Chenu, dès le plan de la Somme2 dans un squelette d'origine néoplatonicienne qui constitua Thomas critique, non point en historien écrivain d'historiographie mais en historien déchiffreur des temps. L'ordo discipline (de la recherche) suit ainsi l'ordo rerum. Cette dernière expression doit en ce cas se traduire : "le cours historique des choses". Seckler semble avoir le premier deviné ce sens, recouvert par diverses incompréhensions baroques du 14ème au 20ème siècle, pourtant le seul à être exact. Cet ordo, donc, va de l'abstrait au concret, de la grâce au Verbe et au reditus de la Parousie. Fort original face à Bonaventure par exemple, Thomas d'Aquin refuse l'ordre de la mystique augustinienne dans la série chronographique du monde et se refuse à déterminer l'événement3. Pour lui le sens de l'événement est une intelligibilité et non une inscription dans un topos. Augustin, en conséquence rétroactive, apparaît marqué au fond d'une rhétorique cicéronienne.

6Au chapitre II on étudie l'identité de l'origine et de la fin, ce schéma cyclique de la tradition qui pour Thomas cesse d'être une rengaine mais devient par le retour à la cause première, une structure générale, unique et orientée : omne agens agit sibi simile. semper effectus conuertitur in suum principium. Il ne s'agit pas d'une figure mais d'un mouvement. De cette lecture particulière du cycle logique abstrait du réel que propose Thomas, Seckler montre l'originalité par rapport à l'augustinisme facile du temps.

  • 4 M.M. DUFEIL, trois sens de l'histoire affrontés vers 1250, 1274 année charnière CNRS 1974 815-48 + (...)

7Le chapitre III insiste savamment sur les relations entre saint Thomas et le néoplatonisme, surtout dans le schéma ternaire plotinien : émanation, conversion, retour. Mais, le premier semble-t-il, Thomas transforme une image a-temporelle - et qui méprisait même le temps - en un système d'écoulement. Il refuse la nécessité logique de la création-début du monde et admet la possibilité d'une durée temporelle indéfinie ; la création, effectivement début du temps telle que la révélation la fait connaître au théologien, fut un acte libre, un événement et non un fait mécanique. Cette distinction du principe et du fait à travers le possible fut mal comprise au 13ème siècle et la fermeté opiniâtre de Thomas sur ce point révèle combien il est central dans sa réflexion. La création réelle devient donc un événement gratuit, gracieux que la foi annonce et qu'aucune détermination logique n'exigeait : c'est l'introduction même de la liberté dans la structure de l'événement au départ du déroulement temporel. Aucune philosophiez perennis et surtout pas le bâtard alors règnant d'augustinisme plotinisant, encore aujourd'hui moribond, ne peut poser un tel concept. De même l'entrée libre du Logos dans l'histoire présente une philosophie nouvelle, l'inverse en somme de la traditionnelle nécessité de l'Incarnation. Thomas ainsi non seulement introduit le concept même d'histoire mais lui accorde en sus un dynamisme qui d'ailleurs parut alors révoltant4. Déstabilisés par cette révolution mentale, les idéosophes postérieurs, et inférieurs, furent ainsi rejetés sur le vague de leur verbalisme et en profitèrent pour se parer d'un sens mouvant qui était seulement leur instabilité de formulation, leur imprécision taxinomique, un sable d'enlisement. Ils attribuèrent alors sans fondement textuel, aux thomistes formalisés par eux, la défroque du fixisme ; hélas ce n'était même pas volontaire mensonge mais simple et radicale inintelligence.

8Intitulé "l'événement divino-humain", le chapitre IV nous introduit au cœur de la conception de Thomas d'Aquin. Le monde est imago d'une éternité, en mouvement, et la processio divina en est la cause, modèle et source du processus temporalis. Le salut guérit l'histoire et la création est la grammaire d'une affirmation du Créateur. De même l'insertion, en tant qu'événement, du Logos dans le temps - l'Incarnation -referme le cercle par un choix. L'événement temporel n'est pas un fait casuel superfétatoire mais une réalité positive pleine ; ce qui compte est donc le maintenant. Le temps devient ainsi tempus conveniens facteur de salut, car il permet d'étaler le travail d'une ressemblance dynamique et volontaire de la nature à son principe. L'interprétation trinitaire de l'histoire (de Potentia, 9) mène à voir le prototype de ce succès dans le Fils incarné, mais le feu du ciel n'est pas arraché par un Prométhée, il est librement accepté par un Crucifié qui rassemble et ressemble.

  • 5 Cette opinion, traditionnelle est inexacte : B. GUENEE, Histoire et culture historique de l'occide (...)

9Chapitre V : l'origine et le sens anthropologique de l'histoire. Après ce nouveau sens historique apporté contre la Tradition par saint Thomas d'Aquin qui pour mieux la respecter la faisait vivre en transformant son interprétation, la "grande percée" vers la pensée historique moderne n'eut lieu qu'au 17ème (hum la fin !) et au 18ème siècle (p. 102)5. Seckler critique ensuite un certain historicisme et revient à Thomas : malgré Plotin, la multiplicité et donc la temporalité, loin d'être une chute et un fameux péché, constituent imago plurielle de la richesse de Dieu agere sequitur esse. La multiplication est trame fondamentale et celle des six jours de la création trace tout axe de progrès, tout processus de perfection. Le nouveau perfectionne l'ancien ; dans l'histoire universelle, l'homme surtout, par le cycle de la génération est le-même-et-le-divers l'un et le multiple. Il y a nature et progrès, étendue horizontale et perfection verticale, perfectibilité par l'amour. La coïncidence finale des deux pôles constitue l'identité du salut et de la béatitude.

  • 6 Contre H.I. MARROU, L'ambivalence du temps de l'histoire selon st. Augustin 1950.

10Au chapitre VI (le temps et le salut), l'opposition classique (mieux vaudrait écrire et penser baroque) du linéaire hébraïque et du cyclisme grec est reprise pour parvenir - à travers divers types archaïques etc… - à l'intégration chrétienne selon Thomas d'Aquin, originale entre toutes6.

  • 7 M.M. DUFEIL, de antiquitate secundum Tomam, Amiens 1982, Wiener Arbeitung zur germanischen Altertu (...)

11"Le temps du salut et le déroulement de l'histoire", (chapitre VII) revient sur les concepts fondamentaux et distingue divers types de philosophie de l'histoire. Thomas est en somme un sceptique qui refuse les fameuses grandioseries "médiévales" (au vrai tardi-antiques ou 17ème siècle) des pseudo-Augustin et autres Joachim de Flore, parce qu'il ne cherche pas un poème kérygmatique du plan divin mais la morphologie du réel historique res in cursu suo. Jésus apparaît alors comme la lumière concrète qui permet de rendre l'histoire intelligible7.

  • 8 M.M. DUFEIL, Polémique (cf. supra n. 3) 120-127 + 330. Id., Évolution ou fixité, Rev. Sc. Phil. Th (...)

12Le chapitre VIII, "le dernier temps", conclut avec justesse que Thomas d'Aquin a le premier aboli l'attente de la fin du monde8. La verticale eschatologique est immanente à chaque présent en devenir et non rejetée à une date d'astrologue. L'Église est coextensive à l'Évangile et représente le dernier temps lui-même. Malgré Benz, il ne s'agit pas de privilégier la forme ecclésiale papaliste du 13ème siècle car Thomas est ouvert à toute réforme et surtout à l'idée historique de réforme permanente et ne privilégie aucune forme transitoire. L'Église garde l'essentiel de l'histoire c'est-à-dire du futur. Le christianisme est christification, fin des ghettos, pour édifier le Christ et en lui le sujet humain universel en un seul corps.

13Faut-il signaler les coquilles : Arguillière pour Arquillère (206 n. 1, index) ; les absences : A. L. MALER (sur le temps chez les scolastiques, Scholastik 26, 1961, 520-556) ? Mais comment cet excellent livre n'aurait-il pas de défaut ? C'en est un que de tout savoir sur les sources, plotiniennes par exemple, de l'originalité thomasique et sur les commentaires postérieurs et actuels, ce qui mange la place de bonnes citations de Thomas lui-même. Une conception structuraliste de l'histoire doit en effet s'encombrer moins désormais de séries chronographiques d'influences et de défluences. Car sur de telles longueurs temporelles, la communauté réelle de pensée, sinon d'idée théorique, est une illusion ; le thème est là mais le senti social est différent. Une pensée est toujours de son auteur et de son temps. Quel que soit le respect dû à l'imbrication successive des idées en histoire, l'explication historique d'une pensée est dans les choses qui lui sont contemporaines plus qu'en ses tenants et aboutissants antérieurs et postérieurs. Pour expliquer Thomas et son originalité, et même sa continuité avec tradition et succession, rien ne vaut la connaissance de tout ce qui baignait sa vie ; la meilleure manière de parler de lui est de la faire parler. La supériorité de Thomasisch sur thomistich est historique. On ne peut par exemple expliquer les thomismes sans Thomas ni par lui car, donné Thomas, le thomisme éteint du 18ème siècle s'explique par la constellation mentale du 18ème siècle et le thomisme vigoureux de Capriol par la rude profondeur du premier 15ème siècle et par les sociétés respectives qui sous-tendent de leur structure et production de telles mentalités.

  • 9 M.M. DUFEIL, lerarchia, un concept dans la querelle, Mediävisten Tagungen, Miscellanea medievalia (...)

14On ne peut expliquer l'élaboration savante de Thomas - qui n'est pas un thomisme - par des doctrines préalables ou par leur ourdissage permanent et pertinent par Thomas lui-même, auréolé de la totalité de son ambiance. L'explication sérielle des chronographies étendues prend sa revanche dans la succession des ensembles de générations. Un certain ensemble de civilisation solidement structuré sur lui-même cuius participatio eius in idipsum (Ps 121-3 ; 3 S 17, 3 a 2 ad 6), constitue un véritable présent historique et c'est globalement qu''il descend de la totalité précédente et qu'il influe sur la totalité suivante. Pour élargir une théorie élaborée chez les économistes, on pourrait dire que la longue durée entendue de façon totale avec arts, religions et politiques, comporte un système d'explication historiciste. La structure totale d'un stade explique par écoulement temporel la totalité du stade suivant selon l'horizontale chronographique (Seckler réserve judicieusement la verticale à l'expression de la transcendance). Tandis que, dans la conjoncture, le principe d'explication passe à la latéralité : une brève durée économique ne s'explique pas par des antécédents économiques mais bien par des séries concomitantes du même secteur temporel en politique en idées etc.. ; et vice-versa. De même l'élaboration, géniale ou non, d'une doctrine par un homme est évidemment de brève durée, 25 ans par exemple, et son explication repose essentiellement sur les séries contemporaines du climat, de la production alimentaire, des échanges et de la vie sociale, politique, administrative, militaire, ainsi que des événements et personnalités de l'art et de la religion. La pensée de Thomas d'Aquin ne peut pas s'expliquer par le plotinisme mais bien par l'équilibre de construction et d'élégance de la Sainte Chapelle9, par les missions exceptionnelles aux Mongols et l'échec des croisades, les traductions de Moerbecke, le concile de Lyon et les caractères des papes, évêques, princes, prieurs et autres qu'il a fréquentés. Chacun de nos contemporains a cessé d'accuser les fautes de son grand-père dans ses échecs professionnels ou sentimentaux mais sait bien que l'influence de son percepteur et de sa concierge ou femme de ménage redouble celle de la pluie. L'hérédité n'explique pas à elle seule l'activité d'un homme qui dépend radicalement des circonstances immédiates, inédites. Par contre la totalité de la constellation de société de la dernière partie du vingtième siècle est bien l'horrible et légitime successeur du capitalisme louis-philippard. La concomitance explique les particularité d'une structure ; la succession n'a de prise que sur les ensembles.

15Ces considérations sur la synchronie et la diachronie débouchent directement sur Thomas et ne sont pas données seulement pour faire à Seckler la critique d'avoir trop expliqué le sens thomasique de l'histoire par une réflexion sur le plotinisme (ch. II 53-72 surt. § 2 Plotin et la double retouche de Thomas 60-72). Au demeurant, cette réflexion de l'auteur savant, pertinente et fort bien menée est originale ; de plus cette découverte neuve et inattendue fut involontaire :

"Primitivement notre propos… théologie moderne… théologie protestante… Un coup d'œil jeté sur… saint Thomas… résultats tellement surprenants que nous avons abandonné notre projet primitif".

16Il s'agissait d'abord de

"mettre en opposition la pensée anti-historique de la théologie médiévale et la pensée historique moderne".

17La même aventure arrive à tous ceux qui cherchent à découvrir ce que Thomas d'Aquin, ses collègues et adversaires, pensaient de l'histoire. Oui Seckler a raison, la certitude, commune encore aujourd'hui d'une absence sinon d'une haine de l'histoire chez les penseurs du 13ème siècle européen, repose sur une légende non-fondée et sur un contre-sens éminent. Philosophe découvreur de l'esse, Thomas d'Aquin est aussi profond maître et décrypteur des arcanes du fieri dont la série temporelle se nomme histoire. On ne saurait trop louer Seckler d'avoir vu cela, de l'avoir admirablement étudié, d'avoir eu le courage plus admirable encore de le proclamer. La principale mésaventure qui accueille ce genre de révélation est encore aujourd'hui le sarcasme et non l'éditeur.

18Thomas ne nomme presque jamais l'histoire et chacun put croire à son ignorance et à son oubli. Seulement la même epokê lui est arrivée avec l'Église, notion dont il est le plus profond penseur et maître ; le mot ne manque que par une puissante attention à toutes les variétés de la chose et parce que tout y baigne. C'est ici que les considérations, mineures et formelles sur les "défauts" de Seckler, expression ridicule, prennent leur efficacité : le concept thomasique d'histoire est essentiellement complet. Le système des cheminements évolutifs y est équilibré en trame par un sens structurel durable ; non pas comme on l'a lu à tort depuis sept siècles, et c'est risible, par l'immuable, l'éternel, l'anhistorique augustinisant contre quoi Thomas se battait, mais par le présent global. On a confondu la solidité du nunc avec l'immuable de l'éternel. Thomas a deviné dans un langage qui pour n'être pas le nôtre n'est pas non plus celui de son temps, l'équilibre de l'évolutif et du structurel. Au 13ème siècle, on s'y est trompé, Seckler l'a fort bien vu. Il expose, on ne peut mieux, comment la possibilité de l'éternité du monde est un thème thomasique radicalement incompris au 13ème siècle par ce qu'elle est la découverte du pouvoir du présent.

19A l'inverse, un historicisme augustinisant ou romantique ramène tout au cheminement chronographique, à l'explication linéaire narrative (p. 67-68). Le caractère total du mouvement de multiplication de l'un donne une construction de l'espèce par les individus (p. 124-126) qui rappelle le matérialisme et le réalisme marxiens. L'étendue horizontale linéaire du temps et de l'œuvre dans le temps, sans être niée, est corrigée par un concept de mouvement circulaire très moderne quoique d'origine grecque (p. 127 vertical et horizontal ; p. 137 cercle fermé ; p. 143 cycle et linéarité). Le structuralisme aujourd'hui déjà hors mode après l'avoir faite est insuffisament abordé ici : il avait été deviné par Thomas seul à cette altitude pendant des siècles quoique plusieurs autres aient pu en imaginer ou en flairer des bribes. Seckler l'explique (p. 144) :

"Les synthèses historiques ne peuvent être expliquées historiquement que jusqu'à un certain degré ; il faut les comprendre à partir de leur structure donnée. Vue sous l'angle historique, toute origine n'est qu'une halte apparente qui renvoie à quelque chose qui la précède. Pour vraiment comprendre une chose, il faut l'interroger elle-même, l'analyse de ses composantes ne pouvant jamais l'expliquer".

20Il s'agit des composantes génétiques, les influences antérieures sur la naissance d'une doctrine par exemple, car Seckler continue :

"Quant au christianisme, il est impossible de l'expliquer par sa genèse, il ne saurait être compris que par lui-même".

21Le devenir selon Thomas, de même ! Or il y a 26 pages où Thomas n'est ni cité ni étudié, tout juste nommé : c'est un exposé des autres théories anciennes et modernes sur le sujet à fin de comparaison, en somme anhistoriques, avec la typologie de Thomas, quitte à insérer en cette lecture directe, une problématique générale, grammaire abstraite et exemples comparatistes.

  • 10 Id., L'histoire structurale éditorial des Cahiers Congolais d'anthropologie et d'histoire 1 (1976) (...)

22Les problèmes d'influence de Thomas et sur Thomas apparaissent ainsi en grande lumière et cela explique la doctrine même qu'il s'agit d'étudier. Le type d'explication en devient presque historiciste : Thomas est celui qui a reçu, critiqué, refusé, transformé tel apport. Une explication structuraliste10, et thomiste, en ne traitant ex professo que le texte de Thomas eût certes rencontré ces influences de toutes sortes que Seckler connaît si parfaitement. L'originalité de l'Aquinate eût surgi tout autant.

Conclusion

23Les autres variables contemporaines et non philosophiques de l'explication, querelles universitaires, novations monétaires du roi Louis, politique hardie de Frédéric II etc.. eussent été aussi découvertes avec le mouvement du gothique courtois et l'impact des Mendiants. En somme, la meilleure façon d'expliquer le sens du présent chez Thomas aurait pu être d'appliquer sa méthode et de faire de Thomas une présentation 13ème siècle au lieu de l'étaler sur toute la succession chronographique gréco-européenne. Seckler a raison profondément, le temps horizontal saisi par Thomas est aussi mieux que jamais et pour la première fois semble-t-il réconcilié avec le temps vertical. Seckler montre avec une rare pertinence et un rare bonheur comment le salut chez Thomas devient hsitorique, opposé à l'éternel et immuable salut du fixisme traditionnel qui sonsistait à échapper au temps. Et comment ce salut historique, loin d'un successivisme progressif, demeure présent à chaque pas du déroulement de l'histoire (chapitre VII, 173-203). Ainsi la multiplication de l'événement et sa consommation objective définit l'eschatologie interne du présent. A partir d'une ironie légère et méritée sur le verbalisme moral d'un Voltaire qui ne dit pas "ce qu'est l'histoire entendue comme simple connaissance du passé", ce chapitre évoque d'abord quatre types de philosophies de l'histoire dont la première

"consiste à dégager la relation entre la succession logique et la succession temporelle".

24Cette insertion du vertical permanent dans la succession horizontale est le sens même du res in cursu suo. Par cette expression Thomas se sépare d'une typologie traditionaliste ou pseudo-moderne, successiviste. Mise en équilibre du tempus et du status, il a fallu attendre jusqu'au milieu du 20ème siècle pour que Seckler en retrouve le sens et plusieurs significations. Il est l'un des rares sinon le seul et le premier à avoir su lire Thomas d'Aquin avec cette irréfutable pertinence. H eût fallu que d'autres le lisent et aillent de lui à Thomas pour s'y abreuver. Pourquoi alors a-t-il présenté son livre quasi-parfait sous la forme éculée de purs concepts étirés en longues chronographies ? Il aurait dû suivre Thomas et l'intuitus qu'il en prenait, étudier en chronographie ramassée la structure globale qui sous-tend cette sienne découverte du tempus et du status, c'est-à-dire de l'histoire. Seckler s'est voulu théologien et non historien, comme le prouve le dernier chapitre sur Yuniversale concretum Jésus de Nazareth. En définitive, Thomas meilleur penseur de l'histoire sous le double aspect de structure et de flux jette encore aux happy few comme Seckler qui savent le lire, le défi d'écrire sur lui aussi bien qu'il pensa.

Notes

1 HAYEN, Rev. Thomiste, 52 pp. 61-82 et Rev. Sc. Phil. Théol. 47, 131 : position traditionnelle, st. Thomas n'a pas le sens de l'histoire.

2 In Rev. Thomiste, 45 (1939), 93-107. Id., Introd. Etude st. Th., 1950, pp. 255-76. St. Th. et Théol. et presque toute l'œuvre du P.M.D. Chenu.

3 M.M. DUFEIL, Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1250-59), thèse Picard 1972 p. 232. Cf. index : Histoire, surtout n. 124-125 p. 274 ; 227, p. 281.

4 M.M. DUFEIL, trois sens de l'histoire affrontés vers 1250, 1274 année charnière CNRS 1974 815-48 + index. Id., regards d'historien sur la métaphysique du devenir d'un théologien, Atti Congr. intern. Tommaso dAquino, Roma-Napoli 1274 t. vi., 699-705. Id., Concept de historia segun santo Tomàs, Congreso mundial Filosofia cristiana Cordoba (Argentina) oct. 1979 t. v, 2126 i-xxvi.

5 Cette opinion, traditionnelle est inexacte : B. GUENEE, Histoire et culture historique de l'occident médiéval. Aubier 1980 ; id., Ann. ESC 28 (1973), 997-1016. M.M. DUFEIL, Thomas in inuentione historie, colloque Centre médiév. Amiens mars 1985 sous presse.

6 Contre H.I. MARROU, L'ambivalence du temps de l'histoire selon st. Augustin 1950.

7 M.M. DUFEIL, de antiquitate secundum Tomam, Amiens 1982, Wiener Arbeitung zur germanischen Altertumskunde und Philologie 20, 49-65. Id., Oriens apud Tomam coll. Aix Prov. CUERMA = Senefiance 11 (1982), 165-76.

8 M.M. DUFEIL, Polémique (cf. supra n. 3) 120-127 + 330. Id., Évolution ou fixité, Rev. Sc. Phil. Théol. 55 (1971), 465-79. Cf. supra n. 4.

9 M.M. DUFEIL, lerarchia, un concept dans la querelle, Mediävisten Tagungen, Miscellanea medievalia 12 (1978) 56-83 (Thomas-Institut Köln). Id., ibid. 10 (1976), 95-105.

10 Id., L'histoire structurale éditorial des Cahiers Congolais d'anthropologie et d'histoire 1 (1976) ; 7-11. Id., Hist. classique… History and Theory 21-2 (1982), 223-233.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter