Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Perspectives morales

La vocation messianique de Christophe Colomb

Claude Kappler

Texte intégral

1Apocalyptique, eschatologie, millénarisme : ces termes ont tous trois des résonances profondes dans l’œuvre de Colomb. Si nous avons choisi pour titre, en dernier lieu, celui de messianisme, c’est que les trois premières notions impliquent toutes celle de Messie. Le Messie est l’indispensable et unique catalyseur des événements qui préparent la fin des temps : il est celui qui doit instaurer le Royaume de Dieu.

2Sans aller jusqu’à considérer Colomb comme un Messie, il est évident que lui-même a voulu se situer dans une tradition apocalyptique et une vision eschatologique de l’Histoire.

3Après avoir évoqué les caractéristiques générales de la tradition apocalyptique, nous tâcherons de déterminer l’analogie de situation, puis l’analogie d’intentions entre Colomb et les messagers de l’Apocalypse.

4La principale caractéristique des écrits apocalyptiques est la révélation de la fin des temps, l’avènement ultime, objet d’une attente exaltée, du Royaume de Dieu. L’humanité connaîtra alors une période de bonheur parfait appelé Millenium, car elle doit durer mille ans. C’est ainsi que l’évoque Isaïe (60, 17 à 21 ; et surtout 65, 17 à 25) :

  • 1 Isaïe, 65, 17 à 25.

"Car je vais créer des cieux nouveaux et une terre nouvelle… On n’y entendra plus désormais le bruit des larmes et le son des cris. La durée de mon peuple sera telle que la durée des arbres, et mes élus useront ce que leurs mains auront fabriqué… Le loup et l’agnelet paîtront ensemble… On ne fera plus de mal ni de ravages sur toute ma dainte montagne, dit Yahvé".1

5Il s’agit d’une Nature et d’une société nouvelles, d’un bonheur humain total. Quand l’humanité parviendra-t-elle à ce Millenium ? De sa création à sa fin, elle doit traverser sept âges successifs : le 7ème est celui du Millenium. Le moyen-âge est persuadé qu’il est en train de vivre le 6ème âge, celui qui doit introduire le Royaume. Ce sixième âge est marqué par des signes qui annoncent les temps de la fin (calamités collectives, guerres, épidémies, famines, prodiges) et surtout par la venue d’un messie, chargé de détruire la puissance du mal et son représentant. Ce représentant varie selon les circonstances historiques : pour les Hébreux opprimés en Égypte, c’est Pharaon ; plus tard ce sera la corrompue Babylone et, enfin, tous ceux qui écrasent le peuple élu. Le représentant de Satan s’appelle au moyen-âge l’Antéchrist : de nombreux personnages historiques, princes, empereurs, papes seront anathémisés sous ce nom.

6L’apocalypse, dans sa forme générale, s’articule donc en trois temps :

  • le temps de l’oppression où le peuple de Dieu subit l’aliénation et la souffrance jusqu’à la limite de ses forces.
  • le temps de la résistance, qui est celui de la solitude devant le mal. Les prophètes sont méprisés : leur parole est rejetée et méconnue.
  • le temps de la libération : la chute des Puissances du Mal et la restauration des enfants de Dieu dans leurs droits initiaux.

7Ce temps de la libération s’enfante, selon Daniel (9, 25), "dans l’angoisse des temps". Le messie libérateur a été interprété diversement à travers les âges. Le moyen-âge l’a tantôt considéré comme un prince qui, comme l’annonce Daniel (9, 26) doit déclencher le cataclysme final, tantôt, il l’a vu comme l’ont vu certains des grands courants millénaristes, mouvements Hussite, Taborite et autres, comme un homme du peuple, mais illuminé, choisi par Dieu pour mener les foules vers l’accomplissement final.

8Le discours apocalyptique se caractérise souvent par des supputations chronologiques. Les chiffres tiennent une place de choix dans les prophéties, car il est tentant de prévoir par le calcul la date de la fin du monde.

9La réflexion apocalyptique a donné naissance, pendant tout le moyen-âge, à diverses formes d’action : nous renvoyons à l’excellent travail de Norman COHN, Les fanatiques de l’apocalypse (Julliard 1962).Nous nous contenterons, pour l’heure, d’examiner à la lumière de ces données l’œuvre de C. Colomb.

10Christophe est le porte-Christ et, dès 1493, Colomb prend pour signature le sigle

XPO Ferens

11St Christophe porte sur ses épaules le Christ enfant par dessus les eaux, comme Christophe Colomb porte par-dessus les mers la parole du Christ.

12Christophe Colomb est un messager de Dieu. C’est Dieu qui l’a choisi dès son enfance ; la main de Dieu est sur lui :

  • 2 Lettre aux Rois, 1501, p. 298.

"J’ai trouvé le Seigneur très favorable à mon désir, et c’est lui qui m’a donné l’esprit d’intelligence pour que je puisse le faire. Il m’a doué pour la navigation. Il m’a donné ce qu’il faut d’astrologie, de géométrie et d’arithmétique. Il m’a mis dans l’esprit et dans la main l’adresse nécessaire pour dessiner des sphères… C’est ainsi que le Seigneur ouvrit mon entendement, comme avec une main palpable pour tout ce qui était nécessaire à la navigation d’ici jusqu’aux Indes, en même temps qu’il préparait ma volonté pour l’exécution de ce projet."2

13Colomb fut façonné par Dieu, comme le fut Jérémie (1, 5) :

"Avant de te former au ventre maternel, je t’ai connu ; avant que tu sois sorti du sein, je t’ai consacré."

14Colomb ne va pas jusqu’à se qualifier de prophète, mais il s’en reconnaît toutes les caractéristiques : Dieu a nourri son esprit et fortifié sa volonté. C’est la main de Dieu que Colomb a sentie comme s i elle était palpable, tel Jérémie (1, 9) :

"Alors Yahvé, étendant la main, me toucha
"la bouche et me dit : Voilà, je mets
"en ta bouche mes paroles."

15La personne de Colomb tout entière est le fruit des soins divins, il est comme le fils Bien-Aimé. Dieu fait de l’innocent et du simple un être capable de porter sa parole. Colomb, comme Jérémie (1, 6-7), est conscient de sa faiblesse : il n’est pas un clerc, il est autodidacte et, comme le prophète, il n’a pas l’autorité a priori. Il sait qu’on 1’accuse

  • 3 Même Lettre, p. 299.

"de ne pas avoir assez de lettres, ou d’être un marin-lai, ou un homme du monde, etc. J’y répondrai avec les paroles de St Matthieu : O Seigneur, qui voulûtes maintenir tant de choses cachées aux sages et qui les révélâtes à l’innocent."3

  • 4 Journal du 1er voyage, jeudi 14 fév. 1493, p. 166.

16Des "circonstances merveilleuses", selon sa propre expression4, prouvent qu’il est l’envoyé de Dieu et ces circonstances sont, dit-il, connues des souverains d’Espagne. Colomb est en effet persuadé qu’il est l’envoyé du Seigneur, autrement dit le Messie (même si le mot n’est pas prononcé) annoncé par Isaïe et dans l’Apocalypse de Jean :

  • 5 Lettre à la Nourrice, p. 254.

"C’est moi que Dieu avait choisi pour son"
messager, me montrant de quel côté se trouvaient
"le nouveau ciel et la terre nouvelle
"dont le Seigneur avait parlé par la bouche
"de St Jean, dans son Apocalypse, et dont
"Isaïe avait fait mention auparavant."5

17Colomb a lu la Bible de manière à y trouver l’entière justification et l’annonce de sa mission prophétique : voilà pourquoi il commença à composer un Livre des Prophéties, recueil de citations bibliques et de divers fragments littéraires à couleur prophétique. S’il a dit que Dieu l’avait formé et doué, presque "conçu" pour l’accomplissement de sa destinée messianique, il est aussi persuadé que la science ne lui a été d’aucune utilité. Eût-il été ignorant, que Dieu se serait servi de lui pour que s’accomplisse la prophétie :

  • 6 Lettre aux Rois, 1501, p. 301.

"J’ai déjà dit que, pour l’exécution de l’entreprise des Indes, la raison, les mathématiques et la mappemonde ne me furent d’aucune utilité. 11 ne s’agissait que de l’accomplissement de ce qu’Isaïe avait prédit."6

18La formule est sans compromis. Colomb se fonde sur une phrase d’Isaïe qu’il était excusable d’interpréter comme il l’a fait :

  • 7 Isaïe, 60, 9.

"Me enim insulae expectant et naves maris
"in principio, ut adducam filios tuos de
"longe, argentum eorum et aurum eorum
"cum eis."7

19Comme la mission des prophètes, la sienne est rythmée par des chiffres sacrés :

  • 8 Lettre à la Nourrice, p. 254.

"Sept années se sont ainsi écoulées en
"discours et neuf autres, qui leur
"suivirent, dans l’exécution de choses
"méritoires."8

20Ces 7 années sont celles pendant lesquelles Colomb prêcha dans le désert, celles qu’il passa à la cour d’Espagne à essayer de convaincre les souverains de l’intérêt de son projet. Les neuf autres sont celles de ses trois premiers voyages.

21Comme les prophètes, Colomb passe par des moments de souffrance où il est en butte à l’incrédulité :

  • 9 Ibidem.

"Il n’y eut partout qu’incrédulité ; mais
"Dieu inspira à la Heine, ma Dame, l’esprit
"d’intelligence."9

  • 10 Ibidem.

22Dieu permet la souffrance, mais laisse aux projets du prophète une chance de s’accomplir : il "inspire" la Heine et en fait "sa fille chérie et bien-aimée."10 Comme Isaïe à qui on crache à la figure ("je n’ai pas soustrait ma face aux outrages et aux crachats" ; 50, 6), comme Jérémie qui est "prétexte continuel à la moquerie, la fable de tout le monde" (20, 7), Colomb a dû lutter pendant les sept années préliminaires contre la moquerie :

  • 11 Lettre aux Rois, 1501, p. 298.

"Tous ceux qui furent mis au courant de mes projets, s’en moquèrent et les repoussèrent en riant… Qui donc oserait dire que ses "merveilleux rayons de clarté… etc…"11

23Cependant, ces souffrances dues à l’incrédulité sont loin d’atteindre celles que l’ingratitude et la méchanceté humaines Lui infligeront. Au cours de l’une des terribles tempêtes de son quatrième voyage, Colomb cherche refuge à St-Domingue bien qu’il y soit "interdit de séjour" à la suite des événements de 1500. On lui en refuse l’accès : Colomb est "rejeté" à la mer, exclu de cette terre qu’il avait découverte et "donnée" à 1’Espagne :

  • 12 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 270.

"Quel est l’homme, même si l’on devait remonter jusqu’à Job, qui ne se serait pas abîmé dans le désespoir, dans d’aussi cruelles circonstances voyant que, lorsqu’il s’agissait de ma vie et de celle de mon fils, de mon frère et de mes amis, on me refusait l’accès de la terre et des ports que j’ai donnés moi-même à L’Espagne, par la volonté de Dieu et en suant le sang ?"12

24Non seulement il rapporte ses souffrances à celles de Job, le Juste déchu de ses droits (avec la permission de Dieu) mais encore à celles du Christ lui-même par le biais de la sueur de sang. Sa clameur, comme celle de Job, monte "des profondeurs" :

  • 13 Lettre à la Nourrice, p. 254-55.

"Me voilà tombé dans un tel précipice qu’il n’y a personne, pour vil qu’il soit, qui ne pense à ne faire outrage,"13

25ou du fond de l’abîme :

  • 14 Même Lettre, p. 254.

"La cruauté du monde me tient attaché au plus bas de l’échelle de la Fortune. Seul me soutient encore l’espoir en Celui qui nous a tous faits. Son secours ne saurait trop tarder. Il n’y a pas si longtemps que, me trouvant une fois de plus au fond de l’abîme, Il m’a relevé de son bras divin, en me disant : Homme de peu de foi, lève-toi ! c’est moi, n’aie pas peur !"14

26Colomb fait allusion au premier de ses deux songes visionnaires : la nuit de Noël 1499, alors que la maîtrise des événements à Saint-Domingue lui échappe complètement, il se réfugie sur une petite caravelle pour se recueillir et prier. Il s’endort et entend cette Voix. On songe à la "Grande Vision" de Daniel qui s’intitule "le Temps de la colère" : Dieu apparaît au prophète qui tombe évanoui, proscre à terre. La main de Dieu le touche, "faisant frémir (ses) genoux et les paumes de (ses) mains," et le Seigneur lui dit, comme à Colomb : "Lève-toi ; me voici, à toi envoyé… Ne crains point…" (10, 9-12)

27Lors de son 4ème voyage, entré janvier et avril 1503, plogé dans les affres, il est de nouveau visité par l’Esprit de Dieu :

  • 15 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 276-77.

"Quant à moi, seul, éloigné de la terre, sur une côte âpre et inhospitalière, j’étais en proie à une forte fièvre et tout à fait épuisé de fatigue. J’avais perdu tout espoir de pouvoir m’en tirer. C’est là que j’ai passé les pires moments de ma vie. J’appelais en pleurant, d’une voix tremblante, et je criais aux quatre vents, demandant du secours aux maîtres de la guerre de Vos Altesses : mais personne ne me répondit. C’est alors que, vaincu par la fatigue, je me suis endormi en gémissant et j’entendis alors une voix compatissante qui me disait : O insensé, qui es si paresseux à croire et à servir ton Dieu et le Dieu de tous ! Qu’est-ce donc qu’il a fait de plus pour Moïse ou pour David son serviteur ?… Les Indes qui sont une partie du monde si grande et si riche, t’ont été données par Lui… Il t’a confié les clés qui ouvraient les portes de la mer Océane, fermées auparavant par de si fortes chaînes…"15

28L’homme accablé qui crie aux quatre vents dans la tempête pour appeler à son secours les puissances terrestres ne peut obtenir que le silence pour réponse car, par nature, le "monde" est ingrat et faible : Dieu seul peut soutenir son prophète. Le psaume 18, Te Deum royal, utilise des images analogues à celles de Colomb. Comme lui, David fut en proie aux affres de la mort et ce sont des flots, des fracas de tempête qu’on entend à travers le psaume :

Les flots de la mort m’enveloppaient
Les torrents de Bélial m’épouvantaient,
Les filets du shéol me cernaient,
Devant moi les pièges de la mort.
…………………………………………………………………………………………
Il envoie d’en haut et me prend,
Il me retire des grandes eaux…

29Le psaume finit sur l’assurance que Dieu "multiplie, pour son roi les délivrances/et montre de l’amour pour son messie, /pour David et sa descendance à jamais."

30Colomb est comme Moïse, le sauvé des eaux. Comme Moïse et le peuple Elu, il a "passé la Mer Rouge." Les mouvements millénaristes considèrent les souffrances messianiques de l’humanité en gésine comme un passage de la Mer Rouge : les croisades des Pauvres, ou des Pastoureaux, partirent sans crainte des mers à traverser, fortes de l’expérience de Moïse. (En fait elles furent anéanties avant d’avoir à les affronter). La mer Océane dont Colomb a obtenu les clés, de la main de Dieu, constitue elle aussi une "Mer Rouge" symbolique. Comme le peuple Elu ou comme les prophètes, Colomb mérite le miracle. Le terme se trouve d’ailleurs dans son propre texte à une autre occasion :

  • 16 Lettre aux Rois, 1501, p. 299.

"C’est un miracle évident que le Seigneur a daigné faire avec ce voyage aux Indes…"16

31Protester contre Dieu est une erreur. La réponse aux plaintes de Colomb est forte et rude, comme celle que Dieu donna à Job :

  • 17 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 277.

"Bien qu’engourdi par le sommeil, j’entendis tout cela. Je ne trouvai cependant rien à répondre à des paroles si vraies et ne pouvais que pleurer sur mes péchés. Enfin la voix termina son discours, sans que je susse encore qui était celui qui me parlait en me disant : Ne crains rien, et aie confiance ! Ces tribulations sont gravées sur du marbre et elles ne sont pas sans raison d’être."17

32En effet la souffrance, que ce soit celle du prophète ou celle du peuple de Dieu, est la condition de l’avènement du Royaume. Colomb y travaille directement, non seulement par sa souffrance, mais par ses découvertes et ses conquêtes. Il n’a entrepris, dit-il, ses voyages qu’afin d’en rapporter assez d’or pour reconquérir, militairement, Jérusalem. Dès le premier voyage ses intentions sont clairement affirmées. Le mercredi 26 décembre 1492, il écrit dans son journal de bord qu’il est en train de découvrir tant de richesses

  • 18 Journal du 1er voyage, p. 135.

"qu’avant trois ans les Rois Catholiques pourraient être prêts pour entreprendre la conquête de la Maison Sainte. Car c’est à cela, dit-il, que je me suis engagé envers Vos Altesses ; que tout le bénéfice de mon entreprise devait être dépensé pour la conquête de Jérusalem. Vos Altesses avaient éclaté de rire et m’avaient dit qu’elles étaient d’accord et qu’elles en avaient grande envie, même sans cet or-là !18"

33L’atmosphère de cette scène, que révèle l’éclat de rire des souverains, témoigne de l’attitude des contemporains de Colomb à l’égard de son "illuminisme" : son idéalisme est sans doute peu accessible à l’humour et au rire ; il est vrai que l’homme de Dieu n’est pas là pour rire… et que le rire dont il est l’objet est presque insultant. Mais le temps passe et Jérusalem est toujours aux Infidèles : lors de son 4ème voyage, Colomb rappelle aux souverains, avec solennité, mais non sans acrimonie, qu’il serait temps de réaliser leur promesse :

  • 19 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 285.

"Quant à l’autre illustre entreprise, elle est toujours en train de nous solliciter à bras ouverts… Il est bon de donner à Dieu ce qui lui appartient et que chacun ait ce qui est à soi : c’est là une excellente opinion et digne d’un juste."19

34Pour Colomb, comme pour bien d’autres, la fin des temps est proche :

  • 20 Lettre aux Rois, 1501, p. 300.

"Notre Rédempteur a dit qu’avant la consommation de ce monde devait s’accomplir tout ce qui avait été écrit par les prophètes."20

  • 21 Même Lettre, p. 301.

35Or, comme le dit Colomb plus loin, "une très grande partie des prophéties de la Sainte Écriture s’est déjà accomplie"21 : entre autres prophéties accomplies figurent ses propres découvertes. Le temps est donc vene de réaliser la dernière prophétie. A la suite de calculs détaillés, Colomb arrive à la certitude que

  • 22 Même Lettre, p. 300.

"il ne manque plus que 155 ans jusqu’à l’accomplissement des sept mille (ans) dans le courant desquels… le monde devra finir."22

36Non seulement la pensée de Colomb possède toutes les caractéristiques de la pensée apocalyptique, mais Colomb lui-même se réfère à l’auteur d’une doctrine qui prêta le flanc à diverses hérésies et fut à l’origine de plusieurs mouvements millénaristes : Joachim de Fiore, moine calabrais (1145-1202) qui écrit vers 1180. Sa doctrine fut l’objet de nombreux commentaires (en particulier St Bonaventure) et, par l’intermédiaire des franciscains, s’infiltra dans tous les milieux :

  • 23 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 283. Autre référence à Joachim de Fiore dans la lettre aux Roi (...)

"Jérusalem et le mont Sion devront être reconstruits par des mains chrétiennes ; et Dieu a déjà dit qui est celui qui doit le faire, par la bouche de son prophète, dans le psaume 14. L’abbé Joachim dit que cet homme-là doit venir d’Espagne… I1 y a longtemps que l’empereur de Cathay a envoyé certains de ses sages pour demander qu’on leur enseigne la loi du Christ. Qui donc sera celui qui s’offrira à le faire ? Si Notre-Seigneur me permet de rentrer en Espagne, je m’engage à le mener à bonne fin avec l’aide de Dieu".23

37Colomb n’ose pas se proposer directement pour prendre la tête de la croisade et il choisit, pour cela, un biais : il s’offre à évangéliser le Cathay… ce que, d’ailleurs, il était déjà en train de faire puisqu’il croyait avoir découvert des îles et des terres du Cathay. C’est là encore une manière de réaliser la prophétie puisque la fin du monde ne peut advenir que lorsque la parole de Dieu aura été annoncée dans le monde entier. La référence au psaume 14 prouve à quel point Colomb règle son action sur celle des prophètes et surtout combien il a fait sienne la pensée millénariste. La fer-mule du psaume "Qui donnera de Sion le salut d’Israël" se retrouve dans "Qui donc sera celui qui s’offrira à le faire ?" La coloration de ce psaume est très nettement apocalyptique :

L’insensé a dit en son cœur :
"Plus de Dieu !"
Corrompues, abominables leurs actions,
Plus d’honnête homme.

38Cette idée que le monde est arrivé à un point extrême de corruption est l’idée de base des millénarismes. Mais il reste "le sel de la terre" :

Des cieux Yahvé se penche
Vers les fils d’Adam,
Pour voir s’il en est un de sensé,
Un qui cherche Dieu.

39Celui-là, c’est le Juste, celui qu’on bafoue et qu’on n’écoute pas :

Car Dieu est pour la race du juste.
Vous bafouez les visées du petit,
Mais Yahvé est son abri.

40Cette situation est celle de l’oppression, celle où Satan a l’avantage, où il empêche les élus d’accomplir leur tâche. Dans sa lettre au pape Alexandre VI, Colomb déplore qu’on n’ait toujours pas reconquis Jérusalem :

  • 24 Lettre à Alexandre VI, p. 307.

"C’est Satan qui a empêché tout cela et qui, avec ses astuces, a mis toute l’affaire dans un état qui empêchera l’un et l’autre, si le Seigneur n’y pourvoit pas."24

41Colomb est personnellement victime de l’Ennemi : à la fin de son 3ème voyage, alors que la révolte gronde à Saint-Domingue, Ferdinand envoie un certain Bobadilla, être assez fruste, semble-t-il, chargé de rétablir l’ordre. Celui-ci s’empare de Colomb, le fait mettra aux fers et le renvoie en Espagne dans cet état :

  • 25 Ibidem.

"On m’avait accordé le gouvernement perpétuel de tout cela, et maintenant je viens d’en être privé par la violence : on voit bien clairement que c’est là une nouvelle malice de l’ennemi afin qu’une si sainte intention ne voie pas la lumière."25

42Pa un curieux retournement du destin, Bobadilla fera naufrage en 1502, à la sortie du port de Saint-Domingue et périra avec tous ses hommes :

  • 26 Lettre au Roi Ferdinand, juin ou juillet 1505, p. 303.

"Il y a longtemps que le Seigneur m’a montré d’une manière publique et évidente ce miracle : celui qui a été la cause de mon malheur, avec tous ceux qui l’y avaient aidé, furent réunis par lui à bord de la meilleure des trente-quatre nefs parmi lesquelles il aurait pu choisir, et dans la moitié des autres, et Il les fit tous couler à la sortie du port, en telle sorte qu’aucun d’eux n’a pu se rendre compte de ce qui se passait."26

43La preuve que la Fatalité divine était sur le Méchant ; et ses comparses, c’est que Bobadilla pouvait choisir, parmi les nefs, les meilleures et que cela n’a pas empêché la Justice Divine de faire son œuvre. Cet engloutissement apocalyptique se fait à une rapidité si foudroyante que ses victimes n’ont pas même le temps de s’en apercevoir, tel l’engloutissement de Pharaon dans la Mer Rouge, salut du peuple d’Israël, et châtiment de l’Ennemi.

44Tous les signes qui annoncent la fin des Temps sont donc réunis : les souffrances des élus et la corruption de l’humanité sont extrêmes, le châtiment des Méchants a commencé, la parole de Dieu est répandue dans le monde entier et les calculs prouvent que "les temps sont proches." La prophétie est en train de s’accomplir. Tout se passe comme si l’aventure individuelle de Colomb prenait les proportions d’une aventure collective prête à embraser le monde entier.

45On pourrait dire qu’il a manqué à Colomb, pour être un vrai millénariste, d’élaborer une image de la société idéale, de proposer à ses contemporains le modèle de l’humanité originelle à restaurer. Là encore, le pensée apocalyptique de Colomb ne le cède en rien aux mouvements qui, eux, ont véritablement fondé des communautés qu’ils voulaient pures et fraternelles. Au cours de ses deux premiers voyages, Colomb a eu une vision réelle et directe de l’humanité idéale : celle de ces îles de paradis où l’on vit nu, où tout est commun. Les Antilles sont un jardin d’Eden. Là, vivent des races plus blanches et plus belles que partout ailleurs. Leurs mœurs sont pures, comme leurs corps sont beaux, comme est admirable le "jardin" où elles vivent :

  • 27 1er voyage, mardi 25 déc. 1492, p. 131.

"Je ne pense pas qu’il y ait de meilleures gens dans le monde entier. Ils aiment leur prochain comme eux-mêmes, et ils ont une façon de parler qui est la plus douce du monde, toujours aimablement et avec le sourire. Les hommes aussi bien que les femmes vont tout nus, tels que leurs mères les ont mis au monde ; mais j’assure Vos Altesses que leurs mœurs sont très pures."27

  • 28 1er voyage, mardi 6 nov. 1492, p. 73.

46Il dit aussi que "ce sont des gens… qui ne connaissent pas le mal."28

47La prophétie d’Isaïe (65, 16-25) trouve, en ces îles, une très belle illustration : Colomb a eu la joie de découvrir une Nature où l’homme est en relation immédiate avec lui-même et offre l’image du Premier Adam.

48On le voit, Colomb est plus qu’un voyageur. Navigateur, il l’est jusqu’au fond de l’âme. Mais il est, au même degré, mystique et visionnaire. Voyager c’est, pour lui, accomplir un projet de Dieu, un dessein supérieur dont la réalisation est nécessaire à l’avènement du millénium. S’il est plus qu’un voyageur, il est aussi plus qu’un millénariste : les mouvements millénaristes ont parfois considéré le voyage comme un moyen nécessaire aux réalisations messianiques, mais jamais il ne leur a été aussi physiquement et moralement indispensable qu’à Colomb.

49Les deux aspects sont chez lui indissociables : le voyage est une méditation, un cheminement spirituel, une mission divine. Mais ce n’est que sur la mer et dans le tourbillon des vents qu’il peut entendre la voix de Dieu.

***

NOTES

50Toutes les références se rapportent à l’édition des Œuvres de Christophe Colomb d’Alexandre Cioranescu, Gallimard 1961.

51Nous avons déjà, cité l’ouvrage de Norman Cohn. Ajoutons ici que notre information sur l’apocalyptique doit beaucoup

  • à un séminaire organisé sur ce thème par l’Institut d’Histoire des Religions de l’Université de Strasbourg en 1972-73,
  • et à une analyse sociologique de l’apocalyptique à laquelle M. F. Raphaël, Maître-assistant de Sociologie à la même Université, a consacré quelques cours en 1974.

Notes

1 Isaïe, 65, 17 à 25.

2 Lettre aux Rois, 1501, p. 298.

3 Même Lettre, p. 299.

4 Journal du 1er voyage, jeudi 14 fév. 1493, p. 166.

5 Lettre à la Nourrice, p. 254.

6 Lettre aux Rois, 1501, p. 301.

7 Isaïe, 60, 9.

8 Lettre à la Nourrice, p. 254.

9 Ibidem.

10 Ibidem.

11 Lettre aux Rois, 1501, p. 298.

12 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 270.

13 Lettre à la Nourrice, p. 254-55.

14 Même Lettre, p. 254.

15 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 276-77.

16 Lettre aux Rois, 1501, p. 299.

17 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 277.

18 Journal du 1er voyage, p. 135.

19 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 285.

20 Lettre aux Rois, 1501, p. 300.

21 Même Lettre, p. 301.

22 Même Lettre, p. 300.

23 4ème voyage : Relation aux Rois, p. 283. Autre référence à Joachim de Fiore dans la lettre aux Rois de 1501, p. 302.

24 Lettre à Alexandre VI, p. 307.

25 Ibidem.

26 Lettre au Roi Ferdinand, juin ou juillet 1505, p. 303.

27 1er voyage, mardi 25 déc. 1492, p. 131.

28 1er voyage, mardi 6 nov. 1492, p. 73.

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter