Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

Ad mensam Domini : de sancto Gregorio apud Thomam

Colloques internationaux du CNRS Grégoire Le Grand Éditions du CNRS, Paris, 1986

Texte intégral

  • 1 Historiel : factuel ; historial : créateur d'histoire, historique, d'importance. Cf. Dufeil, Evolu (...)

1Traiter de saint Grégoire, quand frère Thomas le cite en son texte professoral, n'est pas si facile, car il nous reste seulement les résultats de la construction mentale à laquelle se livra l'auteur. Cela ressemble pour nous à un remploi archéologique que nous préférerions saisir, pierre libre, dans un monument en ruines ; or, Thomas vit, en son œuvre, aux pierres scellées d'un monument toujours debout. Dans l'histoire des idées et des mentalités, le rapport entre deux auteurs de civilisation et d'époque différentes, peut dessiner trois configurations. La première est aisée à dresser pour ce qu'elle vaut : un schème abstrait de comparatisme autour de quelques solides topoï comme aristocrate, engagé, rêveur, chef, poète, scoliaste, contemplatif, orateur, etc. Le rapport, par contre, entre deux penseurs et auteurs qui se sont personnellement connus, exige un correctif daté et concrétisé (rencontre, dispute, disciple, etc.) servant probablement à expliquer divers effets historiels1. Une troisième configuration discursive se dessine quand, dans une certaine communauté de civilisation, transmission ecclésiale de la tradition catholique, par exemple, deux auteurs se succèdent sur une bonne distance temporelle - six siècles - et que le second lit le premier : une ombre portée du premier sur le second intéresse le lecteur.

  • 2 Index thomisticus électronique. Busa ne comporte pas de classement des citations de Grégoire.
  • 3 Ps. 132, 1.
  • 4 Exo 20, 24 ; Matth. 18, 20 ; 1 Cor. 5, 4.

2Cependant, à trop la lire, on la déforme en diverses considérations trop tardives, dont les remous finissent par atteindre tout le monde et la vision qu'on prend de chacun. Les historiens sont en effet contemporains d'eux-mêmes et lisent, quoiqu'ils en aient, leurs textes dans la récurrence, avec tout ce qu'ils savent, sous le poids de tout ce qu'on en a dit. Certains auteurs sont ainsi noyés de scolies. Le rapport à Grégoire que nous tentons d'élucider chez Thomas est en fait dans notre lecture, et il serait malhonnête de l'omettre, comme inintelligent de l'oublier ; un autre chercheur plus profond, plus sagace, mieux fondé, ne parlerait cependant qu'en son nom et sa voix ne serait non plus ni celle de Grégoire ni celle de Thomas, mais uniquement la sienne : l'historien est contemporain de lui-même. Dépassant les personnes, une analyse d'ordinateur objectif - on n'a pas pu consulter Frommann2 - débouche donc sur une épistémologie audacieuse qui, pour neutraliser tout dire, cherche à exponentier la problématique, élargit le champ des questions et lui accorde dans la prospective ce point surréel d'outre-horizon où cesse toute contradiction. Grégoire et Thomas ? : Quant bonum et quant iucundum habitare fratres in unum3. Toutefois, même en nous retirant, il y a toujours un troisième nom et ce "troisième homme", assis à la table où Grégoire dîne chez Thomas, ne saurait être nommé qu'à la fin4.

3A travers un survol de l'utilisation que Thomas fait de Grégoire dans ses citations, apercevons s'il est une influence de Grégoire sur Thomas, pour parcourir en essai comme un aller et retour.

I- Thomas choisit Grégoire

A.- Citer

  • 5 CR 3, 32 et 48, in L 41, 42.
  • 6 Dans 2 S 3 q 1 a 3 ; 4 S 18 q 1 a 3 qua 4 sc et ad 1.
  • 7 PL 75.

4Plus de 2 000 citations de saint Grégoire dans l'œuvre de frère Thomas forment un corpus disséminé dont le relevé exhaustif est impossible en dix pages. Ce fastidieux travail ne serait d'ailleurs signifiant qu'à la sortie d'un ordinateur rendu attentif aux corrélations. A moins en effet d'une extrême minutie dans la catégorisation, le décompte des citations, on le sait, est en partie un leurre. Grégoire peut être parfois nommé par erreur5 et si Thomas est, moins que d'autres, coupable de cette faute, ni le xxème ni le xiiième siècle ne peuvent y échapper. Notre saint pape peut, à l'inverse, se cacher sous une glose ou un canon6 ou derrière un Job à peine commenté d'un mot, dont l'écrivain omet de déterminer le site dans les fameux Moralia7. Seule une équipe de savants érudits, armés d'informatique sur les deux œuvres, peut se tirer de tels pièges qui risquent de fausser notablement les calculs. Une dubitative approximation nous sera moins prétentieuse en attendant. Surtout, une citation de Grégoire, sur laquelle raisonne longuement et profondément Thomas, ne présente qu'une seule occurrence ; tandis que quelques textes, répétés sans étude spéciale depuis l'objection jusqu'aux réponses et ripostes du corps de l'article, offrent, au contraire, un compte impressionnant pour un aspect intellectuel quelconque en réalité. On n'attribuera pas, par conséquent, une importance décisive au décompte rapide ici présenté ; mais plutôt à quelques réflexions menées à son propos.

  • 8 L 42, 503.
  • 9 L 16, 213-215.

5La répartition des occurrences et apparitions de saint Grégoire dans les textes de saint Thomas est un véritable persillage : il y en a presque partout. Traités théologiques ou techniques, œuvres spirituelles ou polémiques, réponses à des questions posées par lettres, sommes…, Grégoire est toujours présent chez Thomas. On le trouve cependant irrégulièrement, il est presque absent des travaux qui concernent les Grecs ou les "gentils". Il n'apparaît qu'une fois au Contra errores grecorum, peu dans l'Ad cantorem antiochenum et guère plus de deux dizaines de fois au Contra gentiles. Dans ces travaux en effet, le destinataire ne le connaît pratiquement pas et n'a aucune raison spéciale de l'estimer. Pour Thomas, Grégoire est l'un des quatre grands docteurs latins, à utiliser dans son milieu. Mais là, il l'utilise toujours. Grégoire apparaît 25 fois, autant dans le Contra gentiles que dans un petit groupe d'opuscules théologiques8 ; même dans le De substantiis separatis, typiquement scolastique, se rencontre une mention de notre saint pape. Dans la Summa theologiae9, Grégoire apparaît plus de 600 fois, dont près de 200 fois au sed contra, soit au point où s'affirme le plus pleinement l'auctoritas. S'il est plus rare au début de la 3a pars et plus abondant à la 2a 2e, il n'y a quand même guère de volume de la petite collection Lethielleux où il ne soit présent plusieurs fois, c'est-à-dire au moins toutes les dix questions. Thomas s'est saupoudré de Grégoire.

  • 10 Ed. Ch. Lohr, Avebury, 286-296.
  • 11 L 22-23, 905.

6C'est en sens inverse toute l'œuvre de Grégoire qui est en cause chez son compatriote fra Tommaso d'Aquino. Moralia, homélies, Regula, lettres, Liber sacramentorum,10 pour résumer par pans grossiers, sont tous présents. Presque tous les livres des Moralia in lob, surtout le 31 ; presque chaque livre des Epistule, surtout le 11 et pratiquement chacune des expositions homilétiques sur Ezéchiel ou les évangiles, surtout la 34 in Ev., se répartissent dans les citations et occurrences de Grégoire chez Thomas. Au Scriptum super Sententiis, les 320 apparitions s'organisent brièvement ainsi : 115 venues des Moralia, 69 des Hom. in Ev., 40 des Dialogi, 19 d'in Ezech,, 10 de la Regula pastoralis, autant des épîtres et 4 du Liber sacramentorum. Vingt-sept sont sans précision, 15 in littera Petri Lombardi, 3 de la glose, 4 des canons, une par Hugo de Sancto Victore et 3 de la Vita Gregorii. Il peut sembler, en cet écrit du jeune bachelier sententiaire, qu'il poursuive alors la lecture des Moralia en particulier, car les derniers livres sont bien plus fréquents en sa quatrième partie ; le Liber sacramentorum, cité dès le début, n'était, par contre, probablement pas, dans les collections dont disposait frère Thomas, rejeté comme dans notre Migne à un tome suivant. Si l'on regarde les 150 citations du De ueritate11, elles se répartissent par cinquantaines approximatives entre les trois tomes de notre Patrologia latina, 75, 76 et 77 ; en effet, ce qui ressortit aux volumes 78 et 79 est comme en plus. Le professeur Thomas d'Aquin n'est donc pas seulement pétri de Grégoire, il est pétri de tout Grégoire ; il n'a pas essayé de réciter tous les slogans enfermés dans les florilèges de tous les intellectuels du xiiième siècle, il a tenté et probablement réussi, au moins en partie, à lire toute l'œuvre dans des textes complets. Mais il faudrait, pour conclure, une étude informatique des codices dont il avait l'usage.

B.- Lire

  • 12 Novarina 170 = Tocco 42 (D. Prümmer, Fontes uitae sancti Thomae Aquinatis, vol. 2, 1924).
  • 13 J. Destrez, La pecia, 1935 et La p. ds les mss universitaires parisiens des xiii-xivème s., 1936.
  • 14 M.M. Dufeil, art. Anselme, in Encyclopaedia Universalis, t. II, p. 202-204 (éd. 1982).
  • 15 Abbé Y. Delaporte, Les vitraux de la cathédrale de Chartres, Chartres, 1926.
  • 16 J. Le Goff, Exempla, Typologie des sources du Moyen Age occid., Univ. cath. Louvain, n° 40.

7L'anecdote cependant d'une promenade à Montmartre avec ses étudiants12, où Thomas leur déclare ne pas vouloir posséder (dominer) la belle ville qui s'étend à leurs pieds, mais rêver plutôt des homélies de Chrysostome sur Matthieu, cette anecdote est signifiante : l'Ordre s'était voulu riche en livres et l'était déjà au milieu du siècle à Paris quand Thomas y enseigne. On y possède ou manie sûrement les Pères latins, on y désire encore compléter divers grecs. Le temps des florilèges est dépassé par celui des pecie13. Dès le premier âge monastique, de tradition orientale, Bible et Pères avaient été regroupés par thèmes selon leurs phrases les plus citées et les plus utiles à l'enseignement et à la prédication. Certainement, les écoles carolingiennes avaient déjà systématisé ces florilèges, et n'importe quel ecclésiastique cultivé venait y chercher ce que le Deutéronome, Basile, Sénèque ou autre Bède avait écrit de plus frappant sur le sujet de sa méditation. Aux temps de l'abusive auctoritas de la littera, ces recueils évitèrent l'évasion absolue dans les sens rêvés, les polémiques sans fondement. Ils ramenaient ces alphabètes raréfiés, ces moines méditatifs isolés, au texte, origine de nos réflexes d'historiens. On y évitait la sécheresse, car cette lectio de "pensées" enfilées déclenche précisément la méditation de tous ces gens du verbe, source, pour des siècles, de notre philosophie et de notre mystique. Suivit le grand âge monastique de Cluny à Cîteaux, enrichi de tant de surrections, regroupements et réformes d'ermites et chanoines, tout cet âge que nous dénommons "roman", où l'on enrichit ces florilèges jusqu'à la fioriture baroque. A l'orée anselmienne de l'explosion et de la floraison universitaire14, on organisa et systématisa cette glose classique d'Anselme de Laon et Pierre Lombard ; nous n'avons pas fini d'en étudier l'extension et la profondeur, les scolies et la signification, depuis les vitraux nord15 de Chartres-la-belle-École jusqu'aux exempta de la prédication Mendiante16. Grégoire, sa colombe, sa messe, sa légende, ses formules, y occupent la place du seul grand docteur de l'église latine qui, d'Angleterre à Byzance, ait été pape.

  • 17 A. Dondaine, Les secrétaires de saint Thomas, Roma, 1956.
  • 18 L. Bataillon, Approaches to the study of med. Sermons, in Leeds Studies in English, 11 (1980), 19- (...)

8Les dominicains, toujours eux, ont exponentié, au début du xiiième siècle, tous ces efforts des dix siècles précédents. Leurs collections reprennent et enrichissent toutes les données, écrasent prédécesseurs et adversaires d'un nouvel océan de connaissances et de références, inventent à neuf un classement sans précédent, et servent de base à la pesante litanie de citations qui submerge l'Europe intellectuelle jusqu'à la révolution industrielle. La basse scolastique et ses barbullamenta n'est que l'ennoyage, sous la masse, de cette haute époque où travaillait le professeur Thomas avec son équipe de collecteurs, secrétaires et traducteurs17. Mais cet âge baroque affaissé sous divers poids avait oublié l'aspect essentiel de cette nouvelle critique du xiiième siècle intelligent : Thomas n'a pas seulement à sa disposition un Grégoire dix fois plus lourd qu'avant lui ; il a surtout un Grégoire complet, direct et une nouvelle méthode de le lire. Dans son œuvre polémique, éclatent et cette érudition quantitative et cette neuve lectio décryptante. Pour les trois ou quatre Grégoire qu'en tous traités, sermons et disputes, manœuvre Guillaume de Saint-Amour à la piètre figure, Thomas lui assène 71 interventions du même au seul Contra impugnantes. Guillaume en effet a lancé la querelle avec son pauvre florilège sur les Terribilibus oculis de l'Antéchrist, qu'il prétendait Mendiant18. Thomas réfute que son Ordre soit le pire ennemi, l'ennemi intime ; mais sans ressasser, il explique : en face d'une collection éculée, il possède une lecture assidue, proche de l'exhaustif et raisonnée. Le florilège banal d'un traditionalisme léthargique ne tient pas devant le maître. Thomas cite la Vita et fait allusion à la biographie du saint, découvre sous l'auteur personne et intention. Les minces allusions, selon la formule de l'École, qui nous permettent d'apercevoir ce regard, n'en constituent pas moins le seuil critique et historique propre à l'Ordre, qui seul le franchit au xiiième siècle, et dont saint Thomas demeure jusqu'à nous le principal agent.

C- Utiliser

auctoritates sacra pagina paginae sacrae 1920
  • 21 Cf. supra, n. 19 et de Antiquitate secundum Thomam, colloque Amiens mars 1981, paru 1982, dans La (...)

9Si saint Paul fait la moitié des citations du Nouveau Testament, c'est par respect banal et obvie de sa moitié des paginae ; mais si, contre les Grecs, il est remplacé par saint Jean, c'est significatif. Un dialogue constructif en opposition dialectique avec l'église "pneumatique" d'Orient passe par le plus élevé des philosophes et contemplatifs et par le plus grec des apôtres, celui qui a déclenché en théologie la réflexion topiquement grecque. Ce choix recoupe ce que nous savons de la naissance de Tommaso aux portes d'un mezzogiorno naguère byzantin et hellénistique, de ses conflits avec le joachimisme napolitain, de sa distance d'avec le rationalisme plat et rustaud des Latins21. Or, Grégoire lui sert peu envers les Grecs ; mais au demeurant, tous pourcentages vus, Grégoire garde chez Thomas cette place de choix de second des Pères.

II- Grégoire insuffle Thomas

  • 22 Cajetan In 2a 2e 148 a 4 fin, Operum sancti Thome revisio… Commentariis illustrata, Lyon, 1541 inc (...)

10A force de méditer les penseurs qui l'ont précédé, Thomas est comme imprégné de tout leur savoir, de toute leur sagesse22. Grégoire en particulier est loin d'être chez lui un brillant second, et sa place en l'œuvre polémique n'est pas un hasard mais un choix nécessaire.

A.- Sic et non

  • 23 P 29 et parall. Cf. supra n. 21 et 3a 92 a 1 ad 5, a3.
  • 24 1a 108 a 6 et 112 a 4 ; 79 a 1 ad 3 ; 85 a 3 obj 1, ad 1 ; 93 a 3 sc, etc. 2a 96 a 1.
  • 25 1 a 108 a 6 ad 4.
  • 26 M.M. Dufeil, lerarchia, Miscellanea Mediaevalia (Thomas Institut Köln), 12 (1979), 56-83.

11Tommaso oppose systématiquement grec et latin dans sa dialectique de théologien, opposition qui remontait peut-être à son éducation. Il s'entête après la condamnation de 1241 à soutenir le point de vue "grec", mystique, de ses frères dominicains23. Il s'ingénie aussi à étudier l'opposition de son pseudo-Denys avec Grégoire en matière de hiérarchies angéliques24. Une démarche proprement dialectique les réconcilie en les dépassant par un décryptement des mots et des attitudes. Grégoire classe les anges par leurs fonctions, juridisme qui est bien romain ; le pseudo-Denys les classait à la grecque par leurs perfections. Thomas prend les deux systèmes, le rustre et le raffiné, démontre la compatibilité des deux vocables opposés et termine sa double lecture des deux points de vue en une seule foi : quand le pseudo-Denys dénomme puissance ce que Grégoire appelle vertu et réciproquement, ils disent finalement la même chose, ces termes se pénétrant aisément en logique de leur valeur mystique : parum uel nihil differunt25. Thomas, qui s'intéresse à une dialectique du monde grec et du monde latin, tranche d'ordinaire franchement vers un pôle ou l'autre. Mais il n'a jamais tranché directement contre Grégoire ; et le thème typiquement thomasique de la ierarchia26, ainsi que la connaissance des anges, lui sont sujets de fine élaboration. Depuis le fond du néolithique, malgré certains de nos contemporains qui n'y pensent jamais parce que dépourvus du sens du sacré, l'ange est pierre de touche de la théologie et de la réflexion. Si l'homme en effet n'avait pas de limite supérieure, il n'aurait pas de définition. Mort quand on a prétendu tuer Dieu, l'homme vivant a toujours médité sur les esprits, et Thomas a parfaitement soigné, développé et structuré son angélologie. Son incontestable aristotélisme, naturaliste et rationaliste, trouve ici sa véritable jauge : seuls quelques attardés vont aujourd'hui répétant la formule stupide d'un accord raison-foi. La raison pour Thomas est une fonction, un outil qui peut et doit travailler dans le champ du donné révélé sans aptitude à embrasser l'inaccessible Transcendant. L'instituer en pôle serait un ridicule philosophique. Ainsi, quand l'ange de l'École mène son École jusqu'à l'ange, ce n'est pas broutille scolaire, et composer sur ce sujet du pseudo-Denys jusqu'à Grégoire est hautement signifiant.

  • 27 H. Focillon, La vie des formes, Paris, 1934, réflexion sur l'histoire de l'art qu'on généralise ic (...)
  • 28 2a 2e 111 a 1 ad 1 ; cf. infra n.35.
  • 29 M.M. Dufeil, Vision de l'historien, Iris, Colloque de l'abbaye, 1981 (St Rambert en B.) ; cf. n. 2 (...)

12Il n'en va pas de même quand il oppose Grégoire à Augustin. Le premier et le plus universellement célèbre des Pères latins est chez Thomas l'auteur le plus cité ; la Patrologia nous le démontre d'ailleurs des plus prolifiques. Mais l'Augustin de Thomas est malaisé à peser. Le courant dominicain depuis 1240 était structuré autour d'une rationalisation péripatéticienne de la science théologique. Maîtres et cadres, masse toujours lente à mouvoir, n'y comprenaient rien et continuaient comme durant six siècles à citer Augustin. Si bien que Thomas, logiquement, discute plusieurs fois les formules du plus essentiel des Pères et même, rarement, les rejette ouvertement. En fait, Thomas lit, écoute, suit Augustin, mais en démarque tout son temps et tout son langage en réfutant les derniers augustinisants. Un auteur et le courant intellectuel né de lui sont en quelque sorte des objets mentaux vivants et présentent une "vie des formes"27 conceptuelle. Augustin fut écrivain, polémiste, penseur, évêque, homme ; ses lecteurs firent de lui ce dont ils crurent avoir besoin, par exemple l'anti-pélagien type. Mais Thomas l'éocritique, derrière les florilèges découvre les textes, et derrière les auteurs décrypte les hommes. Epaissi par six siècles et par toutes les scolies, et déplacé par la révolution totale du xiième siècle, l'Augustin de tout le monde est vieillot en 1250, car le monde a changé. La Méditerranée cassée, l'Europe naissante n'a guère besoin d'un kabyle cicéronien, d'un rhéteur antique. Elle ne succède plus, elle invente ; il faut même admirer Thomas d'avoir assuré la continuité jusqu'au calcul électronique. Révérant le vrai Augustin, lutteur en son siècle. Thomas lutte dans le sien, au besoin, contre l'augustinisme périmé. Ainsi, quand il préfère Grégoire à Augustin, car il le fait28, il nous révèle le phénomène fondamental de son siècle, l'ordre de ses propres pensers qui commandent le devenir des nôtres29.

B. - Histoire

13En reprenant professionnellement jusque chez Augustin les angles menus de départ de l'augustinisme, Thomas protégeait notre histoire qui ne l'a pas voulu. Et, ceci est textuel et sémiotique, quand il refuse un certain Augustin, d'ordinaire suivi avec dévotion, Thomas s'appuie sur Grégoire, sa deuxième masse de citations. Grégoire n'est nullement un brillant second, mais l'antidote dialectique d'Augustin. Thomas place si souvent le Maghrébin au sed contra qu'il lui reconnaît la prime auctoritas la plus certaine. Mais aux limites, et tout homme en a, pour retrouver Dieu, Thomas préfère le correctif de Grégoire et de ses intentiones.

  • 30 C. Dagens, Saint Grégoire le Grand, Paris, 1977. V. Luzarches, Vie du pape Grégoire, Tours, 1857. (...)
  • 31 Dom Lottin, osb, Psychologie et morale aux xiième-xiiième siècles, la 2e 32 a 2 = hom in Eu., PL 7 (...)
  • 32 2a 2e 169 a 1 = hom. 40 in eu. Cf. P index : vêtement.
  • 33 CI 51, 61, 72, 136 : 6 Mor.,31, 26 ; 9 Mor. in lob 9,9 = PL 75, 761. A. 2a 2e 177 a 1 fin, 171,172 (...)
  • 34 2a 2e 161 al ; 186 a 6.
  • 35 2a 2e 101 a 1 obj 2. la 2e 57 a 1 fin et 58 a 4 = 22 Mor. 1. 2a 2e 160 a 2 ad 3 ; 182 a 1, a 2 ad (...)
  • 36 M.M. Dufeil, Evol. et fixité, cf. supra n. 1. P index : histoire. 3 a 7 a 5, 6, 7 ; accord général (...)
  • 37 1 a 58 a 6, 7 ad 1 ; 68 a 1 ; 69 a 1 ; 70 a 1 ad 1. Verit., 8, 16. Pot, 4-1,2. In lob 40 lect 2, d (...)
  • 38 L'opinion que les six jours ne sont pas un instant, contre Augustin, a été explicitement formulée (...)
  • 39 2a e 118 a 6 sc, a 7 sc, a 8 sc. Gregorius ibidem soluit : la 2e 68 a 3 obj 1 = 2 Mor. 56, ad 1 et (...)
  • 40 CA Luc 1, 788 a ed. Basel 1611 : Greg. hom. 34 in EU. 793, 18 Mor. in lob 27, 1 526 = 30 Mor. 5 ; (...)

14Nous avons en tête un saint pape des vième-viième siècles, moins antique et moins savant qu'Augustin. Notre pape est un pasteur et non un logicien, un moraliste et non un théologien30. Certes, Thomas suit volontiers Grégoire en psychologie et en science des mœurs ; il lui emprunte toute sa base de la défense et illustration de la vie mixte des Mendiants que Guillaume de Saint-Amour ne comprenait pas31. Mais c'est aux définitions grammaticales, quasi-aristotéliciennes, de la vertu que, chez Thomas, Grégoire commande le comportement humain. La recherche des vêtements précieux est occasion de péché32 ; cependant plaire pour instruire, et soigner son style pour capter la bénévolence de son public, est fonction même du maître professeur et prêcheur. Dans cette riposte polémique33 à Guillaume de Saint Amour, Thomas montre la place de Grégoire dans sa pensée : non celle d'un doucereux endormeur mais celle d'un fil d'Ariane. Le fameux équilibre de Pierre et Jean, Marthe et Marie, de la contemplation et de l'action, équilibre dont Grégoire éprouva si bien la peine, est un des secrets de ces polémiques et, loin d'être affaire d'école en léthargie, marque la querelle même du progressisme au milieu du xiiième siècle. Les dominicains, à la vocation mixte, affirment leur contemplata aliis tradere34 contre le pseudo monachisme éculé de Saint-Amour. Or, l'auteur sur lequel toujours s'appuie alors Thomas est précisément Grégoire35 ; loin d'être un vague moraliste pastoral, celui-ci est bien plutôt un inspirateur de la pensée la plus aiguë de notre maître arraché aux citations mêmes d'injustes adversaires, au cœur des conflits les plus chauds. Dans la querelle du fixisme et de l'histoire qui est le secret axial de l'université au xiiième siècle et de l'épistémologie thomasique36, Augustin, aggravé par les augustiniens, affirme que six-sept jours de la création sont un seul moment. In hac questione ab aliis expositoribus dissentit37 ; or, nous le savons, le chef de file de ces alii est Grégoire38. A l'évêque africanus qui pleurait sur la chute et refusait l'écoulement, Thomas préfère expressément le pape du pire moment qui annonce en travaillant les chances du devenir de l'histoire. C'est en effet toujours Grégoire qui apparaît à ces tournants du texte thomasique39. Quand Grégoire balance tunc avec coeternus contre une protestation d'Augustin : istum sensum uidetur impedire (carillo die s'oppose à futuro seculo où, rassasiés, nous ne demanderons plus rien : quid petituri sumus ?), Thomas décide avec Grégoire et les mots de celui-ci. Palam tunc et nunc débouchent alors sur la plus simple et la plus haute théologie : Iesum, in quantum homo interpellare patrem, in quantum Deus exaudire cum patre. Grégoire apparaît bien ici comme celui que Thomas recherche pour dirimer40.

C- Entre soi

  • 41 1 a 1 a 8 etc. Cf. supra n. 30.
  • 42 In 4 S d 32 a 5 qua 2 ad 1, morale "africaine", que nous ne comprenons plus, d'acte conjugal à exc (...)
  • 43 1 a 1 a 8 obj 1 = hom 26 in Eu. 1 a 8 a 3 sc ; 4 a 1 ad 1 = 5 Mor. 26, 9. 12 a 13 obj 3 ad 3.
  • 44 20 Mor. 1. 1 a a 10 sc.

15Thomas, contre le fixisme des réactionnaires de son temps, appuyés sur leur lecture partielle des éléments périmés d'Augustin, emprunte sciemment à Grégoire pour affirmer l'histoire et développer en cela la source de toute modernité. Notre saint pape est désuet et littérateur moraliste41, certes : Thomas alors en corrige l'expression42, mais pour mieux garder le sens. La théologie comme science est ce que narre historiquement la pagina et que Dieu, son auteur, produit dans le réel, res ipsas43. Peut-on encore opposer Grégoire partisan du sens spirituel et Thomas exégète du sens littéral, quand on voit ce dernier choisir précisément notre pape pour exprimer d'un coup l'ensemble de ces vérités ? Sacra scriptura omnes scientias ipso locutionis sue more transcendit, quia uno eodemque sermone dum narrat gestum prodit mysterium44. Au sed contra le plus décisif du début de sa summa, frère Thomas assène ce passage de notre saint Grégoire pour affirmer en un style qui paraît le sien propre sa définition tranquillement révolutionnaire de la théologie comme science, comme texte, comme mystère.

  • 45 Novarina 130, 194-195, 226. L 42 = éd. Vivès 32, 834-835.
  • 46 Prescience 1 a 19 a 7 ad 2 = 78 Mor. 16 c 16, 37 (Ezéchias). 1 a 20 a 4 ad 3 = 118 hom. 34 in Luc (...)

16Malgré doutes et nuances, la dernière œuvre de saint Thomas est bien authentique, et, sous la plume évidente de frère Reginaldo, son secrétaire, car Thomas fatigué - il allait mourir - lui a laissé le soin de la rédaction au tour plus quotidien que d'ordinaire, elle prend un relief neuf. Ce poste d'abbé du Monte Cassino, dont ses parents avaient rêvé pour lui en sa jeunesse et dont Thomas ne voulut pas, était occupé en sa maturité par un carriériste distingué qui, content peut-être de ce non rival, avait reçu le plus célèbre maître du temps et lui avait posé une questio de théologie. Cette lettre ad Bernardum abbatem apparaît comme la plus personnelle que Tommaso ait jamais écrite (à travers le style de Reginaldo il est vrai), et porte sur l'explication d'un passage de saint Grégoire à propos de la prescience divine45. Thomas en sa Summa cite déjà Grégoire à ce sujet46 qui agitait les moines et toujours nous préoccupe, pécheurs à convertir que nous sommes.

  • 47 C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, 437, 449 ; Pensée sauvage, 53, 119, 147, 156, 163, 220, 331, 3 (...)
  • 48 a a 46 a 2 = In Ezech., non semper spiritus prophetie adest in ptophetis. 3 a 61 a 3 sc ; cf. Aug. (...)

17Cosa nostra, le vieux rêve de la maffia à se grouper sans règle par pures affinités, entre soi comme l'écrivait Lévi-Strauss47, est celui même de l'oriento-catholique ; c'est celui que réalise le lien de Thomas à Grégoire. Tout Grégoire est fréquent chez lui, l'un des plus fréquents. Mais il n'y est pas seulement comme on l'aurait cru, en pasteur et en moraliste. Il y est en opérateur de polémique et d'intellection. Sans avoir le sens thomasique de l'histoire, Grégoire porte un certain sens et s'y complaît. Thomas, qui a choisi Grégoire comme source et l'un de ses enracinements, choisit en son temps de découvrir et inventer l'histoire48. Il choisit en conséquence chez Grégoire ce dont il fabrique l'histoire et son sens. Le siège de Pierre a le pouvoir des clés et le pape Grégoire devient chez Thomas l'une des clés de la translatio du Christ, toujours nouveau depuis les traditions d'Orient jusqu'à la modernité européenne. Grégoire le réparateur, Grégoire le missionnaire, joue alors à plein son rôle chez Thomas. Notre pieux pasteur apporte sacrements, confession, prédication, les sens de la pagina, le souci du malheur des hommes et de leur destinée éternelle, l'arbitrage enfin des querelles par le mystère dans le mouvement des temps. Malgré leurs différences radicales, Tommaso il napoletano est compatriote du pape romain et ne déforme pas Grégoire quand il se l'adapte, comme il est amené à le faire pour Augustin, vénéré jusqu'à la contradiction. Science des hommes, la théologie est aussi science de Dieu, subalternée à Lui et aux bienheureux, à la vérité qu'il communique, à la vision qu'ils contemplent. Lire Thomas, lire Grégoire chez Thomas, c'est communiquer avec qui lit Dieu.

18Ces faibles résultats me paraissent tout ce que l'on peut obtenir en dix pages, et sans ordinateur, des textes que nous possédons, pour éclairer et le regard de saint Thomas sur saint Grégoire et l'influence de celui-ci sur celui-là.

19On ne peut dire de Thomas qu'il ait été un disciple, ni un historien de Grégoire, comme plus ou moins aujourd'hui nous pourrions tenter de l'être. L'objectif du disciple est de répéter et prolonger son maître dans un temps différent. L'objectif de l'historien est de faire comprendre totalement son objet dans le temps. Pour ce faire, l'évolution biographique de l'homme avec ses goûts et pensers, son évolution personnelle intime, doit cadrer avec son rôle public, selon sa place dans l'évolution générale ambiante avec son jeu et son influence. L'objectif de l'historien est ainsi très proche de celui du disciple, puisqu'il est d'atteindre temporalités internes et externes de son objet ; le disciple y ajoute l'intention de coller à cette analyse en son être propre. L'un comme l'autre ont, selon deux modalités différentes, le dessein de comprendre un auteur comme on devine et sent les intentions, soit d'un ami, soit d'un collègue qui vous adresse la parole. On peut admettre que saint Thomas a, parfaitement et mieux que nous, pénétré saint Grégoire et ses intentions intimes, comme son but suprême, Dieu. Si l'on peut admettre d'autre part que le très bon historien, sans pour autant devenir disciple, poursuit en quelque sorte, en une autre sorte, en son temps quelque chose de l'œuvre passée qu'il a comprise et appréciée ; si l'on peut admettre qu'une froide analyse, impartiale, dans l'indifférence, passe toujours à côté du sujet et qu'une connivence humaine est le secret du très bon historien, de l'homme vrai, uir bonus historisandi peritus, alors là encore, nous sommes forcés de reconnaître que Thomas a prolongé Grégoire. Le théologien a utilisé le pasteur, l'universitaire a continué le pape et son effort pour l'Église et la gloire de Dieu.

20En somme, si saint Thomas n'est pas un historien de Grégoire selon nos critères, il n'en a pas moins réussi ce que les efforts des meilleurs historiens ne leur permettent pas si souvent d'atteindre. Thomas n'est certes pas le meilleur commentateur de Grégoire replacé en son siècle, quoiqu'il soit le meilleur du xiiième ; il n'est pas davantage le meilleur connaisseur des textes, démarches et perspectives propres à notre saint pape. Cependant, en le citant, il ne le détourne pas vers des points de vue postérieurs et étrangers comme firent les exégètes baroques de la réforme, contre-réforme et autres jansénismes. Il l'a fait répondre pour le mieux aux questions du xiiième siècle. Entre l'Antiquité tardive où se meut saint Grégoire et l'aurore gothique et mercantiliste de la modernité urbaine et étatique où vit saint Thomas, il y a une rupture historique majeure. Les climats, modes de production, manières de se vêtir, langues, heures des repas, tous les cadres et les ressorts, tout a changé, tout est sans commune mesure. L'un parlait à Rome dans la décadence, l'autre à Paris dans l'essor ; mais chacun parle historiquement dans l'histoire, et Thomas emprunte sciemment à son prédécesseur de quoi fonder le concept d'Histoire dans la modernité. Devinée par Grégoire, structurée par Thomas, l'Histoire est en effet la seule route empruntée par Dieu. Grégoire cependant apportait des réponses aux hommes de son temps ; pour ceux du sien, où tout est transformé, Thomas change les formules, mais le sol reste le même : sachez vous tenir dans la prospérité comme dans la souffrance, espérez et aimez. Leurs écrits différents formulent une même réponse, celle de Dieu. Une même table les réunit à la cena domini. Car, suivant ou non saint Grégoire, Thomas scrutait comme lui Celui qu'ils contemplent ensemble aujourd'hui et qu'à leurs pieds nous espérons contempler demain, Jésus de Nazareth.

DISCUSSION

21M. Rouche : Peut-on dire que Thomas d'Aquin a trouvé un sens de l'histoire à partir de la pensée eschatologique de Grégoire le Grand ? - R. : Pour des raisons polémiques, Thomas a effectivement fondé sur G. l'idée qu'il s'est faite de l'histoire (voir les travaux de l'auteur de la comm., depuis 1971, concernant ce sujet).

22A. Tuilier : Quelles citations de G. dans le Contra impugnantes Dei cultum et religionem, de Thomas ? La question est importante, du fait que ses adversaires se réclamaient de l'ordre pastoral contre les ordres religieux. - R. : On dénombre dans l'ouvrage 71 citations de G. ; Thomas "réforme" le texte en élargissant le contexte, et en corrigeant "historiquement"sa signification.

23J. Fontaine : Thomas a-t-il correctement "lu" et compris la Cité de Dieu ‘ ? - R. : Thomas la cite et ne la suit pas, car il invente un nouveau sens et un nouveau concept de l'histoire, avec G. et contre le courant "augustinisant". Il attribue bien à Augustin un "fixisme" des six jours.

24I. Reznikoff : Le conflit entre la pensée thomiste et les "belles-lettres" explique encore le déclin de l'enseignement de la logique et de l'argumentation, dans la philosophie européenne ultérieure. - R. : Il faut dire : la pensée thomiste, mais non Thomas, qui admirait la tradition littéraire romaine ; son style latin, somme toute classique, a même exercé une forte influence sur le renouveau florentin.

Annexes

A Acta congresso intern. Tommaso d'Aquino, Roma-Napoli, 1974

Aug Augustin

CA Catena Aurea

CEG Contra errores Graecorum

CG Contra Gentiles

CI Contra Impugnantes

CR Contra Retrahentes

DHGE Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques

DP De perfectione

DS Dictionnaire de Spiritualité

DTC Dictionnaire de Théologie catholique

EPHE École pratique des Hautes Études

L édition Léonine des Opera omnia de saint Thomas d'Aquin

Mor. Moralia

Novarina Saint Thomas d Aquin, Nauwelaerts, 1962

ofm ex ordine fratrum minorum, franciscain

op ex ordine fratrum predicatorum, dominicain

osb ex ordine sancti Benedicti

P Dufeil, Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne, Picard, 1972

PL Patrologia latina (Migne)

RSPT Revue des sciences philosophiques et théologiques

sc sed contra

Notes

1 Historiel : factuel ; historial : créateur d'histoire, historique, d'importance. Cf. Dufeil, Evolution ou fixité, RSPT, 55 (1971), p. 473.

2 Index thomisticus électronique. Busa ne comporte pas de classement des citations de Grégoire.

3 Ps. 132, 1.

4 Exo 20, 24 ; Matth. 18, 20 ; 1 Cor. 5, 4.

5 CR 3, 32 et 48, in L 41, 42.

6 Dans 2 S 3 q 1 a 3 ; 4 S 18 q 1 a 3 qua 4 sc et ad 1.

7 PL 75.

8 L 42, 503.

9 L 16, 213-215.

10 Ed. Ch. Lohr, Avebury, 286-296.

11 L 22-23, 905.

12 Novarina 170 = Tocco 42 (D. Prümmer, Fontes uitae sancti Thomae Aquinatis, vol. 2, 1924).

13 J. Destrez, La pecia, 1935 et La p. ds les mss universitaires parisiens des xiii-xivème s., 1936.

14 M.M. Dufeil, art. Anselme, in Encyclopaedia Universalis, t. II, p. 202-204 (éd. 1982).

15 Abbé Y. Delaporte, Les vitraux de la cathédrale de Chartres, Chartres, 1926.

16 J. Le Goff, Exempla, Typologie des sources du Moyen Age occid., Univ. cath. Louvain, n° 40.

17 A. Dondaine, Les secrétaires de saint Thomas, Roma, 1956.

18 L. Bataillon, Approaches to the study of med. Sermons, in Leeds Studies in English, 11 (1980), 19-35 ; p. 24, n. 29-30 = PL 217, 311.

19 M.M. Dufeil, Oriens apud Thomam, Senefiance. Aix, 11 (1982), 166-168 : "Thomas formule grecquement l'orient fondamental" Que Grégoire soit une seule fois au CEG et au de fide trin. (parag. 110), à propos des azymes, n'est pas un hasard.

20 L 40 et 41.

21 Cf. supra, n. 19 et de Antiquitate secundum Thomam, colloque Amiens mars 1981, paru 1982, dans La représentation de l'Antiquité au Moyen Age, éd. Wiener Arheiten zur germanischen Altertumskunde und Philologie, 20 (1982), 49-61. Affaire de 1241 : P 29 et vision à l'index.

22 Cajetan In 2a 2e 148 a 4 fin, Operum sancti Thome revisio… Commentariis illustrata, Lyon, 1541 incun.

23 P 29 et parall. Cf. supra n. 21 et 3a 92 a 1 ad 5, a3.

24 1a 108 a 6 et 112 a 4 ; 79 a 1 ad 3 ; 85 a 3 obj 1, ad 1 ; 93 a 3 sc, etc. 2a 96 a 1.

25 1 a 108 a 6 ad 4.

26 M.M. Dufeil, lerarchia, Miscellanea Mediaevalia (Thomas Institut Köln), 12 (1979), 56-83.

27 H. Focillon, La vie des formes, Paris, 1934, réflexion sur l'histoire de l'art qu'on généralise ici sous condition à toute l'histoire, affaire générale dont l'art est un élément.

28 2a 2e 111 a 1 ad 1 ; cf. infra n.35.

29 M.M. Dufeil, Vision de l'historien, Iris, Colloque de l'abbaye, 1981 (St Rambert en B.) ; cf. n. 21.

30 C. Dagens, Saint Grégoire le Grand, Paris, 1977. V. Luzarches, Vie du pape Grégoire, Tours, 1857. Mario Roques, Introd. éd. crit. Vie de saint Grégoire, dipl. EPHE, 1902. E. Littré, Jal des Savants, 1858, p. 69-496. DTC 6, p. 466-467 sur la crux canonistarum (C 32 q 7 c 18) et 1776-1781. DS 3, 355 ; 6, 872-886. DHGE. Cf. Br. Herlem-Prey, Gregorius et Vie de saint Grégoire, Göppingen, 1979, 347 (von Aue).

31 Dom Lottin, osb, Psychologie et morale aux xiième-xiiième siècles, la 2e 32 a 2 = hom in Eu., PL 76, 1109, n° 1467 B. Grégoire sur l'obéissance : 2a 2e 104 a 1, a 2, a 3 obj et sc, a 4, 105 a 1 ; 108 a 2.

32 2a 2e 169 a 1 = hom. 40 in eu. Cf. P index : vêtement.

33 CI 51, 61, 72, 136 : 6 Mor.,31, 26 ; 9 Mor. in lob 9,9 = PL 75, 761. A. 2a 2e 177 a 1 fin, 171,172 a 3 etc. = homil. in pentecostes ; cf. Hypocrites 2a 2e III a 2 ad 1.

34 2a 2e 161 al ; 186 a 6.

35 2a 2e 101 a 1 obj 2. la 2e 57 a 1 fin et 58 a 4 = 22 Mor. 1. 2a 2e 160 a 2 ad 3 ; 182 a 1, a 2 ad 3, a 3 et 4 ; 188 a 6, cf. 10 Mor. 13, PL 75, 927-988 ; l'homme aspire à percevoir la beauté de Dieu. 2a 2e a 10 et 118 a 8 sc. Grégoire appui polémique : 3 a 96 a 1 ad 2 (querelle de 1270 : préceptes et conseils, cf. P index).

36 M.M. Dufeil, Evol. et fixité, cf. supra n. 1. P index : histoire. 3 a 7 a 5, 6, 7 ; accord général, le feu de l'enfer est matériel mais Grégoire alia ratio 9 a 1 et a 7 probabilior.

37 1 a 58 a 6, 7 ad 1 ; 68 a 1 ; 69 a 1 ; 70 a 1 ad 1. Verit., 8, 16. Pot, 4-1,2. In lob 40 lect 2, début. In Heb. 4 lect 1 mil. Et 6 références in Sc. sup. Sentent. 3 a 92 a 1. Gregorius improbat opinionem illorum. Gilson, Pourquoi saint Thomas a critiqué saint Augustin, Archives d'hist. doctr. et litt. du M.A. 1(1926), 104-111.

38 L'opinion que les six jours ne sont pas un instant, contre Augustin, a été explicitement formulée par Bède, dont l'opinion procède de la conversion grégorienne des Angli.

39 2a e 118 a 6 sc, a 7 sc, a 8 sc. Gregorius ibidem soluit : la 2e 68 a 3 obj 1 = 2 Mor. 56, ad 1 et obj 3 ad 3. Cf. 3 a 2 a 11 obj 2 = 13 Mor. 43. 3 a 4 a 1 obj 3 = 34 in Eu. (vi, 113-164).

40 CA Luc 1, 788 a ed. Basel 1611 : Greg. hom. 34 in EU. 793, 18 Mor. in lob 27, 1 526 = 30 Mor. 5 ; contre Augustin Tract 102 in Io, mil. 9.

41 1 a 1 a 8 etc. Cf. supra n. 30.

42 In 4 S d 32 a 5 qua 2 ad 1, morale "africaine", que nous ne comprenons plus, d'acte conjugal à exclure en temps tabou. CA 1020 Luc 12 = 15 Mor. 13 (lob 20) et 22 Mor. 2 (lob 31) hom. 6 in Eu. 1 a 116 a 1 obj 1 =Io in eu. ; fin corp. Grégoire veut dire la 2e 68 a 8 quod Gregorius intendit dicere. 2a 2e 112 a 1 obj 2 ad 2. Ex uerbis habetur 3 a 89 a 7. Vel dicendum sicut Gregorius soluit 3 a 99 a 1 ad 1.

43 1 a 1 a 8 obj 1 = hom 26 in Eu. 1 a 8 a 3 sc ; 4 a 1 ad 1 = 5 Mor. 26, 9. 12 a 13 obj 3 ad 3.

44 20 Mor. 1. 1 a a 10 sc.

45 Novarina 130, 194-195, 226. L 42 = éd. Vivès 32, 834-835.

46 Prescience 1 a 19 a 7 ad 2 = 78 Mor. 16 c 16, 37 (Ezéchias). 1 a 20 a 4 ad 3 = 118 hom. 34 in Luc 15, 7.1 a 2 1 a 4 ad 4 = 139 Mor. 26 c 13. 1 a 22 a 3 sc= 158 Mor. 24 c 20 in lob 34, 13. 1 a 26 a 2 sc = 264 Mor. 32, 6. Cf. Aug. Sermo 2 in Ps. 20, 13. 1 a 117 a 5 ad 4 = 2 Dial. 30. 1 a 12 a 8 obj 1 ad 1 : insuffisance du voyant = Dial. 4, 3. Et a 13 obj 3 : foi autre connaissance que savoir = hom 26 in Ev.

47 C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, 437, 449 ; Pensée sauvage, 53, 119, 147, 156, 163, 220, 331, 335, 341 ; Anthropologie structurale, 1, 132 ; 11, 48-56, 161, 300, 376, 417, etc.

48 a a 46 a 2 = In Ezech., non semper spiritus prophetie adest in ptophetis. 3 a 61 a 3 sc ; cf. Aug. 19 c. Faust. ; fin corp : Greg. 4 hom 2 in Ezech. per incrementa temporum creuit diuine cognitionis augmentum. Cf. P index : histoire. Dufeil, A 6, 699-705, et Réflexions, 1. 1274, colloque C.N.R.S., 1974, 815-848 et index.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter