Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

L'épopée

L’attitude des hommes en face du voyage d’après quelques textes littéraires

Jean Subrenat

Texte intégral

1Dans un colloque consacré au voyage, tel qu’il se pratiquait au Moyen Age ou tel que le présente la littérature de l’époque, il peut n’être pas inutile de se poser quelques questions sur l’attitude des hommes face aux déplacements et sur le rôle que lui impartissent les auteurs.

2Car nous savons que l’homme du xiie ou du xiiie siècle se déplace souvent, aisément et parfois fort loin : échanges commerciaux, marchés et foires, ambassades, guerres, croisades, réunions de cours seigneuriales, tournois, pèlerinages ; voilà quelques occasions ou quelques buts de voyages. En outre, il faut bien dire qu’un déplacement un peu important pose des problèmes ; le voyage peut être long, fatigant, son issue parfois incertaine à cause de maladies, de brigands, d’imprévus, son déroulement sans doute coûteux et soulevant malgré tout des difficultés de ravitaillement, de logement et autres, même si les routes étaient jalonnées, les étapes prévues et des gites accessibles.

3Dans ces conditions, on peut légitimement s’étonner que les hommes n’aient pas, semble-t-il, davantage hésité devant le voyage, aient fait un pari sur le bon retour ou, si l’on préfère, aient eu une espérance suffisamment solide pour se lancer dans l’aventure. En apparence tout au moins ! Car notre propos aujourd’hui est de regarder dans quelques textes littéraires quelle est, au moment du départ ou en chemin, l’attitude du héros ou de ses comparses.

4Nous n’avons découvert aucune œuvre particulièrement riche ou nouvelle sur ce point ; nous livrons seulement quelques rapprochements et quelques réflexions à partir de textes connus empruntés à différents genres. Les conclusions, ou plus exactement les constatations qui s’imposeront, restent provisoires puisque l’étude d’autres textes pourrait les infléchir et surtout parce qu’il faudrait qu’une enquête parallèle soit menée dans des documents historiques pour corroborer ou au contraire infirmer nos dires.

QUI VOYAGE ?

5Qui voyage selon les textes médiévaux ? Nous serions tenté de répondre : tout le monde. En tout cas, quelques exemples choisis presque au hasard de lectures convaincront de l’importance du voyage comme thème littéraire.

6C’est presque l’un des éléments naturels de vie dans un bon nombre de fabliaux. Nous ne parlons évidemment pas des petits déplacements quasi-quotidiens pour aller au marché ou travailler dans les champs, mais bien de voyages plus lointains qui nécessitent une absence prolongée. Ainsi le marchand de Douai, dans Li sohaiz desvez :

  • 1 JEAN BODEL, Fabliaux, éd. Pierre NARDIN, PARIS, Nizet, 1965, p. 99.

Un jor ot li prodom a faire
Fors do païs ; en son afaire
Fu bien trois mois fors de la terre
Por sa marcheandise querre. (v.9-12)1

7Tout se passe bien et il revient chez lui "liez et joianz" (v.14). Ainsi encore le père putatif de l’enfant qui fu remis au soleil, toujours sur les routes, parfois même pour deux années entières :

  • 2 A, de MONTAIGLON, recueil général et complet des fabliaux..., t. I, PARIS, librairie des bibliophi (...)

Jadis se fu uns marchéanz
Qui n’es toit mie recréanz,
Ne de gaaignier esbahis,
Ainz chercha sovent maint païs
Por ses denrées emploier ;
De son avoir mouteploier
Ne fu pas sovent à sejor.
De sa fame se part .1.jor,
Et va en sa marchéandise ;
Ainsi com cis contes devise,
Bien demora .II. anz entiers. (v.1-11)2

8Quinze ans après, sous prétexte d’habituer l’enfant de sa femme au commerce, il repart pour la Lombardie et Gênes (cf. v. 89-94).

  • 3 RUTEBEUF, œuvres complètes, publiées par E. FARAL et J. BASTIN, PARIS, Picard, 1960, t. II, p. 273 (...)

9Le bonimenteur du Dit de l’Herberie prétend être passé par Le Caire, la Morée, Salerne, Burienne, Biterne, la Pouille, la Calabre, Païenne, la Rivière près du royaume du prêtre Jean, l’Ynde, la terre de Lincorinde et bien ailleurs encore.3

  • 4 Le roman de Renart, éd. Mario ROQUES, PARIS, Champion ; et éd. Ernest MARTIN, STRASBOURG, Trübner, (...)

10Si maintenant nous feuilletons le Roman de Renart, nous assistons à de perpétuels déplacements. Il faut, sans entrer dans les détails, rappeler les multiples embassades auprès de Renart : Brun, Tibert, Grimbert sont bien souvent sur le chemin de Haupertuis qui n’est pas sans danger et qui est réputé fatigant, preuve d’une certaine longueur de route (cf. par ex. dans la Branche I de l’édition M.ROQUES, v. 467,4, 721-723, 759-760, 964-97O). Et, dans la Branche xiii (édition E.MARTIN), Tibert, à la recherche de Coflet, alias Renart, chevauche toute une journée :

Tibert s’en vait a esperon,
Molt ot en lui noble baron.
Parmi la forest s’achemine.
Trestote jor d’errer ne fine
Tant qu’il est venuz a l’oissue. (v.1653-57)

11Le seul moyen, semble-t-il à certains moments, de venir à bout du traître, réside dans la force et donc le roi Noble entraîne dans une expédition militaire contre Maupertuis un bon nombre de chevaliers (éd. M.ROQUES, br.I, v.1679 sqq.). Il faut encore mentionner, dans le Roman de Renart, les départs en pèlerinage, dans les Branches I et viii (éd.M. ROQUES), même s’ils ne sont que des départs sans lendemains et aussi le pseudo-voyageur étranger dont la présence n’étonne pas outre-mesure Ysangrin et qui dans un abominable "Franglais", prétend être né en Bretagne et avoir traversé la France et l’Angleterre (éd. M.ROQUES, br.I, v.2409-2416). Que le loup ne brille pas par sa perspicacité ne change rien à l’affaire, la présence d’un être parlant une langue étrangère ne surprend pas, preuve supplémentaire de la mobilité, littéraire au moins, des hommes.

12En fait, dans les exemples cités, le Roman de Renart se présente surtout comme une parodie de l’épopée ; et certes l’épopée semble, avec le roman, un des domaines privilégiés du voyage : quelques allusions suffisent à le rappeler. Charles part pour l’Espagne et combat avec une armée considérable pendant sept ans si l’on en croit la Chanson de Roland, pendant vingt-sept ans si l’on préfère la version des faits que propose vers 1210 la chanson de Gui de Bourgogne. D’ailleurs, le héros éponyme de cette dernière épopée, sitôt désigné comme roi, entraîne ses jeunes compagnons à la recherche des parents et l’on mesure, à la lecture de cette œuvre, la fatigue, les souffrances et les dangers de telles expéditions. Les autres cycles épiques fourniraient autant d’exemples. Le titre du Charroi de Nîmes est en lui-même assez clair ; le Couronnement de Louis montre un Guillaume presque doué d’ubiquité tant il doit faire front aux quatre coins du monde. Le même Guillaume, retiré en "moniage", se ménage la possibilité de repartir si besoin est. Envoyé pour acheter du poisson de l’autre côté d’une forêt infestée de brigand, emmené prisonnier pour sept ans à Palerne, il reprend son cheval et ses armes pour aller tuer Ysoré sous les murs de Paris.

13Le roman présente une même facilité à se déplacer. Dans le Chevalier de la Charete, la première apparition du chevalier inconnu est celle d’un voyageur fourbu qui prend tout juste le temps de changer de monture pour continuer sa chevauchée : Lancelot part en effet, nous savons jusqu’où pour retrouver Guenièvre ; Erec, jeune marié affronte avec Enide, nous savons quelles aventures ; Yvain, à peine marié avec Laudine, demande une permission de voyage, si l’on peut dire, et nous savons qu’il oubliera scandaleusement le délai qui lui était accordé. Nous savons encore que le roman de Cligès laisse ses personnages se déplacer avec aisance entre Constantinople, la Saxe ou la cour du roi Arthur. Quant à Perceval, CHRETIEN de Troyes suggère bien l’image presque lancinante que l’on garde de lui, par ces deux vers :

  • 5 CHRETIEN de Troyes, le conte du Graal, publié par Félix LECOY, PARIS, Champion, 1975.

Et li vaslez sanz nul arest
s’an va poignant par la forest.(1301-2)5.

14De ce point de vue, l’épanouissement du genre, c’est au xiiie siècle le Lancelot-Graal qui rassemble voyages en ce monde ou ailleurs, tournois, errances de la cour, et surtout la forme la plus profonde du voyage : la quête du Graal.

15Si dans tous ces romans auxquels nous avons fait allusion, le voyage signifie quelque chose, il faut bien admettre qu’à partir du xiiie siècle déferle une masse d’œuvres en prose ou en vers, dans la mouvance arthurienne, débordantes de voyages si nombreux et si complexes qu’ils en deviennent incohérents et fastidieux. Nous n’en parlons pas, mais du moins témoignant-ils à leur manière du perpétuel mouvement des héros romanesques de leur époque.

POURQUOI VOYAGER ?

16Cette randonnée a travers les textes, qui n’a rien appris à personne oblige néanmoins à remarquer que la littérature médiévale des xiie et xiiie siècles est, dans une proportion considérable, une littérature du mouvement. Mais aussi ce constat conduit nécessairement à se poser des questions. Pourquoi tant de déplacements ? Pourquoi les auteurs choisissent-ils si volontiers de présenter leurs héros à travers des périples, les chevauchées ou des quêtes ?

17Faisons pour commencer raison de contraintes générales. Dans les œuvres romanesques du xiiie siècle que nous mentionnions à l’instant par prétérition, le voyage lointain, l’aventure sont des procédés commodes de composition et permettent de raconter à peu de frais des histoires interminables. Mais plus sérieusement, certaines œuvres vivent nécessairement de mouvement. Comment imaginer le Voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople si l’empereur ne quittait pas sa capitale ? Sans même jouer à ce point avec le paradoxe, disons simplement que la chanson de geste ne se conçoit guère en dehors de perpétuelles opérations militaires ou diplomatiques. Enfin la recherche de la gloire par l’aventure semble bien expliquer de nombreux départs, celui d.’Yvain par exemple.

18Dans les fabliaux, les déplacements professionnels sont un fait de la vie devant lequel il n’y a pas lieu de raisonner. Ainsi le bourgeois d’Orléans dit à sa femme :

  • 6 A.de MONTAIGLON, op. cit. t. I, p. 119.

"Dame, fet il, il me covient
Aler en ma marchéandie ;
(…)
Je ne sai rien de mon repère." (v.52-53, 566

19Mais ces départs sont indispensables du point de vue dramatique. Si le marchand ne partait pas, ou ne faisait pas semblant de partir, il n’y aurait pas de fabliau.

20Il reste que des explications aussi générales ne répondent pas à toutes les questions. Dans ce vaste ensemble de mouvements, l’attitude des personnes en face du départ est souvent le point que l’auteur privilégie.

21Dans l’épopée, lorsqu’un messager est envoyé en mission, cela fait en quelque sorte partie de son service militaire, il ne manifeste aucun sentiment particulier : "si com vous commandez", dit-il à son seigneur, ou "vostre comant feron" et il part. Sur ce point les messagers du Roman de Renart parodient généralement bien leurs confrères épiques ; à l’ordre impérial de partir pour Maupertuis, Brun répond simplement : "Sire, (...) moult volantiers" (v.464, de la br. I, éd. M. ROQUES).

22Pourtant, plus d’un personnage laisse voir son désir parfois grave, parfois enthousiaste devant le départ. L’on se rappelle comment tous les pairs veulent, au début de la Chanson de Roland, avoir l’honneur de l’ambassade auprès de Marsile :

23Naimes :

  • 7 La Chanson de Roland, éd. G. MOIGNET, PARIS, Bordas, 1969.

"Jo irai par vostre dun !
Livrez m’en ore le guant e le bastun."
(v.246-7)7.

24Roland :

"Jo i puis aler mult ben ! (v.254)

25Olivier :

"Se li reis voelt, jo i puis aler ben."
(v.258)

26Turpin :

"Laisez ester voz francs !
En cest païs avez estet set anz,
Mult unt oüd e peines e ahans.
Dunez m’en, sire, le bastun e le guant
E jo irai al Sarazin espan,
Sin vois vedeir alques de sun semblant."
(v.265-270)

27Pourquoi ? A analyser en particulier le commentaire de Turpin, il apparaît qu’une telle mission, précisément parce qu’elle dangereuse et fatigante, prouve le courage de celui qui l’accomplira. Le chevalier doit être toujours prêt à partir pour son seigneur et pour la cause qu’il défend. Plus simplement, ainsi que l’explique Charles à Ganelon, il y a là un devoir d’obéissance et de disponibilité :

Or irez vos certes, quant jol cumant. (V.328)

28Comme l’épopée ne présente, en principe, que des chevaliers héroïques, tous sont toujours prêts à partir avec un bel enthousiasme. Et ce qui est choquant, ce qui détonne, c’est précisément l’hésitation de Ganelon. Nous en reparlerons dans un instant.

  • 8 Le charroi de Nîmes, éd. B. McMILLAN, PARIS, Klincksieok, 1972, v.635 sqq.
  • 9 La Prise d’Orange, éd. Claude REGNIER, PARIS, Klincksieok,.1967, v.725-730.

29Partir en expédition, c’est un devoir, parfois presque une joie. Au début du Charroi de Nîmes, Guillaume refuse honnêtement toutes les offres du roi et décide de se conquérir un fief. L’enthousiasme avec lequel il recrute une armée, l’enthousiasme avec lequel les chevaliers le rejoignent8, bien que personne n’ait d’illusions sur les difficultés de l’entreprise, tout cela prouve la disponibilité, au moins littéraire, de ces hommes et leur courage, même si l’espoir de se tailler des fiefs n’est pas négligeable. Il n’y a d’ailleurs rien là de scandaleux, puisque d’une expédition, ils tirent plusieurs effets positifs : conquête contre les paiens et donc extension de la chrétienté, établissement dans un domaine qui leur donne les assises sociales et aussi l’épanouissement personnel qu’ils pensent mériter, gloire enfin du combattant valeureux dont Guillaume, en particulier, saura se vanter auprès d’Orable dans la Prise d’Orange9. Nombreuses sont les épopées qui suscitent une telle attitude ; conquérir un fief et en même temps épouser la fille de l’émir déchu qui, en se convertissant au bon moment, apporte d’abord une aide militaire aussi appréciable qu’inattendue, puis, par son mariage, le charme de l’exotisme et une apparence de légitimité à la possession de la terre, c’est bien l’invitation au voyage que suggèrent des épopées comme Guibert d’Andrénas ou Fierabras.

30Dans un autre ordre d’idées, Huon de Bordeaux, pourtant victime d’une lourde injustice, présente sa volonté de réconciliation avec Charles de la manière suivante :

  • 10 Huon de Bordeaux, éd. P. RUELLE, BRUXELLES, Presses Universitaires, 1960.

"Voire en infer, se g’i pooie aler,
Iroie jou por a vous acorder. (v.2330-31)10

31c’est-à-dire, en termes de départ.

32Pour être objectif, il faut dire que tout le monde n’est pas téméraire. Les vieux font leur devoir, mais le cœur n’y est plus. Après les sept ans d’Espagne, lorsqu’enfin le drame paraît fini, Charles reçoit pourtant de Gabriel l’archange une nouvelle mission : secourir le roi Vivien assiégé à Imphe. L’empereur aurait aimé rester, il se lamente, mais il ne refuse pas de partir. Turold pouvait-il conclure plus clairement sa chanson ? Un véritable chevalier, ici l’empereur, ne peut pas s’installer, trouver le repos. Dieu, en quelque sorte, lui rappelle qu’il est un voyageur sur la terre. Cela est si vrai que même une pieuse retraite ne met pas à l’abri de nouveaux départs dont Dieu peut faire une épreuve. Les pérégrinations de Guillaume après son installation à Gellone, nous l’avons dit, le prouvent à suffisance. Mais ce qui est encore plus révélateur, c’est la manière avec laquelle il décide librement de partir au secours de Louis :

  • 11 Le Moniage Guillaume II ; éd. W. CLOETTA, PARIS, S.A.T.F. 1906.

Guillaumes jure et Dieu et ses vertus,
S’il estoit ore cinquante fois reclus,
S’en seroit il pour le roi fors issus.
(v.5l62-64)11

33La valeur humaine se mesure bien à la disponibilité devant les départs ; la fatigue, l’âge, le tempérament personnel peuvent tout au plus colorer diversement la décision : par exemple Charles se plaint de sa "penuse vie" tandis que Guillaume, pour contrôler sa force, brise en deux un "postel" qui soutient le toit de son ermitage ; mais tous les deux partent.

34Nous avons regardé jusqu’à présent comment se conduisaient les personnages en face d’une mission à remplir. Que se passe-t-il si au contraire un être est retenu ? Eh bien ! Il tente malgré tout de partir comme nous le voyons dans la Chanson d’Aspremont. Charles ne veut pas exposer les quatre jeunes gens dont il a surveillé l’éducation : Roland, Haton, Estout, Guy. Aussi sont-ils enfermés sous la responsabilité de Turpin. L’oisiveté dorée leur est tout simplement insupportable et, comme il ne sert à rien de .discuter avec un portier par trop borné, Roland et ses compagnons le tuent puis rejoignent l’armée. Bon sang ne saurait mentir.

35Dans tous ces exemples épiques, le déplacement du héros prenait place dans un contexte collectif : une ambassade, une expédition militaire, une responsabilité vis-à-vis d’un seigneur ou de vassaux.

36Mais les personnages de romans, eux, sont parfois beaucoup plus indépendants, si l’on peut dire. Pourquoi partent-ils ? Erec, qui avait précédemment découvert Enide au terme d’un voyage, veut partir lorsqu’il sait la dure vérité :

  • 12 CHRETIEN de Troyes, Erec et Enide, éd. M. ROQUES, PARIS, Champion, 1955.

"Or se vont tuit de vos gabant,
juesne et chenu, petit et grant ;
recreant vos apelent tuit.(v.2549-51)12

37Yvain, jeune marié, veut partir :

  • 13 CHRETIEN de Troyes, Le chevalier au lion (Yvain), éd. M. ROQUES, PARIS, Champion, 1960.

que l’an ne l’apialt recrant.(v.2563)13

38Quant à Perceval, l’on pressent que sa volonté d’aller

"au roi qui fet les chevaliers (v. 422)

39n’est qu’un premier pas vers d’autres aventures beaucoup plus profondes et mystérieuses, un peu d’ailleurs comme celles de Lancelot qui non seulement conquiert Guenièvre mais aussi libère les malheureux prisonniers au royaume de Gorre. Encore sa récompense auprès de Guenièvre sera-t-elle retardée pour une hésitation de deux pas en chemin.

40Ces héros de Chrétien de Troyes sont tous partis à un moment au moins de leur existence. Que leur apporte le voyage ? Essentiellement la quête d’aventures indispensables à leur gloire et donc à leur équilibre. Ne pas partir, c’était admettre d’être tôt ou tard "recréant", moqué, méprisé. Or être "recréant", c’est refuser ses responsabilités, refuser d’assumer son rôle dans la société, c’est commettre une faute morale. Par le départ, le héros acquiert ou retrouve une valeur qui, d’une part, le rend digne d’aimer et d’être aimé, qui, d’autre part, lui donne le droit - et le devoir- d’assumer ses prérogatives (Erec n’est couronné roi qu’à la fin de ses aventures, la leçon est claire). En allant plus loin dans ce sens et en rejoignant une tradition chrétienne, le chemin à travers les épreuves conduit vers Dieu. C’est évidemment l’orientation de la Queste del Saint Graal, œuvre où dans le cadre arthurien les chevaliers sont à l’affût de toute aventure. Mais, cette fois-ci, l’engagement prend une valeur transcendante et le cheminement de chaque chevalier important est d’autant plus long, complexe, difficile, que le chevalier le mérite davantage.

41Alors, un retournement se produit : jusqu’à un certain point le voyage façonne la grandeur du chevalier ; au delà de ce point le voyage se dérobe à lui et seuls les meilleurs peuvent continuer jusqu’au bout.

LES RETICENCES DEVANT LE VOYAGE

42Ce n’est pas à dire pourtant que l’enthousiasme règne toujours ; il arrive que des personnages veuillent éviter le voyage, attitude révélatrice de leur personnalité dont il convient de tirer les conséquences.

43Il y a d’abord ceux qui refusent le départ par réprobation, paresse ou inconscience. Ainsi les jeunes chevaliers qui viennent de choisir Gui de Bourgogne comme roi, sont ils bien fâchés des ordres qu’ils reçoivent, ne serait-ce que par opposition psychologique vis-à-vis de leurs pères. En fait, le premier mouvement dépassé, ils feront tous une excellente expédition, rivalisant de courage et de dévouement. Cela ne tire donc pas à conséquence et la jeunesse étant excessive en tout et contestataire par nature, il serait tentant de mettre cette scène de Gui de Bourgogne en parallèle avec celle du départ de l’armée impériale dans la Chanson d’Aspremont où Roland et ses compagnons enfermés tuent le portier pour partir. Dans les deux cas les jeunes gens veulent faire le contraire de ce qui leur a été ordonné.

44Plus sérieuse, plus grave, plus inquiétante est la conduite de Ganelon sous Sarragosse. Il n’est pas volontaire pour l’ambassade ; en cela il se distingue de tous les autres, il choque même, dans le contexte exalté du passage. Désigné, il réagit mal. Sa peux et sa colère lui font interprêter à contresens la proposition de Roland. Pourtant ses raisons ne sont pas absurdes ni absolument honteuses ; comme Naime - et c’est une caution - il voulait transiger avec Marsile ; la décision prise est contraire et c’est lui qui doit la faire appliquer : il y a là une anomalie. Les messagers précédents ne sont pas revenus, Ganelon le rappelle alors que Roland, Turpin, Olivier, Naime n’avaient pas songé à cela. Charles a raison quand il lui dit : "Tro avez tendre coer" (v.317). Ganelon part certes, mais il part malgré lui ; il n’a ni la conduite, ni le tempérament d’un grand chevalier. Son attitude, surtout par contraste avec celle de ses compagnons est révélatrice. C’est clair : alors que le jongleur n’a pas encore chanté le dixième de la chanson, un chevalier comme Ganelon est méprisable ; il faut s’attendre à ce qu’il se conduise mal.

45Parodiquement l’attitude de Tibert dans le Roman de Renart présente quelques ressemblances. Désigné comme messager,

Tibert ne l’osa refuser,
que, s’il le poïst trestorner,
encor fust sanz lui le santier.
(éd.M.ROQUES, br.I, v.753-755).

46Et, à la branche XIII (éd. E. MARTIN), Belin, envoyé par le roi, n’est pas plus satisfait :

Dit le moton : "S’il vos plaisoit,
Bauz sire, uns autres i iroit."
(éd.E.MARTIN, br.XIII, Y.1789-90).

  • 14 Alisoans. éd. GUESSARB & A. de MONTAIGLON, PARIS, Franck, I87O, v. 2393 sqq.

47Le cas extrême de Ganelon est rare, essentiellement parce que l’épopée chante de vrais héros. Pourtant un autre personnage, et non des moindres, laisse voir dans un contexte analogue sa lâcheté : c’est Louis, le fils de Charles. Il se met à pleurer lorsque viennent les messagers de Rome demander du secours, au lieu de songer à organiser la campagne militaire qui s’impose ; cela se passait dans le Couronnement de Louis. Dans les Aliscans, il est paralysé par la peur et voue Guillaume au diable ; il faut une scène bien pénible pour qu’il condescende enfin à mobiliser ses hommes, sans aller jusqu’à prendre lui-même le commandement de son armée14.

  • 15 La Queste del Saint Graal, éd. A. PAUPHILET, PARIS, Champion, 1965.

48L’hésitation devant le départ est donc la marque de la peur, de la lâcheté, ce n’est pas l’attitude d’un chevalier. Mais inversement, une trop grande hâte à partir révèle d’autres traits de caractères aussi négatifs. Lors de l’apparition du Graal à la cour Arthurienne, Gauvain, un peu étourdiment sans doute, fait le vœu d’entrer dans la quête dès le lendemain matin pour un an ou plus ; Il est suivi de tous ses compagnons. Or cette quête est un long voyage et les abandons en se succédant vont être le signe de l’insuffisance, de la pauvreté spirituelle des différents chevaliers. Parce qu’il n’a pas l’esprit orienté vers un réel progrès personnel, .parce qu’il prend cette quête comme une simple chevauchée aventureuse, Gauvain chevauche toujours "lonc tens sanz aventure trover qui a conter face" (p. 161, 1.32-33)15. Et l’ermite lui dit que la quête n’est pas pour lui : "Si retorneroiz à Kamaalot, sans ce que vos n’avroiz guères fet de vostre preu en oeste queste" (p. l59, l.33 - 160, 1.1).

49La longueur du voyage est proportionnelle à la valeur spirituelle de celui qui l’accomplit. Pour les réprouvés, la quête s’arrête vite ou bien, si j’ose dire, tourne à vide comme si c’était le chemin qui se dérobait au voyageur. Combien de chevaliers ont eux aussi "chevauchié mainte jornée sans aventure trover qui a conter face" !

50D’ailleurs, le roi Arthur et les dames de la cour né s’y étaient pas trompés. Cette fois-là seulement, dans toute l’histoire de la Table Ronde, le départ pour les aventures sonne comme une catastrophe. Le roi "en fu molt a malese" (p. l6, 1.31-32) ; parmi les "dames" et les "damoiselles", "si en i ot assez de dolentes et de corrouciees" (p. l8, 1.11-12). Car tous savent que c’est un voyage dont on ne revient pas. "Car quant il departiront de moi, de quele ore que ce soit, je sai bien qu’ils ne revendront ja mes tuit arriere, ainz demorront li plusor en ceste Queste, qui ne faudra pas si tost com vos cuidiez" dit fort justement le roi (p. 17, 1.4-7). Ce passage à la quête célestielle, s’il pouvait un instant apparaître comme la suite d’une aventure humaine, une forme améliorée de l’aventure terrienne, est en fait autre chose ; Nascien le dit explicitement, tous le sentent confusément. Leur peur ou leur tristesse, devant le grand voyage fait mesurer les limites trop humaines de leur propre personne et le caractère trop superficiel de leur foi.

51En définitive, c’est bien la disponibilité au départ qui paraît en bien des cas la mesure de toutes choses. Les derniers exemples que nous présenterons viennent de la légende de Tristan. Les textes parlent d’eux-mêmes. Yseut brisera toutes les prisons pour partir à l’appel de son amant :

  • 16 BEROUL, le roman de Tristan, éd. MURET-BEFOURQUES, PARIS, Champion, 1957.THOMAS, les fragments du (...)

Mais des que reverrai l’anel,
Ne tor ne mur ne fort chastel
Ne me tendra ne face errant
Le mandement de mon amant. "(v.2797-2800)16

52Son amour se mesure à l’aune de sa détermination. Thomas en fournit la preuve : à peine Yseut sait-elle par Kaherdin que Tristan a besoin d’elle qu’elle part. En petite Bretagne, Tristan meurt parce qu’Yseut, du moins le lui a-t-on laissé croire, n’a pas fait le voyage qui eût été le signe tangible de son amour :

"Quant a moi ne volez venir,
Pur vostre amur m’estuet murrir". (v.1761-62)

53Devant tant d’exemples, l’on pourrait être tenté de ne plus penser la littérature médiévale qu’en termes de voyages, systématisation qui serait absurde. Mais du moins est-il incontestable que le voyage .n’est jamais, dans une grande œuvre littéraire du xiie ou du xiiie siècle, un événement purement fortuit ou gratuit. Il signifie toujours quelque chose ; il a toujours, du moins nous a-t-il semblé, un rôle à jouer, une valeur à révéler.

54Dans les textes satiriques comme les fabliaux, il est un fait naturel de la vie, sans être particulièrement révélateur des personnalités, mais du moins joue-t-il un rôle dramatique dont l’auteur peut user avec une certaine souplesse : le voyage peut être plus ou moins long, le retour inopiné ou attendu, le départ apparent ou réel.

  • 17 Galiens li Restorés, éd. 2. STEUGEL, MARBUG, 1890, 1. LXXXVIII, p. 123-124.

55Mais le plus souvent, le voyage fonctionne comme pierre de touche de la personnalité humaine. Dans les textes épiques, le voyage (ambassade ou expédition) est toujours abordé avec courage et fermeté, sauf par les indignes. L’enthousiasme est de règle chez les jeunes, plus tempéré chez les hommes lourds d’expérience, mais il est inimaginable de se dérober dans l’espoir qu’un autre prenne la place. Le seul cas où il est honorable de refuser de partir, c’est lorsque l’on court plus de dangers à rester : Gondebreuf Le Frison, et Bérart de Mondidier, au cœur du drame de Roncevaux, refusent de partir demander du secours car ce serait, pensent-ils, fuir devant le danger17. En dehors de ce cas, l’hésitation, la mauvaise volonté ou tout simplement le silence sont le signe d’un caractère vil.

56Si, dans l’épopée, l’attitude face au départ révèle le caractère de l’homme tel qu’il est, dans le roman le voyage va souvent contribuer à former la personnalité du chevalier. Ne pas partir, c’est perdre sa gloire ; partir, c’est aller à la rencontre d’aventures, étapes dans la formation et l’épanouissement de l’homme. Certains vont se contenter d’un épanouissement mondain et courtois, ce qui n’est déjà pas si mal ; d’autres plus inquiets, plus soucieux voudront aller plus loin, parfaire la connaissance d’eux-mêmes

57Le voyage, révélateur du caractère, formateur de la personnalité, se fait chemin de la perfection spirituelle.

NOTE ADDITIONNELLE

58Pour montrer son attachement à Guillaume, Rainouart se déclare prêt à revenir même du Paradis s’il le fallait :

"Se jou estoie en paradis couciés,
si descendroie se vous le commandiés"
(Le Moniage Rainouart I, éd. G.BERTIN,
S.A.T.P. , Paris, Picard, 1973
v. 1746-47, cf. aussi v. 1726-28).
Dist Rainuars : "Tout che laissiés ester ! Se mestiers est, si me faites mander.
S’en paradis ere alés osteler, si revendroie pour vo vie sauver."
(ibid. v. 3091-3094)

***

DISCUSSION

59Monsieur DESCHAUX : A propos de l’hésitation devant le départ, il faudrait faire une place à la chanson de croisade (éd. Bédier-Aubry) qui témoigne de nombreuses hésitations dues soit au danger de l’expédition, soit aux liens amoureux qu’il faudra rompre. Il faudrait songer aussi à une certaine hostilité à l’égard du pèlerinage dont témoigne l’adage médiéval : Qui multum peregrinantur raro Banctificantur.

60Madame LORCIN : Il existe un courant qui représente le voyage comme une chose pénible, fatigante, périlleuse, et que l’on trouve dans les fabliaux (ex. : Du prestre et des deus ribaus), dans le Bit des Marchéans, où Phélippot démontre que les marchands ont droit à la gratitude des hommes ainsi qu’au bonheur éternel, parce qu’ils s’exténuent et risquent leur vie pour procurer à chacun ce dont il a envie.

61Monsieur MENAGE : Dans le Charroi de Nîmes, Bernard de Brubant corrige Guielin et Bertrand qui ne veulent pas partir (d’une maîtresse gifle). Ils grognent, mais se décident vite à se venger sur les Sarrasins de cette avanie. Cela ne suppose-t-il pas une éducation du sens du voyage ? Le rôle du père ou de l’oncle serait de lancer de force son fils ou son neveu dans le voyage de la vie. A cet égard, la mère de Perceval ferait de la contre-éducation.

62Monsieur MENARD estime que Monsieur SUBRENAT a eu raison de se fonder surtout sur des textes épiques. Les jeunes bacheliers du Charroi de Nimes qui partent avec Guillaume font penser aux chevaliers errants des textes postérieurs. Une situation semblable se trouve au début des Enfances Guillaume quand le vieil Aymeri reproche à ses fils de n’être pas encore partis de Narbonne pour se tailler un fief à la pointe de l’épée.

63Monsieur TAVERA : Vous êtes allé, me semble-t-il, tout à fait au fond des choses en ce qui concerne notre thème : cette valorisation morale du voyage dans la littérature, qui concerne certaines civilisations seulement, et point d’autres, alors que le voyage (de conquête, de pèlerinage, etc.) est un phénomène universel. Toutes vos remarques appellent à réfléchir sur cette capitale découverte d’un "sens" au voyage, dont on remarque bien les répercussions dans la littérature arabe 91je pourrais citer quelques vers des Mille et Une Nuits qui m’ont frappé depuis longtemps : "Voyage, qui dira tes merveilles ? Toutes les belles choses aiment le changement : les perles quittent le fond des mers pour venir se poser sur le cou des princesses..." (trad. Mardrus)93, et sans doute aussi dans la littérature chinoise (Le Singe Pèlerin). La source efficace de tout cela, n’est-ce pas -j’y reviens-le roman gréco-latin, et, au-delà, ces grands périples à sens d’épreuve morale qu’inventa le génie grec ?

Notes

1 JEAN BODEL, Fabliaux, éd. Pierre NARDIN, PARIS, Nizet, 1965, p. 99.

2 A, de MONTAIGLON, recueil général et complet des fabliaux..., t. I, PARIS, librairie des bibliophiles, 1872, p. 163.

3 RUTEBEUF, œuvres complètes, publiées par E. FARAL et J. BASTIN, PARIS, Picard, 1960, t. II, p. 273 sqq.

4 Le roman de Renart, éd. Mario ROQUES, PARIS, Champion ; et éd. Ernest MARTIN, STRASBOURG, Trübner, 1885. (N.B. : pour chaque référence, mention est faite de l’édition dans le cours de l’article.)

5 CHRETIEN de Troyes, le conte du Graal, publié par Félix LECOY, PARIS, Champion, 1975.

6 A.de MONTAIGLON, op. cit. t. I, p. 119.

7 La Chanson de Roland, éd. G. MOIGNET, PARIS, Bordas, 1969.

8 Le charroi de Nîmes, éd. B. McMILLAN, PARIS, Klincksieok, 1972, v.635 sqq.

9 La Prise d’Orange, éd. Claude REGNIER, PARIS, Klincksieok,.1967, v.725-730.

10 Huon de Bordeaux, éd. P. RUELLE, BRUXELLES, Presses Universitaires, 1960.

11 Le Moniage Guillaume II ; éd. W. CLOETTA, PARIS, S.A.T.F. 1906.

12 CHRETIEN de Troyes, Erec et Enide, éd. M. ROQUES, PARIS, Champion, 1955.

13 CHRETIEN de Troyes, Le chevalier au lion (Yvain), éd. M. ROQUES, PARIS, Champion, 1960.

14 Alisoans. éd. GUESSARB & A. de MONTAIGLON, PARIS, Franck, I87O, v. 2393 sqq.

15 La Queste del Saint Graal, éd. A. PAUPHILET, PARIS, Champion, 1965.

16 BEROUL, le roman de Tristan, éd. MURET-BEFOURQUES, PARIS, Champion, 1957.THOMAS, les fragments du roman de Tristan, éd. B. WIND, GENEVE, Droz, 1960.

17 Galiens li Restorés, éd. 2. STEUGEL, MARBUG, 1890, 1. LXXXVIII, p. 123-124.

Auteur

Université de Provence (Aix-en-Provence)

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter