Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Divers

Les troubadours, "gens du voyage"

André Tavera

Texte intégral

  • 1 Nous nous bornerons à donner ici le liste des principaux ouvrages consultés, sans multiplier les r (...)

1Il serait dommage que ces "gens du voyage" que furent les troubadours ne fussent pas du nôtre, quand ce ne serait qu’à l’état d’esquisse assez sommaire, de brèves informations glanées rapidement1 ; je ne ferai guère ici que citer et transcrire, sans nullement prétendre à être exhaustif ; mais, comme on verra, une leçon se dégage d’elle-même de la moindre enquête à ce sujet.

2Presque tous les troubadours ont voyagé et, pour la plupart, traversé nos actuelles "frontières" entre nations. Les raisons pour lesquelles ils étaient si mobiles défient malignement toute explication systématique : ce fut, pour les uns, à cause de leur noblesse, haute, passable ou médiocre ; pour les autres, de leur condition servi le infime (c’est le cas de beaucoup de troubadours jongleurs, à commencer sans doute par leur grand doyen Cercamon, qui a si bien immortalisé son pseudonyme de vagant, de "cherche-monde") ou déjà relevée : Bernart de Ventadorn, de paubra generacion fils d’un sirven qu’ara forniers, a évidemment gravi déjà divers échelons sociaux lorsque, au témoignage de la vida, il rejoint la cour d’Aliénor d’Aquitaine. Quant aux marchands, aux "bourgeois", ils ne sont pas rares non plus ; ainsi Peire Vidal, Fils d’un pelletier toulousain, et son compatriote un peu plus tardif Aimeric de Pegulhan, fils d’un drapier - grands voyageurs dont nous reparlerons - furent-ils sans doute, au départ, négociants ; au rebours, le provençal Pistoleta, jongleur-messager du périgourdin Arnaut de Mareuil, finira par s’établir à Marseille, pour s’y faire marchand et s’enrichir… Quant aux clercs, nombreux bien sûr, ils sont, par vocation pourrait-on dire, fort vagabonds, de Peire d’Auvergne à Uc de Saint-Circ, auxquels je reviendrai aussi. S’il est assez courant de voir les troubadours aller finir leurs jours dans un monastère (ce fut le cas entre autres de Bernart de Ventadorn qui, après avoir été le protégé d’Aliénor et, plus tard, de Raimon V de Toulouse, ira se retirer dans un monastère cistercien du Périgord, où il mourra), rares sont les moines qui, en tant que tels, ont été troubadours ; mais, dans ce cas, ils ne laissent pas de voyager eux aussi : le plus fameux, le Moine de Montaudon, va et vient du couvent aux "chevaliers et barons", ramène fort charitablement, paraît-il, les dons au prieuré ; là-dessus on lui permet tout, viande, dames et chansons (dans cet ordre) ; il fera en fin de compte au moins un grand voyage jusqu’en Espagne, où il mourra.

  • 2 Selon l’usage, nous donnons pour chaque pièce citée la numérotation de Bartsch reprise par Pillet (...)

3Nous avons sommairement résumé ici encore la vida. On sait bien désormais que ces compositions sont fort sujettes à caution ; mais, en ce qui concerne les itinéraires, la critique moderne a presque toujours ratifié l’exactitude de leurs informations ; dans le cas de Bernart de Ventadorn, la vida reste en fait (cela, nous le verrons, arrive assez souvent) en deça de la vérité, ne disant rien de son séjour en Angleterre, qu’atteste la fin de la chanson 70, 262.

4Après ce premier coup d’œil, revenons aux origines, c’est à dire aussi aux grands. Un chroniqueur, cité par Bezzola, nous apprend que Guillaume V d’Aquitaine, l’aïeul du premier troubadour, qui régna de 993 à 1030, allait chaque année faire ses Pâques à Rome, à moins qu’il ne se rendît à Saint-Jacques de Compostelle. La chose semble presque incroyable. Pour quelle raison donc ? Piété réelle ? quête d’indulgences ? ostentation ? curiosité des monuments, des hommes ? souci des ambassades en chemin ? simple ennui de la vie casanière ? On peut tout imaginer, et il est assez probable qu’il y ait eu un peu de tout cela en effet dans les motivations de cette surprenante migration annuelle… Toujours est-il que la lyrique d’oc se trouve ainsi placée, de manière pour ainsi dire atavique, sous le signe de la dromomanie.

5Guillaume IX, quant à lui, ne s’est rendu à la croisade qu’à contre-cœur, et en retard ; il n’empêche, il a connu l’aventure et même la grande aventure (une embuscade désastreuse dont il fut l’un des rares à réchapper, avec un seul de ses écuyers !), visité Antioche et Jérusalem - deux fois chaque ville - tout cela en dix-huit mois… Là cependant n’était pas son ambition ni son plaisir ; non, si l’on en croit certaine anecdote rapportée par Bezzola (assez peu sûre, mais cadrant bien avec l’ensemble des traits relevés par les chroniqueurs) il aurait rêvé plutôt d’être marchand forain, car où, ajoutait-il, rencontrer plus aisément les "bonnes fortunes" ? S’il est vrai, voici qui éclaire la genèse de l’unique fabliau du domaine d’oc (mais antérieur à tout autre), la fameuse chanson 183, 12 Farai un vers pos mi sonelh. Au rapport d’Orderic Vidal, s’il se rend à la cour de son roi, Philippe I, c’est pour s’y comporter en jongleur, en histrion. Qu’on s’étonne après cela de sa mauvaise réputation de "coureur" : et anet per lo mon per enganhar las domnas, rapporte la vida… C’est un Fait incontestable à propos des origines de la courtoisie (Dieu sait s’ils sont rares !) qu’elle s’exprime pour la première fois sous la plume d’une sorte de grand enfant mal à son aise dans son rôle de haut responsable, rêvant de liberté ribaude ; il y a bien du Sansonnet dans l’homme, d’où cette alternance déconcertante dans son œuvre entre délicatesse et cynisme, "ode" et "parodie".

6Ce n’est pas le paradoxe qui doit nous retenir ici, quelle que soit son étrangeté et son intérêt, mais bien, donc, ce dénominateur commun, dès l’origine, entra les uns et les autre : le voyage. Il suffit de prononcer les noms des fondateurs du trobar pour s’en persuader : après Guillaume IX, Cercamon, puis Jaufre Rudel, prince de Blaye, croisé authentique et légendaire amoureux de la comtesse de Tripoli ; et puis Marcabru. On ne sait évidemment à peu près rien de précis sur les errances d’un jongleur comme celui-ci ; mais, pour qu’il fût "renommé et écouté à travers le monde, et redouté pour sa langue", comme rapporte la vida ; pour que quarante-cinq de ses pièces aient survécu, ce qui confirme amplement un tel dire, il faut qu’il ne soit pas resté dans son coin. On apprend en fait, de se bouche, qu’il a visité la cour de l’empereur Alphonse VII de Castille, à Tolède ; 1138 à 1147 sont les dates qui ont été proposées. Le fait, à cette époque, semble encore isolé, parce que nous n’avons guère d’autre témoignage écrit ; mais il est probable qu’il ne le fut pas, que les jongleurs d’oc furent attirés très tôt par les cours espagnoles. On sait quels liens anciens, nombreux, complexes s’étaient tissés entre les comtes de Toulouse et les rois d’Aragon et de Castille, quelles rivalités les opposèrent parfois, quelles concordes les réunirent plus souvent, jusqu’à ce que Pierre II d’Aragon trouve la mort à Muret (1213). Le trobar, limousin à l’origine, s’étendit d’abord aux provinces voisines, Gascogne et Auvergne ; c’est sans doute par ricochet qu’il devint un peu plus tard provençal (Raimbaut d’Orange), pour arriver enfin à Toulouse, qui devait bientôt devenir un de ses principaux foyers, et être l’ultime "place forte" ; or ce ricochet passe fort probablement par les cours d’Aragon et de Castille, si accueillantes aux jongleurs. Ainsi, le voyage de Marcabru fut peut-être plus décisif qu’on ne pense.

7Il suffit de parcourir les pages que Ramon Menéndez Pidal, dans Poesia Juglaresca y Juglares, a consacré au "predominio de la juglaria occitanica, 1135-1230", pour y rencontrer les noms de bon nombre de troubadours grands et petits qui visitèrent les cours de Castille ou d’Aragon, ou l’une et l’autre (plus rarement celle de Leon), ou qui y déléguèrent leurs messagers. Une certaine confusion règne dans ces notices, et les détails fournis sont presque toujours transcrits des vidas, sens vérifications. Tâchant d’y mettre quelque ordre, commençons par un grand voyageur qui n’y figure pas, précisément parce que le vida dans son cas, n’est guère explicite : Peire d’Alvernemout fo onratz e grasitz per totz los valenz barons, dit-elle, et rien de plus. Or, si l’on en croit l’enquête de Zenker, Peire d’Auvergne était peut-être en 1148 à Montpellier, s’arrêta assez longtemps à la cour de Raimon V de Toulouse, se rendit de là à celle de Sanche de Castille, puis de son père Alphonse VII ; en 1159 il se trouvait auprès de Raimon Berenguer IV de Barcelone ; en 1162 il s’est arrêté à Narbonne ; vers 1173 il serait à Puivert, puis on perd sa trace. C’est là un voyage de haute époque pour l’histoire du trobar ; un voyage exemplaire, prototype de migrations qui vont devenir coutumières. Auvergnat lui aussi d’origine, Peire Rogier est sans doute l’un des premiers à suivre ses traces, et dans ce cas-ci la vida est explicite. Quel périple encore !Chanoine de Clermont, nous dit-on, Peire abandonne, comme tant d’autres, le clergé pour se Faire jongleur ; et anet per cortz : d’abord à Narbonna, auprès d’Ermengarde ; à Orange, auprès de Raimbaut, avec qui il échange des couplets ; de là auprès d’Alphonsa VIII de Castille (le Noble, qui venait d’épouser Léonor fille d’Aliénor d’Aquitaine)et d’Alphonse II d’Aragon, le roi-troubadour, que nous allons maintenant retrouver souvent ; il remontera ensuite encore vers Toulouse, auprès de Raimon V, avant de se retirer dans un cloître t voilà une carrière de "vagant" bien remplie, et qui en dit long sur le tissu d’alliances et de recommandations qui la permit.

8Ce troubadour d’Auvergne est donc l’un des premiers qui ait été reçu et protégé par Alphonse II, dont le règne s’étend de 1162 à 1196 ; nombre d’autres vont l’imiter et prendre eux aussi la route d’Espagne, sans qu’il soit toujours possible de préciser vers quel moment. Quand situer, par exemple, la visite qu’aurait faite au seul roi de Castille (qui vécut, lui, jusqu’en 1214)Guiraut de Bornelh, actif de 1175 à 1220 environ, selon une razo ? par quel Sanche de Navarre aurait-il été dépouillé à son retour des cadeaux d’Alphonse VIII ? L’anecdote, au reste, est-elle bien vraie ? Sans doute : ce troubadour qui devait tant faire pour le rayonnement de la lyrique d’oc, et dont la vida se contente de dire que tota la estat anava par cortz e menava ab se dos centadors que cantavon las soas chansos, il y a fort à parier qu’il visita en fait les trois cours (Toulouse, Aragon, Castille) plus d’une fois au cours de sa longue carrière, comme il devient fort courant alors. Au demeurant, Guiraut, selon une autre razo, se trouvait eu siège de Saint Jean d’Acre en 1191, et l’on n’a pas mis en doute sa participation à le troisième croissade ; cependant nous ne nous attarderons pas ici sur les expéditions d’orient, parce qu’elles n’eurent évidemment guère de retentissement culturel immédiat.

9Avec Guiraut de Bornelh, c’est maintenant une nouvelle génération de troubadours, le plus active, le plus féconde, qui prend le chemin d’Espagne et se donne rendez-vous à la cour de N’Anfos ; et peu d’oeuvres sont aussi bien documentées à cet égard que celle de Peire Vidal. On sait que vida et razos rapportent sur lui toutes sortes de traits singuliers, et d’abord se mythomanie, décrite en termes fort précis : el crazia que tot fos vers so que a lui plazia ni qu’el volia ; et il n’est pas douteux qu’elles charrient complaisamment ces fictions, les exagèrent encore ; il est curieux qu’en revanche elles ne parlent guère des nombreux périples de cet inlassable voyageur. Mais ses chansons sont pleines d’allusions à ses émis et à ses protecteurs ; de sorte qu’Hoepffner, à partir de ces multiples indications, a pu reconstituer les errances, et les jalonner de dates souvent fort précises. On verra qu’elles s’étendent maintenant à l’Italie, ce qui deviendra de plus en plus fréquent ; en fait, Peire y a été précédé per un aîné, Raimbaut de Vaqueyras, qui semble avoir frayé la voie ; mais, afin de nous attarder comme il y a lieu sur son remarquable ces, nous reviendrons à celui-ci un peu plus loin. Pour Peire, nous nous limiterons aux points saillants. La première chanson de lui qu’on puisse dater (364, 11 : c. 1184), nous montre déjà, remarque Hoepffner, "le poète en relation étroite avec les milieux catalans-aragonais" ; ces bons rapports dureront jusqu’à la mort du roi, soit une douzaine d’années. Il a pu séjourner en Espagne - où il rendra également visite à le cour de Castille, célébrée dans le pièce 364, 28, à l’incipit éloquent : Mout es bons terr’ Espenha - jusqu’en 1187 ; mais, bientôt après, il est en Terre Sainte, où il sera la protégé du comte Raymond III de Tripoli (mort fin 1187). Puis il revient ; mais c’est pour se rendre en Italie, où il séjournera surtout alors, de 1193 à 1196 semble-t-il, à la cour de Boniface de Montferrat, où l’avait précédé Raimbaut de Vaqueyras. Deux ans plus tard, nous le retrouvons en Hongrie !et pourquoi donc ? c’est que le roi Emeric épouse alors une des filles d’Alphonse II, que lui, Peire, accompagna sans doute dans son voyage - avec Gaucelm Faidit peut-être, suggère Hoepffner, puisque celui-ci parle également d’un voyage en Hongrie. Puis il retourne encore une fois an Espagne, et pousse cette fois jusqu’au royaume de Leon : nous sommes en 1201. Enfin, dans ses dernières années, il sera à nouveau an Italie, où il semble avoir alors séjourné surtout à Gênes. Voici une carrière de "coureur de fortune" bien remarquable ; mais nous an rencontrerons d’autres qui n’ont guère à lui envier.

10Retournons cependant, quant à nous, an Espagne : bien d’autres troubadours, grands et petits, se retrouvent à la cour d’Aragon : Uc Brunet, de Rodez, si l’on en croit sa vida ; Arnaut Daniel, si l’on en croit les propos flatteurs qui terminent sa chanson 29, 13 ("car jamais je ne fus un seul jour loin d’Aragon que je n’y voulusse retourner d’emblée" : a-t-il donc passé une partie peut-être importante de sa vie là-bas ? On n’en sait vraiment rien, mais enfin la notation est caractéristique) ; Peire Raimon de Toulouse, qui, comme son compatriote Peire Vidal, se rendra ensuite en Italie, non plus auprès de Boniface de Montferrat, mais auprès des Malaspina et des Este, "où il connut Rambartino Buvalelli, l’un des premiers poètes italiens qui écrivirent en provençal", ajoute Boutière : fait lourd de conséquences - et la cour de Ferrare devait devenir un des plus durables foyers de culture provençale en Italie - mais on ne saurait être partout à la fois et, répétons-le, nous remettons le voyage en Italie à un peu plus tard, quoique, on le voit, il commence à "concurrencer" beaucoup le voyage d’Espagne. Pour l’instant, remarquons encore que deux troubadours fort inégaux, l’un le petit Guillem Magret, jogaire e taverniers, l’autre le noble Richert de Berbezilh, ont ceci de commun que, à l’instar du Moine de Montaudon, ils finirent leurs jours en Espagne, auprès de protecteurs qui sont nommés dans leurs vidas - Pedro Ruiz de los Cameros, et un Don Diego - peut-être tous deux à Las Navas, suggère Boutière ? Mais Guillem et Richart ont encore ceci de commun qu’aucun indice bien sûr ne permet de décider vers quelle époque ils ont vécu : si l’on accepte les conclusions de Mme Rita Le jeune, pour qui Richart serait mort avant 1170, il serait aussi l’un des tous premiers à s’être rendu en Espagne après Marcabru et Peire d’Auvergne.

11Un autre troubadour célèbre qui, selon sa vida, serait allé finir ses jours en Catalogne, dans un monastère de Lerida, c’est Raimon de Miraval. Topsfield admet la probabilité du fait ; cependant nous avançons dans le temps : ce voyage-ci se situe après la bataille de Muret, et Raimon VI de Toulouse lui-même s’est réfugié en Espagne. Que, dès avant, Raimon de Miraval ait été un familier et de Pierre II d’Aragon et du vieil Alphonse VIII de Castille, c’est ce qui ressort du sirventes joglaresc confié à son messager Bayona, où, une fois de plus, il est fait grand éloge des Catalans joios et de leur libéralité et de leur joie de vivre : toutes vertus que le troubadour donne pour perdues en son pays (le Carcassonais), qu’entre nos fug lo Joven… air connu, du reste, depuis Marcabru, mais il est tout de même bien vraisemblable qu’il y ait eu beaucoup de vrai parmi ces éloges et flatteries : car enfin l’on n’imagine guère que tant de poètes aient parcouru tant de lieues pour le seul amour de l’art. Cependant l’amour de l’art, grâce à ces aménités et è ces largesses, s’étendait fort remarquablement : et Masso Torrents dénombrera trente-deux troubadours catalans qui ont laissé une œuvre en provençal. Mais là ne s’arrête pas ce destin : et il est temps d’en venir enfin eu surprenant périple d’un coureur de fortune fort singulier en son genre. Si nous faisons un peu plus large place à Raimbaut de Vaqueyras ici qu’aux autres, ce ne sera que justice : pour peu qu’on songe au retentissement que devait avoir la poésie des troubadours en Italie, on est porté à voir dans cet aventurier une manière de Christophe Colomb.

12Il nous faut retourner un peu en arrière : Raimbaut était sans doute l’aîné de Peire Vidal, en tous cas il le précéda en Italie. Visita-t-il d’abord la cour du roi d’Aragon ? la vida est silencieuse à cet égard ; cependant, comme l’indique Menéndez Pidal, c’est assez probable, puisqu’il mentionne celui-ci dans ses vers, mais surtout "par le fait qu’il savait écrire en aragonais, comme le prouve, dans son fameux descort polyglotte (392, 4), la strophe V". C’est vers l’Italie cependant que l’ambition, la fortune ou le destin pousseront surtout ce fillz d’un paubre cevaillier de Proensa, et c’est ce qu’a retenu la vida : d’abord il demeure auprès de Guillaume de Baux (avant 1189), qui "lui fit grand bien et grand honneur, l’éleva au-dessus de son rang et le fit connaître et estimer de la bonne société. E venc s’en en Monferat, a miser lo marques Bonifaci. Et estet en sa cort lonc temps. E crec si de sen e d’armas e de trobar". Et en effet : Raimbaut est un des rares hommes de plume d’alors qui ait manié aussi l’épée (si l’on en croyait les enluminures de certains manuscrits, la moitié des troubadours auraient été chevaliers !). Mais ce qu’il y a de plus rare encore ici, c’est que le trobar garde le souvenir des armas, Raimbaut lui-même ayant retracé les péripéties de sa carrière dans ses letras, trois très longues laisses monorimes écrites au marquis de Montferrat. Loin de son protecteur, délaissé semble-t-il, notre troubadour va, pour réveiller sa générosité, rappeler le "bon vieux temps", non sans avoir bien affirmé combien il lui devait déjà :

Que gen m’avetz noyrit et adobat
e fait gran be e de bas aut poiat
e de nien fait cavalier prezat
grazit en cort e per donas lauzat…

13Suit, d’abord, une sorte de résumé-express des exploits guerriers accomplie en commun, mouvementé comme une chanson de Bartran de Born, plein de coups, de chutes, de fuites et de rescousses, et qui n’omet point cependant au milieu de tout cela

qu’en maint bel luec ay ab vos domneyat !

14Chevauchées, prouesses et courtoisie, voilà en effet le "programme" que vont développer dans un certain détail, mais avec un sens magistral du raccourci, du mouvement, les deux lettres suivantes ; si grande qu’on veuille faire la part de l’exagération ou de l’affabulation, ces témoignages ne laissent pas d’émouvoir beaucoup : il est peu d’endroits où le rapport entre l’idéal chevaleresque et les réalités de la vie de chevalier semble si étroit.

15On commence avec les luttes entre les communes de la haute Italie (1191) : une bataille, à Quarto près d’Asti, est évoquée : on voit là un chevalier hâtivement relevé de terre, sur un fond de maisons qui brûlent… et puis nous sommes déjà à Messine, pendant la campagne de conquête de l’empereur Henri VI (1194), où Raimbaut couvrait son seigneur de son écu,

Et a Messina vos cobri del blizo :
en la batelha vos vinc en tel sazo
que-us ferion pel pietz e pel mento
dart e cairel, sagetas a lanso,
lansas e bran e coutel e fausso…

16Pietro della Vigna, l’un des tous premiers poètes de l’École de Sicile, avait alors trois ou quatre ans.

17Après Messine, dix autres victoires d’alors sont brièvement énumérées. Et puis nous voici maintenant à Soissons (1201), où, bien contre son gré nous dit-il, Raimbaut se croisa pour suivre son seigneur, qui, rappelons-le, est élu peu après chef de la quatrième croisade. Nous voici en Grèce, à Constantinople ; voici Raimbaut blessé ; voici, un peu plus loin, une bataille à un contre cent, nous dit-on :

Nos fom austor et ylh foron aigro
e cassem los si cum lops fai mouto
e l’emperaire fugic s’en a lairo
si-s fes sa filha ab la bela faisso…

18Ce joli visage nous servira de transition, puisque la troisième lettre est consacrée aux ioves fagz : entendez surtout aux dames. Il y a là le canevas de deux nouvelles qui (comme le font si souvent les vidas elles-mêmes) préfigurent déjà le Décaméron, ou, pour plus exactement parler, semblent intermédiairea entre les exploits fabuleux qu’on trouve chez Chrétien et les récits surprenants et touchants, mais somme toute vraisemblables que nous fait Boccace. Inventions pures ? il semble difficile d’être si sceptique, et il faut donc bien croire que l’idéal courtois avait quelque influence sur la réalité vécue :

Senher, amic, qu’um deu tener en car
vuelh retraire, e l’amor refrescar,
lo Fag que fem de Saldina de Mar
quan la levem al marques, al sopar,
a Malaspina, de sul plus aut logar,
e la donetz e Ponset d’Aguilar
que-s muria el liet per lieys amar…

19Voici le premier canevas, aussi concis que surprenant ! Le second est plus développé, nous allons l’abréger ici. C’est d’abord l’arrivée d’un jongleur-messager : telle pucelle doit, contre son gré, être embarquée vers la Sardaigne, pour y être mal-mariée ; alors Boniface soupire, se souvient d’un baiser, d’une demande de protection ; on part, lui et cinq écuyers, dont bien sûr Raimbaut, qui enlèvera de ses propres mains la chétive au moment de l’embarquement : mais voici des cris qui s’élèvent, on est poursuivi par maints cavaliers, on se retourne contre eux, à ce moment leur arriva du renfort, les gonfalons claquent au vent, on fuit, on se cache, et l’on entend cors et grailles sonner de tous côtés,

s’aguem paor, no-us o cal demandar !

20Et puis, sortis de là, sans boire et sans manger, voici qu’on tombe encore sur douze larrons à cheval !Raimbaut tout seul, à pied, les mettra en déroute, paraît-il ; nous voulons bien la croire ; nous croyons encore mieux au goût inoubliable du seul pain dont on a déjeuné ce jour-là, ab gaug ! Le même soir, cependant, on est reçus par un vavasseur ; grande fête, et celui-ci aurait : même souhaité que sa fille au clair visage se donnât à son suzerain… Dernier rebondissement romanesque, le guerredon de l’hôte :

Vos (BoniFace)al mati cum senher e rics
volgues l’oste fort be gazardonar (bar
qu’a son filh fes Iacobin’ esposar
e fetz li tot lo contat recobrar
de Ventamilha que devia tornar
e Iacobina per le mort de son frar
mal grat de l’oncle que le-n cuget gitar,

21Iacobina étant, on l’aura deviné, cette même pucelle qu’on vient d’arracher aux desseins du méchant oncle. Si Erec, si Yvain nous semblent parfois d’une courtoisie un rien extravagante, un rien trop prompte, un rien trop… eh bien !reconnaissons qu’ils semblent avoir trouvé parfois des émules assez dignes d’eux !

22Reimbaut de Vaqueyras est probablement mort en 1207 aux côtés de son seigneur, dans un guet-apens, au cours de la guerre menée par les Bulgares contre le royaume de Thessalonique octroyé à celui-ci en 1204. Belle mort, beau destin, après trente ans peut-être de compagnonnage guerrier. Nous n’avons pas tout dit, taisant les amours du troubadour avec la fille du marquis, que nous racontent, en brodant certes beaucoup, la vida et ses razos : ce n’est pas notre affaire ici, qu’il suffise de dire que la belle s’appelait déjà Béatrice, comme en signe de ce grand destin que Raimbaut, sans le savoir, portait avec lui vers l’Italie.

23Dire exactement qui, de lui-même, de ses protecteurs, d’autres encore dans cet entourage fut l’agent décisif serait évidemment téméraire. Mais il est de fait qu’à partir de cette époque (fin xii°, début xiii°, avant et pendant la croisade contre les Albigeois), les troubadours, s’ils se tournent encore vers l’Espagne - ce qu’ils ne feront plus que très rarement après Muret - tendent à prendre plus souvent le chemin d’Italie, pour des voyages plus étendus et des séjours plus longs. Notons en passent que, fait caractéristique, on voit aussi déjà l’inverse, comme ce fut le cas pour Folquet de Marseille, fils d’un marchand gênois qui lui laissa, paraît-il, un gros héritage (il ne se tourna donc pas vers le trobar par nécessité), qui vint se fixer à Marseille dès avant : 1178 - et mourra évêque de Toulouse en 1231. Mais, pour revenir maintenant aux troubadours venus, a la suite de Raimbaut de Vaqueyras, chercher fortune en Italie, l’itinéraire d’un Aimeric de Pegulhan, qu’on a pu très précisément jalonner de dates, nous paraît fort significatif. Toulousain comme Peire Vidal, d’origine bourgeoise comme lui, on l’a vu, il prend la route de la Catalogne comme tant d’autres et, si nous en croyons le vida, y est bien accueilli par Guillem de Berguedan, ce qui place avant 1200 (mort de ce dernier) le voyage. Sept de ses chansons seront adressées à Pierre II d’Aragon ; quelques autres à Alphonse VIII de Castille. "Il reste longtemps en ces contrées, puis il s’en vint en Lombardie, où tous les notables lui firent grand honneur. Et c’est en Lombardie qu’il mourut". Ainsi, sèchement, la vida. Mais les recherches des érudits ont fixé, disions-nous, quantité de repères : il passa à la cour de Béarn ; il est à la cour de Foix un peu avant 1208 ; s’arrête à Aups auprès du fameux Blacatz ; et arrive à la cour de Boniface de Montferrat peu après ; mais il visitera aussi et surtout, avant 1212, la cour des Este et celle des Malaspina. Il ressort des allusions, dédicaces, partimens qui abondent dans son oeuvre qu’il a rencontré en Italie une bonne demi douzaine d’autres languedociens ou provençaux qui avaient pris le même chemin (Peire Vidal, Peire Raimon, Raimbaut de Vaqueyras bien sûr, mais aussi Guillem Raimon, Albert de Sestaron, Guillem Figuiera…) ; enfin, il a échangé des coblas avec Sordel, alors fort jeune encore. Nous n’avons fait ici que résumer à l’extrême les vingt-cinq pages d’informations minutieuses qu’on trouve su début de l’édition Shepard-Chambers de son oeuvre, et que donner une faible idée de ce qu’on voit clairement ici, attesté par quantité de faits : au crépuscule de la période "hispanotrope" (s’il est permis de dire)du trobar, correspond l’aurore et bientôt déjà le midi de cette période "italotrope" qui va être si décisive pour le retentissement ultérieur, et surtout la sauvegarde de la lyrique d’oc.

24Mais la carrière qui, pour finir, mérite de retenir davantage notre attention est celle d’Uc de Saint-Circ, qu’on a de bonnes raisons de croire fort exactement résumée dans la vida, s’il est vrai qu’elle fut rédigée d’abord de sa main, comme un certain nombre d’autres : sa "signature" apparaît à la fin de la vida de Bernart de Ventadorn, et encore dans une razo concernant Savaric de Meuléon qu’il connaissait en effet fort bien, on va le voir. Lisons cette vie ; elle ne perle guère que de voyages, et ne risque pas de nous entraîner hors du sujet.

25"Uc de Saint-Circ fut de Quercy, d’un bourg qui e nom Thégra ; il était fils d’un pauvre vavasseur qui s’appelait Armand de Saint-Circ, car le château dont il était originaire se dénomme Saint-Circ ; situé au pied de Sainte-Marie de Rocamadour, ce château fut détruit et ruiné par la guerre. Cet Uc eut un grand nombre de frères aînés. Ils voulurent faire de lui un clerc et l’envoyèrent à l’école à Montpellier. Mais, alors qu’ils le croyaient à l’étude des lettres, il apprenait des chansons, des vers, des sirventés, des tensons et des couplets, ainsi que les faits et les dits des hommes et des femmes de mérite, qui vivaient alors ou avaient vécu en ce monde ; et c’est pourvu de ce savoir qu’il se fit jongleur. Le comte de Rodez, le vicomte de Turenne et le bon Dauphin d’Auvergne lui donnèrent un rang très élevé dans l’art de la jonglerie, en échangeant avec lui des tensons et des couplets. Uc séjourna longtemps en Gascogne, pauvre, allant tantôt à pied, tantôt à cheval. Il demeura longtemps auprès de la comtesse de Benauges, grâce à laquelle il obtint l’amitié de Savaric de Mauléon, qui le pourvut d’un équipement et de vêtements. Il reste longtemps avec lui en Poitou et dans les contrées voisines, puis en Catalogne, en Aragon et en Espagne, auprès du bon roi Alphonse, du roi Alphonse de Leon, et du roi Pierre d’Aragon ; ensuite en Provence, avec tous les barons, puis en Lombardie et dans la Marche. Il prit femme et eut des enfants."

26Remarquons maintenant comme l’auteur-acteur a pris soin de prévenir nos désirs, en indiquant bien ses "coordonnées" de très pauvre cadet, le premier voyage vers la clergie, c’est à dire pour lui Montpellier, le goût naissant des "lettres modernes", comme nous dirions (et n’a-t-on pas en effet l’impression de sentir poindre ici l’humanisme ?), l’idée aussi du profit qu’on en peut tirer, le coté "fuit-l’école" (Saill d’Escola, c’est le surnom caractéristique d’un infime jongleur), les premières protections "tous azimuts" - Auvergne, Rouergue, Limousin - puis la remontée (assez rare, puisque le mouvement inverse prévaut généralement), en passant par l’Entre-deux-Mers, où se trouve le fief de cette dame de Benauges, jusqu’en Poitou, où il arrive sans doute vers 1211 : Mauléon semble en fait le point le plus septentrional dont soit sorti un troubadour. Uc dut rester en effet longtemps auprès de ce Savaric, dont, dans la vida qu’il lui consacre, il nous a laissé un portrait ému ; et c’est avec lui qu’il fit ces voyages d’Espagne, l’un avant 1213, l’autre, indique Menéndez Pidal, en 1218 (Savaric fait partie de l’expédition manquée du roi de Leon pour la reconquête de Caceres). On regrette évidemment qu’il ne nous expliqua pas pourquoi, à l’instar de ses aînés Peire Vidal, Peire Raimon, etc., il prend enfin, en passant par la Provence, le chemin d’Italie ; ce qui semble bien certain, c’est qu’il trouva là, après 1220, auprès des Malaspina, puis à Trévise, une ambiance propice à ses talents d’homme de lettres, puisqu’il y resta eu moins trente ans : on date à 1253 sa poésie la plus tardive, écrite en Italie. Un an plus tard, le scribe datait la table du plus ancien chansonnier que nous ayons conservé, ce vénérable "D" qui resta si longtemps à la cour d’Este, et qui fait partie toujours de la Biblioteca Estense, à Modène.

27Arrêtons-nous ici. Lorsque meurt Uc - il a certainement passé la soixantaine, et n’écrit plus du reste depuis longtemps de chansons d’amour - la décadence, ou pour mieux dire l’effacement progressif de la poésie troubadouresque est en train ; et la lyrique qui porta ce haut titre de noblesse d’avoir été la première "vulgaire" au Moyen Age cède le pas à toutes celles qu’elle a fécondées. Pourquoi ? question insoluble, autant que celle des origines. Pourquoi cette façon qu’ont eu la plupart des troubadours de ne pas tenir en place, pourquoi cette disposition à essaimer ? Certes, l’extrême instabilité politique de tout le domaine d’oc en ces temps peut apparaître comme une raison de plus, ajoutée à la dromomanie si habituelle eux gens du Moyen Age. On peut dire aussi que cette lyrique est née trop tôt… On peut dire bien des choses ; en fin de compte, on verra comme inscrit dans son destin - si l’on peut se permettre façon de parler si peu "scientifique" - de Guillaume IX à Uc de Saint-Circ, le voyage, avec toutes ses conséquences bonnes et mauvaises : rayonnement, mais aussi épuisement.

28Plutôt que d’apporter ici une conclusion impossible, puisque les lointaines conséquences de cette exportation prodigieuse se font encore tellement sentir aujourd’hui, pour autant qu’il nous reste encore quelque courtoisie, rappelons pour terminer la charmante histoire imaginée par Boccace dans la septième nouvelle de sa troisième Journée, et tellement dans la manière de ces vidas qu’il connaissait si bien (la nouvelle IV, 9 n’étant en Fait qu’une transposition extrêmement discrète et habile de la vida de Guilhem de Cabestanh) : un noble jeune homme de Florence, Tedaldo degli Elisei, rejeté par celle qu’il aimait, choisit de s’exiler, se rend à Ancône, s’entend avec un marchand et part avec lui pour Chypre où il se fixe et reste sept ans. Mais voici le miracle : "Il advint qu’un jour, entendant chanter là-bas une chanson que lui-même avait composés jadis, dans laquelle il racontait son amour pour sa dame… un tel désir de la revoir le renflamma, que ne le pouvant davantage souffrir il se disposa à rentrer à Florence. " S’ensuit la plus rocambolesque des histoires, d’une inventivité surprenante pour l’époque (on ne lui voit pas de précédent), oui vraiment un Ponson du Terrail en miniature, avec faux assassinat du héros, faux pélerin-enquêteur - c’est Tedaldo - et, pour le faux criminel qu’attend l’échafaud, quel "suspense" !On ne peut résumer ; mais bien sûr cet innocent - qui est, bien sûr aussi, le mari de la belle - sera sauvé par Tedaldo, qui en récompense se retrouvera enfin dans les bras de la dame. Le "morale" de cette amorale histoire est celle même de tant d’autres récits et romans, justifiant par le happy end la bougeotte de leurs héros : il ne fait pas bon rester en place, "Home-keeping youth have ever homely wits", comme dire Valentin à son ami Protée au seuil de le première comédie "boccaccesque"de Shakespeare (Two Gentlemen of Verona, I, 1, v.2). Et en effet : si les gens du Moyen Age n’avaient beaucoup voyagé, des chansons dans leurs bagages, leur génie, leur invention, leur trobar n’auraient pas eu tant de conséquence pour nous.

Notes

1 Nous nous bornerons à donner ici le liste des principaux ouvrages consultés, sans multiplier les références détaillées, au reste aisément repérables.
D’abord, bien sûr, Les Biographies des Troubadours procurées par J. Boutière & A.H. Schutz, Nizet 1964 ; puis, dans l’ordre de parution : M. Mila y Fontanals, De los Trobadores en Espana, Barcelone 1861 ; M.R. Zenker, Die Lieder Peires von Auvergne, Erlangen 1900 ; R. Menéndez Pidal, Poesie Juglaresca y Juglares. Madrid 1924 ; J. Masso Torrents, Repertori de l’Antiga Literatura Catalane, Barcelore 1932 ; F.A. Ugolini, La Poesie Provenzale e l’Italie, Modena 1949 ; W.P. Shepard S F.M. Chambers, The Poeme of Aimeric de Pegulhan, Evanston, Illinois 1950 ; T.G. Bergin, Rambaldo di Vaqueiras, Liriche, Firenze 1956 ; M. de Riquer, La Littérature Provençale à la cour d’Alphonse II d’Aragon, Cah. Civ. Med., 11, 2 (1959) ; E. Hoepffner, Le Troubadour Peire Vidal, Paris 1961 ; Reto R. Bezzola, Les Origines et la Formation de la Littérature Courtoise en Occident. II, Paris 1966.

2 Selon l’usage, nous donnons pour chaque pièce citée la numérotation de Bartsch reprise par Pillet S Carstens, Bibliographie der Troubadours. 1933.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter