Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Perceval

Le voyage de Gauvain à la Roche Champguin chez Chrétien de Troyes et Wolfram d’Eschenbach

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Le Conte du Graal publié par Félix Lecoy. Paris 1975 - Tome II v. 8361-8364 "La citez que veez est (...)
  • 2 Ibidem, vers 8387 ; et Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Lucie (...)
  • 3 Le Conte du Graal, édition Félix Lecoy-vers 8406.
  • 4 Ibidem, vers 8550 "Li chastiax… a non la Roche del Chanpguin" cf. adaptation Lucien Foulet, page 2 (...)

1Dans son entretien avec Guiromelant, seigneur de à cité d’0rquelenes1 Gauvain l’interroge sur le nom du "fort et beau chateau qu’on voit au delà de la rivière, dont je viens aujourd’hui et où je mangeai et bus hier soir ?"2. A ces mots, Guiromelant se détourne le Gauvain "tu sais autant de la lune que de ce chateau"3. Quand Gauvain l’aura convaincu de la véracité de ses propos, il lui nomme le château : "C’est, dit-il, le château de la Roche de Champguin"4 et il ajoute ce commentaire étonnant : "On y teint mainte bonne étoffe sanguine et vermeille et mainte écarlate ; On y vend et achète bien des choses." Nom et définition surprenants, car le lecteur sait que ce château est précédemment connu sous le nom de "Château de la Merveille" et qu’il s’y est déroulé la doubla merveille du Lit et du Lion dont Gauvain vient le triompher au péril de ses jours. Selon Chrétien, le Château le la Merveille est donc transformé en teinturerie doublée d’une entreprise commerciale. C’est là un des aspects bien déconcernants parmi d’autres de cette demeure (Il exista aussi un château féérique doublé d’une entreprise de textile dans le Chevalier au Lion, celui des Pucelles).

  • 5 Le Conte du Graal, v. 6995, et adaptation de Lucien Foulet, p. 172
  • 6 Conte du Graal, v. 7002 et suivants : "Samiz. dras de soie a or batuz"
  • 7 Conte du Graal, v 7010 et adapt. Foulet p. 172
  • 8 Conte du Graal, v. 8376 : "a non l’Orguilleuse de Logres."
  • 9 Conte du Graal, v. 7054 : "ce est li nies Greorras."

2Tout est "merveilleux" dans notre château : sa première apparition d’abord : Gauvain errant encore dans le perfide at redoutable pays de Galvoie, entrainé par 1’Orgueilleuse, aperçoit de l’autre côté d’une rivière" "un palais de marbre gris à 600 fenêtres grandes ouvertes"5. Chaque fenêtre est garnie de plusieurs dames et demoiselles, vêtues d’étoffes somptueuses6, samit soies brochées d’or, qui regardent les prés, et les vorgers en fleurs et surtout Gauvain. D’innombrables regards de femmes au corps tronqué "dès les ceintures en amont" ("de dehors on apercevait par les fenêtres leur beau corps depuis la taille jusqu’à l’or de leur chevelure")7 l’épient et l’attirent. Sous leurs yeux, Gauvain, raille par la Mauvaise Pucelle, l’Orgueilleuse de Logres8 va jeter à bas du Gringalet, le chevalier neveu de Gréorras, et reprendre son cher coursier.9 Alors apparaît le Nautonier qui peut amener Gauvain au pied du château, mais qui réclame son péage, cheval ou à la rigueur chevalier ; Le Nautonier invoque les Pucelles du château en témoins de son bon droit : ainsi le Nocher Charon réclamait de tout homme un péage pour l’introduire au royaume des morts. Gauvain donna la chevalier au Nautonier, passe l’eau dans sa barque et recevra une hospitalité magnifique et copieuse chez le Nautonier.

  • 10 Conte du Graal v. 7271
  • 11 Conte du Graal v. 7278
  • 12 Conte du Graal v. 7298
  • 13 Conte du Graal v. 7316 : "les uns barbez, les autres non."
  • 14 Conte du Graal v. 7330 - 7331 et adap. de Foulet, p. 179
  • 15 Conte du Graal, v. 7348 "et feroit pes de maintes guerres."
  • 16 Jean Frappier. Chrétien de Troyes et le Mythe du Graal. Etude sur Perceval ou le conte du Graal. S (...)
  • 17 Jean Fourquet. Wolfram d’Eschenbach et le Conte del Graal, p. III

3Le lendemain, l’hôte tentera d’expliquer le château des Pucelles à l’aventureux Gauvain : château sans Seigneur, dira-t-il, défendu par 500 arbalètes qui tirent seules10, construit avec les richesses d’une Reine de haut lignage venue jadis au pays,11 sur les conseils "d’un sage clerc, versé en la science des astres" "un sages clers d’astrénomie"12 qui a introduit dans le château "de merveilleux et redoutables privilèges". Le château fait mourir tout chevalier imparfait, il est vérificateur de l’excellence du survenant. Pour hommes, de seuls valets-serviteurs, bien 50013, en attente éternelle de chevalerie, appartenant à toutes les générations, de 80 à 15 ans ; Pour femmes, des veuves déshéritées, des pucelles orphelines et 3 reines, appartenant elles aussi à trois générations. Il n’y a pas d’enfant au château. Ces étranges habitants sont en proie à l’agitation ("ils vont et viennent dans le château" "Tex gens vont el chastel et vienent") et à une "folle espérance" "une grant folie"14. Ils attendent un chavalier parfait qui, admis au château, donne un mari aux pucelles, rende aux lames leurs fiefs st "des valets fasse des chevaliers". Il ferait cesser les guerres.15 Ce palais est donc celui de l’attente, de la léthargie, car la vie sociale et physique y est arrêtée. Ces habitants 3ont-ils morts ouvivants ? l’un et l'autre à la fois, peut-on dire. Jean Frappier a fait état comme source de l’épisode, d’un vieux mythe celtique du palais de la Mort, "château de l’autre monde… et paradis celtique"16. Sans doute, la vieille Reine Yguerne, mère d’Arthur, passe pour morte (depuis 60 ans passés, dira Gauvain), de même que la femme du roi Lot, mère de Gauvain ("morte depuis 20 ans passés au moins"). C’est aussi l’opinion de Jean Fourquet : "on devine le noyau mythique primitif : les reines du château sont des mortes et Gauvain devient le Souverain d’un royaume souterrain, d’où il ne doit plus sortir"17. Gauvain, bien entendu, tente l’exploration du château.

  • 18 Conte du Graal, v. 7407
  • 19 Conte du Graal, v. 7419 et adap. L. Foulet p. 181 cf aussi J. Frappier, op. cit. p. 241 et note 27 (...)

4Devant le château, Gauvain et le Nautonier rencontrent un étrange personnage muet, l’Echassisr : cet homme "mehaigné", à la jambe artificielle en argent recouvert l’or, sertie de pierres précieuses, taille une petite baguette de frêne. : "si doloit un petit bastonet de fresne"18. Il regarde passer sans rien dire les deux arrivants. Qui est-il ? On ne sait. Il est riche : "il a de bonnes et belles rentes"19. Est-ce l’ancien roi du château ? Faut-il voir en lui le Dieu des Morts, Pluton le riche ? ou le diable ?

  • 20 Adap. L. Foulet, p. 212 et p. 179

5Chrétien de Troyes laissera sans identité expliquée cet étrange introducteur au château de la Merveille. Mais une pucelle paraît bien vivante au milieu de tous Ces morts en sursis (qui n’ont d’ailleurs pas l’aspect repoussant des serviteurs du Royaume de la Mort que rencontrera le voyageur Gulliver dans un de ses derniers voyages). C’est la seule créature née au château/Clarissant, sœur de Gauvain, qu’il n’a jamais vue. Elle aspire à l’amour. qui pour elle a le visage du fier Guiromelant d’Orquelenes, le chevalier de l’autre côté de la rivière, qu’elle aime de loin comme il l’aime de loin20. Elle veut rejoindre la vie, comme les innombrables valets-serviteurs désirent devenir enfin chevaliers : tous attendent le Sauveur, la chevalier parfait qui prouvera son excellence "en faisant cesser les enchantements du palais". Ce Sauveur sera le maître du palais, apaisera la guerre dans le pays environnant : "rendrait aux dames leurs terres, marierait les pucelles, adouberait les valets" Grâce à lui la vie dans tous ses aspects reprendrait : Ce rôle sera assumé en la circonstance non pas par Perceval, mais par Gauvain : C’est ce dernier qui sera le libérateur du château fantastique, dernier épisode de son voyage qui nous soit parvenu.

  • 21 Adap. L. Foulet, p. 185
  • 22 Adap. L. Foulet, p. 215 et Conte du Graal, éd. F. Lecoy, v 8911 - 8914.
  • 23 Jean Frappier, op. cit. p. 244 - 245

6Gauvain réussit la délivrance du pays et du château, en résistant aux flèches qui s’abattent sur lui dans la lit merveilleux et en tuant le lion. Or, dans l’état du Conte du Graal, nous ne voyons pas Perceval guérir pareillement le Roi Méhaigné et ranimer le pays du Graal. Outre ces exploits accomplis rapidement dès sa première nuit au château de la Merveille "les merveilles du palais ont pris fin pour toujours grâce à vous"21, Gauvain aura deux tâches à mener à bien : ranger définitivement sous sa loi l’Orgueilleuse de Logres, la redoutable et meurtrière rôdeuse du Pays de Galvoie, la ramener domptée à "la Roche Champguin" ; Et unir le magnifique Guiromelant et Clarissant, à qui il portera l’anneau "dont l’émeraude verdoie" "de la part du chevalier d’au delà de l’eau". Il réussit dans ces deux entreprises ; après avoir bondi dans un terrible saut par dessus le Gué Périlleux, il entend l’Orgueilleuse se repentir et donner pour motif à sa conduite le désespoir ou l’avait plongée la mort de son premier ami : Assoiffée de vengeance, elle envoyait au trépas toua les champions que suscitait sa beauté. Gauvain rapporte à la douce Clarissant, qui lui confesse son amour, le tendre message de Guiromelant. A la dernière page du Conte, il adoube enfin les 500 valets22 y compris les chenus et les grisons. C’est la renaissance pour tous. La vis pourra reprendre au château qui n’est pas une prison, comme le disait Jean Frappier23, même si on en sort difficilement, en demandant permission à la vieille Haine, Car Gauvain en sortira pour suivre à nouveau l’Orgueilleuse, et une fois le Maître des lieux, continuera sûrement à an sortir, pour la rencontre guerrière avec Guiromelant en particulier f S’il est courtois avec les Reines, il ne leur obéit pas. Ce dernier épisode souligna le parallélisme entre les deux missions des deux héros, Perceval et Gauvain (ainsi que la remarqué Alexandre Micha : Le Perceval de Chrétien de Troyes, dans Lumière du Graal, Cahiers ; du Sud, Paris 1951) Gauvain n’est pas inférieur ici en grandeur à Perceval et, pur la construction même du récit, il accomplit sa besogne de libérateur et d’élu avant Perceval.

***

  • 24 Wolfram von Eschenbach, Parzival, (Perceval le Gallois) Tomes I - II traduction et notes par Ernes (...)
  • 25 E. Tonnelat, op. cit. T. II, p. 149 (Livre XII du Parzival)
  • 26 Parzival. L. XIII. Trad. E. Tonnelat. T. II p. 194 et L. X p. 99
  • 27 Parzival. Trad. E. Tonnelat. T. II, L. XI p. III
  • 28 Parzival. Trad. E. Tonnelat. T. II. LXI p. 114

7La fonction salvatrice de Gauvain sera encore plus évidente dans les derniers livras du Parzival de Wolfram D’Eschenbach. Nous y retrouvons le récit de Chrétien amplifié et paraphrasé selon les règles de l’adaptation courtoise définies par Michel Huby dans son livre : "l’adaptation des romans courtois an Allemagne aux 12ème et 13ème siècles", mais également modifié, et surtout complété. Le château des Merveilles (livre 13 de Wolfram) est bâti au pays de la Hoche Sabine, sur une colline que le Roi Irot de Roche Sabine, père du Roi Gramoflant (le Guiromelant de Chrétien) a cédé à Clinschor, par crainte des mauvais procédés du Magicien. La Roi Irot lui a donné tout le pays à 8milles à la ronde (j’utiliserai pour les citations de Wolfram l’excellante traduction d’Ernest Tonnelat parue en 1934 aux Editions Montaigne chez Aubier et recommandée par Jean Fourquet et André Moret).24 Le Pays de Roche Sabine est donc partagé entre sas rois qui habitent la cité de Hocha Sabine et CLinschor. Une rivière torrentueuse coule au pied de la colline et du château de Clinschor, désigné dans le texte par les expressions : "Terra Marveille, Chastel Marvail". C’est le château de la Merveille : autour de lui s’étendent des prairies couvertes de fleurs, une forêt aux arbres rares ; "tamaris, brasil", domaine de Clinschor ; Enfin dans le pays, coule la rivière Sabine, et le Gué Périlleux, dernière épreuve de Gauvain passe par dessus la Sabine25. Gauvain arrive devant le château au moment où il va vaincre Lischois Gwellius, et il remarque : "une foule de dames assises dans l’embrasure des fenêtres au nombre de 400, ou davantage", parmi elles, quatre Reines : la vieille Reine Arnive (Yguerne), sa fille Sanguive (la mère de Gauvain), la princesse Itonié (Clarissant) et - à surprise - Cundrie (la demoiselle Hideuse) ; toutes ses fermes sont des prisonnières. Gauvain va recevoir l’hospitalité dans l’hôtel luxueux du passeur devenu chevalier, du reste, et homme courtois26. La fille du passeur, la charmante Bêne, s’empresse autour de Gauvain qui, bien que tout occupé de sa passion envahissante pour la belle duchesse 0rguelu. ; e, lui fait néanmoins un doigt de cour. C’est à elle qu’il va commencer à poser des questions sur le château aux Dames. La jeune fille refuse de répondre et fond en larmes. L’Hote interrogé à son tour révêle l’existence du Lit de la Merv9ille, c’est à dire "Le Deuil et la Mort"27. Et il donne à Gauvain son grand écu qui lui sera bien utile pour se protéger28.

  • 29 Parzival. T II LXI p. 115
  • 30 Parzival. T. II. L. XI p. 116
  • 31 "Même M. J. Fourquet, s’appuyant sur Wolfram pensait que le poète allemand évitait la traduction". (...)
  • 32 Parzival. LXI p. 117
  • 33 Parzival. LXI p. 118
  • 34 Parzival. LXI p. 128
  • 35 cf J. Fourquet. Op. cit. p. 66 "gienc ein gewelbe niht ze wit" (p. 589. 2.)
  • 36 Parzival. T. II L. XII p. 142 "Il les pria de cesser leurs larmes, puis il demanda son harnois, so (...)
  • 37 Parzival. T. II L.XV p. 277

8Devant la porte du château, point d’Echassiar ; Il est remplacé par un marchand29 qui vend des trésors d’une accablante richesse. Gauvain apprend du marchand qui cause volontiers, de jamais un client homme ne lui a acheté quoi que ce soit : il n’a pour clientes que las Dames du château. Mais si Gauvain : "réussit dans son entreprise… tout ce qui est ici lui appartiendra"30. Le marchand ajoute : "bien des dames se réjouissent de votre venue en ce pays, elles espèrent être d’livrées par vous". L’aventureux Gauvain pénètre alors dans l’intérieur du château. Wolfram reprend au texte de Chrétien quelques éléments descriptifs qu’il va fortement développer dans sa description de la Merveille, par le procédé de la paraphrase de l’adaptation courtoise : les meubles, des lits, sont luxueux, les couleurs chatoyantes, les murs resplendissants ; les dallages semblent des miroirs t "Gauvain observa que la toit était de tous points semblable au plumage d’un paon : il avait de claires couleurs et il était fait de telle sorte que ni pluie ni neige no pouvaient nuire à son éclat"31 et 32 Les dames sont invisibles, bien qu’on sente leur présence : bientôt le héros est dans la chambre du Lit de la Merveille. Chrétien insinuait que le lit aurait pu se déplacer très facilement sur les dalles rien qu’en la touchant du doigt ; chez Wolfram, le lit va et vient tout seul "sur des roues taillées dans un clair rubis" à une vitesse effrayante33. Le pavé était "fait de jaspe, de chrysolithe et de sardoine". Le lit fuit devant Gauvain tel un animal farouche et le héros parvient à s’y loger en faisant à l’improviste un grand bond pendant une halte du meuble : alors, le lit furieux l’emporte aux quatre coins de la chambre, en heurtant les murs dans sa course au milieu d’une cacophonie de bruits assourdissants. Gauvain se recouvre de l’écu, cadeau du Nautonier, don providentiel, car 500 frondes le bombardent de gallets ronds et durs, puis 500 arbalètes sans tireurs font pleuvoir sur lui d’innombrables flèches. Gauvain laisse passer l’orage et reçoit successivement la visite d’un affreux Vilain fort grossier, puis l’assaut du Lion monstrueux qu’il tue d’un coup d’épée, tête et pattes tranchées. Alors, la vieille reine Arnive dépêche deux damoiselles qui le raniment, puis elle le soigne elle-même "avec un dictame et du vin chaud". Elle possède d’ailleurs un baume que Cundrie lui a apporté de Montsalvage34 et qui soigne les blessures d’Amfortas, le Roi du Graal : c’est la première fois qu’un lien est indiqué par ces précisions entre les deux châteaux. Gauvain cependant ne dit ni son nom, ni son lignage, les Reines d’ailleurs ne s’en informent pas alors. Le château de la Merveille apparaît chez Wolfram comme un palais tout étincelant de pierres précieuses taillées si chères au poète, qu’en plus du Graal lui-même devenu la fameuse Lapis exsillis il en dispose partout : bénéfiques dans le lit d’Amfortas, lumineuses dans les pieds du lit de la Merveille, et surtout dans la chambre observatoire dont la coupole surplombe le château : c’est là la troisième merveille du château (Chrétien mentionnait un simple escalier à vis)35. Les fenêtres de l’observatoire sont des pierres précieuses émincées, translucides, laissant passer le regard et voir le cours des astres : Surtout la colonne centrale, toute recouverte de glaces, est un véritable miroir périphérique qui reflète tout le pays à 8 lieues à la ronde ; Cette colonne de miroire, périscope géant, permet de distinguer tous les passants, tous les animaux, tous les paysages qui entourent le château ; c’est un poste de guet privilégié. Dans cette colonne-miroir, Gauvain apercevra la Rôdeuse Orgueluse qui viendra le relancer pour un duel suprême avec Plorant, et l’épreuve du Gué Périlleux. Le miroir la lui montrera passant dans la plaine auprès des murailles et il ce précipitera à sa suite, malgré les larmes des Reines qu’il néglige36. C’est sur cette colonne que les guetteurs apercevront plus tard le grand duel sans issue entre Perceval et Feirefilz37 et viendront en avertir la Roi Arthur dans la plaine de Roche Sabine : du camp d’Arthur, Perceval repartira vers le Graal, après s’être opposé sans le vaincre à Gauvain : La Hoche Sabine est le pays des duels évités cu avortés : Aucun des quatre grands héros n’arrive à vaincre l’autre, l’élan chevaleresque y décline sans résultat et Gauvain est le dernier victorieux du poème.

***

  • 38 Parzival T. II L.XIII p. 191
  • 39 Parzival T. II L XIII. p. 192 cf note d’E. Tonnelat : "le nom arabe avait été italianisé en Kalata (...)

9Mais il est temps de connaître l’origine du château des Merveilles et lu premier maître de ce château, Clinschor ; la reine Arnive n’est pas en effet comme l’était Yguerne la maîtresse du château ; elle n’en est que la prisonnière privilégiée. Au livre 13 du Parzival, Gauvain apprendra de la bouche d’Arnive l’histoire du château : "seigneur, je vais vous dire quel homme est Clinschor. Que de gens sur terre ont durement souffert p r sa faute !38" ; Clinschor est un italien qui règne aussi sur la "Terra de Labur", c’est à lire les plaines de la Campanie ; Il descend de Virgile, le grand Magicien ; sa capitale était Capoue, sa gloire immense. Mais, Clinschor devint l’amant de la Reine Iblis, épouse du Roi Ibert de Sicile. Le Roi surprit les amants et châtra Clinschor. Cette aventure arriva dans une forteresse situe sur la côte méridionale de la Sicile39.

  • 40 Parzival T. II. LXIII p. 193
  • 41 Parzival T. II LXIII p. 193
  • 42 Parzival T. II. LXIII p. 195
  • 43 Parzival T. II LXV p. 296

10Alors, Clinschor décide pour se venger, de devenir un sorcier et le plus grand magicien de l’univers. Il se rend dans la ville de Fersida "où fut inventé l’art de sorcellerie". L’esprit du mal s’est emparé difinitivement de Clinschor ; "humilié par sa mutilation, il n’a que malveillance pour les hommes et pour les femmes, dès lors que ce sont gens d’honneur et de mérite ; Quand il peut les priver de leurs Joies, il y trouve un plaisir profond"40. Ce sont surtout les femmes qu’il garde inutiles et prisonnières dans son château réduites à regarder par les fenêtres si quelque chevalier se présentera pour les délivrer, Clinschor interdit l’amour et L vie. "Il est aussi le maître le tous les esprits malins ou bienfaisants qui ont leur séjour entre la terre et le firmament ; Seuls échappent à son pouvoir ceux que Dieu prend sous sa protection"41. Nul jusqu’ici n’a pu se soustraire à son pouvoir : même l’amour de l’innocente Itonié n’est pas Capable de faire pénétrer Gramoflanz dans le château. Le caractère prédestiné du chevalier sauveur est donc souligné. Gauvain apprend d’Arnive, qu’il est désormais le maître du château : "Seigneur, puisque vos terribles épreuves ont pris fin, sans que vous ayez péri, tout ce que Clinschor avait reçu en présent est aujourd’hui votre bien : ni ce château, ni les terres qui l’environnent, no seront plus jamais revendiqués par lui, car il a proclamé publiquement (et c’est un homme qui tient parôle) que quiconque sortirait vivant de cette aventure deviendrait le maître de tous ses biens". Gauvain devenu Seigneur do la Merveille, sera aussi le libérateur de tous les captifs et captives aussi bien chrétiens que païens, que Clinschor maintenait prisonniers au château : "Permettez, dit Arnive, que tous ces captifs retournent aux lieux où l’on lamente leur absence… Seigneur, i] y a longtemps que j’attends ici prisonnière, jamais je n’ai vu approcher, soit à pied, soit monté sur son destrier, un homme qui sût qui j’étais, et qui ma délivrât de mes tourments."42 Ainsi, comme le Hoi Méhaigné, ou Amfortas dans le Parzival, Clinschor est infirme, stérile ; il propage le mal et la souffrance autour de lui. Il impose son pouvoir par une troupe de chevaliers appelés "les guerriers de Clinschor" tout comme Amfortas est le chef du Compagnonage guerrier du Graal. L’ordre des chevaliers de Clinschor est parallèle à l’ordre des Templeise et las guerriers des deux châteaux sont tenus à la chasteté pour des raisons différentes. La même mutilation dans le Parceval a frappé le père du jeune héros ; l’Echassier de Chrétien de Troyes, mutilé lui aussi quoi qu’autrement, serai t-il la représentation symbolique du mal incarné par le Clinschor de Wolfram ? De même que pour rompre le châtiment du Hoi Méhaigné, un sauveur prédestiné devra se présenter : Perceval ou Parzival ; de même pour rompre l’enchantement du château du Mal, il faudra un libérateur, le plus courageux de tous las hommes, Gauvain. Le parallélisme entre les deux héros ne peut qu’être constaté on ce cas encore. D’ailleurs, entre les deux châteaux, des personnages établissent un lien. On a vu qua Cundrie soignait Amfortas, mais Cundrie est chez Wolfram une des soeurs de Gauvain, une des filles de la reine Sanguive. L’étrange Cundrie jouit d’un aspect plus imposant et surprenant que hideux comme chez Chrétien de Troyes. La Messagère du Graal porte sur ses vêtements le blason du Graal : sur l’étoffe de son manteau, de samit "plus noir que le poil d’un genet étincelaient de petites tourterelles, ciselées avec art dans un or rapporté d’Arabie, et faites à l’image de l’emblème du Graal"43. Bile porte une coiffure haute et resplendissante ; des voiles épais cachent son visage, et quand elle le découvre ; "see yeux sont jaunes comme des topazes, ses dents toujours aussi longues ; ses lèvres avaient la sombre couleur bleue d’une violette… les rayons les plus brûlants n’eussent pu traverser sa chevelure." Telle, parée comme une idole barbare, elle va et vient entre les deux châteaux, entre les deux mondes ? qui sont liés aussi très spécialement par le personnage de la Duchesse Orgueluse.

***

  • 44 Parzival T. II L.XII P. 158
  • 45 Parzival T. II LXII p. 159
  • 46 Parzival T. II L.IX p. 44
  • 47 Parzival T. II L IX p. 45
  • 48 Parzival T. II LXII p. 158
  • 49 Parzival T. II L.XII p. 161

11Le conflit manichéen existe bien dans l’histoire du Graal, mais il ne prend pas un aspect simple : le château du Graal n’est pas celui du Bien, et le château de Clinschor celui du Mal t le conflit existe pour les deux châteaux et se situe pour chacun dans la succession de deux états : le temps du malheur, le temps du salut et de la délivrance. Cest Orguluse en effet, (elle le dit à Gauvain au livre 12)44 qui est responsable de la mutilation d’Amfortas. Quand Gauvain la ramène domptée vers le château de la Merveille, après l’épreuve du Gué Périlleux, elle lui raconte son aventure avec Amfortas t "Un chevalier m’avait offert ses services et m’avait promis d booire Gramoflant. Ce chevalier était un roi qui possédait le bien le plus précieux qui soit sur terre ; Seigneur, il a nom Amfortas. Le Roi, en voulant me servir, reçut une blessure qui anéantit toute ma joie. Alors que je m’apprêtais à lui accorder mon amour, il me fallut de nouveau m’abandonner à la douleur"45. Amfortas git désormais sur sa couche "à tout jamais privé d’amour et de joie". Amfortas a été méhaigné au cours d’un combat suscité par Orgueluse qui chercha désespérément un vengeur à Cidegast, son premier amant. Son cri de guerre était devenu "Amor !"46. Ce n’est pas Gramoflant d’ailleurs qui le mutile, mais un païen qui le blesse avec une lance empoisonnée, comme le dit l’ermite Trévizent à Parzival47. Après la disparition d’Amfortas, Orgueluse donne à Clinschor pour se le concilier, les riches présents qu’Amfortas lui avait faits, et qui constituent justement l’étalage du marchand à la porte du château de la Merveille48. Ces richesses sont donc un lien supplémentaire entre le Graal et le château de Clinschor ; Orgueluse a même tenté d’employer Parzival à sa vengeance, mais il l’a dédaignée et lui a répondu qu’il avait une épouse plus belle qu’elle, qui lui était chère : "Pour moi, je m’appelle Perceval. Je ne veux point de votre amour. J’ai un tout autre souci : c’est de découvrir le Graal."49 Cette scène du refus s’est passée au Gué devant la maison du Nautonnier sous les fenêtres mêmes du château des Merveilles.

12C’est dans ce château que l’inconstant Gauvain, l’éternel séducteur qui ne se fixe jamais, souffrira pour Orgueluse tous les tourments de l’amour, s’unira à elle, et pour finir l’épousera. Le personnage d’Orgueluse est démesurément amplifié à partir du livre 12 de Wolfram jusqu’au dernier vers du poème ; transformée en une Duchesse riche et puissante qui possède un royaume, celui de Logrois, elle commande à des guerriers qui défendent sa cité, en particulier contre les troupes de Gramoflant. Elle est en effet consacrée plus nettement encore que chez Chrétien à la vengeance du Noble Cidegast pour lequel elle n’a pas assez d’éloges et de regrets, et que Gramoflant a tué. Contre ce dernier, elle anime sans cesse des champions an leur promettant à tous successivement son amour et ils périssent tous sous les coups du redoutable guerrier.

  • 50 Parzival T. II LXII p. 134
  • 51 Parzival T. II LXIII p. 176

13A ce jeu, elle a gagné une réputation de cruauté, de méchanceté, diabolique (dans Chrétien de Troyes déjà, le Nautonnier l’appallait "Satanas"). Gauvain bien soigné par Arnive, après son combat avec le Lion, essaie de trouver le repos dans sa chambre : c’est l’heure d’un long dialogue entre Wolfram et Dame Minae, personnification féminine de l’amour50. Wolfram évoque sa puissance terrible sur tous les parents de Gauvain. Dame Minne maintenant, s’attaque à Gauvain lui-même ; et Orgueluse au matin, l’entrainera au Gué Périlleux de la Sabine. Après avoir cueilli la rameau réclamé par sa belle amie, rameau qu’il met en couronna sur son casque, Gauvain ramènera au château Orgueluse an triomphateur de l’amour. Ce faisant, il la délivre de sa mission maléfique et criminelle. Un grand banquet est organisé le soir même au château pour fêter la triompha de Gauvain. Tous les habitants prennent part à ce festin ; pour la première fois, depuis des années, les guerriers de Clinschor se rapprocheront progressivement des dames et les pucelles dont ils étaient cruellement séparés par la volonté du magicien51. Au cours de la soirée, des liaisons s’ébauchent et ce banquet consacre le retour de l’amour et le la vie ; cette même nuit, Orgueluse et Gauvain partageront la même chambre et s’uniront. Gauvain est donc ici le maître de la vie retrouvée comme Clinschor était la Seigneur l’un pays stérile.

14Grâce à lui, le pays et le château connaîtront la renaissance.

  • 52 Parzival T. II L. XI p. 125 et L.XII p. 135
  • 53 Parzival T. II L. XIV p. 253
  • 54 Parzival T. II L. XIV p. 254

15Les amours heureuses de Gauvain et d’Orgueluse seront d’ailleurs doublées par celles d’Itonie et de Gramoflant que le Roi Arthur unira un peu plus tard dans la plaine de Hoche Sabine, évitant ainsi un duel sans merci entre son neveu et le guerrier. La race d’Arthur, race sans descendance, refleurira-t-elle de cette façon ? Wolfram est un des rares écrivains à signaler la légende d’un fils du Roi Arthur, Ilinot, qui meurt des conséquences d’un amour malheureux pour Florie de Quénedic52. La postérité d’Arthur pourrait donc se perpétuer à travers las unions de Gauvain et d’Itonie : c’est Gauvain qui a porté la déclaration d’amour, symbolisée par l’anneau d’émeraude, de Gramoflant à sa jeune sœur : "Gauvain et Gramoflant échangèrent un baiser en signe de complète réconciliation. Arthur donna ensuite Itonie en mariage à Gramoflant"53 "La duchesse Orgueluse d’olara que Gauvain, par des hauts faits qui le couvraient de gloire, avait bien mérité qu’elle l’aimât, et qu’il était juste qu’il fût le maître de sa personne et de ses terres."54

16L’histoire de Gauvain à la Roche Sabine devient une illustration du mythe de la fécondité triomphant de la stérilité. La grandeur et la prédestination du personnage éclatent dans tous les épisodes mentionnés plus hauts dans l’œuvre de Wolfram, il est bien présenté comme l’égal de Perceval, puisqu’il arracha un autre château, c’est à dire un autre monda, au pouvoir du Mal. Il est lui aussi un élu. Par la conquête d’Orgueluse, qu’il délivra d’une conduite maléfique, puisqu’elle est la causa du malheur d’Amfortas, il arrive à concilier son bonheur terrestre et sa mission spirituelle, difficile équilibra auquel avait déjà songé Chrétien da Troyas. Parsial ramenant Condwiramour au château du Graal dont il devient le Roi, y élevant ses deux fils, réalisera le même équilibre.

Notes

1 Le Conte du Graal publié par Félix Lecoy. Paris 1975 - Tome II v. 8361-8364 "La citez que veez est moie… et s’a Orquelenes a non"

2 Ibidem, vers 8387 ; et Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, mis en français moderne par Lucien Poulet, préface de Mario Roques. Paris 1974 page 203.

3 Le Conte du Graal, édition Félix Lecoy-vers 8406.

4 Ibidem, vers 8550 "Li chastiax… a non la Roche del Chanpguin" cf. adaptation Lucien Foulet, page 207, et Jean Fourquet-Wolfram d’Eschenbach et le Conte del Graal -Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris - Sorbonne, Tome 17. P. U.F. Paris 1966 p. 69 t "Le détail est inattendu, le château magique est devenu une fabrique de drap !"

5 Le Conte du Graal, v. 6995, et adaptation de Lucien Foulet, p. 172

6 Conte du Graal, v. 7002 et suivants : "Samiz. dras de soie a or batuz"

7 Conte du Graal, v 7010 et adapt. Foulet p. 172

8 Conte du Graal, v. 8376 : "a non l’Orguilleuse de Logres."

9 Conte du Graal, v. 7054 : "ce est li nies Greorras."

10 Conte du Graal v. 7271

11 Conte du Graal v. 7278

12 Conte du Graal v. 7298

13 Conte du Graal v. 7316 : "les uns barbez, les autres non."

14 Conte du Graal v. 7330 - 7331 et adap. de Foulet, p. 179

15 Conte du Graal, v. 7348 "et feroit pes de maintes guerres."

16 Jean Frappier. Chrétien de Troyes et le Mythe du Graal. Etude sur Perceval ou le conte du Graal. S.E.D.E.S. Paris 1972, p. 244

17 Jean Fourquet. Wolfram d’Eschenbach et le Conte del Graal, p. III

18 Conte du Graal, v. 7407

19 Conte du Graal, v. 7419 et adap. L. Foulet p. 181 cf aussi J. Frappier, op. cit. p. 241 et note 27. Le voyage de Gulliver est celui dans l’ile de Glubbdubdrib, l’île des sorciers (Edition J. Axelrad, 215)

20 Adap. L. Foulet, p. 212 et p. 179

21 Adap. L. Foulet, p. 185

22 Adap. L. Foulet, p. 215 et Conte du Graal, éd. F. Lecoy, v 8911 - 8914.

23 Jean Frappier, op. cit. p. 244 - 245

24 Wolfram von Eschenbach, Parzival, (Perceval le Gallois) Tomes I - II traduction et notes par Ernest Tonnelat. Paris 1934. Je remercie la Bibliothèque de Strasbourg qui a obligeamment prêté cet ouvrage - André Moret - Wolfram d’Eschenbach - Parzival - Morceaux choisis avec introduction, notes, glossaire. Bibliothèque de Philologie germanique. Paris 1953 p. 44

25 E. Tonnelat, op. cit. T. II, p. 149 (Livre XII du Parzival)

26 Parzival. L. XIII. Trad. E. Tonnelat. T. II p. 194 et L. X p. 99

27 Parzival. Trad. E. Tonnelat. T. II, L. XI p. III

28 Parzival. Trad. E. Tonnelat. T. II. LXI p. 114

29 Parzival. T II LXI p. 115

30 Parzival. T. II. L. XI p. 116

31 "Même M. J. Fourquet, s’appuyant sur Wolfram pensait que le poète allemand évitait la traduction". Michel Huby op. cit. p. 40 et J. Fourquet, op. cit. p. 3

32 Parzival. LXI p. 117

33 Parzival. LXI p. 118

34 Parzival. LXI p. 128

35 cf J. Fourquet. Op. cit. p. 66 "gienc ein gewelbe niht ze wit" (p. 589. 2.)

36 Parzival. T. II L. XII p. 142 "Il les pria de cesser leurs larmes, puis il demanda son harnois, son cheval et son épée".

37 Parzival. T. II L.XV p. 277

38 Parzival T. II L.XIII p. 191

39 Parzival T. II L XIII. p. 192 cf note d’E. Tonnelat : "le nom arabe avait été italianisé en Kalata bellota, que Wolfram nomme : Kalot Embolot"

40 Parzival T. II. LXIII p. 193

41 Parzival T. II LXIII p. 193

42 Parzival T. II. LXIII p. 195

43 Parzival T. II LXV p. 296

44 Parzival T. II L.XII P. 158

45 Parzival T. II LXII p. 159

46 Parzival T. II L.IX p. 44

47 Parzival T. II L IX p. 45

48 Parzival T. II LXII p. 158

49 Parzival T. II L.XII p. 161

50 Parzival T. II LXII p. 134

51 Parzival T. II LXIII p. 176

52 Parzival T. II L. XI p. 125 et L.XII p. 135

53 Parzival T. II L. XIV p. 253

54 Parzival T. II L. XIV p. 254

Auteur

Université de Provence (Aix-en-Provence)

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter