Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

L'épopée

L’accueil aux voyageurs d’après quelques chansons de geste des xiième et xiiième siècles

Marguerite Rossi

Texte intégral

1Comment les chansons de geste décrivent-elles l’accueil fait au voyageur dans les diverses sociétés ou il se présente ? Nous posons bien entendu la question à propos de tous ceux qui arrivent ou passent dans le cadre de déplacements non-collectifs et non-militaires : pèlerins marchands, messagers par exemple. Nous esquisserons une étude des motifs stéréotypés dans lesquels se formule habituellement 1’accueil, dans l’intention de mettre en évidence quelques-unes des conventions de genre de la chanson de geste, et à travers elles, quelques conceptions morales et sociales caractéristiques.

  • 1 Quelques références sont faites à la différence des langues : soit que 1’on précise que les Sarras (...)

2Notons tout d’abord que la forme de l’accueil est généralement identique quelle que soit la partie du monde ou circule le voyageur : qu’il demeure dans des régions proches de son lieu d’origine, dont les habitants ne se distinguent de lui ni par la langue, ni par les usages, ou qu’il ait atteint des régions plus lointaines où son aspect pourrait surprendre et où la communication orale devrait être impossible, il est toujours reconnu et compris. Aucune notation dans les chansons de geste ne se réfère a la surprise que pourraient provoquer des vêtements ou des usages exotiques, pas davantage à d’éventuelles méprises dues soit à l’impossibilité de communiquer verbalement, soit à une interprétation erronée d’usages inconnus1. L’Oriental en France, le pèlerin ou le guerrier français en "Afrique" ou a Babylone ne déconcertent nullement : ce n’est là qu’un aspect de la perspective habituelle de la chanson de geste, et de beaucoup d’autres genres médiévaux, largement indifférente aux différences qui séparent les diverses civilisations.

  • 2 Les êtres vraiment différents sont les monstres, connus au moins par le Roman d’Alexandre, et que (...)
  • 3 Huon de Bordeaux est un des rares textes où se manifeste le sentiment qu’un chrétien est de ce seu (...)

3Par ailleurs, la plupart du temps le voyageur, même s’il se trouve dans un monde traditionnellement hostile au sien, est reçu sans hostilité ni méfiance : rares sont les textes ou un personnage se trouve en danger parce que, chrétien, il entre dans une ville sarrasine2, ou parce qu’il franchit la frontière qui sépare deux pays en guerre3 ; l’accueil bienveillant est la règle, si rien dans l’attitude délibérée du voyageur ne motive une riposte défensive. Voici par exemple l’accueil fait à un inconnu, que tout dans son apparence désigne comme un Sarrasin dans Nîmes tenue par Guillaume d’Orange et son armée chrétienne :

  • 4 La Prise d’Orange, éd. Régnier, Paris, 1967, v. 132-3 135 142-7.

… Et li chetis ot le Rosne passé,
Monte les tertres, s’a. les vaus avalé
……
Par la porte entre en la bone cité
……
Voit le Guillelnes, sel prist a regarder
Il le vit noir, taint et descoloré
Et megre et paie, velu et descharné
Cuida que fust Sarrasin ou Escler
Qui par efforz eüst passee mer
Por ses noveles noncier et escouter...4

4Aucune animosité : on attend que le voyageur parle et précise ses intentions.

  • 5 Jourdain de Blaye éd. Dembowski, Chicago and London 1969, v. 1385-95.
  • 6 Aye d’Avignon, éd. Borg, Genève, 1967, v. 1446-50.
  • 7 Huon de Bordeaux, e d. Ruelle, Paris-Bruxelles, 1960, v. 6919-20.
  • 8 Le charroi de Nimes, éd. McMillan Paris, 1972, v 1079-84.
  • 9 Huon de Bordeaux, 2495-500 et passin.

5On l’aura remarqué, l’arrivant, sans la moindre hésitation a gagné le château et s’est adressé directement au seigneur du lieu : de fait, le contact avec le voyageur s’établit toujours dans le cadre que la chanson de geste, par convention privilégie, alors que le roman d’errance fait de beaucoup de voyageurs des anonymes totalement ignorés des cours et les châteaux, cantonnés aux auberges et reçus par des hôtes bourgeois ou plus modestes encore. Et si le voyageur ne veut ou ne peut se rendre à la cour, c’est la cour qui vient à lui : Jourdain de Blaye, naufragé recueilli par un pêcheur, se trouve immédiatement en relations avec le roi Marques, car celui-ci a 1’habitude de venir se livrer à son sport favori l’escrime, sur une place accessible a tous5.Ailleurs le roi Ganor6 l’émir Galafre7, les rois sarrasins Harpin et Otrant8 se précipitent vers le port ou la place publique, aussitôt qu’on leur annonce la venue d u ne caravane de marchands ou l’arrivée d’un navire. Les textes du 13° siècle, toutefois procèdent souvent de façon moins abrupte : on y voit alors le voyageur noble et riche surtout, descendre avec son escorte chez un hôte bourgeois avant de se rendre auprès du seigneur du lieu comme le veut la tradition9.

  • 10 La Prise d’Orange, -1715.
  • 11 Ibid., v. 545-55.
  • 12 Huon de Bordeaux, v. 8758-60, et passin.
  • 13 Beuve de Hanstone, version continentale I, éd. Stinning, Dresde, 1911, v. 8100 sqq.

6Les textes insistent peu, dans 1’ensemble, sur la façon dont le voyageur trouve à satisfaire ses besoins d homme fatigue et sans gîte : ils mentionnent toutefois a des niveaux divers selon la qualité do 1’arrivant, une hospitalité aux rites plus ou moins vite expédiés selon la qualité de l’arrivant : il se voit offrir un repas qu’il prend seul et à part s’il est de basse condition ou tout simplement inconnu10 ; s’il est de haute naissance, et que son train de voyageur en témoigne, il s’assied a la même table que ses hôtes et est admis dans leur intimité11 on offre aussi presque toujours au voyageur le gîte, pour une nuit, après laquelle il reprendra la route12. Dans le cadre des chansons plus respectueuses de la vraisemblance que nous mentionnions plus haut, c’est chez l’hôte choisi que le voyageur trouve cette réponse à ses besoins matériels immédiats13.

  • 14 La Prise d’Orange, v. 180 sqq.

7L’autre aspect, 1e plus important, de l’accueil fait au voyageur, c’est la demande dont il est l’objet dans la société ou ses pérégrinations l’ont amené : dans la chanson de geste, cette demande est essentiellement une demande d’information ; le voyageur est par excellence porteur de "nouvelles". Par ce terme, on ne désigne pas le récit d’aventures extraordinaires, l’évocation de spectacles hors du commun, ni même ce que le voyageur pourrait dire des contrées qu’il a traversées ou de son expérience personnelle : les hôtes du passant attendent de lui qu’il leur fournisse des renseignements sur d’autres groupes humains, séparés du leur par la distance ou un conflit, mais qui, pour des raisons politiques, intéressent leur propre société : le voyageur est une sorte de messager non mandaté, un espion fourni par le hasard. Dans cette perspective, le récit de ses aventures aussi bien que son identité n’ont d’autre intérêt que de garantir l’authenticité des informations qu’il énonce. A une curiosité étroitement délimitée par la perspective politique et guerrière du genre épique, le voyageur répond sans se mettre en scène plus qu’il ne convient pour être cru et sans faire intervenir la description du monde qu’il a parcouru dans sa diversité géographique ou ethnique14.

  • 15 C’est le cas de Bérenger dans Aye d’Avignon, ou des pirates qui ont enlevé Esclarmonde après le na (...)
  • 16 Huon de Bordeaux, v. 6945-50.

8Plus rarement, 1e voyageur a des biens d’un autre type à offrir : par exemple, marchand, il voyage en transportant des objets de prix, ou bien il a, dans son navire, une femme, créature enviable15. La convoitise, alors, prend le pas sur toute autre réaction, et elle a tendance à se satisfaire, non pas par l’échange normal, mais par la violence et l’exigence arbitraire : conduite sans risques, en vérité, puisque les marchands n’ont pas d’armes, et que les autres voyageurs, fussent-ils guerriers, sont en infériorité numérique coupés de leur société d’origine, en face d’un puissant qui a toutes ses ressources a sa disposition16. Il convient d’ajouter que seuls les Sarrasins sont réputés commettre de telles exactions, dans la littérature épique.

  • 17 C est la raison même du stratagème de Guillaume dans le Charroi de Nîmes.
  • 18 Gaydon, éd. Guessard et Luce, Paris, 1862, v. 9811-10100.

9En tout ceci, la personnalité propre du voyageur compte peu : il transmet ou livre ce qu’il a appris ou acquis ailleurs, et c’est en cela qu’il concerne les sociétés ou il fait halte. Hormis la satisfaction indispensable de ses besoins vitaux, il ne demande d’ailleurs rien, c’est un passant, un étranger, extérieur aux conflits qui opposent les acteurs véritables, les premiers rôles de la chanson de geste, c’est pourquoi, précieux par son rôle do lien entre mondes qui communiquent mal en même temps que neutre, il a accès a ce double titre on des lieux qui se ferment à tout autre que lui : ville ou palais ouverts ou en défense, forteresses assiégées, c’est tout un pour lui17 ; aussi le vêtement de voyageur est-il un déguisement privilégié, et Les faux voyageurs qui jettent bas leur défroque au moment opportun, comme Guillaume dans le Charroi de Nîmes ou Charlemagne dans Gaydon se retrouvent très fréquemment dans les chansons de geste18.

10A côté de ce premier type de voyageurs passants qui se hâtent vers une destination personnelle après une halte, on volt dans les chansons nombre de personnages qui se rendent dans une société étrangère avec une mission dans le cadre de relations définies entre leur pays d’origines et celui ou ils achèvent leur voyage et ce sont les innombrables messagers, agents des relations internationales, ou établissant la liaison entre les rois et leurs vassaux. Protégés par leur mission, dont le bref ou le gant qu’ils ont reçu à leur départ est le symbole et la garantie, ils reçoivent le meilleur accueil, même et peut-être surtout s’ils sont envoyés par un roi ennemi : on les écoute, on les assied a la table royale, on les comble de présents avant de les renvoyer, charges de la réponse que son maître attend ; ainsi Balan, messager sarrasin, reçoit dans la chanson d’Asprenont un accueil parfaitement courtois a la cour de Charlemagne :

  • 19 La chanson d’Aspremont, éd- Brandin, Paris, 1970, v. 401-5. Il est vrai que cet accueil courtois a (...)

Un mantiel gris li fisent demander
Coviert de palie de soie d’oltremer
Quant Balans leve, Namles le sert, li ber,
Un faudestuef li. fisent aporter,
Devant le roi le fait seïr aler19.

11Les rites d’hospitalité ne sont d’ailleurs pas essentiellement autres que ceux qui sont pratiqués à l’égard d un anonyme : mais ils se déroulent avec plus de solennité, et la pratique de la largesse s’y ajoute, qui permettra a l’émissaire de témoigner, de retour chez lui, de la grandeur et de la munificence du souverain étranger.

  • 20 De son propre chef, par exemple Ferraut dans Gaydon (v. 3608-20) ; sur ordre, Huon de Bordeaux dev (...)
  • 21 Gerbert de Mez. éd. P. Taylor, Namur, 1952, v. 6741-60 : embassade et défi de Guillaume de Monclin (...)
  • 22 La chanson d’Aspremont, v. 1124-42.
  • 23 Les chansons les plus archaïques concoivent ce comportement comme normal, mais assez vite il est p (...)

12Ces règles de l’accueil connaissent cependant des exceptions : 1e messager peut parfois, de son propre chef ou par obligation20, adopter une attitude de provocation : le motif est bien connu sous la dénomination d’"ambassade insolente" en ce cas, la riposte de la société ainsi agressée est la violence, et le messager qui s’est présenté armé, qui s’est livré à des voies de fait s’attire un traitement identique s’il ne peut, ou ne veut, s’y dérober par la fuite21. D’autre parton voit parfois un messager mal reçu sans qu’il ait rien fait pour cela : certains émissaires se voient, par exemple, menacer d’un couteau par le destinataire de leur ambassade : ainsi Turpin, encore dans la chanson d’Aspremont, quand il se présente de la part de Charlemagne chez Girart de Roussillon22. C’est alors le signe de mauvaises relations préexistantes, et, de plus, une marque de perversité chez ceux qui méconnaissent ainsi le droit qui garantit l’ambassadeur : traîtres, vassaux rebelles, mauvais rois se signalent par un comportement de ce genre23.

  • 24 C’est au contraire le rôle du chevalier errant du roman arthurien ; il y a la une opposition fonda (...)
  • 25 De plus, les motifs utilisés dans l’accueil se retrouvent dans des contextes très divers pour décr (...)

13Bon accueil, mauvais accueil. Hospitalité plus ou moins raffinée, offerte rituellement et payée par des "nouvelles" officielles ou officieuses ; ou bien, au contraire, violence qui voulue par l’un ou l’autre partenaire, interdit toute communication. Voila bien peu de nuances, des possibilités narratives bien pauvres et dont la pauvreté est encore soulignée, au niveau du style, par la monotonie de l’expression formulaire et le faible développement du motif. C’est que le voyageur, figure familière dans la chanson de geste, n’y joue jamais cependant qu’un rôle fort limité : mandaté ou non, il assure, certes, l’indispensable circulation de renseignements sans lesquels jamais aucune action ne se nouerait, mais il s’efface ensuite pour laisser place aux collectivités en armes dont il s’éloigne ou dans lesquelles il se fond. Contrairement à ce que nous montre le roman, le voyageur, dans la fiction épique, ne joue aucun rôle central : ce n’est pas lui qui établit l’ordre, qui règle les conflits, qui fait cesser fléaux ou scandales24. D’autre part, dans la plu part des chansons de geste, le récit n’est pas centré autour du voyageur, dont on ignore le périple et les fins personnelles : pour évoquer l’échange sommaire avec un cercle social très restreint qui se produit a son passage dans une société donnée, il n est pas nécessaire de mettre en œuvre un grand luxe de moyens25.

  • 26 Jourdain de Blaye, v. 1270 sqq. ; Huon de Bordeaux, v. 7155 sqq.
  • 27 Beuve de Hanstone est le récit d un exil de ce type
  • 28 L’éloignement, l’hostilité réciproque des deux sociétés en cause rendent en général une référence (...)
  • 29 Le nom n’est pas lié ici à la conscience individuelle de 1’identité, mais à la reconnaissance de l (...)

14Il faut toutefois considérer à part un type d’épisode qui se retrouve dans un assez grand nombre de chan sons de geste, et qui constitue la trame narrative essentielle de ce qu’on pourrait appeler les chansons d’exil°: Floo vant, Jourdain de Blaye, Beuve de Hanstone par exemple Ce sont des textes ou la narration s attache précisément au sort du voyageur lui-même, et où par ailleurs celui-ci, en raison de sa situation, est conduit a nouer des relations plus complexes avec les sociétés qu’il aborde : ces deux traits du récit produisent des développements plus amples sur 1’accueil fait au voyageur. Cet arrivant est, dans les textes que nous considérons ici, non seulement éloigné de son pays d’origine mais encore et surtout dans l’impossibilité d’y revenir. Les raisons à cela peuvent être purement matérielles : c’est le cas par exemple pour les naufragés qui n’ont plus aucun moyen de reprendre leur voyage26 ; elles peuvent être politiques, au sens large, 1e voyageur étant un banni, un infortuné qu’un complot a chassé de ses possessions légitimes, ou encore un vaincu que sa défaite dans un combat décisif a contraint à la fuite27. Cet exilé est donc amené pour survivre, à envisager son intégration, au moins temporaire, dans une des sociétés où ses errances le conduiront. On observe partout que, pour des raisons diverses28, il ne songe pas alors a se réclamer de la société dont il est issu : il lui arrive même de renoncer à son nom, cette perte d’identité exprimant de façon particulièrement claire la rupture des liens qui existaient entre lui et un groupe humain donné29.

  • 30 Huon de Bordeaux, 7925-47.
  • 31 Beuve de Hanstone, v. 8431-9659.

15L’accueil des sociétés ainsi sollicitées est figuré de plusieurs manières dans nos textes : pour beaucoup de ces fugitifs, qui se présentent encore avec tout leur équipement guerrier, la difficulté n’est pas de prouver leurs aptitudes, mais de se faire admettre à l’intérieur d’un groupe organisé dans la hiérarchie duquel il n’y a, en principe, pas de vide : ils se voient offrir le statut de "sodoiers" mercenaires, dont les sociétés toujours plus ou moins en guerre qu’évoquent les chansons de geste accueillent et rémunèrent volontiers les services, sans avoir besoin pour autant de leur consentir une place durable en leur sein : cette place durable sera réservée, en un second temps, et pas toujours, au héros qui, ainsi accueilli en renfort temporaire, aura su prouver son excellence : ainsi alors que le compagnon de Huon de Bordeaux Geriaume ne va pas plus loin que le statut de soldat de fortune chez l’émir Galafre qui l’a accueilli30, Beuve de Hanstone, héros de la chanson qui porte son nom, est d’abord mercenaire au service de la reine de Seville, mais pour bien peu de temps : sa valeur lui vaut la main de la reine et la souveraineté ce qui d ailleurs ne laisse pas d être embarrassant, car Beuve est déjà marie, et surtout préoccupe de retrouver sa femme légitime, dont de malheureux hasards l’ont séparé, et de rentrer chez lui31.

  • 32 Jourdain de Blaye,. 1436-55.
  • 33 Ibid., v. 1909-82
  • 34 Gerbert de Mez, v. 7743-89.
  • 35 Huon de Bordeaux, v-7336-54.

16Un autre schéma fréquent est celui ou l’étranger a perdu jusqu’à sa condition et son apparence guerrières : les naufrages, par exemple, sont dénués de tout, et rien n’indique plus leur état antérieur. Pourtant, à peine entrés en contact avec la cour locale, ils sont immanquablement reconnus comme appartenant a la couche sociale qui était la leur dans leur pays d’origine. Cette reconnaissance se fait en deux temps : au premier regard, ou presque, les hauts personnages qu’approche l’étranger discernent, quel que soit le vêtement que les circonstances l’aient amené à adopter, sa véritable condition : la noblesse de sa naissance éclate immanquablement dans les traits de son visage dans sa prestance, dans l’élégance de ses : manières32. Pour s’assurer de ce qu’ils ont et ainsi amenés à soupçonner, les hôtes du voyageur le mettent alors à. l’épreuve, et dans cette épreuve, sa prouesse doit généralement jouer un rôle déterminant : elle éclate finalement dans un exploit que personne, a la cour qui 1 accueille, n’a été capable d’accomplir33, ou bien, plus simplement, elle se manifeste par une belle conduite à la bataille34. L’étranger reçoit alors tous les honneurs auxquels sa haute origine lui aurait donné droit, s’il avait pu s’en prévaloir d’emblée35.

  • 36 Celui-ci subvient seulement aux nécessités physiques de l’état de naufragé et met ensuite en conta (...)

17Ce type de situation, et les développements auxquels elle donne lieu, font partie d’un récit bien antérieur aux chansons de geste, puisqu’il semble que la littérature médiévale en soit redevable au roman byzantin d’Apollonius de Tyr. D’autre part, les productions proprement romanesques du Moyen Age exploitent aussi fréquemment ce thème. Une comparaison, que nous ne pouvons songer a mener ici, entre la source, ses adaptations romanesques et la forme que lui donne la chanson de geste serait très intéressants il nous faut malheureusement nous borner dans le cadre de cet article a indiquer ce qui nous paraît caractériser l’accueil ainsi fait au voyageur exilé dans la seule chanson de geste. On note tout d’abord qu’un intervalle très court sépare l’arrivée du voyageur, dénué de tout et totalement inconnu, dans une terre étrangère du moment où il se présente chez le roi ou le seigneur du pays (le. roman au contraire ménage une longue période où l’étranger parfaitement obscur, vit en dehors de son milieu d’origine, où il ne retrouvera sa place qu’après maintes vicissitudes) : vêtu et nourri en un premier temps par quelque personnage secourable qui peut, lui, être étranger au monde aristocratique, il se sépare au plus vite de son hôte de hasard36, et se voit reconnu immédiatement par ses pairs. Cette manière de concevoir l’intégration d’un errant de noble naissance repose sur le postulat que l’origine aristocratique est manifeste en toutes circonstances, et sous tous les travestissements ; elle implique aussi que la prouesse soit, en toutes sociétés, la pierre de touche de cette noblesse reconnue ou devinée. Celui qui appartient a la classe aristocratique est susceptible de s’intégrer en tout lieu, les valeurs auxquelles il ordonne son comportement étant représentées comme universelles dans la chanson de geste. C’est donc parce que semblable en tous points à ceux auxquels il se présente que le voyageur de nos poèmes est accueilli et accepté au sein d’une société a laquelle il n’appartenait pas : en réalité, ses hôtes ne voient nullement en lui un étranger. Des exemples tirés aussi de la chanson de geste montreraient que celui qu’une société étrangère rejette, c’est celui qui serait suspect ou mal accepte dans sa communauté d’origine, – le pauvre, l’errant, 1e sans-statut, – et que 1’exclusion frappe ceux dont le rang, et non le pays, inspire la méfiance. Il n’y a donc pas à proprement parler, même à ce niveau plus essentiel que celui des différences extérieures dont nous parlions au début de notre étude, d’étrangers reconnus comme tels dans la chanson de geste : celui qui vient d’ailleurs n’a de ce fait aucune autorité particulière : il ne tire de son origine lointaine aucun prestige spécifique et sa qualité d’homme venu d’ailleurs ne le désigne pour aucun rôle que ses hôtes ne pourraient pas tenir. S’il diffère parfois d’eux, c est par l’excellence de qualités qu’ils sont censés posséder comme lui.

  • 37 L’évocation des épreuves du voyage est rare : on la rencontre sommaire et indirecte dans Huon de B (...)
  • 38 Représentée au moins par le Roman d’Alexandre, et les textes à contenu fabuleux comme la Lettre du (...)
  • 39 Gerbert de Mez, v. 7555 sqq.

18On observe également que l’expérience spécifique du voyageur n’est jamais prise on compte au moment de 1’accueil : la diversité des choses vues, la difficulté des aventures subies ne suscitent pas la curiosité et le valorisent pas 1’arrivant, témoin de l’extraordinaire ou héros vainqueur d’épreuves inouïes37 ; sur ce point la chanson de geste fût-elle romanesque, est très différente du roman de tout type et de la littérature géographique38. Le voyageur n’est donc pas plus que l’étranger un type particulier dans l’humanité épique ; : pur déplacement spatial, le voyage n est pas un enrichissement humain ni le temps d une évolution, ou d’une conversion : c’est pourquoi par exemple les traîtres du monde féodal français, maigre leur utilité politique pour les Sarrasins, reçoivent chez eux un si mauvais accueil : ils n ont pas change moralement, et le code des vertus et des vices est le même partout, de ce fait, par exemple, un personnage comme le Fromont de Gerbert de Mes, appartenant a la famille des Bordelais est fort mal accueilli chez l’émir sarrasin auprès duquel sa fuite a fini par le conduire39 ; il a beau faire miroiter à ses yeux la perspective d’une conquête de la France, sa. qualité de traître inspire au premier abord une telle méfiance que, même comme mercenaire, il lui est impossible, d’emblée, de se faire accepter :

  • 40 Gerbert de Mez, 7706-12.

"Retien moi, sire, bien te sarai servir,
Tes jenz conduire, tenir tes Sarrasins.
Dist l’amirans : "Dont sui je fox naïs
S en traïtor me fi ja a nul dis.
Si ne di pas c’or en doies morir
§ ot por ton diu, que tu as relenqui
Mais en ma chartre te convenra gesir."40

  • 41 Aye d Avignon, 1593-1665.

19Ce bref dialogue est tout a fait significatif de la répulsion qu’inspire partout le traître ; un autre souverain musulman Ganor, dans Aye d’Avignon, expédie un traître abordant chez lui auprès des descendants de Marsile, qui, eux, ont des obligations a la famille de Ganelon, et doivent un bon accueil à ses membres : ce qui n’est évidemment pas le cas do Ganor !41

  • 42 Le problème de la conversion du Sarrasin ne se pose pas dans ce type de récit, qui a toujours pour (...)
  • 43 Ainsi Huon de Bordeaux, après s’être illustre a une cour sarrasine, se dérobe en pleine bataille e (...)

20Sur un point seulement, l’accueil est marqué par l’exigence que le survenant renonce a une différence ressentie comme telle : c’est la religion. Si un voyageur est amené à se fixer en pays sarrasin, il faut qu’il en passe par 1’abjuration de la foi chrétienne et l’hommage aux dieux païens. Preuve de plus, s’il en était besoin, qu’en l’étranger qu’ils accueillent, les groupes humains de la chanson de geste veulent trouver un semblable. L’opposition entre chrétiens et Sarrasins, qui est au cœur même de la problématique. du genre, ne peut être éludé le reniement est la seule solution logique42. Il n’en entraîne pas moins une extrême réprobation, et les personnages de renégats sont les plus noirs de toute la littérature épique. Aussi évite-t-on généralement de telles extrémités quand des héros, et non des traîtres, se trouvent intégrés temporairement dans une société païenne : leur séjour en ces lieux maudits est bref, et ils partent avant que l’exigence d’abjurer se soit imposée43.

21Concluons ce rapide survol : les sociétés évoquées dans la chanson de geste apparaissent comme des sociétés ouvertes au voyageur, pour sa valeur d’informateur ou d’intermédiaire, pour ses qualités personnelles aussi, le cas échéant. Mais 1’arrivée du voyageur ou de l’étranger n est pas pour elles 1’occasion d’élargir leur vision du monde ou de modifier leur système de valeurs : elles n’accueillent ou n’assimilent que ce qui correspond étroitement a leurs normes morales et sociales et à leurs préoccupations politiques. Nous soulignerons surtout en terminant l’opposition fondamentale de perspective avec le roman arthurien : dans La chanson de geste, l’accueil au voyageur est en sait partout identique, alors que le roman arthurien offre sur ce même thème, une grande diversité. C’est que, dans la chanson de geste, les sociétés qu’il rencontre n’offrent au survenant ni leçon ni épreuve : le voyageur n’est ni en mission ni en apprentissage ; les sociétés épiques ne sont pas figurées comme des sociétés en crise dont les contradictions ne pourraient être résolues que par un étranger a stature de héros. Aussi le voyageur, dans la chanson de geste, ne rencontre-t-il jamais de signes d’un mystère ou d’éléments d une leçon. Toute action qui se noue autour de son arrivée dans uns société étrangère se noue sans obscurité, une fois que lui-même a fourni les données qui le situent.

Notes

1 Quelques références sont faites à la différence des langues : soit que 1’on précise que les Sarrasins s’expriment en roman, ou l’inverse, soit qu’on évoque l’interprète qui permet la communication.

2 Les êtres vraiment différents sont les monstres, connus au moins par le Roman d’Alexandre, et que la chanson de geste n’ignore pas.

3 Huon de Bordeaux est un des rares textes où se manifeste le sentiment qu’un chrétien est de ce seul fait en danger en terre sarrasine.

4 La Prise d’Orange, éd. Régnier, Paris, 1967, v. 132-3 135 142-7.

5 Jourdain de Blaye éd. Dembowski, Chicago and London 1969, v. 1385-95.

6 Aye d’Avignon, éd. Borg, Genève, 1967, v. 1446-50.

7 Huon de Bordeaux, e d. Ruelle, Paris-Bruxelles, 1960, v. 6919-20.

8 Le charroi de Nimes, éd. McMillan Paris, 1972, v 1079-84.

9 Huon de Bordeaux, 2495-500 et passin.

10 La Prise d’Orange, -1715.

11 Ibid., v. 545-55.

12 Huon de Bordeaux, v. 8758-60, et passin.

13 Beuve de Hanstone, version continentale I, éd. Stinning, Dresde, 1911, v. 8100 sqq.

14 La Prise d’Orange, v. 180 sqq.

15 C’est le cas de Bérenger dans Aye d’Avignon, ou des pirates qui ont enlevé Esclarmonde après le naufrage des héros dans Huon de Bordeaux (v. 69I5).

16 Huon de Bordeaux, v. 6945-50.

17 C est la raison même du stratagème de Guillaume dans le Charroi de Nîmes.

18 Gaydon, éd. Guessard et Luce, Paris, 1862, v. 9811-10100.

19 La chanson d’Aspremont, éd- Brandin, Paris, 1970, v. 401-5. Il est vrai que cet accueil courtois avait été précéde de la réaction violente à une mauvaise nouvelle, le roi menaçant le messager ennemi d’un couteau (v. 370-1).

20 De son propre chef, par exemple Ferraut dans Gaydon (v. 3608-20) ; sur ordre, Huon de Bordeaux devant Gaudisse (v. 5682-90, et la suite).

21 Gerbert de Mez. éd. P. Taylor, Namur, 1952, v. 6741-60 : embassade et défi de Guillaume de Monclin à Pépin.

22 La chanson d’Aspremont, v. 1124-42.

23 Les chansons les plus archaïques concoivent ce comportement comme normal, mais assez vite il est présenté autrement, nous semble-t-il.

24 C’est au contraire le rôle du chevalier errant du roman arthurien ; il y a la une opposition fondamentale entre les deux types de fiction.

25 De plus, les motifs utilisés dans l’accueil se retrouvent dans des contextes très divers pour décrire tous les types d’hospitalité.

26 Jourdain de Blaye, v. 1270 sqq. ; Huon de Bordeaux, v. 7155 sqq.

27 Beuve de Hanstone est le récit d un exil de ce type

28 L’éloignement, l’hostilité réciproque des deux sociétés en cause rendent en général une référence de l’errant à sa société d’origine inutile et même dangereuse parfois incroyable.

29 Le nom n’est pas lié ici à la conscience individuelle de 1’identité, mais à la reconnaissance de l’homme par une société donnée : perdre cette intégration, c est aussi, du même coup, perdre son nom.

30 Huon de Bordeaux, 7925-47.

31 Beuve de Hanstone, v. 8431-9659.

32 Jourdain de Blaye,. 1436-55.

33 Ibid., v. 1909-82

34 Gerbert de Mez, v. 7743-89.

35 Huon de Bordeaux, v-7336-54.

36 Celui-ci subvient seulement aux nécessités physiques de l’état de naufragé et met ensuite en contact le héros et la cour seigneuriale ou royale.

37 L’évocation des épreuves du voyage est rare : on la rencontre sommaire et indirecte dans Huon de Bordeaux, mais elle ne sert pas à le recommander a une société étrangère : le héros la formule a son retour dans une sorte de soupir de soulagement (9025-6) : il est enfin, croit-il, au bout de ses peines.

38 Représentée au moins par le Roman d’Alexandre, et les textes à contenu fabuleux comme la Lettre du Prêtre Jean ; du 13° siècle datent aussi les premiers récits de voyage.

39 Gerbert de Mez, v. 7555 sqq.

40 Gerbert de Mez, 7706-12.

41 Aye d Avignon, 1593-1665.

42 Le problème de la conversion du Sarrasin ne se pose pas dans ce type de récit, qui a toujours pour héros un chrétien chassé de ses terres : c’est la défaite militaire qui pose le problème pour les Infidèles.

43 Ainsi Huon de Bordeaux, après s’être illustre a une cour sarrasine, se dérobe en pleine bataille et n’a donc pas a abjurer.

Auteur

Université de Provence (Aix-en-Provence)

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter