Version classiqueVersion mobile

Pierre Giot, un capitaine marin arlésien « dans la tourmente »

 | 
Patricia Payn-Echalier
, 
Philippe Rigaud

Annexe 5

Texte intégral

1Emile Fassin, La conspiration chiffoniste 1791-1792, BMA, ms 2356.

Observations de la commune de Marseille sur l’état actuel du département des Bouches du Rhône présentées à l’Assemblée Nationale par Barbaroux et Loys, députés extraordinaires de cette commune

2A Paris, de l’imprimerie de la Société Typographique, aux Jacobins Saint-Honoré, M DCC XCII (54 pages).

3p. 5

4Nice, premier janvier 1792

5« Nous avons bien reçu, mon cher Nantou, avec la plus grande satisfaction, la nouvelle de votre réussite près de nos bons amis les marins, et je suis chargé de vous en faire de grands remerciements. Les princes sont sensibles aux peines que vous prenez, et je puis vous assurer qu’ils sauront bien récompenser votre zèle de manière digne d’eux et de votre mérite. Comme douze barques ne suffiront peut-être pas pour servir assez promptement dans le cas où les eaux seroient basses, faites vos efforts pour en avoir encore autant, et comptez sur moi, comme sur le meilleur de vos amis ».

6Signé, de FAUCON

Les auteurs ne fournissent pas les circonstances dans lesquelles cette lettre est arrivée entre leurs mains, ce qui laisse planer un doute sur son authenticité

7« … et une lettre que le bon génie de la France a fait tomber dans des mains patriotes annonce que des barques ont été préparées à Arles. Cette lettre écrite de Nice, par un ci-devant noble à un citoyen Arlésien, a été remise au comité de surveillance… »

8Cette lettre est aussi citée dans le Rapport fait à l’Assemblée Nationale par les députés extraordinaires de la commune d’Arles, le 24 avril 1792. Imprimée par ordre de l’Assemblée Nationale. (34 pages, signées Bonnemant, Jacquet).

9p. 15 Elle est précédée du texte suivant : « le message de Coblentz, à la fin janvier, par la faction chiffonnière, auprès des princes français, au nom d’une grande partie des habitants d’Arles, pour les assurer de leur fidélité, et dont le courrier de Strasbourg, du 17 mars, no 66, fait mention, certifie ce projet, si la lettre écrite de Nice, le premier janvier, par le Sieur Faucon, ancien conseiller au ci-devant parlement d’Aix, ne le prouvoit complètement. »

10Elle est suivie de ces propos : « Il est bon d’observer à l’Assemblée, que ce Nantou, à qui la lettre est adressée, est un avitailleur de bâtimens, qui tient sous la dépendance du besoin un certain nombre de patrons ; que la lettre dont s’agit, et dont on cherche à atténuer la véracité, fut lue dans le comité secret de la Chiffonne ; qu’un de ses membres (car il y a des traitres dans tous les partis) la fit disparaître ; que la haine que l’on a portée ensuite, tant aux autres marins qu’au commissaire que l’on a persécuté, ne provient que de la résistance qu’ils ont mise à ne pas entrer dans un parti qui attendoit tant de secours d’eux ».

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search