Version classiqueVersion mobile

Pierre Giot, un capitaine marin arlésien « dans la tourmente »

 | 
Patricia Payn-Echalier
, 
Philippe Rigaud

Annexe 1

Texte intégral

BMA, ms 2394, f°37-43v°, ajout d’E. Fassin

Copie du procès-verbal de réception de Pierre Giot au grade de capitaine, maître et patron au petit cabotage

1Extrait des registres du greffe du siège royal de l’Amirauté d’Arles

2Louis Jean Marie de Bourbon duc de Penthièvre de Chateauvilain et de Rambouillet amiral de France, gouverneur et lieutenant général pour le Roy en sa proveince de Bretagne a tous ceux qui ces presentes lettres verront salut

3L’an mil sept cent soixante et quinze, et le vingt huitieme jour du mois d’octobre avant midy dans le palais du roy et chambre de l’Amiraute de cette ville d’Arles par devant nous Jean Julien Baigne conseiller du roy lieutenant général, civil et criminel au siège de l’Amirauté pressens maître Antoine Lombard aussi conseiller du Roy et son procureur audit siège écrivant me Mathieu Guibert greffier est comparu Pierre Giot matelot de cette ville âgé d’environ 28 ans, extrait du baptistaire en date du 3 mars 1748 à lui expédié par messire Meissonnier prieur de la paroisse St Laurent le 9 du courant lequel nous auroit exposé par sa requette à nous présentée le 26 du courant qu’il a navigué sur les bâtiments du commerce pendant 103 mois 27 jours commencé le 30 may 1760 et fini le 21 septembre ainsi qu’il paroit par le certificat du sieur Marchant commissaire aux classes de la marine de ce département à lui expédié le 25 du courant signé Marchant ; et comme il a l’âge requis et la navigation prescrite au commerce par les ordonnances pour être reçu capitaine, maître et patron au petit cabotage il nous auroit supplié par sa ditte requette de le recevoir en la qualité susditte laquelle requette auroit été par nous apppointée d’un soit montré (sic) au procureur du Roy. Ensuite de ses conclusions du 26 du courant, nous aurions rendu ordonnance le jourd’hui portant que ledit Pierre Giot sera examiné par devant nous à 11 heures du matin présent le procureur du Roy sur le fait de la navigation par Honoré Roux et Roch Vernède anciens capitaines de navires lesquels preteront serment à cet effet et que ledit aspirant sera ensuite par nous interrogé sur les ordonnances de sa majesté arrests et reglements de la marine ; en conséquence les dits Roux et Vernède après avoir duement prêté serment auroient interrogé ledit Giot sur le fait de la navigation au petit cabotage, et nous auroient certifié qu’il leur a pertinemment répondu sur les questions qu’ils luy ont proposées et qu’il est capable de commander à la mer des bâtiments de commerce destinés au petit cabotage et l’ayant ensuite nous-même interrogé sur les ordonnances de sa Majesté, arrests et reglements de la marine après avoir vérifié qu’ils les scavoit par les réponses pertinentes qu’il nous a également faites,

4Nous lieutenant général après avoir vu la ditte requette, nostre decret de soit montré (sic) au procureur du Roy ses conclusions la recharge au Bas le certificat de navigation dudit Giot sur les bâtiments de commerce, son extrait baptistaire et oui sur ce le procureur du Roy auquel les dittes pièces ont été communiquées et qui a conclu à ce qu’il n’empêche les fins requises avons reçu ledit Pierre Giot en la qualité susditte de capitaine, maître et patron au petit cabotage en prêtant par luy le serment en les cas requis et nécessaires qu’il a à cet effet presté présent le procureur du Roy duquel nous luy avons concédé acte pour bien luy servir et valoir ce que de raison et avons ordonné au surplus qu’il luy sera expédié lettres de patronage au petit cabotage lesquelles seront enregistrées au bureau des classes de la marine de ce département pour être ledit Giot porté sur ledit registre des capitaines, maîtres et patrons au petit cabotage.

5Et nous nous sommes soussignés avec ledit Pierre Giot, les dits Roux, Vernède, le procureur du Roy et le greffier.

6Par quoy mandons et ordonnons à tous qu’il appartiendra et sur qui notre pouvoir s’étend de reconnaître ledit Pierre Giot en qualité de capitaine, maître et patron pour commander à la mer les bâtiments de commerce destinés à la navigation au petit cabotage et luy obéir entendre les choses concernant sa fonction en la qualité susdite, de ce faire lui donnons pouvoir et commission par les présentes scellées du sceau de nos armes signées par le greffier du siège données à Arles l’an et jour que dessus.

7Par son altesse sérénissime Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre de Chateauvillain et de Rambouillet, amiral de France, gouverneur et lieutenant général pour le Roy en la province de Bretagne

8Guibert (greffier)

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search