Version classiqueVersion mobile

Pierre Giot, un capitaine marin arlésien « dans la tourmente »

 | 
Patricia Payn-Echalier
, 
Philippe Rigaud

Le corpus. Les différents manuscrits de Pierre Giot

Texte intégral

Présentation du corpus de documents

Présentation matérielle

  • 1 Le Musée parut en 1868, sa publication s’arrêta un an plus tard, pour reparaître à nouveau entre 18 (...)
  • 2 Le fonds Fassin rassemble à la Médiathèque d’Arles, 295 manuscrits – 258 cotés entre ms 2238 et ms  (...)

1Émile Fassin (1842-1922), homme politique de sensibilité républicaine, adjoint au maire Augustin Tardieu à partir de 1872 puis maire d’Arles lui-même entre 1878 et 1880, fut successivement avocat, procureur de la République à Tarascon avant d’être nommé conseiller à la Cour d’appel d’Aix-en-Provence ; il est réputé pour son intérêt pour l’histoire de sa ville d’Arles et les travaux qu’il publia sur le sujet dans différentes revues telles Le Musée, le Bulletin archéologique d’Arles et le Bulletin des Amis du Vieil Arles1 ; il fut aussi correspondant du journal Le Forum. Non seulement il utilisa des extraits des deux premiers manuscrits pour écrire son ouvrage intitulé Les marins d’Arles pendant la tourmente révolutionnaire paru à Valence en 1904, mais il s’en servit, aussi, au même titre que les récits d’autres contemporains de la Révolution qu’il a complétés par des documents administratifs et des journaux, pour écrire une grande Histoire de la Révolution publiée dans la revue le Bulletin des Amis du vieil Arles. Les papiers de cet érudit, remis à la Médiathèque d’Arles en 1998 par son petit-fils Pierre Fassin, constituent un matériel précieux pour la connaissance de l’histoire d’Arles et nous y avons eu largement recours2.

  • 3 Georges Guibal, Le mouvement fédéraliste en Provence en 1793, Paris, 1908, p. 291, note 2.

2Le Journal et le Livre de bord, rassemblés en un seul ouvrage, se trouvent à la médiathèque d’Arles (désormais BMA), sous la cote ms 2394 (Fonds Émile Fassin). Ces manuscrits ont été offerts à Fassin par le capitaine arlésien Rousset qui les a achetés lui-même à un chiffonnier de la ville en novembre 1877. On peut noter qu’ils ont été portés par Émile Fassin à la connaissance de Georges Guibal y qui fait allusion dans son ouvrage Le mouvement fédéraliste en Provence en 17933.

  • 4 La couverture originale, un parchemin titré « Journal des evenement que jai essuyé dans la revoluti (...)

3La reliure du manuscrit est un demi-parchemin avec plats de carton au papier marbré de format 28,4 x 22 cm (xixe siècle)4. Au dos, est noté à l’encre noire JOURNAL de Pierre GIOT.

4Au verso de la première de couverture, un ex libris de papier est collé au milieu en haut et porte la mention imprimée :

M. FASSIN E., Conseiller à la Cour
Boulevard du Roi René, 11
AIX (Bouches-du-Rhône)

5Au dessous, un envoi manuscrit découpé en forme d’écu :

De la part du capitaine
Rousset, don fait par l’inter
médiaire de l’ami Gleizes
à Mr Émile Fassin con
seiller a la cour d’appel
chemin de Vauvenargues
aux bons soins de Maitre
Malon du canton de Peyrolles
Gleizes [signature]

6La page de garde est restée vierge.

7Une page de titre est présentée ainsi :

JOURNAL
de
Pierre GIOT d’Arles
1792 à 1796

8Les mots « Journal » et « Giot » sont portés à l’encre rouge, l’écriture manuscrite est peut-être celle d’Émile Fassin.

9Un ex libris manuscrit est ajouté en bas de page :

Acheté à un chiffonnier d’Arles
au mois de novembre 1877
Cap.ne Rousset [signature]

10Le manuscrit lui même, au format in quarto, est constitué au total de 74 folios numérotés.

11La première partie se compose du Journal proprement dit.

12Les folios 1 à 36 – dont l’écriture est de la main de Pierre Giot – sont rédigés recto verso sur des feuilles blanches de format 26 x 20 cm (irrégulières). Le texte est margé à droite et à gauche par un trait au crayon à environ 2,5 cm du bord. L’écriture à l’encre noire, régulière, posée sur un réglage au crayon (effacé) sort parfois des marges par dépassement ou par l’ajout d’un mot oublié. La numérotation des pages, de la main d’Émile Fassin, est portée au recto à droite dans la partie supérieure. La première page écrite du Journal semble avoir été exposée un certain temps sans couverture, le papier est taché, jauni. Des notes additives sur la famille Giot dues à Émile Fassin ont été portées au verso du folio 36. Entre les folios 37 et 53, ce dernier a inséré des documents administratifs en relation avec la carrière et des événements relatifs à P. Giot.

13La deuxième partie (un cahier dénommé par nous Livre de bord) est composée de 19 folios de papier bleuté écrits à l’encre noire au recto verso, margés à gauche, réglés au crayon ; les feuilles ont un format de 27 x 14,5 cm (environ), elles sont souvent tachées d’humidité et abîmées au bas. Les pages de ce cahier sont numérotées par E. Fassin dans la continuité du Journal (fo 54-73).

14Le folio numéroté 73 est coupé dans le bas. Un dernier folio dont il subsiste une mince bande – sans doute écrit – a été coupé. E. Fassin a ajouté sur l’ultime feuillet vierge – non numéroté – des notes sur la famille Giot.

  • 5 AMA, boîte H 194 liasse V H 1 (« Apparition des Anglais à la Tour St Louis ») 1814 ; boîte H 235, l (...)
  • 6 Sur Jacques Clair, voir la note 3 dans le corpus de la Correspondance.
  • 7 Jacques Chabrier, maître du port d’Arles. Matelot, il a probablement fait partie de l’équipage de l (...)

15La troisième partie est un corpus de lettres écrites par Pierre Giot dans le cadre de l’activité professionnelle qu’il exerça dans les dernières années de sa vie (préposé de la santé publique à la tour Saint-Louis de 1810 à 1816), découvert aux archives municipales de la ville (désormais AMA) plusieurs années après avoir pris connaissance du manuscrit rassemblant le Journal et Livre de bord de Pierre Giot, lors de recherches sur les sinistres maritimes qui s’étaient produits sur la côte de Camargue. La correspondance qu’entretient Pierre Giot avec le maire d’Arles ainsi que celle de la Conservation de la Santé de Marseille a été trouvée répartie dans plusieurs boîtes d’archives des séries modernes sous les cotes H 194 et H 235 (Affaires militaires) et J 142, J 143 et J 144 (Police, Justice, Hygiène publique). Dans le cadre de ce classement, les documents sont eux-mêmes insérés dans des liasses numérotées portant un titre suivi d’une ou deux dates correspondant au contenu5. Les lettres de Pierre Giot sont écrites à l’encre noire sur un papier vergé blanc de format variable, (souvent de 39 x 28 cm ou coupé de la moitié, filigrané : BF, Montgolfier et Canon, cloche, etc…) ; elles ont été pliées dans le sens de la longueur puis en deux rabats fermées d’un cachet de cire rouge (exceptionnellement bleu) sans marque. En en-tête, l’auteur note le lieu de rédaction, généralement la tour Saint-Louis (plus rarement un autre) et la date, puis sa fonction et la destination : « Le préposé de la Santé publique à Mr (nom du maire du moment) maire de la ville à Arles ». « Monsieur, » est suivi par le contenu de la missive qui s’achève par la formule : « J’ai l’honneur d’être avec respect » et la signature : « Giot ». Au verso, la lettre pliée, est généralement adressée : « À monsieur (nom du maire du moment) maire de la ville à Arles ». Parmi la correspondance, sur un total de 72 lettres de la main de Giot, deux sont directement adressées à M. Clair adjoint6. Vingt-deux lettres sont indirectement adressées au maire via le capitaine du port d’Arles : « À monsieur Chabrier capitaine de port pour monsieur [nom du maire du moment] maire de la ville à Arles7 ». Nous avons joint aux lettres envoyées par Pierre Giot les réponses ou les ordres que le maire lui fait parvenir.

Forme et genre des documents

  • 8 Sur le sujet, voir Sylvie Mouysset, Papiers de famille. Introduction à létude des livres de raison (...)

16Même si le titre donné à la première partie du manuscrit sur la page qui ouvre l’écrit « Journal des événements que j’ai essuyés dans la révolution » paraît sans équivoque, ce Journal qui est un récit rétrospectif touchant à la vie du scripteur mais aussi à l’histoire locale, voire à quelques fragments d’histoire nationale, peut davantage être considéré comme des mémoires que comme un journal intime ou un livre de raison8.

17Le second manuscrit est, sans doute possible, un livre de bord, celui tenu par le capitaine Pierre Giot au cours de ses voyages entre 1799 et 1802.

  • 9 N’ont pas été trouvées, une lettre du 11 août 1813 et une autre, en août 1813 relative au naufrage (...)
  • 10 AMA, D 429 (année 1814) f° 88 n° 760 (copie), lettre adressée par le maire d’Arles le 3 avril 1814  (...)

18Enfin, la troisième partie du corpus est de nature administrative, puisqu’il s’agit, comme nous venons de l’indiquer, de la correspondance entre le même Giot, devenu préposé de la santé à la tour Saint-Louis entre octobre 1810 et sa mort en février 1816, et le maire d’Arles. Malgré une recherche la plus exhaustive possible de ces lettres qui nous conduit au total de 72 de la main de Giot, certaines d’entre elles sont manquantes : ainsi, rien que dans les allusions relevées dans les échanges mêmes entre Giot et le maire, nous avons des lacunes à au moins neuf reprises9. Par ailleurs de longues périodes sans aucune lettre (du 6 octobre 1811 au 8 juillet 1812, du 9 novembre 1812 au 24 juin 1813, par exemple) nous laissent penser que, là encore, nous ne sommes pas en possession de la totalité de la correspondance. La difficulté d’acheminement des courriers est largement évoquée dans ces lettres et explique peut-être qu’une partie d’entre elles soit manquante. Entre la tour Saint-Louis et la ville d’Arles, Pierre Giot peut faire parvenir ses missives par la correspondance de la douane qui part quotidiennement comme Giot l’indique lui-même – toutefois, il arrive que la douane oublie de le prévenir de son départ. Il peut utiliser aussi d’autres intermédiaires comme les militaires détachés à la tour ou les capitaines des navires qui remontent vers Arles et délivrent ses missives au maître de port à charge pour lui de les amener au maire. Enfin, mais cela reste exceptionnel car très onéreux, il les envoie par « exprès », c’est-à-dire par un messager spécial. Il arrive que le maire enjoigne à Giot d’utiliser ce type d’acheminement lorsque l’urgence de la situation l’impose, mais Giot semble répugner à y recourir. En avril 181410, le maire met en place un système de portage du courrier en répartissant des gardes champêtres dans quatre domaines situés entre la tour et Arles (la tour d’Alen, le mas des Antorches, celui de Bois-Vieil et celui de l’Esseylle), gardes-champêtres qui doivent se relayer pour le porter d’un mas à l’autre, mais il est vrai que les événements politiques qui se déroulent alors justifient un tel dispositif.

19Toutefois, nous nous sommes assurés, en consultant les archives de la correspondance entre le maire d’Arles et les divers responsables de l’administration des Bouches-du-Rhône (préfet des Bouches du Rhône à Marseille, sous-préfet à Tarascon, conservateurs de la santé à Marseille, sous-commissaire aux Classes à Arles, général commandant la 8e division à Marseille) que, malgré ses lacunes, le corpus des lettres de Pierre Giot au maire n’omet aucun des événements qui eurent lieu sur cette partie de la côte provençale entre 1811 et 1815.

Écriture de Pierre Giot

  • 11 L’épouse de Pierre Giot, Jeanne Barrallier, par contre, ne peut signer une quittance du 31 octobre  (...)

20Giot, bien que bilingue, écrit seulement en français, langue de l’ascension sociale, vraisemblablement apprise à l’école élémentaire qu’il dut suivre, dans son apprentissage professionnel et dans sa pratique avec l’administration maritime11.

21S’il maîtrise relativement bien le français, son écriture est toutefois émaillée de nombreuses fautes d’orthographe, y compris pour la langue de l’époque. Il s’agit souvent, pour ces erreurs, d’approximations phonétiques. De même, sa syntaxe est bien souvent défaillante, celle-ci paraît être une sorte de transcription du provençal.

  • 12 Auguste Brun, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Par (...)

22En cette fin du xviiie siècle, une explication réside peut-être dans la diglossie qui, dans les pays d’oc, est patente ; la langue occitane, et ici, dans sa particularité dialectale provençale et rhodanienne, n’est pas transcrite dans l’écrit ou rarement. L’occitan reste la langue de l’expression populaire orale mais, refoulée par les préjugés, elle n’a pas de place dans le registre de l’expression écrite. Le français est la langue unique de l’espace textuel de référence. De fait, le texte vernaculaire n’existe pratiquement plus ou reste marginalisé, cantonné dans le registre poétique, la comédie populaire, le prêche religieux et parfois le propos politique de circonstance12.

23Dans les documents écrits par Pierre Giot (Journal, Livre de bord, Correspondance), on remarquera que le vocabulaire nautique qu’il utilise, en dehors de quelques termes spécifiques relatifs à l’accastillage des tartanes et allèges, incontournables car relatifs à la pratique professionnelle des marins en Méditerranée – tout comme les vocables propres à l’agriculture ou à l’artisanat – est souvent celui du lexique ponantais en usage dans la marine royale à bord des vaisseaux. Ainsi la dénomination des directions, la qualité des vents et leurs caractéristiques sont nommées selon des terminologies Nord, Sud, Est, Ouest, petit frais, grand frais… ; de même, les indications de manœuvres le sont également (louvoyer, cingler, larguer les ris…).

  • 13 Journal f° 10v°.

24À noter aussi, dans les quelques échanges verbaux avec ses collègues et retranscrits dans le Journal, qu’il ne ressort pas de paroles provençales directes – dont il est certain qu’elles étaient pratiquées au quotidien – si ce n’est sous des formes manifestement traduites : « O, mon ami, je vais la faire sauter13 ».

La transcription

25Nous avons choisi de respecter au plus près possible l’écriture de l’auteur, en particulier pour l’orthographe qui a été conservée globalement. D’une manière générale, nous ne l’avons modernisée que lorsqu’il était difficile, voire impossible, de déterminer le mot phonétiquement : par exemple, « Chapon » pour Japon (nom de lieu) ou encore « Danfossy » et Desffosse dans la même phrase désignant la même personne.

26Ont été ajoutés les « s » de pluriel et les accords pour les verbes, les adjectifs et les noms ;

27« ses » a été remplacé par « ces » lorsque nécessaire et inversement ; « cé » l’a été par « ces » ou « c’est » selon le contexte, « qui » par « qu’il » ou « qu’ils ».

28Le « il » après un nom a été supprimé, par exemple : « Mr de Servanne il » est devenu Mr de Servanne…

29Des pluriels ont été restitués tels « amis » au lieu de « amy », « partis » au lieu de « party ».

30« prèt » a été remplacé par « près » selon contexte, « ond » par « on », « recu » par « reçu », « sens » remplacé par « sans » selon sa signification, « peut » par « peu » selon le sens de la phrase, « ji » remplacé par « j’y ».

31Le pronom personnel « il » étant employé systématiquement au masculin singulier, l’accord a été fait : « elle » ou « ils » lorsque nécessaire ; de même, le pronom « lui » a été modifié en « leur » et « ou » en « où » selon le contexte ; « aprè » a été écrit « après », « toujour », « toujours », « de nouveaux », « de nouveau », « traverts » ou « traver » remplacé par « travers ».

32La concordance des temps a été faite lorsque c’était possible sans changer toute la structure de la phrase.

33Les accents ont été ajoutés, sauf les accents circonflexes lorsqu’il y avait un « s » (ex : mesme conservé, mais « meme » transformé en « même »).

34Les noms de bateaux ont été écrits en italique.

35La ponctuation du texte a été modifiée et complétée pour se conformer à l’usage actuel. Les phrases trop longues ont été coupées. Nous avons supprimé des signes particuliers tels « ./. » après les dates. Nous avons introduit des alinéa dans des développements trop longs ; les paragraphes constitués se présentent avec un début en retrait. Nous avons mis les majuscules appropriées et rétabli les apostrophes.

36Des groupes de mots accolés ont été séparés (ex : « aumeme » devient « au même », « leplupre »« le plus prés ». Au contraire, « en ver » donne « envers »).

37La numérotation d’Émile Fassin figure dans le texte entre crochets en caractères gras sans rupture de texte. Les années sont portées en tête de paragraphe en caractères italiques gras.

38Les abréviations sont développées entre crochets. S’il y a incertitude, le développement est proposé en italique avec un point d’interrogation.

39Des mots ont été rajoutés, lorsque nécessaire pour la compréhension du texte, entre parenthèses et en italique ; les lacunes ont été restituées chaque fois que possible entre crochets avec une note signalant l’omission. Le style direct a été présenté en italique et entre guillemets. Les nombres ont été transcrits tels quels.

Le contenu des documents : les sujets abordés, leur rythme

40Les deux premiers documents, Journal et Livre de bord, s’enchaînent presque : si le Journal se termine en 1803, les années 1798 à 1803 ne sont évoquées que rapidement, en une courte page, alors que le Livre de bord débute en août 1799, soit un an environ après que Pierre ait repris le commandement de son bateau, et, incomplet, s’achève en 1802 ; il complète en quelque sorte le Journal. Enfin, la Correspondance qu’il entretient, en tant que préposé à la santé aux embouchures du Rhône, avec le maire d’Arles couvre les années 1810 à 1815.

Graphique 1 : Répartition du nombre de lignes du texte du Journal par année (en fréquences du nombre total de lignes)

  • 14 Qui lui arrache ces mots : « Toute la journée et toute la nuit, je suis estoit dans une agitation à (...)

41Le texte du Journal est entièrement centré sur les événements révolutionnaires qui eurent un impact sur la vie de l’auteur. Les récits les plus longs sont ceux des agressions dont l’auteur est victime de la part de ses confrères. Ses émotions sont perceptibles : il exprime, outre la peur pour ainsi dire omniprésente, la solitude qui l’accable à sa sortie de prison, le poids de l’éloignement des siens ; la douleur ressentie lors de la mort de son fils unique, elle, n’est exprimée que dans le Livre de bord14.

  • 15 Le Livre de bord n’a pas été traité de la même façon en raison de la nature du document et de son a (...)

42Dans ce récit compact, la densité des événements relatés n’est pas linéaire dans le temps. Nous avons tenté d’en prendre la mesure, en relevant le nombre de lignes du document consacré à chaque année. L’histogramme qui illustre la fréquence du nombre de lignes du Journal15 attribué à chacune d’entre elles fait ressortir les années 1792 à 1796 avec un pic très marqué pour l’année 1793.

43Les moments forts du Journal se répartissent entre deux phases : 1792-1794, années au cours desquelles l’antagonisme entre les acteurs de la révolution municipale arlésienne atteint son apogée, l’épisode fédéraliste et la Terreur, après les rancunes accumulées entre les deux partis, venant se greffer sur celui-ci, puis les années 1795-1796 au cours desquelles la politique nationale fluctuante commence à s’imposer dans la cité par l’intermédiaire des représentants en mission.

  • 16 Pierre Véran, BMA, ms 812, Historique de la Révolution…, op. cit.

44Ce premier manuscrit, le Journal de 24 pages, débute par un état méticuleux des pertes que subit l’auteur lors du pillage de sa tartane, la Marie-Françoise, coulée par une troupe de monnaidiers qualifiés de « brigands » le 26 mars 1792. Sous sa plume, comme sous celle Pierre Véran16 qui a fait une longue chronique détaillée de la période révolutionnaire à Arles, il faut entendre par monnaidiers, ces sans-culottes arlésiens qui comptaient dans leur rang un nombre non négligeables de marins. Le texte ne semble pas avoir été écrit sur le coup ce que prouve, par exemple, l’erreur dans le nom de sa tartane, Marie-Thérèse, rectifiée en Marie-Françoise, sur la première page du document. En effet, en janvier 1799 Pierre Giot prendra le commandement d’une allège Marie-Thérèse qu’il avait fait construire comme il nous l’indique, sur ordre d’un négociant de Tarascon. Le journal a donc été écrit après qu’il eut pris les commandes de ce bâtiment, soit après 1799. Le titre choisi est aussi révélateur de la distance chronologique entre les événements et leur relation : Journal des événements que jai essuyés dans la Révolution.

  • 17 Pétition transmise le 20 septembre 1791 par des députés chiffonistes à l’Assemblée puis soumise au (...)
  • 18 Émile Fassin, BMA, ms 2361. « Mémoire analytique sur les troubles d’Arles pendant la Révolution et (...)
  • 19 Selon les propos prêtés à Jacques Jacquet, un des dirigeants sans-culottes d’Arles. Ex-commis aux c (...)
  • 20 Terme employé par Pierre Giot dans son Journal, f° 28v°. Il s’agit d’hommes de troupes envoyés chez (...)

45On peut aussi se demander ce qui a motivé Pierre à écrire. Peut-être y a-t-il été incité par le souci de se faire indemniser des pertes subies ? En effet, la question de la réparation des préjudices soufferts par les monnaidiers est présente dès la reprise de la ville par ces derniers en mars 1792 et sera officielle lorsque leurs députés obtiendront de la Convention la promulgation du décret du 20 mars 1793 aux termes duquel « les signataires de la pétition du 10 septembre 179117 et les membres du bureau militaire, sont privés de droit de citoyens actifs pendant que durent les dangers de la patrie et condamnés à dédommagement envers les patriotes et aux frais de démolition des fortifications18 ». L’application de ce décret, différée de dix mois, c’est-à-dire l’intervalle que Robespierre appela « époque du fédéralisme », constitue une étape supplémentaire dans la haine qui oppose les « persécuteurs » (chiffonistes) et les « persécutés » (monnaidiers). La liste des bénéficiaires des indemnités est publiée le 1er octobre 1793 ; les chiffonistes, auxquels il est réclamé « 1 400 000 livres dans 8 jours ou guillotinés dans 1019 », réussissent à réunir près de la moitié de la somme en un mois ; la pression des « garnisons dévorantes20 », imposées lorsque intervient un retard dans le paiement, poussent les imposés à vendre leurs biens à vil prix et des fortunes changent de mains. Les chiffonistes, à nouveau au pouvoir début 1795, obtiennent de la Convention le report de ce décret, le 27 avril de cette année.

  • 21 Pierre Véran, BMA, ms 2366.
  • 22 Émile Fassin, Revue le Vieil Arles, « Journal de la Révolution, d’après les manuscrits de Pierre Vé (...)
  • 23 Issu d’une famille d’avocats, allié à plusieurs familles aristocratiques d’Arles, François-Xavier d (...)
  • 24 Pierre Pomme (1728-1814), médecin consultant du roi Louis XVI, royaliste modéré contrairement à ses (...)
  • 25 Émile Fassin, BMA, ms A 27745, Les marins d’Arles dans la tourmente révolutionnaire, Valence, Impri (...)
  • 26 Ibid., p. 3.

46L’intérêt du Journal dans son ensemble est évident, en ce sens qu’il fournit le témoignage sur une époque particulièrement troublée de la ville par un contemporain plutôt improbable, non un notable mais un homme issu d’un milieu populaire. Il est à remarquer que, tout comme cela s’est passé pour la Ligue, autre moment fort de la vie politique arlésienne, il y eut plusieurs manuscrits écrits par des notables pendant la période révolutionnaire à Arles. La principale référence est celui très détaillé de Pierre Véran « Ma conduite pendant la révolution ou petite histoire de la Révolution dans la ville d’Arles, 180021 ». À la fin du xixe siècle, Émile Fassin écrivit son « Journal de la Révolution22 » d’après plusieurs manuscrits, non seulement celui de P. Véran mais aussi ceux de François-Xavier d’Eyminy23, de Pierre Pomme24 ainsi que celui de Pierre Giot. Il a manifesté son intérêt pour le journal de ce dernier pour lequel il fit des recherches, ajoutant des notes manuscrites sur la généalogie du marin et des pièces originales relatives à sa carrière professionnelle. Il a aussi cité des extraits de ce journal dans son petit ouvrage « Les marins d’Arles pendant la tourmente révolutionnaire25 », ironisant, d’ailleurs, sur ce pauvre homme « dans une perpétuelle agitation », « manifestement un esprit inquiet, un homme aigri par des tracasseries et des malheurs26 ».

  • 27 Paul Allard, « Les gens de métiers durant la révolution arlésienne », Bulletin des Archives Municip (...)

47Le texte est écrit de manière parfois confuse, avec des erreurs flagrantes dans les dates, confortant l’hypothèse d’une écriture a posteriori, et l’impression dégagée à la lecture est fort bien soulignée par Émile Fassin. Cependant, une lecture moins critique sur la forme permet de suivre la trame des événements qui ont le plus secoué les milieux populaires et la campagne arlésienne. Pierre Giot ouvre sa relation par la journée du lundi 26 mars 1792 et concentre la plus grande partie de son écrit sur l’année qui couvre la Terreur : la trame de son récit est la rupture du corps social avec un jeu de balance entre les deux partis ennemis, monnaidiers et chiffonistes, qui alternent au pouvoir. Jalousie, règlements de compte, le raz de marée de l’agressivité balaie les solidarités professionnelles et même familiales, seules les affinités politiques existent. Irréductiblement opposés, les monnaidiers sont animés de l’espoir d’une société égalitaire, totalement nouvelle ; les chiffonistes, eux, sont fédérés autour de l’aspiration à une république modérée, conservatrice. À l’intérieur même du groupe social émergeant, celui des artisans, deux blocs antagonistes s’affrontent ; ainsi que Paul Allard l’a si justement souligné, « l’artisan chiffoniste défendait ses convictions religieuses et une vision modérée des réformes révolutionnaires, l’artisan monnaidier militait pour un monde nouveau27 ».

  • 28 Émile Fassin, BMA, ms 27745. Les marins d’Arles pendant la tourmente…, op. cit., p. 35.
  • 29 Augustin Jal, Glossaire nautique, Paris, Firmin Didot, 1848, Article Livre : « Le livre [de bord] f (...)

48Qu’en est-il du Livre de bord ? Il fournit, lui, un compte rendu de la navigation lors de différents voyages que Pierre fait à bord des bâtiments qu’il commande successivement entre 1799 et 1803 : l’allège Marie-Thérèse jusqu’à sa vente le 26 avril 1801, puis le petit bisque La Vierge du Puy. Ici, comme le souligne Émile Fassin, nous n’avons « qu’une relation de voyages avec indication du temps, de la route suivie, des manœuvres effectuées et des incidents du trajet28 ». Même si Pierre Giot croise à nouveau l’histoire au cours de ces années, cette partie du document fournit essentiellement des détails précieux sur les aspects techniques de la navigation si particulière que rencontrent au quotidien les marins arlésiens ; entre fleuve et mer, leurs activités sont centrées sur un cabotage à court rayon d’action, qu’encadre le périlleux passage de la barre à la sortie comme à l’entrée du fleuve. Ce condensé technique, si différent de la narration contenue dans le Journal où s’expriment les émotions de l’auteur, rejoint cette littérature minimaliste obligatoire en usage à bord des navires qui ne sert qu’à justifier de pragmatiques et utilitaires navigations29.

49Il faut noter que ce document est manifestement incomplet : les trois premiers voyages effectués avec l’allège Marie-Thérèse ne figurent pas puis les relations des sixièmee, septièmee, huitièmee et neuvièmee voyages sont absentes. Par ailleurs, le compte rendu de certains autres voyages est lacunaire : Pierre Giot quitte Marseille le 31 décembre 1799 et le livre n’en dit pas plus sur la date de retour à Arles. Grâce au rapport sur l’échouage de la Marie-Thérèse, fort judicieusement collecté par Émile Fassin et ajouté au manuscrit, nous pouvons comprendre la raison de ce « blanc » : le bâtiment est alors en cours de relevage et de réparations avant de reprendre la mer. La tenue du Livre ne recommence ensuite que dans les premiers jours de mai 1800 sur une navigation mouvementée vers Toulon, en raison de la rencontre avec une frégate anglaise en chasse, pour s’arrêter brusquement le 1er juin de la même année alors que l’allège a quitté Toulon le 19 mai 1800. Les neuf navigations du petit bisque La Vierge du Puy sont, elles, notées scrupuleusement.

50Dernière partie du corpus proposé, la Correspondance entre Pierre Giot, préposé à la santé à la tour Saint-Louis, et le maire d’Arles, offre un aperçu de la surveillance et des actions menées sur cette partie de la côte par les navires britanniques rôdant en Méditerranée pendant l’Empire et des mesures prises par le gouvernement impérial pour s’en prémunir. Elle nous a semblé aussi présenter le double intérêt de compléter les informations événementielles jusqu’à la fin d’une époque et de suivre Pierre Giot jusqu’à la fin de sa vie.

51La Correspondance est rythmée par des pics d’échanges épistolaires en relation avec les événements marquants de la période dans cette zone sensible que sont les embouchures du Rhône : naufrages, échouements, risques sanitaires, arrivée de déserteurs évadés de bâtiments anglais, présence et menaces de la flotte britannique en ce point de la côte, arrestations d’individus soupçonnés de connivence avec l’ennemi et d’espionnage, relâche de prisonniers français détenus sur des bâtiments britanniques. Bien que cette correspondance ne soit pas exhaustive, comme nous l’avons dit, nous pouvons signaler que parmi les 72 lettres conservées, 15 sont écrites en 1812 et 38 en 1813. À partir de 1808, le régime connaît des revers et les années 1812 et, plus encore 1813, sont celles de tous les dangers. La multiplication des échanges ces années là – Giot envoie parfois au maire plusieurs lettres le même jour – rend compte de la pression accrue de la flotte anglaise sur les côtes méditerranéennes et, plus particulièrement ici, sur l’embouchure du Rhône dont la maîtrise ouvrirait une large porte sur l’intérieur du pays.

Notes

1 Le Musée parut en 1868, sa publication s’arrêta un an plus tard, pour reparaître à nouveau entre 1873 et 1883. Le Bulletin archéologique d’Arles qu’Émile Fassin publie à partir de 1889 ne comptera que 3 numéros. Il publiera des articles dans le Bulletin des Amis du Vieil Arles dès sa création en 1903 (Pierre Fassin, « Émile Fassin : sa vie reconstituée avec lettres et documents conservés », in Bulletin des Amis du Vieil Arles, Spécial Fassin, septembre 1983, p. 2-10).

2 Le fonds Fassin rassemble à la Médiathèque d’Arles, 295 manuscrits – 258 cotés entre ms 2238 et ms 2490 et 37 dont les cotes se situent entre ms 2239 et ms 2711 ; 29 d’entre eux traitent de la période révolutionnaire. Les autres concernent des sujets très éclectiques essentiellement relatifs au passé et au présent d’Arles tels les monuments de la ville, le commerce et l’industrie, les mas du territoire, la faune, l’imprimerie, la reliure, la numismatique, les arts et les lettres, la Camargue, les événements politiques locaux qui lui sont contemporains.... S’y trouvent aussi sa correspondance, quelques livres de raison, des livres de comptes de navires, des ouvrages d’érudits arlésiens. Il a, en outre, fait des copies de différents manuscrits qu’il a découverts ou que certains de ses amis lui ont offerts.

3 Georges Guibal, Le mouvement fédéraliste en Provence en 1793, Paris, 1908, p. 291, note 2.

4 La couverture originale, un parchemin titré « Journal des evenement que jai essuyé dans la revolutions », est conservée dans une collection particulière arlésienne. Renseignement communiqué par Albert Illouze que nous remercions vivement.

5 AMA, boîte H 194 liasse V H 1 (« Apparition des Anglais à la Tour St Louis ») 1814 ; boîte H 235, liasse V H 1 (« Marine : surveillance de la côte », 1814) ; boîte J. 142, liasse V H b 1 (« Règlements sanitaires : épidémies, quarantaines » 1735, an III-an XII, 1814-1815), V H b 6 (« Règlements sanitaires : épidémies, quarantaines », 1813-1814) ; boîte J. 143, liasse V J 1 b 2 (« Règlements sanitaires : épidémies, quarantaines », 1807-1812).
De ces liasses, dans lesquelles les lettres étaient dispersées sans ordre, nous avons procédé, avec l’accord du service des Archives, à un classement chronologique de tous les documents présents (issus de la Conservation de la Santé, des Préposés à la Santé, du Commissariat Général, du Ministère de l’Intérieur, des Douanes, du Commissariat de la Marine, de la Préfecture et Sous-préfecture, du Consulat des États-Unis, des officiers militaires, des particuliers ainsi que des rapports, témoignages et interrogatoires...).

6 Sur Jacques Clair, voir la note 3 dans le corpus de la Correspondance.

7 Jacques Chabrier, maître du port d’Arles. Matelot, il a probablement fait partie de l’équipage de l’allège Notre-Dame-de-Bon-voyage commandée par Pierre Giot en 1776 (Imprimé de désarmement inséré dans le manuscrit « Journal » par Émile Fassin sous le titre Désarmement 1776, n° 91) ; devenu capitaine marin, puis maitre de port, il fait partie des chefs de la faction monnaidière (Pierre Véran, BMA, ms 812, Historique de la Révolution année par année 1789- 1798) et se trouve en première ligne lors de l’attaque d’Arles par les monnaidiers réfugiés à la tour Saint-Louis en juillet 1793.

8 Sur le sujet, voir Sylvie Mouysset, Papiers de famille. Introduction à létude des livres de raison (France, xve-xixe siècle), Presses universitaires de Rennes, Bauchamp-les-Laval, coll. Histoire, 2008, p. 171.

9 N’ont pas été trouvées, une lettre du 11 août 1813 et une autre, en août 1813 relative au naufrage de la Messaouda ; le même mois, une lettre de Giot concernant un boscatier n’est pas arrivée à son destinataire ; le 9 novembre 1813, c’est le cas des informations transmises par Giot sur des bâtiments génois et espagnols en quarantaine à Arles ; entre janvier et le 2 avril 1814, Pierre Giot réclame au maire d’être payé pour la quarantaine de la Messaouda mais nous n’avons pas la lettre ; dans la première quinzaine de janvier 1814, Giot informe le maire de l’échouage d’un navire ligure par un courrier que nous n’avons pas ; en avril 1814, sa lettre de demande de congé pour l’avènement de Louis XVIII est absente de notre corpus tout comme une lettre de la mi-juillet 1814 environ, répondant aux accusations du maire de graves négligences dans l’observation des lois sanitaires, et celle du 31 août 1814 relative au naufrage d’un navire espagnol.

10 AMA, D 429 (année 1814) f° 88 n° 760 (copie), lettre adressée par le maire d’Arles le 3 avril 1814 au brigadier des gardes champêtres.

11 L’épouse de Pierre Giot, Jeanne Barrallier, par contre, ne peut signer une quittance du 31 octobre 1816 car illettrée (AMA, J 144 liasse V J1 b7).

12 Auguste Brun, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, Champion, 1923, rééd., Genève, Slatkine, 1973, 505 p. ; La langue française en Provence de Louis XIV au Félibrige, Marseille, 1927, réed., Genève, Slatkine, 1972, 167 p. ; Claude Mauron, François-Xavier Emmanuelli (dir.), Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale, Saint-Rémy de Provence, Centre de recherches et d’études méridionales, 1986, 214 p. ; Philippe Gardy, « L’écrit provençal des temps révolutionnaires : l’ombre portée d’une langue absente » in Cahiers critiques du patrimoine, n° 2, 1986, p. 17-32.

13 Journal f° 10v°.

14 Qui lui arrache ces mots : « Toute la journée et toute la nuit, je suis estoit dans une agitation à perdre la vie » (f° 55).

15 Le Livre de bord n’a pas été traité de la même façon en raison de la nature du document et de son aspect lacunaire puisqu’il semblerait que quelques pages manquent. La Correspondance n’a pas non plus été présentée ainsi pour les mêmes raisons.

16 Pierre Véran, BMA, ms 812, Historique de la Révolution…, op. cit.

17 Pétition transmise le 20 septembre 1791 par des députés chiffonistes à l’Assemblée puis soumise au roi qui la reçoit favorablement. L’année 1792 voit ensuite Arles basculer dans la guerre civile. Le 20 mars 1792 l’Assemblée Législative déclare la ville en rébellion (Émile Fassin, BMA, ms 2360, Arles sous la Révolution. L’affaire d’Arles 1792, p. 123-145). Dans la foulée, une expédition armée marseillaise arrive sous les murs d’Arles le 25 mars et réduit la ville.

18 Émile Fassin, BMA, ms 2361. « Mémoire analytique sur les troubles d’Arles pendant la Révolution et les crimes qui s’y sont commis ». Copie du manuscrit de Thomas Guibert ancien procureur au siège d’Arles et contemporain de la Révolution française, faite par Louis Mège et citée par Émile Fassin.

19 Selon les propos prêtés à Jacques Jacquet, un des dirigeants sans-culottes d’Arles. Ex-commis aux classes, membre de la Société Populaire, il occupe diverses fonctions municipales.

20 Terme employé par Pierre Giot dans son Journal, f° 28v°. Il s’agit d’hommes de troupes envoyés chez les récalcitrants qui exigent une nourriture raffinée et dont le nombre augmente jusqu’au paiement. Chaque homme revient à 100 sols par jour. (Émile Fassin, BMA, ms 2352, vol. 6, année 1794).

21 Pierre Véran, BMA, ms 2366.

22 Émile Fassin, Revue le Vieil Arles, « Journal de la Révolution, d’après les manuscrits de Pierre Véran, François-Xavier d’Eyminy, Pierre Pomme, simples notes recueillies par Émile Fassin », 1896, BMA, ms 2352.

23 Issu d’une famille d’avocats, allié à plusieurs familles aristocratiques d’Arles, François-Xavier d’Eyminy, grand propriétaire foncier, est un notable arlésien (BMA, ms 908, Livre de raison de Jean-Léon Eyminy commencé en 1745 et poursuivi par son fils François-Xavier à partir de 1789 et ms 909, Livre de raison de François-Xavier d’Eyminy commencé le 1er janvier 1765). Royaliste, il est élu aux élections municipales de l’an V aux côtés de Jean-Mathieu Artaud, Pierre Pomme et Arnaud (Pierre Serna, « La révolution arlésienne », Arles, histoire, territoires, cultures, Paris, Imprimerie nationale, 2008, p. 809).

24 Pierre Pomme (1728-1814), médecin consultant du roi Louis XVI, royaliste modéré contrairement à ses fils, Jean-Antoine, ordonnateur puis agent maritime de la marine à Marseille et à Toulon (Marie-Odile Woytt, « De l’ordonnateur au préfet maritime ou l’administrateur du port de Toulon de 1789 à 1800 », Provence historique, fascicule 83, t. 21, 1971, p. 8-9) et André, dit l’Américain en raison de son mandat de député de l’Assemblée nationale en Guyane en 1790. Il existe une biographie de ce dernier écrite par Max Daniel, sous le titre : Le diable s’appelait André Pomme, Puteaux, Les Editions du Net, 2013, 162 p. Les deux fils embrassèrent les idées révolutionnaires. Pierre Pomme fut maire d’Arles en 1795 (Rémi Venture, « Les maires d’Arles », Arles, histoire, … op. cit., p. 1199).

25 Émile Fassin, BMA, ms A 27745, Les marins d’Arles dans la tourmente révolutionnaire, Valence, Imprimerie valentinoise, 1907.

26 Ibid., p. 3.

27 Paul Allard, « Les gens de métiers durant la révolution arlésienne », Bulletin des Archives Municipales d’Arles, n° 6, 1990-1991, p. 16-30.

28 Émile Fassin, BMA, ms 27745. Les marins d’Arles pendant la tourmente…, op. cit., p. 35.

29 Augustin Jal, Glossaire nautique, Paris, Firmin Didot, 1848, Article Livre : « Le livre [de bord] fait foi et peut être invoqué en justice, il doit être tenu avec le plus grand soin ».

Table des illustrations

Légende Graphique 1 : Répartition du nombre de lignes du texte du Journal par année (en fréquences du nombre total de lignes)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search