Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Divers

Les voyages ne forment que la jeunesse ou le voyageur et l’étranger dans les fabliaux

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

1Sur quelques 150 fabliaux, une quinzaine seulement ont pour théâtre les routes, la foret ou la mer. Pourtant nombre de personnages arrivent, repartent, circulent et certains vont même fort loin. Mais c’est le plus souvent au retour qu’ils trouvent l’aventure. Le voyage tient dans ces contes une place modeste. De plus, l’espace dans lequel s’agitent la plupart des héros est chichement mesuré. Si l’auteur nous fait quitter les pays de langue d’oïl, c’est à l’occasion d’un souhait, d’un projet, c’est en évoquant quelque figure de l’épopée ou du roman.

2A qui observe les fabliaux collectivement, comme un "corpus", le monde se présente comme une série de petites cellules juxtaposées. A quelques exceptions près, ces cellules sont des foyers : foyer conjugal, foyer paternel, ménage de prêtre, et ces foyers, bien souvent, sont clos. Cependant l’auteur utilise le motif du voyage pour lancer l’action : le mari part à ses affaires, un étranger survient ; le maître de maison revient de la foire ou du tournoi, etc. On s’aperçoit à la longue que les personnages qui voyagent appartiennent à des catégories bien déterminées, que certains, aux yeux du scénariste, ont raison de voyager, d’autre tord Le voyageur par excellence, celui qui a toujours le beau rôle, est le jeune homme, parfois chevalier, plus souvent étudiant. Son voyage est à la fois un parcours sur la terre et une irruption passagère dans une société d’afnés dont il est, en principe, exclu.

3Après avoir délimité l’espace qui sert de cadre aux fabliaux, je tenterai de définir l’étranger, puis le rôle du voyageur et du voyage dans ces contes à rire.

I - L’espace

  • 1 Les notes renvoient au Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècles publié pa (...)

4Dans le Recueil Général1, on trouve 44 fabliaux ou dits qui ne contiennent aucun nom de lieu ou de nationalité ; 3 se passent dans l’autre monde. Les autres contiennent les éléments d’une localisation qui permettent de dresser des cartes (voir à la fin).

5Un permier cercle, le plus petit, est celui qui entoure la scène choisie par le conteur (carte 1) : Normandie, domaine royal d’Orléans à Compiègne, Picardie (bien que ce mot n’apparaisse pas dans les textes), Flandre, Champagne. L’action est parfois située en Angleterre, en Bourgogne, exceptionnellement à Montpellier, à Cologne ou en « Lombardie ».

6Les voyages d’affaires, les tournois, les pélerinages, les souhaits, offrent l’occasion de nommer d’autres villes, et de repousser quelque peu l’horizon.

7La carte du monde des affaires vu à travers les fabliaux (carte 2) semble tirée tout droit d’un manuel d’histoire du xiii° siècle. On y trouve presque uniquement des célébrités. Viennent en tête les foires de Provins et de Troyes. Les étoffes sont de Bruges, d’Ypres et de Reims, les vins viennent presque toujours d’Auxerre ou de Soissons : ce sont des valeurs sûres. Sorti du Bassin Parisien, le commerce n’emprunte guère qu’une seule direction, jalonnée par Montpellier et Saint-Gilles, puis Gênes (qui est dit « en Lombardie »), et le terminus est l’Egypte.

8La géographie des pélerinages et dévotions diverses est d’un esprit un peu moins conformiste : le choix est parfois dicté par le désir d’éloigner le plus longtemps possible le mari qui se croit « enfantos-mez ».

  • 2 Du chevalier a la robe vermeille ; t. III, p. 44.

« -Dame, dist-il, et je me veu
A Dieu et au baron Saint Leu,
Et s’irai au baron saint Jaque,
Et saint Eloy, et saint Romacle.
- Sire, Diex penst de vous conduire ;
Revenez-vous en par Estuire,
Par monseignor saint Sauveor ;
Iluec vont li bon pecheor,
Et si revenez par la terre
Monseignor saint Ernoul requerre. »2

9D’autres lieux surgissent dans le discours, grâce à un procédé bien utile au poète qui cherche la rime : un personnage prend à témoin les saints qui sont l’objet d’une vénération particulière à tel ou tel endroit (carte 3).

  • 3 t. II, p. 74 et p. 11.

« Sains Martins, c’om aore à Sens…
« Par les sainz c’on quiert à Gisor…3.

  • 4 Des deux bordeors ribaus I, p. 1, Mais cette pièce rimée, comme chacun sait, n’est pas un conte à (...)

10La carte s’enrichit ainsi d’une bonne douzaine de noms. La Terre Sainte n’étant jamais évoquée, Rome et Saint-Jacques de Galice arrivent facilement en tête des lieux de dévotion. Mais il n’est fait aucune allusion aux sanctuaires, pourtant plus proches, que le pélerin pourrait visiter en chemin : Le Puy, Conques, etc. Pour les auteurs de fabliaux, l’Aquitaine n’existe pas. Si Montauban figure sur la carte 3, c’est grâce au héros d’épopée auquel ce nom reste attaché. Il en est de même des villes de la moyenne vallée du Rhône4.

11Maint personnage dans l’embarras s’écrie qu’il voudrait bien être ailleurs : autre occasion offerte au conteur, en trouvant la rime, de montrer qu’il connait le monde, au moins par ouf-dire. Il avance des noms qui semblent avoir été déposés, en strates successives, par les expéditions des Normands ou par les chansons de geste, par les Croisades ou par les romans, et qui font partie du bagage de l’homme cultivé.

  • 5 Du prestre et du chevalier t. II, p. 60.

« Si voroie mieus à Cartage
… Em Puille, en Salerne ou à Romme… »5

12Mais, force est de le constater, ces évocations lointaines sont rares. La plupart des lieux cités se trouvent, encore une fois, dans les régions où l’auteur a placé l’action. Celui-ci ne cherche pas à dépayser son public, à le surprendre à coups d’exotisme ; il semble attendre un effet comique plus sûr en évoquant des villes ou des bourgs connus de tous.

  • 6 t. III, p. 239–t. III, p. 171.

« Ainz voldroit mielz estre à Epone…
Mieux vous vendroit estre à Arras,
Par les sainz Dieu, voire à Coloingne »…6

13En définitive, les cartes des lieux cités en ces diverses occasions ne sont pas très différentes de celles qui rassemblent les endroits où se déroulent les aventures.

14Les pays de langue d’oil présentent un semis très dense de provinces, villes, villages, parfois de simples hameaux. Sortant de cette zone familière aux auteurs et au public, on passe de la carte d’Etat-Major à l’atlas, mais un atlas presque vide, qui porte quelques pays et fort peu de villes (cartes 3 et 4), où les zones les plus dégarnies ne sont pas nécessairement les plus éloignées. Pour qui parle le français, la Manche est plus facile à franchir que la Loire, et l’Angleterre semble être un simple prolongement de la France septentrionale.

II - L’étranger

15Dans l’espace favori des conteurs, entre la Meuse et la Tamise, entre la Loire et l’Escaut, la diversité des parlers est pourtant grande. La scène se transporte parfois hors de ce champ. Le domaine des fabliaux est donc à cheval sur deux royaumes, et déborde en Empire. On peut dès lors se demander si la patrie des personnages n’a aucune importance.

16Loin de moi la pensée de chercher dans ces contes à rire les manifestations d’une "conscience nationale" ou provinciale : la source serait bien mal choisie. Il s’agit simplement de voir sous quel angle est vu l’étranger au pays, celui dont le langage, le costume, les usages, peuvent étonner ou faire rire, et de voir si les poètes ont essayé d’en tirer des effets comiques.

17Trois contes seulement font allusion à la diversité des parlers. Un bourgeois ennivré à dessein par sa femme se met à pérorer dans toutes les langues de lui connues :

  • 7 Du prestre et de la dame ; t. II, p. 238.

« Lors commence à palier latin
Et postroillaz et alemant,
Et puis tyois et puis flemmanc. »7

18Jacques de Boisieux termine le récit d’une bonne histoire en précisant qu’il

  • 8 Li dis de le vescie a prestre ; t. III, p. 117.

« L’a de Tieus en Romanc rimée ».8

19Enfin tout le monde connaît l’aventure de ces deux

  • 9 Tome III, p. 170 sq.

20Anglais qui confondirent ânon et agneau, ce qui leur valut un rôti inattendu. Ce sont là les seuls exemples. Les héros de fabliaux, pas plus que ceux des romans, n’ont de peine à se faire comprendre en voyage, et leurs créateurs non plus9, si l’on en croit Watriquet.

21Pour situer l’action, le poète indique plus volontiers la ville ou le village que la province. La carte est constellée de localités picardes ou champenoises, alors que le terme « Champagne » apparait deux fois, « Amienois » une fois, « Picardie » jamais. La Normandie seule paraît douée d’une personnalité assez forte pour être désignée en bloc, et pas seulement au moyen de villes qui s’y trouvent. Traitement de faveur dont bénéficient ses habitants. La plantez met en présence un jeune Normand qui fait halte dans une auberge de Champagne, et l’hôtelier, fort malgracieux. Celui-ci n’est jamais désigné comme champenois, mais son interlocuteur est systématiquement appelé « li Normanz », et non simplement le valet ou le bachelier. Normand et Normandie sont les seuls vocables de région dont il soit fait un si large usage.

  • 10 T. IV, p. 41 ; t. V, p. 95.
  • 11 Sauf le comte de Champagne dans La plantez.

22Sauf dans le fabliau résumé précédemment, les Anglais des fabliaux ne sont pas traités autrement que les « continentaux ». On a l’impression qu’ils font partie de la famille. Seul le roi d’Angleterre est l’objet, comme chacun sait, de remarques acerbes. La male Honte. dans ses deux versions10, est d’autant plus originale que les « hauts hommes » qui jouent le rôle de Deus ex machina restent anonymes11. Quant au roi de France, il est salué de loin, il est associé à l’idée de puissance et de richesse, sa capitale est le pôle du savoir et le siège de toutes les merveilles du monde. Mais il n’est jamais mis en scène. C’est une flatterie supplémentaire à son égard que d’avoir mis son adversaire au générique des fabliaux.

  • 12 Seule rencontre : un « espicier de Savoie », dans De pleine bourse de sens, t. III, p. 92.

23En dernier lieu, il faut remarquer une absence. Les fabliaux font une large place aux villes d’affaires flamandes et champenoises, ainsi qu’à Paris, lieux où sont installées de véritables colonies italiennes, qui attirent les regards par leurs prouesses techniques et leur réussite. Mais si l’Anglais est un habitué, l’Italien ne paraît presque jamais12.

24Est-ce une simple question de date, un retard dans la perception des phénomènes ? On a parfois l’impression que la géographie des fabliaux est antérieure à Philippe-Auguste, et non pas contemporaine de Saint-Louis ou de Philippe-Le Bel. Est-ce un refus de l’exotisme, les conteurs fermant la porte aux Italiens comme ils la ferment aux Occitans ? Est-ce l’indice de sentiments peu favorables ? Le seul Italien qui reçoive un rôle assume un personnage peu flatteur. Les deux versions de Bérenqier placent en Lombardie l’histoire de ce chevalier aussi vaniteux qu’il est couard et menteur, qui reçoit un châtiment dégradant. L’un des auteurs insiste lourdement :

  • 13 De Bérenqier au long cul, t. III, p. 252.

« Oiez que Guerins velt retraire
Que il avint en Lonbardie
Où la gent n’est gaires hardie »…13.

25Mais gardons-nous d’attacher à ce trait une importance excessive. En définitive, « l’étranger » en tant que tel est rarement appelé à jouer un rôle dans l’histoire. C’est, dans le répertoire comique des conteurs, une cible très secondaire. L’essentiel est ailleurs, et si le voyageur occupe parfois un des premiers rôles, son âge et sa situation socioprofessionnelle ont plus d’importance que son lieu d’origine.

III - Voyages et voyageurs

26Les personnages des fabliaux se comportent comme le prévoit et ordonne leur « estat ». Le bourgeois voyage pour « marchéander » et gagner beaucoup d’argent. Le chevalier voyage pour aller au tournoi et accroître son honneur. Dans Bérengier, le chevalier couard se conforme apparemment aux usages, lui qui va chaque jour :

« Querre aventures en cest bois ».

27Le prêtre voyage pour aller se justifier à la cour de son évêque. Le clerc voyage pour ses études. Le paysan voyage un peu, pas trop, pour aller vendre un cheval défraîchi, ou pour se procurer quelque objet nécessaire.

« Avint K’uns vilains de Farbu
En devoit aler au marcié ;
Et se femme li ot carchié
V et maille por enploiier
Si com vous m’orrés fabloier :
III maailles por I rastel
Et I denier por I gastel… »

  • 14 Le vilain de Farbu ; t. IV, p. 83

28Il en est des personnages comme des passants qui défilent sur le Pont-Neuf : dis-moi qui tu es, je te dirai où tu vas. Seul le pélerinage mêle toutes gens sur les mêmes routes et vers le même but : chevaliers, bourgeois14, paysans. Il mélange même les sexes. Hormis quelques escapades chez leur ami, les dames n’ont point d’autre occasion de voyager. Quand les Trois dames de Paris s’oublient à la taverne, leurs maris les croient en pélerinage.

29Elles vont en effet par trois, au Mont-Saint-Michel de préférence, et font parfois d’intéressantes trouvailles sur la route.

  • 15 Des III aveugles de Compiègne ; t. I, p. 70.
  • 16 Du chevalier qui fist les cons parler V, p 68 sq.
  • 17 Du prestre qui ot mere a force : t. V, p. 143 sq.

30L’aventure survient parfois sur le grand chemin. Ce peut être une aubane, pour les trois aveugles qui feront bombance aux frais de l’aubergiste15 ; pour le chevalier à qui trois fées confèrent des pouvoirs magiques très originaux16 ; pour le prêtre qui, rencontrant son collègue devant le gué, peut ainsi rendre au fils l’affreuse vieille que l’évêque lui imposait comme étant sa mère17. Ce peut être une mauvaise aventure : pour le pauvre mercier qui perd son cheval, pour le prêtre agressé par deux ribauds, etc.

31Dans l’ensemble le déplacement n’est pas présenté comme une chose agréable. Le Dit des marchéans insiste longuement sur les périls et les fatigues auxquels les fabliaux se contentent en général de faire allusion.

  • 18 De fole largece ; t. VI, p. 53.
  • 19 Du provost à l’aumuce, t. I, p. 112.

32Les conteurs, en effet, ne s’attardent guère à parler du voyage. Ce dernier est surtout un prétexte, une entrée en matière. En bien des cas, il semble être un entracte, car il arrive quelque chose quand les héros sont arrivés quelque part, et pas avant. Le moment crucial, celui qui sert à lancer l’action, c’est le retour à la maison, moment des coups de théâtre, voire des coups de bâton. Rentrant chez lui, le vilan de Farbu manifeste sa sottise, le saunier prend conscience de l’étourderie de sa femme18 ; le-retour du seigneur au château fait éclater la bassesse du prévot19. Enfin c’est en rentrant chez lui après un voyage, réel ou simulé, que le mari découvre son infortune. Comme sur une scène théâtrale, la « sortie » du mari est une sorte de « figure imposée », condition mise à la révélation. Dans Du chevalier qui fist sa dame confesse, on voit le chevalier s’en aller chercher l’habit de chapelain à l’abbaye voisine, quand il aurait pu tout simplement l’envoyer chercher.

33Le maître de maison, qui peut être marchand, chevalier, paysan ou curé, rentrant chez lui ses affaires faites, rencontre souvent un personnage qui ne fait pas partie de sa mesnie. Thème traité, comme on sait, avec prédilection, et avec une grande fantaisie. Les scénarios sont des plus variés. Une sorte d’accord tacite se dégage pourtant de cette diversité, à l’égard du personnage qui voyage.

  • 20 cf. P. Nykrog : Les fabliaux, Genève, Droz, Nouvelle éd., 1973.

34Les auteurs font preuve de sympathie à l’égard du jeune20, qu’il soit chevalier, clerc ou valet de ferme. Leur parti pris est non moins favorable envers celui qui vient de loin. Deux tendances dont profite souvent le même personnage.

  • 21 Du prestre et du chevalier ; t. II, p. 46.
  • 22 Du bouclier d’Abevile ; t. III, p. 227.
  • 23 De Gombert et des II clercs ; t. I, p. 238.
  • 24 Dans un seul conte, celui qui vient de loin joue le rôle de victime : Des III boçus. Mais les boss (...)

35Celui qui arrive de loin, qui n’est pas de la ville ou des environs, en général joue gagnant. En tant que voyageur, il a droit à des égards, même si l’on ne sait qui il est ni d’où il vient. S’il n’est pas accueilli avec la courtoisie qui est de règle en pareil cas, il a raison de se venger par tous les moyens que lui suggèrent l’imagination et la rancune réunies. Que ce voyageur soit un chevalier rentrant ruiné d’un tournoi21, un boucher revenant de la foire22, un valet venant de Normandie ou d’ailleurs, l’auteur épouse sa querelle. Reflet d’une société qui met l’hospitalité au premier rang des devoirs sociaux. Reflet aussi de l’expérience personnelle du poète et du jongleur. Non seulement l’hôte doit se montrer généreux dans la mesure de ses moyens, mais il doit se montrer affable. Il est exceptionnel qu’un homme accueillant soit mal récompensé de son hospitalité23 ; mais il est de règle que l’hôte « convoiteux » ou grossier soit puni de son manque de courtoisie24.

36Le jeune homme, bien vu des poètes, est souvent un voyageur, mais d’un style particulier. Il ne voyage pas pour affaires : il est pauvre et n’exerce aucun métier lucratif. Il ne vient pas non plus d’un pélerinage. S’il est chevalier, il court les tournois, ce qui, en général, l’apauvrit, alors que le châtelain son aîné, ramène prisonniers. Chevaux et rançons. Le clerc va poursuivre ses études à Paris, à Orléans. La pauvreté l’oblige parfois à quitter l’Université, Le valet de ferme cherche du travail, ou circule sans raison bien définie, et le conteur le compare malicieusement au chevalier :

  • 25 De la demoisele qui n’ot parler… V, p. 26.

« Comme preuz, aventure querre »25.

  • 26 Les jeunes dans la société aristocratique, in Annales E.S.C. 1964.

37Quel que soit son métier présent ou futur, le jeune est figuré comme l’errant par excellence. Il n’a aucune attache au sol. Il n’a pas de gagne-pain régulier, il ne dirige ni ne commande, il n’a ni foyer ni « mesnie ». N’ayant encore ni pouvoir, ni responsabilité, il est libre comme l’air, il est donc fait pour voyager. Bien entendu, on ignore son âge, comme on ignore celui du « jeune » chevalier dont G. Duby a défini la condition26. Ce ne sont pas les années qui importent, c’est le fait de n’être point enraciné dans la société des "casés".

38Son aspect compte aussi : il attire d’emblée la sympathie, la curiosité et bientôt les bonnes grâces des dames car il est beau, avenant, gai, et plein d’audace.

« Li clerk fu de bele estature,
Bien out en li overé Nature. »

39Les vertus propres de la jeunesse : beauté, esprit, optimisme, sont les seules forces du jeune errant des fabliaux, qui est sans fortune et sans appui. Cela suffit pour triompher. La quête qu’il poursuit est jalonnée de succès.

40Ses aventures sentimentales ne lui attirent aucun ennui. La dame se trouve parfois dans l’embarras ; le jeune homme se tire toujours d’affaire sans une égratignure, comblé de biens, et toujours aussi libre, prêt à recommencer.

  • 27 Le chevalier, sa dame et le clerc ; t. II, p. 232

« La dame XX mars li dona ;
Li clerk donc s’en ala,
L’endemain sun congié prist :
A l’escole irreit, ce dist.
Une puis en le pais ne vint »27.

41Il est de règle dans les fabliaux que le jeune homme triomphe de l’aîné, de l’homme qui semble avoir tous les atouts dans son jeu : fortune, notoriété, relations, expérience. Tous les scénarios, des plus communs aux plus originaux, donnent l’avantage au jeune homme. L’exemple le plus révélateur est celui des fabliaux à triangle où le rôle de l’amant est dévolu soit à un prêtre, soit à un clerc : le second réussit où le premier échoue. Le prêtre n’est ni un "jeune", ni un étranger au pays : c’est un homme arrivé, pourvu d’un bénéfice. Aimé ou méprisé, il est connu de tout le monde. Il est casé, sédentarisé : il a sa demeure, sa mesnie, sa zone d’influence. Or la tradition lui est, comme chacun sait, peu favorable. Dans des circonstances identiques, le clerc est absent. L’homme arrivé, qui a sa place désignée dans la société, est mal vu s’il veut ajouter, aux avantages dont il jouit, de courir les aventures impunément. Il est réservé au jeune, lui qui n’est encore rien, de pouvoir faire sans risques une irruption passagère dans un ménage, dans le monde bien organisé des aînés.

42Le passage du "jeune" ébranle passagèrement les constructions des adultes, sans jamais les effondrer. Le foyer reprend ensuite sa stabilité, le mari plus que jamais convaincu de la sagesse de sa femme, celle-ci rendue à ses tâches domestiques.

  • 28 De la borgoise d’Orliens t. I, p. 125.

« Onques puis en tout son eage
Ne la blasma ne ne mescrut,
N’onques cele ne se recrut
De son ami aimer toz dis,
Tant qu’il ala à son païs28.

43Comme à la cour du roi Arthur, l’aventure est apportée du dehors par un jeune blanc-bec, qui ne se conduit pas comme il faut. Comme le romancier, le conteur fait preuve d’une sympathie amusée devant l’irruption du jeune étranger qui passe de ville en ville, de ménage en ménage.

  • 29 Du fotéor ; t. I, p. 304.

« Nus mestier faire ne savoit ;
De vile en vile aloit toz jors,
Par chevaliers, par vavassors ;
Si mengoit en autruiz ostex,
Quar petiz estoit ses chatex »29.

44Trois notions se trouvent ainsi associées : la jeunesse, le voyage, le succès. Il semble que le jeune ne puisse que tirer profit de mille manières de n’importe quel voyage. En traversant la forêt, la jeune fille portée par le « vair palefroi » peut échapper à la fourberie des vieillards qui ne s’aperçoivent pas de sa disparition. Ce voyage lui permet de rejoindre son bien-aimé et de rompre le cercle où voulaient l’enfermer les aînés. Le vilan de Farbu est aussi bête au retour qu’au départ, mais son fils a tiré leçon de ce qu’ il a pu observer hors de chez son père.

45Les voyages à travers le monde et à travers la société forment la jeunesse et la favorisent. C’est un des privilèges que les conteurs lui reconnaissent à l’unanimité.

DISCUSSION

46A une question de Mademoiselle DELUZ, Madame LORCIN répond : Je ne connais pas de fabliau où l’arrivée d’un voyageur suscite la peur.

47A une question de Madame LEFAY, Madame LORCIN répond : Les auteurs de fabliaux utilisent le motif du voyage, sauf exception, comme entrée en matière, comme moyen d’introduire l’action. Les trois dames qui troverent l’anel sont aussitôt renvoyées à domicile pour pouvoir jouer un bon tour à leurs maris respectifs. Ce qui intéresse le conteur, c’est les relations sociales, le conflit qui peut surgir, entre des personnages assemblés dans un foyer, à la rigueur un marché, une église. Ils pourraient préférer un groupe cheminant de concert, ou se rencontrant par hasard. Cela arrive, mais c’est exceptionnel (De la viellete, Du prestre et des deus ribaus…). Le chemin ne semble pas constituer un bon décor pour les scénarios.

48A une question de Monsieur PAUL, Madame LORCIN répond : Per NYKROG a déjà, sous un autre angle, étudié le triomphe du « jeune » sur l’aîné. Je n’ai pas cherché jusqu’ici les raisons de ce parti pris, nettement visible dans d’autres œuvres littéraires également. On peut les chercher soit chez les auteurs (quand on les connaît…), soit dans le public, chez ceux qui assurent le succès des œuvres.

49Monsieur MENARD félicite Madame LORCIN d’avoir bien vu que, dans les fabliaux, le voyage est un motif qui sert surtout à lancer l’action. Il signale que parmi les « errants » des fabliaux, les cleres semblent Les personnages les plus intéressants. Ceux que nous voyons (par ex. dans la Bourgeoise d’Orléans ou dans le Meunier et les deux clercs) ne sont pas « casés » et appartiennent, pou ou prou, au monde des goliards. D’autre part, s’ils sont constamment traités avec sympathie, c’est parce que les auteurs de fabliaux sont eux-mêmes des clercs. Les créateurs donnent le beau r6le aux personnages qui leur ressemblent comme des frères.

50Madame LORCIN : Il est certain que les auteurs de fabliaux doivent se sentir très proches, et pour cause, de ces jeunes clercs errants auxquels ils donnent le beau rôle. Au reste, le mot clerc est toujours employé dans le sens d’étudiant, de débutant. Il n’y a qu’une exception : Des trois aveugles de Compiègne.

51Monsieur SIGAL : Vous avez fait allusion, dans votre communication, au pèlerinage des femmes. Or le. pèlerinage féminin est très mal vu tout au long du Moyen Age. On pense qu’il est dangereux pour la vertu de celles-ci, que ce n’est souvent qu’un prétexte pour retrouver un petit ami et, d’autre part, que la présence des femmes sur les routes était une tentation de luxure pour les pèlerins masculins. Comment apparaît donc le pèlerinage féminin dans les fabliaux ?

52Madame LORCIN : On voit des dames (toujours trois) partir en pèlerinage, mais on ne les voit pas accomplir l’acte de dévotion qui explique leur départ. Elles font en route quelque trouvaille plus ou moins saugrenue, qui les détourne de leur but. C’est peut-être bien, accommodé au genre burlesque, un reflet de réprobation à l’égard des pèlerines.

Notes

1 Les notes renvoient au Recueil général et complet des fabliaux des xiiie et xive siècles publié par A. de Mon taiglon et G. Raynaud (1872-1890) réimprimé par Slatkine à Genève en 1973.

2 Du chevalier a la robe vermeille ; t. III, p. 44.

3 t. II, p. 74 et p. 11.

4 Des deux bordeors ribaus I, p. 1, Mais cette pièce rimée, comme chacun sait, n’est pas un conte à proprement parler.

5 Du prestre et du chevalier t. II, p. 60.

6 t. III, p. 239–t. III, p. 171.

7 Du prestre et de la dame ; t. II, p. 238.

8 Li dis de le vescie a prestre ; t. III, p. 117.

9 Tome III, p. 170 sq.

10 T. IV, p. 41 ; t. V, p. 95.

11 Sauf le comte de Champagne dans La plantez.

12 Seule rencontre : un « espicier de Savoie », dans De pleine bourse de sens, t. III, p. 92.

13 De Bérenqier au long cul, t. III, p. 252.

14 Le vilain de Farbu ; t. IV, p. 83

15 Des III aveugles de Compiègne ; t. I, p. 70.

16 Du chevalier qui fist les cons parler V, p 68 sq.

17 Du prestre qui ot mere a force : t. V, p. 143 sq.

18 De fole largece ; t. VI, p. 53.

19 Du provost à l’aumuce, t. I, p. 112.

20 cf. P. Nykrog : Les fabliaux, Genève, Droz, Nouvelle éd., 1973.

21 Du prestre et du chevalier ; t. II, p. 46.

22 Du bouclier d’Abevile ; t. III, p. 227.

23 De Gombert et des II clercs ; t. I, p. 238.

24 Dans un seul conte, celui qui vient de loin joue le rôle de victime : Des III boçus. Mais les bossus ont le tord d’être bossus, cela explique tout !

25 De la demoisele qui n’ot parler… V, p. 26.

26 Les jeunes dans la société aristocratique, in Annales E.S.C. 1964.

27 Le chevalier, sa dame et le clerc ; t. II, p. 232

28 De la borgoise d’Orliens t. I, p. 125.

29 Du fotéor ; t. I, p. 304.

Table des illustrations

Titre Carte 1
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Carte 2
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Сarte 3
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4348/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Carte 4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4348/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

Auteur

Universite de Lyon II

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter