Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

De antiquitate secundum tomam

La représentation de l'antiquité au Moyen Age

Texte intégral

Introduction

  • 1 Obenga (Th.), chez Présence africaine 1973 215/135, 464 p.

1Dans les ondes sonores qui frappent nos oreilles, certaines appelées mots, gisent parfois des concepts ou des mythes plus ou moins consistants qui varient dans l'espace et la durée, selon les interlocuteurs et les circonstances. Chaque groupe donc a sa langue, chaque stade historique aussi ; ainsi le mot antiquité porte en notre langage bourgeois, sous une émotion simple et vague, un sens aussi certain qu'imprécis ; en quasiment toute langue. Pour notre structure, celle du mode de production industriel, ce vocable élaboré en italien, espagnol et franglais, se traduit tel quel si j'ose dire du russe au japonais. Il s'agit en effet de désigner scolairement, à l'école, un champ de civilisations, orientales puis gréco-latines, né à l'est de la Méditerranée, combiné puis glissé vers l'ouest ; avant qu'il ne disparaisse, empire romain, sous les coups des "barbares" du nord et du nord-est. Notre Europe serait renée un millénaire plus tard sur ce fond. On sait qu'il n'en est rien, qu'elle est née d'elle-même et non d'un quelconque passé ; née des ors et épices d'Afriques, des boussoles et chiffres d'Asies et non de la seule Méditerranée ; et surtout née ailleurs dès la fin de l'onzième siècle, beaucoup plus au nord-ouest en climat océanique. D'autres que les Europes ont, après nous, emboîté ce mythe du 19ème siècle et l'Afrique dans l'antiquité1 en décalque l'ornière : antiquité égyptienne, moyen-âge esclavagiste et renaissance au 20ème siècle. Mais l'esclavage est lié aux empires antiques et non à leur chute : ce que l'on dénomme moyen-âge l'avait digéré.

  • 2 I, 235 in Dict. de la langue française (éd. 1974, 270/210) : ancienneté très reculée.
  • 3 Burckhardt (Jacob), Die kultur der Renaissance en Italien, 1860. EU 14, 52-73 montre l'absence de (...)
  • 4 Rouche (M.), Les empires universels, Larousse 1968 in-12ème, 512 p. Folz (R.), L'idée d'empire en (...)

2Littré d'ailleurs en son célèbre dictionnaire, glisse à peine ce sens2 dont chacun sait qu'il date, date d'un emploi par Burckhardt déformant Michelet et Vasari pour sa cause3. Récent, partial, simple couplet anticlérical du siècle dernier, controuvé, notre concept courant d'antiquité manque de fermeté comme de définition taxonomique. L'empire achéménide, de cinq siècles antérieur au romain et de trois au chinois, est-il ou non antique ? Burckhardt ne semble pas y avoir réfléchi. S'il l'est pourquoi Kuras, Cyrus, ne sert-il pas de modèle en place de ses épigones Alexandre et César ? Pourquoi les autres empires Han, Maurya, Gupta, Olmèque, Inka, Zimbabwe et Mali ne sont-ils pas typologisés à ses côtés ? Si le processus de néolithisation qui va du village à la cité, est généralisé à toute la planète entre 8ème et 1er millénaires, pourquoi le processus antique qui court de la cité à l'empire n'est-il étudié que de Sumer à Rome ?4. Et pas d'El Tajin à Tenochistlan ? Ce processus d'ailleurs a-t-il marqué Memphis et Ramses II qu'on amène volontiers à notre antiquité et que l'Afrique réclame maintenant non sans vraisemblance comme sienne ?

  • 5 Rouche (M.), Les empires universels, Larousse 1968 in-12ème, 512 p. Folz (R.), L'idée d'empire en (...)

3Ces significations douteuses d'un tel sens si mal taillé nous acculent à réétudier le terme et à nous demander, en saine méthode historique, quel était le sens du mot avant la révolution industrielle et l'abus vague de Burckhardt. Vasari déjà nommé, réservait son admiration emphatique de mauvais professeur aux objets romains, et parfois grecs ou imités, d'Italie et au mythe imprécis qu'il en tirait après Valla et Petrarca. Derrière quoi se cache le gibelinismo d'un Dante et l'idée - soyons méchant - "médiévale" d'empire5. Plaçons nous désormais entre le 3ème siècle et le Quattrocento ; c'est-à-dire tantôt à la chute de Rome et de ses renaissances théodoricienne, carolingienne ou ottonienne ; tantôt à la construction neuve par les peuples de l'Océan d'une nouvelle civilisation (12ème-15ème siècles). Quels sens divers revêtait alors le mot antiquitas ? Il est expédient de demander cette clarification au doctor communis.

***

I.- Quid sit

A.- Profondeur

  • 6 Plus de 1000 apparitions de la famille antiquus, toutes références écourtées ici. Plus de 50 fois (...)

4Très souvent chez Thomas d'Aquin, l'adverbe antiquitus signifie simplement autrefois et antiquus très ancien6. Ce sens fondamental de Littré permet d'opposer jeune et vieux, tantôt en faveur de la sagesse et tantôt de la pétulance et cela nous conduit à analyser ce que saint Thomas met derrière nouus et modernus, quelle est sa nonantiquité. Mais auparavant convient-il de détecter les moments et périodes historiques que notre théologien affuble d'antiquus.

  • 7 2a 2e q 2 a 7 succession de structures dans le temps, histoire. 3a q 1 a 3 ad 5um primo homo.
  • 8 1a 2e q 99 a 3.
  • 9 2a 2e q 122 a 2 ad 2um.
  • 10 Dufeil (M.M.), Regards d'historien sur la métaphysique du devenir d'un théologien, Congresso inter (...)
  • 11 In Rom. lect. 7 mil.

5Le plus reculé de ces antiqui vise un état de loi naturelle antérieur aux cités : ante statum peccati… explicitam Fidem de Christi incarnatione7 concerne un irréel fort éloigné ; mais leges humane antique continent quedam fabulosa et falsa non autem lex diuina8, désigne une haute époque antérieure à la promesse dont se nourrit la Bible ; nous pourrions dire néolithique et chalcolithique. Les païens en effet pour Thomas sont de deux types de temps diversement structurés, en somme antérieurs aux empires et grands philosophes d'une part et de l'autre contemporains ou postérieurs à ce dit progrès. Ainsi Uarro dixit quod antiqui romani diu sine simulacris deos coluerunt9 touche évidemment les deux derniers millénaires avant notre ère, selon nous âge agricole et âge des métaux aboutissant à une antiquité. Tommaso dont le souci historique par rapport à la culture de son siècle était puissant, inventa en fait les concepts d'une mutation épistémologique de l'histoire10. Aussi appréciera-t-on l'hésitation entre ces deux modèles d'antiquité : imagines hominum ceperunt coli in Italia ab aduentu Ene, aliorum autem post uictam Egyptum ab Augusto11. Il ne sait donc si le culte des idoles anthropomorphes date de l'âge du bronze ou de celui des empires et distingue ainsi ces deux stades.

  • 12 Dufeil (M.M.), Trois sens de l'histoire affrontés vers 1250, Coll. Internat. C.N.R.S. 1274 année c (...)
  • 13 In 4 Sent d 9 a qua 4 ad 2um.
  • 14 In ad Hebr. 7 lect. 1 début ; la 2e q 98 a 4 ; 2a 2e q 87 a 1 ad 3um ; 3a q 31 a 8 ; q 70 a 2.
  • 15 In Isa. 21 fin.
  • 16 la 2e q 102 a 4 ad 2um.

6Hormis ces premiers sens, le sens premier des termes de la famille d'antiquus dans les textes de saint Thomas d'Aquin est celui de ueteris legis, uetus testamentum et pertinemment les linéaments initiaux que délivrent les cinq premiers livres de la Bible, le Pentateuque. Présageant la sémiotique, le bachelier biblique avait professionnellement à expliquer les textes en sacra pagina et Thomas, maître en cette haute discipline scolastique, en avait renouvelé les approches épistémo-logiques12. Antiqui patres non manducauerunt spiritualiter sacra-mentum eucharistie quia nondum erat institutum… manducauerunt tamen spiritualiter christum13 Adam, Noë, Mathusalem détrônés à cause du péché, Sem lui-même n'est donné qu'en référence à son descendant de la neuvième génération, Abram primus inter antiquos patres14. En lui, Thomas tend la main aux arabes de genere ismaelis filii abrahe15 et aux juifs dont le temple fut construit par Salomon in loco ostenso abrahe16. Cette tradition judéo-chrétienne se relie aisément à la pureté monothéiste d'Abram qui reçut en plein mode de production lignager - on va voir qu'il ne s'agit pas d'une intrusion de notre langage - comme première parole :

  • 17 Gen 12, 1-4.

"quitte ton père ta parenté, ta maison… je ferai de toi un grand peuple"17.

  • 18 Gen 17, 5.
  • 19 Gen 18.
  • 20 1a q 51 a 3 ad 5um ; In 3 Sent. d 9 q 1 a 2 qua 5 ad 3um.
  • 21 EU 16, 73.
  • 22 Luc 16, 22-23 ; Joan 1, 11 ; 13, 23. In 3 Sent d 22 q 3 a 3 qua 2 avec Jean, Thomas passe du sinu (...)
  • 23 Cet office est de saint Thomas, Dufeil (M.M.), La prière implicite, Senefiance 10 (1980), 246 et n (...)
  • 24 Phil. 2, 9-10.

7Cet éleveur de moutons et chameaux devient en effet un insolite personnage historique de premier plan, badw insolite parmi les bedwi, en rompant avec son père Terah, en obéissant jusqu'à sacrifier son fils Isaac jusqu'à casser totalement avec la patrilignée pour aimer par dessus tout, pour adorer Yahwe. Aussi son nom d'Abram, le noble, devient-il Abraham, père d'une multitude18. Yahwe l'aima jusqu'à lui révéler sa trine unité : en plein jour au chêne de Mambre, Abraham vit Yahwe lui apparaître en trois anges voyageurs et le salua au singulier, ce qu'aucune langue sémitique ne saurait passer en erreur19. Thomas qui y insiste déclare qu'une telle révélation personnelle très en avance sur le temps de l'Eglise, ne pouvait aller que pour un être exceptionnel20. Il n'ignorait d'ailleurs pas ce qui s'étale aux tympans de toutes les abbatiales, de toutes les cathédrales et professa vigoureusement appartenir à ce peuple du sein d'Abraham et à ce système de salut qu'il médita toute sa science, toute sa vie. A l'âge de trois ans dit une légende, Tommaso oblat au Monte Cassino aurait demandé : "qu'est-ce que Dieu ? " A cette questio sans réponse, il ne cessa jamais de répondre, délivrant les réponses les meilleures et les plus stupéfiantes jamais formulées par homme21 ; car la révélation de saint Jean est parole de Dieu et non réponse d'homme22. Thomas qui n'a pas seulement raisonné en sommes et traités et quodlibeta a aussi éclaté sa joie dans l'office du Saint-Sacrement23. Thomas comme Abraham aima Dieu par dessus tout et toute sa vie pensa ce Yahwe qu'il adorait, Jésus par son nom au dessus de tout nom24. Il s'est occupé explicitement d'Abraham 114 fois sans compter les passages parallèles, corrélats et implicites. Mais dans la postérité d'Abraham, et aujourd'hui dans son sein, Thomas apparaît comme Abraham, primus inter patres modernos penultime etatis.

B.- Noua et uetera25

  • 25 Math 13, 52.
  • 26 1a 2e q 103 a 3 ad 4um.
  • 27 CG 4, 57. In 4 Sent d 8 q 2 a 2 qua 3 ad 2um. la 2e q 98 a 2 ad 4um ; 103 a 2 ; 107 a 1 ad 3um. 3a (...)
  • 28 3a q 34 a 3 ; 70 a 4 ad 2um. Quodl 2, 7 fin. 6, 4 ad 1 um.
  • 29 In Rom 12 déb. et mil. In 1 Cor 5 lect 2 mil.
  • 30 3a q 22 a 1 ad lum citant Hebr 2, 9.
  • 31 1a 2e q 98 a 2. Matth. 9, 2-5 ; 28, 6 et parallèles.
  • 32 1a 2e q 102 a 4 resp.
  • 33 Ibid. ad 2um.
  • 34 Ibid. ad 10 et q 103 a 3 ad 4um. Néoménies à la lune cf. 2 Par. 2, 4 ; Judith 8, 6 ; Ps 80, 4 ; Is (...)
  • 35 Ibid. obj. 2 et Ad 2, 4, 6, 10 etc.
  • 36 ad 5um ; 2a 2e q 84 a 3 ad 3um. Dufeil (M.M.), Oriens apud Tomam, Senefiance 11 (1981) à paraître (...)
  • 37 In 3 Sent d 9 q 1 a 3 qua 2 ad lum, 2um, 3um ; 2a 2e q 103 a 4 ad 3um ; 3a q 25 a 3 ad 4um et a 4. (...)

8Si uetus est proche d'antiquus comme il appert, l'opposition dialectique et dilective de l'ancienne et de la nouvelle loi occupe une trop vaste place dans cette œuvre et cette pensée pour qu'on y insiste. Mais il faut relever quelques éléments topiques où antiquité signifie chez notre saint, ancienne loi. En relation dialectique, toute festivité de l'ancienne a quelque correspondant dans la nouvelle26 Les antiques sacrements non justifiants des juifs, comme leur sacerdoce et leurs sacrifices sont évacués par ceux du Nouveau Testament, de l'Eglise qui les parachève et les fait passer de figure à opératoire ex opere operato27. La justification des patres antiqui venait ainsi de la foi que signifiaient ces signes et, sans baptême, justifiait en foi des parents, les pueri antiquorum28. L'animal à immoler était préalablement occis pour montrer quod adhuc mors regnabat29. Aussi le Christ ne voulut-il pas naître d'un prêtre, qu'on ne confondît pas avec l'ancien son nouveau sacerdoce30 ; ainsi y a-t-il deux résurrections, celle du péché et celle de la mort, car lex uetus ordinabat ad Christum qui a manifesté d'abord le pouvoir de remettre les péchés avant celui de se ressusciter31. Comme on ne saurait se pencher sur tout le donné de Thomas sur l'ancienne loi et son rôle dans le temps et l'histoire, déchargeons nous de ce thème effleuré par un article de la Summa où se traite des cérémonies sacrées en se reportant sans cesse à la dialectique des deux lois. Status ueteris legis institutus erat ad figurandum mysterium christi32. Tout y est, de la consuetudo aux specialia tempora de toute cérémonie et de la grande rupture : status ueteris legis non fuit immutatus ante christum33 ; et de la description des arches, couteaux, chandeliers et même des néoménies34 jusqu'au sabbat et au tabernacle35. Mais on y trouve encore l'adoration que les gentils faisaient à l'orient du soleil levant, les juifs pour éviter l'idolatrie l'avaient transféré à l'occident, figurant par là la mort du Christ36. Les chrétiens de la loi nouvelle sont, on le sait, revenus la face vers l'orient. Ils pratiquent aussi depuis les apôtres le culte, impensable avant le Christ, des images et surtout de la croix. La dépendance de Thomas envers le Damascène est ici évidente37 ; et son sens de la nouveauté du second testament devant l'ancien. Sufficiant hec dicta de antiquitate ueteris legis.

  • 38 CI 7, 1 obj 11 glose marg à Luc 8, 3. Cf. 1 COr 9, 4 sv.
  • 39 2a 2e q 66 a 5 ad 2um.
  • 40 In 4 Sent d 38 texte du magister.
  • 41 Guillaume de Tocco, Vita s. Thome Aquinatis, Acta Sanctorum 7 mars : 8 fois nouus en 5 lignes ; re (...)
  • 42 Gratien C 1 q 2 cap 7 (I, 409) ; cité CI 7, 10 p. 117b lig. 1092.
  • 43 CI 7, 10 ad 2um, p. 118b 1188-93.
  • 44 CI 2, 5 p. 62, 650.
  • 45 1a 2e q 91 a 5 corp. et ad 1 um ; nombreux parallèles jusqu'à q 107 et 2a 2e q 1 a 7 ad 2um.
  • 46 1a 2e q 101 a 2 ; cf. q 102 a 4.
  • 47 In Io 5 lect 2 déb.

9Car antiquus est parfois un terme d'ethnologue : antiquus mos erat iudeorum38 indique simplement une antiquité judaïque, une pratique ancienne ou coutume, en ce sens banal où ancien signifie simplement bien des années avant et non une antiquité définie d'historien. On trouve même de thesauris antiquo tempore sub terra occultis : l'archéologie en effet ne date ni du 20ème ni du 18ème siècles comme on tente souvent de le faire croire, ni les lois qui la briment, car Thomas cite ici le Digeste39. Autre genre de trésor enfoui, un ressuscité a droit à retrouver toutes ses possessions mais non son mariage nisi de nouo contrahat40. L'ancien en ce sens s'oppose en effet à nouus, de nouo volontiers campé par Thomas en face de uetus ou antiquus. C'est un des leitmotiv et axes de sa pensée41 car c'est la radicale révolution de la bonne nouvelle, euangelion. Un homme du 20ème siècle place Jésus dans l'antiquité c'est-à-dire au bord du monde gréco-romain ; pour Thomas, Jésus est neuf et l'éloignement temporel mérite tout juste un quondam… fuerunt diuites postea uero omnia reliquerunt ut Petrus et Mattheus et Paulus… ut Zacheus42. Le poids de la coutume en ce temps, apud iudeos consuetudo erat… in consuetudinem, n'est daté qu'a principio conuersionis gentium43. En inverse exact et diamétral de la notion même d'antiquité, le temps du Christ et des apôtres apparaît comme rénovation et novation et jamais Thomas ne le qualifie d'antiquus ; on est même alors plus neuf que maintenant en ce temps où les chrétiens étaient tous frères44. Toute la loi nouvelle est grâce et accomplit virilement ce que l'enfance de l'ancienne préparait45. Elle introduit immédiatement au dernier âge, dure jusqu'à la fin du monde et prépare le ciel46. Ainsi, en rompant avec le sabbat, le Christ faisait une nouvelle créature47.

  • 48 Dufeil (M.M.), Concepto de historia secundum Tomam, Congreso mundial de filosofia christiana, Cord (...)
  • 49 Cf. supra n. 40 et Dufeil, Senefiance 11 cité supra n. 35.
  • 50 In Isa 53 début. CI 75 a 546 = Cionys. 5 Eccles. lerar.
  • 51 P, Conclusion et Senefiance 11 déjà cité.
  • 52 CI 12 p. 135-37 et 11, 4 p. 133 b ligne 171.
  • 53 Ex 12, 36 ; 15, 9. Sag. 10, 17. Bulle Parens Scientiarum, 1231. Texte déjà commenté au 13ème s. cf (...)
  • 54 1a q 32 a 1 ad 1 um.
  • 55 3a q 77 a 2 l'attribue à Platon ; cf. parallèles surtout In metaph. 5 lect 10 déb et lect 15 fin.
  • 56 CI 12 et 13 cf. Gilson "l'exil des belles-lettres" in La Philosophie au Moyen-Age.

10On rénove au 13ème siècle jusqu'à l'absurde ce mythe traditionnel opposant le virtuel à l'achevé et joachimistes et millénaristes attendaient un testament encore plus nouveau ; Thomas armé d'acte et puissance, précise que la loi nouvelle dure jusqu'au bout, non mutable, et ne veut que la raviver48. Il n'oppose que le Christ et le reste, sans nouvelle donne possible : en récurrence au contraire sur le passé. Origo, originale, oriri, oriens sont du côté de nouus, et oriens c'est le Christ49. Thomas écrit pour ce moment de l'histoire a principio conuersionis gentium, ecclesia primitiua et Jésus n'est pas seulement nouveau mais nouissimus50. Tout ce qui menait vers lui et à lui, l'ancien testament, est mis en balance favorable avec les mondes des goim, gentiles, païens. On a même lu de travers cette balance constante chez Thomas des philosophes et de la Bible, de la raison et de la révélation car la raison ne saurait s'opposer à la foi51 ; la raison païenne n'a qu'à se convertir et travailler dans le champ de la foi dont elle est l'instrument et non le concurrent. La secularis scientia est réprouvée par notre saint au profit de sa vision mystique de l'univers52, mais sur les philosophi, il répand une faveur irrégulière et factuelle. Thomas enrichit l'Eglise des dépouilles de ses ennemis53 et utilise leur savoir et méthode au besoin contre leurs dires, expositio philosophie contra philosophos. Origène est blâmé d'avoir erré avec les antiquos en admettant des angeli corporei54 et encore : error antiquorum quod quantitas est substantia55. Les premiers intellectuels chrétiens, hellénistiques, opposaient déjà doctores à ratiocineurs. Thomas cite Jérôme qui traite Moyses et Tullius, Salomon et Tyr, église et rhétorique, sacré et sagesse, thématique du croyant et de l'humaniste, du littéraire et du théologien qui a une belle carrière dans l'histoire de notre espèce avant et après Thomas. Celui-ci incline à Yaufhebung et aligne Paul et Barnabé, Dionysos et Augustin, Ambroise et Grégoire comme ayant brillé dans les deux champs ; mais bien sûr au profit du sacré, savoirs et lettres n'étant qu'appui instrumental56. Mais ici l'emploi des mots antiqui désigne les mêmes philosophes que ceux d'une banale antiquité du 19ème siècle : le quatrième sens du mot selon Thomas serait-il burckhardtien ?

II.- An Sit

A. - Classique

11Non certes, Jésus seul est neuf et, du côté des uetera, rejette et le testamentum uetus et les philosophi antiqui. Cependant, on vient de le voir, c'est sans défaveur systématique que Thomas cite ce que nous appelons d'ordinaire, en partie à tort, antiquité : lettres et arts et toute la période et structure gréco-romaines.

  • 57 In Ethic lect 1 fin.
  • 58 In 1 Cor 14 lect 6 déb.
  • 59 RP 3, 21.
  • 60 Ibid.
  • 61 Dufeil (M.M.), Oriens apud Tomam cit supra N. 35 etc. Ajouter Anawati (G) op. Théol. musulm. et th (...)
  • 62 Thomas vers la fin d'un travail, uidet sicut palea, trait de caractère selon conversation avec R.P (...)
  • 63 Comparer éd. début 20ème s. du Nouv. Larousse III, tome Pr-Z et EU 14 au mot Renaissance surtout 5 (...)

12Miles antiquitus dicebatur non solum eques, on ne disait pas dans l'antiquité miles pour le seul chevalier mais pour tout combattant sed etiam quilibet pugnator ad uincendum57 : notre auteur connaît pertinemment le latin classique et sa différence avec les acceptions différentes de ses contemporains. De même nocturna dicebantur antiquitis diuisim secundum tres uigilias noctis58 ; ou mieux dux dicitur a ducatu precipue exercitus n'est pas calqué sur l'actualité 1260 d'une duchié de Borgogne mais bien sur le vocable classique59. Comes60 fait même l'objet d'une histoire de mot : homme de concorde à deux comme les consuls, puis compagnon de l'empereur ; on ne voit pas apparaître le comte de Champagne à travers une telle définition italo-antique, purement historienne d'un historique arrêté avant le temps de l'auteur. Il est vrai que cette lourde présence de l'Occident dans le pur oriental qu'est Thomas61 ne fait jamais preuve théologique. Cette culture politique veut enseigner le roi de Chypre dernier bastion de croisade par les beaux exemples signant les hautes époques face à la toujours médiocre actualité. Il est vrai que ce de regimine principum est en quelque sorte œuvre laïque et comme beaucoup de textes de Tommaso non terminé62. Mais la connaissance des humanités est trop exacte et formalisée pour qu'on continue de soutenir une trialectique antiquité-renaissance contre un thomisme moyennageux imaginaire63.

  • 64 In de Celo lect 7 mil.
  • 65 RP 4, 11 fin.
  • 66 RP 3, 10.
  • 67 RP 1., 6.
  • 68 RP 2, 16 et 3, 13.
  • 69 2a 2e q 149 a 3. In Tim 2 lect 2 fin.
  • 70 RP 3, 4, 5, 6, 16 ; 4, 7, 15, 17, 19, 23, 25.

13Notre italien est même ouvertement partisan de cette antiquité dont il choie les noms prestigieux. Moins vertueux d'après d'autres légendes, Aristote est un sage qui choisit l'opinion commune avant d'être contraint par une vérité neuve64 et c'est lui qui nous unit et nous coupe aux et des anciens philosophes. Vieux et alité, il libère par ses sages et courageux avis la patrie de ses ennemis65 : saint Thomas héroïse et mythifie mieux que les "humanistes". Moins vertueux d'après les historiens plus tardifs, César et Auguste plusieurs fois nommés coupent aussi le temps de deux antiquités distinctes et paraissent trop favorablement estimés : summe diligebantur quia diligebant66. Loin d'être absente, Rome jouit chez lui d'une faveur excessive à travers plus de 200 occurrences. De Tarquin par Scipion à toute la série des empereurs modestissimi67 comme Vespasianus et Titus qui punirent la Judée, contre Domitianus le persécuteur, Julius le fondateur, Octavianus l'auguste. Tommaso va jusqu'à se faire l'écho d'un mythe : Tiberius aurait syncrétistement voulu ajouter le Christ au panthéon romain. Mais surtout Augustus aurait géré le monde pour le compte de Jésus le vrai maître ; même s'il s'agit d'involontaire structure et de simple permission divine, la phrase est théologiquement ambigüe68 et possible rajout de secrétaire. Cependant, même si on n'accorde pas ici à l'empereur un mandat explicite, il ne faut se faire aucune illusion, notre italien veut bel et bien affirmer le caractère providentiel de l'empire romain. Rome est pleine de sagesse et d'ascèse uinum antiquitus mulieres apud romanos non bibebant69. Deus prouidit dominium orbis Romanis propter zelum patrie, sanctissime leges et pietatem70.

  • 71 Novarina cité sup. n. 61, p. 138. A. Dondaine, Les Secrétaires de saint Thomas, Roma, 1956.
  • 72 RP 3, 17.
  • 73 Jacques Maritain titra ainsi.
  • 74 2a 2e q 10 a 10.
  • 75 Gauthier (A.) op., Magnanimité 1951. Vogel (C.J. de), L'éthique d'Aristote…, A 5, 135-143, n. 15 p (...)

14Même si les dix renvois possibles pour cette dernière opinion sont dans les livres 3 et 4 du de regimine principium où le canevas a été fortement retouché par peut-être Renaldus de Piperno71, les autres passages de la Summa et d'ailleurs où Thomas exprime la même attitude sont probants : il est tout simplement gibelino comme ses père et frères qui servirent fort loin l'empereur, comme tout noble italien de ce temps. Notre théologien dominicain n'est guelfa qu'à la limite : l'empire tantim durabit quantum romana ecclesia que supremum gradum in principatu tenet, christi fidelibus expediens iudicauerit72, parce que cet empire antiquitus erat ad fauendum fidei et ecclesie romane reuerentie et honori. En somme, Tommaso est un guelfo qui gibelinise en pratique et un actif gibelino pieusement raccroché à la parte guelfa. Il ne s'agit pas d'un aléa de secrétariat, mais de sa théorie même, de sa révolution épistémologique personnelle. Radicalement neuve face au piétisme augustinisant, l'autonomie du temporel, marque propre de Thomas, s'appuie en effet sur le naturalisme péripatéticien, sur un concept aristotélique de l'Etat, sur une laïcité fonctionnelle. Le premier dans l'histoire, Tommaso applique la distinction christique de Dieu/César et constitue, sans l'anxiose postérieure de la pseudo-modernité, l'inquiétude dialectique qui fonde proprement l'Europe, sa science et sa recherche sur la problématique grégorienne de l'autonomie de l'Eglise. Distinguant pour unir73, le thomisme de Thomas, jamais compris par les équivoques et univoques boitant leurs catalogies, monte et carre son analogie sur les deux pieds d'un gibelinisme guelfe, d'un humanisme libre d'aller au sacré. Ainsi défend-il le droit de Federico à se faire garder par des musulmans, ce qui n'allait pas sans murmure. Un ministerium sur les fidèles peut donc être confié à des infidèles74 ; et ceci n'est pas dans un de regimine mais dans la Summa : Macchiavello eut été inutile si l'on avait suivi Tommaso75.

  • 76 CG 1, 10-12.
  • 77 UI, In Metaph. 12 lect 2, 2242 sv de eternitate mundi et nombreux parallèles. De ente et essentia (...)
  • 78 la q 116 de fato, a l'utrum fatum sit aliquid. Antiqui solebant per illud de futuris effari. CG 3, (...)
  • 79 CG 3, 48 fin.

15Notre saint pense donc l'antiquité classique d'une façon non "médiévale" et cite ensemble Pères et arabes, tam philosophi quam doctores catholici76. Contre l'éternité du cosmos dont il reconnaît la logique, il prend autorité partout et mélange sans souci morale naturelle, humanisme et prodrôme de la grâce77. Boèce évidemment lui est nodal dans cette translatio d'une antiquité à une ou plusieurs autres qu'il connaît toutes amoureusement. La notion typiquement "antique" du Fatum devient ainsi chrétienne sur des racines néolithiques planétaires78. Mais Thomas précise preclara ingenia Aristotelis, Averrois et Alexandri patiebantur magnam angustiam de beatitudine a qua nos liberamur per fidem79. Car l'histoire autonome de l'homme appelle l'homme-Dieu. Comme la terre craquelée de sécheresse crie après la pluise. Rorate celi…

B. - Moderni

  • 80 RP 3, 18-19.

16Ce pluriel d'antiquités ainsi non conforme à la simplification idéeliste du siècle dernier, est donc une histoire concrète et l'imperium venu des grecs, d'Alexander et d'Antiochos, a été translatum aux Francs puis aux Germains80. Thomas donc néglige les Perses, erreur au 20ème siècle non encore renversée, mais classe et à juste titre une cinquième antiquitas : patres antiqui.

  • 81 Même Tullius (Cicéron) 2a 2e q 101 a 1 et a 3. 102 a 1, 2. ex. pour Aristote, même secteur moral, (...)

17Il. s'agit cette fois de l'univers paléochrétien, de notre antiquité tardive grécolatine. Après la nouveauté christique et les temps apostoliques, suit l'ecclesia primitiua des apôtres et martyrs. A partir de Constantin, un nouveau temps de l'Eglise débute où elle occupe l'empire et inaugure les grands conciles. Cet âge des pères est l'objet chez Thomas d'une vive révérence et il utilise largement les florilèges dont il dispose, les plus savants étaient ceux des studia dominicains, voire parfois les œuvres mêmes. Aux sed contra après Aristote, rare à vrai dire81 et saint Paul, tous les passés de l'auctoritas mettent fréquemment saint Augustin et les antiqui patres qui ne sont plus alors les patriarches de la ueteris legis mais ceux de l'ecclesie. Aucun théologien n'avait eu toute cette profondeur des origines néolithiques aux païens, aucun n'avait osé placer Aristote en auctoritas théologique ; Gratien cite la loi rivale en parallèle, et d'époque chrétienne. Petrus Lombardus se contente des sentiments et phrases, sententie patrum. Après tous les passés, avec la même liberté de critiquer, Thomas aligne empereurs, conciles, pères grecs et latins, dans la plus étonnante abondance et la première du type.

  • 82 Dufeil (M.M.) Trois Sens…, (cité sup. n. 11), 829, 887.
  • 83 1 a 2e q 103 a 4 ; 107 a 1 et 2 ; 2a 2e q 4 a 6 ; 3a q 70 a 1 etc.
  • 84 Dufeil (M.M.), Un universitaire réactionnaire au 13ème s. : Guil. de Saint-Amour, Congrès Soc. Sav (...)
  • 85 P, 127, cf. sup. n. 47.
  • 86 In de Celo 2 fin.
  • 87 1a q 68 a 1, 2 et 3 ; q 71 a 1 ad 3um.
  • 88 CI 6, 2 p. 96.
  • 89 CI p. 130 lig. 25.
  • 90 Ibid. 7, 5 p. 110.

18A l'intérieur du temps de ces pères antiques, notre auteur toujours intéressé par l'histoire, au sens actuel de science du temps et non au sens d'anecdote comme alors82, distingue beaucoup de moments. L'arrivée de Paul à Athènes, les moines du désert d'Egypte et les auteurs carolingiens sont nettement diversifiés et utilisés différemment. Fides antiquorum et modernorum est eadem specie sed differt numero in diuersis83 indique clairement le problème pour un théologien de 1 260 engagé dans les querelles du moment sur le sens de l'histoire contre les réactionnaires84 et les joachimites85. L'opposition est générale d'ailleurs : rotunditas terre secundum antiquos est stadiorum 400.000, secundum modernos 180.00086 et en face d'Aristote se dressent astrologos modernos qui réfutent sa sphère étoilée87. Comme saint Thomas a donné au Christ toute modernité, il la refuse naturellement à toute erreur et à toute hérésie per successiones errantium88 ; hec autem irrisio non est noua89, ne ista positio nouella uideatur errorem predictum ostendemus a tempore primitiue ecclesie incepisse90.

  • 91 Passim, Catena Aurea, proemium : Augustin, Théophylacte, Alcuin, Raban, entre Chrysostome et Jérôm (...)
  • 92 In Ps. 12 mil.
  • 93 CI 6, 1 obj. 22, p. 96 ; 6, 6 ad 22um, p. 105. Cf. 4, 9 p. 76 = 16 q 1 c 25 (FI, 767).
  • 94 Ibid. 4, 11, p. 79. R. de St-V. la q 32 a 1 ad 2um ; 3a q 89 a 1 etc. Bernard 2a 2e q 73 a 4 et CI (...)
  • 95 1a q 14 a 15 ad 3um. Vignaux (P.), Nominalisme in DTC 717-33 et in EU. Largeault (J.), Enquête sur (...)

19Le véritable intérêt, pour mettre fin à toute antiquité, serait probablement de discerner à quel terminus ad quem Thomas l'arrête et quand il fait commencer ses moderni, à quel terminus a quo proche ou identique. Corruptio illius generatio alterius. Modo signifiant maintenant, le présent concret par rapport à nunc qui est concept théorique de l'instant pur sans épaisseur, moderni veut dire mes contemporains. Peut-être notre écrivain distinguait-il temporibus modernis récents, en ce cas le 12ème siècle, et temporibus nostris immédiatement actuels soit alors pour lui 1215-1270 ?… Jamais le texte n'affirme une date pour cette rupture. On peut cependant conjecturer que les auteurs carolingiens, Alcuin ou Raban91 sont encore des antiqui. Une fois, il semble que les patres moderni soient tous les chrétiens par rapport à l'ancien testament92, mais expressément patres antiquos Augustin, Benoît et Basile se distinguent des pensers du nouum modum93. Anselme, Bernard ou Richard de Saint Victor, car Thomas cite abondamment les auteurs du 12ème siècle en auctoritates, pourraient être ces patres modernos qu'on ne saurait a priori confondre avec les ordinaires moderni du modo stricto sensu où il ne s'agit plus de patres, entre 1240 et 1270 par exemple. Statutum lateranensi concilii ne comporte pas l'expression de patres94 ni les décrétales de Grégoire IX. Il semble en somme que pour Thomas comme pour nous, le premier modernus pater soit Anselme ; mais un texte résoudrait le problème si on pouvait le faire parler : antiqui nominales dixerunt idem enuntiabile esse christum nasci et esse nasciturum et esse natum quia eadem res significatur per hec tria scilicet nativitas christi95. Si ces nominalistes sont des mal connus des premières querelles chrétiennes, leur antiquitas rejetée aux premiers siècles de l'ère ne nous apporte rien ; si ce sont les querelleurs de la crise nominaliste du 12ème siècle, cette antiquitas fait débuter les moderni au concile de Latran IV. Thomas n'a pas pu connaître de nominalistes antérieurs aux carolingiens qui ne sont pas en son temps ainsi désignés ; quant à Antithène, il n'aurait pas donné le Christ en exemple en discutant Porphyre. Mais peut-être Roscelin parut-il antiquus par rapport au plein de la querelle au milieu du 12ème siècle. Que ce soit Raban Maur ou, plus probablement Roscelin l'antiquus, le modernus est toujours entre Anselme et Abélard ; au plus tard si toute la querelle est désignée par ces antiqui nominales, la fin du 12ème siècle est moderne. Pour Thomas comme pour nous, la modernité date du 12ème siècle, et à part le vide 900-1050, aucun "âge moyen" n'est décelable.

***

III. - Futurus

A. - Tempus

  • 96 Dufeil cf. ici n. 9, 11, 22, 35, 47, 105. Id. Procédés de composition, Guill. St-Amour et Th. d'Aq (...)
  • 97 CI c. 24.
  • 98 UI sup. n. 76.
  • 99 1a 2e q 113 a 7 ad 4um ; q 1 O a 1 et centaines de parallèles et corrélats ex. In Dion. de diuinis (...)

20La hardiesse étonnante de Thomas repose sur sa simplicité plurale. Antique est d'abord très ancien ; puis suivant la chronologie cela désigne des temps très reculés, ensuite l'ancien testament et enfin l'âge impérial d'Aristote aux Romains. Mais il n'y a pas à constituer un concept d'antiquité en soi et le mot s'applique encore aux divers temps de l'Eglise avant le moment propre de notre auteur, avant son modo, sa modernitas. Quid sit ? diversus. An sit antiquitas in se ut nomen proprium ? non. Thomas est Yauctoritas à poser en sed contra face à Vasari-Burckhardt et à leur mythe. En réalité l'attention de saint Thomas d'Aquin est une attention générale au temps, tant au concept96 qu'au donné concret et mythifier une période privilégiée lui aurait paru risible comme à nous et au bon sens. Il s'est en son temps cruellement moqué de ceux qui mythifiaient alors le moment final et en fixaient la date97. Il magnifie Jésus sans mythifier son temps et s'est battu contre ses collègues pour expliquer que le moment de la création n'était pas un en soi mais un choix parmi des possibles infinis98. Aucun moment n'a de supériorité à ses yeux et le concept raffiné de nunc, plénitude de l'instant sans épaisseur, lui est important comme définition d'unité dans cette numération du mouvement qu'est le temps, renvoyant par dessus la durée successive à cette plénitude absolue hors temps qu'est l'éternité dont la plénitude absolue sans durée du nunc est l'image99.

  • 100 In 4 Sent d 44 q 2 a 3 qua 2.
  • 101 2a 2e q 147 a 4 ad 5um ; 189 a 1 as 4um fin.
  • 102 3a q 16 a 9 ad 3 um.
  • 103 In Ps 6 mil.
  • 104 Cf. n. 49, 47 etc.
  • 105 Cf. sup. n. 9, 11, 47, 95 et corrélats.

21Très souvent en cette mentalité aristotélicienne qui lui est originale malgré tout en son siècle et encore aujourd'hui, Thomas emploie les mots de temporalité avec cette indifférence concrète qui exclut toute mythification. Defectus nature in pueris nondum peruenit in senibus recedit100 délivre un bon exemple de cette relativité de l'âge et nous ramène de senex à uetus qui est l'un des antiquorum divers que Thomas détecte dans le réel : facilius dispensandum est cum nouitiis et imperfectis in ieiuniis quam cum antiquioribus et perfectis101. Nous revoilà au sens premier d'antiquus, ancien, mais aussi avancé ; en sens inverse tout homme doit toujours être incipiens102 relativement aux ancêtres, respectu maiorum et ne pas vieillir dans le péché, peccatum inueterascere redigendo in seruitutem ueteris Ade103. Loin de mythifier, Thomas le vrai moderne emploie on le voit en souplesse dialectique tous ses termes de senex, uetus, antiquus tantôt dans leurs significations favorables tantôt à l'inverse. Seul nouus est employé absolument comme bon ; nouissimus dont notre théologien refuse l'usage naïf - en fin du monde des prophètes de carrefour -, est réservé au Christ à la fois suprême et notre vraie fin, terme et but104. Ainsi finalement, toute l'utilisation des mots de cette famille antiqua, ses proches, inverses et corrélats est-elle organisée chez Thomas autour d'un sens de l'histoire original, nouus, et cohérent qui baigne toute sa pensée105.

B. - respondo dicendum

22La continuité des temps se poursuit avec Thomas et depuis lui et ce serait lui être peu fidèle, en somme ne l'avoir pas compris, que d'arrêter au 13ème siècle ses pensers et ses vocables ; aussi naïf que de stopper l'histoire à nous-mêmes.

  • 106 Sur l'anti-thomisme cf. A, 2, 268-315, 141-267, 324-424. supra n. 74. Heer (F.), L'univers du Moye (...)
  • 107 Duby (G.), interview à la télévision française en avril 1980 sur le temps des cathédrales. Antenne (...)
  • 108 Reinhardt (Hans), La cathédrale de Reims, PUF 1963, p. 148.
  • 109 Cf. sup. n. 74 et 62-69.
  • 110 Renucci (P.), L'aventure de l'humanisme européen au Moyen-Age.
  • 111 Battisti ‘E ;), L'antirinascimento, Feltrinelli Mila,o 1962 220/135 p. pp. 39, 42, 157, 372, 384 ( (...)
  • 112 Homo est dominus suorum operationum 1a 2e q 1 a 1 ; 6 a 2 ad 2um ; 21 a 2 ; 109 a 2 ad lum. 2a 2e (...)

23Antiquitas dont il avait si bien dominé le sens simple et composé, a pris depuis une ou des significations très bloquées et cependant davantage brumeuses, celle en particulier que nous connaissons en notre usage courant et en nos manuels. C'est un outil de combat nécessaire au développement du capitalisme libéral et précisé en termes idéélistes au cours du 19ème siècle bourgeois. Les ayant stoppées au sed contra de Thomas d'Aquin, il faut encore renverser puis il faudra remplacer ces notions par un concept scientifique neuf et formalisé. Un de ses premiers aspects sera de ne plus prétendre à cette opposition d'un thomisme médiéval ignorant l'antiquité classique et d'un humanisme renaissant à cette antiquité106. Les grandes familles comtales du 13ème siècle dans le royaume de Napoli, surtout sous Frederico, manifestaient un pur et simple patriotisme national enté sur l'antique Italie romaine : Tommaso, nous l'avons vu, affirme ouvertement cette forme de gibelinismo. Tourné vers l'avenir concret, ce goût du passé qui avait déjà fait naître une archéologie, était vif chez les étudiants campaniens. "Ce que nous appelons la renaissance était déjà présent aux baptistères pisans"107 comme dans les cœurs. L'inspiration chrétienne des sculpteurs pisani de 1180 ou 1260 ne semble avoir fait aucun obstacle à leur manera all'antica attribuée fort abusivement au quattrocento dont les particularités réelles ne sauraient se résumer ainsi. Pas davantage d'ailleurs l' "antiquité" n'était-elle en porte à faux dans l'atelier rémois108. Thomas est de son temps en appréciant César, Frédéric II et la magnanimité d'Aristote109. Une ancienne, et presqu'antique, opposition controuvée aux siècles derniers entre "moyenage et renaissance" avait écarté saint Thomas d'Aquin de toute pensée moderne110. On sait maintenant au contraire son immense rôle dans cette rencontre d'onestà e decoro de beauté physique et morale entre quoi nullum est discrimen111 : le Kalokagathos scolastique est aussi fort que le grec et aussi neuf que ce précédent renouvelé dans le Christ. Volontairement renouvelée certes à travers la culture "antique" vigoureusement complète des siècles 12 et 13, cette vision de l'autonomie de la nature convient à son dépassement en surnature, typiquement thomasique112. Cette manière de reprendre l'aristotélisme au delà de lui-même selon son droit fil est l'œuvre même de Thomas et l'un de ses rapports inattendus et originaux à l'histoire. La face cachée de Thomas va jusqu'au baroque.

24Le renouveau flamboyant du monde gothique et courtois inventeur de la modernité a marqué aux 14-16ème siècles, la reprise après la grande peste. Cette primavera après l'hiver reprend les graines de l'été précédent et ce rinascimento n'est en rien renaissance d'une vieillerie antique. Renouatio et antiquitas se disconviennent.

Conclusion

Quid sit antiquitas ? diuersa tempora
An sit antiquitas una species ? Definitiue
non sed circonscriptiue, doctor communis
noscit quod et quid de dicto isto : Floruit
Grecia et capta refloruit in Roma. Addit :
floruerunt etiam alios ante et post et
efflorescit Christus nunc et semper.

25Nous revoilà devant une série de sept antiquités diverses autour de saint Thomas d'Aquin ; qu'allons-nous en faire ? Cinq d'entre elles sont présentes dans le texte de notre auteur qui les distingue sur un thème commun par une esquisse de temps et de type sans définitions explicites. Ces cinq structures sémiques par lui dessinées sont à nos yeux, outre le banal autrefois, le processus de néolithisation du village à la cité ; ensuite l'antiquité biblique de l'ancien testament ; puis l'antiquité classique et impériale et enfin l'antiquité tardive paléochrétienne, ces antiqui patres de nos premiers siècles qui semblent durer après les carolingiens jusqu'à la révolution du 12ème siècle. A une date imprécise débutent les moderni Anselme, Bernard, Victorins et même les saints récents Dominique et François, après Thomas de Canterbury, qui sont toujours des auctoritates dans le cadre de l'Eglise, de ses décrétales de ses sacrements, règle liturgique de la foi lex orandi lex credendi. Les deux dernières antiquités ont des constructions mentales postérieures à notre saint. La première par Dante et Petrarca sort partiellement de lui, de son admiration excessive mais touchante et patriotique des anciens romains. Elle court, devenue folle, de Valla en Vasari jusqu'à s'exprimer finalement en idéélisme païen de Burckhardt. Ce mythe récent traîne partout et est aujourd'hui une démolition en cours. Comme il convient historiquement, nous sommes en train de reconstruire un septième concept sous ce vocable d'antiquité. Il semble que le regard raffiné, puissant et bienveillant de notre théologien du 13ème siècle occidental puisse servir à en préparer l'assise, à en approcher le dessin. D'abord un concept historique pour être taxonomique doit être à la fois ample et défini. C'est-à-dire ni univoque ni équivoque mais analogue : une définition de base doit se moduler en typologie, comme Thomas nous a appris à le faire en passant, en distinguant plusieurs significations dans le sens commun du mot. Une définition générale d'autre part doit être universelle, Thomas eut dit catholique, et convenir à beaucoup de cas, à tous les cas. Si l'antiquité européo-centriste de Burckhardt n'existe pas chez Thomas, cela n'entraîne pas qu'elle soit fausse ; elle est fausse non parce que c'est une idée anti-thomasique ou thomasique progressivement déformée ; elle est fausse parce qu'inexacte, incomplète, ouvertement partiale et fondée dans une idéologie controuvée et périmée. La fausseté n'est pas la distance à Thomas, encore moins aux thomismes, c'est l'excessive distance à la vérité. Si Thomas se promène d'ordinaire si loin du faux, c'est qu'amoureux exigeant de la vérité, il tourne sa face vers elle.

  • 113 Gal 3, 28.
  • 114 Prov. 8, 30-31.

26L'antiquité gréco-romaine d'Alexandre aux Francs et Germains est typée directement chez Thomas par l'empire. L'élargissement de notre connaissance doit faire étendre ce modèle à tous les processus impériaux à partir du premier d'entre eux, l'empire perse. Victime de sa culture biblique, Thomas ne l'apercevait qu'à travers Daniel et Esther. Mais sera désormais fidèle à Thomas et à ses intuitions qu'une saine typologie des empires s'origine au premier empire de l'histoire humaine ; car il n'y a pas en histoire de typologie ni de structure sans genèse et toute genèse démarre d'un point origine dont la détection est le métier même de l'historien. La taxonomie historique a pour méthode fondamentale de s'y placer. Antiquité alors est toute structure historique du même type, qui après le processus de néolithisation village-cité, enclanche au second degré le même mécanisme et va de la cité à l'empire à prix d'esclavagisme, et de limitation du monde par rejet de barbares. La fin de toute antiquité est alors non la seule destruction de cette société mais surtout le message universaliste proclamant l'humanité sur la planète. L'universalité sociale, interclasses, et l'universalité internationale entre peuples exige qu'il n'y ait plus ni grec ni juif ni libre ni esclave parce que tous fils d'un même Père113. Le message nouus, la bonne nouvelle est la mission du Christ. C'est bien cette sagesse que veut délivrer Thomas qui maintenant joue devant sa face114.

Annexes

ABREVIATIONS

Classiques pour Bible, œuvres de Thomas et Canon (F = Friedberg) s diverses prononciations + - chuintées, non françaises.

A = Atti, Congresso internazionale Tommaso d'aquino (n. 9).

CI = Contra Impugnantes (éd. Léonine en cours)

CG = Contra Gentiles

DTC = Dict. de Théologie catholique.

EU = Encycopaedia universalis.

Op = dominicain

P = Dufeil (M.M.), Guillaume de Saint-Amour et la polémique universitaire parisienne (1250-59), thèse Picard 1972.

RP = De regimine principum.

UI = De unitate intellectus contra averroistas.

Sj = jésuite.

Notes

1 Obenga (Th.), chez Présence africaine 1973 215/135, 464 p.

2 I, 235 in Dict. de la langue française (éd. 1974, 270/210) : ancienneté très reculée.

3 Burckhardt (Jacob), Die kultur der Renaissance en Italien, 1860. EU 14, 52-73 montre l'absence de changement réel : carte 54 ; EU 18, 1772-73 ; 16, 629-31. Prétendue période de prétendues nouveautés. Noter que Vasari remonte parfois aux Lombards mais toujours au 13ème siècle.

4 Rouche (M.), Les empires universels, Larousse 1968 in-12ème, 512 p. Folz (R.), L'idée d'empire en Occident v-vi ss. Aubier 1953 180/135, 252 p.
Folz (R.), L'idée d'empire en Occident v-vi ss. Aubier 1953 180/135, 252 p.

5 Rouche (M.), Les empires universels, Larousse 1968 in-12ème, 512 p. Folz (R.), L'idée d'empire en Occident v-vi ss. Aubier 1953 180/135, 252 p.
Folz (R.), L'idée d'empire en Occident v-vi ss. Aubier 1953 180/135, 252 p.

6 Plus de 1000 apparitions de la famille antiquus, toutes références écourtées ici. Plus de 50 fois nouus, dans toutes œuvres en significations diverses sur même sens : ex : l'étoile de l'épiphanie 3a q 36 a 7 fin corp. de nouo creata et cita. d'Augustin…

7 2a 2e q 2 a 7 succession de structures dans le temps, histoire. 3a q 1 a 3 ad 5um primo homo.

8 1a 2e q 99 a 3.

9 2a 2e q 122 a 2 ad 2um.

10 Dufeil (M.M.), Regards d'historien sur la métaphysique du devenir d'un théologien, Congresso internaz. Tommaso d'Aquino, Roma-Napoli Atti, 6, 699-705 (1974, paru 1976). Cf. 11, 47, 95, 104.

11 In Rom. lect. 7 mil.

12 Dufeil (M.M.), Trois sens de l'histoire affrontés vers 1250, Coll. Internat. C.N.R.S. 1274 année charnière, Paris-Lyon 1974, 815-48 et 896-97. Cf. n° 9, 47, 95, 104.

13 In 4 Sent d 9 a qua 4 ad 2um.

14 In ad Hebr. 7 lect. 1 début ; la 2e q 98 a 4 ; 2a 2e q 87 a 1 ad 3um ; 3a q 31 a 8 ; q 70 a 2.

15 In Isa. 21 fin.

16 la 2e q 102 a 4 ad 2um.

17 Gen 12, 1-4.

18 Gen 17, 5.

19 Gen 18.

20 1a q 51 a 3 ad 5um ; In 3 Sent. d 9 q 1 a 2 qua 5 ad 3um.

21 EU 16, 73.

22 Luc 16, 22-23 ; Joan 1, 11 ; 13, 23. In 3 Sent d 22 q 3 a 3 qua 2 avec Jean, Thomas passe du sinu Abrahe au sinu patris.

23 Cet office est de saint Thomas, Dufeil (M.M.), La prière implicite, Senefiance 10 (1980), 246 et n. 28 : raisonne sur découverte. RR. PP. Käppeli et Bataillon, Sermon, Rev. Sc. Phil. Théol., 58 (1974) 456.

24 Phil. 2, 9-10.

25 Math 13, 52.

26 1a 2e q 103 a 3 ad 4um.

27 CG 4, 57. In 4 Sent d 8 q 2 a 2 qua 3 ad 2um. la 2e q 98 a 2 ad 4um ; 103 a 2 ; 107 a 1 ad 3um. 3a q 62 a 6.

28 3a q 34 a 3 ; 70 a 4 ad 2um. Quodl 2, 7 fin. 6, 4 ad 1 um.

29 In Rom 12 déb. et mil. In 1 Cor 5 lect 2 mil.

30 3a q 22 a 1 ad lum citant Hebr 2, 9.

31 1a 2e q 98 a 2. Matth. 9, 2-5 ; 28, 6 et parallèles.

32 1a 2e q 102 a 4 resp.

33 Ibid. ad 2um.

34 Ibid. ad 10 et q 103 a 3 ad 4um. Néoménies à la lune cf. 2 Par. 2, 4 ; Judith 8, 6 ; Ps 80, 4 ; Isa 1, 13 ; Ose 2, 11 ; 1 Mach 10, 3 Coloss 2, 16 et In col. 2 lect 4.

35 Ibid. obj. 2 et Ad 2, 4, 6, 10 etc.

36 ad 5um ; 2a 2e q 84 a 3 ad 3um. Dufeil (M.M.), Oriens apud Tomam, Senefiance 11 (1981) à paraître et infra n. 60.

37 In 3 Sent d 9 q 1 a 3 qua 2 ad lum, 2um, 3um ; 2a 2e q 103 a 4 ad 3um ; 3a q 25 a 3 ad 4um et a 4. PG 94-96, Défense des icones, trad. Ponsoye, éd. St-Denis, Paris 1961.

38 CI 7, 1 obj 11 glose marg à Luc 8, 3. Cf. 1 COr 9, 4 sv.

39 2a 2e q 66 a 5 ad 2um.

40 In 4 Sent d 38 texte du magister.

41 Guillaume de Tocco, Vita s. Thome Aquinatis, Acta Sanctorum 7 mars : 8 fois nouus en 5 lignes ; remarques MND. Chenu, A 1, 39-50. P. 160, 220 etc. supra n. 5.

42 Gratien C 1 q 2 cap 7 (I, 409) ; cité CI 7, 10 p. 117b lig. 1092.

43 CI 7, 10 ad 2um, p. 118b 1188-93.

44 CI 2, 5 p. 62, 650.

45 1a 2e q 91 a 5 corp. et ad 1 um ; nombreux parallèles jusqu'à q 107 et 2a 2e q 1 a 7 ad 2um.

46 1a 2e q 101 a 2 ; cf. q 102 a 4.

47 In Io 5 lect 2 déb.

48 Dufeil (M.M.), Concepto de historia secundum Tomam, Congreso mundial de filosofia christiana, Cordoba Argentina oct. 1979 cf. ici n. 9, 11, 95, 105. P. 120-127 et index à Joachim et Histoire.
Lubac (H. de) sj, Postérité spirituelle de Joachim de Flore, Lethielleux 1979 220/135 416 p. 144-46 et Senefiance 11 déjà cité ici n. 35.

49 Cf. supra n. 40 et Dufeil, Senefiance 11 cité supra n. 35.

50 In Isa 53 début. CI 75 a 546 = Cionys. 5 Eccles. lerar.

51 P, Conclusion et Senefiance 11 déjà cité.

52 CI 12 p. 135-37 et 11, 4 p. 133 b ligne 171.

53 Ex 12, 36 ; 15, 9. Sag. 10, 17. Bulle Parens Scientiarum, 1231. Texte déjà commenté au 13ème s. cf. P. 28, 56 285 etc.

54 1a q 32 a 1 ad 1 um.

55 3a q 77 a 2 l'attribue à Platon ; cf. parallèles surtout In metaph. 5 lect 10 déb et lect 15 fin.

56 CI 12 et 13 cf. Gilson "l'exil des belles-lettres" in La Philosophie au Moyen-Age.

57 In Ethic lect 1 fin.

58 In 1 Cor 14 lect 6 déb.

59 RP 3, 21.

60 Ibid.

61 Dufeil (M.M.), Oriens apud Tomam cit supra N. 35 etc. Ajouter Anawati (G) op. Théol. musulm. et théol. de st. Th. in Cgrès 1274 cité supra n. 11, pp. 105-120.

62 Thomas vers la fin d'un travail, uidet sicut palea, trait de caractère selon conversation avec R.P. Bataillon op. cf. Novarina (P.), Saint Thomas d'Aquin, Nauwelaerts 1962, pp. 137 et 190. Inf. N. 74.

63 Comparer éd. début 20ème s. du Nouv. Larousse III, tome Pr-Z et EU 14 au mot Renaissance surtout 52-53 : maintien abusif du mythe.

64 In de Celo lect 7 mil.

65 RP 4, 11 fin.

66 RP 3, 10.

67 RP 1., 6.

68 RP 2, 16 et 3, 13.

69 2a 2e q 149 a 3. In Tim 2 lect 2 fin.

70 RP 3, 4, 5, 6, 16 ; 4, 7, 15, 17, 19, 23, 25.

71 Novarina cité sup. n. 61, p. 138. A. Dondaine, Les Secrétaires de saint Thomas, Roma, 1956.

72 RP 3, 17.

73 Jacques Maritain titra ainsi.

74 2a 2e q 10 a 10.

75 Gauthier (A.) op., Magnanimité 1951. Vogel (C.J. de), L'éthique d'Aristote…, A 5, 135-143, n. 15 p. 140 = 2a 2e q 129 a 3 ad 4um. Bloch (E.), Vorlesungen zur Phil. der Renaissance, 1972 cf. supra n. 62, EU sur l'Etat de la ren.

76 CG 1, 10-12.

77 UI, In Metaph. 12 lect 2, 2242 sv de eternitate mundi et nombreux parallèles. De ente et essentia qui met Aristote et Anselme en somme côte à côte.

78 la q 116 de fato, a l'utrum fatum sit aliquid. Antiqui solebant per illud de futuris effari. CG 3, 154 : pharaon, Nabuchodonosor, Prov. 26, 33 et Ualerius maximus, factorum dictorumque memorabilium, de religione 1, 1.

79 CG 3, 48 fin.

80 RP 3, 18-19.

81 Même Tullius (Cicéron) 2a 2e q 101 a 1 et a 3. 102 a 1, 2. ex. pour Aristote, même secteur moral, q 103 a 2, 106 a 7 etc.

82 Dufeil (M.M.) Trois Sens…, (cité sup. n. 11), 829, 887.

83 1 a 2e q 103 a 4 ; 107 a 1 et 2 ; 2a 2e q 4 a 6 ; 3a q 70 a 1 etc.

84 Dufeil (M.M.), Un universitaire réactionnaire au 13ème s. : Guil. de Saint-Amour, Congrès Soc. Sav. Reims 1970, 239-74.

85 P, 127, cf. sup. n. 47.

86 In de Celo 2 fin.

87 1a q 68 a 1, 2 et 3 ; q 71 a 1 ad 3um.

88 CI 6, 2 p. 96.

89 CI p. 130 lig. 25.

90 Ibid. 7, 5 p. 110.

91 Passim, Catena Aurea, proemium : Augustin, Théophylacte, Alcuin, Raban, entre Chrysostome et Jérôme.

92 In Ps. 12 mil.

93 CI 6, 1 obj. 22, p. 96 ; 6, 6 ad 22um, p. 105. Cf. 4, 9 p. 76 = 16 q 1 c 25 (FI, 767).

94 Ibid. 4, 11, p. 79. R. de St-V. la q 32 a 1 ad 2um ; 3a q 89 a 1 etc. Bernard 2a 2e q 73 a 4 et CI. Anselmus dicit ex. la q 82 a 4 etc.

95 1a q 14 a 15 ad 3um. Vignaux (P.), Nominalisme in DTC 717-33 et in EU. Largeault (J.), Enquête sur le nominalisme, thèse Paris 1971, 79-92.

96 Dufeil cf. ici n. 9, 11, 22, 35, 47, 105. Id. Procédés de composition, Guill. St-Amour et Th. d'Aq., Mél. P. Hubert, Culture et travail intel., C.N.R.S, 1977.

97 CI c. 24.

98 UI sup. n. 76.

99 1a 2e q 113 a 7 ad 4um ; q 1 O a 1 et centaines de parallèles et corrélats ex. In Dion. de diuinis nominibus 10 lect 3 déb. Costa de Bauregard (O.), La science du temps.

100 In 4 Sent d 44 q 2 a 3 qua 2.

101 2a 2e q 147 a 4 ad 5um ; 189 a 1 as 4um fin.

102 3a q 16 a 9 ad 3 um.

103 In Ps 6 mil.

104 Cf. n. 49, 47 etc.

105 Cf. sup. n. 9, 11, 47, 95 et corrélats.

106 Sur l'anti-thomisme cf. A, 2, 268-315, 141-267, 324-424. supra n. 74. Heer (F.), L'univers du Moyen-Age (trad. M. de Gandillac), Fayard 1970 230/150, 488 p. ; pp. 271-274.

107 Duby (G.), interview à la télévision française en avril 1980 sur le temps des cathédrales. Antenne 2.

108 Reinhardt (Hans), La cathédrale de Reims, PUF 1963, p. 148.

109 Cf. sup. n. 74 et 62-69.

110 Renucci (P.), L'aventure de l'humanisme européen au Moyen-Age.

111 Battisti ‘E ;), L'antirinascimento, Feltrinelli Mila,o 1962 220/135 p. pp. 39, 42, 157, 372, 384 (n.31) réfer. à 2a 2e q 145 de honestate a 2 Otrum sit idem quod decorum… nullum est discrimen. Influence de Thomas sur les fresques de Santa Maria Novella op à Firenze. Dans les imageries baroques de st. Th. signalons le rare : Cerchia del Trevisano, Disputa di santo Tommaso, Museo Nazionale, Palazzo Bellomo, Siracusa.

112 Homo est dominus suorum operationum 1a 2e q 1 a 1 ; 6 a 2 ad 2um ; 21 a 2 ; 109 a 2 ad lum. 2a 2e q 158 a 2 ad 3um etc. P, 357 et corrélats.

113 Gal 3, 28.

114 Prov. 8, 30-31.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter