Version classiqueVersion mobile

Pierre Giot, un capitaine marin arlésien « dans la tourmente »

 | 
Patricia Payn-Echalier
, 
Philippe Rigaud

Préface

Gilbert Buti

Texte intégral

  • 1 Patricia Payn-Echalier, Les marins d’Arles à l’époque moderne, Aix-en-Provence, PUP, 2007 ; Patrici (...)
  • 2 Philippe Rigaud, Pirates et corsaires dans les mers de Provence xve-xvie siècles, Letras de la cost (...)

1Les chercheurs qui étudient les sociétés littorales et les économies maritimes à l’époque moderne déplorent très souvent la rareté des témoignages des gens de mer et, quand ils existent, leur caractère fragmentaire et difficile d’accès, particulièrement pour l’espace méditerranéen. C’est dire l’intérêt des textes rédigés par le capitaine arlésien Pierre Giot, entre 1792 et 1816, débusqués et présentés ici par Patricia Payn-Echalier et Philippe Rigaud, excellents connaisseurs du pays d’Arles, de ses marins et des activités fluvio-maritimes de ce territoire. Les marins d’Arles à l’époque moderne se trouvaient au cœur de la thèse d’histoire de Patricia Payn-Echalier1 comme la marine d’Arles, et plus largement le patrimoine arlésien, sont au centre de nombreux travaux de Philippe Rigaud2.

2Si les patrons et capitaines sont plus enclins que les matelots à prendre la plume, ne serait-ce que pour rendre compte aux armateurs ou associés de leurs campagnes de mer, ils demeurent peu bavards et souvent cantonnés à des registres très techniques, avec l’aide de l’écrivain de bord, quand il y en a un au sein de l’équipage. Les propos pris sur le vif, dans le huis clos des navires en cours de navigation, ou transcrits à retour de voyage ne sont pas légion qui font découvrir les travaux et les jours des marins allant au long cours comme au cabotage.

3Sans présenter une continuité parfaite dans le temps les trois ensembles de textes de nature différente réunis par les auteurs permettent d’esquisser la trajectoire socioprofessionnelle de Pierre Giot, capitaine arlésien, à la fin de l’Ancien Régime. Le Journal « des événements essuyés dans la Révolution » (74 folios), récit rétrospectif plus proche de « mémoires » que d’écrits du for privé, relate, de 1792 à 1796 (avec quelques mentions jusqu’en 1803), des faits ayant trait à la vie du scripteur, mais aussi à l’histoire locale voire nationale. Les deux autres ensembles ont des finalités strictement professionnelles. Pièce « classique » pour suivre l’activité d’un patron de navire mais souvent pièce manquante dans les archives, le Livre de bord du capitaine (19 folios à l’écriture serrée) fourmille d’indications sur la navigation dans ce complexe espace entre Arles et la Méditerranée (1799-1802). La correspondance de Pierre Giot (72 lettres), alors qu’il occupe les fonctions de préposé à la santé publique à la tour Saint-Louis aux embouchures du Rhône, « reconversion administrative » qui n’est pas rare alors chez les gens de mer en fin de carrière ou atteints d’invalidité (dits aussi hors de service), complète le dossier.

4Le Journal et le Livre de bord ne sont certes pas totalement inédits. Ils ont été exploités partiellement par Émile Fassin, ancien maire d’Arles (1878-1880) et divers érudits locaux. Ceux-ci ont cependant ignoré ou négligé la correspondance entretenue par Pierre Giot, entre octobre 1810 et sa mort en février 1816 (à près de 69 ans), avec le maire d’Arles et les autorités sanitaires de Marseille, et découverte ultérieurement lors de recherches conduites sur les sinistres maritimes qui ont affecté la côte de Camargue.

  • 3 Jean-Maurice Rouquette (dir.), Arles : Histoire, territoires et cultures, Arles, Imprimerie Nationa (...)

5C’est donc à une lecture à nouveau frais de ces pièces, attentive aux événements intérieurs et à un contexte international chargé, que nous invitent Patricia Payn-Echalier et Philippe Rigaud, en replaçant le capitaine Giot, dans sa ville et la société arlésienne à la veille de la Révolution, à la lumière de travaux récents, notamment de la monumentale Histoire d’Arles, œuvre d’exception préparée sous la direction de Jean-Maurice Rouquette et rédigée par une cinquantaine d’auteurs3.

6Avant de suivre les tribulations du marin arlésien, les auteurs nous font pénétrer dans leur atelier pour présenter minutieusement les matériaux bruts rassemblés (localisation des manuscrits, état de conservation, format, langue, graphie, couleurs, annotations, pièces manquantes…), pour exposer la méthode mise en œuvre afin de les décrypter (transcription, vocabulaire technique, classement de documents…) et d’analyser, diagramme à l’appui, leurs temps forts, sans dissimuler les obstacles rencontrés.

7Le portrait de l’acteur principal est tracé au plus près, à partir de ces dossiers mais en mobilisant également des sources complémentaires plus traditionnelles : registres paroissiaux, actes notariés, dossiers militaires, documents fiscaux. Sa famille, où se retrouvent les liens entre gens de mer et du terroir (cf. généalogie), ses deux mariages, son caractère « susceptible et vaniteux » (pointé à partir de divers comportements), un sentiment religieux difficile à saisir donnent de l’épaisseur au capitaine arlésien qui ne dissimule ni sa solitude, ni ses émotions, ni sa douleur lors de la mort de son fils unique. Témoin d’épisodes révolutionnaires à Arles et dans quelques ports voisins, il est victime d’agressions et un temps emprisonné. Son Journal laisse entrevoir sinon ses engagements tout au moins ses opinions peu favorables au mouvement révolutionnaire, à commencer par le titre porté sur la couverture du manuscrit : « evenement que jai essuyé dans la revolutions ». S’il ne se déclare jamais « chiffoniste », royaliste ou contre-révolutionnaire, il avoue ne pas être républicain et craindre les sans-culottes qualifiés de brigands, scélérats, coquins ou voleurs. Il ne s’agit là que d’une fine pellicule de la richesse du portrait recomposé d’un personnage en rien solitaire et isolé comme le montrent l’importance et la diversité des cercles de sociabilité sur lesquels insistent à juste titre Patricia Payn-Echalier et Philippe Rigaud.

8Attentifs à l’apprentissage du métier de la mer ceux-ci retracent l’accès au capitanat de Pierre Giot et suivent ses activités troublées par l’insécurité liée aux événements révolutionnaires et à la guerre contre l’Angleterre. Au fil des voyages on saisit la place parfois négligée qu’occupe encore le port d’Arles à la fin du xviiie siècle dans le dispositif littoral provençal, ses liens avec Marseille et l’arsenal de Toulon, et on perçoit la difficulté de la navigation entre Rhône et Méditerranée, là où les fortunes de mer sont fréquentes et qui n’épargnent pas Pierre Giot étonnamment discret sur la perte de sa tartane la Marie Françoise. Le Journal et plus encore le Livre de bord renseignent sur l’outillage nautique (tartane, allèges) et la complexité des manœuvres qu’analysent finement Philippe Rigaud et Patricia Payn-Echalier en « praticiens » avertis de la mer. En puisant dans les registres matricules tenus par les responsables du système des classes et les rôles d’équipage au désarmement, les auteurs apportent des précisions qui éclairent le métier de la mer du capitaine arlésien et d’une manière plus générale la pratique du cabotage dans le bassin occidental de la Méditerranée (fréquence des armements, marchandises transportées).

9Des documents complémentaires placés en annexe, des index (lieux et personnes), des reproductions de bâtiments de mer et des cartes de ce territoire entre terre et mer donnent des éléments très utiles pour circuler au mieux dans ce volume dont le survol effectué ici ne fait qu’effleurer la richesse de l’itinéraire de Pierre Giot et du travail réalisé pour replacer le capitaine arlésien en son temps.

10Les documents bruts, que les Presses universitaires de Provence ont accepté de publier accompagnés par les éclairages de Patricia Payn-Echalier et Philippe Rigaud, offrent désormais à la communauté scientifique, comme à un plus large lectorat, une trajectoire originale sinon attachante, d’un marin entre deux mondes, entre terre et mer, qui ne manquera pas de constituer désormais, malgré les limites pointées par les auteurs, une référence.

Notes

1 Patricia Payn-Echalier, Les marins d’Arles à l’époque moderne, Aix-en-Provence, PUP, 2007 ; Patricia Payn-Echalier, « Entre fleuve et mer, le port d’Arles et le delta du Rhône (xvie-xviiie siècle) », Rives méditerranéennes, n° 35, 2010, p. 29-44.

2 Philippe Rigaud, Pirates et corsaires dans les mers de Provence xve-xvie siècles, Letras de la costiera, Paris, CTHS, 2006 ; Noël Fourquin et Philippe Rigaud, De la nave au pointu : glossaire nautique de la langue d’oc, Toulon-St-Tropez, Objectif Mer et Capian Méditerranée, 1993 et 1994 ; Philippe Rigaud, « La marine d’Arles, une histoire deux fois millénaire », Le Chasse-Marée, n° 146, 2001, p. 16-27.

3 Jean-Maurice Rouquette (dir.), Arles : Histoire, territoires et cultures, Arles, Imprimerie Nationale Éditions, 2008.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search