Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

Regard d’amour

Amour, mariage et transgression : Colloque d'Amiens Kùmmerle Verlag, 1984

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ps 42,4.
  • 2 Gen 28, 2. PG 35.

1Introibo ad altare Dei, ad deum qui letificat iuuentutem meam1. Toute vie est une jeunesse qui ne s'arrête pas de gravir les degrés de son échelle de Jacob2 vers les cieux transcendants. Toute initiation a ses marches et jalons. Scola, scala, toute école est une échelle et tout rite, un barreau. Le servant devient célébrant et, du peuple, monte vers Dieu. L'école de l'amour, cette initiation majeure, est de même aventure ascendante qui tourne le dos à la foule assemblée pour grimper vers l'inaccessible inconnu. Parvenu au sommet de l'autel des sacrifices, l'orant, l'implorant, l'espérant, l'hostie, rencontre Dieu.

2Le regard de Thomas d'Aquin balaie toute l'échelle. Il en constate la base posée dans une épaisse nature pleine de diverses transgressions qu'il appelle à transgravir vers une nature moins impure. Il en étudie les diverses institutions sociales et surtout le mariage dont il fait l'un des degrés et l'un des types, mais surtout le signe de l'amour. Toutefois c'est au delà de la cime, dans la transcendance, qu'il trouve la balance dialectique, la définition et le sens de l'amour. Ni transgression, ni institution, l'amour est initiation et vie qui monte vers une personne. L'iconographie de cette doctrine comprendrait des milliers d'item ; il faudra donc se contenter de brefs renvois à quelques exemples à peu près arbitraires. Mais la différence entre théologie et beaux arts est mince puisqu'ils naissent ensemble et les uns des autres en s'épaulant sans cesse. L'unité des pensers entre pinceaux, ciseaux et plumes, l'unité des idées et des traits est flagrante. Lex orandi lex credendi, les regards d'icones sont des regards de doctrine.

3Trois degrés du regard vont donc ici nous retenir : les infrastructures des réalites matérielles, les médiostructures des consistances socio-institutionnelles et les suprastructures d'un aventureux élan vers le devenir de l'Amour.

I- Uisus An sit ?

4est la première question scolastique : quelle est l'existence réelle de la notion que l'on vient de lancer en mot et propos, quelle est sa res ?

A.- Aspectus

  • 3 1a 60,1 ad 3. An est 1a 48, 2 ad 2.
  • 4 1a 81, 2 + 30 //. Cf. 1 Io 2, 16 la seconde des 3 épithumiaï : yeux.
  • 5 1a 2e34, 1. Cf. 33, 2.
  • 6 Quodl 4, 21 + 2 //. 1a 2e 74, 3.
  • 7 1a 2e 17, 5-7. Naturel et vol. : 1a 20, 1 ; 1a 2e 6, 1 ad 3 + lOOaine //.
  • 8 1a 2e 80, 3 ad 3.
  • 9 1a 2e 35, 6 ad 3.
  • 10 2a 2e 167 a2+ 10//.
  • 11 Iob 31,1. Thomas le cite 5 fois.
  • 12 Matt 5, 27, cf. Prov 6, 24-35. 2a 2e 66, 6 ad 1 + 4 //.
  • 13 3 S 16, 2 a 3 qua 2. In Dio 4, 14 + 8//.
  • 14 In Rom 6, 9. De rat. fidei 233.
  • 15 1a 2e 17,6 : motus rationis ; 7 sensibilis, preter imperium rationis. 8ad 1 ; 9 ad 1, ad 3 involon (...)

5L'infrastructure de tout amour s'incarne, lourdement ou légèrement, dans la pulsion biologique du sexe. Sans être toute la res, c'est le premier réel de son champ analogique, le premier regard de toute visée d'amour : amor est naturalis inclinatio3. Des orients par le grec, les scolastiques savent que l'homme est composé d'irascible et concupiscible, du poing tendu de l'ira et de la main repliée de la concupiscencia4. Jouir et agresser, fonctions fondamentales au vieux jeu de la pierre et de la feuille, ont pour fléau dialectique le ciseau de la chance, sors, et surplombent de leur ampleur la minorisation des actuels psychologues en mors et libido. Pas une once de morale en cette taxinomie : alique male alique bone5. Il est aussi juste de désirer le bien que de combattre le mal. Le mouvement naturel de sensualité n'est en aucune manière péché6 car réaction d'organe n'est pas acte volontaire7 qui seul engage l'homme, mais matière à exercer la vertu8. Le champ principal de la concupiscence est la pulsion sexuée qui procède du regard. Il faut donc fuir9 aspectus mulieris pulchre et precipue uirginis10 ; cette reprise du pacte de modestie de Job avec ses yeux11 clarifie le fameux passage où Jésus condamne l'adultère sur un seul regard : il s'agit du désir avec consentement12 et non du prime motus naturalis appetitus13. La prudence à s'en méfier ne constitue pas un moralisme janséniste aux hypocrites angoisses dévotes car le lien entre pulsion et acte est contingent14 : assensus talium uel dissensus non est in potestate nostra sed in ordine nature15.

  • 16 Rom 5, 20 a 6, 3. 1a 2e 98, 1 ad 2. 3a 98, 2 ad 3 + 13 //.
  • 17 1a 2e 72, 7. In iob 31 début.
  • 18 2a 2e 151, 4 ; 153, 1. Coitus ultra debitum nature, Ps-Boèce, disciplina scolarium 11, 7, 8, 10, 1 (...)
  • 19 Malo 15, 1 ad 9. 2a 2e 23, 7. Omnis delectatio ut sic bona la 2e 34, 1-2.
  • 20 De rege 2, 4 et 4, 21-22.
  • 21 1a 2e 26, 2. 2 S 26, 1 a 3. 2a 2e 186, 2 ad 1 + 2 //.

6La transgression elle-même ne pèse rien depuis que saint Paul a renvoyé dos à dos délit et loi en simples corrélats16. La luxure n'est pas niée ni approuvée mais elle ne fait pas ici l'objet d'une face voilée d'angoisse devant un tabou. Regardée en face, la luxure débute au regard aspectus ; puis viennent cogitatio, delectatio et consensus où est le péché, avant opus17. Comme luxe et luxer, elle désigne tout excès surtout vénérien18 et ce déséquilibre inférieur s'oppose à ce haut juste milieu qu'est la vertu péripatéticienne. L'inverse est aussi vice comme le refus du debt conjugal, la prudente retenue des avares et l'abstinence superstitieuse des nécromants19. La scolastique courtoise n'approuve ni ne pourchasse la volupté, bonne a priori et partiellement corrompue par le péché de notre origine spécifique. Même si Pythagore a guéri des libidineux par la musique, il convient de prévenir un éventuel débordement en se gardant d'un topos littéraire amenitas nimia causa libidinis unde a talibus homines coarctandi20. Le désir est structurellement lié au regard sur l'aimable21.

B.- Spectare

  • 22 F. Henri, L'art irlandais, Zodiaque I, 72.
  • 23 X. Barrai TC 66 n° 64. F. Avril TC 142 n° 130.
  • 24 F. Avril TC 142 n° 130. Demus 22.
  • 25 2a 2e 170,1 ad 1. Demus 196.
  • 26 J.M. Pita Andrade, TE I, 150. Cf. luxure cath. Auxerre 14ème s. et ND de l'Epine 15ème s. Auxerre (...)
  • 27 1a 118 2 ad 5 + 4 //. Dieu cause l'acte non son mal la 48, 6.1a 2e, 79-80, 1.
  • 28 1a 48, 2 ad 2.
  • 29 1a 2e 82, 1 ad 1 habitus corruptus ; concupiscibilis Uer 25, 6 + 4 //.
  • 30 Demus, 205, 73 ; 174 lxxi Göss, regards. TC 51, 57, 58, 120, 127. DPI 161,185 256,302.
  • 31 Ch. Péguy, Eve première mortelle, Gallimard 1954, 25 str. 63 v 252.
  • 32 P, 56 n. 541 et pp.24-30, 54 sv.

7Au spectacle de réprobation des sculptures, fresques et enluminures, la luxure ne se cache pas plus qu'au texte de notre nouveau théologien. Depuis la stèle irlandaise de Moone22 la tentation de saint Antoine est sujet favori et la femme assise sur un dragon à San Marco au début du 13ème siècle est, par définition, certes déformée mais pas laide23 ni la femme adultère de Sant' Angelo in Formis à l'endroit et au moment où naissait l'Europe24. Anti-amour du prochain25 la luxure fait du sexe, lieu de la vie, le lieu de la mort et à Santiago au grand 12ème siècle, le maître du portail Platerias26 ajoute là un crâne à la femme qu'il a bouffie en lui gardant beaux plis, beaux cheveux et belle gorge. Scolastiques et artistes courtois sont d'accord sur la beauté fondamentale de ce qui devient laid par excès. Dieu réprouve le péché mais coopère à l'acte de jouissance et donne âme à l'enfant qui naît d'un coït illégitime27. Seul est mal le dérèglement de tel usage et non l'être de la res : malum priuatio, non ens28. La pruderie bégueule d'un tartuffe janséniste n'est ni théologie, ni scolastique ni courtoisie. A l'œil de notre maître, le mal installé au cœur de la concupiscence a pour source le péché originel29. La représentation parfois alliciante de la nudité d'Eve30 avec le progrès du savoir et du ciseau ne va pas vers la laideur mais vers la beauté de "l'aïeule aux longs cheveux, mère de Notre-Dame"31. L'art gothique comme le développement des Commentaires des Sentences se dégage de l'augus-tinisme et du goût du peccamineux32.

  • 33 2a 2e 154, 11. punit orgueil ad 2. 165, 2 ; 1a 51, 3 ad 6 : titans et démons + 3 //. Cf In Ethic 7 (...)
  • 34 1a 2e 102, 6 ad 8 ; 167, 2 + ad 2. 2a 2e 35, 4 ad 3.
  • 35 2a 2e 142, 4 ad 3 ; 154, 11 + 18.
  • 36 Nord nef cathédrale, ce 1180, Grodecki, Vitrail roman, 65.
  • 37 2a 2e 154, 1-6 + 15//. De rege 4, 14. Naturellement il s'agit de réel et non de matériel, la déflo (...)
  • 38 2a 2e 154, 9 ad 3. lob 31,39.
  • 39 4 S 33. 2a 2e 150, 4 + 8//.
  • 40 2a 2e 154, 9.

8Le regard de saint Thomas d'Aquin classe en descriptif tranquille les barreaux inférieurs de l'échelle. Bestialitas désigne la vulgarité épaisse et pertinemment le coït avec animaux33 ; suit le regard donné aux spectacles lubriques. En excitant au coït des animaux d'espèce différente qui seuls n'y seraient pas portés, des voyeurs jouent à une curiositas distrayant leur acidia34. Pénitentiels explicites ou rumeurs du zoo de Fréderic II du temps de ses études à Napoli, Thomas nous offre toujours un 13ème siècle non chafouin. Tous les jeux animaux ou féminins qui poursuivent le même but sont annexés à la même réflexion. Le second type de luxure est la sodomie, ce coïtus masculorum qui accompagne l'idolâtrie35. Moins grave déjà est la pratique, près de la mollities, efféminement. Le regard du bourreau sur sainte Catherine nue au vitrail d'Angers36 est la libido sadique même. L'échelle continue avec rapt et viol, stupre ou défloration, même consentie37 que l'ancienne loi punissait de lapidation. L'inceste à quoi répugnent chameaux et chevaux38 n'est guère mieux considéré sauf, excuse traditionnelle aux filles de Loth, à croire le genre humain disparu39. Il interdit la circulation lévisstraussienne généralisée, multiplicatio amicorum40. Kajuraho où les monstres de Van Aken nous en offriraient meilleure iconographie que les enfers des jugements du 13ème siècle.

C- Ad… Ad ult…,

  • 41 1a 2e 72, 2 ad 4. 2a 2e 154, 1-8-12.
  • 42 4 S 35, 4 + 6//.
  • 43 2a 2e 154, 8 ad 2. puis 2 ad 6.
  • 44 Adv Iouinianum PL 1, 49 ; 281 A 319. Sixtus pythagoricus : adulter est amator ardentior in suam ux (...)
  • 45 Malo 15, 3 + 6//. 1a 2e 103 ad 3 + 511. 2a 2e 151, 2 + 12//.154, 3 + 13//.
  • 46 2a 2e 151, 2.
  • 47 4 S 31, 2 a 2 fin. cf 26, 1 a 3 et 2 2 20.
  • 48 1a 2e 34, 1 ad 1. CG 4, 78 etc. Uirginitas non perfectior si Adam non peccasset 2a 2e 152, 4 ad 1, (...)

9Au delà du terme normal, l'adultère - comme l'adulte qui a dépassé le terme de la croissance - nous présente l'abus suivant. Il est plus grave comme injustice envers famille, enfants à l'héritage ainsi divisé, et droits des époux, envers le lignage en somme que comme espèce de luxure41. Scolastiquement parlant c'est en effet le désordre qui est coupable et non le plaisir ; l'adultère féminin, plus grave en matière d'enfant est identique en matière de fidélité et de sacrement42. Il faut franchir la limite des actes déshonnêtes pour être en quelque sorte adultère avec sa propre épouse mais cet excès de libido demeure véniel et moindre que la simple fornicatio,43. La vieille morale restrictive de saint Jérôme, si célèbre44, se tempère ici du naturalisme rationaliste issu du Lycée à l'opposé de l'idéélisme académique de la Stôa et de la régression calvinisto-janséniste. La simple fornicatio se pratiquait aux culs-de-four des arcs de triomphe, fornices45, soluti cum soluta, coït sans affectation sociale ; tout péché se surnomme ainsi bibliquement46. La peur augustinisante du désir et la fuite monastique de la femme avaient mené à une répréhension abusive de l'acte d'amour jusque dans le mariage, toujours un peu peccamineux. Jeune bachelier dominicain de Paris, frère Thomas suit une fois cette formulation en son Commentaire de Sentences47. Puis vingt textes de son œuvre déclarent l'inverse et en font un acte méritoire de procréation et fidélité ; mais l'épistémologie nouvelle péripatétisante s'exprime quand il va au fond du sujet, écrire que l'acte du sacrement est saint. Regard neuf48.

  • 49 2a 2e 115, 1-2 + 9//, 116, 2.
  • 50 Aubert, Cathédrales, 223 fin 13ème s. A l'inverse, beau regard de désir : une femme pure tend son (...)
  • 51 Fl. Mütherich, Mil, 136 n° 127 art ottonien cc 990, évangéliaire Liuthard, Reichenau, cath. Aachen (...)
  • 52 1a 2e 28, 5 ad 1 ; 2a 2e 177, 2.
  • 53 Mil 249 n° 250. BrM add ms 24199 f° 18r psychomachie Ile à 1 antique.
  • 54 1a 2e 101, 3 ad 2. De rege 4, 14. Féminitude du Val sans retour : même colloque Mme Harf. Campaspe (...)
  • 55 Aveuglement, inconsidération, précipitation, inconstance, amour de soi, haine de Dieu, goût du siè (...)
  • 56 Apoc 19, 8. Tenture d'Angers 1373.
  • 57 2a 2e 32, 7 ad 2 ; 62, 5 ad 2 ; 86, 3 ad 8. 1a 2e 102, 3 ad 7.
  • 58 Matth 31, 21. PG 28. BM Montpellier ms 34 f° 284v.
  • 59 2a 2e 156, 1 + 4//. D'où le naturel à soigner chevelure in I Cor 11,2.
  • 60 1a 31, 2 ad 4 ; 92, 2 + 13//. Image du Noir II, Demus 141, 148 (13e).
  • 61 1a 2e 74, 10 ; 2a 2e 154, 4. In 2 Cor 13, 1. Pontile cath. Modena : TC 59 p. 62. Demus 119 baiser (...)
  • 62 A. Cazenave. in l'histoire 56 (mai 1983), 22-31.

10Autre dépassement en ad, l'adulatio, excès de mots et louanges propter delectationem aut lucrum, est pire que son inverse, l'esprit querelleur de l'irascible, et mène au péché mortel49 : le regard enjôleur du célèbre tentateur de Strasbourg50 ne dit-il pas de même ? De même l'œillade assassine de la petite Salomé qui danse en tant de fresques et enluminures51. L'amour charnel se reconnaît à la familiarité répétée et à la tristesse des ruptures mais l'amour spirituel avec les femmes dégénère rapidement en charnel52. La danse de luxure 53 est spectacle de l'univers des meretrices54 fort ambivalent car à côté des huit filles culminant au désespoir55 et de la grande prostituée apocalyptique56, la scolastique porte un autre regard. Cette praticienne peut garder ce qu'elle gagne et en faire don à Dieu57 ; et enfin il y a sainte Madeleine et toutes celles qui entrent au ciel avant les prêtres58. Le féminin, plus "humide" que le masculin59 est membre égal de la nature, comme ce regard que partout échangent soleil et lune60. Le baiser aussi est neutre et tantôt de fraude avec Judas, de libido ou de sainteté61. A l'inverse de tout appauvrissement pascalien, c'est donc l'intention qui fait le poids d'un acte ; seuls les cathares, périmés en 126062 eussent soutenu que la chair fût mal, naïveté.

  • 63 1a 2e 101, 2 ad 3 ; 2a 2e 154, 9. TC 22, p. 27 ; 155 (169), 206 p. 220, 267 (284).
  • 64 2a 2e 154, 2 + 6//. Même chez l'animal, coitus uagus n'existe que si femina sufficit ad prolem. TC (...)
  • 65 In Tit 2, 1 fin ; Eph 5, 10 déb. 2a 2e 26, 10 etc. Demus 241 : Gurk 1260.

11Au sommet de toutes les infrastructures du coït physique qui s'échelonne de la transgression à l'acte saint du mariage, il y a en effet l'amour maternel qui date de l'animal63. Cet instinct féminin largement constaté et exprimé par des regards en iconographie, est nécessaire à la progéniture et fonde la stabilité de l'union64 ; moins fervent que le choix d'un mari, il est naturalior65. Sa superbe dignité clôt ainsi par le sommet le regard sur la res d'amour.

II- Conspectus fidei

  • 66 M.M. Dufeil, Afrique, Taxinomie, Histoire. Cah. Congolais Anthrop. Hist. 1 à 3 (1977-80) 7-30 + 7- (...)

12Après la res du désir biologique qui garantit la proies, le iudicium rationis fait entrer amor dans la fides d'un contrat qui crée toutes les institutions depuis le lignage et la circulation des biens et des personnes jusqu'à la diplomatie des alliances66.

A.- Fides matrimonii

  • 67 G. Duby, conférence Sénanque hiver 1983.
  • 68 J. Ch. Payen, Origines Renaiss. ; Id. Rose et l'utopie.
  • 69 J. Quillet, en ce même colloque.
  • 70 MM. Dufeil, Speculatio IRIS 1982. Miroirs of Randall.
  • 71 V. de B. Speculum morale. Cf. Tenture d'Angers cf sup. N. 56 F 164.
  • 72 Pu 19, 7. Cf claudicatio iacobi 2a 2e 180, 7 ad 4 = Gen 32, 32.
  • 73 BM Montpellier ms 34, f° 336. cf ill.
  • 74 1a 2e 102,3 ad 7. Comme toutes les antiques, les civilisations africaines distinguent aussi ces tr (...)
  • 75 3 S 26, 1 a 3 + 7//. TC 107 (111) 1160 chœur cath. Otranto, mosaïque.
  • 76 Thomas réprouve et explique concubinat 4 S 33, la 3 qua 1 ad 4 et qua 3 ad 2 ; 2 a 2 qua 1 ad 2.
  • 77 1, 13 ; 3, 11 ; 4, 1 et 9 ; 5, 12 ; 6, 5 et 9-10 ; 7, 5. Eph 5. CG 3, 15. Ma 15, 1 ad 2a 2e 154, 2 (...)
  • 78 Cath. Chartres transept N fen.sud. St-Loup de Naud portail.
  • 79 G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques, 135, 138, 215. DTC 9, 2206.
  • 80 G. Duby, Chevalier, Femme, Prêtre. Iconographie du couple : indominable car inclut tous banquets c (...)

13Ces médiostructures dont l'amour maternel est la première médiation nous offrent le quid sit de l'amour dont la res susdite n'était que materia, soit en termes scolastiques potentia ad amorem ut sic. Le miroir esthétique en glisse d'André le Chapelain67 par les trois Roses de Renaît, Lorris et Meung68 jusqu'à la traduction de Deschamps à la fin du 14ème siècle69. Frère de la speculatio de Thomas, Vincent de Beauvais toutefois n'ignore rien de ces specula70 dont la féminité se pare aux enluminures71. Dante illustre d'une mutation brusque ce passage de la concupiscence à l'affection : sa sirène bègue, louche et boîteuse qui est luxure et autres vices, touchée par la lumière chante avec grâce et disparaît devant une femme de lumière72. Un jeune séducteur qui regarde dans une enluminure juridique, épouse finalement73. Les realia du désir ont donc pour fin la réelle fides d'amour. On ne saurait, avec le 19ème siècle, confondre ces trois regards : pudor qui garde l'intimité, uerecundia protectrice de fierté et la honte des turpia actes réellement répréhensibles74. La concupiscence implique un appétit de délectation, une intensité de désir et un zèle qui conviennent à la vertu et au paradis qu'il est si bon de désirer, concupiscible75. Salomon et la reine de Saba en cette affaire au moins concubinale76 d'un âge protocourtois servent bien l'union du Christ et de l'Église et la chantent en leurs regards du plus magnifique poème, le Cantique des Cantiques77. L'iconographie du sujet n'est plus à vanter78. Contre le connubium entendu entre lignages, le siècle appuyait ainsi le matrimonium dont les époux par inclination sont ministre sacramentel79. Cette révolution du 12ème siècle des jeunes couples défricheurs, est devenue la règle, révolutionnaire assurément, de l'Église courtoise et scolastique80. Dans ces nouvelles médiostructures socio-politiques, la beauté et la séduction consentie deviennent ingrédients pour construire un véritable amour.

  • 81 Chrétien de Troyes, Erec et Enide. TE 1, 211. TC 159 (175).
  • 82 BN ms fr 5716 f° 213.
  • 83 Cf supra n. 48. Giotto F 111 chapelle Scrovegni, Padova.
  • 84 Preseruata 2 S 18, 1 n3 et Report. 3, 3 q 1 n 2-3 Vivès 14, 684 et 23, 261. D.T.C. 7, 845 et 1075.
  • 85 Doctrine commune : Magister Sententiarum 2 & 20.
  • 86 2a 2e 100, 2 ad 6 + 3//.
  • 87 PG 62.
  • 88 TE 1, 211. TC 159 p.175, 202, 217. G 44 : Reims BM ms 23 f° 69v. G n° 57 David et Abisag Ste Genev (...)
  • 89 In 1a Cor 7 lect. 8 fin + 3//.
  • 90 Quodl 11 ; 10-11. 4 S 34, 3.
  • 91 Expos, in decretal, ad arch. Trident, cap.8.

14En cette lecture même le mariage, de contrat civil devient sacrement et, parti du sexe jusqu'à la maternité, il poursuit du lignage civilement institué jusqu'aux abords de la divinité ; échelonnant trois types sur les quatre barreaux de l'amicitia. Sur toute la longueur du processus s'étale le mariage, sexe, société et sacrement81. Dans le couple modèle de saint Louis, la reine le regarde servir les pauvres82. Aussi est-elle éminemment révélatrice, cette vieille questio académique de l'acte du mariage ; nous avons vu frère Thomas répéter puis refuser que le coït soit toujours péché et le constituer au contraire en acte saint83. Ainsi la naissance virginale de Jésus ne s'accompagne nullement d'une naissance virginale de sa mère : toute tradition précise qu'Anna et Joachim se connurent charnellement pour donner naissance à la Vierge Marie. Or celle-ci miraculeusement préservée du péché originel n'est certainement pas née d'une faute, même si pour les docteurs du 13ème siècle, la conception précéda d'un instant la purification. Quand Jean Duns le Scot en mal de se singulariser inventa purification préalable84, il ne fit nullement comme on l'en crédite d'ordinaire la découverte de la future formule de la foi ; mais il fit l'erreur inverse de celle des adversaires, grave et mineure car la formulation du dogme en 1854, avant laquelle personne n'est hérétique, indique que la préservation de Marie eut lieu in conceptione. La correcte philosophie du 13ème siècle eût donc écrit in instanti, notion péripatéticienne du nunc qui relève de Thomas et non d'un augustinisant. Le mariage en tout cas, celui d'Anna et Joachim étant le meilleur cas, enlève la faute même s'il reste la peine85. Le sacrement est grâce86 et le mariage de la Vierge, fréquente iconographie87, le montre. Le couple souvent se regarde comme Assuerus, Esther88. Thomas d'Aquin pour qui les troisièmes noces sont licites89 est d'accord pour n'être vraiment pas ennemi de ce sacrement dont la sainteté s'oppose à la sorcellerie90. Même si la perfection de la vie spirituelle en est gênée en diverses choses et réservée aux pratiquants des trois vœux91, notre auteur reste très en deçà de l'ancien monachisme antiféminin.

B.- Id quod uisum placet92

  • 92 1a 5, 4 ad 3 pulchra que uisa placent. 1a 2e 27, 1 ad 3 + 20//.
  • 93 P 252 etc. : discours sublimes cf. Contra Imp. c. 12 et c 17.
  • 94 In Isa 1 déb. Uenustas uerborum. P 90 et 135 (n.44).
  • 95 In Isa 63. In Ps 44 déb.
  • 96 In Isa 53. 2a 2e 167, 2. Une centaine de// Heva, Capharnaum, Ornatus etc. traitent du beau. Beauté (...)
  • 97 G. Duby, Europe des cathédrales : Dieu est lumière ; avènement du vitrail pp. 12, 26. E. Houvet, C (...)
  • 98 19 39.8.
  • 99 3a 54, 1 ad 1 : Io 20,26 (12) ; ianuis clausis quo nascente virginitas inviolata (Aug. Tract 121). (...)
  • 100 1 Io 4, 8. 2a 2e 23, 2 ; la 2e 65, 5. 1a 37, 1.
  • 101 Rare au texte de Thomas, Martin diminue dans l'iconographie et l'onomastique. Jean augmente, surto (...)
  • 102 ut plus eam diligeret 1a 92, 2.
  • 103 Giotto F 111.
  • 104 P 178.
  • 105 F 160, 162 Broederlam et Malouel. Dès Castelseprio inf. n. 129.
  • 106 3a 28, 3 ad 5. Biblioteca Sanctorum, Roma 1965 VI. 1258 bas : Giuseppe.
  • 107 Vitrail 1250 cath. Frankfurt am Mein, cat 13 in VR 210 p. 252.
  • 108 F 127 DPI Duccio 98 (Maesta, Siena).
  • 109 Luc 1, 11. 3a 30, 3 ad 3 turbatio uerecundi uirginali… et admiratione. Auj. nous numérotons Luc 1, (...)

15La beauté biologique d'une jeunesse bien faite est à l'inverse approuvée en passant, car on passe, vers le haut : uenustas est aussi uenustas uerborum que réprouvait Guillaume de Saint-Amour qui n'en était pas coupable93 mais que Thomas loue chez Isaïe94. On passe par formosus, tout être réussi en son ordre, jusqu'au Christ95 et par decor qui est tout ornatus exterioris jusqu'à pulchrum. L'analogie scolastique permet d'aller du danger de péché autour de decor faciei, vers Jacob et Rachel, image de l'amour divin, cette species interior96. Cet itinéraire de perfection courtoise, féminine et aristocratique, aboutit donc une fois de plus en fin de voyage à la pulchritudo. Cet assimilé des transcendantaux est comme une verrière gothique97 un attribut de Dieu, pulchritudo lucis98. Dès le 12ème siècle chartrain, Notre-Dame de la belle verrière marque sans ambage ce temps de beauté féminine en sa pureté virginale et cependant maternelle, mythe même du christianisme99. La charité alors s'écarte de l'aumône et, conformément à sa définition même, devient vibration d'amour100 : les Jean l'emportent sur les Martin101 ; et la femme est faite pour l'homme, expressément de la biologie au sacrement102. La famille magnifiée par la Sainte-Famille se transforme et ses trois acteurs se regardent dans toutes les représentations. Anne et Joachim apparaissent103 près de Jean-Baptiste et d'Élisabeth, sainte typique du siècle104. Joseph et la Nativité passent aux premiers rôles renforcés par le massacre des Innocents et la Fuite en Égypte avec ce fameux thème du repos avec regards amoureux au cours du voyage105. Thomas d'Aquin sans en avoir la réputation, car il est mal connu et déformé, est le meilleur théologien de saint Joseph, ce qui est signe des temps106. Or les représentations du regard de Joseph portent désormais toute la poésie du rapport Homme-Femme, du rapport amoureux107. C'est cependant l'Annonciation qui devient par son lancinement peut-être la meilleure lecture du siècle : un autre jeune homme, encore plus angélique annonce à la plus parfaite des jeunes filles, le plus magnifique miracle, la naissance virginale de l'Amour. Sortant des tympans taillés et des verrières où on le lisait histoire sainte et catéchisme, le thème prend son vol à Reims, chez Giotto et Simone Martini108. La scène évangélique adorable ne scelle pas la courtoise composition humaine et souligne au contraire, avec le texte même de l'évangile, turbata est109, le bouleversement de la jeune femme. La virginité est devenue féconde.

III.- Intuitus

16Nous voilà parvenus aux confins de la sociabilité et de la mystique ; la méditation des structures institutionnelles s'efface devant l'irruption des suprastructures. Le sens l'emporte sur les significations au sommet de l'échelle de Jacob. Le devenir de l'amour au texte de Thomas comme dans l'iconographie aborde le secret du sacramentum, mais le texte précoce précède d'un siècle l'Angelico.

A.- Dilectio

  • 110 3 S 32, 1 ad 2.
  • 111 1a 2e 26, 1.
  • 112 CG 3, 117.
  • 113 1a 60, 3 ad 3.
  • 114 2a 2e 23, 3 ad 1 ; 114, 1.
  • 115 1a 20, 2 ad 3 et supra n. 114 : affabilitas.
  • 116 De rege 4, 52. Pulchra 1, 10 ; 4, 22. Uirtuosa, honesta 2a 2e 106, 1 ad 3.
  • 117 3 S 27, 2 a 1 ad 11. 1a 2e 28, 1 ad 2. de dil. dei 8-54. 2a 2e 25, 6 ad 2
  • 118 1a 2e 65, 5 ; 2a 2e 23, 1 ad.5.
  • 119 2a 2e 142, 4 ad 3 + 20//.
  • 120 De rege 1, 10 ; 4, 22.
  • 121 Demus 45. TC 141 p. 155 fresco, croisée transept S. Pietro Tusca.
  • 122 2a 2e 29, 3 ad 2 + 9.
  • 123 Act.15, 1-29. 3a 74, 4 ; CG 4, 57. la 2e 98, 1 ad 3 etc.
  • 124 J. Bultot, Le mépris du monde.
  • 125 2a 2e 186, 6.
  • 126 Vitraux Chartres Transept n et bas-côté s. 3a 38, 1 et 45, 3. etc.
  • 127 P 169, 173, 181. MM Dufeil, Signification historique de la querelle des Mendiants, Mediaevistentag (...)
  • 128 1a 20, 2 ; 27, 4 ad 3 ; 5 ad 3 ; 37, 1 ad 2. 1a 60, 3 ange-homme naturel et électif.
  • 129 1a 60, 5 ; la 2e 109, 3 ; 2a 2e 26 ; 3.
  • 130 2a 2e 27, 6 ad 3. CG 3. 188.
  • 131 2a 2e 24, 9. de dilect.Dei, 2 : incipientibus, proficientibus, perfectis.
  • 132 3 S 27, 2 a 1 fin.
  • 133 1a 60, 3 et 4 ad 3.
  • 134 2a 2e 25,8, 34, 3 ad 3. In duo precepta 9. CI 14 + 20//.
  • 135 In la Cor 3 fin. 3 S 27, 2 a 2 ad 1 ; 29, 6.

17On n'épuise pas en ce panoramique de 12 pages les 3 000 occurrences thomasiques du mot amor et le double avec termes adjuvants et concourants même pas tous ici relevés. Depuis la fausse définition idéelle de l'homme industrialiste au 18ème siècle, les mots dévalués opposent amitié, fréquentation sans passion, à l'amour. Au siècle courtois seule la distance marque la différence à quoi résiste seul le grand amour110. Mais les centaines d'apparitions d'amicitia l'offrent comme ardente et amoureuse. Tout être s'aime naturellement111 et les hommes entre eux112 ; mais toute amitié naturelle ne parvient pas à sa perfection réfléchie 113 et sans être vertu, l'amitié est la conséquence de toutes114, ingrédient de tout amour. Au sexuel comme au mystique, elle est fine cime de la sierra d'amour : affinitas (c'est-à-dire attraction par pulsion naturelle115, dilectio116, de uisione117 et même beneuolentie amor118. La haine théologique de la sodomie ne permet aucune interprétation freudo-appauvrie119. Tommaso l'humaniste remonte à Damon et Pythia120 mais pour se pencher sur l'accolade de saint Pierre et de saint Paul 121 sans parler du légendaire baiser Francesco-Domingo. Discordia opinionum potest esse inter amicos cum pace122. La divergence de tempérament et la mésentente des apôtres au concile de Jérusalem123 ne s'expriment donc pas en langage moderne cartéso-kantiste d'analyse terministe et individualiste. La tension principale est entre Pierre et Jean, entre Marthe et Marie - autre nuance -soit entre le repli antique érémisant124 et la participation opératoire au nouveau monde inventé par le 12ème siècle. Le propre de l'Ordre Prêcheur est précisément de dialectiser universitairement avec Aristote, action et contemplation : contempla aliis tradere125. L'anachorète aux sauterelles et l'écrivain suprême, les deux saints Jean126, font justement passer la neuve formulation Mendiante, sans excès "spirituel" dans l'Église papaliste127. La fine différence sémantique entre diligere et amare s'éclaire alors aux formules jetées par notre frère professeur : Deus amat omnia que ab eo sunt128, omnis creatura naturaliter plus diligit Deus quam se129, dilectio Dei est finis omnis actionis humane et eius summa perfectio130. La distinction est échelle de devenir incluant, analogie progressant son fieri dialectique131. Le passage réel de l'amour naturel à l'amour électif est ainsi le secret de l'histoire et de celle de tout homme. L'amicitia socialisée médiatise le passage de l'inclination naturelle à l'amour absolu dont elle est perfection132. L'amitié n'est pas du tout l'amour mais s''y classe au dessus du simple désir133 et ce devoir existe même avec inimicos qu'il serait anormal de diligere134 car il y a structure de dilectio à amor qui va à caritas. Ce n'est pas tourner en rond que de rencontrer à toute avenue une cohérence à quatre échelons : naturalis, domestica, ciuilis et diuina135. La scolastique courtoise déchiffre en axe : pulsion, lignage, cité, mystique, toute la puissance de l'amour.

  • 136 d'Erec et Enide à la Mort le Roi Artu, tout le mouvement de la fin de la courtoisie entre 1180 et (...)
  • 137 Orcival, Vierges romanes, n° 15 Zodiaque.
  • 138 Crypte de Montmorillon Demus lxiii. Aquileia, 1200 ibid. 60. Dès l'Égypte paléochrét. Bawit, Art B (...)
  • 139 Hubert El 95=111, 120=135. TC 44, 254, 256. Demus 116, 196. PG 142.
  • 140 R. Valland, Orig. byz. de la renaiss. (Frioul…).
  • 141 EU 20, 1819 : mystères.Joyeux, douloureux, glorieux. G. Marcovitch Crocefisso gotico doloroso. F 1 (...)
  • 142 Ivoires de Köln TC 245-46, p.260. EC 144, 145, 149 etc.
  • 143 EU 16, 17-18.

18Franchement minorisé par la patristique stoïcisante et monastique, le couple devient alors l'incarnation charmante de la vie, profane et sacrée, du bonheur que gagne la croix du Christ. Comme déclinait la fin'amors adultère des poésies de cours exceptionnelles, le mouvement des idées récupéra la grâce au profit de la grâce divine et au service du sacrement136. L'image d'une mère domaniale et dominatrice présentant un enfant-maître à adorer137 cède à la beauté de la jeune mère qui joue tendrement avec son bébé138. Le courant chrétien oriental portait cette réforme du pompiérisme antico-impérial et l'Italie byzantinisante ne s'en était pas privée. Plus alexandrin que romain, il donne des regards d'amour dès les hautes époques comme celui, conjugal et intense, que lance la Vierge de Castelseprio à saint Joseph139. Toute la fraîcheur judéo-sémitique des vies, souffrances et joies de Marie est en racine ici140. Le 13ème siècle des Mendiants rendit concrète et populaire la dévotion à un Jésus réel : inventa le "petit Jésus" et la crèche de Noël comme le rosaire dominicain et le chemin de croix franciscain141 avec cette pathétique seconde partie du "je vous salue Marie". Ce siècle rendit l'amour sensible et ses regards présents dans les institutions ecclésiastiques142. Issu d'Hildegarde, l'élan des Gertrude et Mechtilde inaugure la Brautmystik vers Eckhardt et Ruysbroeck et par divers sentiers escarpés mène jusqu'à la magnifique amoureuse d'Avila143. Pour étancher la neuve soif de voir Dieu, le rite de l'élévation développe la dévotion eucharistique, manducation sacra-mentelle d'amour, solennelle et fréquente et souligne la cohérente plénitude du plus fort mouvement collectif que l'humanité ait vécu. Le traduisent les petits paragraphes scolastiques comme la menue iconographie gothique.

  • 144 Osée, 1, 2 à 2, 5. Nîmes, bibl. Séguier ms 67, f° 339. M.L.THEREL, La Vierge-Église.
  • 145 Demus 205-208 = ill 241-250 cf. p. 98-100 : maniérisme, gothique.
  • 146 L. Grodecki VR 249. 251, 215 problèmes du roman tardif…
  • 147 Demus 160 San Pedro de Burgal.
  • 148 PG 32, 44 etc. Io 19, 26.

19Les insistances, en somme nouvelles, sur le rapport Vierge-Église, l'une figure de l'autre en leurs péricopes bibliques interchangées, mènent à reprendre l'histoire d'Osée144 pour raconter Israël, Jésus et l'Église comme une aventure d'amour. Vers 1280 des fresques autrichiennes, Gurk, Krems, Göss145, l'illustrent et le traduisent en expressionisme de séduction où le zackenstil casse les plis et les attitudes, brise les cœurs pour en faire frémir la lumière. Toute vibration romane débouche à ce baroque du dernier gothique dans un romantisme flamboyant146. En cette histoire d'amour, pathétisée par son regard sur le douloureux supplice de la crucifixion, Marie est femme essentielle et calice de tout Graal147. Courtoisie dépassée elle marque le sentiment, au delà du mariage d'amour, la dévotion et la mystique : Mère voici ton Fils148. La théologie scolastique accompagne ce développement d'une anthropologie humaine de l'histoire du salut et fleurissent aussitôt après Thomas, ecclésiologies et traités de l'Église.

B.- Fruitio

  • 149 Io 13, 22-25. Demus 119, 217. E.S. Greenhill.
  • 150 Io 19, 27. F 131.
  • 151 1a 2e 34, 4.
  • 152 1a 2e 3, 5 ; 38, 4 ; 2a 2e 180, 7 ; 182, 1.
  • 153 1a 2e 2, o ; 3, 4 ; 34, 3.
  • 154 1a 2e 41, 4. TC 203 p. 218.
  • 155 Io 11, 36. PG 68, 85.
  • 156 Cant Cant8, 6.
  • 157 Apoc 12 1-17. Demus n° 98. TC 209 p. 223 München Clm 17401.
  • 158 In Hebr 12, 4. 1a 2e 11, 1 ad 1 ; a 4.
  • 159 In Ps. 27 fin. Nat.l uminis, 3. Concordanciis q 2.

20Cet appel de Jésus à l'homme s'épanouit en béatitude, l'Église en définitive, c'est le paradis. Au bord du baiser de Judas, saint Jean repose sa tête sur le cœur de Jésus, image de l'amitié parfaite149, puis est confié uiator à Marie150. La dilectio aboutit à la delectatio qui est mesure morale dont il est imprudent de se priver151 et dont le fieri excède tout152 car c'est summum bonum153. L'admiration cause la philosophie qui vient consoler Boèce 154 et Jésus a ressuscité Lazare qu'il aimait155 car l'amour est flamme de Dieu fort comme la mort156 comme Mère et Fils face au dragon157. Parvenir à en jouir est but de toute activité humaine ; cette jouissance, fruitio, ajoute à la vision intellectuelle de la béatitude un complément de perfection delectatione affectus158, sicut pulchritudo iuuentutem159.

  • 160 2a 2e 27,6.1a 2e 11, 8 ad 1.
  • 161 2 S 9, 3. la 108, 5 ad 5, ad 6.
  • 162 3a 46, 8. Quodl 7, 5 ad 2 ; 7, 50.
  • 163 P. Rousselot, Problème Amour M A., thèse Munster 1907.
  • 164 2a 2e 154, 1 et 7. Mal 15, 3+5//.
  • 165 2a 2e 175, 2 ad 1. 2a Cor 12, 1. Uerit. 13, 1 et 2 ad 1.
  • 166 1a 12, 11 ad 1 ; 102, 2 ad 3..

21On a l'impression, à ce colloque même que les contemporains manifestent une tension entre l'étouffante institution et l'irrésistible pulsion d'amour qu'arbitrerait la transgression débordante. A tort ou à raison le 13ème siècle offre un langage inverse où la tension entre la transgression - qu'aucune pruderie ne voile mais qu'on transcende - et le contrat qui stabilise, est dialectisée par la puissance de la passion d'amour qui est notre dernière fin et ne peut être réalisée qu'en Dieu160. L'avoir en mémoire avec les Trônes, la voir en intelligence avec les Cherubim et la vibrer en vouloir avec les Sarafim161 est frui. Au comble de sa douleur, le Christ n'a jamais perdu cette jouissance de béatitude162. On a cru, au début de ce siècle, pouvoir opposer un amour naturel, phusis, péripatético-thomiste à un amour extatique irrationnel assis chez Guillaume de Saint-Thierry et forcément platoni-sant163. Partiellement fondée cette opinion ne peut empêcher de reconnaître Thomas comme le dialecticien qui dépasse les deux courants dans sa synthèse de la beatitudo. Notre maître expose en particulier souverainement les deux sens du mot raptus. Species luxurie quand une pucelle violemment arrachée à la maison de son père est corrompue de force164, c'est aussi la violence qui bloque le sens et élève l'esprit aux excès d'extase165. L'analogie thomiste s'appuie sur Elie, Moyse et Paul166 et fonctionne parfaitement de ce mot de péché infâme au terme supérieur de contemplation ; en français ne dit-on pas, du sac dérobé au cœur sublimé : ravi ? L'homme réel ne saurait employer un langage diviseur et la langue de Thomas découvre l'unité de l'univers dans les degrés de l'amour.

  • 167 In Isa 11, 7.

22Les juifs avaient bien vu que dans l''arbre de Iesse, la verge avait pouvoir de flageller le mal et, courtoise consolation des bons, la fleur se rapportait au Christ-messie167.

  • 168 In Ps 17 début.
  • 169 2a 2e 25,1 à 4 et 26, 8 à 13 ; 27, 7. De dil. Dei 38 + nbreux//.
  • 170 1a 2e 45, 4 ad 2.
  • 171 1a 2e 37, 2 ; 28, 5 + 7//.
  • 172 F 197. 2a Cor 11, lectio 1. la 20, 1 ; 1a 2e 25, 2 ad 2.

23Uis unitiua de bono dato168, l'amour a gravi tous les échelons des pulsions, des proches, des citoyens, des fidèles et adversaires jusqu'à Dieu169. Il est simpliciter bonum170, enivre et brûle171 et réalise l'union de l'aimant et de l'aimé, de Dieu et de l'homme172.

Conclusion

  • 173 1a 2e 62, 4 ; 65, 5 ; 2a 2e, 23.
  • 174 2a 2e 125, 2.

24Cette échelle linéaire, incomplète aux multe mansiones de la caritas173 parcourt seulement depuis le péché d'amour désordonné174 aspectus rei, de transgression à amour maternel ; conspectus fidei de l'amour naturel à l'amour électif ; et intuitus sacramenti vers la surnature, pour esquisser le profil de l'amour.

  • 175 2a 2e 26, 12 ad 3.
  • 176 1 S 31, 1 a 1 ad 5.

25Naviguant abusivement du texte doctrinal aux représentations artistiques nous avons, sous l'œil du maître, échangé nos regards avec ceux des objets. Ad-spectando ultra uisum quel est le secret des sperandarum de cette scala ? Dans le lien contingent entre verbe et image, aux cliquetis du vitrail et de l'enluminure, le maelstrom de frère Thomas nous happe en spiratio vertigineuse vers la cime de toute significations, là où le sens s'épanouit en fieri abouti à un factum esse. La dialectique permanente de cet essai hésite et trébuche du regard, aspectus et uisus, à l'amour même res et fides. Parce que toute montée est chemin de croix à chutes, dialectique balancée d'un pied sur l'autre et que le point de non-contradiction cher à André Breton, est au delà, à l'avers de notre mort dont le revers approche, auquel seul nous pensons ; mais Dieu nous aime plus que l'inverse175. Là le regard d'amour se ramasse sur lui-même en s'épanouissant en envahissante lumière, feu de transcendance Nexus amoris176. Feu embrasé de l'amour en soi, ce regard est l'Acte pur d'Exister ; sa consubstantielle connaissance de lui-même, Logos, jaillit éternellement égale, Dieu le Fils. Co-éternel, co-égal, co-un, Dieu-Père et Dieu-Parole se regardent dans la plénitude de leur substance subsistante, de leur transcendance communiée. Irrésistible tempête qui souffle où elle veut, cette spiratio constitue spiritus, troisième personne de Dieu un. Co-éternel de Dieu-Père et Dieu-Fils, Dieu-Regard est leur Amour.

  • 177 In Isa 53 fin répète Apoc 1, 17 alors numéroté 11.

Note177

I - Du désir au sacrement. B.M. Montpellier, ms 34 f° 336 cf. n. 73.

II.-By courtesy of Victoria and Albert Museum Gr 521.
Cet ivoire, couvercle de boîte de luxe, appartient à la renaissance chevaleresque de la courtoisie au 15ème siècle et exclut donc aussi bien un mythe antiquisant comme une prétendue naissance au 18ème siècle de la tendresse et de l'enfant, malgré Burckhardt et Ariès. Ce geste de caresser le menton se rencontre dès le 13ème siècle dans une statue d'albâtre au chœur de la cathédrale de Toledo REI 173 (enfant à la Vierge-Mère).

III.- Le couple, la fidélité, la force de la femme, inventions du 12ème siècle. Pierre tombale des Vaudémont n. 136. Anne soutient Gérard retour de croisade qu'on croyait mort. Nancy Chapelle des Cordeliers.

IV.- Vierge à l'enfant.
Tendresse, courtoisie et flamboyant, "baroque" du gothique naissant à la fin du 13ème siècle. Photo de Göss, n. 145-146.

V.- Crucifixion.
Tendresse, courtoisie et flamboyant, "baroque" du gothique naissant à la fin du 13ème siècle. Photo de Göss, n. 145-146.

Annexes

ABREVIATIONS

BM Bibliothèque municipale.

Br mus British Museum,

cath. cathédrale.

DTC Dictionnaire de Théologie catholique.

DPI Dictionnaire de la Peinture italienne, Hazan.

Demus (0.), La Peinture romane, Flammarion.

EC G. Duby, L'Europe des cathédrales, Skira.

EI J. Hubert L'Europe des invasions, Gallimard.

EU Encyclopaedia Universalis.

F P. Francastel, Histoire générale de la peinture II M.âge.

G Fr. Garnier, Le Langage de l'Image au Moyen Age.

IN J. Devisse, L'Image du noir t. II M.âge.

J R. Jullian, La sculpture gothique, Laurens.

Mil An Mil, Gallimard.

ND Notre Dame.

P M.M. Dufeil. Polémique universitaire, Picard.

PA La Peinture allemande, Skira.

PG Peinture Gothique, Skira.

PL Patrologia Latina.

PS Peinture suisse, Skira.

Randall (L.M.C.) Images on the Margin of manuscripts Berkeley.

TC Temps des croisades, Univers des Formes Gallimard.

TE Trésors d'Espagne, Skira.

VR L. Grodecki, Le vitrail roman.

Notes

1 Ps 42,4.

2 Gen 28, 2. PG 35.

3 1a 60,1 ad 3. An est 1a 48, 2 ad 2.

4 1a 81, 2 + 30 //. Cf. 1 Io 2, 16 la seconde des 3 épithumiaï : yeux.

5 1a 2e34, 1. Cf. 33, 2.

6 Quodl 4, 21 + 2 //. 1a 2e 74, 3.

7 1a 2e 17, 5-7. Naturel et vol. : 1a 20, 1 ; 1a 2e 6, 1 ad 3 + lOOaine //.

8 1a 2e 80, 3 ad 3.

9 1a 2e 35, 6 ad 3.

10 2a 2e 167 a2+ 10//.

11 Iob 31,1. Thomas le cite 5 fois.

12 Matt 5, 27, cf. Prov 6, 24-35. 2a 2e 66, 6 ad 1 + 4 //.

13 3 S 16, 2 a 3 qua 2. In Dio 4, 14 + 8//.

14 In Rom 6, 9. De rat. fidei 233.

15 1a 2e 17,6 : motus rationis ; 7 sensibilis, preter imperium rationis. 8ad 1 ; 9 ad 1, ad 3 involontaire comme la respiration.

16 Rom 5, 20 a 6, 3. 1a 2e 98, 1 ad 2. 3a 98, 2 ad 3 + 13 //.

17 1a 2e 72, 7. In iob 31 début.

18 2a 2e 151, 4 ; 153, 1. Coitus ultra debitum nature, Ps-Boèce, disciplina scolarium 11, 7, 8, 10, 14 éd. 0. Wijigers.

19 Malo 15, 1 ad 9. 2a 2e 23, 7. Omnis delectatio ut sic bona la 2e 34, 1-2.

20 De rege 2, 4 et 4, 21-22.

21 1a 2e 26, 2. 2 S 26, 1 a 3. 2a 2e 186, 2 ad 1 + 2 //.

22 F. Henri, L'art irlandais, Zodiaque I, 72.

23 X. Barrai TC 66 n° 64. F. Avril TC 142 n° 130.

24 F. Avril TC 142 n° 130. Demus 22.

25 2a 2e 170,1 ad 1. Demus 196.

26 J.M. Pita Andrade, TE I, 150. Cf. luxure cath. Auxerre 14ème s. et ND de l'Epine 15ème s. Auxerre cf. Aubert, Cathédrales, n° 238-239.

27 1a 118 2 ad 5 + 4 //. Dieu cause l'acte non son mal la 48, 6.1a 2e, 79-80, 1.

28 1a 48, 2 ad 2.

29 1a 2e 82, 1 ad 1 habitus corruptus ; concupiscibilis Uer 25, 6 + 4 //.

30 Demus, 205, 73 ; 174 lxxi Göss, regards. TC 51, 57, 58, 120, 127. DPI 161,185 256,302.

31 Ch. Péguy, Eve première mortelle, Gallimard 1954, 25 str. 63 v 252.

32 P, 56 n. 541 et pp.24-30, 54 sv.

33 2a 2e 154, 11. punit orgueil ad 2. 165, 2 ; 1a 51, 3 ad 6 : titans et démons + 3 //. Cf In Ethic 7, 1 déb.

34 1a 2e 102, 6 ad 8 ; 167, 2 + ad 2. 2a 2e 35, 4 ad 3.

35 2a 2e 142, 4 ad 3 ; 154, 11 + 18.

36 Nord nef cathédrale, ce 1180, Grodecki, Vitrail roman, 65.

37 2a 2e 154, 1-6 + 15//. De rege 4, 14. Naturellement il s'agit de réel et non de matériel, la défloration mécanique peut être neutre et de raison médicale 4 S 34, 2-3 ad 5 ; 41, 1 qua 4 ad 2.

38 2a 2e 154, 9 ad 3. lob 31,39.

39 4 S 33. 2a 2e 150, 4 + 8//.

40 2a 2e 154, 9.

41 1a 2e 72, 2 ad 4. 2a 2e 154, 1-8-12.

42 4 S 35, 4 + 6//.

43 2a 2e 154, 8 ad 2. puis 2 ad 6.

44 Adv Iouinianum PL 1, 49 ; 281 A 319. Sixtus pythagoricus : adulter est amator ardentior in suam uxorem. 2a 2e 151, 2 + 12//. 154, 3+13//. Sapiens uir iudicio debet amare coniugem non affectu : cette morale d'Etat, païenne, est l'inverse de l'amour courtois.

45 Malo 15, 3 + 6//. 1a 2e 103 ad 3 + 511. 2a 2e 151, 2 + 12//.154, 3 + 13//.

46 2a 2e 151, 2.

47 4 S 31, 2 a 2 fin. cf 26, 1 a 3 et 2 2 20.

48 1a 2e 34, 1 ad 1. CG 4, 78 etc. Uirginitas non perfectior si Adam non peccasset 2a 2e 152, 4 ad 1, ad 2. CG 8, 137 etc.

49 2a 2e 115, 1-2 + 9//, 116, 2.

50 Aubert, Cathédrales, 223 fin 13ème s. A l'inverse, beau regard de désir : une femme pure tend son cœur à un jeune homme respectueux in Oxford Bodleian ms 264 f° 59.

51 Fl. Mütherich, Mil, 136 n° 127 art ottonien cc 990, évangéliaire Liuthard, Reichenau, cath. Aachen ms, F°46v. F 182. tardif.

52 1a 2e 28, 5 ad 1 ; 2a 2e 177, 2.

53 Mil 249 n° 250. BrM add ms 24199 f° 18r psychomachie Ile à 1 antique.

54 1a 2e 101, 3 ad 2. De rege 4, 14. Féminitude du Val sans retour : même colloque Mme Harf. Campaspe Arras ms 47 f° 74 cf Randall.

55 Aveuglement, inconsidération, précipitation, inconstance, amour de soi, haine de Dieu, goût du siècle, désespoir de l'au-delà 2a 2e 153, 4. Ma 8, 1 et 15, 3-4 + 8//.

56 Apoc 19, 8. Tenture d'Angers 1373.

57 2a 2e 32, 7 ad 2 ; 62, 5 ad 2 ; 86, 3 ad 8. 1a 2e 102, 3 ad 7.

58 Matth 31, 21. PG 28. BM Montpellier ms 34 f° 284v.

59 2a 2e 156, 1 + 4//. D'où le naturel à soigner chevelure in I Cor 11,2.

60 1a 31, 2 ad 4 ; 92, 2 + 13//. Image du Noir II, Demus 141, 148 (13e).

61 1a 2e 74, 10 ; 2a 2e 154, 4. In 2 Cor 13, 1. Pontile cath. Modena : TC 59 p. 62. Demus 119 baiser de Visitation. Baiser de désir Br. Mus. ms royal 10 E iv f° 109.

62 A. Cazenave. in l'histoire 56 (mai 1983), 22-31.

63 1a 2e 101, 2 ad 3 ; 2a 2e 154, 9. TC 22, p. 27 ; 155 (169), 206 p. 220, 267 (284).

64 2a 2e 154, 2 + 6//. Même chez l'animal, coitus uagus n'existe que si femina sufficit ad prolem. TC 118, 160, 170, 188 pp. 124, 177, 188, 203.

65 In Tit 2, 1 fin ; Eph 5, 10 déb. 2a 2e 26, 10 etc. Demus 241 : Gurk 1260.

66 M.M. Dufeil, Afrique, Taxinomie, Histoire. Cah. Congolais Anthrop. Hist. 1 à 3 (1977-80) 7-30 + 7-37. surtout pp. 9-12 in ii.

67 G. Duby, conférence Sénanque hiver 1983.

68 J. Ch. Payen, Origines Renaiss. ; Id. Rose et l'utopie.

69 J. Quillet, en ce même colloque.

70 MM. Dufeil, Speculatio IRIS 1982. Miroirs of Randall.

71 V. de B. Speculum morale. Cf. Tenture d'Angers cf sup. N. 56 F 164.

72 Pu 19, 7. Cf claudicatio iacobi 2a 2e 180, 7 ad 4 = Gen 32, 32.

73 BM Montpellier ms 34, f° 336. cf ill.

74 1a 2e 102,3 ad 7. Comme toutes les antiques, les civilisations africaines distinguent aussi ces trois "hontes" confondues par la morale bourgeoise.

75 3 S 26, 1 a 3 + 7//. TC 107 (111) 1160 chœur cath. Otranto, mosaïque.

76 Thomas réprouve et explique concubinat 4 S 33, la 3 qua 1 ad 4 et qua 3 ad 2 ; 2 a 2 qua 1 ad 2.

77 1, 13 ; 3, 11 ; 4, 1 et 9 ; 5, 12 ; 6, 5 et 9-10 ; 7, 5. Eph 5. CG 3, 15. Ma 15, 1 ad 2a 2e 154, 2. Quodl 3, 5 a 2. in 1 Cor 6, 3. in 1 Thess 4, 1.

78 Cath. Chartres transept N fen.sud. St-Loup de Naud portail.

79 G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques, 135, 138, 215. DTC 9, 2206.

80 G. Duby, Chevalier, Femme, Prêtre. Iconographie du couple : indominable car inclut tous banquets courtois et donateurs retables…

81 Chrétien de Troyes, Erec et Enide. TE 1, 211. TC 159 (175).

82 BN ms fr 5716 f° 213.

83 Cf supra n. 48. Giotto F 111 chapelle Scrovegni, Padova.

84 Preseruata 2 S 18, 1 n3 et Report. 3, 3 q 1 n 2-3 Vivès 14, 684 et 23, 261. D.T.C. 7, 845 et 1075.

85 Doctrine commune : Magister Sententiarum 2 & 20.

86 2a 2e 100, 2 ad 6 + 3//.

87 PG 62.

88 TE 1, 211. TC 159 p.175, 202, 217. G 44 : Reims BM ms 23 f° 69v. G n° 57 David et Abisag Ste Genev. ms 8 f° 223. Aubert, Cath n° 163.

89 In 1a Cor 7 lect. 8 fin + 3//.

90 Quodl 11 ; 10-11. 4 S 34, 3.

91 Expos, in decretal, ad arch. Trident, cap.8.

92 1a 5, 4 ad 3 pulchra que uisa placent. 1a 2e 27, 1 ad 3 + 20//.

93 P 252 etc. : discours sublimes cf. Contra Imp. c. 12 et c 17.

94 In Isa 1 déb. Uenustas uerborum. P 90 et 135 (n.44).

95 In Isa 63. In Ps 44 déb.

96 In Isa 53. 2a 2e 167, 2. Une centaine de// Heva, Capharnaum, Ornatus etc. traitent du beau. Beauté de Marie 3a 28, 3 ad 3.

97 G. Duby, Europe des cathédrales : Dieu est lumière ; avènement du vitrail pp. 12, 26. E. Houvet, Chartres, vitrail coin abside S.

98 19 39.8.

99 3a 54, 1 ad 1 : Io 20,26 (12) ; ianuis clausis quo nascente virginitas inviolata (Aug. Tract 121). Id. Greg. 26 in Ev : comme lumière emplit verrière sans la briser.

100 1 Io 4, 8. 2a 2e 23, 2 ; la 2e 65, 5. 1a 37, 1.

101 Rare au texte de Thomas, Martin diminue dans l'iconographie et l'onomastique. Jean augmente, surtout l'évangéliste.

102 ut plus eam diligeret 1a 92, 2.

103 Giotto F 111.

104 P 178.

105 F 160, 162 Broederlam et Malouel. Dès Castelseprio inf. n. 129.

106 3a 28, 3 ad 5. Biblioteca Sanctorum, Roma 1965 VI. 1258 bas : Giuseppe.

107 Vitrail 1250 cath. Frankfurt am Mein, cat 13 in VR 210 p. 252.

108 F 127 DPI Duccio 98 (Maesta, Siena).

109 Luc 1, 11. 3a 30, 3 ad 3 turbatio uerecundi uirginali… et admiratione. Auj. nous numérotons Luc 1, 29.

110 3 S 32, 1 ad 2.

111 1a 2e 26, 1.

112 CG 3, 117.

113 1a 60, 3 ad 3.

114 2a 2e 23, 3 ad 1 ; 114, 1.

115 1a 20, 2 ad 3 et supra n. 114 : affabilitas.

116 De rege 4, 52. Pulchra 1, 10 ; 4, 22. Uirtuosa, honesta 2a 2e 106, 1 ad 3.

117 3 S 27, 2 a 1 ad 11. 1a 2e 28, 1 ad 2. de dil. dei 8-54. 2a 2e 25, 6 ad 2

118 1a 2e 65, 5 ; 2a 2e 23, 1 ad.5.

119 2a 2e 142, 4 ad 3 + 20//.

120 De rege 1, 10 ; 4, 22.

121 Demus 45. TC 141 p. 155 fresco, croisée transept S. Pietro Tusca.

122 2a 2e 29, 3 ad 2 + 9.

123 Act.15, 1-29. 3a 74, 4 ; CG 4, 57. la 2e 98, 1 ad 3 etc.

124 J. Bultot, Le mépris du monde.

125 2a 2e 186, 6.

126 Vitraux Chartres Transept n et bas-côté s. 3a 38, 1 et 45, 3. etc.

127 P 169, 173, 181. MM Dufeil, Signification historique de la querelle des Mendiants, Mediaevistentagungen Thomas Institut Köln. 1973.

128 1a 20, 2 ; 27, 4 ad 3 ; 5 ad 3 ; 37, 1 ad 2. 1a 60, 3 ange-homme naturel et électif.

129 1a 60, 5 ; la 2e 109, 3 ; 2a 2e 26 ; 3.

130 2a 2e 27, 6 ad 3. CG 3. 188.

131 2a 2e 24, 9. de dilect.Dei, 2 : incipientibus, proficientibus, perfectis.

132 3 S 27, 2 a 1 fin.

133 1a 60, 3 et 4 ad 3.

134 2a 2e 25,8, 34, 3 ad 3. In duo precepta 9. CI 14 + 20//.

135 In la Cor 3 fin. 3 S 27, 2 a 2 ad 1 ; 29, 6.

136 d'Erec et Enide à la Mort le Roi Artu, tout le mouvement de la fin de la courtoisie entre 1180 et 1230. Cf. ill III : le couple.

137 Orcival, Vierges romanes, n° 15 Zodiaque.

138 Crypte de Montmorillon Demus lxiii. Aquileia, 1200 ibid. 60. Dès l'Égypte paléochrét. Bawit, Art Bull, mars 1972. F 77-87.

139 Hubert El 95=111, 120=135. TC 44, 254, 256. Demus 116, 196. PG 142.

140 R. Valland, Orig. byz. de la renaiss. (Frioul…).

141 EU 20, 1819 : mystères.Joyeux, douloureux, glorieux. G. Marcovitch Crocefisso gotico doloroso. F 106, 132, 140,145. Expos. Louvre 1979 groupe toscan bois mil. 13ème : crucifixion franciscaine.

142 Ivoires de Köln TC 245-46, p.260. EC 144, 145, 149 etc.

143 EU 16, 17-18.

144 Osée, 1, 2 à 2, 5. Nîmes, bibl. Séguier ms 67, f° 339. M.L.THEREL, La Vierge-Église.

145 Demus 205-208 = ill 241-250 cf. p. 98-100 : maniérisme, gothique.

146 L. Grodecki VR 249. 251, 215 problèmes du roman tardif…

147 Demus 160 San Pedro de Burgal.

148 PG 32, 44 etc. Io 19, 26.

149 Io 13, 22-25. Demus 119, 217. E.S. Greenhill.

150 Io 19, 27. F 131.

151 1a 2e 34, 4.

152 1a 2e 3, 5 ; 38, 4 ; 2a 2e 180, 7 ; 182, 1.

153 1a 2e 2, o ; 3, 4 ; 34, 3.

154 1a 2e 41, 4. TC 203 p. 218.

155 Io 11, 36. PG 68, 85.

156 Cant Cant8, 6.

157 Apoc 12 1-17. Demus n° 98. TC 209 p. 223 München Clm 17401.

158 In Hebr 12, 4. 1a 2e 11, 1 ad 1 ; a 4.

159 In Ps. 27 fin. Nat.l uminis, 3. Concordanciis q 2.

160 2a 2e 27,6.1a 2e 11, 8 ad 1.

161 2 S 9, 3. la 108, 5 ad 5, ad 6.

162 3a 46, 8. Quodl 7, 5 ad 2 ; 7, 50.

163 P. Rousselot, Problème Amour M A., thèse Munster 1907.

164 2a 2e 154, 1 et 7. Mal 15, 3+5//.

165 2a 2e 175, 2 ad 1. 2a Cor 12, 1. Uerit. 13, 1 et 2 ad 1.

166 1a 12, 11 ad 1 ; 102, 2 ad 3..

167 In Isa 11, 7.

168 In Ps 17 début.

169 2a 2e 25,1 à 4 et 26, 8 à 13 ; 27, 7. De dil. Dei 38 + nbreux//.

170 1a 2e 45, 4 ad 2.

171 1a 2e 37, 2 ; 28, 5 + 7//.

172 F 197. 2a Cor 11, lectio 1. la 20, 1 ; 1a 2e 25, 2 ad 2.

173 1a 2e 62, 4 ; 65, 5 ; 2a 2e, 23.

174 2a 2e 125, 2.

175 2a 2e 26, 12 ad 3.

176 1 S 31, 1 a 1 ad 5.

177 In Isa 53 fin répète Apoc 1, 17 alors numéroté 11.

Table des illustrations

Légende Note177
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
Légende I - Du désir au sacrement. B.M. Montpellier, ms 34 f° 336 cf. n. 73.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende II.-By courtesy of Victoria and Albert Museum Gr 521.Cet ivoire, couvercle de boîte de luxe, appartient à la renaissance chevaleresque de la courtoisie au 15ème siècle et exclut donc aussi bien un mythe antiquisant comme une prétendue naissance au 18ème siècle de la tendresse et de l'enfant, malgré Burckhardt et Ariès. Ce geste de caresser le menton se rencontre dès le 13ème siècle dans une statue d'albâtre au chœur de la cathédrale de Toledo REI 173 (enfant à la Vierge-Mère).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende III.- Le couple, la fidélité, la force de la femme, inventions du 12ème siècle. Pierre tombale des Vaudémont n. 136. Anne soutient Gérard retour de croisade qu'on croyait mort. Nancy Chapelle des Cordeliers.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende IV.- Vierge à l'enfant.Tendresse, courtoisie et flamboyant, "baroque" du gothique naissant à la fin du 13ème siècle. Photo de Göss, n. 145-146.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende V.- Crucifixion.Tendresse, courtoisie et flamboyant, "baroque" du gothique naissant à la fin du 13ème siècle. Photo de Göss, n. 145-146.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4454/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 465k

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter