Version classiqueVersion mobile

Pierre Giot, un capitaine marin arlésien « dans la tourmente »

 | 
Patricia Payn-Echalier
, 
Philippe Rigaud

Annexe 8

Texte intégral

AMA, H 235 V H1

1Rapport fait à Monsieur le Général l’hermitte préfet maritime du sixième arrondissement, Baron de L’empire, par l’enseigne de vaisseau Prosper Guilhem commandant la cannonière de S[a] M[ajesté] Le Boutefeu.

Général

2J’ai l’honneur de vous prévenir que j’ai été malheureusement forcé de faire cote à l’ouest de la vigie du tampan qui se trouve à une lieue et demie dans l’E N-E. des Saintes Maries.

3Pour vous donner connaissance de ma conduite je dois vous tracer la route que j’ai tenue et les manoeuvres que j’ai faites duprès mon départ du port de Marseille.

4J’appareillai de Marseille le vingt sept avril à dix heures du matin avec forte brise de S E. D’après l’ordre que m’avait donné le Commandant Chabert, je restai devant ce port jusqu’à midi. La frégate étant sur la cote, à cette heure les vigies signalèrent que l’ennemi couroit au large, je fis route sur le champ et étant en dehors des isles, jappercus effectivement la frégate quoi sans doute ayant eu connaissance de moy laissa arriver vent arrière, je fus forcé de serrer davantage la terre. La frégate peu de tems après reprit le bord du large et le continua, D ‘après cette manoeuvre j’augurai que la frégate ne m’avait réellement pas appercu je me trouvai alors dans l’est de la pointe des tignes à trois lieues jinterogeai le sémaphore de Bouc, qui ne répondit rien je laissai courir ayant entièrement perdu la frégate de vue. Je fis alors mes dispositions pour profiter de cette circonstance à mettre dehors la voile nécessaire pour faire le plus de sillage possible. M’étant un peu souventé par rapport à la manoeuvre qu’avoit fait d’abord la frégate, je jugeai convenable de serrer davantage le vent pour parer la tete des tignes la plus est. je fis rentrer les bonettes et ranger au vent, Dans cet instant un grain pezant tomba à bord et engagea le bâtiment pendant plusieurs instans Le Coffre plein d’eau, la Calle à moitié pleine, le navire ne sentant plus son gouvernail, les pompes ne pouvant faire aucun effet à cause de la grande inclination du navire, Cependant au bout de dix minutes nous fûmes assez heureux de le soulager en diminuant de voiles Ce qui ne put avoir lieu qu’au sacrifice de plusieurs manoeuvres que la circonstance forca de couper Le navire s’étant relevé et maitre alors de lui je me decidai à prendre le mouillage de Bouc, Voyant qu’il m’étoit impossible de doubler la pointe des tignes, à cause de l’arrivée que j’avais fait donner au bâtiment je serrai dont le vent tribord amures, Dans l’intention de melever je fis plusieurs bordées, qui ne me furent d’aucun avantage, La mer étant très grosse, et le navire ne pouvant virer vent de vant malgré toutes les précautions usitées dans ce cas, Les courants nous portant sur la terre et craignant d’après le peu d’avantage

5[changement d’écriture] que j’avais à louvoyer de ne pouvoir atteindre le mouillage de Bouc je me décidai à mouiller à la Baumasse qui reste à L’O. N.O. de Bouc où la tenue est bonne, d’après les renseignements que je pris des gens du pays qui étaient à bord j’affourchai à la voile en filant soixante brasse de chaque cable.

  • 3 Commandée par le lieutenant de vaisseau Jacques Gaffarel, comme l’indique son petit-fils, Paul Gaff (...)

6Le vingt huit à neuf heures du matin une embarcation de la demi-galère La décidée3 vint à bord, l’officier qui était dedans me dit que j’étais au bon mouillage, mais qu’il fallait attendre une accalmie pour me faire remarquer ou me touer dans le port de Bouc, cette embarcation resta à bord jusqu’à six heures du soir que je renvoyai l’officier avec ordre de revenir le lendemain matin avec des embarcations L’ennemi ne fut pas signalé de toute la journée.

7Le vingt neuf à six heures du matin, six embarcations des batimens de guerre et de commerce se rendirent à bord. je fis désaffourcher et me disposa à appareiller. Le vent état à la partie de l’E. N. E. petit frais. à six heures et demi j’appareillai et pris les armures à babord. je renvoyai les embarcations, ne m’étant alors d’aucune utilité. je courus au S 1/4 S. E. pour mélever au vent j’interrogeai le sémaphore de Bouc, il ne répondit rien. je laissai le pavillon en haut très long temps La brise ayant fraichi et le temps s’étant éclairci dans l’est, je laissai arriver S 1/4 S. O. Les vents ayant passé au S. E. joli frais. je courus ainsi pendant deux heures à huit heures l’horizon était très gras sous le vent, à neuf heures le temps s’étant un peu éclairci, j’eus connaissance de la tour du rhône, au N 1/4 N. O. à toute vue je laissai donc arriver pour reconnaitre la pointe de Beauduc étant par son traver, la vigie du bord signala un batimen nous restant de l’avant dans la brume je fis mes dispositions et me rengai babord amures. dans ce moment le brouillard se dissipa et la vigie du bord m’annonça deux autres voiles à deux lieues sous le vent. je reconnus ces batimens qui se voyaient fort bien de dessus le pont pour trois fregates anglaises, ayant pavillon français à la corne. je tins le vent pendant une heure, l’ennemi avoit pris le bord du large et avait sans doute connaissance de nous voyant que les courants nous portaient sur eux, La mer étant très grosse je fis assembler mon État major et les premiers maitres je pris l’avis de chacun sur les circonstances présentes. L’unanimité fut d’aller mouiller dans l’enfoncement de Beauduc. j’eus connoissance dans cet instant de plusieurs voiles dans l’est que je reconnus pour des bâtiments marchands. je ne pus les instruires de la présence de l’ennemi je virai de bord à terre à onze heures, et fis route pour aller prendre le mouillage convenu, dans cet instantt un grain couvrit tout l’horizon dans le S. O. et me fit perdre de vue les batimens ennemis qui cependant m’avoient paru courir à terre. à midy je mouillai par deux brasses d’eau l’ancre de tribord à une heure la brise fraichissant toujours le grain s’éclaircit un peu, j’eus alors connaissance de trois batimens ennemis courant au large et nous restant dans l’O 1/4 S. O. à deux lieues. je fis de nouveau rassembler les officiers et les premiers maitres, et nous décidâmes que la seule ressource qui nous restait était de doubler les Saintes Maries en serrant le plus possible la terre je fis de suite couper le cable, L’ennemi tant toujours le bord du large jappareille et fis la route convenue me trouvant par le traver de la vigie du tampan, la brise tomba et je restai en calme. Le grain se dissipa et jappercu les trois frégates faisant vent arrière sur nous avec la brise du large. elles étoient alors à une lieue du convoi serrait la terre le plus possible et venait avec le reste de la brise qui m’avait quitté Les frégates mirent leurs embarcations à la mer et les dirigèrent sur les bâtiments marchands, dans cet intervale j’étais en calme.je fis armer les avirons peu de temps après, la brise nous reprit et je continuai ma route en serrant la terre, à deux heures je sentis la même brise que celle des batimens ennemis qui l’ayant plus fraiche que nous se trouvoient à portée et demi du canon je convoquai de nouveau le conseil, et le résulta fut que ne pouvant soustraire la canonnière à l’ennemi nous n’avions d’autre ressource que de faire côte dans un endroit convenable. L’ennemi se trouvait alors à portée du canon. à trois heures et demie je fis cote toutes voiles d’ehors avec un petit vent du large La frégate étant alors en panne Lorsque je fus échoué je donnai les ordres nécessaires pour sauver l’équipage, et tous ce que l’on pouvoit soustraire à l’ennemi ce qui fut exécuté avec la plus grande célérité Lorsque l’équipage fut à terre, je fis débarquer toutes les armes nécessaires et munitions de guerre pour faire face à l’ennemi en cas de débarquement La frégate que je reconnus alors pour une forte corvette échouée à demie portée de canon de nous et nous présentait le traver des deux frégates, La plus près qui se trouvait à portée et demi de canon, donnant en plein dans la rade de Beauduc y mouilla et l’autre courant sur les Saintes marie pour couper le chemin au convoi se trouvait à une demi lieue. La corvette commença a faire feu sur nous après avoir amariné quelques navires. dans ce cas présant, je me décida à mettre le feu au navire persuadé qu’on ne pourrait pas le relever étant crevé en plusieurs endroits à autre heures et demie, jordonnai au maitre canonnier de mette le feu, ce qu’il exécuta sur le champ, en le mettant à un baril de gaudron dans la calle près de la cambuse ayant éparpillé de la poudre dans toute la canonnière. le feu étant mis j’abandonnai le batiment avec mes officiers et les maitres La corvette continua de tirer sur mon équipage à terre et sur les navires marchands dont la plus grande partie

8[retour à la première écriture] était déjà à la cote, je fis avancer mon équipage plus avant dans la saline pour le soustraire à feu de l’ennemi, une vingtaine d’entre eux étant armés chacun d’un fusil, mais les cartouches avoient été mouillées par la lame en les débarquant, ainsi que ces fusils qui nous devenaient alors d’aucune utilité, Les embarcations anglaises au nombre de quinze ammarinèrent pendant ce temps plusieurs navires du convoy et en relevèrent quelqun de la cote, je me dirigeai avec mon équipage sur la vigie du tampan, j’y arrivai à six heures, je tachai de mette quelques uns des fusils en état, et je fis chercher les cartouches les moins mouillées, j’envoyai un officier avec dix hommes sur la cote pour sauver ce qu’ils pourroient trouver. En approchant de la canonnière qui brulait, ils appercurent les anglais à bord, qui sans doute après avoir fait quelques efforts innutiles pour éteindre le feu évacuèrent, Ces dix hommes firent feu sur quelques embarcations qui se dirigèrent de suite sur la terre, mes gens alors battirent en retraite et se rendirent à la vigie sans avoir rien pu trouver, à neuf heures l’explosion de la cannonière eut lieu, je bivaquai toute la nuit avec mon équipage près de la vigie, Le lendemain à la pointe du jour, je voulois aller avec quelques hommes sur le rivage pour tacher de trouver des vivres, mais jappercus environ cent cinquante hommes armés sur la plage et qui s’avancèrent meme jusque dans la saline, je pris le parti de me retirer, mes gens n’ayant pas mangé depuis le midi de la veille je partis de la vigie pour me rendre à une demi lieue dela, le jour me fit voir huit navires ammarinés, deux brulants encore et plusieurs autres ayant des embarcations à bord travaillant à les relever. Étant rendu à la maiterie d’Amphis je fis donner à mon équipage le pain que j’y trouvai, ne voyant dans ce pays aucun moyen de me procurer des vivres, De suite, je dirigeai ma route sur Arles où je suis arrivé aujourd’hui à six heures du soir dou je vous adresse ce rapport.

9J’ai l’honneur d’être avec respect General

10Votre très humble et obéissant

11serviteur

12Signé : Prosper Guilhem

13A Arles le 30 avril 1812.

Notes

3 Commandée par le lieutenant de vaisseau Jacques Gaffarel, comme l’indique son petit-fils, Paul Gaffarel, auteur de Le blocus de Marseille et ses environs par les Anglais (1804-1814), Aix-en Provence, 1904, p. 12. Jacques Gaffarel mentionne d’ailleurs cette rencontre dans une lettre adressée de Bouc, le 29 avril 1812, au commandant de la 21e flottille, en ces termes : « La canonnière Le Boutefeu à mon appareillage imita ma manoeuvre [route vers l’O. dans un premier temps], elle voulait continuer sa route pour le Languedoc. A 4 heures du soir se trouvant devant le Rhône une frégate ennemie arriva sur elle. Ladite canonnière changea de suite lof pour lof et fit route pour prendre le mouillage de Bouc, le vent étant grand frais n’ayant pu lui permettre de prendre le port a été obligé de mouiller au millieu du golfe de Fos ou il a passé deux nuits » (ACM, 19 II 11, Lettres de Jacques Gaffarel lieutenant de vaisseau, copie).

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search