Version classiqueVersion mobile

Un administrateur colonial au cœur de l’islam

Introduction

Luc Chantre

Texte intégral

  • 1 Voir lettre du 4 juin 1906, présentée en annexe 2.
  • 2 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989, p. 12.

1Souvent long, parfois fastidieux, le travail de dépouillement des archives réserve parfois à l’historien d’authentiques moments de bonheur, qu’il ne serait pas absurde de comparer aux plus belles découvertes d’un archéologue. Tel fut le cas de cet album de photographies découvert presque par hasard, il y a une dizaine d’années, alors que nous commencions nos recherches sur l’histoire contemporaine du pèlerinage à La Mecque. Ce document, conservé aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, n’est pourtant au départ qu’un simple rapport administratif écrit par un fonctionnaire colonial d’Algérie, Paul Gillotte, chargé d’encadrer le voyage à La Mecque des pèlerins du département d’Oran entre janvier et mars 1905. Sa valeur réside surtout dans la série de photographies qui l’accompagne, retraçant dans les moindres détails la traversée des pèlerins algériens et l’animation du port de Djeddah au début du xxe siècle. Si, aux dires mêmes de Gillotte certaines photographies ont été détériorées1, il nous faut saluer le travail de numérisation accompli par les services des Archives nationales d’outre-mer qui a contribué à leur redonner une nouvelle fraîcheur. L’« effet de réel » — pour reprendre l’expression de l’historienne Arlette Farge2 — n’en est que plus saisissant. Ces photographies comme leur auteur nécessitent toutefois d’être replacées dans leur contexte, celui de l’Algérie coloniale et de la province du Hedjaz alors sous domination ottomane.

Paul Gillotte : un Français d’Algérie3

  • 3 Les informations biographiques relatives à Paul Gillotte proviennent de ses dossiers de carrière co (...)

2Paul Gillotte est né le 28 novembre 1857 à Constantine. Il est le fils aîné de Claire Denizot et d’Emmanuel Gillotte, avoué dans cette même ville. La famille Gillotte est vraisemblablement originaire du département de la Côte-d’Or en Bourgogne où les deux frères, Paul et Charles, possèdent des propriétés et où le jeune Paul fut envoyé pour passer un baccalauréat classique et probablement suivre une première année de droit. De retour en Algérie en 1877, il effectue son service militaire comme lieutenant au quatrième régiment de zouaves d’Alger, après avoir passé avec succès son examen d’officier de réserve à Sétif.

  • 4 Germaine Tillion, Il était une fois l’ethnographie, Paris, Éditions du Seuil, 2000.
  • 5 Claude Collot, Les institutions de l’Algérie durant la période coloniale (1830 – 1962), Paris, CNRS (...)
  • 6 ANOM, Gouvernement général de l’Algérie (GGA), 19h/123, 30 novembre 1891.

3Sa famille est bien introduite dans les milieux républicains constantinois, ce qui lui vaut de décrocher un premier emploi de secrétaire particulier auprès des préfets Jules Cambon et Gustave Graux entre 1878 et 1880, date à laquelle il passe le concours de commis rédacteur. Nommé adjoint stagiaire de deuxième classe le 14 décembre 1880 dans l’arrière-pays de Constantine, il cherche rapidement à jouer de l’influence familiale afin de se rapprocher des zones plus urbanisées du littoral. En effet, ses rapports avec ses supérieurs directs, administrateurs de commune mixte, sont souvent orageux. Dans l’Algérie coloniale de l’époque, les administrateurs de commune mixte — circonscription rurale où les Européens sont minoritaires — sont dotés de larges pouvoirs — l’anthropologue Germaine Tillion va jusqu’à les comparer à des barons féodaux4 — et donc fréquemment exposés à des risques d’arbitraire. À la différence des communes de plein exercice où le maire est élu, l’administrateur de commune mixte est nommé par le préfet et assisté par une commission municipale. Il bénéficie dans l’exercice de ses fonctions de larges pouvoirs exécutifs et judiciaires ; il est ainsi à la fois officier de police judiciaire et juge pénal au titre du code de l’indigénat adopté en 1881 qui soumet les « indigènes » à des infractions spécifiques. Il est assisté dans ses fonctions par des adjoints européens ainsi que des « auxiliaires indigènes », à l’instar des caïds, dont il propose la nomination au sous-préfet de son arrondissement5. Ces postes d’auxiliaires étant particulièrement recherchés, il n’est pas rare que les administrateurs soient accusés de corruption ou de favoritisme. Ces accusations, le jeune Paul Gillotte n’hésite pas à les formuler à l’encontre de ses supérieurs directs qui le disent d’un « naturel inquiet et frondeur » et influençable, « soumis à cette influence pernicieuse des propos méchants qui font la base de toutes les conversations des petits centres6 ». En 1886, il se marie à Jeanne Bertin, fille d’un commandant d’artillerie de la place de Valence. Ses supérieurs se prêtent à espérer que cet événement aura un heureux effet sur son caractère frondeur. Les faits semblent leur avoir donné raison : la même année, Paul Gillotte se voit attribuer une médaille d’argent pour sa conduite lors de l’épidémie de choléra qui a sévi dans le Constantinois et reçoit, en 1889, une nouvelle distinction pour son zèle dans la campagne de lutte contre les criquets. Toutefois son naturel contestataire reprend le dessus. En 1891, il s’expose à des peines disciplinaires pour avoir accusé son supérieur, administrateur de la commune mixte de Saint-Arnaud, il est vrai très contesté, d’avoir offert des postes aux plus offrants. Il doit néanmoins à ses protecteurs politiques et notamment au très influent député d’Oran, Eugène Étienne, chef de file du « parti colonial » à la Chambre des députés, sa nomination comme administrateur de commune mixte en 1895. Deux ans plus tard, il quitte sa terre constantinoise pour la commune mixte de Saint-Lucien (aujourd’hui Zahana) au sud-est d’Oran. L’Oranais est alors le théâtre d’une flambée d’antisémitisme et tout porte à croire que le gouverneur général a souhaité nommer dans ce département des fonctionnaires au loyalisme républicain éprouvé. Gillotte devait l’apprendre à ses dépens. Dès son arrivée, il est en effet la cible d’une campagne de diffamation orchestrée par le journal antisémite d’Oran Le Franc-Parleur. Il est alors accusé de concussion, de favoritisme ou encore de brutalités envers les « indigènes », sans compter des attaques plus personnelles visant notamment son épouse. La campagne redouble d’intensité lors des législatives de 1898, après le soutien apporté par Gillotte à Marcel Saint-Germain, proche des milieux gambettistes et candidat malheureux face à Firmin Faure, représentant le parti antisémite. Mais Gillotte fait front, soutenu par la commission municipale de Saint-Lucien ainsi que par sa hiérarchie. Il reste à Saint-Lucien jusqu’en 1902, date à laquelle il est envoyé, à sa demande, dans la commune mixte d’Aïn Témouchent, entre Oran et Tlemcen. Ses supérieurs lui prêtent des qualités de « bon administrateur », un caractère vif et énergique, quoique marqué par un certain autoritarisme et un manque de tact à l’égard de ses subordonnés avec lesquels il entretient des rapports « quelque peu difficiles ». Après presque dix années de service comme administrateur, Gillotte aspire désormais à des fonctions moins exposées, par exemple en tant que conseiller de préfecture à Oran ou à Constantine, sa ville natale. Pour donner plus de poids à sa demande, il pose alors sa candidature comme commissaire du gouvernement chargé d’accompagner les pèlerins du département d’Oran à La Mecque pour le pèlerinage de 1905.

Destination La Mecque

  • 7 ANOM, 3f/6, Gouvernement des possessions françaises de l’Afrique du Nord. Registre des délibération (...)
  • 8 Pierre Boyer, « L’administration française et la réglementation du pèlerinage à La Mecque (1830 – 1 (...)

4Depuis qu’elles supervisent le déplacement des pèlerins algériens à La Mecque, les autorités françaises d’Algérie privilégient la voie maritime aux routes caravanières traditionnelles, à l’instar de la fameuse caravane des Maghrébins (rakb al-mâghâribiya) qui, au départ de Fès, longe le versant méridional de l’Atlas avant de rejoindre la côte à Gabès en Tunisie et, de là, gagne Le Caire puis la mer Rouge. Mais la voie maritime semble également avoir été privilégiée par les autorités de la régence d’Alger. Plus rapide et plus sûre, elle leur permettait en outre de s’attacher les faveurs d’un certain nombre de notables musulmans en leur offrant le passage7. C’est cette dernière raison qui décida le général Bugeaud à organiser à six reprises, entre 1842 et 1847, des pèlerinages officiels afin de détourner un certain nombre de personnalités de la guerre sainte alors conduite par l’émir Abd El-Kader8. Cette initiative fut abandonnée après cinq années de mise en œuvre en raison de son coût et de l’afflux de pèlerins pauvres au Hedjaz. Elle contribua néanmoins à familiariser les autorités coloniales avec les pratiques d’encadrement des déplacements, à travers la mise en place des passeports et la confirmation de l’agence consulaire de France à Djeddah, créée en 1839, dans sa mission de protection des pèlerins.

  • 9 ANOM, Affaires politiques (AP) 925, pèlerinage à La Mecque 1946, compte rendu de voyage.

5Il faut néanmoins attendre la IIIe République pour que ce modèle de convois maritimes supervisés par la puissance publique soit remis au goût du jour avant d’être étendu aux grands ports coloniaux, comme le montre cette carte de 1946, réalisée par un administrateur colonial de la Côte française des Somalis9.

6Marquées par un certain anticléricalisme, les autorités républicaines, en France comme dans les colonies, considèrent avec méfiance les manifestations religieuses de masse que sont les pèlerinages catholiques ou musulmans. Aussi les départs en pèlerinage sont-ils particulièrement surveillés. Le hajj inquiète plus spécifiquement les autorités coloniales d’Algérie qui redoutent que les Algériens ne reviennent de La Mecque plus « fanatiques » — le terme revient fréquemment dans les rapports administratifs de l’époque — ou plus simplement ne profitent des navires à destination du Hedjaz pour fuir un territoire gouverné par des non-musulmans. À ces craintes politiques, il faut ajouter des motifs de nature sanitaire.

  • 10 Sylvia Chiffoleau, Genèse de la santé publique internationale, Beyrouth-Rennes, Institut Français d (...)
  • 11 Pour une estimation des décès causés par les différentes épidémies de choléra entre 1881 et 1912 : (...)
  • 12 Mark Harrison, « Quarantine, pilgrimage, and colonial trade, India 1866 – 1900 », The Indian Econom (...)
  • 13 Laurent Escande (éd.), Avec les pèlerins de La Mecque. Le voyage du docteur Carbonell en 1908, Aix- (...)

7Depuis 1831 en effet, la province du Hedjaz qui abrite les villes saintes de La Mecque et Médine est périodiquement touchée par des épidémies de choléra qui éclatent lors des pèlerinages. Le hajj contemporain se caractérise en effet par sa médicalisation croissante, depuis la grande épidémie de choléra de 1865 qui ravagea le Hedjaz — on déplore alors le décès de quinze à trente mille pèlerins — avant de gagner l’Égypte puis l’Europe. En facilitant la mise en contact avec des sujets récemment contaminés, la navigation à vapeur a en effet élargi le champ de diffusion de la peste et du choléra asiatiques10. Au Hedjaz, l’agglomération, dans des conditions hygiéniques précaires, de pèlerins épuisés par les épreuves physiques et les fortes chaleurs, a tôt fait de transformer les lieux saints en un foyer épidémique majeur sur la route des Indes. Entre 1880 et 1912, le choléra frappe les lieux saints près d’une année sur deux11. Les conférences sanitaires internationales se succèdent pour essayer d’harmoniser la durée des quarantaines maritimes, développer les inspections sanitaires au départ et imposer aux propriétaires des navires le respect d’un certain nombre de normes sanitaires. Mais ces mesures sont inégalement appliquées par les autorités administratives des empires qui, en bonne intelligence avec les acteurs économiques, ne souhaitent pas pénaliser les compagnies de transport12. À bord, les médecins sanitaires connaissent également des difficultés à faire respecter ces normes, à l’instar du médecin marseillais Marcelin Carbonell chargé, en 1908, d’accompagner des pèlerins d’Asie centrale en pèlerinage et qui a consigné l’ensemble de sa mission dans un volumineux rapport adressé au ministère de l’Intérieur13.

  • 14 Luc Chantre, « Se rendre à La Mecque sous la Troisième République. Contrôle et organisation des dép (...)

8En France, le départ en pèlerinage est en effet soumis à l’autorisation du ministère de l’Intérieur après avis du Comité consultatif d’hygiène publique qui se prononce au vu des rapports transmis par les médecins sanitaires d’Orient. Pour les autorités coloniales d’Algérie, grande est alors la tentation de prendre prétexte de la menace sanitaire pour interdire purement et simplement les départs en pèlerinage14. Entre 1880 et 1905, dix-sept décisions d’interdictions sont prises pour des motifs sanitaires ou politiques liés aussi bien aux épidémies de peste et de choléra qu’au climat d’insécurité créé par la lutte menée par les troupes anglo-égyptiennes contre le mahdi du Soudan. En 1902, alors que le pèlerinage a été autorisé, une épidémie éclate au Hedjaz, causant la mort de plus de 5 300 pèlerins. Aussi les départs en pèlerinage sont-ils interdits depuis l’Algérie les deux années suivantes. Mais, le 26 novembre 1904, après avoir constaté l’absence de risque sanitaire au Hedjaz, le ministère français de l’Intérieur se résout finalement à autoriser le pèlerinage des musulmans d’Algérie à La Mecque.

9Au départ des ports algériens, les pèlerins sont généralement regroupés par région d’origine sous l’autorité d’un « chef de pèlerinage » choisi parmi les notabilités locales. Tenus de faire respecter la réglementation sanitaire à bord, des médecins sont officiellement investis de la fonction de « commissaire de gouvernement » par un arrêté du gouverneur général d’Algérie du 10 décembre 1894 qui vient préciser les obligations administratives et sanitaires pesant sur les pèlerins comme sur les transporteurs, choisis parmi des compagnies marseillaises que sont la Compagnie Cyprien Fabre ou la Société générale des transports maritimes. Mais le manque d’autorité et d’indépendance de ces médecins à l’égard des compagnies de navigation qui les rémunèrent va conduire le gouvernement général à revenir sur cette organisation.

  • 15 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France 1871 – 1919, Paris, Bouchène, 2005, p.  (...)

10Au tournant du siècle, le climat politique est en effet particulièrement tendu en Algérie. En avril 1901, dans le village de Margueritte (aujourd’hui Aïn Torki), des colons sont assassinés. Parmi les mobiles invoqués, un rapport administratif souligne le caractère religieux de ce soulèvement, une douzaine des agresseurs ayant accompli leur hajj en 1900. Se trouve ainsi conforté le schéma selon lequel le hajj serait l’occasion pour certains pèlerins d’échapper à la surveillance des autorités et de rapporter à leur retour des mots d’ordre de révolte, à l’instar du cheikh Bou Hamama lorsqu’il souleva le Sud-Oranais vingt ans plus tôt. Les soupçons sont d’autant plus forts que, depuis l’instauration d’un protectorat français sur la Tunisie en 1881, on accuse le sultan ottoman Abdülhamid II de profiter du hajj pour demander à ses agents d’enjoindre aux pèlerins de ses anciennes provinces de se soulever. Suite au fait divers de Margueritte, des tribunaux répressifs sont créés tandis qu’un arrêté du 29 mai 1901 vient donner aux administrateurs de commune mixte compétence en matière de simple police15. Cet événement a des conséquences sur l’organisation du pèlerinage algérien puisque, par un arrêté du 8 janvier 1902, la charge de commissaire de gouvernement est désormais confiée à un administrateur de commune mixte, nommé par le gouverneur général dans chaque département. Dans la foulée, on encourage ces commissaires du gouvernement à livrer des rapports détaillés sur la situation politique du Hedjaz et le comportement des pèlerins. Gillotte va appliquer ces consignes à la lettre. De son voyage aux lieux saints, il entend même dresser un rapport modèle qui, selon ses propres mots doit « servir d’indication à mes collègues appelés dans l’avenir à accomplir la même mission » et surtout servir ses objectifs professionnels.

11Une fois nommé commissaire de gouvernement des pèlerins de l’Oranais, Gillotte embarque à Oran le 23 janvier 1905 à bord de l’America, un paquebot de la compagnie de navigation marseillaise Cyprien Fabre. Avec près de 6 400 pèlerins officiellement enregistrés par l’Office sanitaire de Djeddah, le hajj du début de l’année 1905 est un pèlerinage faste pour les Maghrébins. Il s’agit même des effectifs les plus importants depuis le grand pèlerinage de 1893 et ses 15 800 pèlerins. Malgré tout, ces effectifs restent modestes au regard des 150 000 pèlerins présents cette année et des quelque 70 000 pèlerins débarqués dans le port de Djeddah dont 13 000 Égyptiens, 8 000 ressortissants de l’Empire ottoman ou encore 10 000 musulmans d’Asie centrale sous domination russe. Par ailleurs, si l’on fait abstraction des 2 200 Marocains, ou encore des 2 326 Tunisiens, les Algériens ne sont que 1 866 à partir officiellement cette année-là. La raison principale tient au caractère très administré du pèlerinage algérien qui pousse de nombreux Algériens à partir clandestinement pour les lieux saints du Hedjaz. En effet, sous couvert de protection sanitaire, l’arrêté du gouverneur général du 10 décembre 1894 réglementant le pèlerinage à La Mecque a multiplié les exigences administratives : obligation de se munir d’un passeport intérieur, d’un passeport international, de certificats sanitaires et fiscaux, et surtout de la somme de mille francs dont chaque pèlerin doit être détenteur pour éviter de tomber dans le dénuement en fin de pèlerinage et d’être rapatrié aux frais du gouvernement général.

  • 16 ANOM, GGA, 16h/83, 1er mai 1902.
  • 17 Photographies n° 8 et 9.
  • 18 Victor Turner, Le phénomène rituel. Structures et contre-structures, Paris, PUF, 1990.

12On est également frappé du faible nombre de femmes parties au pèlerinage en cette année 1905. La doctrine malékite, majoritaire en Afrique du Nord, encadre en effet très strictement le départ en pèlerinage des musulmanes qui doivent être accompagnées de leur mari ou d’un proche parent. À peine les statistiques tenues par les consuls de Djeddah mentionnent-elles une légère progression des effectifs féminins, passant, par exemple, de 4,5 % du total en 1893 à 7 % en 190216. On est loin des 20 à 30 % constatés par les autorités anglaises ou hollandaises pour certains pèlerinages indiens ou indonésiens. Les photographies de Gillotte ne mentionnent que très peu la présence de femmes : au moment de l’embarquement, lorsqu’elles assistent au départ de leurs maris17, ou bien à bord, quand le commissaire du gouvernement signale l’aménagement des couchettes qui, « selon la coutume indigène », ont été fermées à l’aide de couvertures destinées à isoler les femmes des regards masculins. Précaution bien inutile, semble-t-il, puisque, à l’approche des lieux saints, Gillotte ne cache pas son étonnement lorsqu’il remarque, dans le compartiment des première classe une femme originaire de Tlemcen en train d’aider des hommes « maladroits ou malades » à se dévêtir afin de s’envelopper du vêtement rituel (ihrâm). Peut-être s’agit-il tout simplement d’une infirmière musulmane, dont il ne mentionne par ailleurs jamais la présence. Ainsi, ce qui, à la lecture des travaux de l’anthropologue Victor Turner, pourrait apparaître comme une manifestation de la « communitas », abolissant les barrières entre les fidèles18, n’est, pour Gillotte, qu’une manifestation de « l’hystérie religieuse dans toute la force du terme » où « il n’y a plus ni sexe ni rien. »

  • 19 Documents n° 6 et 103.

13À bord, Gillotte s’attache surtout à vérifier la conformité des équipements aux dispositions en vigueur. Dès l’introduction de son rapport, il relève que, tant du point de vue de l’hygiène que du confort, « ce voyage s’est effectué dans des conditions exceptionnelles ». Mais sa reconnaissance va surtout au médecin de bord, le docteur Laure, dont il loue « le zèle et le dévouement » dans les soins quotidiens qu’il prodigue aux pèlerins atteints de dysenterie ou les opérations de petite chirurgie exercées à bord. Ses observations illustrent ainsi la médicalisation croissante du hajj et une nouvelle forme de ritualité sanitaire lorsque, chaque jour, les opérations de désinfection et les visites médicales viennent s’intercaler entre la prière matinale et les lectures du Coran. Sous sa plume, même les décès survenus à bord — « 14 décès seulement », se félicite Gillotte — semblent relever de la routine administrative. Le commissaire du gouvernement se contente de signaler que les cérémonies d’immersion ont bien été accomplies selon le rite musulman, sans oublier de signaler que les inventaires après décès ont mis en évidence le non-respect de la réglementation du pèlerinage, s’agissant notamment du pécule de mille francs. Le caractère administratif du rapport est perceptible jusqu’au choix des documents sélectionnés à l’aller comme au retour, à l’instar du ticket de distribution d’eau ou de la « carte de nourriture » dont il joint un exemplaire dans son rapport19.

Administrateur ou reporter ?

  • 20 Voir, par exemple, le rapport du docteur Allard, commissaire du gouvernement à bord du Quatre Amis (...)
  • 21 Particulièrement significatif sur ce point est le rapport de Ferdinand Jousseaulme, rédigé lors de (...)
  • 22 Voir le rapport du docteur Debeaux, commissaire du gouvernement à bord de l’Amiral Jacobsen en 1901 (...)
  • 23 C’est le cas de l’administrateur Brunache, commissaire du gouvernement à bord du Savoie en 1902. AN (...)

14À lire les premières pages du rapport de Gillotte, il ne semble pas en effet que le commissaire du gouvernement ait choisi de s’écarter des codes d’écriture qui régissent ce type d’exercice. Rédigés initialement par des médecins, ces écrits s’apparentaient souvent à un journal sanitaire, dans lequel étaient consignés, au jour le jour, l’état de santé des passagers et des réflexions sur le respect des dispositions règlementaires20. Ces médecins-commissaires du gouvernement avaient toutefois du mal à cacher leur sentiment d’impuissance tant à l’égard des pèlerins dont ils ne comprenaient pas la langue et qui leur donnaient souvent l’impression de refuser la médecine occidentale21, qu’à l’égard du personnel de bord, peu enclin à se conformer aux normes sanitaires en vigueur22. Leur remplacement, en tant que commissaires du gouvernement, par des administrateurs coloniaux va contribuer à modifier le contenu des rapports de pèlerinage. Pleinement conscients de l’autorité attachée à leur fonction, ceux-ci n’hésitent pas à critiquer consuls, capitaines et autres médecins de bord, voire à mener leur propre enquête, quand ils ont vent, par exemple, d’affaires de corruption23. Ils s’accordent ainsi une liberté de ton et de manœuvre bien plus grande que leurs prédécesseurs. Enfin, leur qualité d’administrateurs les prédispose à s’intéresser aux questions politiques et économiques.

  • 24 De toute évidence, les photographies n° 12 à 18 ainsi que les n° 20 à 22 ne sont pas de Gillotte et (...)

15Gillotte ne fait pas exception à la règle. Ainsi, dès son arrivée à Port-Saïd, celui-ci prend l’initiative de se rendre au siège de la Compagnie du canal de Suez pour recueillir des données historiques et des photographies ou photogravures du canal24. Il achète également la presse de langue française dont il reproduit de courts extraits. Comme il l’indique lui-même :

Je n’hésite pas à prendre, en véritable reporter, des indications précises sur l’historique du canal et sur son développement progressif.

  • 25 Lorsque Gillotte pénètre en mer Rouge, la Russie et le Japon sont officiellement en guerre depuis u (...)

16Son rapport fourmille de données physiques et économiques sur le canal, artère stratégique de l’expansion européenne dans le monde. L’actualité géopolitique du moment s’invite même lorsque, évoquant le régime de neutralité du canal, Gillotte signale qu’un charbonnier russe a été coulé « par un navire d’une autre nation », sans mentionner toutefois si ce dernier arborait le pavillon japonais25.

  • 26 John Lewis Burckhardt, Travels in Arabia, Londres, Henry Colburn, 1829.
  • 27 Sylvie Aubenas et Jacques Lacarrière, Voyage en Orient, Paris, Bibliothèque Nationale de France-Haz (...)
  • 28 Christiaan Snouck Hurgronje, Bilder aus Mekka, Leyde, E.J. Brill, 1889.
  • 29 Jules Gervais-Courtellemont, Mon voyage à La Mecque, Paris, Librairie Hachette, 1897.

17C’est surtout à Djeddah, où l’America arrive le 7 février, que Gillotte va exercer ses talents d’investigation. À la différence de ses prédécesseurs, il met un point d’honneur à ne pas emprunter ses informations aux récits de voyage du siècle précédent, à commencer par le voyageur suisse Jean-Louis Burckhardt qui a pourtant laissé un tableau très complet de la ville de Djeddah au début du xixe siècle26. Seuls semblent compter à ses yeux, l’observation et les témoignages directs. Dans ces conditions, on comprend mieux le rôle joué par la photographie dans son rapport. Depuis la mission archéologique de Maxime Du Camp en 1849 – 1850 en effet, la photographie est en quelque sorte devenue le complément indispensable de tout voyage en Orient27. Cet exercice s’est banalisé jusque dans les lieux saints du Hedjaz depuis le séjour de l’orientaliste hollandais Christiaan Snouck Hurgronje à La Mecque28 comme celui du photographe algérois Jules Gervais-Courtellemont, qui, investi d’une mission secrète confiée par le gouverneur général Cambon, était revenu à Alger en 1894, muni de clichés de la ville sainte29.

  • 30 Pilgrims to Makkah 1908, Le Caire, Institut Dominicain d’Études Orientales – Al-Turath, 2010 ; Moha (...)

18Gillotte ne nous donne aucune indication sur le type d’appareil utilisé, même si tout porte à croire qu’il s’agit d’un appareil de type Kodak dans sa version pliante (Folding Pocket Kodak) qui présente l’avantage de pouvoir être transporté aisément sur terre comme sur mer. Après lui, de nombreux pèlerins utiliseront ce type d’appareil : le médecin indien Muhammad Husayni qui a laissé également plus de quatre-vingts photographies du pèlerinage de 1908 ainsi que le caïd algérien Mohamed Ben Chérif en 191330.

  • 31 Photographie n° 11.
  • 32 Photographies n° 28 à 31.

19Uniques en leur genre, les clichés relatifs au voyage en mer sont un témoignage de premier choix sur les conditions de vie à bord des pèlerins algériens que l’on voit cuisiner le long des bordages ou encore assis sur leurs couchettes dans l’entrepont du navire. Au-delà du caractère anecdotique de certains de ces clichés, Gillotte a pris le soin de fixer sur la pellicule les moments les plus solennels de la traversée, comme l’immersion d’un pèlerin décédé31 et surtout l’entrée en pèlerinage, lorsqu’au large du port de Rabigh, les pèlerins se revêtent de l’ihrâm32.

  • 33 Deux clichés de la ville (n° 41 et 60) et celui (n° 68) de la prison de Djeddah ont été pris depuis (...)
  • 34 Ce plan figure en annexe 3.
  • 35 Photographies n° 53 à 56.

20La moitié des cent une photographies ont été prises à Djeddah où Gillotte passe trois longues semaines en compagnie d’une poignée de compatriotes : des officiers de bord, l’autre commissaire du gouvernement algérien Bardenat ou encore de Charles Féer, gérant du consulat de France, en l’absence d’Édouard Bertrand, consul en titre depuis le 1er janvier 1905. Gillotte a vraisemblablement été hébergé dans les locaux du consulat33, situé dans le quartier nord de la ville. De ses pérégrinations, outre une cinquantaine de photographies de la ville, Gillotte nous a laissé un plan de Djeddah réalisé à main levée34. On y distingue le relevé des fortifications, des artères et des principales portes, mais aussi les principaux services publics (mairie, maison du gouverneur de la ville, hôpital civil et militaire, écoles, caserne), la présence des minarets et des citernes. Gillotte a sans aucun doute passé des heures entières à déambuler dans les rues pour admirer les maisons, décrites comme de « véritables bijoux », à discuter dans l’un des nombreux cafés maures qu’il mentionne, ou encore à parcourir les souks où, à côté des changeurs, marchands d’étoffes et de parfums et autres « bimblotiers », il est frappé de trouver des jouets made in Germany importés par des marchands indiens. Si les indications topographiques et toponymiques utilisées par l’administrateur ne sont pas des plus précises, les photographies qui accompagnent ses commentaires permettent de mieux nous rendre compte de l’intensité de la vie qui anime la ville portuaire pendant le mois du pèlerinage, à l’instar du débarcadère, de la douane ou encore des artères grouillantes des souks et des places publiques de Djeddah35.

  • 36 William L. Ochsenwald, Religion, Society and the State in Arabia. The Hijaz, under Ottoman Control  (...)
  • 37 Le montant des recettes douanières pour 1905 est estimé à plus de 112 000 £. Cf. Saleh Muhammad al- (...)

21En ce début d’année 1905, Gillotte décrit Djeddah comme le principal port de commerce de la région tout en reconnaissant que les navires anglais n’y mouillent que toutes les six semaines. Pour la seule année 1905, la valeur des échanges peut être évaluée à plus de 2,5 millions de livres turques. Elle apparaît en très nette progression comparée à l’année précédente (1,5 million)36. Mais ce commerce est aussi profondément déséquilibré, les importations représentant plus de 98 % du total37. Le Hedjaz se remet alors lentement des conséquences de la Grande Dépression des années 1873 – 1896 qui a vu son commerce avec le reste du monde s’effondrer à partir du début de la décennie 1880.

  • 38 Archives diplomatiques de Nantes (ADN), Djeddah, 56, 29 avril 1893.
  • 39 William L. Ochsenwald, « The Jidda Massacre of 1858 », Middle Eastern Studies, 13/3, 1977, p. 314-3 (...)
  • 40 Photographie n° 74.

22À l’occasion, Gillotte se fait aussi historien. Bien qu’il se garde de citer ses sources, il semble que l’administrateur ait puisé ses informations dans les archives conservées au consulat de France, par exemple lorsqu’il évoque la terrible épidémie de choléra de 1893 en reprenant des passages entiers du rapport de pèlerinage du consul Gaston Guiot38. Mais il s’appuie aussi sur une source moins fiable, en l’occurrence la mémoire que les Européens du Hedjaz ont gardée des événements plus ou moins récents, ce qui permet d’expliquer un certain nombre d’imprécisions chronologiques et factuelles : l’émeute de 1858 — que Gillotte situe improprement en 1859 — où périrent les consuls français et anglais ainsi que plusieurs marchands grecs39, et l’attaque des consuls de 1895. L’enterrement du chef mécanicien du vapeur italien Tirreneo est ainsi l’occasion d’évoquer le cimetière des non-musulmans de Djeddah, dont le consulat de France a la charge, et où sont enterrés les consuls victimes de l’émeute de 1858. Mais assez curieusement, si Gillotte photographie la sépulture des consuls ainsi que la tombe de l’explorateur Charles Huber40 — véritable lieu de pèlerinage pour les Européens de passage à Djeddah — il ne mentionne pas la fin tragique de cet explorateur tué par ses guides en 1884.

23En compagnie de plusieurs compatriotes, Gillotte est invité, chez le kaïmakam de Djeddah Ali Yumni, à la cérémonie du Bayram célébrant la fête du Grand Sacrifice. Il obtient du lieutenant-gouverneur — seule personnalité locale rencontrée durant son séjour — l’autorisation de visiter le tombeau d’Ève, haut lieu de pèlerinage populaire à Djeddah, ainsi que le lazaret d’Abû Sa‘ad, situé sur une île toute proche de Djeddah, au sud de la ville. En revanche, il se voit refuser l’accès aux hôpitaux municipaux, sujet de tension entre les autorités ottomanes et les puissances européennes qui, au fil des conférences sanitaires internationales, exercent une pression croissante sur l’Empire ottoman pour qu’il entreprenne les réformes nécessaires.

24Enfin, Gillotte entend jeter toute la lumière sur ce qu’il appelle lui-même les « dessous du pèlerinage », à savoir l’exploitation économique des pèlerins. Maîtrisant un peu l’arabe, il mène une enquête auprès de deux « négociants », sans que le lecteur sache exactement s’il s’agit de courtiers maritimes ou de représentants des guides mecquois du pèlerinage chargés d’accueillir leurs clients à Djeddah. Leurs propos, vraisemblablement déformés, viennent confirmer l’opinion de bon nombre d’observateurs de l’époque quant au caractère systématique de l’exploitation des pèlerins :

Le Hedjaz, au point de vue culturel, ne produit rien, rien, moins que rien. Aucune industrie n’existe dans ce pays. Seul le pèlerinage supplée annuellement à notre mauvaise situation économique. Nous savons tous que nous devons exploiter pour suppléer à ce manque de récolte, la crédulité des pèlerins arrivant en masse de tous les pays du monde.

  • 41 Photographie n° 49.

25Gillotte s’intéresse aux sujets sensibles, à commencer par l’approvisionnement de la ville en eau, point crucial dans cette contrée désertique. En compagnie de Charles Féer, soigneusement escorté par un policier dans tous ses déplacements depuis les événements de 1895, il photographie l’une des fontaines de la ville41 et se rend même à proximité des citernes — qu’il indique précisément sur son plan, au sud de la ville — mais dont il se voit refuser l’accès. Il dénonce alors la privatisation de l’approvisionnement en eau qui, selon lui, permet d’expliquer les prix faramineux atteints en période de pèlerinage.

26Pour Gillotte cependant, le plus gros scandale constitue la vente des billets retour. Il entend ainsi dévoiler le système dit de « la poule des navires » — de l’anglais pool — consistant pour les agents des compagnies maritimes à se grouper et s’entendre avec les autorités locales pour éviter les effets de la concurrence et fixer à un niveau convenu le prix des billets retour. Gillotte accuse les courtiers italiens Rini et Galimberti, véritables « rois du pèlerinage » d’avoir intéressé l’ensemble des acteurs du pèlerinage à cette exploitation. Pour combattre cette dérive commerciale — à laquelle n’échappent pas les transporteurs français — les autorités d’Alger ont imposé aux pèlerins l’achat de billets aller et retour. Mais au Hedjaz cette disposition porte préjudice aux pèlerins algériens car les navires de la « poule » se voient accorder la priorité sur les autres embarcations pour conduire les pèlerins à Yanbu’, le port de Médine. Gillotte évoque ainsi le dépit, voire la colère, des pèlerins algériens qui, forcés d’attendre deux jours supplémentaires après les fatigues du hajj, « menacent de s’insurger ».

27Ces révélations ne sont pas nouvelles. Bien avant lui les différents consuls ont mis en lumière ces imperfections. Ils ont cru bon d’alerter l’administration locale mais se sont heurtés à un mur d’indifférence. En effet, ces autorités sont souvent les premières à faire obstacle aux missions de protection des consuls, a fortiori lorsqu’elles concernent la protection d’anciens sujets du sultan comme les Tunisiens, placés sous protectorat français depuis 1881. Un quart de siècle plus tard, la situation n’a guère évolué, comme le constate Gillotte :

Les Tunisiens désireux de faire le pèlerinage sont comme nos sujets algériens nantis d’un passeport qu’ils doivent faire également viser par le consul de France. Or le 24 février, le kaïmakam, lieutenant-gouverneur de Djeddah a écrit au consul de France pour protester au nom du sultan et faire connaître à cet agent diplomatique que la Sublime Porte ne reconnaissait pas le protectorat de la France sur les sujets tunisiens musulmans.

28De fait, de nombreux pèlerins se retrouvent privés de toute protection effective. Confrontés à leur propre impuissance, les consuls européens du Hedjaz ont souvent la tentation de se poser en défenseurs de la Civilisation face à la barbarie supposée de l’Orient. À lire son rapport, Gillotte n’est pas loin de partager un tel point de vue.

Un Européen au Hedjaz

29Dans son rapport, Gillotte ne se départit jamais vraiment d’un certain ethnocentrisme à l’égard de cet Orient qu’il juge décadent et arriéré, notamment lorsqu’il dénonce la culture du bakchich et la corruption des agents ottomans, qu’ils appartiennent aux services de la douane, de la police ou de la santé. Le service de la poste est ainsi raillé pour son indolence et le laisser-aller qui préside à son organisation.

  • 42 ADN, Unions internationales (UI), premier versement, 526, 30 juin 1895.
  • 43 Jan Schmidt, Through Legation Window 1876 – 1926, Istanbul, Nederlands Historisch-Archeologisch Ins (...)

30Les services sanitaires constituent la cible principale de Gillotte. L’administrateur s’étonne ainsi de l’état d’inachèvement du lazaret d’Abû Sa‘ad et critique l’absence de structure d’isolement à Djeddah en cas d’épidémie, à l’exception d’un café maure improvisé en dispensaire. Il leur oppose, lors de son voyage retour, le lazaret égyptien d’El-Tor, avec ses quatre hôpitaux bien aménagés et ses salles d’autopsie et de bactériologie. Gillotte se fait ici le relai des préoccupations hygiénistes de son époque. En effet, depuis l’épidémie de choléra particulièrement meurtrière de 1865, la sécurité sanitaire de la mer Rouge a été renforcée, à travers notamment la création d’Offices sanitaires et surtout la construction de stations quarantenaires à destination des pèlerins transitant par Suez (station d’El-Tor ou al-Tûr) ou le détroit de Bâb al-Mandab (station de Kamarân, au large d’Hodeïdah). Parallèlement, la France étend son réseau sanitaire en Orient en nommant, entre 1866 et 1888, un médecin sanitaire à Djeddah tandis que les Britanniques font le choix, à la fin des années 1870, d’attacher un médecin musulman indien au consulat. La question sanitaire devient un point de crispation entre les puissances européennes et l’Empire ottoman, plus particulièrement après l’épidémie de 1893 qui causa plus de 33 000 décès en moins d’un mois. Les puissances européennes redoublent alors de pression. Le maréchal Assad Pacha est dépêché au Hedjaz muni de quarante mille livres destinées à la construction d’asiles et d’hôpitaux. Après avoir souhaité, sans succès, interdire la distribution de l’eau de Zamzam, un nouveau corps de police sanitaire impose, avec la bénédiction des consuls, la construction de deux étuves à désinfection à La Mecque et Djeddah. Mais cette politique sanitaire n’est pas du goût des habitants. Au printemps 1895, une rumeur se diffuse selon laquelle des médecins seraient venus à La Mecque « pour propager le choléra renfermé dans des bouteilles et torturer les malades dans les hôpitaux, comme les étuves où l’on place nus les pèlerins des deux sexes au retour de Minâ42 ». Le 30 mai, les consuls européens sont pris pour cible et le docteur Abdur Razzaq, un médecin indien particulièrement critique à l’égard des conditions sanitaires du hajj, périt sous les coups de ses agresseurs. Le lendemain, l’étuve à désinfection de Djeddah est détruite et l’hôpital des cholériques ainsi que l’hôpital général de La Mecque mis à sac. Dans son rapport, Gillotte se fait l’écho de ce tragique événement. Mais il en attribue la cause aux dispositions prises par le gouvernement ottoman contre les courtiers de pèlerinage, à la demande des puissances européennes. En 1894 en effet, les Britanniques avaient obtenu de la Porte un décret abolissant le monopole des guides de pèlerinage sur certains groupes de pèlerins, comme les Indiens et les Javanais. Selon le consul hollandais De Sluter, l’attaque aurait même été programmée par le chérif ‘Awn al-Rafiq et son entourage afin de porter atteinte au prestige des consuls43.

  • 44 William L. Ochsenwald, Religion, Society and the State, op. cit., p. 204.

31Dans l’organisation de la province du Hedjaz, un seul service public échappe aux sarcasmes de l’administrateur colonial : la propreté urbaine. Mais plus qu’aux velléités réformatrices de la Porte, la propreté de la ville est surtout liée aux initiatives locales, et notamment à l’action du kaïmakam de Djeddah Ali Yumni, en poste entre 1899 et 1907. Celui-ci a notamment mis en place un comité spécial, composé de six notables et présidé par le président du tribunal de commerce de Djeddah, afin de superviser le nettoiement des rues et le curage des citernes, en même temps qu’il supervise la reconstruction de plusieurs ouvrages publics, tel le mur d’enceinte de la ville44.

  • 45 Ibid., p. 200 ; 211.
  • 46 Parti en 1896 de Loango (Afrique équatoriale) avec une centaine de tirailleurs sénégalais, le comma (...)

32Gillotte emprunte la rhétorique décliniste de son époque qui voit dans l’Empire ottoman l’« homme malade de l’Europe ». À plusieurs reprises, il tient à souligner l’indigence de l’armée ottomane aux soldats « déguenillés, sans souliers, ayant chacun une arme de modèles différents en parfait état de malpropreté » qu’il oppose à la bonne tenue des troupes égyptiennes croisées dans le port de Yanbu’. L’Égypte, sous influence européenne, sert en effet ici de point de référence. À la différence de son collègue Bardenat, Gillotte ne signale pas les mesures extraordinaires prises par le gouverneur de la province (vali) pour assurer la sécurité des pèlerins, à commencer par l’escorte militaire dont bénéficient les pèlerins entre Djeddah et La Mecque. Il se fait en revanche l’écho du désastre militaire essuyé par l’armée ottomane au Yémen en février 1905, alors que plusieurs milliers de soldats viennent de débarquer pour mater la révolte de l’imam Yahya qui a éclaté l’année précédente. En se fondant sur une dépêche d’un quotidien d’Oran, Gillotte évoque un état-major débordé par la situation et des insurgés marchant sur La Mecque. Mais il néglige de préciser l’ampleur des moyens militaires mobilisés par la Porte — plus de 55 000 soldats ottomans débarqueront au Yémen en 1905 — suite notamment à la chute de Sanaa au mois d’avril45. Il voit dans cette insurrection du Yémen la main de l’Angleterre qu’il soupçonne de vouloir faire « tache d’huile » dans la péninsule depuis le port d’Aden. Comme nombre de fonctionnaires coloniaux de son époque, Gillotte demeure très méfiant à l’égard des Britanniques. Dans les mentalités coloniales d’alors, la signature de l’Entente cordiale en 1904 n’a pas encore effacé l’affront de Fachoda46. La question d’Égypte reste en effet très présente dans les esprits. À Port-Saïd, il déplore que le canal de Suez soit aujourd’hui « complètement tombé entre les mains des Anglais dont la prépondérance s’accentue tous les jours de plus en plus en Égypte ». À Djeddah, il signale que le consul anglais joue un rôle prépondérant en sa qualité de médecin musulman. En effet, le vice-consul Muhammad Husayni n’est autre que le médecin personnel du chérif ‘Awn al-Rafiq, qui souffre de diabète.

  • 47 Saleh Muhammad al-Amr, op. cit., p. 197.
  • 48 Photographie non numérotée précédant le cliché n° 87.
  • 49 ANOM, GGA, 16h/85, missions à La Mecque 1893 – 95, 12 juin 1894.
  • 50 ADN, Djeddah, 56, 20 décembre 1901.
  • 51 Foreign Office (FO), 195/2126, 14 octobre 1902.
  • 52 FO, 195/1767, 27 mai 1892.

33Sur la scène politique locale, le chérif de La Mecque joue alors un rôle prépondérant. La province du Hedjaz tire en effet sa spécificité de son dualisme exécutif, constitué, d’une part, par le gouverneur du Hedjaz (vali ou wali), représentant du gouvernement d’Istanbul, et, d’autre part, par le grand chérif de La Mecque, chef politique et religieux. Or le premier, Ahmed Ratib Pacha, n’est jamais cité par son nom, preuve, s’il en est besoin, de son effacement politique, alors même qu’il est en fonction depuis dix ans. Dans un contexte où l’Empire ottoman est obsédé par l’ingérence des puissances européennes, Ahmed Ratib Pacha veille néanmoins à limiter la capacité d’influence des consuls47, par exemple lorsqu’il adresse un courrier au gérant du consulat de France l’engageant à ne pas se rendre dans le port de Yanbu’, faute de pouvoir assurer sa sécurité. L’essentiel des pouvoirs se trouve alors entre les mains du chérif hachémite ‘Awn al-Rafiq, à la tête des villes saintes depuis presque vingt-trois ans. Gillotte le qualifie tour à tour de « grand maître des cérémonies du pèlerinage », voire de « grand pontife », dont « le titre officiel correspond à celui d’altesse impériale ». Bien qu’une photographie de ‘Awn al-Rafiq figure dans son rapport48, Gillotte ne l’a pas rencontré personnellement et tient vraisemblablement ses informations du gérant du consulat. Le chérif ‘Awn al-Rafiq est en effet une personnalité bien connue des consuls d’Orient qui recherchent souvent ses faveurs. En 1894, l’ambassadeur de France à Istanbul/Constantinople le qualifiait déjà de « tout-puissant personnage » qui fait et défait les gouverneurs et sur lequel « le sultan n’a que peu d’action49 ». Le chérif a ainsi freiné les velléités centralisatrices du sultan ottoman Abdülhamid II en obtenant la révocation du très puissant gouverneur Othman Pacha en 1886. On le dit très populaire auprès des pèlerins qui admirent sa piété et son autorité. Le consul Hyppolite Guès voit ainsi en lui un personnage « très redouté et très vénéré [qui] inspire à la fois la terreur et un dévouement fanatique50 ». Les Britanniques le disent quant à eux « énergique et rusé ». Mais son caractère tyrannique et sa justice arbitraire lui attirent de nombreuses critiques, à commencer par ses prisons qui font figure d’antichambres de l’au-delà, comme l’illustre ce bédouin décédé en 1902 dans les geôles du chérif suite à la destruction, par des membres de sa tribu, de la ligne télégraphique reliant Djeddah à Médine51. Gillotte cite l’anecdote de ces esclaves faussement suppliciés sur des bouches de canon à seule fin de frapper les esprits ainsi que d’un Algérien de Tlemcen condamné à tort. Mais ce que les observateurs européens reprochent le plus au chérif est sans aucun doute sa « cupidité éhontée », pour reprendre l’expression du consul britannique Cecil Wood52. Gillotte le décrit ainsi comme « le grand courtier de la spéculation organisée sur les pèlerins du monde entier » lorsqu’il évoque le « scandale de la « poule » ou encore la pression exercée sur les pèlerins pour les contraindre à recourir aux services de chameliers sur la route de Médine, trafic sur lequel le chérif prélève directement sa part. Outre son coût — le prix de location des chameaux aurait ainsi augmenté de moitié en moins de dix ans — cette route terrestre est soumise aux razzias périodiques des tribus bédouines. Si bien que, dans l’intérêt des pèlerins, Gillotte en vient à défendre le projet de chemin de fer du Hedjaz, impulsé par le sultan Abdülhamid II dès 1900, pourtant destiné, entre autres objectifs, à dispenser les pèlerins musulmans d’emprunter les moyens de transport européens. Il souligne toutefois que l’ouverture d’une telle ligne entre Damas et Médine risquerait à court terme de mettre à mal l’économie de la région.

  • 53 FO, 195/ 1943, 15 septembre 1896.
  • 54 FO, 195/1767, 27 mai 1892.
  • 55 FO, 195/2174, 14 octobre 1903.

34Les Bédouins du Hedjaz ne trouvent pas non plus grâce aux yeux de Gillotte. Débarqué dans le port de Yanbu’ le 5 mars en compagnie de pèlerins algériens désireux de se rendre à Médine, le commissaire du gouvernement s’inquiète de la sécurité de ses administrés. Car les Bédouins de la tribu des Beni Harb (Hrub) ne sont pour lui ni plus ni moins qu’une « race de montagnards ignorants et d’une âpreté au gain dont rien ne peut donner une idée ». Gillotte cite ainsi l’échauffourée qui aurait éclaté quatre ans auparavant, sur la route de Yanbu’ à Médine entre une caravane de pèlerins algériens et des Bédouins accusés d’avoir assassiné certains voyageurs restés à l’écart. Gillotte reproduit ici un discours très largement véhiculé par les consuls de Djeddah qui n’ont dès lors pas de mots assez durs pour comparer les Bédouins du Hedjaz, qui à des « voyous sans pitié53 », qui à des « nomades à demi-sauvages54 », « n’ayant pas évolué depuis l’époque d’Abraham55 ».

35Gillotte semble en effet noircir à dessein le séjour au Hedjaz, comme s’il voulait mieux faire ressortir par contraste les attentions de l’administration coloniale à l’égard des pèlerins musulmans.

Un regard colonial sur le hajj

36À travers ce rapport, Gillotte entend en effet se faire le promoteur de l’organisation du pèlerinage « à la française ». Comme il l’écrit lui-même :

Tout a été dit ou écrit sur le pèlerinage de La Mecque, si difficile à accomplir avant la conquête et tous les gouvernements se sont pour ainsi dire entendus pour lui donner la vitalité et la sécurité qui lui faisaient défaut autrefois.

37Il loue ainsi la qualité des navires nolisés, à l’instar du paquebot America qui l’a conduit à Djeddah, et qui, selon lui, aurait fait l’admiration de tous en rade de Djeddah. Attentif au respect de la réglementation du pèlerinage, Gillotte voit dans les différentes garanties exigées des pèlerins, à l’instar du pécule de mille francs, la marque d’une sollicitude de l’administration coloniale, bien plus qu’un obstacle imposé à la liberté de mouvement. Cette attention s’incarne, selon lui, dans la personne des commissaires du gouvernement chargés d’accompagner les pèlerins, moins pour surveiller leurs activités au berceau de l’islam que pour « sauvegarder leurs intérêts » face aux multiples exploitations dont ils font l’objet.

38En revanche, vraisemblablement influencé sur ce point par le vice-consul de Djeddah, Gillotte n’hésite pas à critiquer, plus ou moins ouvertement, le système des autorisations de pèlerinage qui prévaut à Alger. Il s’appuie sur deux types d’arguments. Le premier est lié à l’inefficacité de ces interdictions, les pèlerins trouvant toujours le moyen de les contourner sous couvert de voyage commercial ou bien en s’embarquant clandestinement depuis un port de la côte méditerranéenne. Ainsi :

Il est établi au consulat de France à Djeddah que le nombre des pèlerins se rendant à La Mecque et à Médine est sensiblement le même toutes les années, que le pèlerinage soit autorisé ou non.

39L’autre raison est liée à la diminution du risque sanitaire dans la région. Certes Gillotte, comme nous l’avons vu, n’est pas avare de critiques à l’égard de l’administration sanitaire du Hedjaz. En revanche, il semble faire la plus entière confiance au système de protection sanitaire mis en œuvre en mer Rouge sous l’impulsion des puissances européennes. À commencer par le lazaret d’El-Tor qui a fait l’objet, à partir de 1898, d’un programme complet d’équipement dont Gillotte n’a pu que se louer : « En mettant le pied dans le lazaret, écrit-il, on sent qu’on n’est plus en Turquie. ».

  • 56 Sylvia Chiffoleau, Genèse de la santé publique internationale, op. cit.

40Depuis une dizaine d’années en effet, les progrès de la microbiologie ont mis fin aux querelles scientifiques qui divisaient jusqu’alors le monde médical56. Ainsi la Conférence sanitaire internationale organisée à Paris à la fin de l’année 1903 est-elle l’occasion d’adapter la réglementation aux récentes découvertes sur les modes de transmission de la peste ou du choléra. Elle donne également naissance à la première organisation sanitaire internationale permanente, l’Office international d’hygiène publique (OIHP) de Paris, chargé d’informer les États de l’évolution des maladies infectieuses dans le monde. Ce nouvel optimisme se retrouve sous la plume de Gillotte pour qui :

Pourvu que les mesures sanitaires soient scrupuleusement appliquées à Djeddah, à Yambo, à Tor surtout, avec les procédés actuellement employés, nous n’avons plus guère à craindre la propagation des maladies épidémiques.

41Pour autant Gillotte se garde bien de critiquer ouvertement les méthodes de ce qu’il appelle avec respect l’« administration supérieure », en l’occurrence le gouvernement général d’Alger. Bien au contraire, désireux d’obtenir une promotion, il abonde dans le sens du gouverneur général Jonnart, connu pour ses positions libérales. C’est d’ailleurs directement à son gouverneur général — dont il connaît l’intérêt pour la question sanitaire après la mise en place d’une Assistance médicale indigène en 1902 — qu’il s’adresse pour évoquer la nécessité de disposer d’un dispensaire pendant la durée du pèlerinage afin d’héberger les pèlerins indigents.

  • 57 ANOM, GGA, 16h/86, rapport de pèlerinage du 10 avril 1905.
  • 58 « Je doute que parmi les chefs du pèlerinage choisis jusqu’à ce jour il en est chez qui l’exaltatio (...)

42Gillotte ne va cependant pas jusqu’à partager les convictions « indigénophiles » de Jonnart. Ça et là, au fil du rapport, affleurent le racisme et la méfiance de l’administrateur colonial à l’égard des auxiliaires indigènes, méfiance qui lui a fréquemment été reprochée par ses supérieurs au cours de sa carrière. Gillotte se montre ainsi très critique vis-à-vis de certains pèlerins à qui il reproche leur manque de loyauté. La question de la loyauté des pèlerins musulmans est alors un thème récurrent de la littérature administrative du pèlerinage. Les autorités coloniales redoutent effectivement que les pèlerins musulmans ne profitent de leur pèlerinage, soit pour fuir la tutelle française, soit pour s’affilier à des confréries religieuses qui redoubleraient leur « fanatisme », soit enfin pour recevoir des mots d’ordre séditieux de la part du chérif ou des émissaires du sultan ottoman. Gillotte rapporte ainsi les propos d’un notable de Bône qui lui aurait confié qu’à l’occasion de la cérémonie de ‘Arafât, certains Algériens auraient prié afin que leurs « frères musulmans de l’Algérie renient et combattent l’influence française et maintiennent leurs coreligionnaires dans l’islamisme et sous la souveraineté de notre grand chérif et du sultan ». Par ailleurs, l’administrateur fait remarquer qu’à l’occasion du pèlerinage la plupart des Algériens ont fait disparaître leurs distinctions honorifiques comme s’ils voulaient cacher à leurs coreligionnaires leur appartenance à la Nation française. Parmi ces pèlerins, ce sont surtout les chefs de groupes qui s’attirent les foudres de Gillotte. Celui-ci relève les propos de certains chefs qui seraient « allés jusqu’à faire des vœux de bonheur et de prospérité pour le sultan et le « glorieux Empire ottoman », alors que son collègue Bardenat n’a de cesse d’exalter leur zèle et leur dévouement lors de ce même pèlerinage57. Nombreux sont alors les commissaires de gouvernement à critiquer l’inutilité de ces chefs de pèlerinage à qui l’on reproche de ne s’occuper exclusivement que des pèlerins de leur famille ou de leur village au détriment des autres dont ils ont également la responsabilité, voire de manquer de la présence d’esprit nécessaire58. Aussi, dans la liste de recommandations qui clôt son rapport, Gillotte demande-t-il purement et simplement leur suppression et leur remplacement par des gendarmes indigènes.

43En réalité, Gillotte, issu d’une vieille famille républicaine, est un rationaliste convaincu. Il a ainsi du mal à voir dans le pèlerinage à La Mecque autre chose qu’une tradition culturelle. Selon lui :

Le pèlerinage à La Mecque est une ancienne coutume que le Prophète a conservée car ce fut un moyen de fournir aux musulmans une occasion de se réunir une fois l’an en nombre considérable et de resserrer ainsi les liens de confraternité religieuse qui les unissaient.

  • 59 ANOM, GGA, 16h/86, 10 avril 1905.

44Une telle conception l’empêche de ressentir la moindre empathie à l’égard des pèlerins qu’il accompagne. Dès le voyage aller, lorsqu’il évoque la joie des pèlerins approchant des lieux saints, il évoque une « excitation cérébrale qui avoisine le délire ». Lorsqu’il visite le tombeau d’Ève, ce libre-penseur ironise sur les superstitions populaires. En vérité, la dimension religieuse du hajj et de ses rites ne l’intéresse guère, à la différence de son collègue Bardenat, qui les décrit plus précisément, au risque de colporter un certain nombre d’idées fausses comme cette idée, répandue alors, que les pèlerins « se livrent à toute sorte de débauches » lors des fêtes de Minâ qui marquent la fin du pèlerinage59 ». Gillotte semble persuadé que le développement des moyens modernes de transports conduira inévitablement à diminuer l’intérêt porté par les musulmans au hajj en banalisant le voyage aux lieux saints. L’histoire contemporaine du pèlerinage se chargera de démontrer le contraire.

  • 60 ANOM, GGA, 8 Fi 514. Lettre reproduite en annexe 2.

45Une fois sa mission achevée, Gillotte a mis un soin particulier à rédiger et organiser son rapport sous la forme d’un album de photographies, comme il nous l’apprend dans une lettre du 4 juin 1906 adressée au préfet d’Oran60. Il se réjouit alors que son nom figure au tableau de concours pour l’obtention de la croix de chevalier de la Légion d’honneur au titre de sa mission. Malheureusement pour lui, et bien qu’il ait une nouvelle fois choisi d’accompagner les pèlerins de l’Oranais à La Mecque en 1906, l’année s’écoule sans qu’il obtienne la promotion tant désirée.

  • 61 ANOM, GGA, 16h/86, « Année 1907. Pèlerinage à La Mecque. Rapport de M. Gillotte, commissaire du gou (...)

46Mais Gillotte n’abandonne pas pour autant et renouvelle, pour la troisième année consécutive, sa candidature comme commissaire du gouvernement à bord du même navire America. Moins soigné que le précédent, son rapport de 1907 — également conservé aux Archives nationales d’outre-mer — prend la forme d’un simple journal de voyage illustré par trois photographies. À lire ce rapport, on est loin des « conditions extraordinaires » évoquées en 1905. Gillotte est désormais le premier à critiquer la saleté du navire, sous doté en personnel de bord, et sa marche particulièrement lente. L’aller comme le retour sont marqués par des incidents : plusieurs tempêtes, des heurts répétés avec des pèlerins embarqués clandestinement — particulièrement nombreux en cette année 1907 —, des matelots qui n’hésitent pas à piller les bagages des voyageurs, un médecin de bord peu soucieux de la santé des passagers dont il a la responsabilité ainsi qu’un second capitaine qui s’adonne à la contrebande à ses heures perdues. Face à ces défaillances, Gillotte recommande un durcissement du règlement de pèlerinage de 1894 et demande que les attributions d’officier de police judiciaire des commissaires du gouvernement soient à l’avenir mieux reconnues par l’ensemble du personnel de la compagnie de navigation61.

47La méthode forte sera la bonne. Le 11 juin 1907, Paul Gillotte est officiellement nommé administrateur de première classe. Il devra cependant attendre la fin de l’année 1910 pour changer de résidence et être affecté dans la commune mixte de Bordj Zemoura en Kabylie. Il n’aura toutefois pas obtenu son poste tant convoité à Alger ou Constantine lorsqu’il fera valoir ses droits à la retraite à l’été 1914, après presque trente-cinq années de service dans l’administration coloniale.

Présentation du manuscrit et de la collection de photographies

48La présente édition a été établie à partir du rapport manuscrit de Gillotte, conservé aux Archives nationales d’outre-mer d’Aix-en-Provence sous la cote 8 Fi 514, et reproduit ici dans son intégralité. La pagination originale (91 pages cartonnées en format paysage) a été reproduite en caractères gras, entre deux barres obliques (ex : /17/). La distribution des paragraphes a été maintenue, au même titre que les intertitres, guillemets, et autres passages soulignés par l’auteur.

49En revanche, les nombreuses omissions de ponctuation ont été, dans la mesure du possible, corrigées et les coupures de mots rectifiées. Par ailleurs, pour un plus grand confort de lecture, nous avons limité l’usage des lettres majuscules (ex : « l’Administration », « le Commandant », etc.), et rajouté ces dernières là où elles faisaient défaut (ex : « La Mecque » au lieu de « la Mecque »). La transcription des mots arabes réalisée par Gillotte a été maintenue, à quelques exceptions près. Plusieurs dates mentionnées par l’auteur s’avèrent par ailleurs erronées : elles ont été volontairement laissées dans le corps du texte mais rectifiées dans la note correspondante.

50L’appareil de notes comprend la note infrapaginale introduite par Gillotte à la fin de son manuscrit.

51Certaines abréviations ont été précisées dans le texte, notamment la mention « ff » mis pour « faisant fonctions », abréviation alors en usage au quai d’Orsay et servant à désigner un consul intérimaire.

52Par ailleurs, les unités de mesure (ex : « m » pour « mètre », « km » pour « kilomètre », « kg » pour « kilogramme ») ont été harmonisées au même titre que les unités monétaires (ex : « fr » pour « franc »). Quant aux chiffres utilisés, c’est plutôt la graphie française qui a été retenue (ex : « 10 000 » plutôt que « 10.000 »), là où Gillotte tend à privilégier la solution inverse, sans toujours s’y tenir cependant.

53La numérotation des photographies a été maintenue pour faciliter le travail de correspondance entre le texte et le cahier iconographique. Les clichés non numérotés (ex : le portrait du chérif ‘Awn al-Rafiq, à la page /54/ du manuscrit original) ont également été reproduits. Le plan de Djeddah (placé dans le rapport entre les photographies n° 40 et 41) dessiné par Gillotte figure en annexe de ce volume. En revanche, les doublons (photographies n° 40 et 47 ; 43 et 69 ; 54 et 61) ont été supprimés.

54Ce rapport est accompagné de cent une photographies (dont trois doublons), de taille et de qualité variables, ainsi que des documents divers (croquis, extraits de journaux, documents administratifs, affiches, etc.) reproduits dans la présente édition, à l’exception des articles de presse collés à même l’album et dont le contenu a été saisi en italique.

55S’agissant des photographies :

  • dix-neuf concernent l’embarquement et le trajet aller et retour des pèlerins algériens entre Oran et Djeddah : trois clichés représentent le vapeur America, deux l’embarquement à Oran et quatre les opérations de débarquement à Djeddah. Le reste des photographies présente la vie à bord (pont, entrepont, bordages), l’immersion d’un pèlerin décédé ainsi que des pèlerins ayant revêtu l’ihrâm au large du port de Rabigh ;
  • seize sont relatives à la traversée du canal de Suez dont dix ont probablement été fournies à Gillotte lors de sa visite au siège de la Compagnie du canal de Suez ;
  • cinquante-quatre montrent la ville de Djeddah, son port et ses faubourgs ainsi que les autorités locales du Hedjaz : on compte ainsi trois clichés pris depuis les étages du consulat de France (ville et prison de Djeddah), seize plans sont situés hors de la ville (lazaret d’Abû Sa‘ad, tombeau d’Ève, « village nègre », cimetière non-musulman), neuf photographies nous donnent à voir le port et son activité ;
  • deux photographies représentent les autorités du Hedjaz : le kaïmakam Ali Yumni et le chérif ‘Awn al-Rafiq ;
  • six photographies concernent le port et la ville de Yanbu’ et six retracent le débarquement du mahmal égyptien dans ce même port.
  • 62 Ibid.

56Présentée en annexe, une lettre signée Gillotte du 4 juin 1906 et adressée au préfet d’Oran précise que certaines photographies de son rapport ont été détériorées lors de l’envoi du rapport aux autorités, ce qui permet d’expliquer la mauvaise qualité de certains clichés. Gillotte précise dans la même lettre avoir procédé à deux agrandissements. Une de ces photographies (« Pèlerins sur le navire « America », n° 5 du rapport de 1905) figure au début du second rapport de Gillotte sur le pèlerinage de Gillotte de 190762.

Notes

1 Voir lettre du 4 juin 1906, présentée en annexe 2.

2 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989, p. 12.

3 Les informations biographiques relatives à Paul Gillotte proviennent de ses dossiers de carrière conservés aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM), 19h/123 et Constantine, C/6111. Nous remercions Isabelle Dion pour ses conseils et son aide précieuse.

4 Germaine Tillion, Il était une fois l’ethnographie, Paris, Éditions du Seuil, 2000.

5 Claude Collot, Les institutions de l’Algérie durant la période coloniale (1830 – 1962), Paris, CNRS, 1987.

6 ANOM, Gouvernement général de l’Algérie (GGA), 19h/123, 30 novembre 1891.

7 ANOM, 3f/6, Gouvernement des possessions françaises de l’Afrique du Nord. Registre des délibérations du conseil d’administration du 17 septembre 1835 au 25 décembre 1836.

8 Pierre Boyer, « L’administration française et la réglementation du pèlerinage à La Mecque (1830 – 1894) », Revue d’Histoire Maghrébine, juillet 1977, p. 275-293.

9 ANOM, Affaires politiques (AP) 925, pèlerinage à La Mecque 1946, compte rendu de voyage.

10 Sylvia Chiffoleau, Genèse de la santé publique internationale, Beyrouth-Rennes, Institut Français du Proche-Orient-PUR, 2012.

11 Pour une estimation des décès causés par les différentes épidémies de choléra entre 1881 et 1912 : Frédéric Borel, Choléra et peste dans le pèlerinage musulman, 1860 – 1903. Paris, Masson, 1904 ; F. Duguet, Le pèlerinage de La Mecque. Au point de vue religieux, social et sanitaire, Paris, Rider, 1932.

12 Mark Harrison, « Quarantine, pilgrimage, and colonial trade, India 1866 – 1900 », The Indian Economic and Social Review, 29/2, 1992.

13 Laurent Escande (éd.), Avec les pèlerins de La Mecque. Le voyage du docteur Carbonell en 1908, Aix-en-Provence, PUP – MMSH – CLEO, 2013.

14 Luc Chantre, « Se rendre à La Mecque sous la Troisième République. Contrôle et organisation des déplacements des pèlerins du Maghreb et du Levant entre 1880 et 1939 », Les Cahiers de la Méditerranée, 78, juin 2009.

15 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France 1871 – 1919, Paris, Bouchène, 2005, p. 966-970 ; Christian Phéline, La révolte de Margueritte. Résistance à la colonisation dans une Algérie « pacifiée » (1901 – 1903), in Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari-Tengour et Sylvie Thénault (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1830 – 1962), Paris – Alger, La Découverte – Barzakhu, 2012, p. 249-255.

16 ANOM, GGA, 16h/83, 1er mai 1902.

17 Photographies n° 8 et 9.

18 Victor Turner, Le phénomène rituel. Structures et contre-structures, Paris, PUF, 1990.

19 Documents n° 6 et 103.

20 Voir, par exemple, le rapport du docteur Allard, commissaire du gouvernement à bord du Quatre Amis lors du pèlerinage de 1896. ANOM, 16h/86.

21 Particulièrement significatif sur ce point est le rapport de Ferdinand Jousseaulme, rédigé lors de la grande épidémie de 1893, l’un des tous premiers exercices de ce genre. Cf. Ferdinand Jousseaulme, Un voyage de pèlerins algériens à La Mecque. Quelques considérations sur l’application des mesures sanitaires internationales dans la mer Rouge, Montpellier, Imprimerie centrale du Midi, 1894.

22 Voir le rapport du docteur Debeaux, commissaire du gouvernement à bord de l’Amiral Jacobsen en 1901. ANOM, 16/86.

23 C’est le cas de l’administrateur Brunache, commissaire du gouvernement à bord du Savoie en 1902. ANOM, 16h/86.

24 De toute évidence, les photographies n° 12 à 18 ainsi que les n° 20 à 22 ne sont pas de Gillotte et lui ont été fournies par des employés de la Compagnie du canal, à moins qu’il ne s’agisse de cartes postales.

25 Lorsque Gillotte pénètre en mer Rouge, la Russie et le Japon sont officiellement en guerre depuis un an. La guerre russo-japonaise ne s’achèvera qu’en septembre 1905.

26 John Lewis Burckhardt, Travels in Arabia, Londres, Henry Colburn, 1829.

27 Sylvie Aubenas et Jacques Lacarrière, Voyage en Orient, Paris, Bibliothèque Nationale de France-Hazan, 2002.

28 Christiaan Snouck Hurgronje, Bilder aus Mekka, Leyde, E.J. Brill, 1889.

29 Jules Gervais-Courtellemont, Mon voyage à La Mecque, Paris, Librairie Hachette, 1897.

30 Pilgrims to Makkah 1908, Le Caire, Institut Dominicain d’Études Orientales – Al-Turath, 2010 ; Mohamed Ben Cherif, Aux villes saintes de l’islam, Paris, Hachette, 1919. Ben Chérif ne rapportera aucun cliché du Hedjaz, son appareil ayant été brisé par un bédouin alors qu’il cherchait à photographier la ka’ba.

31 Photographie n° 11.

32 Photographies n° 28 à 31.

33 Deux clichés de la ville (n° 41 et 60) et celui (n° 68) de la prison de Djeddah ont été pris depuis les fenêtres ou la terrasse du consulat de France.

34 Ce plan figure en annexe 3.

35 Photographies n° 53 à 56.

36 William L. Ochsenwald, Religion, Society and the State in Arabia. The Hijaz, under Ottoman Control 1840 – 1908, Columbus, Ohio State University Press, 1984, p. 94.

37 Le montant des recettes douanières pour 1905 est estimé à plus de 112 000 £. Cf. Saleh Muhammad al-Amr, The Hedjaz under Ottoman Rule 1869 – 1914. Ottoman Vali, the Sharif of Mecca and the Growth of British Influence, PhD, University of Leeds, 1974, p. 20.

38 Archives diplomatiques de Nantes (ADN), Djeddah, 56, 29 avril 1893.

39 William L. Ochsenwald, « The Jidda Massacre of 1858 », Middle Eastern Studies, 13/3, 1977, p. 314-326 ; Philippe Pétriat, « Notables et rebelles », Arabian Humanities, 1|2013, mis en ligne le 6 mars 2013, URL : http://cy.revues.org/1923.

40 Photographie n° 74.

41 Photographie n° 49.

42 ADN, Unions internationales (UI), premier versement, 526, 30 juin 1895.

43 Jan Schmidt, Through Legation Window 1876 – 1926, Istanbul, Nederlands Historisch-Archeologisch Instituut, 1992, p. 163-164.

44 William L. Ochsenwald, Religion, Society and the State, op. cit., p. 204.

45 Ibid., p. 200 ; 211.

46 Parti en 1896 de Loango (Afrique équatoriale) avec une centaine de tirailleurs sénégalais, le commandant Marchand atteint Fachoda au Soudan en juillet 1898, avec l’intention de rejoindre la mer Rouge. Il en est empêché par le général Kitchener qui, dans le cadre de la reconquête du Soudan, arrive en septembre à la tête d’une armée d’un millier de soldats britanniques et égyptiens. L’officier français se retire avec les honneurs. Ce modeste incident provoque un véritable tollé en métropole où il est reçu comme une humiliation nationale. Marchand est alors érigé par la presse coloniale en martyr de la « perfide Albion ».

47 Saleh Muhammad al-Amr, op. cit., p. 197.

48 Photographie non numérotée précédant le cliché n° 87.

49 ANOM, GGA, 16h/85, missions à La Mecque 1893 – 95, 12 juin 1894.

50 ADN, Djeddah, 56, 20 décembre 1901.

51 Foreign Office (FO), 195/2126, 14 octobre 1902.

52 FO, 195/1767, 27 mai 1892.

53 FO, 195/ 1943, 15 septembre 1896.

54 FO, 195/1767, 27 mai 1892.

55 FO, 195/2174, 14 octobre 1903.

56 Sylvia Chiffoleau, Genèse de la santé publique internationale, op. cit.

57 ANOM, GGA, 16h/86, rapport de pèlerinage du 10 avril 1905.

58 « Je doute que parmi les chefs du pèlerinage choisis jusqu’à ce jour il en est chez qui l’exaltation du sentiment religieux ait laissé beaucoup de place à la lucidité d’esprit et au désir d’être utile au gouvernement » reconnaît un commissaire du gouvernement à bord du Savoie. ANOM, 16/86, 28 février 1914.

59 ANOM, GGA, 16h/86, 10 avril 1905.

60 ANOM, GGA, 8 Fi 514. Lettre reproduite en annexe 2.

61 ANOM, GGA, 16h/86, « Année 1907. Pèlerinage à La Mecque. Rapport de M. Gillotte, commissaire du gouvernement ».

62 Ibid.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search