Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Littérature arthurienne et courtoise

De Chrétien de Troyes à Guillaume de Lorris : ces quêtes qu’on dit inachevées

Jacques Ribard

Texte intégral

1Les hommes d’aujourd’hui, les plus jeunes et les plus généreux surtout, comme insatisfaits du monde et d’eux-mêmes, se disent volontiers en recherche de quelque chose qu’ils ont, semble-t-il, bien du mal à définir. C’est comme une sorte de malaise ontologique qui les habite, une aspiration souvent vague qui les rend disponibles à on ne sait quelle aventure - au sens médiéval du mot - et prêts à se lancer à corps perdu dans quelque quête plus ou moins obscure et dangereuse.

2A la sourde inquiétude de ces hommes d’aujourd’hui semblent répondre, par delà les siècles, certaines œuvres maîtresses de notre Moyen Age, qui ont pour thème essentiel, pour schéma directeur faudrait-il plutôt dire, une semblable recherche, une quête souvent mystérieuse et qui n’en est que plus authentique et plus fascinante.

3Car ce ne sont pas les quêtes qui avouent trop clairement leur objectif - telle la célèbre Queste del saint Graal - qui nous arrêteront ici, mais, puisqu’il faut faire un choix dans le cadre nécessairement restreint de cette communication, nous nous intéresserons plutôt à celles qui nous laissent sur une interrogation sans réponse, ces quêtes dont l’auteur s’est comme refusé à nous donner le terme, si terme il devait y avoir. Nous voulons parler d’un Chrétien de Troyes abandonnant son Lancelot muré dans sa tour, son Perceval frappé de plein fouet par la malédiction de la Demoiselle hideuse, d’un Guillaume de Lorris aussi abandonnant son héros à des lamentations sans espoir au pied de la tour où Bel Accueil se morfond à jamais et où se flétrira la Rose.

4Nous n’avons que faire des continuateurs, fidèles ou non au prétendu projet de l’auteur - qui le dira jamais ? -, des Godefroy de Lagny ou des Jean de Meun, trop pressés d’apporter au lecteur la fausse satisfaction d’une fin postiche. Nous avons passé le temps où l’on s’ingéniait sottement à inventer quelque fin plus rassurante au Misanthrope de Molière !

5Dans la mesure même où ces quêtes se refusent et nous refusent l’aboutissement attendu st souhaité, elles nous invitent à nous interroger sur la signification profonde qu’elle recèlent en elles, à nous lancer nous-même dans une quête au second degré sur le sens qu’il faut donner à cette célèbre et mystérieuse "quête" médiévale.

***

6Nous ne nous arrêterons guère à une première "lecture" possible qui se voudrait quasi historique ou, pour mieux dire, sociologique - encore que ce mode d’interprétation, pour superficiel qu’il soit à nos yeux, ne soit pas pour autant sans mérite.

7Il s’agirait de voir dans ces quêtes romanesques les témoins, conscients ou inconscients, du passage d’une société de type féodal et communautaire à une société qui privilégie l’individu et l’action personnelle.

8Plus de ces grands rassemblements de guerriers que mettaient en scène nos chansons de geste, mais un Lancelot, un Perceval, un Amant, lancés, seuls et pour eux-mêmes, dans une entreprise qui s’avoue comme essentiellement individuelle - même si, comme par raccroc, par contre-coup, elle aboutit à la libération des prisonniers de Gorre dans la Charrette ou, dans le Conte du Graal, à celle des malheureux, assiégés dans Beaurepaire. C’est Guenièvre seule que recherche Lancelot, c’est sa mère, puis le Graal que poursuit Perceval. Plus de Sarrasins à défaire, de Chrétienté à défendre, au coude à coude, avec des compagnons d’armes. C’est un tout autre idéal, plus intériorisé, que se fixe désormais le chevalier, comme pour se donner à lui-même une nouvelle raison d’être, comme pour justifier son existence à ses propres yeux.

9Parallèlement, à un monde de guerriers, c’est-à-dire à un monde d’hommes - même s’il s’éclaire parfois de la fugitive et lumineuse apparition de la belle Aude - se substitue un autre monde où règne ce nouveau souverain, la Femme, qu’elle s’appelle Guenièvre, Blanchefleur ou la mystérieuse Rose. Et, en même temps, une nouvelle éthique se met en place. Aux liens d’homme à homme, de vassal à seigneur, qui faisaient toute la noblesse des chevaliers féodaux, se substituent les liens plus subtils de l’amour courtois : un Lancelot se faisant "recreant" au tournoi de Noauz pour les beaux yeux de sa dame, un Amant recevant humblement les commandements du dieu Amour auquel il vient de faire hommage, un Perceval défaisant l’Orgueilleux de la Lande pour réparer ses torts vis-à-vis de la Demoiselle de la tente ou abattant le sénéchal Keu coupable d’avoir frappé la "pucelle qui a ri".

10Un véritable renversement des valeurs s’opère ici. La société y apparaît en pleine mutation. Un affinement des sentiments et des mœurs se manifeste dans les extases amoureuses et courtoises d’un Lancelot devant le peigne abandonné par Guenièvre, d’un Perceval face aux gouttes de sang sur la neige, cette "samblance" de son amie, d’un Amant perdu dans la contemplation des deux pierres de cristal de la fontaine d’Amour.

11Plus de suzerain, mais une Dame. Plus d’entreprise guerrière et communautaire, mais la quête solitaire d’un amour intériorisé, qui devient la justification, la raison d’être, du nouveau chevalier courtois. Et déjà se profile à l’horizon le chevalier errant qui, pour ne plus avoir à défendre la chrétienté menacée, s’en va, par routes et par chemins, en quête d’aventures individuelles et bientôt dérisoires, comme en connaîtra le célèbre don Quichotte de la Manche.

12La quête serait alors comme le substitut abâtardi de la fonction guerrière, désormais sans objet, d’une caste militaire désaffectée.

***

13Une seconde "lecture" se présenterait essentiellement comme psychologique et, dans une large mesure, didactique.

14Il s’agirait, pour l’auteur, de mettre en scène une manière de quête de la maturité, de l’amour en même temps, qui se confond souvent avec elle par les épreuves formatrices qu’il suscite.

15Qu’il s’agisse de Perceval ou de l’Amant du Roman de la Rose - et il en va sûrement de même pour Lancelot -, nous avons affaire à de tout jeunes gens, ignorants de la vie, en marge de laquelle ils ont parfois été volontairement maintenue, comme c’est le cas pour le héros du Conte du Graal. Nous les voyons remarquablement disponibles, en attente de quelque chose, l’"aventure", qui les révélera enfin à eux-mêmes, car ils sont encore comme indifférenciés, sans nom propre d’ailleurs, c’est-à-dire sans véritable personnalité. Il leur faudra connaître bien des épreuves pour mériter leur nom, le recevoir comme Lancelot ou le "deviner" comme Perceval - ce même Perceval qui ne sait pas bien lui-même en quête de quoi il est : la chevalerie d’abord, le retour à sa mère ensuite, le Graal enfin. D’autres, au contraire, comme Lancelot ou l’Amant, sont comme fixés d’emblée dans un rêve unique et fou de jeune homme - qu’il s’appelle Guenièvre ou la Rose. Ce sera, de toutes manières, un interminable parcours, coupé d’épreuves sans nombre, avant de parvenir - ou de ne pas parvenir - à cette découverte fondamentale de soi-même, à travers l’éblouissement d’une nuit d’amour éphémère dans la Charrette, des gouttes de sang sur la neige dans le Conte du Graal, du buisson de roses à peine écloses dans le Roman de la Rose.

16Quelquefois la main de l’auteur se fait plus lourde pour souligner l’aspect proprement éducatif de l’aventure vécue par le jeune homme. Qu’on pense seulement aux trois "chastoiements" qui ponctuent le Conte du Graal - celui de la mère de Perceval à son fils, celui de Gornemant de Goort à son élève, celui de l’ermite à son disciple. Qu’on pense aussi à la galerie des vices sur le mur d’enceinte du jardin de la Rose ou aux commandements que le dieu Amour impose au jeune néophyte.

17Mais, le plus souvent, ce seront les événements eux-mêmes, les "aventures" pour reprendre le terme cher à nos auteurs médiévaux, qui se chargeront de former le jeune homme, qui mèneront un Lancelot de l’hésitation à monter sur la charrette à l’obéissance aveugle du tournoi de Noauz, qui conduiront un Perceval à troquer ses vêtements grossiers de jeune sauvage pour l’armure vermeille du chevalier avant de s’ensevelir sous la bure du pénitent, à passer du "chaceor" de son enfance au destrier de son âge mûr pour finir les pieds nus dans la poussière de la repentance.

18La quête n’est alors que l’expression concrète, comme visualisée, du passage de l’état d’adolescence, riche de toutes ses virtualités, à celui de l’homme fait, conscient de la portée de ses actes, enrichi des expériences douloureuses, mais formatrices, qu’il a vécues.

***

19Mais le thème de la quête représente aussi, et plus fondamentalement croyons-nous, un itinéraire proprement spirituel, faut-il dire initiatique ou mystique ? Une quête de la Connaissance, avec un grand C., une quête de l’Amour, avec un grand A, une quête de Dieu. Le schéma de la quête, comme nous l’avons qualifié en commençant, nous paraît à cet égard très révélateur.

20A l’origine, un jeune homme - qu’il s’agisse de Perceval ou du héros du Roman de la Rose - qui se présente comme remarquablement disponible pour répondre à un appel dont il ignore encore lui-même quel il sera. Pour Lancelot, l’œuvre de Chrétien ne nous dit rien de cet état primitif, de cette sorte de préhistoire du roman, mais on peut imaginer que, lui aussi, était comme en attente de l’"aventure" qui devait venir. Un goût de solitude, indispensable pour capter l’appel inconsciemment attendu, habite le héros.

21Puis ce sera l’arrachement, nécessaire, au milieu protecteur, naturel, qui est normalement le sien : Lancelot désertera la cour du roi Arthur pour se lancer sur les traces du redoutable ravisseur de Guenièvre, Perceval s’arrachera aux embrassements de sa mère désolée de le voir partir, l’Amant du Roman de la Rose s’éloignera de la ville pour se lancer dans sa recherche solitaire.

22Alors commenceront les épreuves, les ponts ou les gués à franchir, les buissons de ronces ou d’orties où l’on se déchire, les chevaliers menaçants à défaire, Dangier à affronter, les demoiselles messagères, fichées dans les carrefours, dont il faudra recueillir et interpréter les paroles, les châteaux trop hospitaliers auxquels il faudra savoir s’arracher.

23Mais le jeune néophyte sera soutenu dans sa quête douloureuse par des manières d’extases que susciteront des signes offerts et préparés à son intention : ici un peigne abandonné auprès d’une fontaine, là des gouttes de sang se détachant sur la neige trop blanche, ailleurs encore un bouton de rose entrevu et déjà perdu.

24Et la quête interminable recommencera, continuera. Jusqu’au moment où le jeune homme, soutenu par des révélations partielles et mystérieuses, parviendra - ou croira parvenir -au but de son long itinéraire, à la révélation ultime : la nuit d’amour mystique avec Guenièvre, le cortège éblouissant du Graal, le baiser ravi enfin à la Rose.

25Mais non. Des obstacles insurmontables vont se dresser sur sa route et l’obstruer comme définitivement. Et voilà Lancelot muré dans la tour sans issue, laissant le champ libre au redoutable Méléagant, voilà Perceval dont l’avenir est à jamais fermé par la malédiction de la Demoiselle hideuse, voilà l’Amant de la Rose rejeté dans les ténèbres extérieures, désespéré. L’initiation - la découverte et la possession de la Connaissance - a échoué. L’union mystique de Lancelot et de Guenièvre est sans lendemain, le Graal disparu sans avoir révélé sa signification, la Rose toujours inaccessible. La quête irrémédiablement interrompue.

***

26Pourra-t-elle, devra-t-elle reprendre, cette quête ? Faut-il faire confiance à Godefroy de Lagny ramenant misérablement Lancelot à la cour d’Arthur et à ses compromissions ? A Jean de Meun trahissant à l’évidence l’œuvre de son prédécesseur ? A Chrétien lui-même, se hâtant d’insérer l’épisode de l’ermitage parmi les aventures de Gauvain comme pour rassurer son lecteur chrétien ?

27N’est-ce pas plutôt que la quête n’a pas, ne peut pas, avoir de fin ? Que l’homme ne connaîtra jamais la véritable maturité, celle de l’esprit et du cœur, qu’il est un éternel voyageur, un éternel pélerin de l’impossible ? Que ces romans sont bien finis, dans la mesure même où ils n’ont pas de fin ?

28Est-ce ainsi que les lisaient les hommes du Moyen Age ? Ou projettons-nous sur ces œuvres nos fantasmes de modernes ? Qui pourrait le dire ?

29Une chose, du moins, est certaine : ce thème de la quête - tant qu’il n’a pas été "récupéré", et ce dès le Moyen Age, pour lui imposer une fin plus ou moins édifiante - reste un thème délibérément ouvert, une interrogation permanente. Et, avec lui, notre Moyen Age apparaît comme étrangement moderne, peut-être dans la mesure même où il se refuse à enfermer l’homme dans un cadre préfabriqué et lui laisse largement ouvertes les voies d’une recherche toujours recommencée.

30Nous avons déjà évoqué ce problème dans notre ouvrage Chrétien de Troyes, le Chevalier de la Charrette, essai d’interprétation symbolique. Paris, Nizet, 1972. On pourra se reporter aux pages 163 à 167 qui terminent le chapitre final intitulé "La senefiance".

Auteur

Université de Picardie (Amiens)

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter