Version classiqueVersion mobile

Un administrateur colonial au cœur de l’islam

Rapport de M. Gillotte, administrateur de la commune mixte d’Aïn Témouchent sur le pèlerinage de La Mecque en 1905

Texte intégral

Page de présentation du manuscrit original de Paul Gillotte

1Monsieur le Gouverneur Général,

  • 1 Ce paquebot, qualifié par Gillotte de « très solide et très vaste », a été construit en 1881, l’ann (...)

2Par décision en date du 18 janvier dernier, vous avez bien voulu me confier la mission d’accompagner à Djeddah, en qualité de commissaire du gouvernement à bord du vapeur « America » de la Compagnie Cyprien Fabre1, les indigènes autorisés à effectuer cette année le pèlerinage à La Mecque.

3Si je n’avais qu’à vous renseigner sur les incidents du voyage, sur la situation sanitaire, mon rapport serait court. Il se bornerait à constater que soit au point de vue de l’hygiène, soit au point de vue du confortable à bord, ce voyage s’est effectué dans des conditions exceptionnelles.

  • 2 Le nombre de pèlerins décédés pendant le voyage de l’America reste malgré tout important. En 1901, (...)

4Je dois à la vérité de dire que c’est grâce à la vigilance bienveillante de M. le commandant Luciani, aux soins assidus prodigués à nos sujets musulmans par M. le docteur Laure que nous devons après un pénible voyage (surtout de Bône à Port-Saïd au départ) de près de trois mois, de rentrer en Algérie avec 14 décès seulement, décès qui étaient déjà à prévoir au départ, étant donné l’état de santé de quelques pèlerins au moment de leur embarquement2. /2/

  • 3 Cette station quarantenaire est ouverte en 1884 à l’est de la baie d’Alger (aujourd’hui Bordj El Ba (...)

5Mon rapport se terminerait en vous redisant les paroles qu’un pèlerin m’adressait au lazaret de Matifou3 et qui traduit bien la pensée de tous. « Si nous avons été heureux de fouler la terre sacrée de l’Arabie, nous sommes plus heureux encore de revenir dans nos foyers sur notre terre algérienne. »

6J’ai pensé qu’en employant mes loisirs à faire une étude complète du voyage des pèlerins à Djeddah, à Yambo, à Tor, avec photographies à l’appui, je rendrai ce modeste travail plus intéressant.

7Heureux je serai, Monsieur le Gouverneur Général, si cette étude pouvait simplement avoir votre approbation et servir d’indication à mes collègues appelés dans l’avenir à accomplir la même mission et désireux de la compléter. Je suis avec le plus profond respect, Monsieur le Gouverneur Général, votre très obéissant subordonné.

8L’administrateur, P. Gillotte /3/

Le vapeur « America »

9Le vapeur « America » (Phot. n° 1). Ce bateau construit en 1881 jauge 1 759 tonneaux.

10C’est un cargo-boat de 106 m de longueur, 13 m de largeur, un peu massif, très solide, très vaste, mais hélas très rouleur aussi.

  • 4 Le « gaillard » est la partie supérieure du pont d’un navire, elle-même dominée par une ou plusieur (...)

11Son pont est libre de l’avant à l’arrière. Il possède un gaillard à l’avant, deux dunettes au centre4.

12L’hôpital (Phot. n° 2) ou pour mieux dire le local destiné à isoler les malades est installé sur le pont à l’arrière sur la demande formelle de M. le docteur Bréjat, chef du service sanitaire à Oran. /4/

13Les entreponts sont vastes, bien aérés, d’une désinfection facile.

  • 5 Faux-pont léger, situé au-dessus du pont supérieur.

14L’aération des spardeks5 et des entreponts se fait au moyen de manches à air destinées, les unes à l’introduction de l’air frais, et les autres, s’ouvrant près du plafond, servent à l’élimination de l’air chaud et vicié.

  • 6 La question de la régularité de l’installation de ces cuisines, à proximité du pont, mérite malgré (...)

15Cuisines (Phot. 3). Le long des bordages, de longs cadres en bois remplis de sable sur lequel reposent des briques réfractaires sont disposés (Phot. 4) de manière à permettre aux pèlerins d’y placer leurs fourneaux de formes variées depuis le vulgaire pot de chambre émaillé (Phot. 5) servant de casserole jusqu’à la poêle à frire6.

  • 7 Réservoir.

16La question de l’eau potable dans le voyage est capitale. Aussi nos pèlerins ont-ils été très satisfaits lorsqu’ils ont appris que la Cie Cyprien Fabre avait pris des précautions en conséquence. En effet, le lest du navire a été fait au moyen de 600 tonnes d’eau potable prise à Marseille, le grand vapeur « America » possédant des water-ballasts7.

  • 8 Article 20 du règlement sur la police du transport des pèlerins précité.

17Bien que conformément à l’arrêté du 10 décembre 1894 chaque pèlerin n’ait droit qu’à 5 litres d’eau par jour en dehors des distributions régulières8 qui s’effectuaient /5/ journellement sous la surveillance du commissaire du gouvernement au moyen de cartes d’eau (Phot. 6) dont ci-joint un exemplaire, les pèlerins pouvaient à toute heure du jour ou de la nuit prendre de l’eau potable dans les « charniers » (quel drôle de nom pour désigner des réservoirs) installés au centre et à bâbord du navire.

18À ce point de vue les pèlerins embarqués à bord de l’« America » ont-ils été unanimes à reconnaître qu’ils avaient été privilégiés.

  • 9 La règlementation précise que les soins et les médicaments sont fournis gratuitement aux pèlerins.

19Pharmacie. La pharmacie, très bien installée au centre du navire, est munie de tous les médicaments nécessaires pour faire face aux besoins du voyage. J’y remarque particulièrement plus de cent flacons de sérum anti-pesteux9.

20Boulangerie. La boulangerie, le four permettent d’avoir tous les jours à bord du pain frais d’excellente qualité.

  • 10 L’article 24 du règlement sur la police du transport des pèlerins prévoit qu’une telle infirmerie d (...)

21Infirmerie. L’infirmerie, parfaitement aménagée, est située au centre du navire : chaque couchette est munie d’un matelas et d’un oreiller en crin végétal10.

  • 11 Les modalités de transmission du choléra par les matières fécales confèrent à ces dispositions une (...)

22Latrines. Les latrines qui font l’objet d’une surveillance particulière sont au nombre de quinze et toutes situées sur le pont11. Elles sont construites en bois, ayant un plan incliné rejetant instantanément toutes les matières à la mer. Une cabine est spécialement réservée pour les femmes. Pendant toute la durée du voyage le navire a été désinfecté deux fois par jour au moyen de chlorure de chaux.

23Moyens de sauvetage en cas de naufrage. À l’arrière du navire existent à bâbord et à tribord deux radeaux américains (Phot. 7) susceptibles de recueillir chacun de 30 à 40 naufragés. Néanmoins je dois devoir formuler une critique dont l’importance n’échappera pas à l’administration supérieure. /6/

24Le navire était muni de 800 ceintures mais toutes renfermées dans un magasin d’un entrepont. Il est évident qu’en cas de sinistre personne n’aurait songé à aller chercher la clef pour ouvrir ledit magasin.

25J’estime que pour les voyages à venir les compagnies devraient être mises en demeure de suspendre les ceintures de sauvetage au-dessus de chaque couchette du pèlerin.

26En résumé, tous les médecins chargés d’un service sanitaire international ont été unanimes à reconnaître que sur les 40 navires en rade, le vapeur « America » remplissait le mieux au point de vue du transport des pèlerins les conditions d’hygiène requises.

  • 12 Placée sous l’autorité du gouverneur général, la direction des Affaires indigènes est chargée de co (...)

27Embarquement des pèlerins à Oran (Phot. 8). L’embarquement s’est effectué à Oran le 20 janvier 1905, sous la surveillance de M. Rognon secrétaire général pour les Affaires indigènes12 et aucun incident n’a été à enregistrer.

28Toutefois je crois devoir en ma qualité de commissaire du gouvernement faire part à l’administration supérieure d’un fait qui m’a été révélé au cours du voyage.

29Deux compagnies se trouvaient en présence pour le transport des pèlerins à Djeddah. La Compagnie des Transports maritimes et la Compagnie Cyprien Fabre. Jusqu’au dernier moment les agents des compagnies ont laissé croire aux pèlerins que la concurrence entre ces deux compagnies existait alors qu’en réalité un acte d’association était déjà intervenu entre les deux compagnies et cela pour, au détriment des pèlerins, exiger un prix plus élevé pour le voyage.

  • 13 La plupart des écrits français transcrivent ainsi l’appellation du port de Yanbu’, remplaçant de ma (...)

30Du reste, au cours de cette étude nous aurons l’occasion d’appeler l’attention de l’administration sur le préjudice considérable causé aux pèlerins algériens pendant le cours du voyage, soit à Djeddah, soit à Yambo13, par suite de combinaisons plus ou /7/ moins admissibles, les capitaines de navire qui, sous prétexte de sauvegarder les intérêts de leurs compagnies (c’est surtout le leur qui est en jeu), n’ont pas hésité à sacrifier ceux de nos sujets musulmans effectuant leur pèlerinage.

31C’est ainsi qu’ayant quitté Oran le 20 janvier à 3 heures de l’après-midi (Phot. 9) et qu’étant arrivé à Philippeville le 22 à 7 heures du matin, à la suite de différends survenus à Constantine entre divers courtiers de pèlerinage, le vapeur « America » n’a levé l’ancre que le 25 à 5 heures du soir pour aller où… à Bougie chercher 111 pèlerins. D’où récriminations quelque peu justifiées des passagers qui n’ont pas été autorisés par le service sanitaire à descendre à terre pour compléter leurs provisions de bouche.

  • 14 Erreur de Gillotte. Il s’agit vraisemblablement du 27 janvier à 7 heures du matin.

32Le 26 janvier à 7h 1/2 du matin, nous entrons dans le port de Bougie où nous sommes obligés de débarquer un pèlerin et de le faire admettre d’urgence à l’hôpital, M. le docteur Laure l’ayant déclaré atteint de pneumonie et incapable de continuer le voyage. À 4h 1/2, départ pour Bône où nous arrivons le 2614 à 7h du matin pour embarquer 39 pèlerins.

33À 4 heures du soir, nous quittons le port de Bône au son des iouious poussés par les femmes arabes, nous perdons de vue la terre algérienne et l’« America » vogue sur Port-Saïd emmenant dans ses larges flancs 863 pèlerins.

  • 15 Remarque évidemment contestable. Avant la conquête française, la régence d’Alger avait l’habitude d (...)

34Tout a été dit ou écrit sur le pèlerinage de La Mecque, si difficile à accomplir avant la conquête et tous les gouvernements se sont pour ainsi dire entendus pour lui donner la vitalité et la sécurité qui lui faisaient défaut autrefois15. /8/

35Aussi mon intention n’est-elle de n’envisager le pèlerinage à La Mecque qu’à grands traits. Tout musulman doit une fois dans sa vie se rendre à La Mecque à une certaine époque de l’année pour y accomplir les rites prescrits à cette occasion.

  • 16 Gillotte, qui rédige ce rapport au retour de plusieurs mois de vie commune avec des musulmans, rédu (...)

36Le pèlerinage à La Mecque est une ancienne coutume que le Prophète a conservée, car ce fut un moyen de fournir aux musulmans une occasion de se réunir une fois l’an en nombre considérable et de resserrer ainsi les liens de confraternité religieuse qui les unissaient16.

37Laissons pour le moment cette question que nous reprendrons plus tard et voyons ce que font les pèlerins à bord.

  • 17 En Algérie, les femmes sont alors peu nombreuses à accomplir le pèlerinage et rarement recensées da (...)
  • 18 Un étudiant en sciences religieuses (pas forcément jeune).
  • 19 Muezzin (celui qui lance l’appel à la prière, ou azân).

38Dès les premiers tours d’hélice, les pèlerins se regroupent selon leur origine et cherchent à s’installer le plus commodément possible, les uns dans les entreponts (Phot. 10), les autres dans les spardeks mais de préférence ils aiment mieux étendre leurs nattes ou tapis sur le plancher au centre du navire. Les femmes sont groupées pendant la traversée et installées dans des couchettes que l’on ferme au moyen de couvertures afin de les soustraire selon la coutume indigène aux yeux des pèlerins17. Dès le matin, avant le jour, un taleb18 faisant office de mouedine19 appelle à la prière et alors, pendant des heures entières, tous les versets du Coran sont débités sur des tonalités différentes — la vie du bord commence — Tous les pèlerins montent sur le pont pendant la désinfection du navire /9/ qui a lieu journellement sous la surveillance du médecin et du commissaire du gouvernement.

  • 20 Une « loupe » est une tumeur sous-cutanée. Une « phlegmon » est une inflammation du tissu conjoncti (...)

39À neuf heures du matin, avait lieu la visite médicale. Nombreux ont été au cours du voyage les cas de dysenterie soignés par le docteur Laure. Surtout au retour du pèlerinage. Ce praticien a effectué aussi avec succès plusieurs opérations, enlèvement de loupes, de phlegmons20, points de suture à des plaies, soins de plaies, syphilitiques, etc, etc… et dans la circonstance je considère comme un devoir de signaler à l’administration le zèle et le dévouement de M. le docteur Laure qui ont beaucoup contribué à maintenir le bon état sanitaire des pèlerins pendant la traversée de l’aller et du retour.

  • 21 Morceaux de fonte servant à lester un navire.

40Quelques indigènes, atteints de maladies graves avant leur embarquement, ont succombé en cours du voyage et ont été immergés. Voici en deux mots la cérémonie. Environ six heures après la constatation du décès, le cadavre, préalablement lavé selon la coutume indigène, est enveloppé dans ses effets que recouvre un linceul blanc, puis il est placé sur une large planche (Phot. 11). Plusieurs gueuses21 en fonte de 20 à 25 kg sont fortement liées aux pieds et aux genoux. Après les prières faites par les pèlerins, sur l’indication du commissaire du gouvernement, la planche fait bascule et le cadavre coule de suite au fond de la mer. Cette cérémonie très simple est faite avec toute la décence désirable. Sur ma demande, tous les objets de literie ayant servi à des indigènes décédés à bord sont également jetés à la mer.

  • 22 Aux termes de l’article 1er de l’arrêté du 10 décembre 1894, chaque pèlerin doit justifier qu’il di (...)

41À cette occasion je crois devoir signaler à l’attention de l’administration supérieure qu’en dehors de deux indigènes décédés laissant le premier 300 fr et le second 75 fr les douze autres n’avaient pas un centime sur eux et j’ai constaté que le plus grand nombre de pèlerins soit du département d’Oran, /10/ soit du département de Constantine n’avaient pas rempli l’obligation, que leur impose l’administration avant le départ, de se munir au moins d’une somme de mille francs pour effectuer le voyage22. Il est incontestable que la même somme de 1 000 fr a dû servir dans chaque région à plusieurs pèlerins ou qu’ils se sont fait prêter cette somme pendant le temps nécessaire à en justifier la possession devant l’autorité locale.

42J’estime que pour l’avenir il y aurait lieu, au moment de l’embarquement, de faire procéder, soit par un agent supérieur de la police, soit par un fonctionnaire de la préfecture, l’administrateur détaché par exemple, à la vérification de la possession réelle de la somme de mille francs, déduction faite bien entendu de la somme payée pour le passage aller et retour. Une colonne serait réservée sur les listes mentionnant le chiffre de la somme par chacun emportée. Ce contrôle permettrait au commissaire du gouvernement, en cas de décès à bord surtout dans la traversée de l’aller, de constater si le pèlerin décédé n’a pas été dépouillé par ses voisins.

43La distribution de l’eau qui commence tous les jours à 6 heures du matin pour se terminer vers 11 heures, la préparation de la nourriture, les prescriptions qui leur sont dictées par leurs coreligionnaires ayant déjà effectué plusieurs fois le pèlerinage, sur ce qu’ils auront à faire dès leur arrivée en terre sainte, occupe les loisirs de cette phalange de croyants qui commencent déjà en mer Rouge à se croire dans l’antichambre du paradis.

44Mais quelle désillusion au retour !!!!!

  • 23 Le commissaire du gouvernement à bord du Savoie note dans son rapport de pèlerinage : « Partis d’Al (...)

45Après une tempête épouvantable à la suite de laquelle le vapeur « La Savoie », chargé de pèlerins pris à Alger, ne pouvant plus tenir la mer a été obligé de relâcher dans un port de Tunisie23.

46Nous arrivons le 3 février à 5 h du matin à Port-Saïd. /11/

  • 24 Ville nouvelle, Port-Saïd commence à se développer pendant la première moitié de la décennie 1860 s (...)

47Les formalités du passage du canal nous permettent de descendre à terre, de visiter la ville (Phot. 12.13.14)24 et de nous rendre compte que l’influence française jouera encore pendant quelques années un rôle prépondérant dans ce pays. Tout le monde y parle couramment le français et notre étonnement s’accentue en constatant que tous les journaux locaux sont imprimés en langue française. Port-Saïd est la ville cosmopolite par excellence, où la vie matérielle est très chère en raison des approvisionnements journaliers des bateaux à vapeur. C’est aussi la porte d’entrée de la Chine, des Indes, du Japon, de l’Afrique orientale où les voyageurs inexpérimentés et avides de posséder des objets nouveaux pour eux offrent à l’exploitation des négociants en tous genres de ce pays une proie facile.

  • 25 Le bâtiment qui figure sur la photographie n° 15 est le palais de la Compagnie dont les travaux ont (...)
  • 26 Le chiffre d’affaires de la Compagnie en 1904 est l’un des plus élevés de la décennie mais connaît (...)

48À la direction du canal (Phot. 1525) qui est l’âme de l’entreprise, je n’hésite pas à prendre, en véritable reporter, des indications précises sur l’historique du canal et sur son développement progressif /12/ qui m’amènent à savoir qu’en moyenne les bénéfices annuels du canal représentent la somme énorme de 133 millions, que les dépenses moyennes étant de 29 millions, les bénéfices réels se chiffrent par la somme de 104 millions. On ne saurait donc être étonné que les actions émises à la création à 500 £ soient cotées aujourd’hui à la bourse à 4 475 £26.

  • 27 La statue de Ferdinand de Lesseps (1805 – 1894), œuvre du sculpteur Frémiet, fut inaugurée le 17 no (...)
  • 28 La mainmise britannique sur l’Égypte commence avec le rachat des actions du canal détenues par le k (...)

49Aussi lorsqu’on passe devant la statue de Lesseps27 (Phot. 16 et 17. Inauguration de la statue), étendant le bras pour indiquer au monde le travail entrepris par les Français, est-on fier d’être Français. Mais hélas, lorsqu’on va au fond des choses et quand on songe que ce travail gigantesque est complètement tombé entre les mains des Anglais, dont la prépondérance s’accentue tous les jours de plus en plus en Égypte, dans ce pays en formation, on éprouve une sérieuse désillusion28.

50Le canal de Suez a été ouvert le 20 novembre 1869 (Phot. 18).

51C’est l’impératrice Eugénie qui l’a inauguré.

  • 29 Il s’agit en réalité de la convention de Constantinople du 29 octobre 1888 qui précise dans son art (...)

52Il a été déclaré neutre par une convention internationale signée le 24 octobre 188729.

53L’article 1er de ce traité spécifie que le canal de Suez sera toujours libre et ouvert en temps de paix comme en temps de guerre, à tout navire de commerce ou de guerre, sans distinction de pavillon. Le canal ne doit jamais être assujetti à l’exercice du droit de blocus. /13/

  • 30 On appelait alors l’Empire ottoman « Turquie », laquelle s’étendait donc bien au-delà des frontière (...)

54Le canal maritime restant ouvert en temps de guerre comme passage libre, les puissances contractantes, France, Allemagne, Autriche, Angleterre, Espagne, Italie, Pays-Bas, Russie et Turquie30, se sont engagées à n’exercer, dans ce voyage, aucun acte d’hostilité ou aucun acte ayant pour but d’entraver la libre navigation soit dans le canal, soit dans ses ports d’accès, ainsi que dans un rayon de trois mille marins de ces ports, alors même que l’Empire ottoman serait l’un des belligérants.

55Et, d’autre part, les bateaux de guerre des belligérants ne peuvent se ravitailler ou s’approvisionner dans le canal et ses ports d’accès que dans la limite strictement nécessaire et leur travail doit s’effectuer sans autre retard que celui des nécessités du service à Port-Saïd et dans la rade de Suez, le séjour ne peut, sauf en cas de relâche forcée, dépasser 24 heures. Un intervalle de 24 heures également doit toujours s’écouler entre la sortie d’un navire belligérant et le départ d’un navire de la puissance ennemie. Cette précaution ne serait pas inutile si, par exemple, des vaisseaux russes, allemands, français ou anglais, en cas de conflagration entre ces pays, s’engageaient simultanément dans le canal de Suez. Au premier coup de canon échangé, un vaisseau coulé interromprait pour longtemps la circulation dans le canal.

56N’est-ce donc pas là ce qu’on pourrait appeler un leurre diplomatique ? Car il sera toujours possible à une puissance quelconque d’empêcher le passage du canal de Suez quand bon lui semblera ; nous en voyons un exemple à notre retour de pèlerinage à Port-Saïd où, comme par hasard, un charbonnier russe a été coulé par un navire d’une autre nation, juste à l’entrée du canal, en face des bureaux de la direction. Si l’abordage avait eu lieu deux minutes /14/ plus tard, l’entrée du canal était obstruée pour un mois au moins. Que seraient devenues dans ce cas les conventions internationales ??

57L’escadre volante russe (Phot. 19) nous a précédés de quelques jours dans le canal et nous voyons, en quittant Port-Saïd, dans un coin du port, dix bateaux marchands chargés de charbon pour la ravitailler, qui n’attendent qu’un ordre pour se mettre en route.

58Voyons rapidement ce qu’est l’œuvre de Ferdinand de Lesseps. L’entrée du canal maritime (Phot. 20) est convenablement située à l’extrémité intérieure des bassins, sa longueur totale, depuis le grand phare de Port-Saïd jusqu’à sa sortie dans la mer Rouge, à Suez est d’environ 165 km sur lesquels il faut compter 133 km réellement canalisés et 28 km de navigation dans les lacs Timsah, dans le grand lac et dans les lacs Amers. Des dragages ont été exécutés dans toute la longueur du lac Timsah et du petit lac Amer, mais dans une partie seulement du grand lac Amer, ne laissant intacte qu’une étendue de 14 km de ce dernier, où la profondeur naturelle excédait celle du canal.

59Largeur et profondeur. La largeur du canal à la surface, dans la plus grande /15/ partie de sa longueur, est d’environ 100 m ; la largeur du plafond est de 22 m et la profondeur que la Compagnie, dès le début, s’est engagée à maintenir est de 8 m.

60Ni cette largeur, ni cette profondeur ne sont suffisantes pour les besoins toujours croissants de la navigation, aussi a-t-on travaillé activement depuis quelques années à des dragages sérieux, qui ont donné les résultats suivants : en 1891, la profondeur du canal d’une extrémité à l’autre était de 8 m 5 et en certaines parties de Port-Saïd à Kantara, sur une longueur de 48 km et entre Suez et la gare Gilleaume, sur une distance de 13 km, il a été très élargi, et les navires dans ces parties du canal sont autorisés à se croiser sans attendre les gares.

61Dans trois endroits où le canal traverse un terrain élevé et où les travaux d’exécution eussent été très considérables, la largeur de la surface a été réduite à 60 m. Ces trois points sont à El Guirs, au Serapéum et Chalouf, la largeur du plafond est généralement la même partout.

62Le canal maritime est divisé en kilomètres numérotés à partir de Port-Saïd.

63Balises et bouées. Les balises et bouées (Phot. 21) indiquant la partie profonde du chenal, d’une extrémité à l’autre du canal, sont peintes de la façon suivante : celles du côté est sont noires avec la pointe blanche ; celles du côté ouest sont rouges ; lorsqu’il se trouve des roches sur le bord du chenal, elles sont indiquées par une bouée en forme de baril, surmontée d’une perche portant une cage.

64Tous les 200 m des points fixes pour l’amarrage sont établis sur les berges ; ils sont assez forts pour permettre aux plus gros navires de se haler. /16/

65Navigation de Nuit. Il existe dans le canal, tous les 10 km des espaces plus larges, appelés gares (Phot. 22) où les bâtiments peuvent se ranger pour laisser place à ceux qui viennent à contre-bord. Dans chaque gare il existe un poste de signaux. Les nécessités de la navigation ont obligé, il y a quelques années, la Compagnie, à prendre des dispositions pour permettre le passage de nuit, et actuellement, grâce à un système d’éclairage, de feux de direction, de bouées lumineuses et de balises, tous les bâtiments peuvent transiter de nuit s’ils ont à bord les projecteurs et lampes électriques (voir l’appareil à l’avant du navire dont la photographie est ci-contre n° 23) exigés par les règlements de la Compagnie. Ceux qui n’en ont pas peuvent se les procurer soit à Suez, soit à Port-Saïd au prix de 600 fr pour le passage du canal. C’est ce que l’« America » a payé.

66Éclairage du canal.

67Le canal est éclairé par des feux de direction brillants, placés aux extrémités de toutes les parties rectilignes, et, dans l’intervalle, lorsque ces parties ont une certaine longueur. Chaque coude est, en outre, indiqué par un nombre plus ou moins considérable de feux colorés, rouges auprès de la rive africaine ou Ouest, et verts auprès de la rive asiatique ou Est.

68À l’entrée, à la sortie du canal, à Port-Saïd et à Suez existent des phares à feux fixes (Phot. 24). /17/ Tout navire voulant passer le canal doit payer un droit d’après son tonnage et 10 fr par passager.

69Notre vapeur « America » a payé pour l’aller et le retour la somme de 60 104 fr. Du reste voici un aperçu du transit journalier du canal.

[Extraits des journaux de Port-Saïd
« Canal de Suez.
23 navires ont transité le canal de Suez dans les journées du 28 et 29 janvier et ont acquitté fr. 608 666,97 de droits de transit et de passagers.
De ces navires 11 étaient anglais, 7 allemands, 1 norvégien, 1 français, 2 hollandais, 1 russe.
Les recettes du 1er au 29 janvier se sont élevées à fr. 10 463 037,65 pour 413 navires. »
« Canal de Suez.
13 navires ont transité le canal maritime de Suez dans la journée du 31 janvier et ont acquitté 358 462 fr. 22 c. de droits de transit et de passagers.
De ces navires 9 étaient anglais, 2 allemands, 1 hollandais et 1 français.
Le total des recettes du 1er eu 31 janvier s’est élevé à 11134 898 fr. 54 c. »]

70À quelques kilomètres en quittant Port-Saïd nous remarquons un lazaret nouvellement construit par le gouvernement égyptien (Photo 25) et qui doit certainement être une succursale du lazaret de Tor.

71Cet établissement n’est pas encore entré en fonctionnement car tout est fermé. Un ponton permet aux navires de descendre les malades sur un plan incliné et un wagonnet les transporte directement à l’intérieur du lazaret. /18/

72Suez que nous ne voyons qu’en passant n’offre qu’un intérêt très relatif. Car nous ne pouvons pas visiter la ville en raison de son éloignement. Nous remarquons néanmoins que l’activité du commerce a donné naissance à une deuxième ville qui s’est créée d’elle-même le long du canal.

  • 31 L’agence consulaire de France à Suez a été transformée en consulat en 1864.

73Le consulat de France (Phot. 26)31 est la première maison qui frappe nos yeux à la sortie. Une église, enfin un square au milieu de la verdure duquel se détache un socle de marbre surmonté du buste de Ferdinand de Lesseps (Phot. 27).

74Nos pèlerins poussent alors une exclamation ! Nous voici donc enfin dans la mer Rouge.

75La baie de Suez est immense entourée de montagnes absolument dénudées. Au moment du lever du soleil ces montagnes projettent dans la mer des reflets rouge-sang. Le 4 février, à 8 heures du matin par une température plutôt froide l’« America » lève l’ancre.

76Sur la traversée de la mer Rouge en quittant Suez nous trouvons, des deux côtés, des plaines ondulées coupées par des torrents s’élevant graduellement jusqu’aux pieds des montagnes.

77À droite (côté Afrique) nous remarquons le Djebel Hammam de 494 m, le Djebel Mokateb 714 m, le Djebel Oum Shoumer 2 540 m. /19/

78À gauche (côté Turquie) les montagnes d’Attakah 830 m, le Djebel Abou Deradj 1 245 m.

79Le pic isolé de la Lune noire dans la grande plaine de Zafarona 82 m, le Djebel Gharib 1 245 m.

80Toutes ces montagnes sont arides, dénudées où l’on n’aperçoit pas l’ombre de végétation, ni de vie. C’est un pays absolument désert et inhabité.

81La monotonie de la traversée est coupée par la quantité de navires que nous rencontrons. Mais plus nous avançons du côté de la terre sainte, plus on se rend compte de la fièvre qui commence à s’emparer des pèlerins.

82Le 5 février, pendant la nuit, nous rencontrons les îles Asbrafi. L’île Jubal qui a donné son nom au détroit dont le principal sommet est à 125 m au-dessus du niveau de la mer. L’île de Shadwan, de 251 m, à l’extrémité de laquelle se trouve un feu tournant blanc et rouge qui indique l’entrée et la sortie du détroit de Jubal. Ces différents feux sont entretenus (c’est là un fait à remarquer) par le gouvernement égyptien.

  • 32 Il s’agit du port de Rabigh, situé à environ 100 km au nord de Djeddah.

83C’est dans la journée du 7 février qu’il m’a été permis d’étudier la mentalité des pèlerins auxquels les indigènes ayant déjà effectué le pèlerinage avaient annoncé que, dans la soirée, nous arriverions à « Rabagh »32.

84En prévision des prescriptions coraniques imposées aux pèlerins, je prie le commandant Luciani de faire tout le long du bord installer des bâches de façon à permettre aux pèlerins de procéder à leur toilette.

85Il est neuf heures du soir lorsque, signe convenu, je fais siffler pour annoncer aux pèlerins que le navire se trouve devant la montagne « Rabagh ». /20/

86Immédiatement une fièvre intense s’empare du navire ; de tous les coins les indigènes sortent pour prendre, après les ablutions prescrites, la tenue réglementaire (Phot. 28 et 29).

  • 33 La transcription exacte est (Gillote ayant interverti ou omis certains termes du verset) : « Labbay (...)

87Jamais, dans ma longue existence administrative, il ne m’a été donné d’assister à un spectacle pareil. Aucune force, aucune puissance humaine ne pourrait lutter contre cette excitation cérébrale qui avoisine le délire. Les hommes se mettent nus sur le pont. Ce sont des cris de joie car, d’après le Coran, chaque pèlerin est obligé d’annoncer à haute voix qu’il va procéder aux rites consacrés en prononçant cette phrase qui s’adresse à Dieu : « Labbik allahoma, Labbik la charika, Laka Ima amima oua El hamada Laka la charika laka Labbik » [Me voici, Ô mon Dieu, me voici. Tu n’as pas d’associé, me voici. En vérité, la louange et la grâce t’appartiennent ainsi que la royauté. Tu n’as pas d’associé, me voici.]33.

ﻟﱠﺒﻴك اﻟﱠﻟﻬﻢﱠ ﻟﺒﻴك ﻟﺒﻴك ﻻ ښﺑك لك اﭟ اﻟﻧﻌﻤﺔ واﻟﺣﻤڕ لك ﻻ ݽڊك لك ﻟﺒﻴك

88Dans les compartiments de 1ère classe, une femme de Tlemcen aide les hommes maladroits ou malades à se dévêtir. Il n’y a plus ni sexe ni rien. C’est l’hystérie religieuse dans toute la force du terme.

89Et pourquoi ? /21/

  • 34 Le port différencié de l’ihrâm signalé par Gillotte n’a rien de canonique. Il était probablement en (...)

90C’est que dès que le pèlerin est arrivé à la limite du territoire sacré « le Hedjaz » il est obligé de revêtir le « ihrâm », vêtement prescrit par Mahomet (Phot. 30 et 31). Il se compose d’une sorte de pagne en toile blanche neuve et sans couture. Les prescriptions coraniques veulent aussi que chaque pèlerin avant de revêtir le « ihrâm » se rase toutes les parties du corps, se coupe les ongles et pense en lui-même comment il entend faire son pèlerinage « Omra ou Hadj ». D’après les rites hanéfite, malékite, chafféite et hanbalite, les quatre grandes sectes religieuses du monde musulman le « ihrâm » se porte de différentes manières34.

91L’hanéfite porte le « ihrâm » à la hauteur du nombril, la deuxième serviette qui le compose doit couvrir l’épaule gauche.

92Le malékite porte le « ihrâm » à la hauteur du nombril entourant le corps, la deuxième serviette doit couvrir le dos et les deux épaules.

93La religion prescrit la séparation des deux serviettes mais cette séparation n’est pas illicite. Il est formellement prescrit par la religion que tout musulman doit de plus avoir la tête découverte sauf en cas de maladie. Il fait alors un jeûne de trois jours, ou bien il tue un mouton ou bien encore il nourrit six pauvres.

94Bon nombre de pèlerins ont aujourd’hui trouvé le moyen de tourner la difficulté. /22/ Ils remédient à cet inconvénient par les chaleurs torrides qu’ils endurent en se munissant d’un parapluie ou d’une ombrelle, instrument que Mahomet n’avait pas prévu, et qui est parfaitement admis et de mode aujourd’hui.

  • 35 Ces droits sanitaires sont destinés à financer les équipements sanitaires du Hedjaz ainsi que les s (...)
  • 36 La « patente » est le document délivré par les autorités portuaires constatant l’état sanitaire d’u (...)
  • 37 Terme générique pour ces embarcations à voile qui font l’essentiel du commerce à l’intérieur de la (...)

95Dès que le navire est mouillé, le médecin de la santé arrive à bord (Phot. 32) et immédiatement avant toute chose exige du commandant les droits sanitaires35, s’empare ensuite de la patente du certificat de mesurage36. C’est tout. Il se soucie fort peu de l’état sanitaire qui, pour lui, est chose absolument secondaire. Dès que le pavillon de la santé est amené, une flottille de « sambouks37 » (Phot. 33) grandes barques à voile susceptibles de contenir 100 à 150 pèlerins se détache du rivage et fond sur le navire. C’est la prise d’assaut contre laquelle aucune mesure de police n’est possible.

96Les échelles ne permettent pas l’écoulement rapide de cette grappe humaine, les femmes, les enfants, les vieillards sont descendus dans les barques par des cordages qui quelquefois ne résistent pas au poids (Phot. 34).

97C’est ainsi que huit pèlerins tunisiens voulant descendre du vapeur italien « Tirreno » se sont noyés. Une véritable grappe humaine avait été précipitée dans la mer par suite de la rupture d’un cordage. /23/

98Dès qu’un sambouk contient un nombre de pèlerins jugé suffisant pour ne pas couler, le patron de la barque fait voile sur Djeddah (Phot. 35).

99En raison du tonnage du vapeur « America », comme nous le verrons plus loin, nous avons été obligés de mouiller dans la rade extérieure. La traversée dure une heure par bon vent.

100Avant d’accoster, le samboukier amène la voile (Phot. 36) et exige de chaque pèlerin la somme de 2 fr 50.

101C’est par là que débute le pèlerinage. Mais à ce moment le pèlerin ne compte pas : lui demanderait-on 5 fr par place qu’il ne songerait pas un instant à marchander. Les places étant intégralement payées, à l’aide d’une grande perche, le samboukier débarque sa marchandise humaine et repart prendre un autre chargement (Phot. 37).

102Pendant ce temps, les nouveaux arrivés sur la terre sainte sont encore invités à verser individuellement à l’Office sanitaire une nouvelle somme de 2 fr 25 pour droit de « tazkaret ».

  • 38 Ticket en turc.

103Le « tazkaret38 » est un droit que perçoit le gouvernement ottoman sur tout étranger mettant le pied dans le Hedjaz.

104Régulièrement la perception de ce droit devrait être constatée par la remise /24/ à chaque pèlerin d’une carte de laissez-passer, mais dans la pratique cette remise n’a pas lieu. Il en résulte des abus de la part de certains agents subalternes attachés soit à la police soit au service de santé, qui n’hésitent pas à exiger des pèlerins non encore initiés au système de bakchich le double ou le triple paiement du même droit.

  • 39 L’aménagement du débarcadère fait partie des nombreux travaux conduits par les autorités ottomanes (...)
  • 40 Le douro espagnol est une unité monétaire parallèle.
  • 41 Nombreux sont alors les consuls à se plaindre du non-paiement du visa par les pèlerins algériens ou (...)

105La barrière39 s’ouvre néanmoins et voilà nos pèlerins sur la grand place de Djeddah (Phot. 38 et 39). Munis de leurs passeports français, ils se rendent au consulat pour faire viser leurs pièces. C’est encore un douro40 qu’il faut sortir de la ceinture. Mais là se passe un fait bizarre. La porte du consulat est littéralement envahie car tous les pèlerins veulent individuellement être les premiers servis et comme le consul ne dispose d’aucun agent de police, c’est la raison du plus fort qui domine. De sorte que bon nombre de nos ressortissants, ne voulant pas perdre une journée à attendre à la porte du consulat, préfèrent se dispenser du visa. C’est du reste ce que font tous les pèlerins ayant déjà accompli une ou deux fois le voyage de La Mecque41.

106Dans l’intérêt des pèlerins, dans l’intérêt même du consul qui ne peut pas, en raison du nombre considérable de passeports qu’il doit viser, remplir séance tenante cette formalité, j’estime qu’il y aurait lieu de supprimer cette obligation qui ne signifie /25/ rien dans le Hedjaz, les autorités ottomanes ayant autre chose à faire pendant la durée du pèlerinage que de vérifier l’identité des sujets musulmans. Le simple permis de voyage suffirait.

  • 42 Cette suggestion est vraisemblablement inspirée du précédent britannique : en 1897, à l’occasion du (...)

107Toutefois, avant le départ chaque pèlerin algérien devrait être tenu de verser la somme de 5 fr prévue pour le visa du consulat à Djeddah. Cette somme formerait un fonds commun qui serait adressé au gouvernement général de l’Algérie obligé tous les ans d’envoyer de fortes sommes au consul de Djeddah et servirait au rapatriement des indigents et des individus venus à La Mecque sans autorisation42.

108Puisque nous parlons du visa donné par le consulat, je crois devoir rendre compte à l’administration supérieure d’un fait qui, au point de vue politique, peut avoir une certaine importance.

  • 43 Après l’établissement du protectorat français en Tunisie en 1881, les pèlerins tunisiens auraient, (...)

109Les Tunisiens désireux de faire le pèlerinage sont, comme nos sujets Algériens, nantis d’un passeport qu’ils doivent faire également viser par le consul de France. Or le 24 février, le kaïmakam, lieutenant-gouverneur de Djeddah, a écrit au consul de France pour protester au nom du sultan et faire connaître à cet agent diplomatique que la Sublime Porte ne reconnaissait pas le protectorat de la France sur les sujets tunisiens musulmans43.

110M. Féer faisant fonctions de consul a estimé que la lettre du kaïmakam ne méritait aucune réponse, et cela d’autant mieux que le gouvernement tunisien a envoyé comme présent au grand chérif de La Mecque une somme de 100 000 fr ou dix traites de 10 000 fr prises au nom du consul de France.

  • 44 Cette maison de commerce était l’un des rares établissements européens demeurés à Djeddah après la (...)

111L’échange de traites contre de l’or du pays affecté à Djeddah à la /26/ banque Galimberti44 par M. Rosemberg a rapporté à ce dernier la modique somme de 3 000 fr.

  • 45 Il s’agit de la surra, revenu issu du produit des fondations pieuses (habous, autrement appelés waq (...)

112Voici donc l’autorité ottomane qui ne reconnaît pas le protectorat de la France sur les sujets Tunisiens musulmans mais qui néanmoins accepte du consul de France la somme de 100 000 fr envoyée par le gouvernement tunisien45.

113Si je porte ce fait à la connaissance de l’administration supérieure, c’est qu’il est d’une rigoureuse exactitude.

114Dès qu’il sort du consulat, le pèlerin envahit les bureaux de poste de Djeddah (Phot. 40) pour avoir des timbres et annoncer à sa famille qu’il est arrivé à bon port, le mouvement est naturel et nous constatons que l’exploitation du pèlerin n’est pas un vain mot. À la porte même du bureau de poste sont installés des écrivains publics qui, moyennant la somme de 1, 2, 3 fr, selon la longueur de la lettre à écrire mettent leur savoir à la disposition des pèlerins.

115Un des indigènes embarqué par-dessus bord par le commandant en qualité de recruteur de pèlerins à Bône m’a affirmé que dans la journée du 8 février il avait gagné 125 fr en confectionnant des lettres pour les uns et les autres. Jolie prébende, mais le pèlerin ne songe pas un seul instant à récriminer.

  • 46 Muttawif : guide du pèlerinage, membre d’une corporation mecquoise chargée d’assister les pèlerins.

116De la poste dont nous aurons l’occasion de parler en visitant Djeddah que fait ce pèlerin anxieux, enfiévré par le désir qu’il éprouve, de partir de suite à La Mecque ? Il cherche un guide qui va le conduire chez le métaouaf46 agent d’affaires du grand chérif qui doit lui procurer les moyens de transport.

117Mais ce métaouaf est introuvable, il n’arrivera que le lendemain ou le surlendemain /27/ avec les chameaux nécessaires à la formation de la caravane.

118Les 10 ou 12 chameaux qui stationnent en dehors du mur d’enceinte de Djeddah n’entreront dans la ville que lorsque le grand chérif aura télégraphié. Et pour qu’il télégraphie, il faut que tous les négociants réunis, après avoir commencé à pressurer les pèlerins se déclarent eux-mêmes déjà satisfaits, ayant eu soin préalablement d’adresser au grand pontife sa part dans les bénéfices. Nous verrons dans la suite comment les musulmans eux-mêmes résidant à Djeddah envisagent le pèlerinage.

119Arrivés à Djeddah le 7 février, les pèlerins algériens n’ont pu partir à La Mecque que le 9 dans l’après-midi. C’est donc déjà, au point de vue hygiénique, une grosse faute. La population stationnaire de Djeddah est de 30 000 habitants environ.

  • 47 Selon l’Office sanitaire de Djeddah, 69 745 pèlerins ont débarqué à Djeddah en 1905.

120Les 39 vaisseaux ancrés à Djeddah avant notre arrivée ont déjà débarqué dans cette ville 70 000 pèlerins venant de toutes les parties du monde47.

  • 48 La dernière épidémie de choléra remonte à mars 1902. Elle a duré 33 jours et a causé la mort de prè (...)

121C’est déjà un grouillement de chair humaine, sans hygiène, sans mœurs, sans eau, sans logis, confinés sur une superficie ne mesurant pas un kilomètre carré, terrain bien préparé pour le développement de microbes de toutes sortes et des maladies épidémiques contre lesquelles nous prenons toutes précautions48.

  • 49 Les écrits occidentaux qualifient fréquemment de « temple » le cube noir autour duquel est édifiée (...)
  • 50 Principal rite du hajj, la « station à ‘Arafât » — que Gillotte orthographie « Aaroffot » — consist (...)
  • 51 Il s’agit de la lapidation symbolique de Satan (Iblîs en arabe). Le « tombeau du diable » semble un (...)
  • 52 Il ne s’agit pas d’un puits (bîr en arabe), mais d’une source. Boire de son eau ne fait pas partie (...)

122Nous allons laisser accomplir les rites du pèlerinage que nous énumèrerons rapidement. Le pèlerin doit exécuter une procession, sept fois le tour du temple de la Kaaba49 ; faire une sorte de course entre Safa et Meroua, stationner sur le mont Arafat50 et procéder, dans la vallée de la Mina, à l’égorgement d’une victime, lancer sept cailloux dans la direction du tombeau du diable Iblis51, baiser la pierre noire et enfin boire de l’eau du puits dénommé « Bir ZemZem »52. /28/

123En attendant le retour des pèlerins, nous occuperons nos loisirs à faire sur Djeddah une étude aussi complète que possible.

124Djeddah, dont l’étymologie arabe signifie le mot de « grand-mère » en raison du souvenir qui s’attache à notre mère Ève dont nous allons dans un moment visiter le tombeau. Djeddah, dis-je, le port de La Mecque, dont il est à 110 km dans l’ouest, est une des places les plus importantes des bords de la mer Rouge.

125Elle est située dans la province du Hedjaz, et dans une vaste plaine de sable qui s’étend en avant d’une chaîne de collines éloignées de 20 km de la mer ; plus dans l’intérieur, le pays est élevé et montagneux.

126Vue du large avec ses minarets blancs, la ville (Phot. 41) présente un aspect imposant : elle est entourée d’un carré de murailles d’un kilomètre de côté avec des tourelles et dont les deux angles du côté de la mer sont commandés par deux forts. Le premier de ces forts sert de caserne à un détachement de soldats turcs, /29/ le second est occupé aujourd’hui par les prisons.

127La ville a trois entrées donnant sur la mer mais deux ne servent plus aujourd’hui. En sortant du pavillon de la santé, on traverse une place immense qui sert de lieu de campement aux pèlerins à l’arrivée et au départ (Phot. 42).

128C’est, pour employer une expression triviale, l’antichambre de la ville de Djeddah où grouillent les pèlerins de toutes les parties du monde et, il faut le dire, un des principaux foyers d’infection.

129On pénètre dans l’intérieur de la ville par la porte de la douane au-dessus de laquelle flotte le pavillon ottoman (Phot. 43).

  • 53 Les avis divergent sur ce point. En 1902, un autre commissaire du gouvernement estimait la populati (...)
  • 54 Gillotte s’est sans doute fondé ici sur les statistiques de l’Office sanitaire transmises aux consu (...)

130Djeddah comptait en 1890, d’après des indications qui m’ont été données par des personnes du pays, 15 000 habitants en dedans des murs et 5 000 environ dans les faubourgs. Mais, depuis cette époque, la population s’est augmentée de 5 000 habitants, ce qui porte aujourd’hui le chiffre de la population stable de Djeddah à 20 000 âmes. Dans ce nombre on compte la moitié de Bédouins et l’autre moitié de Turcs, d’Égyptiens, d’Africains, d’Indiens et de Javanais53. On dit qu’il y passe annuellement près de 80 000 pèlerins54. C’est à ce grand mouvement de la population passagère que Djeddah doit sa vie.

131Trois mosquées ont des minarets visibles de la mer. Ils servent à défaut de signaux /30/ d’amers, pour employer l’expression marine, aux navigateurs.

132Le port intérieur, peut-être l’un des plus extraordinaires par sa configuration, est si bien abrité de tous les vents par les lignes de récifs que la mer y est relativement calme même par les gros temps. Néanmoins pour y arriver, il n’y a qu’une seule route reconnue. C’est celle qui passe à travers une ligne de récifs que l’on est convenu d’appeler la « porte du milieu », la seule qu’un navire du tonnage de l’« America » puisse suivre avec sécurité.

  • 55 Le 10 mars 1902, le navire français Alexandre III ne trouvant pas la « porte du milieu » qui permet (...)

133C’est du reste pour s’être quelque peu écarté de cette route que le vapeur Alexandre III (sur lequel se trouvait mon collègue M. Montières), dont nous apercevons encore le mât hors de l’eau, a dû sa perte il y a trois ans55 (Phot. 44).

  • 56 Il s’agit probablement de ‘Abd al-Qadir al-Tilmisani, un négociant régulièrement mentionné dans les (...)

134Communications. Commerce. Jusqu’à un certain point Djeddah est le principal port de commerce de l’Arabie, de l’Inde, de l’Égypte et de l’Afrique, beaucoup de négociants sont riches et entreprenants (Phot. 45. maison d’un négociant de Tlemcen56).

135Le Juif est avantageusement remplacé par les usuriers musulmans qui font surtout main basse sur les usuriers du monde entier.

  • 57 Cette mention est inexacte. La Compagnie britannique des Indes orientales a été officiellement diss (...)

136Les paquebots égyptiens venant de Suez y font escale chaque mois pour assurer le service postal à l’état embryonnaire (nous le verrons plus loin) et les vapeurs de la Compagnie anglaise des Indes y touchent toutes les six semaines57.

  • 58 Créée à Paris le 16 juin 1891, la société du Tombac dispose du droit exclusif d’importation en Turq (...)

137Les exportations consistent en cafés, gommes, huitres perlières, cuirs et peaux. /31/ Les importations principales relevées à la douane (Phot. 46) sont les laines, le blé, l’orge, les dattes de provenances diverses, Afrique et Russie, le thé venant de Bombay, des Indes et de la Chine, le tabac monopolisé dans le Hedjaz par la société du Tombac58, les épices, l’encens, le sucre et enfin les tapis venant de Perse.

  • 59 Depuis le 18 mai 1882, un câble sous-marin relie Sûakin, port du Soudan, à Djeddah. En 1901, une li (...)

138Djeddah est en communication par câble télégraphique avec Souakim59 et, de là, par Suez et Aden avec toutes les parties du monde où il existe un service télégraphique. Pour Marseille, chaque mot coûte 4 fr 20.

139Djeddah est aussi reliée à La Mecque par un fil. Médine avait aussi une communication directe avec Djeddah, mais les Bédouins ont détruit la ligne et le gouvernement ottoman ne songe nullement à la rétablir.

  • 60 Voir photographie n° 40.

140Puisque nous parlons des postes et télégraphes, voyons ce qui s’y passe. Extérieurement la maison est assez élégante (Phot. 47)60 mais, dès qu’on entre dans le bureau, la physionomie change. Je demande des timbres et des cartes postales. Il n’y en a pas. Si le directeur vient dans la journée, l’agent me fait connaître qu’il lui en demandera. Tout le monde va et vient à sa guise dans le bureau. Les lettres, les correspondances sont déposées dans un coin où chacun va procéder à l’inspection. Chacun prend et retire du tas les correspondances de tel ou tel navire, sans contrôle aucun. Malgré cela, les employés sont nombreux et se regardent tous.

141Les consuls seuls à Djeddah peuvent recevoir les journaux. Tous ceux qui nous étaient adressés étaient retenus. C’est, paraît-il, un ordre de la Sublime Porte.

  • 61 « Gloire à Dieu », expression courante pour exprimer le soulagement ou l’admiration.

142Au premier étage est installé le télégraphe. Les appareils sont sales, pleins de vert-de-gris, /32/ mais ils fonctionnent tout de même. Les latrines de la maison sont contigües au bureau. J’aperçois, dans un coin des latrines, une grande jarre paraissant contenir de l’eau. Un gobelet en fer blanc est déposé sur le couvercle de bois. Je demande à un employé à quel usage est destiné cette eau : c’est l’eau que nous buvons me répondit-il, et, joignant le geste à la parole, il m’offre un gobelet d’eau qu’il vient en ma présence de puiser dans la jarre. Je le remercie et, comme j’hésite à boire, il avale d’un trait le contenu du gobelet et pousse un soupir de soulagement auquel je réponds par un Hamdoullah61 formidable.

143L’eau à Djeddah mérite d’attirer un instant notre attention.

144La chute des pluies annuelles se borne à quelques averses en décembre et en janvier. On en profite pour remplir les nombreuses citernes et les réservoirs qui sont des propriétés individuelles dont chacun tire profit. C’est la provision de toute l’année. Aussi, à l’époque du passage des pèlerins, l’eau atteint-elle un prix fabuleux. Au retour de La Mecque les pèlerins paient jusqu’à deux piastres le litre d’eau (40 centimes).

145De grands travaux ont été effectués par le gouvernement ottoman pour amener de l’eau à Djeddah.

146Des puits avec des pompes élévatoires ont fait merveille pendant quelques années. L’eau coulait à pleins bords. Tout le monde était émerveillé mais, plus l’eau coulait, plus les bénéfices d’une certaine catégorie d’habitants diminuaient.

147Les curieux, les indiscrets sont venus visiter les machines.

148Ces curieux, ces indiscrets qui voulaient se rendre compte du fonctionnement du mécanisme n’étaient autres que les propriétaires des citernes où l’eau de pluie est recueillie et vendue /33/ à prix d’or.

  • 62 Gillotte tient vraisemblablement cette information d’un rapport du consul de France Hippolyte Guès (...)

149On comprend facilement que ces visites réitérées révélaient une idée de destruction. Comme par hasard, les machines cessèrent un jour de fonctionner et la destruction des conduits fut attribuée à la malveillance des Bédouins. Un fort bakchich fut offert au kaïmakam et l’incident prit ainsi fin62.

150Sans compter les puits (Phot. 48) et les citernes dans Djeddah même, il y a 200 citernes à l’extérieur et à l’entour de la ville, citernes gigantesques, d’une longueur prodigieuse, hautes et larges à l’avenant, pouvant contenir de l’eau pour alimenter la ville pendant deux ans (Phot. 49. puits avec consul de France suivi par un homme de police).

151Mon grand désir était de mesurer la capacité de ces réservoirs. Toutes mes tentatives dans ce but restèrent vaines. Pour donner une idée des dimensions de ces citernes, voici un renseignement recueilli auprès du drogman du consulat de France, personne digne de foi. « Il suffit de dire qu’on a découvert un jour dans l’une d’elles deux chameaux noyés depuis cinq mois surnageant dans cette eau comme deux petits chats dans un bassin ordinaire ».

152L’eau à Djeddah est atrocement mauvaise et malsaine. C’est une marchandise, c’est un trafic, très modeste il est vrai, mais assez important puisque bon an mal an il procure aux propriétaires de citernes syndiqués un profit d’un million 1/2.

  • 63 Gillotte a écrit « inaugurer ».
  • 64 Depuis leur apparition dans l’Empire ottoman au cours des années 1860 – 1870, des municipalités com (...)

153Les Rues. Depuis mon départ d’Oran les renseignements recueillis auprès des uns et des autres ne me permettaient de ne rien augurer63 de bon de Djeddah. Le tableau /34/ qui m’avait été représenté de la ville me laissait supposer que Djeddah ne pouvait avoir d’autre aspect que celui d’un village nègre algérien (Phot. 50). Quel n’a pas été mon étonnement de trouver en Djeddah une ville coquette, propre même, avec un service de voirie parfaitement organisé64.

  • 65 Cette bonne organisation des services de l’hygiène ne survivra pas au départ du kaïmakam Ali Yumni (...)

154Dans des brouettes, des nègres et des prisonniers recueillent le gros des ordures plusieurs fois par jour. Les chiens, les chats (Phot. 51), les aigles et, il faut le dire aussi, les mendiants, font le reste. Nous y trouvons même un chameau arroseur (Phot. 52)65.

155En dehors de la rue principale traversant les bazars (Phot. 53) pour arriver au quartier neuf, dit des consulats, et le boulevard des fortifications, il n’existe pas de rues tracées à Djeddah.

  • 66 Les moucharabiés (« rawshân » à Djeddah) et les portes des maisons faisaient en effet partie des él (...)

156Quelques places publiques (Phot. 54. 55) où sont installés des cafés turcs fournissent à la population des lieux de réunion. Les rues ordinaires sont tortueuses, étroites, sans alignement, où, au moyen d’une planche, /35/ on communique facilement d’une maison à l’autre (Phot. 56). Ce fait paraît étrange à première vue étant donné le luxe extérieur des maisons et surtout des sculptures sur bois dont elles sont agrémentées (Phot. 57). Il existe à Djeddah des portes de maisons qui mériteraient de figurer dans les meilleurs de nos musées66.

157Ayant demandé à quelques personnes anciennes du pays la raison pour laquelle aucun alignement n’était observé, j’obtins la raison suivante : « À Djeddah, comme vous avez pu le remarquer vous-même, il y a toujours du vent. Or en été ce vent est surchauffé. Si nos rues étaient droites, toutes les maisons seraient inhabitables ».

158Le même fait existe dans certaines régions de la France, à La Rochelle, à l’île d’Oléron et dans tous les pays où le vent chaud ou froid se fait sentir.

159Les maisons de Djeddah (Phot. 58) sont de véritables bijoux extérieurement. Construites en chaux de corail et en bois, elles présentent un aspect extérieur ravissant. Elles atteignent jusqu’à cinq étages successifs.

160Les rez-de-chaussée ressemblent à de véritables armoires ajourées (Phot. 59) permettant aux propriétaires ou locataires de suivre le mouvement de la rue sans /36/ être vus. C’est le luxe de la construction compris inversement à notre mode de conception du confortable. C’est la construction typique des côtes occidentales, le luxe intérieur en moins. Malheureusement, les maisons de Djeddah (Phot. 60), construites dans les conditions indiquées, ne durent pas longtemps. La chaux de corail s’effrite à l’air, les bois placés dans la maçonnerie pourrissent, et, toutes les années, au moment des pluies, on enregistre des effondrements à la suite desquels on compte de nombreuses victimes. Mais, dans tout le Hedjaz, et en particulier à Djeddah, ces accidents ne s’enregistrent même pas.

  • 67 La photographie n° 67 est un doublon du cliché n° 54.
  • 68 La consommation de boissons alcoolisées en public était tolérée jusqu’à la conquête du Hedjaz par l (...)
  • 69 Les consuls européens de Djeddah étaient alors fréquemment saisis de demandes de protection émanant (...)

161Les cafés. Djeddah possède de nombreux cafés maures mais dans lesquels il n’est permis que de consommer du café (Phot. 61)67. Par contre, chaque consommateur a droit, moyennant dix centimes, à un narguilé. Suprême satisfaction. Pendant notre long stationnement à Djeddah, il nous est arrivé souvent avec des officiers de bord de porter notre déjeuner dans un café. Mais, comme nous buvions du vin, un cabinet spécial nous était réservé dans l’établissement68. Préalablement, nous devions obtenir l’autorisation des douanes de passer notre vin, autorisation qui nous était accordée moyennant le bakchich ordinaire69.

162Les bazars. Le bazar, qui s’étend sur une étendue couverte de plus d’un kilomètre, coupe la ville en deux, présente un aspect des plus curieux.

163À droite et à gauche, existent de petites boutiques sans symétrie aucune.

164Le grilleur de sauterelles frites, de viande, le marchand d’étoffes, l’écrivain public, /37/ le changeur de monnaies de toutes les puissances, le marchand de parfums, le fabricant de beignets à l’huile, le brocanteur, le bimblotier et le pharmacien attitré du sultan font bon ménage. Mais il se dégage, sous cette toiture séculaire, une odeur spéciale.

  • 70 L’affiche a été reproduite en annexe 5. Présent à Djeddah en 1894, le photographe algérois Jules Ge (...)

165Mon attention est attirée par une affiche posée à la porte de la pharmacie écrite en français, en arabe et en turc70. J’ai trouvé là une perle que j’ai tenu à rapporter. Elle se trouve ci-annexée avec le timbre ottoman, ce qui affirme son authenticité.

166Ce dont je suis le plus étonné, c’est de trouver au bazar de Djeddah des articles, jouets d’enfants, à un prix beaucoup moins élevé qu’on ne les paye soit à Alger, rue Bab Azzoum, soit à Oran, boulevard Séguin, bazar européen. Tous ces jouets sont de provenance allemande ou autrichienne. Les Indiens eux-mêmes fournissent les bazardiers mais les prix des objets ayant quelque valeur sont exagérés, surtout pendant la durée du pèlerinage.

167Les tapis qu’on peut avoir d’une façon courante pour 30 ou 40 fr montent de suite à 150, 160 et 200 fr et tout est à l’avenant.

168Les mosquées. Les écoles. D’une façon générale, les mosquées de Djeddah sont bien tenues (Phot. 62). Elles sont vastes et possèdent tous les locaux nécessaires aux ablutions des pèlerins. Les mosquées ont un aspect sur lequel je dois appeler l’attention. Elles présentent presque toutes la même particularité de la tour de Pise. Elle est certainement due à un vice de construction, mais les fanatiques /38/ de Djeddah prétendent que ce fait est dû aux mécréants, aux chrétiens venus subrepticement visiter les mosquées.

  • 71 L’auteur emploie ici ce mot au sens de maître d’école coranique, alors qu’il signifie « étudiant » (...)

169Les écoles se rapprochent beaucoup de nos écoles indigènes d’il y a 20 ans où le taleb71 armé d’une verge fait entrer à coups redoublés les versets du Coran dans les têtes les plus dures.

170J’ai constaté du reste que les écoles de Djeddah étaient peu fréquentées.

  • 72 Charles Féer est né le 9 février 1875. Diplômé de l’École des Langues orientales vivantes, il comme (...)

171Le consulat de France. Le consulat de France (Phot. 63) à notre arrivée à Djeddah est occupé par M. Féer, Charles, élève consul, faisant fonctions de consul72.

172La maison est immense, bien bâtie, style oriental, l’épaisseur des murs et des terrasses dominant la mer la rend très habitable même par les plus fortes chaleurs. En dehors des pèlerinages annuels, le consul n’a pas à Djeddah de grosses occupations. Le poste est pourtant occupé en temps ordinaire par un vice-consul qui remplit en même temps les mêmes fonctions pour le gouvernement grec et le gouvernement italien.

173Le personnel du consulat ne comprend qu’un interprète (drogman), un cava (huissier) (Phot. 64) et un gardien de nuit.

174En dehors du pèlerinage à La Mecque, notre vice-consul s’occupe des intérêts de nos ressortissants qui, implantés dans le Hedjaz, à La Mecque, à Médine, ont quelquefois des démêlés avec les autorités ottomanes.

  • 73 En 1881, le vice-consul Édouard Suret écrivait : « À Djeddah, il n’y a pas d’hôtels. Le vice-consul (...)

175Nous sommes accueillis au consulat de France avec une amabilité qui fait honneur à notre /39/ représentant qui, du reste, par tous les moyens en son pouvoir, s’efforce de rendre notre séjour à Djeddah des plus agréables73 et nous sommes heureux de constater que la plus grande union existe entre les consuls des différents pays.

176Le consul de Russie habite la maison contigüe au consulat de France.

177Les consuls d’Autriche, de Hollande, d’Allemagne, de Perse résident dans des maisons voisines et c’est pour cette raison que l’on a dénommé cette partie de la ville le quartier des consulats.

  • 74 Il s’agit du médecin indien et vice-consul de Grande-Bretagne à Djeddah Muhammad Husayni. Né vers 1 (...)

178Le consul anglais joue à Djeddah un rôle prépondérant d’abord en sa qualité de médecin, ensuite en sa qualité de musulman74.

179Sa résidence est assez somptueuse et il a obtenu du gouvernement ottoman la création, en face de sa porte, d’un poste de police (Phot. 65) qui, je m’empresse de le dire, surveille en même temps la nuit, les autres consulats.

180Je n’hésite pas à interviewer M. Féer et ce fonctionnaire me donne au point de vue historique sur Djeddah des renseignements que je crois devoir porter à la connaissance de l’administration supérieure, car ils me paraissent intéressants.

  • 75 La révolte a eu lieu en 1858. Les archives du poste ont été détruites à cette occasion, ce qui perm (...)

181Révolte de 185975. Les habitants de Djeddah, après plusieurs réunions, décident qu’ils ne veulent plus de chrétiens dans l’intérieur de la ville.

  • 76 Il s’agit en réalité du 15 juin 1858.

182Un complot se trame contre tous les consulats et le 27 juin76 un chef religieux donne /40/ le signal du massacre.

183M. Page, vice-consul d’Angleterre, est assassiné dans son lit.

184Le consulat de France est surpris comme l’avait été le consulat d’Angleterre. Madame Éveillard est la première frappée mortellement d’un coup de poignard. M. Éveillard, vice-consul de France, et Mlle Éveillard soutiennent la lutte avec une audace inouïe aidés par M. Émerat, chancellier du consulat, qui habitait également l’immeuble.

185Mlle Éveillard est frappée d’une blessure profonde en défendant son vieux père et allait succomber avec lui sous les coups redoublés des assassins lorsque le kaïmakam apparaît et son intervention subite arrête un instant les bras des meurtriers.

  • 77 Dans le témoignage qu’il rédigea à l’attention du consul général d’Alexandrie le 9 juillet 1858 (FO (...)

186À la faveur de la nuit, Mlle Éveillard et sa femme de chambre, bondissant de terrasses en terrasses, trouvent un asile dans une maison turque du voisinage. M. Émerat se blottit dans un coin du consulat où il devient introuvable. Quant à M. Éveillard, déjà blessé au moment de l’attaque, il est achevé d’un coup de massue sur la tête au moment où le kaïmakam tournait le dos77.

187Le gouvernement français et le gouvernement anglais associent leurs efforts pour obtenir immédiatement réparation.

  • 78 Il s’agit plutôt du 23 juillet.

188Le 21 juillet le capitaine de vaisseau Pullen du « Cyclops », au nom des deux gouvernements, demande l’exécution immédiate des assassins sur le point qu’il désignera lui-même78. /41/

189En ce qui concerne la question des indemnités à payer par le gouvernement de Djeddah le commandant du « Cyclops » annonce qu’il ne s’en occupera qu’après l’occupation.

190Il donne au kaïmakam 36 heures pour réfléchir. Le kaïmakam fait une réponse évasive, demande un délai.

191Le 25, au point du jour, le « Cyclops » ayant hissé à son grand mât à côté du pavillon britannique, le pavillon français ouvre le feu.

  • 79 La cible de ces bombardements n’est jamais évoquée dans le rapport du vice-consul britannique Calve (...)

192Dans l’espace de deux heures, huit bordées sont tirées sur le palais du gouverneur (Phot. 66)79. Nouvelles démarches du kaïmakam pour arrêter le bombardement de Djeddah. Refus du capitaine Pullen. Nouveaux bombardements.

193Le 5 août au lever du soleil, en présence d’un détachement de soldats anglais, sur le point indiqué par le commandant du croiseur anglais, 11 des assassins sont décapités sur un banc de corail.

194Les indemnités demandées furent également réglées séance tenante.

  • 80 En France, l’affaire a effectivement pris une ampleur nationale. Le Moniteur du 31 juillet 1858 s’e (...)

195La courageuse conduite de M. Émerat, chancelier du consulat, aidant Mlle Éveillard à défendre son vieux père, rapprocha ces deux cœurs. Mlle Éveillard ayant perdu son soutien et toutes les valeurs que son père possédait ayant été pillées, était réduite à la misère. En raison de sa courageuse conduite, l’impératrice Eugénie, lors de son mariage avec M. Émerat, fit mettre dans la corbeille de noce un chèque de 200 000 fr80.

196La photographie ci-contre (66) représente la résidence du kaïmakam après le bombardement du « Cyclops ». Rien depuis cette époque n’a été touché ! /42/ Le gouvernement ottoman a fait construire depuis un nouveau palais pour son représentant (Phot. 67).

197De 1859 à l’année 1895 aucune nouvelle tentative ne s’est produite contre les consulats.

198Révolte de 1895. Mais le 30 mai 1895 un nouvel épisode se déroula à Djeddah. Il faut pourtant s’empresser de dire que l’attentat qui se produisit n’avait aucun caractère politique.

199Les différentes mesures prises par le gouvernement ottoman sur la demande des puissances excitèrent au plus haut point les courtiers du pèlerinage.

  • 81 Il s’agit en réalité d’une seule et même personne. Envoyé à Djeddah pour la première fois en 1878, (...)
  • 82 Charles Dorville assumait alors les fonctions de drogman et de chancelier du consulat de France.
  • 83 Une semaine après les faits, Charles Dorville a laissé le témoignage suivant des événements : « Le  (...)

200Le consul anglais M. Abderrezag, qui était pourtant un musulman, et le vice-consul, un Indien, furent assassinés81. Le vice-consul de France M. Dorville82 reçut une balle dans la joue, enfin M. Brands, consul de Russie, eut le nez enlevé au moment où tous, en famille, revenaient d’une partie de plaisir dans les environs de Djeddah83.

201La famille de M. Abderrezag reçut diplomatiquement une indemnité de 200 000 fr, M. Dorville 100 000 fr et la croix. M. Brands 100 000 fr.

202L’opinion générale, qui persiste encore aujourd’hui, attribue au grand chérif de La Mecque cet attentat.

203Depuis cette époque, le grand chérif ayant été menacé de destitution si fait semblable se reproduisait, aucun attentat n’a été à enregistrer.

204Au contraire, dès qu’un consul sort de chez lui, il est immédiatement suivi /43/ par un ou deux officiers de police auxquels, à la fin de la promenade à travers la ville, on donne un petit bakchich. Je ne voulais pas y croire mais le fait m’est arrivé le 11 février.

205Les prisons. Des terrasses du consulat de France, j’aperçois un bâtiment de forme bizarre qui attire mon attention. J’apprends que ce sont les prisons (Phot. 68).

  • 84 Du fait de la dualité des autorités exécutives au Hedjaz — chérif et gouverneur —, un même délit pe (...)

206À Djeddah, comme dans tout le Hedjaz du reste, le grand chérif, le vali (préfet) ou le kaïmakam remplissent, chacun dans sa sphère, les fonctions de juge souverain84.

207Un individu, quelle que puisse être son origine, commet-il une faute, même de celles tombant sous le coup de simple police, il est immédiatement appréhendé et conduit devant le chef de l’autorité qui condamne toujours, mais qui, empressons-nous de le dire, laisse toujours au condamné le soin de racheter sa faute en payant selon ses moyens une somme fixée par le juge.

208Dans le cas où il ne possède rien, c’est l’emprisonnement, agrémenté généralement de coups de trique appliqués sur la plante des pieds.

209La première peine n’est jamais prononcée sans la seconde.

210Ainsi quand un condamné rentre dans la prison que nous avons sous les yeux, il ne sait jamais, me disait M. Féer, quand il en sortira.

211Le juge prononce toujours sa sentence en dernier ressort.

212Au moment du pèlerinage, des abus sans nombre sont commis par les agents de toutes sortes à l’encontre de nos pèlerins qui préfèrent, moyennant un bakchich quelconque donné à l’agent, et qui est, en règle générale, toujours accepté avec reconnaissance, ne pas comparaître /44/ devant le kaïmakam.

213Nous verrons plus loin comment à La Mecque le grand chérif fait exécuter ses décisions de justice.

  • 85 La métaphore de la prison est un classique de la littérature consulaire de l’époque. En 1876 déjà, (...)

214Il est bien entendu qu’à Djeddah aucun Européen, pas même les consuls, ne peuvent franchir les portes de la ville pour prendre l’air. On se considère comme de véritables prisonniers de guerre, laissés en liberté sur parole85. Nous profitons donc de notre quasi-liberté pour tourner et retourner dans Djeddah et prendre le plus de notes possibles.

  • 86 Il s’agit d’un doublon de la photographie n° 43.

215Voici la porte de la douane (Phot. 69)86 par laquelle tous les pèlerins et nous-mêmes venant du port nous entrons à Djeddah. Elle donne directement accès dans le grand bazar.

  • 87 Gillotte écrit « Meddine ».

216La porte de Médine87 (Phot. 70), située à proximité de la demeure du kaïmakam, est celle qui permet aux troupes de se rendre dans les casernements construits récemment extra-muros.

217La porte de La Mecque, construite dans un recoin, ne nous permet pas d’en faire une photographie. Cette porte est essentiellement gardée par des hommes de police et il n’est pas permis à un Européen, même coiffé d’un tarbouche, d’en franchir le seuil, ni d’y stationner. Il serait même dangereux de s’aventurer seul dans les parages de cette porte.

218Enfin la porte du grand chérif qui donne accès au village nègre de Makato et au /45/ cimetière non musulman.

219Le village nègre de Makato n’est somme toute qu’un village nègre des plus ordinaires, identique à ceux qui existent en Algérie.

220L’usage des boissons alcooliques étant complètement proscrit à Djeddah, c’est là que les nègres, esclaves ou affranchis, vont se livrer à leurs libations favorites, le mostic, le wiski. Il n’existe à Makato que des huttes en terre (Phot. 71) ayant à peu près toutes la même forme. C’est au village de Makato qu’on se livre à l’élevage des zébus (Phot. 72) qui servent à la consommation de viande de boucherie.

221Cimetière non musulman. Le chef mécanicien du vapeur italien « Tirreno » étant décédé le 20 février, une délégation de chaque navire européen en rade assiste aux obsèques. Nous nous joignons au cortège et nous pouvons ainsi visiter le cimetière non musulman (Phot. 73). Plusieurs monuments funéraires (Phot. 74) attirent notre attention, et en particulier ceux des divers consuls dont nous avons précédemment relaté les lâches assassinats ou morts à Djeddah, en activité de service, pendant les épidémies.

  • 88 Les consuls de France signalent fréquemment dans leurs dépêches le mauvais état, voire la dégradati (...)

222C’est le consul de France /46/ qui est chargé de la surveillance et de l’entretien de ce cimetière. Tous les consuls souscrivent annuellement et chaque gouvernement alloue pour l’entretien de ce cimetière une somme de 20 ou 25 fr88.

223J’ai fait connaître à M. Féer, faisant fonctions de consul de France à Djeddah, que je signalerai ce fait à M. le Gouverneur Général de l’Algérie, persuadé que je suis que M. le Gouverneur Général voudra bien associer l’Algérie à cette œuvre pie internationale.

224Deux hôpitaux existent, paraît-il, à Djeddah. Mais, malgré nos démarches réitérées, je n’ai pu obtenir l’autorisation de les visiter. Ayant fait part de ce fait à M. Féer, celui-ci n’a nullement été étonné, me racontant qu’à différentes reprises, il avait fait aussi les mêmes démarches et qu’il s’était toujours trouvé en présence d’un veto formel. Il n’y a rien d’étonnant à cela, a-t-il ajouté, ces établissements sont si mal tenus que, pour éviter nos critiques, l’administration ottomane oppose une fin de non-recevoir à toutes les demandes qui sont faites à ce sujet.

  • 89 Le Bayram ou Kurban Bayram est le nom turc de la fête du Sacrifice (‘aîd al-adhâ) qui a lieu le dix (...)

225Les grandes fêtes du Bayram89 ayant lieu les 15 – 16 et 17 février, il est d’usage que les consuls de tous les pays représentés à Djeddah doivent se rendre en tenue de cérémonie chez le kaïmakam lieutenant-gouverneur de Djeddah.

  • 90 Huissier.

226Je demande à M. Féer, faisant fonctions de consul, tant en mon nom personnel qu’au nom de M. Bardenat, adjoint, commissaire du gouvernement à bord du vapeur « La Savoie », à nous joindre à lui dans cette circonstance. M. Féer fait demander de suite au kaïmakam s’il veut bien nous recevoir. La réponse ayant été affirmative nous quittons en grande tenue le consulat pour nous rendre chez le kaïmakam, précédé du cava90 tenant dans /47/ la main droite une canne de tambour major, la main gauche appuyée sur la poignée d’un grand sabre turc.

  • 91 En poste de 1899 à 1907, Ali Yumni a procédé à de nombreuses réformes en matière sanitaire et a sup (...)

227Le poste de soldats turcs installés à la porte de la résidence nous rend les honneurs. Je n’oublierai jamais l’accoutrement de ces malheureux soldats déguenillés, sans souliers, ayant chacun une arme de modèles différents en parfait état de malpropreté. Enfin bref, nous entrons dans la salle de réception et Ali Youmni (kaïmakam)91 (Phot. 75) nous remercie de notre visite.

228Après quoi, il nous offre un rafraîchissement composé de sirop de grenadine additionné d’eau de rose (sa boisson préférée). La conversation s’engage et je fais part au kaïmakam de mes impressions sur Djeddah. Il paraît enchanté et j’en profite pour lui faire connaître que, tenant à remporter de lui un souvenir, il serait bien aimable de l’autoriser à le photographier. Avec très bonne grâce il s’est prêté à cette opération instantanée. Lui faisant également part de mon grand désir de visiter le tombeau d’Ève, Ali Youmni donne l’ordre séante tenante à un de ses officiers supérieurs de se mettre dans la journée à notre disposition avec plusieurs agents de police.

229Le kaïmakam de Djeddah est le représentant du sultan.

230C’est un personnage officiel, reconnu par tous les gouvernements.

231Il a sous ses ordres les troupes, y compris la musique, la police, et il rend la justice.

232Rien ne peut se passer à Djeddah sans son assentiment. /48/

233Il rend lui-même les visites officielles aux consuls les premier janvier et les jours de fêtes officielles des différents gouvernements.

234Il a droit au titre d’Excellence.

235Mais ce personnage dépend lui-même du vali (préfet) de La Mecque et du grand chérif dont il est le courtier officiel au moment du pèlerinage et avec lequel il a tout intérêt à vivre en bonne intelligence.

236Il porte un costume tout brodé d’or sur lequel s’étalent de nombreuses décorations. Il porte le grand cordon du Médjidié en écharpe mais la Légion d’honneur est absente.

237Ancien esclave affranchi, il ressemble beaucoup à un mulâtre. Ses yeux dénotent une grande intelligence. Il cause bien, sans trop pontifier, et paraît enchanté des compliments qu’on lui adresse sur Djeddah.

  • 92 Le commissaire du gouvernement Bardenat mentionne également cette réception dans son rapport : « pe (...)

238Les différents consuls avec lesquels il est en relation n’ont pas à s’en plaindre. C’est un politique qui ne prendra jamais une décision ferme. Il laisse toujours traîner les affaires, mettant en pratique cette vieille maxime orientale : « Évitons les histoires ». Le temps fera le reste92.

239Ali Youmni possède une voiture (Phot. 76), la seule du reste qui existe à Djeddah, dont il se sert dans les grandes occasions.

  • 93 Situé au nord de la ville, le tombeau d’Ève est alors un haut-lieu de pèlerinage populaire à Djedda (...)

240Profitant de l’escorte qui nous a été offerte, nous nous rendons dans l’après-midi au tombeau d’Ève qui est lui-même entouré d’un cimetière musulman entouré d’un mur93. /49/

241Le tombeau d’Ève (Phot. 77 et 78) est divisé en trois parties.

242À quelques pas de la porte d’entrée, entre deux colonnes en briques, existe un mausolée, à l’extérieur duquel est étalé un tapis destiné à recevoir les offrandes. D’après l’explication qui nous est donnée par notre guide, la tête d’Ève reposerait là, et soixante mètres plus loin, un dôme (Phot. 79) représenterait le nombril de la mère du genre humain. Nouveau tapis destiné aux libéralités des visiteurs. Enfin plus loin, encore à 40 m environ, les pieds. D’après la légende, notre mère Ève aurait donc une taille de 90 m. Il faut croire que nous avons bien dégénéré depuis. Simple question d’atavisme.

243Toujours est-il que les pèlerins ne sont plus autorisés aujourd’hui, par ordre du grand chérif, à visiter le tombeau d’Ève qu’à leur retour de La Mecque. Car il s’est aperçu que, dès la descente du bateau, les pèlerins étaient beaucoup trop généreux, à son détriment sans aucun doute.

244D’après M. Féer, faisant fonctions de consul de France, ce tombeau ne remonterait pas à plus de 500 ans.

245Pour rentrer à Djeddah, nous traversons le champ de manœuvres (Phot. 80) sis /50/ à proximité des nouvelles casernes que nous ne pouvons pas visiter.

246Nous rentrons au consulat après avoir licencié nos mentors qui ne dédaignent pas d’accepter quelques pièces blanches que nous leur offrons et nous saluent très respectueusement. Bakchich, toujours bakchich. Quel mot de passe dans ce pays.

247Dans la soirée. Continuant notre promenade à travers Djeddah, mon attention est attirée sur un immense bâtiment à plusieurs étages (Phot. 81), bien construit, dans la cour duquel j’aperçois une machine à vapeur à l’abandon.

248Je mets encore à contribution l’obligeance de M. Féer, faisant fonctions du consul de France, qui me donne les renseignements suivants : « Ce bâtiment a été construit par un Français dont je ne me souviens plus le nom. Il s’était implanté dans le pays. Il eût l’idée de construire un moulin à vapeur à Djeddah.

249« Après avoir dépensé une partie de sa fortune à l’installation de cette minoterie, comme il allait concurrencer les naturels du pays, on lui notifia un jour son expulsion du territoire du Hedjaz pour des raisons politiques. Ce brave homme est mort de chagrin. Depuis cette époque l’immeuble est inoccupé et ne sert absolument à rien, pas même à abriter les pèlerins revenant de La Mecque. »

250J’ai alors fait connaître à M. Féer que peut-être ce local pourrait dans l’avenir être utilisé. J’indiquerai plus loin de quelle manière.

  • 94 Ouvert en 1884 sur un îlot au sud du port de Djeddah, le lazaret d’Abû Sa‘ad, joue un rôle secondai (...)

251Lazaret d’Abou Saad. À deux heures de Djeddah, sur une petite île déserte, véritable banc de corail qu’on désigne sous le nom d’Abou Saad, existent quelques bâtiments récemment édifiés (Phot. 82). C’est le lazaret de Djeddah94. /51/ Le service sanitaire de cet établissement est assuré par un médecin grec, le docteur Joannon qui m’offre de me le faire visiter dans tous ses détails. La première impression est plutôt pénible car le lazaret paraît dénué absolument de tout.

252Placés sous la surveillance d’un simple garde sanitaire qui cumule en même temps les fonctions d’épicier, de cuisinier, et qui vend à prix d’or aux musulmans déposés sur cette île les denrées nécessaires à leur alimentation, les malades maintenus couchent par terre sur une simple natte en alfa.

253Bien qu’y possédant une installation (Phot. 83), le médecin du lazaret, le docteur Joannon, n’y réside pas ; il habite Djeddah, il ne vient que lorsque sa présence est indispensable.

254Il paraît que le gouvernement ottoman se propose de faire à Abou Saad des améliorations sans nombre. En effet, je constate qu’on construit de nouveaux pavillons (Phot. 84) et des machines à désinfecter neuves (système Herschell) attendent, sous un hangar, leur installation.

255Comme il n’existe pas de cimetière dans l’île d’Abou Saad, tous les cadavres transportés dans une barque au large sont jetés à la mer et deviennent rapidement la proie des requins.

256Comme la brise était forte, nous avons éprouvé de grosses difficultés pour rentrer à /52/ Djeddah et demandé au patron de la barque de santé les raisons qui empêchaient le gouvernement ottoman de tracer la route de Djeddah au moyen de balises et de bouées lumineuses. Voici textuellement sa réponse : « Effendi ». C’est ainsi qu’on désigne en arabe les lettrés. « Vous avez raison. Il suffirait de peu de choses pour faire de Djeddah un port de premier ordre. Mais de longtemps on ne fera rien car les habitants refusent qu’on apporte la moindre modification à l’état actuel des choses et ils vous disent que, du jour où un port existerait à Djeddah, les Anglais, pour une raison ou pour une autre, ne tarderaient pas à s’en emparer ».

257Le fait est que les Anglais marchent à grands pas dans ce pays, ils avancent et font la tâche d’huile par le Yémen.

258Ils ont réussi, depuis leur installation en Égypte, à soulever les différentes tribus Bédouines contre les autorités ottomanes et aujourd’hui une véritable guerre se fait sur le territoire de l’Arabie.

259C’est ainsi que, fin février, le navire « Alsace » commandant Crozals, de la Compagnie des Transports maritimes, a été affrété par le gouvernement ottoman pour transporter à Hodeïdah 1 200 soldats turcs envoyés dans le Yémen pour réprimer la révolte d’une tribu bédouine.

260Trois jours après leur débarquement, il ne restait plus ni un homme, ni un officier en vie de cette force supplétive.

  • 95 Sur le contexte de la campagne du Yémen, voir l’introduction.

261Ils avaient tous été massacrés95.

262Ce mouvement ne fera que s’accentuer dans l’avenir. Dans tous les cas, il est certain que les habitants de Djeddah redoutent beaucoup l’installation d’Anglais /53/ dans leur ville.

Le Grand Chérif

  • 96 ‘Awn al-Rafiq, chérif de La Mecque depuis 1882.

263Le grand chérif de La Mecque Awn El Refik96 est le descendant direct du Prophète. Il est désigné par un conseil spécial qui siège à Constantinople. Il est le grand maître des cérémonies du pèlerinage et le gouvernement ottoman, une fois nommé, a à compter avec lui. Ayant appris indirectement que le grand chérif touchait des appointements de 30 à 40 000 fr par mois, j’ai cru devoir à ce sujet me renseigner au consulat. M. Féer interviewé, me répondit : « Mais cela vous étonne et pourtant songez que ce traitement ne représente en somme que 400 000 fr par an ».

264« Or le grand chérif procure bon an mal an, avec le pèlerinage, au gouvernement ottoman, de 6 à 7 millions. Ce traitement paraît en Arabie assez « normal ».

  • 97 Sur les relations entre le chérif et les différents vali-s du Hedjaz, voir l’introduction.

265Son titre officiel correspond à celui d’altesse impériale et le vali (gouverneur général du Hedjaz), les kaïmakams de Djeddah et de Yambo sont sous ses ordres et traitent directement avec lui toutes les questions relatives au pèlerinage97. /54/

266Il est en somme le grand courtier de la spéculation organisée sur les pèlerins du monde musulman.

267C’est lui qui décrète à sa guise la peste, le choléra, et toutes les maladies épidémiques avec deux de ses agents subalternes Rini et Galemberti dont nous spécifierons le rôle dans un moment.

  • 98 En 1872, le chérif ‘Abdullah Kamil Pasha a instauré un système de licence pour les différentes prof (...)

268Les mouataouafs (conducteurs de pèlerins) sont complètement dans sa main98 car il cumule en même temps les hautes fonctions de courtier en chef des moyens de transports des pèlerins (sambouks et chameaux).

  • 99 En 1891, après avoir fait état des dangers de la route La Mecque-Médine, le consul Lucien Labosse p (...)

269Aussi, depuis quelques années, voit-il d’un mauvais œil le voyage par mer des pèlerins de Djeddah à Yambo qui fait abandonner de plus en plus tous les ans les caravanes directes de La Mecque à Médine par voie de terre99.

270Les Bédouins à ce sujet manifestent assez ouvertement leur mécontentement et, pour les calmer, le grand chérif leur fait distribuer de temps à autre des grains comme des secours volontaires. On ne compte plus guère aujourd’hui qu’un tiers des pèlerins allant à La Mecque effectuant le trajet direct par chameaux jusqu’à Médine.

271Les attaques de caravanes simulées, les droits de passage exigés par les Bédouins, qui ne sont que des agents salariés par le grand chérif, commencent à refroidir singulièrement la foi des plus croyants.

  • 100 Il ne s’agit ici que d’une indication. En 1890, un pèlerin de Biskra indique ainsi que le chérif ‘A (...)

272Car un fait est connu dans tout le Hedjaz : un tiers du butin est conservé par les Bédouins, les deux autres tiers sont reversés à la caisse du grand chérif100.

273Un fait à noter, lorsque le grand chérif reconnaît même chez un courtier non musulman une intelligence suffisante pour servir ses intérêts particuliers pendant la durée /55/ du pèlerinage, il lui fait embrasser l’islamisme et l’autorise à opérer, même à La Mecque. Si j’avance ce fait c’est que j’ai puisé ce renseignement à sa source certaine.

274Le cas s’est produit par un nommé Herclotz métis javanais.

275Il m’a été affirmé que si, dans la circonstance, le grand chérif n’avait pas donné un appui à Herclotz, sa conversion de contrebande ne lui eût servi de rien et il eût été assassiné dans les 24 heures.

276Son rôle consistait à La Mecque à retirer les billets de passage que détenaient les pèlerins venus par la voie de Bombay et d’en délivrer d’autres d’une autre compagnie de navigation dont les navires étaient préalablement affrétés par le grand chérif lui-même.

277Le grand chérif est le maître absolu de la justice à La Mecque.

278Voici un fait qui s’est produit pendant mon séjour à Djeddah.

  • 101 Voir note 56.

279Le grand chérif avait interdit, paraît-il, à La Mecque, l’installation de tentes sur une promenade. Un Algérien de Tlemcen101, installé depuis plus de 15 ans à La Mecque où il exploite annuellement ses coreligionnaires, ignorant la décision du grand chérif, maintint son installation sur ladite promenade.

280Survient un agent de police qui lui fait des remontrances, un colloque s’engage et l’Algérien, au courant des mœurs et coutumes du pays, n’hésite pas à offrir à l’agent de police le bakchich ordinaire car la place était bonne.

281N’ayant pas trouvé le bakchich suffisant, notre Tlemcénien est immédiatement appréhendé, sa boutique est alors pillée par les naturels du pays, et il /56/ est conduit devant le grand chérif qui séance tenante le condamne à 150 coups de bâton sur la plante des pieds. Notre Algérien n’ayant pas sur lui la somme suffisante pour se libérer de la peine corporelle à laquelle il vient d’être condamné, la sentence est immédiatement exécutée. Il proteste, se dit sujet français et Algérien, et trouve un pèlerin charitable qui veut bien télégraphier au consul ce qui vient de se passer. Le consul demande de suite des explications au vali qui répond qu’il y a eu exagération et que le plaignant lui-même allait par une lettre démentir le fait. Que du reste cet Algérien était aujourd’hui considéré comme un habitant du Hedjaz sur lequel le grand chérif avait toute autorité.

282Que s’était-il passé ? Un agent du grand chérif avait fait savoir à ce Tlemcénien que s’il n’écrivait pas la lettre annoncée par le vali il recevrait non pas 150 mais 200 coups de bâton sur la plante des pieds (2e édition).

283Il déclara préférer la lettre.

284Grâce à la complicité de plusieurs pèlerins de Tlemcen, il put s’échapper des mains de ses gardiens, faire en cachette le trajet de La Mecque à Djeddah où il est arrivé au consulat en piteux état. Le consul fit alors établir un certificat par le médecin du navire l’« Alsace ».

285J’ignore le résultat de l’incident, mais je puis en affirmer l’authenticité.

286Du reste d’après des renseignements certains qui m’ont été fournis par des hommes dignes de foi le grand chérif s’efforce par tous les moyens de frapper l’imagination des pèlerins sur sa toute-puissance et voici un des moyens qui est vulgairement employé annuellement. /57/

287Avant toute cérémonie, il est d’usage à La Mecque de tirer le canon, nous savons que nos sujets musulmans aiment beaucoup ça, le canon est un signe de puissance.

288Or, à un moment donné, des hommes de police conduisent devant le grand chérif des hommes accusés d’avoir désobéi à ses ordres. Ils sont condamnés séance tenante à la peine du canon.

289Le supplice consiste, pour les patients attachés et garrottés aux roues d’un ou plusieurs canons, à faire un tour ou deux sur eux-mêmes provoqués par le recul de la pièce d’artillerie.

290Or, renseignements pris, ces soit disant pèlerins ne sont que des esclaves achetés par le grand chérif, habitués à ce genre d’exercice, qui font les morts pendant quelques instants mais qu’on retrouve quelques jours après sains et saufs, bien portants, et qui touchent pour cet exercice une bonne prébende.

291Néanmoins l’exécution de la sentence frappe la foule que l’on s’empresse de faire circuler de suite pour qu’elle n’assiste pas au réveil subit des suppliciés factices.

292La religion du grand chérif qui, dit-on, est un blasé de l’existence, s’arrête au nombre de pèlerins qui seront pendant plusieurs mois soumis à sa rapacité que couvrira le pavillon vert du Prophète.

293Et, du haut en bas de l’échelle hiérarchique de l’empire ottoman, ne trouvons-nous pas appliquée la même maxime ?

294Sait-on comment raisonnent de bonne foi les croyants de Djeddah, de La Mecque, de Médine ? /58/ Non.

295J’ai eu l’occasion de faire parler à cœur ouvert deux hommes, qui négociants, exploitent à Djeddah la crédulité religieuse des musulmans qui viennent en pèlerinage, aussi bien Algériens que Javanais, Bosniaques, Persans ou Turcs, etc.

296Voici textuellement le résultat de mon interview :

  • 102 Le Hedjaz ne produit rien ou pas grand-chose (à l’exception de peaux issues des sacrifices du pèler (...)
  • 103 La métaphore de la récolte est d’usage courant au Hedjaz. Les habitants parlent alors souvent de «  (...)

297« Le Hedjaz, au point de vue culturel, ne produit rien, rien, moins que rien. Aucune industrie n’existe dans ce pays. Seul le pèlerinage supplée annuellement à notre mauvaise situation économique102. Nous savons tous que nous devons exploiter pour suppléer à ce manque de récolte103, la crédulité des pèlerins arrivant en masse de tous les pays du monde ».

298« À dater du jour où la date du pèlerinage a été fixée par le grand chérif, il appartient à notre intelligence d’en tirer les plus grands profits possibles. C’est ce que nous faisons. Peut-on nous en vouloir ? Non ».

  • 104 Les travaux du chemin de fer du Hedjaz reliant Damas à Médine ont débuté en 1900. La ligne a été in (...)

299Depuis 12 années une somme de cinq francs est exigée de chaque pèlerin arrivant à La Mecque pour la construction d’une ligne de chemin de fer qui partirait de Khalifa pour aboutir à La Mecque en passant par Médine104. Si nous portons à 200 000 le nombre de pèlerins effectuant le pèlerinage, cette cause spéciale posséderait déjà un avoir de 12 millions au minimum.

300Or le gouvernement ottoman a fait construire une ligne de six kilomètres mais a arrêté les travaux, car la construction de cette ligne arrêterait dans le pays l’industrie des transports par chameaux, le canal de Suez ne profiterait plus du passage des pèlerins, Djeddah et Yambo n’auraient plus de raison d’exister, le voyage s’effectuerait plus rapidement, les Bédouins détruiraient continuellement la ligne, /59/ se mettraient en révolution, d’où grosses difficultés au point de vue politique pour l’Empire ottoman.

301N’y aurait-il pas là une question internationale qui pourrait être soulevée par la voie diplomatique dans l’intérêt de nos pèlerins et qui porterait sur la continuation de la ligne ou la cessation de la perception de ce droit contre lequel, sans distinction de nationalité, tous protestent ?

302Je laisse à de plus compétents que moi le soin d’examiner cette question, mon rôle se bornant à celui de simple informateur.

La Mecque (N° 86)105

  • 105 Le numéro mentionné ici ne correspond à aucune photographie de l’album. Il en va de même pour la ph (...)

303Retour de pèlerinage. C’est le 9 février que nos pèlerins algériens sont partis pour La Mecque.

304Nous les avons laissés faire leurs dévotions. Reprenons-les à leur retour à Djeddah.

305Habituellement, et surtout au moment où le pèlerinage a lieu pendant les mois de mai, juin et juillet, le séjour des pèlerins ne dure qu’une semaine. Cette année en raison de l’état sanitaire exceptionnellement bon et, il faut le dire, aussi en raison de l’arrivée tardive dans les eaux de Djeddah des Srs Rini et Galimberti, courtiers du pèlerinage, les pèlerins ont été maintenus à La Mecque jusqu’au 27 février. C’est-à-dire pendant dix neufs jours complets durant lesquels tous les négociants de Djeddah et de La Mecque (car le monde commercial de Djeddah suit le mouvement des caravanes) se sont ingéniés pour l’exploitation des pèlerins. /60/

  • 106 Coups violents.

306Les caravanes (Phot. 87 et 88), sont arrivées à Djeddah les 27 et 29 février. En dehors de quelques horions106 reçus en cours de route par plusieurs de nos ressortissants aucun incident n’a été à relater pendant le voyage de La Mecque à Djeddah et ce fait est attribué au parfait état sanitaire du monde musulman car hélas il n’en est pas toujours de même, si les renseignements que j’ai pu recueillir sont exacts.

307En effet, dès qu’une maladie épidémique quelconque a été constatée à La Mecque, les pèlerins sont visités à leur retour à Djeddah par les soins de l’office de santé dans un local qui est désigné sous le nom de lazaret de la porte de La Mecque.

308Lazaret est un mot assurément impropre, mais on est embarrassé pour qualifier cet établissement sanitaire dont les avantages problématiques sont loin de compenser les inconvénients notoires.

  • 107 Gillotte reprend ici, sans en citer l’auteur, le contenu du rapport du 29 avril 1893 rédigé par le (...)

309Voyons ce qu’est ce lazaret d’après les dires de ceux qui l’ont vu107 :

310« Près de l’enceinte de Djeddah sur la route de La Mecque est une bâtisse de construction sommaire qui, au premier passage des pèlerins avant les fêtes, sert de café maure et qui se transforme à leur retour en un dépôt de mourants ».

311Les caravanes arrivent au lever du soleil. Au fur et à mesure qu’ils passent une barrière dressée un peu en avant du café, les chameaux sont arrêtés et les palanquins visités.

312Les morts et les malades sont déchargés par les soins de gardiens sous le contrôle d’un médecin de la santé. /61/

313Les morts sont étendus à terre et les drogmans (interprètes) des différents consulats s’efforcent de reconnaître leurs ressortissants. Ceux-ci le plus souvent ont été dépouillés de leurs papiers, passeports ou billets de retour et de leur argent. On procède immédiatement à leur enfouissement. J’insiste sur ce mot.

314Pendant des heures, c’est un défilé continuel de brancards portés sur les épaules, au pas de course : dans le cimetière, la porte, les allées sont encombrées de gens épuisés, infortunés, qui ont trompé la surveillance au passage de la barrière et qui attendent les yeux hagards, dans le coma, la fin de leurs souffrances.

315Le brancard mortuaire est basculé. Une femme est là, près d’une table, qui lave les cadavres suivant les prescriptions coraniques puis, couverts ou non d’un suaire, les corps sont portés dans de longs caveaux rectangulaires où ils sont rangés par lits superposés dont le dernier vient effleurer la terre. Quand le caveau est plein, on obstrue la porte avec quelques pierres enduites de mortier et l’on passe au caveau voisin. Voilà pour les morts.

316Revenons aux malades. Tous ceux qui n’ont pas pu tromper sur leur état les agents de garde à la barrière sont déposés près de la porte du café maure, puis transportés dans l’intérieur ou évacués suivant les nécessités du moment sur d’autres maisons ou hangars inhabités.

317Rien, paraît-il, n’est plus poignant que le spectacle de ces malheureux râlants étendus sur la terre nue. C’est un véritable dépôt de condamnés à mort.

318Pour les médecins de la santé de Djeddah il n’est qu’une seule maladie « le choléra » alors que le plus grand nombre des malades sont simplement atteints d’épuisement, de fièvres et de privations de toutes sortes.

319N’y aurait-il pas là, Monsieur le Gouverneur Général, au moment surtout où vous vous occupez si activement de l’assistance médicale des indigènes en Algérie, une situation /62/ à améliorer dans l’avenir pour le plus grand bien de nos sujets algériens qui accomplissent le pèlerinage de La Mecque ?

320Peut-être ne serait-il pas difficile, après entente avec les compagnies de navigation, d’imposer aux médecins un service à terre au moment du retour des pèlerins.

321Les listes étant établies, le commissaire du gouvernement détaché à bord de chaque navire aidé du médecin, reconnaîtrait, à l’arrivée de chaque caravane, les indigènes algériens malades et les évacuerait sur une ou plusieurs maisons qu’on pourrait louer à peu de frais dans lesquelles on installerait des infirmeries sommaires.

322Les médecins seraient alors appelés à donner à nos pèlerins les soins que leur état exigerait.

323Le moulin inoccupé et inhabité dont j’ai parlé précédemment (Phot. 81) conviendrait merveilleusement à cette installation et pourrait contenir près de 200 malades.

  • 108 Il s’agit du docteur Justyn Karlinski, chargé d’accompagner les pèlerins de Bosnie-Herzégovine lors (...)

324Du reste, pendant quelques années, le gouvernement autrichien a envoyé un médecin spécial108 à Djeddah avec pour mission de soigner à leur retour de La Mecque les 200 pèlerins bosniaques qui viennent chaque année au Hedjaz. Avec l’autorisation du gouvernement ottoman une infirmerie spéciale fut créée par ce médecin et donna les meilleurs résultats.

325Depuis 1895, le nombre de pèlerins venant de Bosnie ayant considérablement diminué cet établissement a cessé de fonctionner.

  • 109 Ce fut le cas, lors de l’épidémie de 1893. Le docteur Ferdinand Jousseaulme, commissionné sur le na (...)

326Pourquoi ne ferions-nous pas sur une échelle proportionnée au nombre de nos pèlerins algériens une même tentative109 ?

327Voilà donc nos pèlerins algériens revenus à Djeddah. Ils pensent pouvoir remonter à bord et partir pour Yambo exécuter la 2e partie du pèlerinage, mais hélas leur espoir est déçu.

328Ils vont être encore maintenus à Djeddah jusqu’au 5 mars et livrés à l’exploitation des habitants du Hedjaz qui s’accentuera d’autant plus que cette proie va bientôt leur échapper. Voyons ce qui se passe : /63/

329Les pèlerins ont déjà été retenus à La Mecque d’une façon inaccoutumée pour cette raison que les deux gros courtiers du pèlerinage, MM. Rini et Galimberti, négociants italiens, étaient eux-mêmes obligés, sans avoir de communications avec la terre, de purger une quarantaine de cinq jours en rade de Djeddah.

330Les pèlerins venant par mer de toutes les parties du monde, à l’exception des Algériens, n’ont payé pour venir à Djeddah que le prix du passage à l’aller. Or il faut que ces pèlerins retournent chez eux par la même voie.

331C’est là que commence le rôle des Srs Rini et Galimberti avec la connivence occulte de tous les commandants de navires, y compris celle des commandants des navires ayant transporté à Djeddah les pèlerins algériens.

  • 110 Cette pratique est ancienne. On peut la faire remonter au début des années 1880. Elle impliquait al (...)

332Dès que les pèlerins rentrent de La Mecque ils sont préalablement comptés un à un. Rini et Galimberti organisent alors « La poule des navires »110.

333C’est-à-dire qu’ils fixent eux-mêmes le prix qui sera demandé et qui sera payé par chaque pèlerin pour être autorisé à repartir.

334Et ce prix est fixé de telle façon que tous les adhérents à la poule aient une part sérieuse dans les bénéfices qui se répartiront entre :

  1. Rini-Galimberti

  2. Le grand chérif

  3. Le vali

  4. Le kaïmakam

  5. Le commandant du navire

  6. Le médecin du service sanitaire

  7. La compagnie de navigation

335Je donnerai plus bas par des chiffres la démonstration des bénéfices réalisés par la poule. /64/ Des protestations des pèlerins, qui trouvent le prix demandé pour leur retour deux ou trois fois plus élevé que celui qu’ils ont payé pour venir, s’élèvent de toutes parts. Mais l’ordre est donné, aucun navire ne quittera la rade de Djeddah avant que tous les pèlerins soient arrivés à composition et c’est à partir de ce moment que tout renchérit subitement à Djeddah, pain, sucre, café, viande, l’eau même.

336Voici un fait que je donne comme absolument authentique. Le commandant d’un navire russe en rade ayant amené des pèlerins à Djeddah avait refusé d’entrer dans la poule et voulait embarquer des pèlerins malgré Rini et Galimberti.

337Que s’est-il passé ?

338Comme une traînée de poudre, des naturels du pays à la solde des courtiers ont fait circuler dans Djeddah la nouvelle suivante : « qu’un croiseur japonais avait été vu dans les parages de Djeddah n’attendant que la sortie du navire russe pour le couler ».

339Pris de panique, les pèlerins qui se disposaient à monter à bord de ce navire n’ont pas voulu s’embarquer.

340C’est ainsi que, contraint et forcé sous peine de repartir à vide, ce navire russe a été obligé d’en passer par les exigences des grands courtiers du pèlerinage qui, au moment voulu, ont désigné le nombre de pèlerins que ce navire devait transporter à Yambo.

341Et pendant ce temps, nos pèlerins algériens, qui eux ont payé leur passage aller et retour, sont obligés de rester à Djeddah à leurs frais jusqu’au moment où les recettes effectuées par la poule auront été reconnues suffisantes pour permettre aux Rini et Galimberti de donner le signal du départ pour Yambo.

342Voici un exemple de l’opération qui se pratique pour un navire, il suffira pour se rendre compte des bénéfices réalisés par les uns et les autres de multiplier ce chiffre par celui des navires en rade, habituellement 30 ou 40 en chiffres ronds.

343Prenons le navire X pour ne pas le nommer. Rini et Galimberti de /65/ connivence avec le commandant de bateau fixent à 120 fr le prix de passage de retour pour 250 Tunisiens et à 160 fr celui du passage de 150 Marocains.

344d’où il faut défalquer pour la poule les frais suivants

345La part de la compagnie sera encore de 32 000 fr ce qui représente un joli denier.

346Si on ajoute à ce chiffre la somme payée au moment du départ du navire pour les pèlerins algériens, 863 au prix moyen de 250 fr par tête. 863 x 250 = 215 750 fr + 22 000 fr = 237 750 fr en chiffres ronds 240 000 fr.

347Tous les frais du navire y compris le passage du canal de Suez peuvent être approximativement évalués à 150 000 fr. Le bénéfice réalisé par la compagnie sera de 90 000 fr soit 30 000 fr par mois, bien que le navire reste en station immobilisé à Djeddah, à Yambo et à Tor, où il n’y a aucune dépense de charbon à faire.

348On comprend que dans de pareilles conditions les compagnies de navigation ferment non seulement les yeux mais encouragent l’opération commerciale de Rini et Galimberti qui, après deux mois de station, soit à Djeddah, soit à Yambo, rentrent chez eux avec plus de 150 000 fr chacun (maison de Galimberti à Djeddah. Phot. 88 bis). On comprend aussi pourquoi ce titre de « rois du pèlerinage » leur est dévolu par tous les commandants de navires. /66/

349La note gaie (il y en a toujours une) au milieu de ces tristesses, c’est que, pour cacher l’opération de Rini et Galimberti, les commandants des navires font tous le simulacre d’ouvrir à Djeddah une agence concurrente pour le rapatriement des pèlerins, avec drapeaux de chaque nationalité (Phot. 89) comme signe de ralliement des pèlerins.

  • 111 Trois ans après ces remarques de Gillotte, la situation ne semble pas avoir évolué. Dans son rappor (...)

350Les commandants de navire se lamentent, essayant de nous faire croire que le pèlerinage ne rapportera rien cette année, mais ils sont déjà fixés depuis plusieurs jours sur le nombre de pèlerins qu’ils auront à embarquer jusqu’à Yambo, Tor, etc. C’est un véritable trompe l’œil destiné, en ce qui nous concerne, à détourner notre attention sur les dessous du pèlerinage111.

351Avant de quitter Djeddah, je dois au point de vue politique, vous signaler trois faits qui peuvent avoir leur importance.

3521° - Le premier mars, me rencontrant dans une rue de Djeddah, le Sr Hamdi Khoudja ben Abdallah, agent d’affaires à Bône, membre du Tribunal répressif, m’accoste et me fait part de son écœurement de tout ce qu’il a vu et entendu à La Mecque. Voici textuellement ses dires : « Vous n’ignorez pas M. l’Administrateur qu’au moment de la grande prière à Arafat après avoir appelé les bénédictions de Dieu sur les pèlerins, le cadi fait des vœux pour la propagation de la foi musulmane dans chaque nation ».

  • 112 Voir introduction. Aux yeux des autorités coloniales, la cérémonie de ‘Arafât, rassemblant des musu (...)

353Voici concernant les Algériens les paroles textuelles qui ont été prononcées : « Nous demandons à Dieu que nos frères musulmans de l’Algérie renient et combattent l’influence française et maintiennent leurs coreligionnaires dans l’islamisme et sous la souveraineté de notre grand chérif et du sultan112 ».

354Amin répondirent en foule nos sujets musulmans, y compris El Abiod Bouyahia ben Mohammed, adjoint indigène de la commune de Tablat et chef du pèlerinage.

355Hamdi, écœuré de ce fait, n’hésita pas à le reprocher à plusieurs pèlerins, leur faisant ressortir combien les Algériens étaient heureux d’avoir un gouvernement s’occupant jusqu’à Djeddah de sauvegarder leurs intérêts par l’envoi d’un /67/ commissaire du gouvernement, chargé spécialement de surveiller le pèlerinage, précaution que ne prend aucune autre puissance.

356Plusieurs pèlerins entendant ce langage faillirent l’écharper et la mort de Hamdi Khoudja fut décidée.

357Nous verrons comment par miracle Hamdi Khoudja pendant le voyage de Yambo à Médine n’a pas péri sous les coups des fanatiques.

3582° - Le vendredi 3 mars huit navires de la poule partent pour Yambo. Nous restons encore en rade et nous constatons de plus en plus combien la combinaison porte préjudice à nos sujets algériens. Les navires français seront les derniers à quitter Djeddah. Pour le réembarquement des pèlerins aucune police ne prête son concours. Enfin, le désarroi le plus complet existe.

359Le 4, nos pèlerins menacent de s’insurger et enfin l’ordre est donné le 5 dans la nuit d’allumer les feux.

360Les pèlerins sont entassés dans des sambouks et, pour le prix de 2 fr 50 par tête, seront conduits à bord.

361Ils payent. La barque se met en route mais elle est dirigée sur une bouée et là le maître du sambouk fait connaître aux pèlerins qu’ils ne continueront pas leur route sans un bakchich individuel.

362Les malheureux pèlerins qui ont hâte de réintégrer le bateau payent encore. M. Féer, auquel je fais part de cette honteuse exploitation, me déclare que le consul de France est absolument impuissant à l’empêcher.

  • 113 Cette politique de la canonnière fut régulièrement utilisée par les Européens depuis le massacre de (...)

363Mais je constate que cette exploitation ne se produit pas vis-à-vis des sujets anglais musulmans. On me fait remarquer alors que, comme par hasard, un navire de /68/ guerre anglais est venu mouiller ses amers sous un prétexte quelconque devant Djeddah à quelques mètres du stationnaire turc et que c’est sans doute pour cette raison que les naturels du pays hésitent un peu à se montrer aussi exigeants113.

364Pourquoi alors n’en ferions-nous pas autant ?

365Écoutez, me dit-on, le fait qui s’est produit il y a trois ans.

366Un croiseur français « L’Infernet » est venu relâcher à Djeddah au moment du débarquement des pèlerins. Immédiatement, toutes les autorités ottomanes de Djeddah se sont rendues chez le consul de France pour lui faire connaître que la présence de ce croiseur inquiétait la population musulmane et qu’il y aurait intérêt, pour la tranquillité du pays, à son éloignement immédiat.

  • 114 Cet événement remonte au mois d’avril 1901. Le consul Hyppolite Guès le retrace en ces termes : « L (...)

367Démarche du consul auprès du commandant de « L’Infernet » qui aussitôt après la descente de cet agent diplomatique à terre appareille et part114.

368Bien qu’invraisemblables, ces faits sont d’une rigoureuse exactitude et peuvent être contrôlés. C’est pour cette raison que je n’hésite pas à les livrer à l’appréciation de l’administration supérieure.

3693° - Enfin, un fait qui a produit sur moi une impression fâcheuse, c’est de constater que tous nos pèlerins algériens, à l’exception toutefois d’un lieutenant de spahis en retraite, M. Tayeb de Biskra, en quittant Bône, ont fait disparaître de leurs burnous les distinctions honorifiques que le gouvernement de la République leur a fait l’honneur de leur décerner.

  • 115 La raison n’en serait-elle pas que les pèlerins en question ne veulent pas arborer une croix, ce qu (...)

370Le chef du pèlerinage lui-même soit à Djeddah, soit à Yambo n’a pas osé porter sur sa poitrine la croix de la Légion d’honneur115.

371Je ne tire aucune conséquence de ce fait que je me borne simplement à signaler mais que je ne crois pas devoir passer sous silence.

372Enfin, le dimanche 5 mars, nous quittons Djeddah à 6 heures avec un soupir de soulagement et l’« America », sur lequel je remarque des voyageurs de toutes les nations, /69/ Turcs, Javanais, Persans, Bosniaques, Grecs, Indiens, etc. envoyés par la fameuse poule, vogue vers Yambo.

373Yambo. La ville de Yambo (Phot. 90), située sur une bande de sable qui s’avance dans la mer, consiste en deux ou trois cents petites bâtisses de forme carrée, construites en pierres et chaux de corail blanc. La ville, comme Djeddah, est entourée d’une muraille en ruines sur plusieurs points et compte, d’après renseignements recueillis, en dehors de l’époque du pèlerinage, 2 500 ou 3 000 habitants. De la rade, on aperçoit trois minarets (Phot. 91), l’Office sanitaire et la maison du kaïmakam (Phot. 92) sur le quai, immeuble qui n’a rien de somptueux.

374Dans un coin de ce réduit, on accède par un escalier en très mauvais état à une pièce qui sert de bureau de poste (Phot. 93). Au second plan, d’énormes chaînes de montagnes abruptes et d’aspect volcanique (les monts Rudhua) qui se prolongent dans le sens de la côte puis d’immenses plaines de sable sans aucune végétation. /70/

375Sans la lumière intense qui éclaire et colore cette nature ravagée, ce panorama serait d’une tristesse poignante.

376(Malgré mon grand désir il ne m’a été possible d’obtenir un cliché de ces montagnes. J’ai été obligé d’essayer de les reproduire aussi exactement que possible sur un cliché). (Phot. 94).

377La chaleur est moins forte qu’à Djeddah et les pluies y sont plus fréquentes. La garnison turque y est en temps ordinaire de 300 soldats d’infanterie… Quels soldats !!! Son commerce est moins important que celui de Djeddah, aucun bâtiment ne vient dans son port et le trafic se fait uniquement au moyen de grands sambouks d’une forme spéciale qui longent simplement les côtes.

378Les revenus de Yambo sont tirés exclusivement des droits de douane qui sont normalement fixés à 10 %. Les importations consistent en articles pour la consommation de Médine, grains, cafés et objets d’habillement.

  • 116 Quatre années plus tôt, le commissaire du gouvernement du navire Bretagne, le docteur Vaquer-Calayr (...)

379Le fanatisme des habitants est extrême ; en dehors du temps du pèlerinage, les chrétiens seraient infailliblement mis à mort s’ils tentaient d’aborder à Yambo116.

380Le kaïmakam lui-même, qui, il y a quelques années, a failli être assassiné en plein bazar, et qui n’a dû son salut qu’au sang-froid et au dévouement des officiers et du médecin qui l’accompagnaient, laisse entendre qu’il vaut mieux ne pas descendre à terre.

381Coiffé d’un tarbouche et accompagné d’un homme de police, j’ai pu visiter Yambo /71/ dans tous les sens au grand mécontentement de certains fanatiques qui, passant près de moi, me lançaient des flots de malédictions et d’injures dont la langue arabe est si riche.

382Le kaïmakam n’a qu’un pouvoir apparent et son autorité ne s’étend pas au-delà des murs de Yambo.

383C’est donc de Yambo que nos pèlerins vont parcourir les étapes qui séparent ce port de mer de Médine.

384Elles sont au nombre de cinq sur 230 km environ.

385Biarcheir-Birsaïd-Amrha-Birabbas-Médine et sur tous les points [où] il y a de l’eau.

386Hélas encore ici, le même système est employé pour la spéculation du pèlerin. Arrivés le 6 mars à 8 h du matin, ce n’est que le 10 que les caravanes se mettront en route. Les pèlerins sont navrés. Mais il faut se soumettre.

387Les chameaux, au nombre de 30 000, arrivent de tous les coins de l’horizon et viennent se parquer autour de l’enceinte de Yambo.

388Chaque chameau se louera 135 fr pour le voyage aller et retour et, chose curieuse, chaque journée de retard apportée au départ augmentera le prix de location de 1 fr de sorte qu’au lieu de 135 fr, prix primitivement fixé, il sera en réalité de 139 fr.

Médine (N° 95)117

  • 117 Voir note 105.
  • 118 Pour les pèlerins de rite malékite, comme les Algériens, la visite (ziyâra) à Médine est fortement (...)

389Bien que la visite du tombeau du Prophète ne soit pas obligatoire, tous tiennent à remplir cet acte de dévotion118.

390C’est un hommage rendu à la mémoire du fondateur de l’islamisme. Laissons pour un instant nos pèlerins visiter les tombeaux des saints personnages et voyons l’arrivée du mahmal à Yambo.

  • 119 De toute évidence, Gillotte confond ici les caravanes d’Égypte et de Syrie. Le mahmal égyptien n’es (...)
  • 120 Voir note 45.

391Le mahmal qui se compose d’un tapis sacré119 et de la « sorrah » est le présent que fait annuellement le gouvernement égyptien à la ville de Médine120. /72/

392Le mahmal est transporté en grande pompe de Suez à Yambo par un bateau anglais affrété spécialement et escorté par deux compagnies d’infanterie égyptienne, un escadron de la cavalerie et deux pièces d’artillerie. Un pacha (général de brigade) l’accompagne.

393Cette année, entre Alexandrie et Suez, malgré l’escorte, la « sorrah » a été volée. Voilà dans quelles conditions.

  • 121 Livres égyptiennes.
  • 122 Gare centrale du Caire, du nom du quartier où elle se trouve. Elle est appelée aujourd’hui gare Ram (...)

[ « Le Vol du mahmal : L’Égypte n’a plus rien à envier aux plus grands pays civilisés. Il s’y perpétue les faits les plus en vogue dans ces pays et depuis quelques temps nous avons nos trains pillés, nos assassinats mystérieux, nos vols incompréhensibles.
Aux crimes de l’Égypte il manquait jadis l’audace. L ‘audace est venue. Avec elle, des événements auxquels on n’aurait jamais songé se produisent fatalement. Parmi ces derniers, le vol du mahmal n’est pas le plus banal.
Le mahmal ou tapis sacré se trouvait dans le train spécial qui le transportait à Suez. Dans un des deux wagons de ce train se trouvait la sorrah ou argent destiné au voyage. L’une des cassettes de la sorrah qui contenait 8 000 livres environ (près de 50 kg en or) a disparu. Où et comment ? Voilà ce qu’on ne sait.
C’est à l’arrivée du train spécial à Djeneffa (gare qui précède celle de Suez) que l’on constate la disparition de la précieuse cassette. Dans le wagon aucune trace d’effraction n’a été constatée, sauf la brisure des scellés.
Le vol semble d’autant plus extraordinaire qu’à chaque station durant tout le parcours, l’officier de garde et les autres officiers préposés au service n’avaient constaté rien d’anormal dans le wagon où était placé la sorrah.
L’émir El Hag lui-même ne s’est aperçu de la disparition de la cassette qu’après l’arrêt du train à Djeneffa.
Le ministère de l’Intérieur a donné les ordres nécessaires pour qu’une enquête minutieuse soit faite sur ce vol audacieux et pour que la police parvienne à trouver les voleurs.
Nous apprenons que, de son côté, le ministère des Finances a décidé d’expédier à l’émir El Hag une autre somme de L.E.121 8000 pour parfaire la sorrah.
La cassette portait le numéro 18.
***
Des nouvelles ultérieures nous apprenant que les premières investigations semblent avoir établi que le vol n’a pu être commis qu’à la gare de l’Abassieh122 où le train du mahmal est resté plusieurs heures et où, dit-on, toutes les mesures exigées pour la surveillance du mahmal n’avaient pas été prises. »]

  • 123 Le mahmal dont parle ici Gillotte est celui de la caravane égyptienne. Voir note 119. L’Égypte étan (...)

394C’est le 8 mars que le vapeur « Rahmanieh », vapeur anglais (Phot. 96), ayant arboré son grand pavois, fait son entrée dans le port de Yambo, saluant les pèlerins et les navires en rade par une salve de 21 coups de canon pendant que la musique, excellente ma foi, joue l’hymne khédivial et la marche turque123. Le « mahmal » (Phot. 97) occupe le centre du navire.

395Après la visite officielle du kaïmakam au pacha, le mahmal est descendu à terre et immédiatement entouré d’une foule grouillante de /73/ pèlerins et de curieux (Phot. 98). Nous sommes du nombre : 200 soldats turcs rendent les honneurs militaires sur le quai. L’ensemble des mouvements n’est pas mauvais mais ils sont sales, pieds nus pour la plupart, le reste chaussés de babouches. Les clairons sonnent un air lugubre, il paraît que c’est la marche de cette troupe singulière.

396Soudain, ordre est donné à la foule de s’écarter. « Place, place à la sorrah », crie-t-on de part et d’autre. Et, en effet, les caisses contenant l’or de la sorrah (Phot. 99) sont débarquées par de solides militaires égyptiens que très obligeamment un officier me permet de photographier (Phot. 100). Ces troupes devant stationner pendant quelques temps à Yambo, j’ai profité de mes loisirs pour suivre de près leurs exercices. C’est un véritable plaisir de voir /74/ manœuvrer ces soldats égyptiens (Phot. 101) qui laissent bien loin derrière eux les miliciens turcs. On sent qu’une discipline existe, la tenue des hommes est irréprochable et une grande distinction se dénote aussi bien dans le cadre des sous-officiers que des officiers

397J’ai parlé précédemment des différentes étapes que les pèlerins auront à parcourir mais l’arrivée du mahmal m’avait fait oublier de parler de la sécurité de la route de Yambo à Médine.

398Je m’empresse de réparer cette lacune.

  • 124 Il s’agit des tribus des Juhayna et des Harbis (pluriel Hrub).

399La route de Yambo à Médine est occupée par deux grandes tribus de Bédouins, les Djehalich et les Harbich124.

400Le territoire de la première de ces deux tribus ne s’étend que jusqu’à 4 heures de marche au-delà de Yambo ; la seconde étend sa domination jusqu’aux portes mêmes de Médine.

  • 125 Aveuglé par la crainte d’un complot britannique, Gillotte semble confondre ici la révolte des tribu (...)

401Actuellement cette deuxième tribu est entrée ouvertement en conflit avec le gouvernement turc. Elle a étendu son pouvoir jusqu’au Yémen et, d’après certains renseignements, les Bédouins de cette tribu seraient soutenus au point de vue politique par les Anglais125. J’ai signalé plus haut la défaite complète du détachement de 1 200 soldats turcs laissés par le navire français « l’Alsace » à Hodeïdah.

402Les événements qui se déroulent aujourd’hui en Arabie paraissent indiquer que le mouvement insurrectionnel s’accentue. /75/

403Voici l’extrait du Journal « L’Écho d’Oran » du 20 juin concernant les événements du Yémen.

[ « L’insurrection au Yémen. La Mecque menacée.
Constantinople. – La situation empire dans le Yémen. Les insurgés marchent sur La Mecque.
Le maréchal Feiza Pacha, qui est arrivé à Hodeïdah, déclare qu’il est impossible d’enrayer le mouvement.
Le sultan est très impressionné. Au Palais, tout le monde est inquiet. »]

  • 126 Parmi les bénéficiaires de cette subvention versée par le gouvernement ottoman, les Hrub sont les m (...)

404Le gouvernement de la Sublime Porte paye annuellement à ces deux tribus une forte somme pour qu’elles laissent passer librement les pèlerins se rendant à Médine126. Pour les obliger à exécuter loyalement ce contrat, le gouvernement ottoman exige le maintien à Yambo comme otages de deux personnalités prises dans ces tribus.

405Toutefois cette organisation ne suffit pas à prévenir les conflits entre voyageurs et Bédouins.

406Voici un fait qui s’est passé il y a quelques années.

407Dans le voyage d’aller à Médine, des Algériens qui s’étaient isolés quelques instants du gros de la caravane pendant la nuit, furent assassinés et une échauffourée se produisit dans un village dont le cheikh voulait leur faire payer l’eau un prix exorbitant. Nos Algériens attaqués tuèrent le cheikh et deux autres indigènes du village.

  • 127 L’incident a été relaté par un administrateur colonial au préfet de Constantine : un pèlerin du dou (...)

408Ils arrangèrent d’eux-mêmes les choses en payant une assez forte somme aux parents de ces trois individus127.

409Cette solution amiable fit que le kaïmakam de Yambo tout d’abord assez ému de l’incident ne jugea pas à propos d’en entretenir le consul de France officiellement n’ayant, disait-il, reçu aucune plainte des Bédouins.

  • 128 Cette représentation du bédouin comme un païen superficiellement islamisé est un lieu commun de la (...)

410Ces derniers sont une race de montagnards ignorants et d’une âpreté au gain dont rien ne peut donner une idée. Ils ne sont pas musulmans et ne connaissent, ni ne pratiquent, les dogmes et les règles de l’islam : ils imitent simplement les musulmans dans leur /76/ attitude de prière et d’après certaines personnalités ils adoreraient le « Soleil »128.

411Ils vivent dans de petits villages, perchés sur les hauteurs, aux environs des sources, comme nos Kabyles, et ne connaissent pour chefs que ceux d’entre eux qui les nourrissent le mieux.

412Ils possèdent des troupeaux de moutons et n’ayant aucune industrie ils vont dans les villes vendre la laine pour se procurer des vêtements et surtout des armes pour lesquelles ils ont une véritable passion et qui constituent le seul luxe qu’on leur connaisse. Leur mode d’attaque contre l’ennemi en fait surtout des pillards plus que des guerriers. Et c’est pour cette raison que l’insurrection qui se produit actuellement dans le Yémen ne pourra aller qu’en s’accentuant et durera longtemps.

413J’ai dit précédemment ce qu’avait été l’attitude du Sr El Abiod Bouyahia ben Mohammed, adjoint indigène de la commune mixte de Tablat comme chef de pèlerinage, et M. Bardenat, commissaire du gouvernement à bord de la « Savoie » pourra fournir sur lui un rapport circonstancié, mais il n’a fait en cela que suivre l’exemple de ses devanciers. J’ai pu me procurer au consulat de France un rapport relatif à l’attitude de nos chefs indigènes arrivant dans le Hedjaz, adressé au consul par un fonctionnaire spécialement chargé du réembarquement à Yambo le 3 juin 1901, d’où j’extrais le passage suivant :

  • 129 Gillotte fait ici allusion à un « rapport sur le séjour des pèlerins algériens et tunisiens à Yambo (...)

414« Au cours de cet entretien, j’ai présenté à Ferhat Effendi les principaux cheikhs algériens et tunisiens qui m’accompagnaient. Je n’ai pas été peu surpris de l’attitude émue de joie et servile de nos ressortissants129 ».

415« Ces derniers, en plus des marques extrêmes de respect qu’ils ont témoignées en ma présence au représentant du chef suprême de l’islam, sont allés jusqu’à faire des vœux de bonheur et de prospérité pour le sultan et le « glorieux Empire ottoman ». /77/

416« Si j’ai bonne mémoire, ce sont les mêmes individus qui, malmenés et volés impunément pendant leur séjour à La Mecque, venaient, M. le Consul, protester auprès de vous de leur amour pour la France et de leur admiration et de leur respect pour le gouvernement de la République si rempli de bienveillance et de bonté à leur égard ».

417La situation est-elle changée aujourd’hui ?

418Le dimanche 26 mars, ayant été invité à déjeuner à bord de la « Savoie » par M. Bardenat, j’ai demandé à El Abiod Bouyahia, chef du pèlerinage ses impressions sur le voyage et sur les souffrances endurées par nos pèlerins algériens pendant les deux voyages de Djeddah à La Mecque et de Yambo à Médine aller et retour, et M. Bardenat assistait à cet interview. « Oui, c’est très vrai, m’a-t-il répondu, tous nos Algériens ont beaucoup souffert du voyage, ils ont été exploités honteusement, de toutes les manières, mais nous nous garderons bien, à notre rentrée en Algérie, de raconter cela, car la religion nous le défend et, de plus, à La Mecque, nous avons fait la promesse formelle de ne rien dire et, dans la naïveté de ses 62 ans, il me déclara que, rentré chez, lui il sera le premier à déclarer que le pèlerinage s’est effectué sans souffrance aucune pour les pèlerins ».

419Le même jour 26 mars, dans l’après-midi, ce chef du pèlerinage s’est trouvé avec les commandants des navires « Savoie » et « America » dans le bureau des Srs Rini et Galimberti, et, ébloui par la quantité de louis d’or répandue sur une table, le commandant Luciani lui pose cette question :

420« Si on te donnait cet or qu’en ferais-tu ? »

421« Je retournerais de suite à La Mecque et à Médine répondit-il. »/78/

422« Mais pourtant, ajoute le commandant Luciani, tu es chef du pèlerinage et, comme tel, tu ne peux pas abandonner ni les pèlerins, ni ton poste. »

  • 130 Littéralement : « il n’y a pas ».

423« Ma fiche130 (c’est une expression usitée dans le Hedjaz), répondit-il, la religion avant tout. »

  • 131 Assez curieusement, le commissaire du gouvernement Bardenat ne signale pas, dans son rapport, le mo (...)

424Voilà donc un chef indigène auquel une mission a été confiée, qui n’hésite pas à exprimer des idées semblables et qui, je dois le dire, au lazaret de Matifou, est venu me supplier d’adresser à M. le Gouverneur Général un rapport en sa faveur, car, me disait-il, à la suite de ce voyage, il se proposait de demander en récompense de ses services la croix d’officier de la Légion d’honneur. Je n’insiste pas131.

425J’ai dit qu’avant de partir pour Médine les pèlerins avaient été maintenus 4 jours à Yambo (Phot. 102)

426Cela n’est rien ; à leur retour de Médine, les pèlerins algériens, malgré leurs protestations, sont encore obligés de rester du 21 au 28 mars inclus à Yambo, sans abri, sans nourriture, dénués de tout.

427J’ai narré précédemment les menaces qui avaient été faites à La Mecque au nommé Hamdi Khoudja de Bône ; le 21 dans l’après-midi, me montrant les blessures par lui reçues à la tête, il me fait le récit de l’attaque /79/ dont il a été l’objet durant le voyage de Yambo à Médine. Il me fait constater en effet les coups de sabre reçus par lui sur la tête qui ont entamé fortement le cuir chevelu au point de mettre la calotte crânienne à nu, sans compter les nombreux coups de trique qui lui ont été administrés.

428Il a eu la présence d’esprit de faire le mort pendant un moment. Le croyant tué, ses agresseurs prirent la fuite.

429Il put rejoindre la queue de la caravane et aller à Médine où les premiers soins lui furent donnés par un médecin turc.

430Néanmoins, c’est M. le docteur Laure de l’« America », sur mes instances, qui a fait les points de sutures pour rapprocher les chairs.

431J’ai signalé que nos pèlerins algériens, bien que nantis de leurs billets de retour, avaient été mis dans l’obligation de rester à Yambo du 21 au 28 mars. Voici en deux mots pourquoi :

432C’est que les grands courtiers du pèlerinage Rini et Galimberti ne sont arrivés à bord du vapeur « L’Alsace » à Yambo que le 23 mars.

433Le faisant fonctions de vice-consul, M. Féer, est également à bord pour assister au réembarquement des pèlerins.

434C’est à Yambo que se terminent les opérations de la « poule » commencées à Djeddah et que chacun va toucher sa part dans les bénéfices.

435Ici je dois signaler un fait qui mérite d’attirer l’attention de l’administration supérieure. /80/

  • 132 La ratification par la France de cette convention fait suite à une conférence organisée à Paris du  (...)

436Le faisant fonctions de vice-consul de France, M. Féer, a mission d’assister au réembarquement des pèlerins algériens qui doivent aller de Yambo au lazaret de Tor purger la quarantaine prescrite par la Convention internationale du 6 septembre 1904132.

  • 133 En 1901, le docteur Vaquer-Calayrac fait état de propos similaires tenus par le kaïmakam de Yanbu’  (...)

437Or, le 24 mars, invité par moi, commissaire du gouvernement, à descendre à terre pour constater l’état de délabrement dans lequel se trouvaient nos pèlerins, M. Féer n’hésite pas à me faire connaître qu’avant son départ de Djeddah, il a reçu une lettre signée du vali (préfet et gouverneur du Hedjaz) dans laquelle ce haut fonctionnaire ottoman l’engage à ne pas descendre à Yambo et qu’il décline toute responsabilité au cas où, passant outre à ce conseil, il était tué133.

438Je n’ai pas insisté ; mais le consul m’a fait connaître qu’il n’avait pas répondu à cette lettre du vali.

« J’aime mieux, me déclara-t-il en véritable diplomate, avoir les yeux fermés sur les dessous du pèlerinage. »

439Et en cela je lui donne absolument raison.

440Mais, n’ayant pas les mêmes réserves à garder, je dis peut-être très mal ce que j’ai constaté, mais j’estime que je remplis la mission qui m’a été confiée.

441Le 28 dans l’après-midi, le navire « America » est littéralement pris d’assaut par les pèlerins.

442Quelques-uns, et des enfants même, arrivent à bord à la nage. C’est dire la folie joyeuse de tout ce monde de quitter la terre « sainte », mais il /81/ est impossible, aussi bien au consul qu’au commissaire du gouvernement, de savoir la quantité de pèlerins embarqués.

  • 134 Aux termes des différentes conventions sanitaires internationales, les pèlerins en provenance de la (...)

443Nous quittons donc Yambo le 28 mars à 6 h du soir faisant route sur Tor, lazaret international134.

444Conformément aux instructions gouvernementales du 16 décembre 1894, la distribution des vivres s’est effectuée dans la journée du 29 mars (1re journée de voyage de retour) sous la surveillance du commissaire du gouvernement.

445De même que pour la distribution de l’eau, chaque pèlerin est muni d’une carte de nourriture (Voir Phot. 103) sur laquelle une empreinte sera à faire à chaque distribution.

446Le 30 mars nous arrivons à Tor à 9 heures du matin.

  • 135 L’article 128 de la convention sanitaire de 1904 prévoit que, « si la présence de la peste ou du ch (...)

447Le service de santé monte immédiatement à bord pour percevoir les droits sanitaires et nous fait connaître par l’intermédiaire de M. Alby, un Constantinois, comptable du lazaret, qu’on nous dira dans la journée si nous devons faire trois ou dix jours de quarantaine, quelques cas suspects ayant été constatés sur d’autres navires135. Mais qu’en tout cas, nos pèlerins ne seront admis au lazaret /82/ que demain 31 mars, faute de places disponibles…

448Je profite donc de ces instants de loisirs pour prendre quelques notes sur Tor. La rade, dont l’entrée est rendue difficile par deux larges barres de corail entre lesquelles existe un étroit chenal, est peu protégée contre la violence de la mer et son manque de profondeur oblige les vapeurs de fort tonnage comme l’« America » à se tenir assez loin du rivage.

449L’emplacement du campement offre toutes les conditions d’hygiène et d’aération voulues. Il est situé sur le bord de la rade et s’étend de l’est à l’ouest sur une grande plaine de sable baignée par la mer d’une part et qui aboutit au pied des montagnes.

450À droite, on remarque une oasis sur une étendue de 800 m. C’est sur ce point que s’est implantée une tribu de pirates que la création du lazaret a fait disparaître. Ce campement est à peu près à 1 500 m du village.

451Celui-ci consiste en quelques maisons.

452On y voit un grand couvent grec, une église, succursale de l’établissement, qui existe au sommet du Mont Sinaï que l’on aperçoit très distinctement de Tor.

453Aucune communication n’est autorisée entre le village et le campement. /83/ Le débarquement des pèlerins s’est effectué dans de grandes barques (Photo 104), traînées par un remorqueur.

454Chaque navire, aussitôt le dernier pèlerin débarqué, est livré à une équipe d’agents du service sanitaire qui en opère la désinfection complète.

455Les équipages des navires, sauf l’état-major et les premiers maîtres du bord ont dû descendre à terre pour subir la désinfection de leur linge sale et de leurs couchettes.

456Le campement est parfaitement installé avec des aménagements des plus modernes.

457Le personnel est de 22 docteurs et deux doctoresses, une Anglaise, une Russe et cinq infirmières ou neurs qui, avec la meilleure grâce, nous font visiter les différents services dont elles sont chargées.

458On débarque au moyen de 3 grands pontons espacés en face desquels se trouvent trois corps de bâtiments et une machine élévatoire pour l’eau de mer servant aux ablutions des pèlerins.

459Ces trois bâtiments sont exactement construits sur le même modèle.

  • 136 Ces trois établissements de désinfection sont rigoureusement séparés ce qui permet aux passagers de (...)

460La première salle, pourvue d’un hall et d’une vaste cour, sert /84/ de salle d’attente aux pèlerins : ils passent ensuite par les salles de douches et de bains à leur choix pendant qu’on procède à la désinfection de leurs vêtements. Le tout d’une propreté remarquable. – Côté des hommes – Côté des femmes136. Tout l’établissement est éclairé à l’électricité et chaque bâtiment est relié à la direction par le téléphone.

  • 137 La hauteur de 2,50 m mentionnée par le Dr Ruffer en 1903 semble plus réaliste. Celui-ci précise que (...)

461À quelques centaines de mètres de ces premiers bâtiments se dressent de grandes clôtures en fil de fer, hautes de 5 m, qui constituent les parcs où sont enfermés les pèlerins137. Ces parcs ont 250 m de longueur sur 50 de largeur. Des tentes à 16 hommes sont mises à leur disposition. Il est permis aux pèlerins, pour faire la cuisine, d’emporter les menus objets de toilette et les pots de zinc qui font partie des bagages portatifs de nos Algériens.

462Ces parcs sont au nombre de 22.

  • 138 Lors de la Conférence sanitaire de Paris de 1903, le Dr Ruffer est revenu sur la question de l’appr (...)

463On en réserve un pour chaque navire ; jamais deux parcs contigus ne sont occupés : entre deux on en laisse un vide où se trouvent des hommes de police chargés d’empêcher toute communication entre les passagers de deux navires. L’eau douce y est abondante138.

464Les pèlerins indigents sont nourris gratuitement par les soins du gouvernement égyptien.

465Il existe ensuite dans chaque parc un épicier.

  • 139 L’affiche a été reproduite en annexe 4.

466Les prix sont fixés par le directeur du lazaret et affichés (voir affiche)139 /85/ en plusieurs endroits en langues française, arabe et turque.

467Le campement comprend encore quatre hôpitaux bien aménagés de 32 lits chacun. Trente cabines en bois permettent d’isoler les malades atteints de maladies contagieuses.

468Une grande pharmacie, une salle d’autopsie et une salle de bactériologie dont la complète organisation fait l’étonnement de tous.

469Un petit chemin de fer Décauville circule autour de tout le campement et met en communication rapide le débarcadère et tous les bâtiments.

470Le directeur du lazaret dispose de plusieurs centaines de soldats égyptiens sur lesquels il a pleine et entière autorité.

  • 140 La station quarantenaire d’El-Tor est rattachée au Conseil sanitaire, maritime et quarantenaire d’É (...)

471Le conseil d’administration a son siège à Alexandrie140.

472Le président est un Anglais le docteur Rufer mais l’inspecteur général est un Français, le docteur Briand.

473L’eau qui alimente tout le lazaret de Tor provient d’une nappe inépuisable. Un moteur à pétrole alimente un réservoir susceptible de contenir 4 000 tonnes d’eau.

  • 141 Le Dr Zachariadis Bey a écrit un abondant rapport sur les opérations quarantenaires du pèlerinage d (...)

474C’est grâce à l’amabilité de M. le docteur Zakariadis141, directeur du lazaret, qu’il m’a été permis de visiter complètement cet établissement modèle et de recueillir tous les renseignements ci-dessus énumérés.

475En mettant le pied dans ce lazaret on sent qu’on n’est plus en Turquie. /86/

476Nos indigènes ayant purgé une quarantaine de 3 jours et aucune maladie n’ayant été constatée, le directeur nous annonce qu’il va nous rendre à la liberté et cela à la grande satisfaction aussi bien des pèlerins que de l’équipage.

477Aussi le dimanche 2 avril le 3e réembarquement des pèlerins s’effectue et l’« America » lève l’ancre à destination de Kelibia (Tunisie) avec escale à Suez, Ismaïlia et Port-Saïd.

478Rien de particulier à signaler pendant cette traversée pendant laquelle des gardes sanitaires imposés par le gouvernement égyptien ont empêché toute communication avec la terre.

479À Kelibia (Tunisie), où nous avons laissé 154 pèlerins tunisiens, existe un lazaret à l’état embryonnaire dirigé par M. le docteur Lafforgue, médecin major de l’armée, qui nous fait l’accueil le plus courtois.

480Enfin, le 12 avril, par une houle très forte, l’« America » débarque au lazaret de Matifou sa cargaison humaine, heureuse de mettre enfin le pied sur le sol algérien.

481M. le docteur Bourlier, directeur du lazaret, comme moi du reste, a eu le regret de constater au débarquement que le nombre de pèlerins marocains signalés comme embarqués était de beaucoup supérieur au chiffre annoncé. 234 pèlerins marocains ont été débarqués du vapeur « America ». 83 seulement avaient été signalés au commissaire du gouvernement à l’embarquement à Yambo.

482La « poule », on le voit, avait produit des poussins !!! /87/

Conclusions

483Après ce que j’ai constaté, après ce que j’ai vu, entendu au cours de ce pèlerinage, je me permets, Monsieur le Gouverneur Général, de vous donner respectueusement mon avis sur cette question si délicate du pèlerinage à La Mecque.

484Devons-nous, dans un intérêt politique, le propagander ou, au contraire, chercher par certaines mesures à le rendre difficile à effectuer ?

485Il est établi au consulat de France à Djeddah que le nombre des pèlerins se rendant à La Mecque et à Médine est sensiblement le même toutes les années, que le pèlerinage soit autorisé ou non.

486Pourvu que les mesures sanitaires soient scrupuleusement appliquées à Djeddah, à Yambo, à Tor surtout, avec les procédés actuellement employés, nous n’avons plus guère à craindre la propagation des maladies épidémiques, j’estime donc à ce point de vue que nous devons user de tous les moyens pour engager les pèlerins à faire ce pèlerinage.

487D’autre part, au point de vue religieux, il ne faut pas se dissimuler qu’un jour viendra où le prestige de La Mecque s’amoindrira.

488À mesure qu’on aura la facilité de s’y rendre, à moins de frais, et sans courir de risques, le jour où la locomotive y amènera des wagons chargés de pèlerins, la sainteté de la ville sera compromise ; avec l’affluence des visiteurs, le titre de pèlerin perdra de son prestige et le fanatisme religieux de nos populations musulmanes disparaîtra peu /88/ à peu. N’était la défense formelle imposée à La Mecque à tout musulman de dire ses impressions, sous peine de perdre le bénéfice de l’acte religieux accompli, beaucoup diraient à leur retour : « Si nous avions su, nous ne serions pas venus ».

489Ce mouvement intellectuel s’accentuera dans les conditions que je viens d’indiquer mais pour cela, il faut que nous l’aidions.

  • 142 Au regard des archives algériennes et de l’évolution de l’organisation des déplacements à La Mecque (...)

490En attendant, pour mettre un terme à l’exploitation honteuse du pèlerin, j’ai l’honneur de vous proposer les mesures suivantes142 :

4911° - Mise en adjudication au rabais du prix du transport des pèlerins effectuant le pèlerinage à La Mecque (aller et retour).

4922° - Défense absolue aux commandants de navires français de participer à la poule organisée annuellement par les courtiers de pèlerinage, sous peine de 1 000 fr de retenue sur le cautionnement par journée de séjour imposée aux pèlerins soit à Djeddah, soit à Yambo, à partir du moment où le retour des pèlerins aura été constaté par le commissaire du gouvernement.

  • 143 L’article 30 du règlement sur la police du transport des pèlerins annexé à l’arrêté du gouverneur g (...)

4933° - Obligation rigoureuse pour la compagnie de comprendre dans le prix du billet tous les droits sanitaires prévus ainsi que les frais de débarquement et de réembarquement des pèlerins à Djeddah et à Yambo143.

  • 144 Cette préconisation, également formulée par Carbonell en 1908, semble relever du vœu pieux.

4944° -Obligation à imposer au commandant du navire de remettre au commissaire du gouvernement une note signée de lui mentionnant exactement le nombre de passagers étrangers embarqués à bord du navire à Djeddah, à Yambo, à Tor, sous peine d’une amende de 5 000 fr à prélever sur le cautionnement, après débarquement au lazaret /89/ de Matifou, si le chiffre des pèlerins étrangers débarqués est supérieur à celui donné par le commandant du navire144.

4955° - Obligation imposée à la compagnie de mettre à la disposition du commissaire du gouvernement à toute heure de la journée à Djeddah et à Yambo une embarcation pouvant permettre à ce fonctionnaire de surveiller le débarquement et l’embarquement des pèlerins.

  • 145 « Le restaurateur et deux pèlerins l’un désigné par le commissaire du gouvernement, le second par l (...)

4966° -Obligation pour le commandant (sauf en cas de force majeure où il pourrait être remplacé par le second capitaine) d’assister avec le commissaire du gouvernement à la distribution des vivres faite aux pèlerins algériens pour le restaurateur du bord. Un procès-verbal constatant que les distributions ont été régulièrement faites devra être signé par le commissaire du gouvernement, le commandant du navire145, au moment du réembarquement des pèlerins à Tor.

4977° - Obligation pour la compagnie dans le cas où le navire ne pourrait pas débarquer les pèlerins à Tor, par suite de l’encombrement du lazaret, de les nourrir à bord jusqu’au moment du débarquement.

4988° -Obligation pour la compagnie de fixer, tant à l’aller qu’au retour, le nombre de plats auxquels ont droit les pèlerins effectuant le voyage en 1ère classe pour lequel la compagnie exige la somme de 500 fr.

499Et maintenant dans un autre ordre d’idées :

  1. - Suppression de l’indemnité de 1 500 fr allouée au soi-disant chef de pèlerinage indigène. Lui donner un titre simplement honorifique. Affectation de cette /90/ somme de 1 500 fr au rapatriement des indigènes algériens pour lesquels le gouvernement général est obligé de distraire annuellement du budget spécial une somme à peu près équivalente.

  2. - Suppression des passeports et remplacement par le simple permis de voyage pour lequel chaque pèlerin verserait avant le départ une somme de 5 fr qui serait adressée à un fonds commun centralisé au gouvernement général pour l’installation d’une infirmerie volante à Djeddah.

    • 146 Cette recommandation revient souvent dans les rapports des commissaires du gouvernement. En 1901, p (...)

    - Suppression des chefs de groupes qui n’ont aucune autorité sur leurs coreligionnaires soit à bord, soit au cours du pèlerinage, et leur remplacement par deux cavaliers de communes mixtes ou deux gendarmes indigènes chargés, sous le contrôle du commissaire du gouvernement, d’assurer la police à bord et qui serviraient d’interprètes146.

500P. Gillotte /91/

Notes

1 Ce paquebot, qualifié par Gillotte de « très solide et très vaste », a été construit en 1881, l’année où l’armateur marseillais crée sa propre compagnie afin se lancer dans le transport transatlantique, comme l’indique le nom du navire. Désireux de rentabiliser son affaire pendant les périodes creuses, Cyprien Fabre s’intéresse rapidement au marché des pèlerinages musulmans. Il restera jusqu’à la décolonisation l’un des principaux opérateurs du hajj algérien en concurrence avec la Société générale des transporteurs maritimes qui, en cette année 1905, est également chargée de transporter les pèlerins algériens sur le Savoie, un cargo mixte d’une capacité inférieure à celle de l’America et acheté par le transporteur français à une compagnie italienne en 1899 pour assurer les liaisons avec l’Amérique du Sud.

2 Le nombre de pèlerins décédés pendant le voyage de l’America reste malgré tout important. En 1901, par comparaison, on ne compte ainsi que 28 décès pour les 4 000 pèlerins embarqués sur cinq navires au départ de l’Algérie.

3 Cette station quarantenaire est ouverte en 1884 à l’est de la baie d’Alger (aujourd’hui Bordj El Bahri), suite à une épidémie de choléra. Dotée de trois pavillons et d’une centaine de tentes, son équipement est des plus sommaires. Cf. Laurent Escande, Le pèlerinage à La Mecque vu d’Algérie. Aspects sanitaires (1870 – 1940), mémoire de maîtrise, Université d’Aix-Marseille, 1990, p. 77-83.

4 Le « gaillard » est la partie supérieure du pont d’un navire, elle-même dominée par une ou plusieurs « dunettes » légèrement surélevées qui s’étendent sur toute la largeur du navire.

5 Faux-pont léger, situé au-dessus du pont supérieur.

6 La question de la régularité de l’installation de ces cuisines, à proximité du pont, mérite malgré tout d’être posée au regard de la fréquence des incendies. L’article 22 du règlement sur la police du transport des pèlerins annexé à l’arrêté du gouverneur général du 10 décembre 1894 exige en effet des « locaux » fermés spécialement affectés à la cuisine personnelle des pèlerins.

7 Réservoir.

8 Article 20 du règlement sur la police du transport des pèlerins précité.

9 La règlementation précise que les soins et les médicaments sont fournis gratuitement aux pèlerins.

10 L’article 24 du règlement sur la police du transport des pèlerins prévoit qu’une telle infirmerie doit pouvoir recevoir au moins 5 % des pèlerins embarqués à raison de 3 m2 par tête.

11 Les modalités de transmission du choléra par les matières fécales confèrent à ces dispositions une importance particulière. Aux termes de l’article 18 du règlement sur la police du transport des pèlerins, les lieux d’aisance ne doivent être situés, ni dans les entreponts, ni dans la cale, et doivent être désinfectés trois fois par jour. Le navire doit être équipé d’au moins une latrine pour chaque centaine de pèlerins embarqués. En 1908, le docteur Carbonell constate le mauvais fonctionnement des latrines provisoires installées à bord du Nivernais et déplore, de manière plus générale, l’absence d’« installations hygiéniques que l’on est habitué à trouver sur des navires modernes ». Cf. Laurent Escande (éd.), Avec les Pèlerins de La Mecque, op. cit., p. 45-47.

12 Placée sous l’autorité du gouverneur général, la direction des Affaires indigènes est chargée de contrôler les « territoires du Sud » — Sahara et hauts-plateaux — créés en 1902 et administrés par les forces armées.

13 La plupart des écrits français transcrivent ainsi l’appellation du port de Yanbu’, remplaçant de manière inexplicable le « n » par un « m ». Il s’agit probablement d’une méprise d’un auteur soucieux de respecter la règle orthographique suivant laquelle le « b » est toujours précédé d’un « m », reprise par la suite par d’autres non-arabisants… On retrouve plus avant la même erreur dans d’autres transcriptions : hambalite pour hanbalite, sambouk pour sanbouk…

14 Erreur de Gillotte. Il s’agit vraisemblablement du 27 janvier à 7 heures du matin.

15 Remarque évidemment contestable. Avant la conquête française, la régence d’Alger avait l’habitude de dépêcher un convoi officiel par la voie maritime afin de faire parvenir aux lieux saints une part du revenu des biens habous. Le départ du convoi faisait l’objet d’une cérémonie officielle où le waqil des habous de La Mecque et de Médine remettait au mufti d’Alger la somme destinée aux pauvres des lieux saints, laquelle était ensuite répartie, pour des raisons de sécurité semble-t-il, entre l’ensemble des pèlerins présents. ANOM, 3F/6, Gouvernement des possessions françaises de l’Afrique du Nord. Registre des délibérations du conseil d’administration du 17 septembre 1835 au 25 décembre 1836.

16 Gillotte, qui rédige ce rapport au retour de plusieurs mois de vie commune avec des musulmans, réduit l’islam à une « coutume indigène ». L’islam ne l’intéresse pas et il conserve ses préjugés à son égard en dépit de son expérience. Le principal souci des administrateurs français était de contrôler les pèlerins. Dès 1888, le consul de France à Djeddah, Ernest Watbled, considère son poste comme « une avant-garde de police de l’Algérie et de la Tunisie, le consul ayant à surveiller étroitement les menées des agents des sociétés religieuses musulmanes de l’Afrique septentrionale qui, grâce au pèlerinage, viennent chaque année recevoir le mot d’ordre à La Mecque ».

17 En Algérie, les femmes sont alors peu nombreuses à accomplir le pèlerinage et rarement recensées dans les statistiques du hajj. S’agissant du pèlerinage algérien, elles constituent à peine 5 % de l’ensemble des pèlerins en 1893, 7 % en 1902.

18 Un étudiant en sciences religieuses (pas forcément jeune).

19 Muezzin (celui qui lance l’appel à la prière, ou azân).

20 Une « loupe » est une tumeur sous-cutanée. Une « phlegmon » est une inflammation du tissu conjonctif.

21 Morceaux de fonte servant à lester un navire.

22 Aux termes de l’article 1er de l’arrêté du 10 décembre 1894, chaque pèlerin doit justifier qu’il dispose de « la somme indispensable pour effectuer le voyage, aller et retour, dans de bonnes conditions, laquelle somme est fixée à 1000 francs ».

23 Le commissaire du gouvernement à bord du Savoie note dans son rapport de pèlerinage : « Partis d’Alger le 26 janvier, dans la soirée, avec 856 pèlerins à bord, nous avons été assaillis, la nuit suivante, par une violente tempête qui a retardé notre marche et nous a obligé à relâcher sur les côtes de Tunisie, en vue de la petite ville de Porto-Farina [Ghar El Melh], endroit où nous sommes restés environ vingt-quatre heures. Nous ne sommes donc arrivés à Djedda que le 6 février suivant, ayant mis ainsi douze jours à effectuer cette traversée qui n’aurait dû en exiger que huit si le temps avait été plus favorable ». ANOM, GGA, 16h/86, 10 avril 1905.

24 Ville nouvelle, Port-Saïd commence à se développer pendant la première moitié de la décennie 1860 selon un plan quadrillé. Des constructions en dur remplacent alors progressivement les baraquements en bois et une ville européenne émerge, isolée des quartiers arabes situés plus à l’ouest. En 1863, le gouvernement français y ouvre une agence consulaire, transformée en consulat en 1869, l’année d’ouverture du canal. Au début du xxe siècle, Port-Saïd compte environ 40 000 habitants dont 15 000 Européens.

25 Le bâtiment qui figure sur la photographie n° 15 est le palais de la Compagnie dont les travaux ont débuté en 1893.

26 Le chiffre d’affaires de la Compagnie en 1904 est l’un des plus élevés de la décennie mais connaît un léger fléchissement l’année suivante. Son résultat d’exploitation est élevé du fait du faible montant des dépenses de personnel ou d’approvisionnement en matières premières mais aussi grâce à un régime fiscal particulièrement favorable. Cf. Caroline Piquet, La Compagnie du canal de Suez. Une concession française en Égypte (1888 – 1956), Presses de l’Université Paris-Sorbonne, Paris, 2008, p. 78-79.

27 La statue de Ferdinand de Lesseps (1805 – 1894), œuvre du sculpteur Frémiet, fut inaugurée le 17 novembre 1899 pour le 30e anniversaire de l’ouverture du canal.

28 La mainmise britannique sur l’Égypte commence avec le rachat des actions du canal détenues par le khédive en 1875. La seconde étape est l’occupation de l’Égypte par l’armée anglaise durant l’été 1882, en réponse à la révolte nationaliste d’Ahmed ‘Urâbi (Arabi Pacha). Le protectorat britannique sur l’Égypte ne sera officialisé qu’au début de la Première Guerre mondiale.

29 Il s’agit en réalité de la convention de Constantinople du 29 octobre 1888 qui précise dans son article 1er que « Le canal maritime de Suez sera toujours libre et ouvert, en temps de guerre comme en temps de paix, à tout navire de commerce ou de guerre, sans distinction de pavillon. »

30 On appelait alors l’Empire ottoman « Turquie », laquelle s’étendait donc bien au-delà des frontières de la Turquie actuelle.

31 L’agence consulaire de France à Suez a été transformée en consulat en 1864.

32 Il s’agit du port de Rabigh, situé à environ 100 km au nord de Djeddah.

33 La transcription exacte est (Gillote ayant interverti ou omis certains termes du verset) : « Labbayka Allāhumma Labbayk. Labbayk lā Sharīka laka Labbayk. Inna l-Hamda, Wa n-Ni‘mata laka wal Mulk. Lā Sharīka Lak. ».

34 Le port différencié de l’ihrâm signalé par Gillotte n’a rien de canonique. Il était probablement en vigueur à son époque, mais ne l’est plus aujourd’hui.

35 Ces droits sanitaires sont destinés à financer les équipements sanitaires du Hedjaz ainsi que les stations quarantenaires. Le montant en est fixé chaque année par le Conseil Supérieur de Santé d’Istanbul.

36 La « patente » est le document délivré par les autorités portuaires constatant l’état sanitaire d’un navire, le « certificat de mesurage » fixe le nombre maximum de passagers qu’un navire peut transporter. Des cas de surcharge ayant été constatés lors du pèlerinage de 1905, un arrêté du gouverneur général du 6 mars 1905 est venu rappeler que la surface réservée à chaque pèlerin ne pouvait être inférieure à 1,5 m2. ANOM, GGA, 16h/83.

37 Terme générique pour ces embarcations à voile qui font l’essentiel du commerce à l’intérieur de la mer Rouge et, à Djeddah, assurent le transport depuis les vapeurs qui mouillent au large pour éviter les hauts-fonds et les récifs coralliens, et le quai.

38 Ticket en turc.

39 L’aménagement du débarcadère fait partie des nombreux travaux conduits par les autorités ottomanes avec le soutien de la notabilité marchande, soucieuse du développement du port. Le débarcadère que décrit Gillotte, avec son Office sanitaire, ses hangars, kiosque de perception des droits et sa « barrière », a été inauguré en 1895. Les travaux continuent au port, et des entrepôts couverts sont construits (visible sur la photographie n° 46).

40 Le douro espagnol est une unité monétaire parallèle.

41 Nombreux sont alors les consuls à se plaindre du non-paiement du visa par les pèlerins algériens ou tunisiens. En 1887, par exemple, le vice-consul de Lostalot critique ces pèlerins « très indisciplinés et encore plus avares » qui refusent de se présenter au consulat pour retirer leur passeport afin de ne pas payer le visa de 5 fr : « Nous ne possédons pas à Djeddah de forces suffisantes pour les obliger à faire viser leur passeport et les autorités locales ne nous donnent guère la main dans ce but, la Turquie n’ayant jamais, disent-elles, reconnu officiellement notre domination dans le Nord de l’Afrique. ». ADN, Djeddah, 55, 25 novembre 1887.

42 Cette suggestion est vraisemblablement inspirée du précédent britannique : en 1897, à l’occasion du Jubilé de la reine Victoria, les Indiens du Hedjaz ont mis en place un Jubilee Indian Pilgrim Relief Fund destiné à secourir leurs compatriotes dans le besoin. Foreign Office (FO), 195/1987, 25 juin 1897.

43 Après l’établissement du protectorat français en Tunisie en 1881, les pèlerins tunisiens auraient, aux dires de certains consuls, fait l’objet de traitements vexatoires de la part de fonctionnaires ottomans ayant reçu l’ordre de ne pas reconnaître la nouvelle situation en Tunisie. ADN, Djeddah, 54, 1er novembre 1887.

44 Cette maison de commerce était l’un des rares établissements européens demeurés à Djeddah après la crise des années 1880 – 1890 (Grande Dépression). Avec un autre établissement de commerce (Van der Chys, hollandais) et à côté de ses propres activités, elle servait d’agence locale à plusieurs compagnies européennes. Le réseau négociant et financier de ces établissements leur permettait de jouer le rôle de banque pour les transferts importants d’argent, en acceptant les traites européennes, dans un pays où les activités financières étaient normalement le domaine des sarrâf-s (changeurs) et où l’intérêt était officiellement interdit.

45 Il s’agit de la surra, revenu issu du produit des fondations pieuses (habous, autrement appelés waqf-s) et versé annuellement aux pauvres de La Mecque et de Médine.

46 Muttawif : guide du pèlerinage, membre d’une corporation mecquoise chargée d’assister les pèlerins.

47 Selon l’Office sanitaire de Djeddah, 69 745 pèlerins ont débarqué à Djeddah en 1905.

48 La dernière épidémie de choléra remonte à mars 1902. Elle a duré 33 jours et a causé la mort de près de 5 400 pèlerins.

49 Les écrits occidentaux qualifient fréquemment de « temple » le cube noir autour duquel est édifiée la grande mosquée de La Mecque, à l’image de sa fonction antéislamique. Après la destruction des idoles de la ka’ba par les musulmans et l’islamisation du pèlerinage à La Mecque, la vénération de la ka’ba en change la destination : la symbolique de la ka’ba vide signifie qu’il ne peut y avoir d’objet d’adoration pour le croyant, en particulier la ka’ba qui perd donc sa fonction de temple.

50 Principal rite du hajj, la « station à ‘Arafât » — que Gillotte orthographie « Aaroffot » — consiste à passer la journée, jusqu’au coucher du soleil, dans la plaine de ‘Arafât, dominée par une petite colline.

51 Il s’agit de la lapidation symbolique de Satan (Iblîs en arabe). Le « tombeau du diable » semble une invention de Gillotte, à rapprocher de celle de Gervais-Courtellemont, premier auteur français d’un récit de pèlerinage à La Mecque. Le pèlerin doit jeter sept cailloux sur chacune des trois stèles symbolisant le diable, soit vingt et un cailloux au total.

52 Il ne s’agit pas d’un puits (bîr en arabe), mais d’une source. Boire de son eau ne fait pas partie des rites du pèlerinage.

53 Les avis divergent sur ce point. En 1902, un autre commissaire du gouvernement estimait la population de Djeddah entre 24 et 30 000 habitants « dont la moitié est formée de nègres et d’esclaves ». ANOM, GGA, 16h/86.

54 Gillotte s’est sans doute fondé ici sur les statistiques de l’Office sanitaire transmises aux consuls européens. En 1904, le nombre de pèlerins débarqués à Djeddah était effectivement de l’ordre de 75 000. En revanche, rapporté sur les dix dernières années, le nombre moyen de pèlerins débarqués à Djeddah se situe plutôt autour de 50 000. Le nombre de pèlerins venus pour la ‘umrah n’est en revanche pas recensé par l’Office sanitaire.

55 Le 10 mars 1902, le navire français Alexandre III ne trouvant pas la « porte du milieu » qui permet d’accéder, à travers les récifs, au port de Djeddah, est contraint de jeter l’ancre en pleine mer. Le lendemain matin, sans prendre en compte les signaux de détresse, un vapeur britannique, l’Ahmadi, heurte le navire dont la coque se déchire avant de sombrer. Le mât émergé de l’Alexandre III constituera des années durant un élément, à la fois familier et menaçant, du paysage de la rade de Djeddah.

56 Il s’agit probablement de ‘Abd al-Qadir al-Tilmisani, un négociant régulièrement mentionné dans les archives du consulat de France. Al-Tilmisani était un sujet français installé à Djeddah depuis les années 1870 au moins. Il y avait acquis un grand nombre de propriétés immobilières, dont plusieurs magasins et immeubles de rapport.

57 Cette mention est inexacte. La Compagnie britannique des Indes orientales a été officiellement dissoute le 1er janvier 1874.

58 Créée à Paris le 16 juin 1891, la société du Tombac dispose du droit exclusif d’importation en Turquie du tumbêki persan. À Djeddah, cette société gère le marché du tabac pour le compte de la Régie des Tabacs. Cf. Jacques Thobie, Les intérêts économiques, financiers et politiques français dans la partie asiatique de l’Empire ottoman de 1895 à 1914, thèse, Université de Paris I, 1973, p. 253-255.

59 Depuis le 18 mai 1882, un câble sous-marin relie Sûakin, port du Soudan, à Djeddah. En 1901, une ligne télégraphique est installée entre les villes saintes de Médine et de La Mecque mais elle est rapidement détériorée par les tribus bédouines.

60 Voir photographie n° 40.

61 « Gloire à Dieu », expression courante pour exprimer le soulagement ou l’admiration.

62 Gillotte tient vraisemblablement cette information d’un rapport du consul de France Hippolyte Guès écrit cinq ans plus tôt. Le consul avait alors signalé des actions criminelles de destruction des conduits, diligentées par les propriétaires des citernes à seule fin de faire grimper les prix pendant la période du pèlerinage. Impliqué dans ce scandale, le grand chérif aurait alors créé une commission fantoche pour punir les spéculateurs. ADN, Constantinople, série D, 14 mars 1900.

63 Gillotte a écrit « inaugurer ».

64 Depuis leur apparition dans l’Empire ottoman au cours des années 1860 – 1870, des municipalités comme celle de Djeddah — où un conseil municipal est attesté dès la fin des années 1860 — ont comme principale compétence l’entretien de la voirie et l’hygiène publique.

65 Cette bonne organisation des services de l’hygiène ne survivra pas au départ du kaïmakam Ali Yumni en 1907. L’année suivante, le docteur Carbonell dénoncera la saleté des rues de Djeddah, « d’une saleté au-dessus d’une imagination européenne » : « Toutes les maisons y déversent le matin leurs déchets journaliers ; les eaux ménagères, les détritus de toute sorte s’y accumulent, imprègnent le sol et y fermentent ». Cf. Laurent Escande (éd.), Avec les pèlerins de La Mecque, op. cit., p. 227.

66 Les moucharabiés (« rawshân » à Djeddah) et les portes des maisons faisaient en effet partie des éléments distinguant la maison des notables dans un pays où le bois est une denrée rare. Les plus fortunés faisaient venir du bois précieux comme le teck depuis l’Asie du Sud-Est.

67 La photographie n° 67 est un doublon du cliché n° 54.

68 La consommation de boissons alcoolisées en public était tolérée jusqu’à la conquête du Hedjaz par le roi Abdelaziz en 1925.

69 Les consuls européens de Djeddah étaient alors fréquemment saisis de demandes de protection émanant de Grecs et d’Italiens désireux d’ouvrir des débits de boisson. Cf. Ulrike Freitag, « Helpless representatives of the Great Powers ? Western consuls in Jeddah, 1830s to 1914 », The Journal of Imperial and Commonwealth History, 2012, 40/3, p. 365.

70 L’affiche a été reproduite en annexe 5. Présent à Djeddah en 1894, le photographe algérois Jules Gervais-Courtellemont signale la présence, sur « l’unique place de Djeddah » d’un pharmacien « parlant couramment le français, l’italien, le grec, l’arabe des divers dialectes, et l’anglais par-dessus le marché ». Jules Gervais-Courtellemont, Mon voyage à La Mecque, Paris, Librairie Hachette, 1897, p. 52-53.

71 L’auteur emploie ici ce mot au sens de maître d’école coranique, alors qu’il signifie « étudiant » en arabe. En Afrique du Nord, l’élève d’école coranique est communément appelé taleb. Voir note 18.

72 Charles Féer est né le 9 février 1875. Diplômé de l’École des Langues orientales vivantes, il commence sa carrière en 1902 comme élève-drogman à Beyrouth puis à Alexandrie. Après le départ du consul Étienne Dubief, il assure la gérance du poste de Djeddah du 10 avril 1904 au 27 février 1906.

73 En 1881, le vice-consul Édouard Suret écrivait : « À Djeddah, il n’y a pas d’hôtels. Le vice-consul est obligé d’avoir une maison assez vaste, pour lui, pour la chancellerie et pour les hôtes auxquels il ne peut en aucune façon se dispenser d’offrir la table et le logement pour des périodes quelquefois assez longues. Les consuls français ou étrangers, les savants, les négociants, les missionnaires, les religieux, en un mot toute la série des voyageurs qui, n’étant ni Anglais, ni Hollandais, arrivant à Djeddah pour y attendre le bâtiment qui devra les conduire à Souakim, à Massaouah, au Cordafon, au Darfour, à Berbera, au Choa, en Abyssinie ou à Aden, tous viennent à Djeddah au vice-consulat de France, où ils savent devoir être bien accueillis. C’est une tradition que nous ne laisserons jamais perdre. ». Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Personnel, 393 QO, 3827, 17 mars 1881.

74 Il s’agit du médecin indien et vice-consul de Grande-Bretagne à Djeddah Muhammad Husayni. Né vers 1863 à Allahabad, ce diplômé de l’université du Pendjab, a dirigé plusieurs hôpitaux avant de devenir médecin et vice-consul du consulat britannique de Djeddah, après l’assassinat d’Abdur Razzaq. En 1898, il se voit attribuer le titre de Khan Behadir par le government of India pour avoir obtenu réparation de dommages subis par des pèlerins indiens. Sa compétence reconnue en matière médicale lui vaut de devenir le médecin attitré du chérif ‘Awn al-Rafiq qui souffre de diabète.

75 La révolte a eu lieu en 1858. Les archives du poste ont été détruites à cette occasion, ce qui permet d’expliquer les défaillances de mémoire de Charles Féer.

76 Il s’agit en réalité du 15 juin 1858.

77 Dans le témoignage qu’il rédigea à l’attention du consul général d’Alexandrie le 9 juillet 1858 (FO, 881/848), Émerat affirme avoir repoussé à trois reprises les assaillants depuis le premier étage du consulat. Il relate en ces termes les circonstances du massacre du consul et de son épouse : « Je croyais qu’aucun des assaillants n’était parvenu à atteindre le second étage. Je montai aussitôt m’en assurer. Je trouvai madame Éveillard étendue sur le parquet et morte. Le consul était blessé, et sa courageuse fille atteinte à la joue d’un coup de sabre, qu’elle avait reçu en défendant son père. Le second étage avait été envahi par la terrasse d’un voisin, et après avoir frappé le consul, sa femme, et sa fille, les assassins s’étaient retirés ». Le coup de massue reçu par le consul est en revanche une invention de Gillotte. C’est en effet Émerat lui-même et le kaïmakam, impuissant à éteindre la révolte, qui ont été frappés de la sorte avant de tomber évanouis. Émerat ajoute brièvement : « Ce fut alors que les assaillants pénétrèrent dans le salon et achevèrent M. Éveillard ». Le récit de la fuite de Mlle Éveillard par Gillotte est tout autant fantaisiste car ce n’est pas sa femme de chambre mais l’esclave d’un employé militaire ottoman Méhémet Effendi — que le couple avait soigné quelques jours plus tôt — qui a conduit la jeune femme au domicile de Méhémet Effendi puis au harem du kaïmakam. Par ailleurs, Gillotte ne dit mot dans son récit du rôle joué par le domestique d’Émerat, l’Algérien Hadji Méhmet, un ancien soldat aux tirailleurs indigènes, qui a sauvé Émerat d’une mort certaine en cachant son corps aux agresseurs et en le transportant à l’hôpital militaire de la ville.

78 Il s’agit plutôt du 23 juillet.

79 La cible de ces bombardements n’est jamais évoquée dans le rapport du vice-consul britannique Calvert, à l’exception des bombardements du 26 août où il est fait mention du décès d’une famille de cinq personnes ainsi que de deux esclaves africaines de sexe féminin. FO, 881/848, 8 août 1858.

80 En France, l’affaire a effectivement pris une ampleur nationale. Le Moniteur du 31 juillet 1858 s’est fait l’écho de la réception de Mlle Éveillard, d’Émerat et de Hadji Méhmet par l’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie.

81 Il s’agit en réalité d’une seule et même personne. Envoyé à Djeddah pour la première fois en 1878, le médecin Abdur Razzaq, du Bengal Medicine Service, fut vice-consul de Grande-Bretagne de 1882 jusqu’à son assassinat en 1895.

82 Charles Dorville assumait alors les fonctions de drogman et de chancelier du consulat de France.

83 Une semaine après les faits, Charles Dorville a laissé le témoignage suivant des événements : « Le 30 mai, un peu avant sept heures, MM. Richardson, consul d’Angleterre, Brandt, consul de Russie, Dorville, drogman chancelier du consulat de France, et Abdenazac [Abdur Razzaq] vice-consul d’Angleterre, ce dernier indien de naissance et musulman de religion, se trouvaient assis sur un banc formant le point terminal de la promenade, longue de 450 m environ, que depuis de nombreuses années les Européens résidant à Djeddah ont coutume de faire hors des portes de la ville, du côté de la mer, sans avoir été jamais inquiétés à cet endroit, distant d’à peine vingt mètres d’une caserne et de diverses maisons d’habitation et cafés indigènes. Au moment où le crépuscule commençait à tomber, ces MM. ont aperçu un groupe de huit noirs qui semblaient se diriger de leur côté ; ils ont pensé tout d’abord que ces individus étaient des Bédouins regagnant leurs maisonnettes sises dans les environs, mais ils n’ont pas tardé à remarquer que ces noirs se rapprochaient à grand pas et en se disposant de façon à leur couper toute retraite du côté de la ville. Les agresseurs étaient déjà à moins de vingt mètres ; comprenant qu’ils allaient être attaqués et n’ayant aucune arme sur eux pour se défendre ni pour donner l’éveil, les Européens se sont baissés instinctivement, à l’exception de M. Abdenazac qui s’est au contraire redressé pour mieux voir ; au même moment, les huit noirs qui ne se trouvaient plus qu’à quelques mètres d’eux, ont déchargé les fusils dont ils étaient porteurs sur le groupe, tuant raide M. Abdenazac, blessant à la nuque M. Richardson et à la face MM. Brandt et Dorville, et se sont enfuis immédiatement. ». ADN, Suez, 75, 8 juin 1895.

84 Du fait de la dualité des autorités exécutives au Hedjaz — chérif et gouverneur —, un même délit peut être jugé, selon les circonstances, soit par le tribunal chérifien selon la shari’a, soit selon la loi pénale ottomane. Cf. Saleh Muhammad al-Amr, The Hedjaz under Ottoman rule 1869 – 1914. Ottoman Vali, the Sharif of Mecca and the Growth of British Influence, PhD, University of Leeds, 1974.

85 La métaphore de la prison est un classique de la littérature consulaire de l’époque. En 1876 déjà, le médecin sanitaire et vice-consul Buez comparait Djeddah à un « pénitencier dans le désert ». ADN, Constantinople, D, Djeddah, 4, 10 novembre 1876.

86 Il s’agit d’un doublon de la photographie n° 43.

87 Gillotte écrit « Meddine ».

88 Les consuls de France signalent fréquemment dans leurs dépêches le mauvais état, voire la dégradation volontaire du cimetière chrétien de Djeddah, situé près du littoral, au sud de la ville.

89 Le Bayram ou Kurban Bayram est le nom turc de la fête du Sacrifice (‘aîd al-adhâ) qui a lieu le dixième jour du mois de dhû al-hijja.

90 Huissier.

91 En poste de 1899 à 1907, Ali Yumni a procédé à de nombreuses réformes en matière sanitaire et a supervisé plusieurs campagnes de travaux, notamment la restauration de l’enceinte de la ville.

92 Le commissaire du gouvernement Bardenat mentionne également cette réception dans son rapport : « pendant notre séjour à Djeddah, M. Gillotte, commissaire du gouvernement à bord du vapeur « America », et moi, avons rendu visite au lieutenant-gouverneur (Kaïm-Makam) qui nous a reçus très aimablement. Ce fonctionnaire, nègre, fils d’esclave affranchi, est dit-on très intelligent. Il a débuté dans l’administration ottomane comme petit employé des douanes, emploi d’où il s’est élevé peu à peu à la situation qu’il occupe actuellement. Le Kaïm-Makam de Djeddah est placé sous l’autorité directe du wali de La Mecque lequel n’exerce lui-même qu’un contrôle moral sur le chérif, seul chef religieux reconnu par les musulmans en Arabie. ». ANOM, GGA, 16h/86, rapport de pèlerinage du 10 avril 1905.

93 Situé au nord de la ville, le tombeau d’Ève est alors un haut-lieu de pèlerinage populaire à Djeddah. Selon une ancienne tradition, la mère du genre humain se serait éteinte à Djeddah après avoir retrouvé Adam au mont ‘Arafât.

94 Ouvert en 1884 sur un îlot au sud du port de Djeddah, le lazaret d’Abû Sa‘ad, joue un rôle secondaire par rapport aux deux grandes stations quarantenaires que sont Kamarân (pèlerins de l’océan Indien) et El-Tor (pèlerins de la Méditerranée). Il permet de retenir, pour une période d’observation, ceux des pèlerins de la « voie du Sud » (Indiens, Indonésiens, Malais) qui auraient échappé à leurs obligations sanitaires à l’aller. Il sert également de lieu d’isolement en cas d’épidémie.

95 Sur le contexte de la campagne du Yémen, voir l’introduction.

96 ‘Awn al-Rafiq, chérif de La Mecque depuis 1882.

97 Sur les relations entre le chérif et les différents vali-s du Hedjaz, voir l’introduction.

98 En 1872, le chérif ‘Abdullah Kamil Pasha a instauré un système de licence pour les différentes professions liées au pèlerinage, notamment les guides. Ces licences sont mises aux enchères et l’acquéreur se voit attribuer par le chérif, au nom du sultan ottoman, un titre nominatif (taqrîr) révocable qui lui donne l’exclusivité sur un groupe donné de pèlerins, à commencer par les pèlerins asiatiques — Bengalais, Javanais, Malais. Les pèlerins d’Afrique du Nord disposent en revanche d’une plus grande liberté de choix.

99 En 1891, après avoir fait état des dangers de la route La Mecque-Médine, le consul Lucien Labosse propose que les pèlerins maghrébins commencent leur visite aux lieux saints par Médine en débarquant à l’aller dans le port de Yanbu’. Toutefois, malgré la pression du Quai d’Orsay, le gouverneur général d’Alger se refuse à cautionner l’« itinéraire Labosse », craignant que ce changement n’entraîne le mécontentement des pèlerins algériens. ANOM, F80/1747, rapport de pèlerinage du 24 octobre 1891 ; ANOM, GGA, 16h/84, 28 mars 1895.

100 Il ne s’agit ici que d’une indication. En 1890, un pèlerin de Biskra indique ainsi que le chérif ‘Awn al-Rafiq et les siens « perçoivent 12 sur 27 réaux du loueur ». ADN, Djeddah, 55, rapport de Hadj Ahmed ben Hafaï.

101 Voir note 56.

102 Le Hedjaz ne produit rien ou pas grand-chose (à l’exception de peaux issues des sacrifices du pèlerinage), mais sert de place d’échanges entre la Méditerranée et l’océan Indien, et de plate-forme de collecte et de redistribution des marchandises en mer Rouge. Jusqu’au début des années 1950, le pèlerinage constitue la principale source de revenus de ce qui est devenu le royaume d’Arabie saoudite, le Hedjaz ayant été conquis par Ibn Saoud en 1924 – 1925.

103 La métaphore de la récolte est d’usage courant au Hedjaz. Les habitants parlent alors souvent de « moisson » pour évoquer les revenus du pèlerinage. ANOM, GGA, 16h/90, rapport de Brémond du 8 novembre 1917.

104 Les travaux du chemin de fer du Hedjaz reliant Damas à Médine ont débuté en 1900. La ligne a été inaugurée en septembre 1908.

105 Le numéro mentionné ici ne correspond à aucune photographie de l’album. Il en va de même pour la photographie n° 95 censée représenter la ville de Médine. Gillotte ne signale à aucun moment l’absence de ces clichés. Faut-il y voir une conséquence de la dégradation de certaines photographies de l’album signalée dans la lettre du 4 juin 1906 ajoutée en annexe ou — hypothèse plus probable — le résultat d’une interdiction formulée par les autorités ottomanes (kaïmakam) ou le grand chérif de reproduire les lieux saints de l’islam, interdits aux non-musulmans ?

106 Coups violents.

107 Gillotte reprend ici, sans en citer l’auteur, le contenu du rapport du 29 avril 1893 rédigé par le consul de France Gaston Guiot. ADN, Djeddah, 56. Des extraits de ce rapport ont été publiés dans le cadre des travaux de la Conférence sanitaire de Paris de 1894. Cf. Conférence sanitaire internationale de Paris. 7 février – 3 avril 1894. Procès verbaux, Paris, Imprimerie Nationale, 1894, p. 368-369.

108 Il s’agit du docteur Justyn Karlinski, chargé d’accompagner les pèlerins de Bosnie-Herzégovine lors du pèlerinage de 1893 et délégué de cette province sous protectorat autrichien à la Conférence sanitaire internationale de Paris en 1894.

109 Ce fut le cas, lors de l’épidémie de 1893. Le docteur Ferdinand Jousseaulme, commissionné sur le navire Gergovia, a alors rejoint le consul Guiot pour secourir des pèlerins en leur faisant distribuer vivres et médicaments. Cf. F. Jousseaulme, Un voyage de pèlerins algériens à La Mecque. Quelques considérations sur l’application des mesures sanitaires internationales dans la mer Rouge, Montpellier, Imprimerie centrale du Midi, 1894, p. 18-20. Au même titre que le consul Guiot, il fut décoré, pour son action, de la médaille des épidémies.

110 Cette pratique est ancienne. On peut la faire remonter au début des années 1880. Elle impliquait alors l’agent de l’Ocean Steamship Navigation Company ainsi que le consul hollandais Kruyt. Cependant la tentative d’étendre ce système aux Indiens fit scandale et, sur pression des Britanniques, conduisit à son abolition en 1888. Le cartel se reforme peu de temps après avant d’être supprimé, à deux reprises, en 1893 – 1894, à nouveau à la demande du consul d’Angleterre et en 1900, après une protestation conjointe des représentants européens. Trois ans plus tard cependant, le consul de France Étienne Dubief mentionne à nouveau l’existence d’un arrangement entre plusieurs compagnies et en évalue l’encaisse à 36 827 livres turques. ADN, Unions internationales, premier versement, 529, rapport sur le pèlerinage de 1903.

111 Trois ans après ces remarques de Gillotte, la situation ne semble pas avoir évolué. Dans son rapport, rédigé en 1908, le docteur Marcelin Carbonell évoque l’existence d’« une espèce de syndicat » présidé par le kaïmakam de Djeddah qui toucherait 16 % sur l’ensemble des recettes. Versées dans une caisse commune, ces recettes provenant de la vente des billets seraient ensuite réparties au prorata du nombre de pèlerins autorisés à embarquer sur chaque navire. Laurent Escande (éd.), Avec les Pèlerins de La Mecque, op. cit., p. 277.

112 Voir introduction. Aux yeux des autorités coloniales, la cérémonie de ‘Arafât, rassemblant des musulmans du monde entier, a souvent été considérée comme une manifestation panislamique échappant au contrôle politique des empires. D’où la nécessité de disposer d’agents de renseignements choisis parmi les pèlerins.

113 Cette politique de la canonnière fut régulièrement utilisée par les Européens depuis le massacre de 1858. Elle contribuait à la fois à appuyer certaines de leurs revendications et à relever le moral de leurs consuls souvent impuissants face aux autorités locales. Cf. Jan Schmidt, Through Legation Window, op. cit., p. 163-168.

114 Cet événement remonte au mois d’avril 1901. Le consul Hyppolite Guès le retrace en ces termes : « L’Infernet est arrivé à Djeddah le 2 avril. L’apparition de ce superbe croiseur a causé ici une assez vive émotion. Il y avait si longtemps que la France n’avait pas montré son pavillon dans les eaux de Djeddah que cette émotion s’explique. Le bruit courait que nous avions vendu notre flotte aux Anglais pour couvrir les frais de notre Exposition de 1900 ». Le consul rapporte alors les inquiétudes du kaïmakam qui accepte finalement de visiter le navire, faveur que, selon Guès, il aurait toujours refusé aux navires anglais. ANOM, GGA, 16h/83, rapport du 1er mai 1901.

115 La raison n’en serait-elle pas que les pèlerins en question ne veulent pas arborer une croix, ce qui échappe à Gillotte ?

116 Quatre années plus tôt, le commissaire du gouvernement du navire Bretagne, le docteur Vaquer-Calayrac, dressait un tableau encore plus sombre du port de Yanbu’. « L’échelle de Médine est une misérable bourgade de 2 500 habitants, agglomération de masures en ruines, aux rues tortueuses et sales, les services de la voirie paraissent être abandonnés aux seuls chiens errants qui, ici comme à Djeddah et dans toutes les villes d’Orient, encombrent les rues. La situation paraît cependant plus salubre qu’à Djeddah. Le climat est plus sec. La mer assez profonde pour permettre aux navires d’approcher à moins d’une encablure, n’a pas le fond vaseux de Djeddah. Les moustiques, très nombreux dans cette dernière ville sont rares ici et ne nous ont jamais incommodés malgré la proximité de la plage. L’eau de citerne est la seule dont les habitants se servent. De meilleur goût qu’à Djeddah, elle était à notre passage en abondance. Ce n’est pas toujours le cas ; deux ou trois ans peuvent se passer sans pluie et dans ce cas l’eau est rare, très chère et fort mauvaise. La population est encore plus fanatique qu’à Djeddah. L’autorité turque s’y fait encore moins sentir ou plutôt, à vrai dire, il n’y a aucune autorité. Les habitants sont affiliés aux tribus de Bédouins qui entourent la ville et ce sont les cheikhs de ces tribus qui règlent leurs différends et infligent les peines arbitraires aux délinquants ». ANOM, GGA, 16h/86, rapport sur le pèlerinage de 1901.

117 Voir note 105.

118 Pour les pèlerins de rite malékite, comme les Algériens, la visite (ziyâra) à Médine est fortement conseillée, les pèlerins se rendent alors auprès de la tombe de l’imam Mâlik Ibn Anas (v. 711 – 796), fondateur de l’école juridique qui porte son nom.

119 De toute évidence, Gillotte confond ici les caravanes d’Égypte et de Syrie. Le mahmal égyptien n’est pas un « tapis sacré », mais un palanquin cérémoniel richement décoré qui accompagnait l’envoi de la kiswa (housse couvrant la ka’ba) et d’autres présents à La Mecque et Médine. À l’époque où écrivait Gillotte, il existait deux mahmal-s, envoyés de Syrie et d’Égypte, mais il y en eut un temps un troisième, expédié du Yémen. À partir de 1914, la guerre a mis un terme à l’expédition du mahmal syrien, tandis que l’égyptien continuait d’être envoyé jusqu’en 1926, après la prise de La Mecque par le roi Abdelaziz ibn Séoud. La kiswa a cependant été de nouveau envoyée sans le mahmal depuis l’Égypte entre 1937 et 1962, jusqu’à la création de la Dâr al-Kiswa à La Mecque, qui marqua la fin de sa confection au Caire.

120 Voir note 45.

121 Livres égyptiennes.

122 Gare centrale du Caire, du nom du quartier où elle se trouve. Elle est appelée aujourd’hui gare Ramsès, du nom de la place qui lui donne accès.

123 Le mahmal dont parle ici Gillotte est celui de la caravane égyptienne. Voir note 119. L’Égypte étant alors dirigée par des khédives reconnaissant la suzeraineté ottomane, l’hymne khédivial est joué en même temps que la marche turque.

124 Il s’agit des tribus des Juhayna et des Harbis (pluriel Hrub).

125 Aveuglé par la crainte d’un complot britannique, Gillotte semble confondre ici la révolte des tribus Hrub de la région de Médine, conséquence du défaut de paiement des subventions annuellement versées par Istanbul pour assurer la sécurité des routes du pèlerinage, et l’insurrection du Yémen déclenchée par l’imam Yahya.

126 Parmi les bénéficiaires de cette subvention versée par le gouvernement ottoman, les Hrub sont les mieux lotis. En 1893 – 1894, leur cheikh reçoit 4 609 livres turques contre seulement 1 064 en 1880. Mais, en période de crise économique, le versement régulier reste l’exception et, quand tel est le cas, le chérif et le vali ne manquent pas d’en prélever une part importante au passage.

127 L’incident a été relaté par un administrateur colonial au préfet de Constantine : un pèlerin du douar Trikat aurait alors signalé plusieurs attaques de Bédouins entre Yanbu’ et Médine. L’incident aurait provoqué plusieurs décès et contraint les pèlerins à payer un « droit de passage » — le préfet ne signale pas qu’il s’agit d’une indemnité versée au titre du « droit du sang » — de 4 280 fr. « Ce dernier fait, ajoute le préfet, a été confirmé par la majeure partie des pèlerins de Sétif ». ANOM, GGA, 16h/87, 10 juin 1901.

128 Cette représentation du bédouin comme un païen superficiellement islamisé est un lieu commun de la littérature européenne de l’époque. Elle est à rapprocher du « mythe kabyle » en vigueur en Algérie à la même époque Cf. Patricia Lorcin, Kabyles, Arabes, Français. Identités coloniales, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2005.

129 Gillotte fait ici allusion à un « rapport sur le séjour des pèlerins algériens et tunisiens à Yambo et à Tor » effectivement rédigé le 3 juin 1901. Gillotte s’est sans doute procuré ce document parmi les archives du consulat de Djeddah. ADN, Djeddah, 33, correspondance avec le consulat de France à Port-Saïd (1901 – 1912).

130 Littéralement : « il n’y a pas ».

131 Assez curieusement, le commissaire du gouvernement Bardenat ne signale pas, dans son rapport, le moindre écart de conduite de la part de Bouyahia ben Mohamed. Bien au contraire, il se livre à un éloge appuyé des trois chefs de pèlerinage embarqués avec lui à bord du vapeur Savoie : « Ces agents, d’esprit très conciliants, ont toujours réussi à aplanir les difficultés et à apaiser promptement les petites querelles qui s’élevaient quelquefois entre pèlerins ». ANOM, GGA, 16h/86, rapport de pèlerinage du 10 avril 1905. Faut-il y voir, une nouvelle fois, une marque de défiance de Gillotte à l’égard des auxiliaires « indigènes » ?

132 La ratification par la France de cette convention fait suite à une conférence organisée à Paris du 10 octobre au 3 décembre 1903.

133 En 1901, le docteur Vaquer-Calayrac fait état de propos similaires tenus par le kaïmakam de Yanbu’ : « Le kaïmakam à qui je fais une visite à mon arrivée, me conseille fortement de ne pas descendre à terre, ajoutant que s’il arrivait quelque chose de désagréable à un Européen, il s’en lavait les mains. ». ANOM, GGA, 16h/86, rapport sur le pèlerinage de 1901.

134 Aux termes des différentes conventions sanitaires internationales, les pèlerins en provenance de la Méditerranée devaient purger une quarantaine au retour du hajj. Inaugurée en 1877, la station quarantenaire d’El-Tor, au sud-ouest de la péninsule du Sinaï, a fait l’objet d’un programme d’extension et de modernisation de ses équipements décidé lors de la Conférence sanitaire de Venise en 1897 et dont la maîtrise d’œuvre est confiée l’année suivante à une société française. Dès la fin du siècle, des opérations chirurgicales y sont pratiquées avec succès et le lazaret dispose désormais d’une salle d’autopsie, d’une salle de bactériologie et d’une grande pharmacie. ADN, Unions internationales, premier versement, 527, 6 décembre 1899.

135 L’article 128 de la convention sanitaire de 1904 prévoit que, « si la présence de la peste ou du choléra n’est constatée ni au Hedjaz ni au port d’où provient le navire et ne l’a pas été au Hedjaz au cours du pèlerinage » l’ensemble des opérations de désinfection pratiquées au lazaret d’El-Tor « ne devra pas dépasser soixante-douze heures ». Si le navire est considéré comme « infecté », les passagers atteints de choléra devront en revanche rester au lazaret pendant une période d’observation de sept jours à partir du jour où les opérations de désinfection auront été terminées (article 127).

136 Ces trois établissements de désinfection sont rigoureusement séparés ce qui permet aux passagers de trois navires d’être traités simultanément. En période de pèlerinage, la station quarantenaire peut ainsi accueillir une moyenne journalière de 8 à 10 000 passagers.

137 La hauteur de 2,50 m mentionnée par le Dr Ruffer en 1903 semble plus réaliste. Celui-ci précise que : « ce grillage s’étend entre toutes les sections de façon à ce que le pèlerin qui essaierait de passer d’une section à l’autre serait obligé de traverser deux fois un grillage ; entre les deux, nous plaçons un ou deux soldats pour surveiller et empêcher l’évasion des pèlerins. » Cf. Conférence sanitaire internationale de Paris. 10 octobre – 3 décembre 1903. Procès verbaux, Paris, Imprimerie Nationale, 1904, p. 444.

138 Lors de la Conférence sanitaire de Paris de 1903, le Dr Ruffer est revenu sur la question de l’approvisionnement et de la qualité de l’eau, essentielle pour les opérations de désinfection : « Nous avons fait creuser et nettoyer les puits qui ont été réunis par une galerie souterraine ; les puits ont ainsi été complètement fermés de façon à empêcher toute contamination venant de l’extérieur. Une pompe foulante envoie l’eau dans quatre grands réservoirs qui peuvent contenir plus de 2 000 tonnes. Ces réservoirs sont remplis tous les jours, de façon à contenir une provision d’eau considérable. Cette eau est peut-être un peu salée, mais certainement bien supérieure à celle que l’on boit ordinairement dans ces pays et surtout au Hedjaz : les pèlerins disent souvent qu’elle a le même goût que l’eau du Nil, ce qui est le plus grand compliment qu’un oriental puisse lui faire ». Ibid., p. 444.

139 L’affiche a été reproduite en annexe 4.

140 La station quarantenaire d’El-Tor est rattachée au Conseil sanitaire, maritime et quarantenaire d’Égypte dont le siège est à Alexandrie.

141 Le Dr Zachariadis Bey a écrit un abondant rapport sur les opérations quarantenaires du pèlerinage de 1905 où il revient sur un certain nombre d’améliorations à apporter au fonctionnement de la station d’El-Tor. Cf. C.-N. Zachariadis, Pèlerinage au Hedjaz. Rapport sur l’aller et le retour du pèlerinage de l’année 1905, Alexandrie, 1905.

142 Au regard des archives algériennes et de l’évolution de l’organisation des déplacements à La Mecque dans cette colonie, aucune de ces recommandations — à l’exception de celle, légèrement modifiée, relative à l’inclusion des frais de débarquement dans le prix du billet — n’a été prise en compte par l’administration algérienne.

143 L’article 30 du règlement sur la police du transport des pèlerins annexé à l’arrêté du gouverneur général du 10 décembre 1894 ne prévoit en effet d’inclure que les taxes sanitaires et non les frais de débarquement. Cette préconisation a attiré l’attention de l’administration algérienne, moins pour les ports de Djeddah et Yanbu’ que pour la station quarantenaire d’El-Tor. En réponse à une circulaire du gouverneur général d’Alger du 24 novembre 1905, le préfet d’Oran signale qu’il donnera des instructions aux compagnies pour le prochain pèlerinage afin qu’elles sollicitent l’autorisation d’effectuer elles-mêmes le transport des pèlerins jusqu’au ponton de débarquement du lazaret. Ainsi l’ensemble des frais sanitaires seront bien compris dans le prix du billet. ANOM, GGA, 16h/83, 28 novembre 1905.

144 Cette préconisation, également formulée par Carbonell en 1908, semble relever du vœu pieux.

145 « Le restaurateur et deux pèlerins l’un désigné par le commissaire du gouvernement, le second par le commandant du navire » (note de Gillotte).

146 Cette recommandation revient souvent dans les rapports des commissaires du gouvernement. En 1901, par exemple, le commissaire du gouvernement Vaquer-Calayrac fait remarquer que la division des pèlerins en groupe est fictive car les chefs ne connaissent pas les pèlerins placés sous leur surveillance directe, qui sont souvent très nombreux et dont ils n’ont pas toujours la liste. Ils ne disposent par ailleurs d’aucune autorité sur leurs groupes respectifs. ANOM, GGA, 16h/86, rapport de pèlerinage de 1901. De fait, l’institution des chefs de pèlerinage va tomber en désuétude. Elle sera néanmoins remise en vigueur par le gouvernement italien pour le pèlerinage des Tripolitains de 1914.

Table des illustrations

Légende Page de présentation du manuscrit original de Paul Gillotte
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search