Version classiqueVersion mobile

Pierre Giot, un capitaine marin arlésien « dans la tourmente »

 | 
Patricia Payn-Echalier
, 
Philippe Rigaud

Annexe 6

Texte intégral

BMA, Emile Fassin, ms 2352, t. 7, p. 155

1« Le jour de Noël (25 décembre 1795), nos patriotes, déjà sortis de prison par un décret de l’Assemblée, se saisirent de 400 fusils qui étaient cachés dans le couvent de la Visitation. Le 4 nivôse, 25 décembre, à 11 heures du soir, les Monnaidiers obligent le citoyen Manse boulanger à leur ouvrir les portes de la ci-devant église de la Visitation.

2Le 20 nivôse, Manse ajoute le fait suivant à sa déclaration de la veille : « quelques jours après que les citoiens Requier et Daumas eurent fait transporter de son magazin des visitandines dans la barque du citoien Claude Fouque capitaine, des caisses remplies de balles de fusils appartenantes à la république, le déclarant aiant vu passer ledit citoien Daumas devant sa maison, aurait dit audit Daumas : « puisque vous aves allegé mon magazin des balles de fusils, vous me rendes services de me débarrasser des caisses de fusils qui restent et qui me genent ».

3A quoy ledit Daumas aurait répondu : « vous en seres bientôt débarrassé, car sous peu on désarmera la garde nationale, les fusils qui proviendront de ce désarmement seront mis dans les caisses et on enlevera le tout pour le faire passer aux déffenseurs de la patrie ».

4… Ils s’arment et parcourent la ville ayant à leur tête les Bouget, les Lardeyrol, les Jacquet etc. Une division, poursuivie par les scélérats nouvellement armés, rencontre le terroriste Couston et l’assomme (erreur dit E. Fassin, il fut percé de plusieurs coups de bayonnette et en mourut peu après) ainsi que le nommé Rougier père meunier.

5De grand matin, la bande furibonde des Monnaidiers parcourt la ville, fouille les maisons, désarme les bons citoyens. Elle poursuit le citoyen Benoit (joueur de violon), commandant de la garde nationale d’Arles, qui fuit par les toits, glisse, tombe et se tue.

6Elle arrache de chez eux de paisibles citoyens, les met en arrestation et se livre à des actes de pillage.

  • 1 Les membres de la commune d’Arles Tinellis, Gibert oncle, Muratory, Ganteaume aîné, Reynaud, Maurin (...)
  • 2 Lazare Ardouin, jacobin, est nommé par Fréron à la place de Bergeron comme commandant de la place e (...)

7La municipalité1 mise en permanence, résiste malgré Ardouin2 qui cherche à les mener à démissionner ».

Notes

1 Les membres de la commune d’Arles Tinellis, Gibert oncle, Muratory, Ganteaume aîné, Reynaud, Maurin et Baléchou (juges de paix), Feraud sont dénoncés le 26 janvier 1796, aux administrateurs du département comme royalistes et contre révolutionnaires et, le 30 du même, mois l’administration du département casse la municipalité et la remplace par des jacobins.

2 Lazare Ardouin, jacobin, est nommé par Fréron à la place de Bergeron comme commandant de la place en novembre 1795. Le 28 avril, Ardouin « dénoncé pour ses abus par les Chiffonistes à Tisson commandant des places d’Avignon, Tarascon et Arles, pour se venger des Chiffonistes se met à la tête d’une bande de terroristes » (Emile Fassin, BMA, ms 2352/7, p. 192 bis).

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search