Version classiqueVersion mobile

Pierre Giot, un capitaine marin arlésien « dans la tourmente »

 | 
Patricia Payn-Echalier
, 
Philippe Rigaud

Annexe 7

Texte intégral

BMA, ms 2394, f°50r°v°

Extrait du registre des rapports d’entrée de la navigation tenu au bureau des douanes nationales à Arles

1r° « L’an huitieme de la Republique française une et indivisible et le quatre germinal avant midy, s’est presenté pardevers nous François Bertrand commis chargé de la navigation au Bureau des Douanes nationales au port d’Arles, le capitaine Pierre Giot d’Arles commandant l’allège la Marie Therese du port de quatre vingt cinq tonneaux equipe de cinq personnes le capitaine y compris, enregistré et domicilié en cette commune et employe au service de la Republique depuis le vingt neuf pluviose dernier lequel nous a déclaré sous serment qu’ayant pris un chargement a Toulon de deux cent cinquante cinq quintaux cinquante une livres de vieux cuivre et tronçons de canon de bronze pour compte de la Republique a destination d’Arles, il aurait appris trois jours avant son départ de Toulon par des marins d’Arles que le passage du gras avoit prit sa direction a l’embouchure du sud et qu’ils en étaient sortis avec des allèges depuis quelques jours chargés a six pans d’eau ; que sur cette assertion il partit avec sa dite allège de la rade de Toulon sur les six heures du matin le vingt ventose dernier avec le vent a l’est petit frais, qu’il navigua paisiblement jusqu’aux approches du gras, que se trouvant chargé a quatre pans et demy gras il fut décidé de concert avec son équipage de continuer leur route pour arriver au gras, et vers les quatre heures après midy ils eurent reconnaissance de la tour, des cabannes et du tes du levant, que peu de temps après ils virent un navire qui se mettoit a la voile du tes de Roustand, et n’ayant eu aucune reconnaissance de la bette des balizeurs ils tomberent les bonnetes et cinglerent au large faisant differentes routes pour se faire reconnoitre des dits balizeurs et qu’après avoir tiré un coup de canon et tombé le coutelas ils apperçurent la bette desdicts balizeurs qui leur venoit au devant, qu’alors ils se mirent à travers pour l’attendre, voyant a peu près qu’elle étoit a son poste ils arriverent droit sur eux le batiment se gouvernant toujours, étant en dedans des brisants a un cable de distance il toucha le fond et ne peut plus se gouverner mettant le cap a l’est a l’ouest et s’apperçevant que chaque lame de mer venoit les jetter sur la pointe de l’ouest ils mouillerent l’ancre a babord. Le batiment commença alors a mettre la proue au vent, qu’ils changèrent ensuite le cable a tribord, borderent la meistre, isserent la polacre et larguerent le cable pour faire arriver le batiment, toutes ces manoeuvres devinrent inutiles vu que ledit batiment touchait a chaque lame de mer qui venoit. Qu’après avoir resté dans cette triste position ils mirent leur pavillon en berne pour demander du secours aux balizeurs qui vinrent v° de suite et se retournerent en même temps ne voyant aucun espoir de faire sauter le batiment, alors ledit capitaine Giot et son équipage voyant que les lames de la mer les submergoient par intervalle, ils travaillerent a serrer les voiles, amenerent l’antenne et voyant que leur chaloupe qui etoit sur le brisant se remplissoit ils la tirerent a bord avec bien de la peine, ils travaillerent ensuite a fourrer leur cable avec de paille, serrerent les écoutilles et lui mirent la toile, et autres voilures qui se trouvaient sur le tillac qu’ils resterent dans cette position jusques a sept heures du soir voyant que le vent et la mer venoient toujours en renforçant ils s’embarquerent dans leur chaloupe avec un peu de provision pour venir a terre ou il y arriverent avec ladite chaloupe a demy pleine d’eau, q’heureusement un batteau naufrage qui se trouvait a portée d’eux leur servit de gite, que pendant la nuit le temps devenant toujours plus impétueux, ils s’attendoient a tout moment voir venir les débris de leur allege a terre d’après les gros coups qu’il donnait sur le varage, que le vingt et un dudit dans la matinée le temps continua toujours de mème avec pluye ; vers les neuf heures et demy le vent varia au nord grand frais ; ils virent venir alors a eux un homme que le juge de paix qui se trouvoit sur les lieux a un sauvetage leur envoyoit pour prendre des informations ; qu’ils repondirent a cet homme de dire au juge de paix que son navire échoué etoit chargé de deux cents cinquante cinq quintaux et quelques livres de vieux cuivre et tronçons de canons pour compte de la Republique et qu’il etoit fretté a mois et de lui dire aussi de lui envoyer des secours au premier temps vers les une heure après midy le vent et la mer ayant un peu calmé, ils mirent leur chaloupe a la mer et y embarquerent quelques hommes qui se trouvaient a portée pour les aider, arrivés a bord de ladite allege ils trouverent qu’elle ne remuoit plus quoiqu’étant a travers de la mer qui ne cessoit de la submerger, qu’ils verifierent ensuite la centaine et qu’ils s’apperçurent que l’eau montait un pied environ, sur le paillot, qu’ayant ensuite examiné le cable ils le trouverent tout rongé, et le renforçerent de suite du mieux qu’il leur fut possible, qu’ils s’apperçurent aussi que les vagues de la mer leur avoit emporté presque tout ce qu’il y avoit sur le tillac, qu’ils travaillerent ensuite a embarquer dans la chaloupe le peu de provisions et hardes qui leur restoit de même que la voile de ladite chaloupe et sa mature. »

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search