Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome V

 | 
Georges Lote

Deuxième section. Le grand réveil de la renaissance

Chapitre II. Le vocabulaire et le style

Texte intégral

1Le but des écrivains rangés autour de Ronsard, et dont Joachim du Bellay s'est fait le porte-parole dans son manifeste de 1549, a été de démontrer par l'exemple que la langue française était capable de tout ce qu'ont réalisé les langues grecque et latine. Ils savent bien qu'elle est encore faible et pauvre, mais ils sont convaincus qu'elle aussi est capable d'acquérir la richesse et la splendeur dont la poésie a besoin pour produire des œuvres fortes et exquises. La langue latine, ainsi que le fait remarquer la Deffence, n'est pas arrivée du premier coup au point d'excellence auquel elle parvient à l'époque d'Auguste. On pourrait en dire sans doute autant de la grecque, qui a dû connaître également des débuts difficiles. Il faut bien des générations, bien des tentatives, beaucoup de labeur pour que des artistes apprennent en quoi consiste le métier d'écrire. Il faut surtout qu'ils se mettent à l'école des meilleurs maîtres, et qu'ils appliquent résolument les procédés par lesquels se forgera l'instrument d'une littérature illustre. Avec une bonne méthode, on peut éviter la lente évolution et la remplacer par une révolution presque instantanée. La Pléiade a voulu agir par les moyens d'une réforme rapide, minutieusement étudiée, et qui devait lui assurer sans retard un succès complet. La poésie savante dont elle avait fait son idéal ne pouvait s'établir que grâce à un matériel de mots, d'images, de figures sur lequel on avait d'abord besoin de se mettre d'accord. Toute la question était de savoir comment il serait possible de faire fructifier les maigres ressources de l'idiome national pour obtenir de lui de luxuriantes moissons. Avec une audacieuse confiance, Ronsard, Du Bellay et leurs amis proposèrent, puis appliquèrent les remèdes qui leur semblaient les plus propres à amener ce renouvellement de la poésie dont ils assumaient audacieusement la charge. Ils savaient ce que devaient être de beaux vers, et ils enseignèrent à quelles conditions ils devaient répondre pour soutenir la comparaison avec les meilleurs parmi ceux que nous avait laissés l'Antiquité. Ce dont il s'agit ici, c'est d'énumérer les secrets d'ouvrier de l'école de 1550 : besogne au reste facile, puisqu'elle ne nous a rien caché de ce qu'elle a voulu faire et que son programme est universellement connu.

Le vocabulaire

  • 1 Du Bellay, Deffence, II, 11.
  • 2 Ronsard, Art poétique, chap. liminaire.
  • 3 H. Estienne, Précellence, p. 126.
  • 4 M. Scève est même allé très loin dans cette voie, car il a fait appel au vocabulaire des mathémati (...)

2C'était là le premier point de la réforme à accomplir. D'un consentement unanime, la langue de la poésie ne pouvait ressembler à celle de la prose. Elle devait posséder plus de gravité et d'élévation, manifester sa fertilité et son opulence ; surtout elle devait être riche, car il paraissait indiscutable que l'abondance des mots dont elle disposerait serait le signe et la mesure de sa vertu. Donc il fallait étendre son lexique, de façon qu'elle ne ressemblât pas à une humble servante. D'abord qu'elle fasse appel à toutes ses ressources, sans exclusion d'aucune sorte. Il n'y a pas de termes qui ne soient d'un bon usage en poésie, à moins qu'ils ne soient bas et grossiers. Le vocabulaire des métiers peut être mis à contribution sans aucune réserve, surtout celui des métiers nobles. Du Bellay invite les poètes à y puiser hardiment : « Encors te veux-je advertir, dit-il1, de hanter quelquefois non seulement les sçavans, mais aussi toutes sortes d'ouvriers et gens mecaniques, comme mariniers, fondeurs, peintres, engraveurs et autres, sçavoir leurs inventions, les noms des matières, des outilz, et les termes usitez en leurs ars et mestiers, pour tyrer de là ces belles comparaisons et vives descriptions de toutes choses ». Même recommandation chez Ronsard : « Tu practiqueras bien souvent les artisans de tous mestiers, comme de marine, venerie, fauconnerie, et principalement les artisans, orfevres, fondeurs, mareschaux, minerailleurs ; et de là tireras maintes belles et vives comparaisons avecques les noms propres des mestiers, pour enrichir ton œuvre et le rendre plus agreable et parfait »2. H. Estienne à son tour conseille d'emprunter des mots à la vénerie et à la fauconnerie : « La fauconnerie ... nous fournit encor d'avantage de beaux termes et belles façons de parler, qui ont fort bonne grace es lieux auxquels nous les accommodons »3 Vauquelin, enfin, après avoir félicité M. Scève, Pontus de Tyard, Du Bellay, Baïf et Ronsard pour avoir puisé à toutes les sources4, a pris soin de nommer les auteurs chez lesquels les poètes trouveront les mots qui leur manquent :

... un Jean Martin qui notre langue a faite
Propre pour exprimer Vitruve l'architecte :
En la chasse il y a par les champs et les bois
Du Fouilloux et Modus, et le prince de Foix,
Dont puiser tu pourras les mots de vénerie.
Et puis Jean de Franciere en la fauconnerie,
Voilant t'enseignera les traits et les façons
D'affaiter et leurrer les gerfauts et faucons.
Et du brave cheval cavalcadour agile
Le parler tu sçauras d'un escuyer habile
Et voirras le Grison (bien qu'à le manier
Il ne soit à la fin qu'un françois escuyer)
Et d'autre part Nicot, qui de plume divine
Voyageant t'assembla des termes de marine. (Art. poét. fr., I)

3Voilà déjà de quoi remplir le vers et lui donner un éclat fastueux qui plaira aux plus difficiles. Homère n'en a-t-il pas fait autant, et ce qu'il s'est permis devrait-il être défendu à des poètes français ? Marty-Laveaux a classé les mots que les poètes de la Pléiade ont pris à la langue des métiers. Le catalogue qu'il en a dressé est fort long. Ils appartiennent au lexique de l'astronomie, de l'astrologie, des sciences occultes, de la zoologie, de la botanique, de la minéralogie, des professions, de la vie domestique, de la vie rurale, de l'équitation, de l'art militaire, de la marine, de la médecine, du droit, de la chasse ; ils désignent des armes, des meubles, des outils, des instruments, des ustensiles ; ils ont trait à la cuisine, au costume ; rien que pour la vénerie, les espèces de chiens nommés sont les suivantes : chien courant, limier, dogue, chien d'attaque, épagneu, chien d'Artois, braque, barbet, turquet, allant, lévrier. Les poètes ne se bornent pas aux termes généraux, bien au contraire, car ils particularisent. En ceci, on ne peut rien relever de bien original, car les Grands Rhétoriqueurs n'avaient éprouvé aucun scrupule à user de mots réservés aux métiers ; mais ils l'avaient fait sans ostentation, tandis que l'école de Ronsard cherche à tirer des termes techniques une certaine couleur pittoresque :

Quand voirrons-nous quelque tournois nouveau
Quand voirrons-nous par tout Fontainebleau
De chambre en chambre aller les mascarades ?
Quand voirrons-nous au matin les aubades
De divers luths mariez à la vois,
Et les cornets, les fifres, les haubois,
Les tabourins, violons, espinettes,
Sonner ensemble avecque les trompettes ?
(Ronsard, Bocage royal, II, 2)

  • 5 F. Remigereau, Ronsard sur les brisées de Du Fouilloux, p. 94 : « Tranchons le mot. Quelle que fût (...)

4Quant à croire que ces termes spéciaux sont toujours employés selon leur juste acception, c'est bien une autre affaire. F. Remigereau, dans un article très nourri, a pu montrer que Ronsard, friand de termes empruntés au vocabulaire de la vénerie, ne connaissait pas du tout cette langue, ignorait la valeur exacte des mots et les prenait souvent à contre-pied, d'après ses intuitions de poète5 : péché assurément, mais péché véniel, que beaucoup d'autres ont commis après lui, pensant que leur but est atteint quand ils provoquent l'émotion qu'ils désirent chez des lecteurs qui eux non plus ne sont ni veneurs, ni pêcheurs, ni soldats, mais possèdent simplement une oreille et beaucoup d'imagination.

  • 6 Ronsard, Art poét., chap. liminaire.
  • 7 J. Péletier, I, 8.
  • 8 Baïf, ed. M.-L., T. I, p. 6.

5Les métiers ne fournissent encore qu'un insuffisant matériel. D'autres besoins peuvent être comblés par des mots empruntés aux dialectes, car ceux-ci également font partie du trésor national. C'est là une idée qui semble étrangère à Du Bellay, car il n'en parle pas dans sa Deffence. Ronsard au contraire en fait un des articles principaux de son programme. Dès ses premiers vers, il fait usage de termes particuliers à sa province. En 1550, dans le Suravertissement au Lecteur qui précède ses Odes, il prend position : « Tant s'en faut, dit-il, que je refuze les vocables picards, angevins, tourangeaux, mansseaux, lors qu'ils expriment un mot qui défaut en notre langue françoise, que si j'avoi parlé le naïf dialecte du Vandomois, je ne m'estimerois bani pour cela d'eloquence des Muses ». Il y revient dans son Art Poétique : « Tu sçauras dextrement choisir et approprier à ton œuvre les mots plus significatifs des dialectes de nostre France, quand mesmement tu n'en auras point de si bons ny de si propres en ta nation ; et ne se faut soucier si les vocables sont gascons, poictevins, normans, man-ceaux, lionnois, ou d'autres païs, pourveu qu'ils soient bons et que proprement ils signifient ce que tu veux dire »6. Même recommandation dans la seconde préface de la Franciade : « Je t'adverti de ne faire conscience de remettre en usage les antiques vocables, et principalement ceux du langage wallon et picard, lequel nous reste par tant de siècles l'exemple naïf de la langue françoise, j'enten de celle qui eut cours apres que la latine n'eut plus d'usage en nostre Gaule, et choisir les mots les plus pregnants et significatifs, non seulement du dit langage, mais de toutes les provinces de France, pour servir à la poësie lors que tu en auras besoin ... Je te conseille d'user indifféremment de tous dialectes ».Ronsard, bien entendu, n'est pas un isolé. J. Péletier du Mans le soutient et l'approuve. Lui aussi veut que le poète ait recours aux dialectes pour donner quelque verdeur gaillarde et quelque saine robustesse à ses vers7. Il en est de même de Baïf8. De son côté Vauquelin de la Fresnaye recommande

L'idiome norman, l'Angevin, le Manceau,
Le François, le Picard, le poli Tourangeau. (I, v. 361)

  • 9 De Laudun d'Aigaliers, IV, 6.
  • 10 H. Estienne, Précellence, p. 181.
  • 11 F. Brunot, T. II, p. 179.

6Il faut attendre De Laudun d'Aigaliers9 pour qu'on voie poindre les premiers signes de la réaction dont Malherbe prendra la tête. En fait, tous les hommes de la Renaissance ont patoisé, sans crainte de corrompre la langue, ce que redoute de Laudun. Ils ont admiré avec H. Estienne10 l'extrême diversité de nos dialectes. Cependant, si attachés qu'ils fussent à leur province natale, sur ce point comme sur d'autres, ils ont procédé avec une louable modération. La liste donnée par F. Brunot11, et qui n'est sans doute pas complète, ne comprend qu'un petit nombre de mots. Ronsard a préféré dire avette quand il voulait désigner l'”abeille” ; il a dit astelles pour signifier des ”éclats de bois”, nuaux pour ”nuages” ; quelques exemples qu'on y pourrait ajouter ne formeraient pas une masse imposante. Les Méridionaux, comme Du Bartas, ont moins de scrupules, mais pourtant ils restent eux aussi fort discrets, et en vers encore plus que dans la prose.

  • 12 Du Bellay, II, 6, et épître-préface à sa traduction du chant IV de l'Enéide.
  • 13 Ronsard, Art poét., chap. lim., puis encore préface posthume de la Franciade ; nous possédons auss (...)
  • 14 J. Péletier, I, 8 et H. Estienne, Précellence, p. 184 sq.
  • 15 De Laudun d'Aigaliers, IV, 4.

7Sont également bien français les termes archaïques qu'un usage plus récent a chassés de la langue et qu'il y aurait lieu de remettre en honneur : « Use de motz purement françois, s'écrie Du Bellay dans la Deffence12, non toutesfois trop communs, non point aussi trop inusitez, si tu ne voulois quelquefois usurper, et quasi comme enchasser, ainsi qu'une pierre precieuse et rare, quelques mots antiques en ton poème ... Pour ce faire te faudroit voir en vieux romans et poètes françois, ou tu trouveras un ajourner, pour faire jour..., anuyter pour faire nuyt, assener, pour frapper où on visoit, et proprement d'un coup de main, isnel pour leger, et mil' autres bons motz que nous avons perduz par notre negligence. Ne doute point que le moderé usaige de telz vocables ne donne grande majesté tant au vers comme à la prose : ainsi que font les reliques des sainctz aux croix, et autres sacrés joyaux dediez aux temples ». Dans son Epistre au seigneur de Morel il se proposera comme modèle : « J'ay usé de gallées pour galeres, endementiers pour en ce pendant, carrolant pour dansant, et autres, dont l'antiquité ... me semble donner quelque majesté au vers ». Ronsard est du même avis : « Tu ne rejetteras point les vieux mots de nos romans, ains les choisiras avecques mesure et prudente élection »13. Quant à J. Peletier et à H. Estienne14, ils militent eux aussi en faveur de l'archaïque. Le premier prend la défense de aderdre, héberger, ost ; le second trouve du charme à cerve, selve, ancelle. Cependant la liste que donne F. Brunot est assez réduite et, conformément au conseil de Ronsard, les poètes ont fait preuve de beaucoup de modération. Ici encore De Laudun15 ne s'associe pas à l'enthousiasme de ceux qui voudraient remettre en usage l'ancien vocabulaire.

  • 16 Du Bellay, Deffence, II, 6.
  • 17 Ronsard, Franciade, deuxième préface.
  • 18 Id., Art poét., Des personnes des verbes.

8Il est beaucoup plus favorable au néologisme, autre moyen d'enrichir la langue, qui a été très en faveur parmi les écrivains de la Renaissance. Du Bellay et Ronsard ont été parmi les plus ardents à le recommander : « Ne crains donc, poëte futur, lit-on dans la Deffence16, d'innover quelques termes, en un long poëme principalement, avecques modestie toutesfois, analogie et jugement de l'oreille, et ne te soucie qui le treuve bon ou mauvais ». Et encore : « Ne doute point que les choses n'ayent premierement été, puis apres les motz avoir été inventez pour les signifier : et par consequent aux nouvelles choses estre necessaire imposer nouveaux motz, principalement ès ars, dont l'usaige n'est point encores commun et vulgaire, ce qui peut arriver souvent a nostre poëte, auquel sera necessaire d'emprunter beaucoup de choses non encor' traitées en nostre langue ». Ronsard à son tour s'exprime en ces termes17 : » D'avantage je te veux bien encourager de prendre la sage hardiesse d'inventer des vocables nouveaux, pourveu qu'ils soient moulez et façonnez sur un patron desja receu du peuple ». Il ressort de ces textes que la création de mots nouveaux est une nécessité à laquelle il faut obéir sans restriction, pourvu qu'on y procède en tenant compte du génie de la langue, afin que le lecteur, quand il les rencontrera, ne soit aucunement dépaysé. « Sur les vocables reçus en usage, dit encore Ronsard18, comme pays, eau, feu, tu feras payser, ever, fouer, evement, fouement ; et mille autres tels vocables qui ne voyent encores la lumiere, faute d'un hardy et bienheureux entrepreneur ».

  • 19 Marty-Laveaux, p. 50 sq., p. 208 sq.

9Il s'agit ici de la dérivation ou, selon le mot en usage alors, du "provi-gnement". Soit donc le suffixe -able, qui a servi à former beaucoup d'adjectifs. Le poète l'utilisera pour en tirer d'autres adjectifs complètement inédits. Il créera ainsi attrayable, compagnable, decevable, emer-veillable, perjurable. Marty-Laveaux19 a ainsi dressé de longues listes de néologismes extraits des œuvres de Ronsard et de ses disciples. Outre ceux qu'on vient de lire, on peut citer :

barbasse, lourdasse - banquetage, embarquage - plumail - vilenaille -momentain - marmotaine - automnal, corporal, viergeal - alpheau, dodoneau - demeurance, racoinctance - boivard, fretillard, someillard -brouillas - fillastre, plombastre - sourdant - couleuré, sceptré - brutiveté, insatiableté - aiglereau, courtisanneau, procuraceau - courgée, dentée -celestiel, supernel - bourrelle, platelle - brouillement, damnement, mes-prisement, rampement - asien, nectarien, thetien - hommager, ramager -buissonnier, heronnier - gosserie, moinerie, pescherie - brutesse, hum-blesse - aigret, argentelet - brebiette, larmelette - tristeur, blondeur, ama-doueur, libelleur - aigueux, arbreux, huitreux, ronceux - memoratif, penetratif - fortin, louvin, aimantin, nectarin, spartin - bellique, troïque -craquetis, tremblis - bigotise, opiniastrise - enrageaison - archerot, frerot -grasselu, houpelu, mousselu - enrichissure, tressure

10Des verbes à leur tour peuvent être formés sur des adjectifs comme :

coraliner, fantastiquer, horribler, tragiquer.

11On peut en faire également sur des substantifs, comme
adoniser, ailer, alambiquer, chouser, croûter, fleurer, hontager, huguenotiser, morguer, orgueillir, poupeliner, soulasser, vermeillonner.

12Ou bien encore on fait appel à divers suffixes verbaux :

quinquailler - tirasser - brouteler, pointeler, verdeler - blondeter, cligneter, pinceter - fremiller'- criquer - mordillonner - beuvoter, gringoter, panchotter, souspiroter - blondoyer, ombroyer, sourçoyer.

13Ce ne sont là que de simples échantillons qui sont loin d'épuiser toutes les créations de la Pléiade, mais qui donnent une idée des libertés qu'elle a prises. Certains types de dérivés sont d'ailleurs employés avec une évidente prédilection par exemple les diminutifs en -et et en -elet :

- Sur les tresses blondelettes
De ma dame, et de son sein
Toujours plein
De mille et mille fleurettes ... (R. Belleau, Bergerie, I, Avril)

- Le gentil rossignolet
Doucelet Decoupe dessous l'ombrage
Mille fredons babillars ... (Id., ibid.)

  • 20 Ronsard, Art poét., Des personnes des verbes, L.-L., T. VII, p. 64.
  • 21 Id., Franciade, deuxième préface.

14On notera en outre que le "provignement" s'étend à des mots sortis de l'usage, mais qui gardent le droit de former des dérivés : « De tous vocables quels qu'ils soient, en usage ou hors d'usage, dit Ronsard20, s'il reste enco-res quelque partie d'eux, soit en nom, verbe, adverbe, ou participe, tu le pourras par bonne et certaine analogie faire croistre et multiplier, d'autant que nostre langue est encores pauvre, et qu'il faut mettre peine, quoy que murmure le peuple, avec toute modestie, de l'enrichir et cultiver. Exemple des vieux mots : puisque le nom de verve nous reste, tu pourras faire sur le nom le verbe verver et l'adverbe vervement, sur le nom d'essoine, essoiner, essoinement, et mille autres tels ». Bien des années plus tard, il invitera de nouveau les poètes à ne pas négliger cette ressource : « Outreplus, si les vieux mots abolis par l'usage ont laissé quelque rejetton, comme les branches des arbres couppez se rajeunissent de nouveaux drageons, tu le pourras provigner, amender et cultiver, afin qu'il se repeuple de nouveau : exemple de lobbe, qui est un vieil mot françoys qui signifie mocquerie et raillerie, tu pourras faire sur le nom le verbe lobber, qui signifiera mocquer et gaudir, et mille autres de telle façon »21. Mais cette idée de faire naître une progéniture vivante d'un père déjà mort ne pouvait conduire à aucun résultat satisfaisant et les poètes qui ont suivi le conseil de Ronsard, tel Baïf, n'ont pas obtenu meilleur succès que lui.

  • 22 H. Chamard, T. IV, p. 54.

15Une autre tentation les guettait, qui était d'emprunter des mots aux langues anciennes, puisqu'aussi bien elles devaient servir de modèles à la nôtre. H. Chamard remarque d'ailleurs fort justement que les Grands Rhétoriqueurs, s'ils n'ont pas hellénisé, ont latinisé avec ardeur, et que par conséquent les poètes de la Pléiade devaient suivre tout naturellement leur exemple. Cependant il n'a relevé chez eux qu'un petit nombre de mots directement tirés du latin22 : ampouler, ancile (petit bouclier sacré), appendre, argutie, asprir, augurer, buccinateur, classe (flotte), deleble (destructible), deliber, depoulpé, dires (imprécations), etc. ; quant aux mots grecs, les uns étaient d'abord passés en latin, et les autres étaient des termes techniques. Ronsard a bien écrit ces vers :

Ah ! que je suis marry que la Muse françoise
Ne peut dire ces mots comme fait la grégeoise,
Ocymore, dispotme, oligochronien :
Certes je le dirois du sang valesien.

(Epitaphe de Marg. de France, éd. M.-L., T. V, p. 248)

  • 23 Id., ibid., p. 57. Il y a fort peu d'italianismes dans les Amours de Ronsard ; il en a supprimé qu (...)
  • 24 D'Aubigné, Avertissement Aux Lecteurs, en tête des Tragiques. Voici à ce propos deux textes intére (...)
  • 25 Du Bellay, Deffence, II, 6.
  • 26 Ronsard, Art. poët., Des personnes des verbes, éd. L.-L., T. VII, p. 64 ; cf. encore ibid., p. 47  (...)

16Mais il ne les emploie qu'en s'excusant, et il n'a pas essayé d'une façon constante de parler grec en français, ce qui répugnait à son bon sens. De même, s'il a latinisé quelquefois, parce qu'il suivait le courant de son siècle, il n'a pas conseillé l'emprunt, au contraire de J. Péletier du Mans, et il n'a jamais été l'élève de l'écolier limousin, qu'il a sévèrement condamné, ainsi, disait-il, que « ces maraux qui ne tiennent pas élégant ce qui n'est point escorché du latin et de l'italien23, qui aiment mieux dire collauder, con-temner, blasonner, que louer, mespriser, blasmer »24. Lui et ses amis ont pris des noms propres à l'Antiquité, mais avec le souci de ne pas dépayser leurs lecteurs par l'emploi de formes étranges. Ils se sont appliqués au contraire à éteindre la couleur des termes qu'ils transcrivaient : « Se garde bien notre poète, a écrit Du Bellay25, « d'user de noms propres latins et grecz, chose vrayment aussi absurde que si tu appliquois une pièce de velours verd à une robe de velours rouge. Mais seroit-il pas chose bien plaisante, user en un ouvrage latin d'un nom propre d'homme ou d'autre chose en françois ? comme Jan currit, Loyre fluit, et autres semblables. Accommode donques telz noms propres de quelque langue que ce soit, à l'usage de ton vulgaire : suyvant les Latins, qui pour 'Hραϰλῆς, ont dit Hercules, pour Θησεὐς, Theseus, et dy Hercule, Thésée, Achille, Ulysse, Virgile, Ciceron, Horace ». Ronsard fait les mêmes recommandations presque dans les mêmes termes : « Tu tourneras les noms propres à la terminaison de ta langue, autant qu'il peut se faire, à l'imitation des Romains, qui ont approprié les noms grecs à leur langue latine ; comme 'οδήσσεὐς, Ulysses, Ulysse, ou par syncope Ulys, 'Aχί'λλεής, Achilles, Achil', 'Hραϰλῆς, Hercules, Hercule ou Hercul, Mενέλαος, Menelaus, Menelas, Nιϰóλεως, Nicolaus, Nicolas. Les autres sont demeurez en leur première terminaison, d'autant qu'ils n'ont peu nullement se tourner, comme Agamemnon, Hector, Paris, et plusieurs autres que tu pourras par cy par là trouver en la lecture des auteurs »26.

  • 27 Cependant cette discrétion a été jugée insuffisante par le Quintil Horatian. À cette recommandatio (...)
  • 28 H. Estienne, Précellence, p. 158.
  • 29 Du Bellay, Epistre au sieur Jean de Morel.
  • 30 J. Péletier du Mans, I, 8 ; Boulanger, p. 120.
  • 31 F. Brunot, T. IV, p. 195. Bien entendu, Ronsard, au point de vue théorique, est d'accord avec Du B (...)
  • 32 Cité par G. Pellissier, La Vie et les Œuvres de Du Bartas, p. 186.

17Du Bellay et Ronsard, somme toute, font preuve de beaucoup de discrétion27. Il ne s'agit pas pour eux d'écorcher le grec et le latin, ni de transcrire purement et simplement les mots dont ils ont besoin, mais bien plutôt de s'inspirer des exemples que leur offrent les langues anciennes, quand il est bien prouvé que le français n'y répugne pas. H. Estienne relève que nous possédons déjà beaucoup de mots composés, tels que envoyer, renvoyer, convoyer, forligner, forclore, forcené, forfait, forfaiture. C'est là une indication précieuse : « Mais le principal point, écrit-il28, pour lequel je desire que le lecteur considere ceste composition ..., c'est pour luy monstrer que nous pouvons encore forger des mots, en un besoin, à l'imitation de ceux-là, après avoir descouvert comment ceux-là ont été forgés ». N'oublions pas en effet qu'Homère a dit χαλοoχίτονες. Donc pourquoi ne dirions-nous pas fervestus, puisque nous disons courvestu ? pourquoi pas Atlas porteciel, ou, en parlant d'Hercule ou d'Ulysse, portepene portelabeur (en grec πολὐτλας) ? Boutefer doit entraîner bouteguerre. On pourra de même employer pinsemaille, racledenare, serredenier, serre-miette, pleurepain. À la fin des mots, mais sans en faire une règle, H. Estienne préfère les monosyllabes aux dissyllabes et aux trisyllabes, gui-denef à guidenavire : il approuve la lune bornemois, chassevent ; cependant aimelyre ou portelyre valent mieux qu'aimelut ou portelut. Sur ce point Du Bellay s'est déjà prononcé : « Si quelqu'ung, a-t-il dit29, se fasche que j'aye le plus souvent retranché l's aux premières personnes, et en quelques mots, ... quand j'entendray telle observation desplaire aux lecteurs, je prendray raison en payement, et ne seray point hérétique en mes opinions. J'en dy autant de quelques mots composez, comme pié-sonnant, porte-lois, porte-ciel, et autres que j'ai forgez ». J. Péletier du Mans ne pense pas autrement : « L'ingénieux écriteur, lit-on30, aura non seulement liberté, mes aussi meritera louange, de se metre an devoer de peupler le royaume françoes de tez suplimans. Quez sont les mots de legitime composition, comme Atlas porteciel, l'er portenue, l'aquilon porte-froed, et d'autres teles compositions artificieles ». Conformément à ces déclarations, Ronsard a dit: l'or chassepeine, lavette desrobe-fleur, l'été donne-vin, Childéric mange-sujet, l'échanson oste-soif, etc., tous exemples recueillis par F. Brunot31. Du Bar tas s'est beaucoup servi de ce procédé ; il a dit donne-vie, oste-soif, porte-laine et bien d'autres. Il s'en est expliqué ainsi : « Je confesse que, dans ma Première Semaine, ils sont fort espais et que bien souvent on en lit sept ou huit à la file. Toutefois je pense ne l'avoir pas fait sans cause ; car, ayant à traiter, par occasion, de la nature de toutes les choses qui sont au monde, afin qu'avecque le plus grand ravissement le lecteur appréhendast l'infinie sagesse de l'ouvrier, mon livre eust été aussi grand que le monde, si je n'eusse trouvé adresses et sentiers pour parvenir bientost où je vouloy. Or, qui est celuy qui ne cognoit bien qu'un épithète composé m'épargne tout un vers et quelquefois deux ? »32

  • 33 F. Brunot, T. II, p. 195.

18Les textes de H. Estienne et de Du Bellay cités ci-desus ne se bornent pas à autoriser la composition d'un verbe à l'impératif suivi d'un régime. Au type fervestu correspondent des mots grecs semblablement formés, comme γαιηγενής, νήxτιπóλος, qui ont leurs équivalents dans les géants terre-nez de Ronsard et dans l'adjectif nuit-volant de Baïf. D'autre part deux adjectifs ou deux substantifs peuvent être apposés, comme divin-humain, humble-fier, doux-grief, chaude-sèche, froide-humide, etc. On forme aussi des adjectifs à l'aide d'un substantif suivi d'une épithète, comme Achille pied-vite, satyres front-cornus et quelques autres que Ronsard n'a pas dédaignés. Il a forgé également des adjectifs en accolant un adjectif pris adverbialement à un participe, et il n'a pas craint d'écrire des flûtes doux-soufflantes. Tous ces procédés ont été classés et analysés par F. Brunot, avec des exemples à l'appui33. Ainsi les poètes pouvaient augmenter le nombre des mots que la langue mettait à leur disposition. Leurs créations n'eurent pas le succès qu'ils en espéraient. Fort à la mode pendant la seconde moitié du xvie siècle, elles disparurent rapidement dans la suite, parce que, malgré les intentions de leurs auteurs, elles avaient en elles quelque chose d'inusité qui les condamnait à faire une fin prématurée.

  • 34 Du Bellay, Deffence, II, 9.

19Cependant l'emprunt direct, et le "provignement", et l'imitation des Anciens seraient encore insuffisants pour donner aux poètes le matériel abondant dont ils ont besoin, s'il ne leur était en même temps permis de recourir à quelques artifices divers qui ont pour résultat d'accroître les ressources du lexique et qui, dans tous les cas, le renouvellent. Le premier de ces procédés est la dérivation impropre, à laquelle Du Bellay invite les poètes : « Uzes donc hardiment de l'infinitif pour le nom, s'écrie-t-il34, l'aller, le chanter, le vivre, le mourir. De l'adjectif substantivé, comme le liquide des eaux, le vuide de l'air, le fraiz des umbres, l'epes des forestz, l'enroué des cimballes, pourveu que telle maniere de parler adjoute quelque grace et vehemence : et non pas le chault du feu, le froid de la glace, le dur du fer et leurs semblables ». L'infinitif substantivé n'est pas une innovation dans la langue, mais il devient extrêmement fréquent sous la plume des hommes de la Renaissance. En voici quelques exemples :

  • Ton braver me fait honte (Du Bellay, M.-L., T. II, p. 309)
  • A l'embrunir des heures ténébreuses (M. Scève, Délie, 126)
  • Au flamboyer de tes vives ardeurs. (Tyard, M.-L., p. 51)
  • Les chiens courans s'animent au siffler (R. Belleau, M.-L., T. II, p. 131)
  • Leurs espees tantost semblent d'un choir plus lourd.
    (Jodelle, M.-L., T. II, p. 267)
  • Quand par sus la raison le cuider prend puissance
    (Ronsard, M.-L., T. V, p. 351).

20On peut en dire autant de l'adjectif employé dans les mêmes conditions. Pétrarque ne s'en est pas montré avare, non plus que Maurice Scève. On peut citer :

  • Ton aigre-dous plus ne me plaist (R. Belleau, M.-L., T. I, p. 153)
  • Le plus vital de mon esprit. (Tyard, M.-L., 114)
  • L'exquis de ce vieil ornement. (Jodelle, M.-L., T. I, p. 15)
  • Parmi les champs de ce grand vague espars
    (Du Bellay, M.-L., T. I, p. 153)
  • Je veux mourir pour le brun de ce teint. (Ronsard, M.-L., T. I, p. 23).
  • 35 J. Péletier, Art poet., I, 8.

21J. Péletier du Mans est lui aussi fort ami de ces élégances35.

  • 36 Idem, ibid.

22Voici maintenant un autre trait qui relève de la syntaxe. Il consiste à remplacer l'adverbe, là où l'on est en droit de l'attendre, par un adjectif. « Uzes donc des noms pour les adverbes, recommande-t-il encore36, comme ils combattent obstinez pour obstinement : il vole leger pour legerement : et ainsi mille autres manieres de parler, que tu pourras mieux observer par frequente et curieuse lecture, que je ne te les sçauroy dire". J. Péletier préfère lui aussi il va frequent à il va frequentement, il marche magnifique à il marche magnifiquement. Les poètes obéissent à ces suggestions, d'autant plus que J. Lemaire de Melges leur en avait libéralement donné l'exemple. Marty-Laveaux, dans son Lexique, a relevé un grand nombre de cas semblables pour les adjectifs aigu, beau, droit, clair, doux, espais, estroit, hault, horrible, menu, possible, premier, soudain, vray. En voici quelques-uns :

  • Mes chèvres, broutez bien et beau (Baïf, M.-L., T. III, p. 101)
  • Faisoient voler menu la bruyante poussiere (R. Belleau, M.-L., T. II, p. 171)
  • Philanon de ses desirs maistres,
    Libre menoit son troupeau paistre. (Vauquelin, Idilles, 4, II, p. 450)
  • 37 Idem, ibid.

23Telles sont les innovations lexicographiques des poètes de la Renaissance, dont quelques-unes d'ailleurs avaient déjà été pratiquées avant eux, et par conséquent n'étaient pas tout à fait nouvelles. Elles n'ont pas toujours eu le succès qu'ils en attendaient. Bien souvent d'ailleurs ils ont reconnu, mais sans en faire l'aveu public, qu'ils s'étaient fourvoyés. Il n'est pas indifférent de signaler que, selon les intéressantes observations de H. Chamard, Ronsard, tempérant son ardeur première, a bien souvent corrigé son texte original et en a fait disparaître certains emprunts qu'à la réflexion il jugeait fâcheux. Dans leurs écrits théoriques, les novateurs avaient pris le soin de conseiller une extrême prudence et de poser cette condition que les mots qu'on forgerait devraient être choisis avec goût et sans excès. Mais ils partaient de cette idée que la poésie devait être un art savant, qui s'adresserait avant tout à des lecteurs lettrés et "doctes", versés dans la connaissance des grands écrivains grecs et latins avec lesquels eux-mêmes s'efforçaient de rivaliser : « Et tout ainsi qu'entre les auteurs latins, dit Du Bellay37, les meilleurs sont estimez ceux qui de plus près ont imité les Grecs, je veux aussi que tu t'efforces de rendre, au plus près du naturel que tu pourras, la phrase et maniere de parler latine, en tant que la propriété de l'une et l'autre langue le voudra permettre. Autant te dy-je de la grecque, dont les façons de parler sont fort approchantes de notre vulgaire ». Ce point de vue devait être la cause de bien des erreurs.

  • 38 Ronsard, Art poët., ed. P. Laumonier, T. VII, p. 51.
  • 39 De Laudun, IV, 4 ; Dedieu, p. 240.

24En outre les poètes de la Renaissance étaient persuadés que la beauté d'une langue se mesure à sa richesse, conviction qu'ont affichée entre autres Du Bellay, J. Péletier et Ronsard : « Elocution, a écrit ce dernier38, n'est autre chose qu'une propriété et splendeur de paroles bien choisies et ornées de graves et courtes sentences qui font reluyre les vers, comme les pierres precieuses bien enchassées les doigts de quelque grand seigneur. Soubs l'élocution se comprend l'élection des paroles, que Virgile et Horace ont si curieusement observée. Pour ce tu te dois travailler estre copieux en vocables, et trier les plus propres et signifians que tu pourras pour servir de ners et de force à tes carmes, qui reluyront d'autant plus que les mots seront significatifs et choisis avec jugement ». L'ambition était belle, mais l'entreprise bien aventureuse, car on pouvait prévoir d'avance que la richesse ne serait obtenue qu'aux dépens du bon goût. Il n'est pas souhaitable que la poésie veuille se distinguer de la prose par un vocabulaire pléthorique, chargé de termes savants. Il n'est pas vrai que l'encombrement soit un signe de perfection, ni que le génie d'un écrivain se reconnaisse au nombre des mots qu'il emploie, ni que la valeur et la qualité d'une langue se mesurent à son abondance. Ronsard et ses disciples, en procédant comme ils l'ont fait, ne se sont pas demandé si leurs créations pourraient s'implanter d'une manière durable. Cinquante ans après la publication de la Def-fence, il était clair que leur tentative ne rencontrait déjà plus les mêmes approbations enthousiastes qui l'avaient saluée dans ses commencements. Si Du Bartas se montre encore l'adepte convaincu de leur programme, Desportes est déjà beaucoup plus tiède, et De Laudun d'Aigaliers, bien qu'il approuve encore l'emprunt aux langues anciennes39, formule quelques réserves. Mais Deimier va venir, et avec lui Malherbe : en peu de temps sera balayé tout ce matériel verbal grâce auquel la Pléiade avait pensé qu'elle allait conquérir une gloire immortelle, mais qui est la partie caduque de son œuvre et qui ne devait pas lui survivre.

II. Le style

25Son désir de réforme s'était également étendu au style. Ronsard a fait à ce sujet quelques déclarations de principe qui témoignent de beaucoup de sagesse, mais qu'il n'a pas toujours observées. Il lui arrive de parler comme un classique : « La plus grande partie de ceux qui escrivent de nostre temps, a-t-il dit, se trainent enervez à fleur de terre, comme foibles chenilles, qui n'ont encore la force de grimper aux festes des arbres ... Les autres sont trop ampoulez, et presque crevez d'enfleures comme hydropiques, lesquels pensent n'avoir rien fait d'extravagant, crevé et bouffy, plein de songes monstrueux et de paroles piafées ... Les autres, plus rusez, tiennent le milieu des deux, ny rampans trop bas, ny s'eslevant trop haut au travers des nues, mais qui d'artifice et d'un esprit naturel elaboré par longues estudes, et principalement par la lecture des bons vieux poetes grecs et latins, descrivent leurs conceptions d'un style nombreux, plein d'une venerable majesté, comme a faict Virgile en sa divine Æneide ». Ce passage de la préface posthume de la Franciade reprend un précepte qu'il a déjà donné ailleurs :

  • 40 Cette pièce est extraite du Recueil des sonnets, odes, hymnes, elegies et autres pièces retranchée (...)

Je n'ayme point ces vers qui rampent sur la terre,
Ny ces vers empoulez, dont le rude tonnerre
S'envole outre les airs : les uns font mal au cœur
Des liseurs desgoutez, les autres leur font peur.
Ny trop haut, ny trop bas, c'est le souverain style :
Tel fut celuy d'Homere et celuy de Virgile.40

26On croirait entendre Boileau, qui donnera des conseils semblables :

Quoy que vous écriviez, évitez la bassesse :
Le style le moins noble a pourtant sa noblesse...
Mais n'allez point aussi, sur les pas de Brébeuf,
Même en une Pharsale entasser sur les rives
"De morts et de mourants cent montagnes plaintives."
Prenez mieux votre ton. Soyez simple avec art,
Sublime sans orgueil, agréable sans fard.
(Art poét., I, v. 79-80 et 98-102)

27Cependant Ronsard n'est pas toujours fidèle à ces recommandations si judicieuses. Il ne pèche point par platitude, ce qui n'est pas du tout son genre. Mais il est volontiers enflé et grandiloquent, ce qui s'accorde au surplus avec cette théorie de la "fureur poétique" à laquelle se sont ralliés tous les poètes de son école. Il est bien certain, comme l'a noté H. Chamard, qu'il a évolué dans le sens de la simplicité, mais il a toujours mis dans son style de l'emphase et quelque pindarisme, dès qu'il abordait les grands sujets. Certes il se modérait dans les pièces familières. Mais c'est justement lorsqu'il s'abandonnait à des inspirations héroïques qu'il enflait le ton pour rivaliser avec les plus illustres d'entre les Anciens, et c'est alors qu'il se sentait vraiment leur égal. D'ailleurs, tout en annonçant, comme il l'a fait dans la préface posthume de la Franciade, qu'il était partisan d'une poésie naïve et naturelle, et qu'il condamnait un écrivain qui tomberait dans l'extravagance et la frénésie, ses goûts le portaient sans effort vers un art somptueux et aristocratique, qui ne serait accessible qu'à un public aussi restreint que choisi. Il s'est vanté d'avoir enobli les Muses :

Premier les fis parler le langage françois.
Tout hardi m'opposant à la tourbe ignorante,
Tant plus elle crioit, plus elle estoit ardante
De deschirer mon nom, et plus me diffamoit,
Plus d'un courage ardent ma vertu s'allumoit
Contre ce populaire, en desrobant les choses
Qui sont ès livres grecs antiquement encloses.
(Discours contre Fortune, M.-L., T. V, p. 147), II, 21)

  • 41 Du Bellay, II, 11.

28C'est exactement dans le même esprit que Du Bellay s'est adressé aux poètes : « Seulement veux-je admonester celuy qui aspire à une gloyre non vulgaire, a-t-il dit41, s'éloingner de ces ineptes admirateurs, fuyr ce peuple ignorant, peuple ennemy de tout rare et antique sçavoir, se contenter de peu de lecteurs, à l'exemple de celuy qui pour tous auditeurs ne demandait que Platon, et d'Horace, qui veult ses œuvres estre leuz de trois ou quatre seulement, entre les quelz est Auguste ».

  • 42 Pontus de Tyard, Discours, Solitaire premier.
  • 43 Du Bartas, Deuxieme Semaine (1584), Brief advertissement.

29Ronsard était du sentiment que le vers, fait avant tout pour une élite, doit être « haut parlant », fort, magnifique et brillant, et que la pompe de l'expression doit aller de pair avec la noblesse des idées. Toute son école a partagé cette manière de voir : « Ne vous ennuirois de ce discours, dit Pontus de Tyard en parlant à Pasithée42, si je ne sçavois que le souvenir de telles choses vous servira de quelque lumière à la lecture des œuvres de tant de doctes poëtes de ce temps, qui decorent si richement leurs vers des ornements de l'antiquité, que malaisement y pourront les ignorans et grossiers rien comprendre ». Du Bartas, qui ne voulait point passer pour un vulgaire amuseur, a déclaré de son côté qu'il voulait « un vers qui marche d'un pas grave et plein de majesté, non errené, lasche, efféminé, et qui coule lascivement, ainsi qu'un vaudeville ou une chansonnette amoureuse »43.

30Passons sur la poésie légère, qui tolère des mots roturiers, réalistes, et qui admet ça et là quelques trivialités. Faisons la part des fautes de goût. Il y en a chez Ronsard, qui n'a pas dédaigné des traits semblables à celui que Boileau a condamné chez Brébeuf. Il y en a chez tous les amis du maître, comme il y en aura chez les contemporains de Malherbe, et c'est Du Bartas qui est l'auteur de ces alexandrins où il nous montre les Philistins écrasés par Samson sous les ruines du Temple :

L'un entre deux carreaux ayant le chef froissé
Rend la cervelle ainsi qu'un fromage pressé
Jette le petit lait... (Deuxième Semaine)

31Quelles que soient les défaillances passagères des poètes, il n'en reste pas moins que, dans l'opinion commune, les vers doivent être ornés. C'est à cette nécessité que répond l'immense développement que prend le vocabulaire : mots empruntés aux métiers nobles, mots anciens, mots dialectaux, mots tirés du latin et du grec, mots dérivés et composés, tout cela donne à la langue un faste éblouissant et la sort de son train habituel. Celui-ci est bon pour la prose et pour l'usage quotidien ; mais la poésie est d'une autre essence et elle a besoin d'atours qui lui donnent une allure glorieuse et distinguée.

  • 44 Du Bellay, Deffence, II, 9.
  • 45 Ronsard, Art poëtique, De la Poésie en général, éd. Laumonier (Lemerre), T. VII, p. 53.

32Tout d'abord elle tirera une partie de son éclat du nombre et de la qualité des épithètes dont elle use. Si l'on désire à ce point enrichir le vocabulaire, c'est bien souvent dans l'intention de les lui procurer. Tout au moins, si l'on ne va point jusqu'à en créer de nouvelles, faut-il veiller au bon emploi de celles qu'on possède déjà, choisir celles qui sont particulièrement propres et expressives. « Quand aux épithètes, dit Du Bellay44, qui sont en notz poetes françoys la plus grand'part ou froids ou ocieux, ou mal à propos, je veux que tu en uses de sorte que, sans eux, ce que tu dirois seroit beaucoup moindre, comme la flamme devorante, les souciz mordans, la gehin-nante sollicitude ; et regarde bien qu'ilz soient convenables, non seulement à leurs substantifs, mais aussi à ce que tu decriras, afin que tu ne dies l'eau ondoyante quand tu la veux decrire impetueuse, ou la flamme ardente, quand tu la veux montrer languissante ». Ronsard de son côté exige la justesse et la sobriété des épithètes : « Je te veux advertir de fuir les épithètes naturelz qu'ilz ne servent de rien à la sentence de ce que tu veux dire, comme la riviere coulante, la verde ramée et infinis autres. Tes epithetes seront recherchés pour signifier, non pour remplir ton carme, ou pour estre oyseux en ton vers : exemple, Le ciel vouté encerne tout le monde. J'ai dit vouté, et non ardant, clair, ni halt, ni azuré, d'autant qu'une voute est propre pour embrasser et encerner quelque chose. Tu pourras bien dire: Le bateau va desur l'onde coulante, pour ce que le cours de l'eau faict couler le bateau. Les Romains ont esté très curieux observateurs de ceste regle, et entre autres Virgile et Horace »45.

  • 46 J. Péletier, Art. poët., I,5.
  • 47 H. Chamard, T. I, p. 367, n.
  • 48 L. Miquel, p. 117.

33D'un point de vue purement théorique, ce que Ronsard entend condamner ici, c'est l'épithète homérique choisie une fois pour toutes,et qui ne varie plus une fois qu'elle a été accolée à un nom ou qui caractérise sans nécessité. C'est bien ce qui ressort également, et beaucoup plus clairement encore, de l'Art poétique de J. Peletier : « Premierement, a-t-il écrit46, Virgile a bien su éviter la superfluité d'épithètes qui est en Homere, quand il dit et redit : la mer noire, les navires creuses, les Grecs chevelus, le blond Menelas, Pallas césie, Jupiter nue-amassant, l'obscure nuit, les portes bien faites, Diomède facond, quand il est question de frapper ». Cependant, malgré ces déclarations, le sens décoratif reprend très vite le dessus. S'il y a des épithètes de circonstance chez Ronsard, comme parolle empennée, archet melodieux, peines sucrées, il y en a aussi qui sont de nature, comme celles-ci qu'a relevées, ainsi que les précédentes, H. Chamard47 dans l'Ode à Michel de l'Hopital: lune vagabonde, fleches aiguisées, champs herbeux. Aucun des poètes de la Renaissance ne les a dédaignées. En voici encore quelques-une que L. Miquel48 a recueillies dans Vauquelin de la Fresnaye : le pin forestier à la feuille pointue, la mort aux noires ailes, les loups aux pattes ravissantes.

34Il convient également à la poésie qu'elle évite les formules banales et qu'elle s'exprime avec quelque recherche savante. C'est une idée chère à Ronsard et qu'il a exposée dans la préface posthume de la Franciade : « Les excellens poètes nomment peu souvent les choses par leur nom propre. Virgile, voulant descrire le jour ou la nuict, ne dit point simplement et en paroles nues, il estoit jour, il estoit nuict, mais par belles circonlocutions :

  • Postera Phoebea lustrabat lampada
    terras Humentesque Aurora polo dimoverat umbras.
  • Nox erat et placidum carpebat fessa soporem
    Corpora per terras, sylvaeque et saeva quierant
    Aequora, cum medio volvuntur sidera lapsu.
    Quum tacet omnis ager, pecudes, pictaeque volucres.
  • 49 Du Bellay, Deffence, II, 9.

35et mille autres  ; Labourer, vertere terram. Filer, tolerare vitam colo, tenuique Minerva. Le pain, dona laboratae Cereris. Le vin, pocula Bacchi. Telles semblables choses sont plus belles par circonlocutions que par leurs propres noms : mais il en fault sagement user : car autrement tu rendrois ton ouvrage plus enflé et boufi que plein de majesté ». On peut rapprocher de ce passage ce qu'avait écrit Du Bellay en 1549 : « Je t'averty user souvent de la figure Antonomasie, aussi frequente aux anciens poëtes, comme peu usitée, voire incogneue des Françoys. La grace d'elle est quand on designe le nom de quelque chose par ce qui lui est propre, comme le Pere foudroyant, pour Jupiter ; le Dieu deux fois né, pour Bacchus ; la Vierge chasseresse, pour Dyane. Cette figure a beaucoup d'autres especes que tu trouveras chés les rhetoriciens, et a fort bonne grace, principalement aux descriptions, comme : Depuis ceux qui voyent premiers rougir l'Aurore, jusques la ou Thetis reçoit en ses undes le filz d'Hyperion, pour Depuis l'Orient jusques à l'Occident »49.

  • 50 H. Chamard, T. I, p. 352 et p. 367, n.
  • 51 L. Miquel, p. 116.
  • 52 Il y en a ainsi des quantités, qui se jouent sur tous les êtres animés aussi bien que sur la natur (...)

36Des textes d'une pareille importance appellent des commentaires. Il faut souligner en premier lieu la faveur qu'a rencontré ce procédé parmi les poètes de la Renaissance. Ronsard leur a donné l'exemple, et bien qu'il eût conseillé la modération, il a forcé la dose. H. Chamard50 a réuni un certain nombre de ces circonlocutions savantes qu'il a rencontrées chez lui, et qui rendent sa poésie d'un abord assez difficile, en y multipliant les énigmes : les frères d'Heleine (les Dioscures) ; le fils aîné de Meduse (Pégase) ; la fille du neveu d'Atlas (le neveu d'Atlas est Mercure, et sa fille la Renommée) ; ce dieu par qui la foudre est lancée (Jupiter) ; les neuf divines pucel-les (les Muses) ; les nourriçons des neuf pucelles (les poètes) ; le martial orage (la guerre) ; la longue horreur de Mars (la guerre) ; ruer à terre la vaillance des guerrières (vaincre les Amazones) ; devaler dans la barque infernale (mourir) ; les filles des nues (les pluies) ; la vagabonde troupe de l'air (les oiseaux) ; le rond du grand parc où nous sommes (la terre). Rien que dans l'Ode à Michel de l'Hopital, il faut citer : le Delien (Phoebus) ; le bon filz de Latone (Apollon) ; les filles qu'enfanta Memoire (les Muses) ; les filles de la nuict (les Parques) ; la Dictynne guerriere (Diane) ; l'ailé courier Atlantide (Mercure) ; la mer y est rendue par divers équivalents : les plaines salées, les campagnes vertes, les champs écumeux, la cam-paigne humide, les ondes bleues, le grand vague liquide. Du Bellay dit à son tour, entre mille autres : le petit Dieu (l'Amour) ; le dieu des autres messager (Mercure) ; le docte troppeau qui sur Parnasse habite (les Muses) ; le grand prestre de Thrace au long sourpeli blanc (Orphée) ; cestuy-là qui conquit la toison (Jason) ; le fils d'Anchise (Enée) ; l'arbre qui le front des poëtes honore (le laurier). Vauquelin lui non plus n'est pas avare de ces façons d'écrire : le harpeur de Calabre ou le harpeur latin (Horace) ; l'aveugle clairvoyant (Homère) ; la fille de Dicaee (Hélène) ; le piquant Aquinois (l'Arioste) ; le pieux Dardanien (Enée) ; la mère aux Euménides (la nuit) ; le trinacrien pasteur (Théocrite)51. De pareils détours52 resteront usuels dans la littérature jusqu'à la fin du xviiie siècle, chéris des poètes à cause de la teinte érudite et du coloris brillant qu'ils donnent à leur style, et aussi parce qu'ils tiennent constamment l'esprit en éveil.

  • 53 J. Seznac, La Survivance des Dieux antiques, p. 194.

37Comme on peut s'en apercevoir, ce ne sont pas là de simples clichés, car le mot qu'il s'agit de faire découvrir peut être traduit par de nombreux équivalents dont le choix incombe à l'écrivain. Celui-ci n'est pas tenu de répéter ce que d'autres ont dit avant lui, car il peut inventer et rester original. On remarquera en, effet que le nom des Muses, ou celui de la mer sont susceptibles d'être rendus par toute une série d'expressions indirectes. Ce sont peut-être les noms des héros et des divinités antiques qui servent de prétexte aux variations les plus riches, car il s'agit là de personnages nobles, auxquels s'attache un indiscutable prestige. Sans doute beaucoup de poètes français répètent-ils ce qu'ils ont trouvé chez leurs prédécesseurs latins. Ceux-ci, pour désigner Orphée, l'ont appelé vates, en joignant à son nom diverses épithètes, aonius, sacer, canorus, vocalis, blandus, facundus, Thracius, Threicius, Thrax, Rhodopeius, citharedus. Il n'est pas interdit de faire passer tous ces adjectifs dans notre langue. Mais en outre il sera bon d'élargir ce catalogue en profitant de tout ce qu'on peut savoir de ce personnage légendaire : il sera le fils d'Œagre ou le fils de Calliope, le héros qui domptait les animaux sauvages, l'époux d'Eurydice, la victime des Bacchantes, sans parler de cent autres tours qui aiguisent la curiosité du lecteur. Il n'est que de bien connaître la mythologie antique, vaste magasin de décors où les poètes n'ont qu'à puiser. Ils ont à leur disposition le De genealogiis deorum gentilium de Boccace, le Dictionnaire de Robert Estienne, l'Officina de Ravisius Textor, qui est de 1522, la Théologie de l'allemand Georg Pictor, parue en 1532 et rééditée en 1538 sous le titre : le Magasin des Dieux, où ils trouvent les généalogies, les filiations, les attributs, l'histoire des divinités et des héros de la Grèce et de Rome53. Tout cela est jeté dans les œuvres de la Renaissance pour y servir de parure aux vers, comme si ces ornements, tout à fait à leur place dans les poèmes grecs ou latins, présentaient le même intérêt pour des lecteurs français et chrétiens.

  • 54 E. Langlois, Recueil, p. 39.
  • 55 Ed. de l'Art poétique de De Laudun d'Aigaliers, par J. Dedieu, p. 55.

38Le miracle est que cette mode ait rencontré un pareil succès et qu'elle ait duré aussi longtemps. À la vérité elle avait commencé avant la Renaissance. Les Règles de la seconde Rhetorique, traité composé dans le premier tiers du xve siècle, avaient attiré l'attention des poètes sur les personnages de la Fable, dont, pour quelques-uns tout au moins, elles avaient esquissé la biographie et le caractère : « Caliope, y lit-on54, aprint Orpheus a chanter et harper, et fut homme moult vertueux en amours, car oncques n'aura qu'une seulle femme, et quant elle mourut, il comencha pour li le lay mortel que toute sa vie chanta pour s'amye, jusques es estrois souppirs de la mort et pour ce fut des dieux nommez seul loyal amoureux ». Ou encore : « Zephyrus est dit dieu des doubz vens et des flours, pour cause qu'il estoit le plus bel en langagie qui onques fust ; et combien qu'il fust roy, toutevoye il avoit toute son entente à cultiver flours, et trouva et quist aux chans roses, liz, violetes, glay et aultres herbes odorans et les planta, et par son art leur donna oudours et coulours estranges, et en faisoit presens aux deesses, et par ce est nommez dieu des flours ». Pourtant c'est bien la Renaissance qui enseigna aux poètes qu'ils devaient tirer parti de la mythologie antique pour donner à leurs vers un lustre impérissable. Il y eut sans doute quelques résistances, mais elles se manifestèrent assez tard. C'est seulement quand la Pléiade eut fait paraître ses plus célèbres recueils que des voix s'élevèrent pour protester contre cette invasion du paganisme et des légendes anciennes. Au nom du christianisme, certains écrivains dessinèrent une vive opposition. Les plus connus sont Du Bartas et Guy du Faur de Pibrac. Mais il y en a d'autres, Mme de Mansencal dans ses Œuvres chrétiennes, en 1594, Anthoine La Pujade dans son ouvrage qui porte le même titre, en 1604, Jean d'Escorbiac dans sa Christiade en 161255. De Laudun d'Aigaliers lui aussi est l'ennemi d'une poésie savante qui se propose d'exploiter les fables de l'Antiquité. Vauquelin de la Fres-naye à son tour presse les poètes d'abandonner les héros païens pour traiter des sujets empruntés à l'histoire du christianisme, ce qui aurait pour résultat d'amener un changement radical de tous les ornements de style usités jusqu'alors. Mais l'échec de Chapelain et de quelques autres de ses contemporains qui avaient suivi ce conseil assure au xviie siècle le triomphe du merveilleux tiré de la Fable antique, dont Boileau prendra la défense dans son Art poétique, et qui régnera jusqu'au romantisme.

  • 56 Du Bellay, Deffence, I, 6.
  • 57 Ronsard, Préf. posthume de la Franciade. Cf. encore De Laudun d'Aigaliers, IV, 5 : il faut « ne se (...)

39Cependant Du Bellay et Ronsard, dans les textes précédemment cités, ne font rien autre chose que de réclamer un emploi très large des figures de rhétorique connues des Anciens afin d'animer le vers et de lui conférer une splendeur qui doit le distinguer de la vile prose. L'antonomasie n'est autre chose que la périphrase, chère au classicisme, et que recommande aussi J. Peletier, convaincu qu'il vaut mieux dire la Saturnienne que Junon, et que le Trecretien a plus de force significative que le roi de France. Il s'agit de savoir jouer des mots et de bien connaître toutes les formes possibles du discours, ce qui sauvera le style de la banalité, sans qu'on se demande d'ailleurs si tels clichés, indéfiniment répétés, ne finiront point par perdre toute vigueur. La beauté de l'élocution, dit Du Bellay56, réside dans les "metaphores, allegories, comparaisons, similitudes, energies, et tant d'autres figures et ornemens, sans lesquels toute oraison et poëme sont nuds, manques et debiles ». De même Ronsard57 désire que le poème soit paré « de figures, schèmes, tropes, metaphores, phrases et periphrases eslongnées presque du tout, ou pour le moins séparées de la prose triviale et vulgaire ».

40On sait que le Moyen Âge, dont les professeurs connaissaient bien tous ces artifices, n'avait guère pratiqué que l'exclamation, l'interrogation et l'allégorie. La Renaissance conserve ces procédés d'expression. Elle donne aux deux premières un développement parfois considérable, par entassement et répétition. Voici un exemple d'interrogations successives, dont on notera la valeur oratoire :

Respondez-moy, chetifs, et pourquoy si souvent
Vous donnez-nous en proye à la fureur du vent,
Afin de rapporter une barque chargée,
Le naufrage futur de Carpathe ou d'Egée ?
Et pourquoy, pauvres sots, pour gaigner le rempart,
De quelque fort chasteau mettez-vous au hazard
Si souvent vostre corps, qui est si foible et tendre,
Qu'à peine se peut-il d'une fievre defendre,
Tant s'en faut d'un canon ? Et pourquoy tant de fois
Allez-vous mendier des princes et des rois
Une foible et mondaine et chetive largesse,
Afin d'amonceler une breve richesse,
Et ne voyez la mort qui talonne vos pas ?
O pauvres abusez, hé, ne sçavez-vous pas
Que vous estes mortels ? et que la Parque sage
Vous a de peu de jours borné vostre voyage ?
(Ronsard, Elégies, Contre les bucherons de la forêt de Gastine)

41Voici des exclamations construites en série :

Qu'il n'y ait en ce beau clos
Branche qui ne reverdisse,
Bouton qui ne soit desclos,
Ni herbe qui ne florisse !

Jamais n'y faille le thym,
L'œillet, le lys ni la rose,
Ni la fleur qui au matin
Est ouverte et au soir close !

Jamais n'y faille le miel,
Ni le laict, ni la rosée !
Et de la manne du ciel
Tousjours soit l'herbe arrosée !

(Jeux rustiques ; Chant de l'amour et du printemps)

  • 58 H. Chamard, T. IV, p. 83, cite de Ronsard d'autres exemples d'allégories, l'Hymne triumphal sur le (...)

42Quant à l'allégorie, elle subsiste toujours, et les poètes de la Pléiade n'y ont pas complètement renoncé, bien qu'elle soit d'un emploi moins répandu qu'aux siècles précédents. On en jugera par ce sonnet de Du Bellay58 :

Amour voulant hausser le chef vainqueur,
Dessus la Crainte à la noire sequelle,
Mist Esperance, et sa bande avec elle,
Sa bande blanche au plus fort de mon cœur.

Amour est fort, mais foible est la vigueur
De l'Esperance, et la tourbe cruelle
A ceinct le lien d'horreur perpetuelle,
Le foudroyant du canon de Rigueur.

Mais repoussez l'effort de la gent noire,
Vous qui tenez le sort de la victoire !
N'avez-vous point de voz subjects emoy ?

Si vous souffrez que cete prise advienne,
Vous y aurez pluqs grand' perte que moy,
Veu que la place est plus vostre que mienne. (L'Olive, L. VI)

  • 59 Ronsard, Art. poét., chap. liminaire.
  • 60 Idem, ibid.
  • 61 Id., La Franciade, préf. posthume. J. Péletier, à propos des comparaisons, donne des indications a (...)

43À lire les écrits théoriques de Ronsard, on s'aperçoit vite qu'à son avis ce sont les parties narratives et les descriptions qui forment la base de la poésie et qui en figurent la trame essentielle. C'est sur cette trame que le bon écrivain dispose les ornements dont il a appris à discerner la valeur, et en premier lieu les comparaisons : « Tu n'oublieras pas les comparaisons, dit-il59, les descriptions des lieux, fleuves, forests, montagnes, de la nuict, du lever du soleil, du midy, des vents, de la mer, des dieux et deesses, avec-ques leurs propres mestiers, habits, chars et chevaux, te façonnant en cecy à l'imitation d'Homère ». Ou encore : « Ainsi la Poësie ne peut estre plaisante sans belles inventions, comparaisons, descriptions, qui sont les nerfs et la vie du livre »60. Sur la question de savoir ce qui peut fournir la matière des comparaisons, il s'exprime ainsi : « Quant aux comparaisons, tu les chercheras des artisans de fer et des veneurs, comme Homere, pescheurs, architectes, massons, et brief de tous mestiers dont la nature honore les hommes. Il faut les bien mettre et les bien arranger aux lieux propres de ta poësie : car ce sont les nerfs et tendons des Muses, quand elles sont placées bien à propos, et servantes à la matière »61. On remarquera qu'il prononce le nom d'Homère, et c'est en effet la forme un peu lourde de la comparaison homérique qui s'impose à lui, en deux parties parallèles, dont la première commence généralement par comme et la seconde par ainsi, à moins qu'une équivalence ne vienne déranger un peu ce cliché :

As-tu point vu voler en la prime saison
L'avette qui de fleurs enrichit sa maison ?
Tantost le beau narcisse et tantost elle embrasse
Le vermeil hyacinthe, et sans suivre une trasse
Erre de pré en pré, de jardin en jardin,
Portant un doux fardeau de melisse ou de thin ?
Ainsi le bon esprit que la Muse espoinçonne,
Porté de la fureur, sur Parnasse moissonne
Les fleurs de toutes parts, errant de tous costez.

(.Discours, Response de P. de Ronsard ...)

44Parfois Du Bellay construit des sonnets entiers de la même manière :

Comme le marinier que le cruel orage
A long temps agité dessus la haute mer,
Ayant finablement à force de ramer
Garanty son vaisseau du danger du naufrage,
Regarde sur le port, sans plus craindre la rage
Des vagues ni du vent, les ondes escumer :
Et quelqu'autre bien loin, au danger d'abysmer,
En vain tendre les mains vers le front du rivage ;
Ainsi, mon cher Morel, sur le port arresté
Tu regardes la mer, et vois, en seureté,
De mille tourbillons son onde renversée :
Tu la vois jusqu'au ciel s'eslever bien souvent,
Et vois ton Du Bellay, à la merci du vent,
Assis au gouvernail dans une nef percée.

(.Regrets)

  • 62 J. Péletier, Art poét., I,5.

45J. Péletier du Mans62 conseille lui aussi des épisodes descriptifs, décorés de comparaisons et, à en juger par leurs œuvres, tous les poètes sont du même avis. L'appareil homérique, avec sa pesanteur solennelle, se perpétuera tout au long de la période classique.

  • 63 A. Fouquelin, p. 11 sq.

46De dimensions plus réduites sont les métaphores, c'est-à-dire les transferts de sens dont nous entretient Fouquelin. Il cite en exemple des vers de Ronsard63 :

  • Ton paradis, où mon desir se niche.
  • L'une crie que je me vante,
    L'autre que le vers que je chante
    N'est point bien joint ne maçonné.
  • Les cordes de la nef mugissent d'un grand bruit.

47Il cite aussi des images un peu plus amples, qui parfois s'étendent sur plusieurs vers :

  • O chaude ardeur, qui d'une ardente flamme,
    Ars ardemment mon pauvre cœur épris ! (Baïf)
  • Verrai-je point que ces astres jumeaux
    En ma faveur encores par les eaux
    Montrent leur flamme à ma carène lasse ?
    Verrai-je point tant de vœux s'accorder
    Et calmement mon navire aborder,
    Comme il souloit, au havre de sa grace ? (Ronsard)
  • 64 A. Fouquelin, p. 5-7.

48Parmi les artifices de style qui lui semblent le plus recommandables, Fouquelin cite les personnifications64, pour lesquelles la Fable antique offre des ressources infinies. Pour signifier les bons propos, il suffit de nommer Mercure, dont on doit savoir qu'il a brillé par son éloquence ; pour éveiller l'idée de repas arrosés de bons vins, il convient d'écrire le nom de Bacchus. Ainsi Ronsard, au lieu du mot moisson, dit beaucoup plus brillamment Cérès, comme Neptune au lieu de la mer, Hyménée au lieu de les noces, ce dont Du Bellay lui non plus ne se prive pas, ainsi que ses confrères en poésie.

La grand' Ceres qui ces murs environne

49est un heureux tour qu'emploie l'auteur de la Deffence et par lequel il exprime l'abondance du blé qu'on récolte autour de Paris. Peu à peu ce procédé devient de plus en plus familier aux écrivains, si bien qu'à la fin du xvie siècle, ils dédaignent d'exposer les grands mythes antiques et les légendes des dieux ; ils en retirent au contraire un énorme matériel de

  • 65 Je renvoie par exemple aux Hymnes, particulièrement à l'Hymne de l'Or et à l'Hymne de Bacchus.

50figures qui rappellent à tout instant ces divinités, et qui d'ailleurs deviennent de plus en plus banales sans qu'elles lassent ceux qui les emploient. Desportes n'exploite plus la mythologie, comme l'avait fait Ronsard65, en de vastes tableaux narratifs ; mais il lui demande uniquement de lui fournir des ornements de style.

  • 66 A. Fouquelin, p. 16.

51Il existe encore bien d'autres élégances, parmi lesquelles Fouquelin nomme la synecdoque66, qui consiste à désigner une chose par le genre dont elle fait partie, ou par une de ses parties essentielles, et qui s'adresse à l'intelligence à laquelle on laisse le soin de découvrir ce qu'on n'exprime pas directement. Il en connaît plusieurs variétés : « La première est, quâd le membre est mis pour la chose entière, comme quãd on dit le toit, pour la maison, la poupe ou caréne pour le navire. Ronsart :

Telle saison fut bien dorée,
En laquell' on se contentoit
De veoir de son tect la fumée.

52Baïf à Meline :

Quand le pilot veoit le Nort luire es cieux,
La calme mer ronfler soubz la carene.

53Ronsart :

Du couart la renommée
Ne fut onques estimée.
Soit au camp parmi les trouppes
Ou sur la mer dans les pouppes
Lors que l'on va bataillant.

54La seconde maniere est quãd, par l'espèce, le genre est signifié. Ronsart :

La France d'Homere est pleine,
Et d'eus liroit on les faictz,
S'ilz estoient tous satisfaictz. (Odes, IV, 2)

55Homere est mis en cet exemple pour poëte, cõme Thersite, pour un homme ignave et timide, et Achille, pour un hardi gendarme. Ronsart parlant de l'inventeur du fer :

Par luy, comme jadis, on ne veoit plus d'Hectors,
D'Achilles ny d'Aiax, hé dieu ! car les plus fors
Sont aujourd'huy tués d'un poltron en cachette.

56Et peu apres :

Mais Thersite aujourd'huy
Tue Achille de loin, et triomphe de luy.

57... Ou le genre est mis pour l'espece, comme quãd on dit le sage, pour Salomon ; l'apostre, pour sainct Paul ; le poëte grec, pour Homere ; l'orateur, pour Demosthene ; le poëte latin, pour Virgile ». Toutes ces recherches d'expression, dont les écrivains de l'Antiquité ont donné les modèles, dureront autant que le classicisme lui-même, et même bien au-delà.

  • 67 Il s'agit de l'Epistre en prose à ma dame d'Alençon touchant l'armée du Roy en Haynault et de Davi (...)

58Fouquelin mentionne aussi la gradation, « quand l'oraison marche de telle sorte, que l'antecedent est repeté devant que ce qui s'ensuit prochainement soit proferé. Comme en cet exemple de Mimphant, cité par Marot en une Epitre à la Royne de Navarre, du camp de Henaul67 :

Puis engendre prosperité ;
De prosperité, richesse ;
De richesse, orgueil, volupté ;

D'orgueil, contention sans cesse ;
Contention, la guerre adresse :
La guerre engendre pauvreté ;
De pauvreté, humilité,
D'humilité, revient la pais.

59Ronsart, en l'Hymne de Castor et Pollux :

De la simple parolle ilz sont venus aux cris ;
Des cris, à la fureur, furieux ilz ont pris
Les armes en la main.

  • 68 A. Fouquelin, p. 32 sq.

60Par quoy en toutes les especes de nombre et figure cy dessus expliquees, outre la similitude de la vois et du son, il i a aussi quelque consideration de l'ordre et disposition à l'endroit des commencemens, meilleus, fins et lizieres de l'oraison »68.

  • 69 Id., p. 34 sq.

61Enfin il énumère69, en s'appuyant toujours sur des exemples tirés des poètes contemporains, des quantités de tours qu'on rencontre dans les vers et qui sauvent le style de la platitude. C'est la Reticence, comme dans l'Eneide de Des Masures :

Osez vous bien telz troubles émouvoir ?
Si je vous prens, je vous ... Mais il faut voir
Premierement et appaiser les undes.

  • 70 Ed. P. Laumonier, Lemerre, T. VII, p. 79. Il a dit dans son Art poëtique (ib., p. 51) qu'« elles f (...)

62Ce sont encore l'Optation, ou souhait exprimé par un optatif ; l'Imprécation, ou exclamation de malédiction ; la Déprécation, ou prière pressante ; l'Addubitation, ou demande adressée sous la forme interrogative, quand on est irrésolu ; la Prosopopée, nommée aussi Sermocination, « figure de sentence, par laquelle nous, de notre vois et action, contrefaisons et representons la vois et le personnage d'autruy », et qui a pour proche parent le Dialogisme, « feinte collocution de certains personnages ensemble » ; l'Apostrophe ; la Correction ; l'Execration. J. Peletier et de Laudun vantent eux aussi la plupart de ces figures, qui donnent au style du mouvement et de la chaleur. L'une des plus employées est l'Apostrophe, qui plaît par son impétuosité. Ronsard en est coutumier dans ses Odes, et l'utilise fréquemment comme une entrée en matière vive et soudaine, signe du souffle puissant dont il est animé70 :

  • Où allez-vous, filles du ciel,
    Grand miracle de la nature,
    Où allez-vous, mouches à miel,
    Chercher aux champs vostre pature ? (Odes, III, 20)
  • Gui, nos meilleurs ans coulent
    Comme les eaux qui roulent
    D'un cours sempiternel. (Ib., à Gui Peccate, IV, 7)
  • Chanson, voici le jour
    Où celle-là qui la terre decore,
    Et que mon œil idolatre et adore,
    Vint en ce beau séjour. (Ib., IV, 10)

63Il ne dit rien des Maximes morales, qui sont une des parures chères aux poètes de l'époque classique et qui viennent en droite ligne de Sénèque. Mais Ronsard en parle pour lui dans la préface de la Franciade, tout en recommandant de ne pas les prodiguer : « Tu dois davantage, Lecteur, illustrer ton œuvre de paroles recherchées et choisies ..., l'enrichissant... par excellentes et toutes fois rares Sentences ». Ces sentences ont surtout fleuri dans la tragédie et chez les satiriques. En voici des exemples :

  • Celuy qu'un chascun craint doit se garder de tous. (I. Grévin, Jules César)
  • Qui meurt pour le païs vit eternellement. (R. Garnier, Porcie)
  • Nul ne vit asseuré des presens de Fortune. (id.. Les Juifves)
  • Il n'est malheur si grand que l'espoir ne nourrisse. (id., ib.)
  • Qui ose a peu souvent la fortune contraire. (Regnier, Sat., III)
  • Selon le vent qu'il fait, l'homme doit naviguer. (id., ib., VII)
  • L'honneur est un vieux sainct que l'on ne nomme plus. (id., ib., XIII)
  • Nos biens comme nos maux sont en nostre pouvoir. (id., ib.)
  • 71 J. Péletier, I,9.

64Il n'a rien dit non plus des Antithèses, qui ont trouvé leur avocat en J. Peletier71 : « Les antithèses, ou contrepositions, a-t-il écrit, aussi auront bonne grace, comme la douce amertume, l'accordante discorde : laquelle est fréquente à nos poètes, et à moi, peut-être, trop en mes sonnets ; mais ce sont Amours », par quoi il veut signifier que ces oppositions de mots sont surtout à leur place dans la poésie amoureuse, à cause du contraste des sentiments que l'écrivain est souvent dans la nécessité d'exprimer.

65Quelles que soient les omissions de Fouquelin, et elles ne sont pas nombreuses, son livre nous prouve à quel point les hommes de la Renaissance s'étaient pénétrés des enseignements des Anciens. Avec la Pléiade, nous assistons à la rentrée triomphale des vieilles figures de rhétorique qui occuperont désormais une place de choix dans notre littérature. Définies par les critiques de l'Antiquité, elles vont de nouveau fournir une longue carrière, bien que ce retour n'ait pas été sans présenter un très grave inconvénient. On doit en effet regretter que Ronsard et son école n'aient pas montré plus d'indépendance créatrice, malgré tout le talent qu'ils ont bien souvent déployé, et qu'ils n'aient eu d'autre ambition que de marcher sur les traces des Grecs et des Latins, en leur empruntant même leurs procédés de style. Cette imitation trop souvent servile, qui s'exerçait avec application et d'une manière assez scolaire, a desservi de riches tempéraments auxquels il aurait été possible de s'affirmer d'une manière beaucoup plus personnelle. Il n'est pas niable que la Pléiade n'ait prodigué les images, avec une abondance et une magnificence qui n'avaient jamais été atteintes jusqu'alors. On ne saurait y rester insensible. Mais pourquoi faut-il qu'en bien des cas ils aient demandé à la Fable de leur livrer celles dont ils avaient besoin ? Pourquoi ont-ils fait appel aux personnifications et aux périphrases mythologiques quand ils voulaient exprimer des idées très simples ? Certes on rencontre chez eux de belles inventions, mais elles demeurent rares. On pourrait citer celle-ci, de Claude de Pontoux, qui s'adresse à Idée, la femme qu'il aime :

Ton cœur, Idée, est la dure galère
Ou l'amour fait ma pauvre âme ramer ;
Deuil est la rame, et mes pleurs sont la mer ...

  • 72 On remarquera en outre qu'il a su éviter le lourd édifice de la comparaison homérique, ce qui est (...)

66Cela vaut bien mieux que d'avoir rappelé le souvenir de quelque demi-dieu et de la flotte d'Énée, ou d'avoir nommé Neptune72.

  • 73 Du Gardin, Addresses, p. 238.

67Quoi qu'il en soit, les ornements qui surchargent les vers de la Renaissance donnent à leurs œuvres un caractère savant très marqué. Il y a un péril à se montrer aussi docte, et ce péril, c'est de devenir obscur. L'obscurité peut résulter d'ailleurs de bien d'autres causes, de la difficulté du vocabulaire, de la construction de la phrase, ou de la subtilité de la pensée. Beaucoup d'écrivains sont tombés dans l'un ou l'autre de ces défauts, et certaines modes littéraires les y ont encouragés. Par exemple l'une des manies du xvie siècle a été d'écrire ce qu'on appelait alors des "vers rapportés", dont E. Pasquier et Du Gardin nous ont entretenus, et auxquels il faut bien ici donner place. « Les vers rapportez, nous dit Du Gardin73, sont ceux esquels le sens de plusieurs mots se raportent en ordre ; apres l'enu-meration de plusieurs mots de mesme regimen, a sçavoir, pour exemple, on met trois ou quatre nominatifs ensemble ; puis trois ou quatre verbes d'ou dependent en ordre lesdits nominatifs ; apres, trois ou quatre accusatifs regis desdicts verbes, etc. ». C'est le retour à l'Antiquité qui est responsable de cet engouement. Puisque Virgile a écrit :

  • 74 H. Chamard, T. IV, p. 101. Cf. E. Pasquier, Recherches, VII, 14, T. I, p. 745 sq. ; Du Bellay, L'O (...)

Pastor, arator, eques, pavi, colui, superavi
Capras, rus, hostes, fronde, ligone, manu,
il n'est rien de mieux que de l'imiter. Du Bellay s'y essaie dans un sonnet qu'a signalé H. Chamard74. Jodelle y déploie beaucoup d'ingéniosité et de patience, ce qui lui vaut l'approbation de Pasquier. Du Bartas y voit un exercice de haute virtuosité et compose les alexandrins suivants :

Ayant sur un seul corps la teste d'un mastin,
D'un serpent, d'un taureau, d'une lonce feloune,
D'un loup, d'un estallon, d'un ours, d'une lionne,
D'un branle du poulmon, jappe, siffle, rugit,
Grommelle, hurle loing, hannit, fremit, rugit.

68Un certain Ramberviller paraît s'en être fait une spécialité. Voici l'exemple que Du Gardin cite de lui :

Au lieu de la douleur, regret, furie, effroy,
Des membres, de l'esprit, des diables et de toy,
Dont la mort touche, offense, espouvante et entame,
L'homme en son corps, aux sens, aux jugements, en l'ame,
Fay que la charité, l'espoir, constance, et foy,
Surmontant la douleur, regret, furie, effroy,
Illumine en ma mort, renforce, esleve, enflamme,
Mes sens, mon jugement, mes membres et mon âme.

Ainsi en terre, au ciel, en ma vie, en ma mort,
Estant mon bien, mon heur, mon appuy et mon fort,
Tu m'osteras de mal, vice, enfer et misere,
Comme vray roy, vray Dieu, vray sauveur et vray pere.

  • 75 H. Chamard, T. IV, p. 103.

69Il est bien évident que de tels vers, à l'audition, sont parfaitement incompréhensibles et que, même si on les lit, il faut un peu de temps pour en saisir le sens. Bien que les critiques se soient déclarés les adversaires de l'obscurité, de pareils jeux de patience n'ont pas été dédaignés par les meilleurs poètes, puisque Ronsard lui-même a écrit dans ce style un sonnet à Cas-sandre75. Vauquelin parle avec respect des vers rapportés, et Colletet en fera encore mention dans son Traité du Sonnet. Cependant cette forme, dès le début du xviie siècle, est déjà abandonnée : il n'y a pas lieu d'en déplorer la disparition.

70Malgré de telles fantaisies, et en dépit des trop nombreuses allusions mythologiques qui encombrent les œuvres des poètes, ou de l'embarras de leurs phrases, tous les théoriciens se prononcent en faveur de la clarté du style, qui semble indispensable à la perfection du vers. Si l'inversion se recommande souvent parce qu'elle assure la netteté de la coupe, on s'aperçoit aussi que parfois la limpidité du texte ne gagne rien à sa présence, bien au contraire. C'est sans aucun doute pour cette raison que Ronsard l'interdit avec beaucoup de fermeté : « Tu ne transposeras jamais les paroles ny de ta prose ny de tes vers : car nostre langue ne le peult porter, non plus que le latin un solécisme. Il faut dire : le Roy alla coucher de Paris à

  • 76 Ronsard, éd. P. Laumonier, Lemerre, T. VII, p. 79.
  • 77 J. Péletier, Art poét., I,10.
  • 78 De Laudun d'Aigaliers, IV, 5.

71Orleans, et non pas : A Orléans de Paris le Roy coucher alla »76. Mais dans la pratique il se contredit lui-même, et il inaugure la longue série des poètes qui, après avoir condamné l'inversion, en ont usé et abusé. En dépit de ses excellents principes, il ne se faisait pas faute non plus, comme la plupart de ses amis, d'user d'un vocabulaire difficile, contre lequel Muret a protesté dans son commentaire des Amours. Donner des préceptes et les suivre ont toujours été deux choses différentes. Les écrivains du xvie siècle ont été bien souvent obscurs, bien qu'en théorie ils aient enseigné le contraire. « Il n'y a point de difference entre ne parler point et n'être point entendu, a dit J. Peletier77 ; encore penserais-je être plus mal fait de parler obscur que de ne parler point du tout. Car on tient le temps d'un homme qui s'amuserait ailleurs. Car si le poète n'use point de mots trop loin cherchés, ni trop affectés, ni impropres ; s'il n'est point trop bref ; s'il a suivi le bon ordre (qui sont les points qui garantissent d'obscurité) ; alors s'il n'est entendu, ce sera la faute du lecteur, et non pas de l'auteur ». Melin de Saint Gelais avait été du même avis ; de Laudun d'Aigaliers le sera également78. Ils ont répété docilement les leçons d'Horace et de Scaliger, toutefois sans les observer avec toute la rigueur qu'on aurait pu souhaiter.

  • 79 M. Scève, Délie, éd. de la Soc. des textes franç, modernes, Introd., p. XXIV sq.

72Il est cependant un cas intéressant au xvie siècle, celui de Maurice Scève, à propos duquel nous voyons s'attester très manifestement le goût de ses contemporains pour ce qui est clair et intelligible. Il représentait l'école de l'hermétisme, qui compta quelques adeptes, mais se heurta à une opposition presque générale : « Scève, écrit son éditeur E. Parturier79, par cette recherche du mystère que nous révèle son œuvre, confirme une tradition très ancienne, répandue au Moyen Âge en France et en Italie, et dont l'origine se trouve dans le De Continentia Virgilii de F. Planciades et le Timée de Chalcidius. D'après cette tradition, les poètes auraient caché sous des fables les plus profonds secrets de la science et de la philosophie. Pétrarque lui-même, le grand maître de Scève, s'est fait l'écho de ces idées, qui furent communément adoptées au Moyen Âge et, comme avait fait Dante avant lui, il usa souvent d'un symbolisme obscur. Le chantre de Laure même se vante à plusieurs reprises de l'intention qu'il a de se faire difficilement comprendre, et pense que la poésie doit être mystérieuse. Au xvie siècle, ces théories sont toujours vivaces, et l'on se fait toujours de la nature et de l'art la même conception symboliste. « La poésie, dit Marsile Ficin, est, par sa nature même, remplie d'énigmes ». Castiglione, dans le Cortegiano (1528) met dans la bouche d'un des interlocuteurs de son dialogue la défense d'une véritable théorie de l'obscurité dans l'art : « Si les paroles, dit-il, dont on use dans la conversation ont en elles quelque obscurité, le sens ne pénètre pas dans l'âme de l'auditeur, et, passant sans être entendu, est en pure perte ; mais cela n'arrive pas à la parole écrite ; car si les mots dont use l'écrivain portent en eux un peu, je ne dirai pas de difficulté, mais de subtilité cachée, ils donnent en quelque sorte plus d'autorité au style, font que le lecteur avance plus lentement, s'élève au-dessus de lui-même, considère plus attentivement ce qui lui est dit, se délecte de l'esprit et de la doctrine de l'auteur, et, avec bon jugement, se fatigant un peu, goûte le plaisir qu'on éprouve à la poursuite de choses difficiles ». Sans doute Guillaume des Autels, dans son Amoureux Repos, a-t-il approuvé le symbolisme de Scève. Mais le sentiment public lui a été le plus souvent hostile. Sebillet constate que le poète de Délie n'a pas trouvé bon accueil. Charles Fontaine, dans ses Epigrammes, lui a reproché de manquer de clarté. J. Péletier a condamné son hermétisme en affirmant que de bons vers ne doivent donner aucune peine à ceux qui les lisent. Du Bellay s'est élevé, sans nommer personne, mais avec une intention facile à pénétrer, contre les auteurs difficiles. E. Pasquier s'est plaint qu'il ait écrit dans un style ténébreux et s'est déclaré ironiquement « très content de ne l'entendre, puisqu'il ne vouloit estre entendu ». Ce qui importe dans ce débat, c'est la position prise par la plupart des critiques. En protestant contre l'obscurité de l'expression, quelles qu'aient été les fautes qu'ils aient pu commettre eux-mêmes à son égard, ils se placent déjà à un point de vue qui sera celui du xviie siècle, et ils annoncent le classicisme.

73À ces recommandations s'en ajoutent d'autres, que les théoriciens, quand ils écrivaient en vers pour leur propre compte, n'ont pas toujours observées, mais dont leurs successeurs, grâce à de patients efforts, finiront par assurer le succès. Sans doute restera-t-il toujours de nombreuses chevilles, alors qu'ils s'en déclarent les ennemis, mais elles seront tout de même beaucoup moins fréquentes que dans les oeuvres des grands Rhétoriqueurs. Sans doute y aura-t-il toujours des poètes prolixes et lâches ; mais la concision, généralement inconnue des poètes du Moyen Âge, et que conseille J. Péletier, aura fait de grands progrès quand disparaîtront les derniers poètes qui auront pris part au grand mouvement de la Renaissance. À la fin du xvie siècle, tout le monde s'est déjà assagi ; les idées littéraires ont perdu ce qu'elles avaient d'exagéré, et l'on s'est aperçu, par expérience, que tout n'était pas viable dans les desseins qu'on avait nourris. Assurément l'on allait par usure naturelle et parce que les modes changent, perdre beaucoup de ces biens poétiques qu'on avait conquis de haute lutte, dans l'enthousiasme de la jeunesse. La conception qu'on avait eue du beau vers, comme toutes les choses de ce monde, avait vieilli à son tour et faisait place à un idéal différent. Du moins la Pléiade n'a-t-elle pas travaillé en vain, puisque, indépendamment des belles œuvres qu'elle a produites, on peut découvrir en elle une espèce de préclassicisme qu'il suffira d'émonder — beaucoup trop à notre gré — et de purger de ses impuretés, pour en faire sortir la doctrine de Boileau. À des professeurs vont succéder d'autres professeurs qui, tout en corrigeant ce qu'ont enseigné leurs précédesseurs, sauront tout de même se souvenir de leurs leçons et conserveront une partie de leur héritage. Nous allons suivre cette évolution.

Notes

1 Du Bellay, Deffence, II, 11.

2 Ronsard, Art poétique, chap. liminaire.

3 H. Estienne, Précellence, p. 126.

4 M. Scève est même allé très loin dans cette voie, car il a fait appel au vocabulaire des mathématiques :

triangle au demeurant
Isoceler se peut de scalène ambligone
Se variant de forme, et de nom exigone. (cité par V. Larbaud, p. 108).

5 F. Remigereau, Ronsard sur les brisées de Du Fouilloux, p. 94 : « Tranchons le mot. Quelle que fût la bonté première de ses intentions, ce qui l'a surtout séduit et leurré dans ces termes, c'est, en dehors et en dépit de tout le reste, leur nouveauté pour lui, l'extraordinaire, le clinquant verbal qu'il y trouvait, et, comme on dira plus tard, le pittoresque. Or, ces termes, même les plus concrets, par leur génie et par leur fin, ne sont pas pittoresques pour un veneur, mais strictement intellectuels : ils disent à son esprit, avec une précision remarquable, ce qu'ils doivent signifier, mais ils n'émeuvent ni sa sensibilité, ni son imagination ».

6 Ronsard, Art poét., chap. liminaire.

7 J. Péletier, I, 8.

8 Baïf, ed. M.-L., T. I, p. 6.

9 De Laudun d'Aigaliers, IV, 6.

10 H. Estienne, Précellence, p. 181.

11 F. Brunot, T. II, p. 179.

12 Du Bellay, II, 6, et épître-préface à sa traduction du chant IV de l'Enéide.

13 Ronsard, Art poét., chap. lim., puis encore préface posthume de la Franciade ; nous possédons aussi le témoignage de d'Aubigné, en tête des Tragiques : « Mes enfants, disait Ronsard à de jeunes poètes, deffendez vostre mere de ceux qui veulent faire servante une damoiselle de bonne maison. Il y a des vocables qui sont françois naturels, qui sentent le vieux, mais le libre françois, comme dougé, tenuë, empour, dorne, bauger, bouger et autres de telle sorte. Je vous recommande par testament que vous ne laissiez point perdre ces vieux termes ».

14 J. Péletier, I, 8 et H. Estienne, Précellence, p. 184 sq.

15 De Laudun d'Aigaliers, IV, 4.

16 Du Bellay, Deffence, II, 6.

17 Ronsard, Franciade, deuxième préface.

18 Id., Art poét., Des personnes des verbes.

19 Marty-Laveaux, p. 50 sq., p. 208 sq.

20 Ronsard, Art poét., Des personnes des verbes, L.-L., T. VII, p. 64.

21 Id., Franciade, deuxième préface.

22 H. Chamard, T. IV, p. 54.

23 Id., ibid., p. 57. Il y a fort peu d'italianismes dans les Amours de Ronsard ; il en a supprimé quelques-uns dans ses rééditions. On en trouve davantage dans les Regrets de Du Bellay ; La Vieille Courtisane, du même poète (éd. Chamard, T. V, p. 148 sq.) contient ceux-ci : barisel, esgaldrine, faquin, fantesque, sbirre, bourat, capa-relle, corame, gonnel, pianelle, scoffion, chambelle, chambre locande, coche de vec-ture, quatrin, pellarelle, denterelle ; le total n'est pas considérable.

24 D'Aubigné, Avertissement Aux Lecteurs, en tête des Tragiques. Voici à ce propos deux textes intéressants de Ronsard. Le premier se trouve dans l'Art poétique (Des personnes des verbes) : « Je te veux encore advertir de n'ecorcher point le latin, comme nos devanciers qui ont trop sottement tiré des Romains une infinité de vocables estrangers, veu qu'il y en avoit d'aussi bons en notre propre langue. Toutesfois tu ne les desdaigneras s'ils sont desja receus et usitez d'un chacun ». L'autre figure dans la seconde préface de la Franciade : « Je supplie tres humblement ceux auxquels les Muses ont inspiré leur faveur de n'estre plus latineurs ni grecani-seurs, comme ils sont plus par ostentation que par devoir ; et prendre pitié, comme bons enfans, de leur pauvre mere naturelle : ils en rapporteront plus d'honneur et de reputation à l'advenir, que s'ils avoient, à l'imitation de Longueil, Sadolet ou Berabe, recousu ou rabobiné je ne sçay quelles vieilles rapetasseries de Virgile ou de Ciceron, sans tant se tourmenter ».

25 Du Bellay, Deffence, II, 6.

26 Ronsard, Art. poët., Des personnes des verbes, éd. L.-L., T. VII, p. 64 ; cf. encore ibid., p. 47 : « Si tu te sers des noms propres des Grecs et des Romains, tu les tourneras à la terminaison françoise, autant que ton langage le permet : car il y en a beaucoup qui ne s'y peuvent nullement tourner ».

27 Cependant cette discrétion a été jugée insuffisante par le Quintil Horatian. À cette recommandation de Du Bellay : « Use de mots purement françoys », il réplique : « Le commandement est tresbon, mais tresmal observé par toy, presepteur, qui dis : vigiles pour veilles, songer pour penser, dirige pour adresse, épithetes non oisifz pour superfluz, pardonner pour epargner, adopter pour recevoir, liquide pour clair, hiulque pour maljoinct, religion pour observances, thermes pour estuves, fertiles en larmes pour abondant, recuse pour refuse, le manque flanc pour le côté gauche, guerriers pour combattants, rasserener pour rendre serein, buccina-teur pour publieur, fatigue pour travail, intellect pour entendement, aliene pour estrange, tirer pour peindre ou pour traire, molestie pour ennuy, ... oblivieux pour oublieux, sinueux pour courbe et contourné, et infiniz semblables que trop long serois à les nombrer ».

28 H. Estienne, Précellence, p. 158.

29 Du Bellay, Epistre au sieur Jean de Morel.

30 J. Péletier du Mans, I, 8 ; Boulanger, p. 120.

31 F. Brunot, T. IV, p. 195. Bien entendu, Ronsard, au point de vue théorique, est d'accord avec Du Bellay et H. Estienne : « Tu composeras hardiment des mots à l'imitation des Grecs et des Latins, a-t-il dit dans l'Art poétique, pourveu qu'ils soient gracieux et plaisants à l'oreille. »

32 Cité par G. Pellissier, La Vie et les Œuvres de Du Bartas, p. 186.

33 F. Brunot, T. II, p. 195.

34 Du Bellay, Deffence, II, 9.

35 J. Péletier, Art poet., I, 8.

36 Idem, ibid.

37 Idem, ibid.

38 Ronsard, Art poët., ed. P. Laumonier, T. VII, p. 51.

39 De Laudun, IV, 4 ; Dedieu, p. 240.

40 Cette pièce est extraite du Recueil des sonnets, odes, hymnes, elegies et autres pièces retranchées aux editions precedentes des Œuvres de P. de Ronsard, gentilhomme vandomois, 1617. Elle est donnée par P. Laumonier, ed. Lemerre, T. VI, p. 458.

41 Du Bellay, II, 11.

42 Pontus de Tyard, Discours, Solitaire premier.

43 Du Bartas, Deuxieme Semaine (1584), Brief advertissement.

44 Du Bellay, Deffence, II, 9.

45 Ronsard, Art poëtique, De la Poésie en général, éd. Laumonier (Lemerre), T. VII, p. 53.

46 J. Péletier, Art. poët., I,5.

47 H. Chamard, T. I, p. 367, n.

48 L. Miquel, p. 117.

49 Du Bellay, Deffence, II, 9.

50 H. Chamard, T. I, p. 352 et p. 367, n.

51 L. Miquel, p. 116.

52 Il y en a ainsi des quantités, qui se jouent sur tous les êtres animés aussi bien que sur la nature inanimée. Les circonlocutions de Du Bartas ont été cataloguées dans l'opuscule qui a pour titre Les Epithètes recueillis des deux Sepmaines et autres Œuvres poëtiques de G. de Saluste, seigneur Du Bartas, et mis en ordre pour le contentement et soulagement de ceux qui aiment la poësie françoise ; cet opuscule a été imprimé à la suite du Grand Dictionnaire des Rimes françoises, de Lanoue, ed. de Genève, 1624. Voici les expressions qui désignent les oiseaux : ce qui fend les airs à tire d'aile ; ceux qui vont bricolant par le vague des airs ; chantres ailés ; chantres peints ; chantres volans ; corps vivans qui par les airs se jouent ; escadres isnelles du ciel ; flottante escadre, escadrons plumeux ; hostes des airs ; peuple ailé, qui l'air venteux divise de ses peints avirons ; peuple volant ; troupeaux emplumez ; troupe qui entrecoupe les plaines de l'air orageux ; troupes volantes. Voici celles qui désignent la mer : campagne humide ; champs ondoyants ; cité branslante des peuples escaillez ; demeurance des peuples sans poulmons ; mere des eaux ; monde moitie ; monde salé ; Neptune azuré, bleu, flottant, naufrageux, ondeux, profond ; Nérée floflottant, flottant, tempestueux ; Ocean bouillant, onde à la cotte bleue ; ondeux éléments ; plaine bouillonnante, ondeuse, ondoyante ; Thetis ondeuse ; séjour floflottant ; séjour humide des poissons. Toutes ne sont pas du meilleur goût.

53 J. Seznac, La Survivance des Dieux antiques, p. 194.

54 E. Langlois, Recueil, p. 39.

55 Ed. de l'Art poétique de De Laudun d'Aigaliers, par J. Dedieu, p. 55.

56 Du Bellay, Deffence, I, 6.

57 Ronsard, Préf. posthume de la Franciade. Cf. encore De Laudun d'Aigaliers, IV, 5 : il faut « ne sentir rien de son proseur ».

58 H. Chamard, T. IV, p. 83, cite de Ronsard d'autres exemples d'allégories, l'Hymne triumphal sur le Trepas de Marguerite de Navarre, le Discours des Miseres de ci Temps, etc. P. Laumonier (Ronsard poète lyrique, p. 413) en a dressé un petit catalogue : « On rencontre chez lui la Renommée, la Peur, la Fureur, la Victoire, la Justice, la Clemence, l'Ire, la Crainte, le Vice, le Discord, Philosophie, Vérité, Raison, Vertu, Volupté, la Fortune, le Malheur, l'Espérance, la Paix, Pauvreté, Richesse, l'Opinion, l'Orgueil, la Présomption, la Fantaisie, la Jeunesse, Honneur, Chasteté, cent autres divinités ou perfections du même genre, y compris Dame Nature, Male-Bouche et Bel-Accueil.

59 Ronsard, Art. poét., chap. liminaire.

60 Idem, ibid.

61 Id., La Franciade, préf. posthume. J. Péletier, à propos des comparaisons, donne des indications assez différentes : « Elles se prennent sur les choses de la nature ; comme sus animaux, lions, loups, fourmis ; sus choses inanimées, chênes, montagnes et autres semblables, toujours prises du milieu et publiques » (I, 9). Les conseils de Ronsard sont plus voisins de ceux de Du Bellay (Deffence, II, 11 ; cf. ci-dessus, p. 34).

62 J. Péletier, Art poét., I,5.

63 A. Fouquelin, p. 11 sq.

64 A. Fouquelin, p. 5-7.

65 Je renvoie par exemple aux Hymnes, particulièrement à l'Hymne de l'Or et à l'Hymne de Bacchus.

66 A. Fouquelin, p. 16.

67 Il s'agit de l'Epistre en prose à ma dame d'Alençon touchant l'armée du Roy en Haynault et de David Minfant, gouverneur de Dieppe. Cf. éd. G. Guiffrey, T. III, p. 53 et n.

68 A. Fouquelin, p. 32 sq.

69 Id., p. 34 sq.

70 Ed. P. Laumonier, Lemerre, T. VII, p. 79. Il a dit dans son Art poëtique (ib., p. 51) qu'« elles font reluire le vers, comme les pierres precieuses bien enchassées les doigts de quelque grand seigneur ».

71 J. Péletier, I,9.

72 On remarquera en outre qu'il a su éviter le lourd édifice de la comparaison homérique, ce qui est également le cas de d'Aubigné dans les deux quatrains suivants :
Ouy, je suis proprement à ton nom immortel
Le temple consacré ; tel qu'en Tauroscytie
Fut celuy où le sang appaisoit ton envie,
Mon estomac pourpré est un pareil autel.

Ou t'assommoit l'humain, mon sacrifice est tel.
L'holocauste est mon cœur ; l'amour le sacrifie ;
Les encens mes soupirs, mes pleurs sont pour l'hostie
L'eau lustralle, et mon feu n'est borné ny mortel. (Hécatombe à Diane, XCVII)

73 Du Gardin, Addresses, p. 238.

74 H. Chamard, T. IV, p. 101. Cf. E. Pasquier, Recherches, VII, 14, T. I, p. 745 sq. ; Du Bellay, L'Olive, XIV.

75 H. Chamard, T. IV, p. 103.

76 Ronsard, éd. P. Laumonier, Lemerre, T. VII, p. 79.

77 J. Péletier, Art poét., I,10.

78 De Laudun d'Aigaliers, IV, 5.

79 M. Scève, Délie, éd. de la Soc. des textes franç, modernes, Introd., p. XXIV sq.

© Presses universitaires de Provence, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540