Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

A. Saint Thomas

Regards d'historien sur la métaphysique du devenir d'un théologien

Texte intégral

1Historia est au xiiième siècle, un mot faible et Thomas d'Aquin, comme ses contemporains, l'emploie sur une simple narration, visant assez souvent le sens littéral de l'Écriture. Cela ne peut laisser croire que la notion, depuis signifiée par cette vox, était alors absente ; un regard ne s'arrêtant pas au flatus phonétique montre à l'inverse que la signification en était fortement ancrée chez lui. L'utilisation purement descriptive est d'ailleurs toujours présente en notre siècle, y compris parmi ceux qui affectent de réserver au mot une autre direction généralement non précisée : journalistes, polygraphes, voire chercheurs tournent à l'envi dans cette foule qui n'entre pas de peur de perdre espoir. Mais ce que ce mot doit porter était présent autrement dans une autre constellation intellectuelle : la traduction translittérale n'exprime jamais correctement le passage componentiel entre deux structures diverses d'outillage mental non coextensif.

2Le terme s'est depuis mélangé à diverses sauces et semble s'être déchiré entre deux pôles principaux. Les chercheurs qui travaillent si l'on peut dire à l'intérieur du concept et qu'on appelle historiens, comprennent érudits, paléographes, archéologues etc. La seule loi de cet ensemble composite, tangent ou sécant à toutes les disciplines socio-ethnologiques, est l'exclusion des littéraires et amateurs d'art qui feraient passer la charrue de l'esthétique avant les bœufs de la discipline. L'autre pôle dialectique, celui des gens du concept est attractif pour tous ceux qui travaillent de l'extérieur sur la signification logique et métaphysique d'une famille de mots : Historie (étude de la) Geschichte (discursus temporel), historiel (cf. originel, qui procède de l'histoire, effet), historial (original, qui ouvre une série, cause), historique (à l'ampleur de la Geschichte) ; bien entendu on renvoie éventuellement à évolution, dévolution, involution et toute la suite, à temporalité, genèse, structure etc. Le terme le plus profond est probablement sens de l'histoire, cette expression ambigüe hier à la mode qui évoque à la fois la recherche d'une direction du parcours dans le temps et la logique organisée de la discipline. Cette double problématique est présente sous d'autres termes chez saint Thomas d'Aquin.

  • 1 B. SMALLEY, The Study of the Bible in the M.A., Oxford 1952 ; C. SPICQ, Esquisse d'une Histoire de (...)
  • 2 A. DONDAINE, Les Secrétaires de saint Thomas, Roma, 1956.
  • 3 M.M. DUFEIL, Ibid., 220, 231, 285 : Quodl VII, q. 14, ad 1m, as 2m.
  • 4 Ibid., 161.
  • 5 Ibid., 28.

3Nous accordons cependant généralement au mot le sens de discipline étudiant l'évolution. Historie. Il est évident que la méthode "historique" mise au point au siècle dernier, et sans cesse depuis élargie et raffinée, n'est pas au xiiième siècle l'objet d'une attention. Mais la formalisation scolaire d'un siècle et d'un auteur fortement intellectualisés permettent des homologies. Les premiers points de l'histoire, les premières marques de l'historien, l'heuristique et la critique, se rencontrent aisément dans ce type d'esprit. On sait que l'ordre dominicain a rapidement et puissamment développé les rudiments des méthodes préscientifiques d'éxégèse1. Frère Thomas, personnellement attentif et certainement servi par une équipe spécialisée2, a été des premiers à refuser de prouver par le sens mystique, ramenant au préalable toute argumentation au sens obvie : "sensus spiritualis semper fundatur super litteralem et ex eo procedit… ex sensu spirituali non potest trahi efficax argumentu" ;3 et aussi à refuser l'argument d'autorité en matière de fait4. Hebraica veritas, arnica veritas… Le naturalisme tranquille d'un péripatéticien l'aide à transformer les florilèges en travail d'équipe contrôlant sources et citations ; au besoin traduisant comme son confrère Guillaume de Moerbecke qui livrait Aristote latin sur original grec. On détecta aussi la fausseté de plusieurs attributions traditionnelles du de causis au de ecclesiasticis dogmatibus5.

4Après un bon siècle d'évolution, le commentaire scolastique de texte parvint à sa perfection entre les lèvres, purifiées au charbon ardent, du "bœuf muet de Sicile" qui mugissait de Rome à Paris entre 1256 et 1274. Dans cette lectio désormais systématique, les verba sont considérés non plus pour les symbolismes liturgiques mais pour les intentiones. Les Commentaires scripturaires parurent aussi secs aux cœurs pieux qui, y cherchant des élans mystiques, trouvaient un professeur dominicain. Les Commentaires d'Aristote, d'une rigoureuse impartialité souvent, ne révèlent pas si le lecteur a choisi pour ou contre les formules qu'il explique, car ce qu'il a choisi est de les éclairer… Cette modernité de propos et d'attitude est justement celle que l'on ne trouve pas facilement dans le "moyen âge monastique" ni chez les grands passionés du xiième siècle, ni chez les pieux et mellifluents augustiniens ou leurs descendants humanistes à exclamations cicéroniennes à qui l'on fit parfois naguère crédit de quelque "critiques" comme celle de la "Donation de Constantin", simple machine de guerre dans le moment. Cette modernité est celle qui convient à l'historien. Elle s'allie on le sait, à une herméneutique solide au point que les scolies thomasiques ont été pendant des siècles indémélables du courant aristotélicien. Plus que sa vision théologique et métaphysique incomprise, le calme argumentateur de l'Aquinate et son port professionnel insolite lui valurent une réputation qui fit naître et renaître l'école thomiste et qui, inimitable, est restée insurpassable. N'avoir fait à l'histoire que des allusions est sans importance, mieux valait la pratiquer qu'en répéter le nom.

5Par delà la discipline historique, à peine née au xiième siècle, son objet même, la Geschichte, retint le regard exceptionnel du philosophe. En son œuvre règne un concept du discours temporel de l'univers objectai, sans confusion des plans concret et mystique. Sans exprimer les considérations de la langue du xixème siècle, le professeur de théologie rencontre les principales questions d'une problématique moderne et pérenne. Cette puissance logicienne d'un regard métaphysique ne peut nous indifférer.

  • 6 M. SECKLER, Das heil und die Geschichte, München, 1964, ch. III.
  • 7 M.M. DUFEIL, Ibid., 353 sv. et 257 : "il faut faire à Guillaume l'honneur d'avoir déclenché ces ré (...)

6Rien n'est plus banal aujourd'hui que de distinguer l'âge, propre à l'objet, et la date, relative à un ensemble, mais rarement encore on passe à construire la dialectique d'histoire interne (âge) et externe (place dans le flux). Avant Thomas d'Aquin, semble-t-il, cette distinction n'était guère perçue. La force d'adhésion globale, propre à toutes les cultures idéationnelles néolithiques, antiques et monastiques, l'explique sans peine : on ne décompose pas, trop heureux de saisir les ensembles mystérieux qui longtemps se jouent de l'homme. La logique du Lycée ouvre et aiguise l'esprit critique certes, mais aucun péripatéticien n'avait encore trouvé le temps d'appliquer sa brillante méthode à la formation d'un concept du devenir avec ses dérivés. Le temps cyclique des polythéismes ne permet pas cette considération, taré qu'il est d'un recommencement animiste de temps compénétrés. Le devenir temporel objectai n'avait pas été aperçu. Le Dieu de la Bible, le dieu qui peut mourir et faire exploser les cycles de la nécessité par l'impensable incarnation rédemptrice, n'avait guère encore rencontré que platoniciens et plotiniens6. Boèce presque seul, calme au milieu des pessimistes d'une décadence, Averroès et Maimonide toutefois portant parfois leur effort en sens inverse, avaient déblayé les entrées. Mais Thomas est le premier à être d'Eglise à la fois et du Lycée, profès religieux et professionnellement universitaire dans un siècle où des changements historiques disputés obligeaient à considérer l'évolution. La querelle dans les écoles parisiennes, menée par Guillaume de Saint-Amour contre les Mendiants, où le jeune Thomas avait sa chaire directement en cause, a pu être le déclencheur de sa réflexion7.

  • 8 I-II, q. 31, a. 2 sed c. ; In IV Phys., 20 etc.

7L'âge d'un objet selon les phases de son propre processus temporel marque en quelque sorte son histoire par rapport à lui-même, son histoire interne. Tandis que sa place dans le flux général, sa date dans le stade acquis par la collectivité dont il relève, est alors son histoire externe. Il y a ainsi deux manières d'être dans le temps : par sa propre succession de moments, et en se plaçant globalement dans une série successive : "esse in tempore dupliciter… secundum se… de quorum ratione est successio" immersion à quoi s'oppose : "alio modo per aliud… non est aliqua successio sed tamen alicui successivo subiacent"8. La réflexion sur la temporalité, souvent fort développée durant la première moitié de notre siècle autour de l'existentialisme, n'est généralement pas parvenue à cette simple richesse, remarque cruelle et exacte. L'idéalisme en est la cause qui a infecté de subjectivisme toute réflexion sur le temps réputé catégorie a priori de sensibilité ; alors que le réalisme thomasique ignore le temps augustinien de l'âme et ne connaît que le temps objectai dans l'objet concret. Se pencher sur la durée sentie ne débouche jamais que sur la littérature, pas sur l'histoire.

  • 9 In II Anal., 11 ; In Peribherm., 5 ; In I Cel., 12
  • 10 In II Sent., 17, q. 1, qua. 5, a. 2.
  • 11 1a, 23, a. 1, ad 3 ; In III Phys., 2 ; In II Metaph., 9 ; In II Anal, 10-11.
  • 12 In VI Phys., 6 ; Quodl.,VII, q. 4, a. 9, ad 4 ; I, q. 104, a. 1 et parallèles.
  • 13 In I Phys., 2 et VI 2.
  • 14 I-II, Q. 26, a. 2 ; In II Anal, 10-12/
  • 15 C.G., II, 16.
  • 16 II-II, q. 45, a. 2, ad 3 et parallèles.
  • 17 In I Cel, 13.

8Tout le système thomasique est polarisé sur nunc et cursus : simul, unitas, pefectio, indiuisible9, discretum, principium, mutatio, factum esse tombent à la cathode du nunc tandis que le cursus analyse fieri, ordo, ratio, continuum diuisibile, determinatum, ultimum, enuntiatio (qu'on pourrait décomposer en : "ex nunc initiatio ad alterum", co-naissance). Le principe connu, corruptio illius generatio alterius10 est éminemment histoire dialectique comme le fit remarquer le P. Chenu. L'hylémorphisme n'avait pas encore été utilisé à cette fin ; Thomas développe les notions aristotéliciennes classiques d'information de la matière, de passage de la puissance à l'acte, de mouvement, de fieri pour dessiner l'histoire. Un factum esse antérieur se pose en rupture, émergence sans épaisseur temporelle et qui donc fait époque, inaugure une période, un mouvement, une successio in factione où se rencontrent generari, moueri, fieri selon la divisibilité du continu qui contient une histoire, son histoire interne11. On aboutit à un nouvel objet, un nouveau factum esse postérieur, nouvelle rupture sans épaisseur, indivisible et divisant le mouvement comme un point, terme du fieri antérieur et début d'un possible fieri postérieur12. Ce factum esse instantané qui termine un devenir et en inaugure un autre, est placé entre deux mouvements dans une histoire qui lui est externe. Une rapide typologie du fieri13 : ab arte, a fortuna, a casu, a natura… alteratione, abstractione, oppositione, compositione, transfiguratione… circulariter, rectum…14 ex alio, ex altero, ex aliquo, ex nibilo15, ex permanente, ex permutato, ex subiecto ex primatione, per accidens per substantia et surtout medio ex contrariis, permet d'apercevoir la structure profondément dialectique de la pensée thomasique et son souci synthétique : "melius est per unum fieri quam per multa"16 en même temps que son profond réalisme : "impossibile est fieri illud quod non potest esse factum"17. Il est presque vain de pratiquer sur chaque point des renvois qu'on devrait multiplier indéfiniment car c'est toute l'attitude thomasique qui est une philosophie de l'histoire.

  • 18 In VI Phys., 8.
  • 19 In I Phys., 12.
  • 20 In V phys., 6 ; In II Anal., 10 ; Peribherm, 5.
  • 21 C.G. II, 43 ; III, 29, 84, 149 ; Iv, 97 ; II Cel., 1.
  • 22 C.G., III, 71-74-77, et parallèles ; cf. DUFEIL, R.S.P.T, 55 (1971), 467.
  • 23 I, q. 7, a. 3 ; q. 95, a. 3, ad 1.
  • 24 In IV Sent., 12 et nombreux passages parallèles.
  • 25 C.G., IV, 80-90 et parallèles (Summum, Supplementum, In IV Sent).
  • 26 De Pot., III, a. 12 ad 11 etc. R. LAVOCAT, Rev. Quest. Scientif., 23 (1962), 81-87.
  • 27 I, q. 73, a. 2 ; C.G., I, 13 ; II, 90.
  • 28 In II Sent, 24, q. 13, a. 1.
  • 29 In II Anim, 6 et parallèles.
  • 30 De Veritate, XXIX, 8, obj. 6.
  • 31 C.G., III, 129 et nombreux parallèles.
  • 32 II-II, q. 2, a. 7 et parallèles.
  • 33 I-II, q. 12, a. 2.
  • 34 M.M. DUFEIL, Polémique, 263, 282 n. 238 ; LE BRAS, Institutions Chrétienté méd. (H. Egl. XII), 117 (...)

9Tout est historique : "neque est aliquid factum esse nisi fiat prius"18 et toute l'histoire est dialectique : "in quolibet fieri sunt tria scl. subiectum et terminus factionis et oppositum"19. Au cours de son œuvre, Thomas a signalé les différentes species du mouvement et du temps sa numération20. Le premier est le mouvement du ciel21, origine même du cosmos et facteur premier du sort et de la causalité astrale et climatique22. Le dessin du mouvement circulaire ou rectiligne et complexe donné par la tradition mathématique gréco-arabe se rencontre fréquemment23 et pertinemment sous son aspect successif24. Tandis que le flux de la matière, passant dialectiquement d'une forma à une autre est abordé en particulier à propos de la Résurrection de la chair25 et admis comme si Thomas avait deviné la classification périodique des éléments ; ainsi que le mouvement naturel de la génération à partir du sperme26. Mouvement local en succession tension-repos ou contraction-décontraction27 font pendant dans ce rapide survol à la durée biologique de l'appétit sensitif28. Au delà du mouvement local animal29, on trouve aux détours des œuvres de saint Thomas une couverture complète de tous les aspects de l'histoire, de tous les niveaux de devenir temporel : le mouvement réflexif30, l'autonomie des structures politiques31, la lente explicitation de la foi et sa croissance per tempora32, la conquête progressive de la vertu et tous les mouvements "de l'âme"33. Notre théologien proclame la place de la nouveauté dans le temps et pour le sien la lie à l'autorité pontificale34.

  • 35 SECKLER, pp. 38 et 57-58 de la trad. fr. (éd. Seuil) in ch. III.
  • 36 I-II, q. 104, a. 2 ad 3 et a. 4 ; De Pot., IX, 9 ; DUFEIL, Polémique, 211, 232.
  • 37 De ente et essentia (1256), Et. GILSON, L'Etre et l'essence.
  • 38 En témoignent les indices de SCHUTZ, VIVES etc. et le présent propos où les citations pourraient ê (...)
  • 39 M.M. DUFEIL, Polémique, 23.
  • 40 H. RONDET, St. Thomas d'Aquin a-t-il une philosophie de l'Histoire ? Rech. Sc. Rel, 51 (1963), 177 (...)

10Thomas d'Aquin a donc touché à tous les thèmes d'une problématique générale de l'histoire, d'une problématique d'histoire générale ; pour construire d'ailleurs non une image du développement de l'Esprit hégélien mais un processus de fieri complexe et un, information successive de la materia sur toute la durée qui va du factum premier de la Création au factum définitif de la Parousie. Le plan de la Somme parti de ce couple exitus-reditus où Plotin méprisait le temps35 construit ainsi le mouvement grandiose d'une Histoire une. L'interprétation, antiternaire et anti-joachimite, est donnée par la Trinité en centrant le salut sur le Fils36. Les autres données de cet écoulement temporel de l'univers gardent leur densité propre dans la perspective thomasique et si la lecture globale aboutit à Dieu, chaque niveau reste lisible en lui-même. Thomas demeure ainsi le maître dialectique des couples conceptuels qu'il a découverts de l'Exister37 et du devenir38, de la structure et de la genèse. Aucune nouvelle pensée anthropologique et historique n'a surgi avant Marx et la révolution industrielle ; celle de Thomas correspond justement à la révolution précédente, celle du xiième siècle. Son papalisme, très moderne au xiiième siècle, et sa foi placent le tout sous la verticale transcendante de l'aiôn. Mais chaque moderne peut encore y trouver la multiplicité horizontale des séries et les innombrables interactions latérales entre elles toutes, la longueur historiciste et la causalité structuraliste. La présence du futur est assurée dans cette histoire ouverte par l'abandon du finimondisme romantico-magique issu de la mentalité rudimentaire précédente39 ; l'eschaton est, à la verticale de la transcendance, présent de façon permanente : le Christ met fin aux apartheid par l'édification en un seul corps du sujet humain universel40.

  • 41 Gui de l'Aumône par exemple met l'histoire parmi les choses qui ne s'expliquent pas, MICHAUD-QUANT (...)

11Cette vision moderne de l'histoire chez un théologien n'était nullement coutumière41 et il faut rétablir Thomas d'Aquin parmi les créateurs de la notion d'histoire. En abordant plus tard, en équipe, le développement dans le temps de cette pensée, l'originalité en éclatera entre l'avant et l'après de son histoire externe. En histoire interne, la distillation aléatoire en apparaîtra spontanéiste, faite au gré des querelles, des lectures, des cours et des travaux, au gré du réel vécu, selon la plus historique des attitudes. Avec un tel sens de l'histoire, nos contemporains et leurs successeurs pourront longtemps dialoguer.

Notes

1 B. SMALLEY, The Study of the Bible in the M.A., Oxford 1952 ; C. SPICQ, Esquisse d'une Histoire de l'exégèse latine M.A., 1944 ; H. DE LUBAC, Exégèse médiévale, 4 vol., 1961 ; M.M. DUFEIL, Polémique universitaire, Picard, 1972, pp. 28, 90, 231.

2 A. DONDAINE, Les Secrétaires de saint Thomas, Roma, 1956.

3 M.M. DUFEIL, Ibid., 220, 231, 285 : Quodl VII, q. 14, ad 1m, as 2m.

4 Ibid., 161.

5 Ibid., 28.

6 M. SECKLER, Das heil und die Geschichte, München, 1964, ch. III.

7 M.M. DUFEIL, Ibid., 353 sv. et 257 : "il faut faire à Guillaume l'honneur d'avoir déclenché ces réflexions chez son plus noble adversaire".

8 I-II, q. 31, a. 2 sed c. ; In IV Phys., 20 etc.

9 In II Anal., 11 ; In Peribherm., 5 ; In I Cel., 12

10 In II Sent., 17, q. 1, qua. 5, a. 2.

11 1a, 23, a. 1, ad 3 ; In III Phys., 2 ; In II Metaph., 9 ; In II Anal, 10-11.

12 In VI Phys., 6 ; Quodl.,VII, q. 4, a. 9, ad 4 ; I, q. 104, a. 1 et parallèles.

13 In I Phys., 2 et VI 2.

14 I-II, Q. 26, a. 2 ; In II Anal, 10-12/

15 C.G., II, 16.

16 II-II, q. 45, a. 2, ad 3 et parallèles.

17 In I Cel, 13.

18 In VI Phys., 8.

19 In I Phys., 12.

20 In V phys., 6 ; In II Anal., 10 ; Peribherm, 5.

21 C.G. II, 43 ; III, 29, 84, 149 ; Iv, 97 ; II Cel., 1.

22 C.G., III, 71-74-77, et parallèles ; cf. DUFEIL, R.S.P.T, 55 (1971), 467.

23 I, q. 7, a. 3 ; q. 95, a. 3, ad 1.

24 In IV Sent., 12 et nombreux passages parallèles.

25 C.G., IV, 80-90 et parallèles (Summum, Supplementum, In IV Sent).

26 De Pot., III, a. 12 ad 11 etc. R. LAVOCAT, Rev. Quest. Scientif., 23 (1962), 81-87.

27 I, q. 73, a. 2 ; C.G., I, 13 ; II, 90.

28 In II Sent, 24, q. 13, a. 1.

29 In II Anim, 6 et parallèles.

30 De Veritate, XXIX, 8, obj. 6.

31 C.G., III, 129 et nombreux parallèles.

32 II-II, q. 2, a. 7 et parallèles.

33 I-II, q. 12, a. 2.

34 M.M. DUFEIL, Polémique, 263, 282 n. 238 ; LE BRAS, Institutions Chrétienté méd. (H. Egl. XII), 117, n. 1.

35 SECKLER, pp. 38 et 57-58 de la trad. fr. (éd. Seuil) in ch. III.

36 I-II, q. 104, a. 2 ad 3 et a. 4 ; De Pot., IX, 9 ; DUFEIL, Polémique, 211, 232.

37 De ente et essentia (1256), Et. GILSON, L'Etre et l'essence.

38 En témoignent les indices de SCHUTZ, VIVES etc. et le présent propos où les citations pourraient être multipliées car on ne donne que le minimum. B. GUENEE, Annales, 28 (1973), 997-1016.

39 M.M. DUFEIL, Polémique, 23.

40 H. RONDET, St. Thomas d'Aquin a-t-il une philosophie de l'Histoire ? Rech. Sc. Rel, 51 (1963), 177-95.

41 Gui de l'Aumône par exemple met l'histoire parmi les choses qui ne s'expliquent pas, MICHAUD-QUANTIN, Analecta Sacri Ord. Cist…, 15 (1965), 209-19. Cf. DUFEIL, Polémique, 165 et note afférente ; 211, 232, 263, 281 (n. 227), 301.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter