Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Voyages imaginaires et allégoriques

Le voyage allégorique chez Christine de Pisan

Stéphane Gompertz

Texte intégral

  • 1 Le livre de la Mutacion de Fortune, éd. par Suzanne Solente, Paris, SATF, 1959-1966, 4 vol ; Le Li (...)
  • 2 Mutacion, v. 469-495, t. I p. 23-24.
  • 3 Long Estude, v. 2035 P. 88.
  • 4 ibid. v. 2057 P. 89.

1Le voyage allégorique constitue un motif essentiel dans deux des œuvres les plus importantes de Christine de Pisan, le Livre de la Mutacion de Fortune et le Livre du Chemin de Long Estude1. Dans le premier, Christine raconte comment elle fut envoyée par sa mère Nature à la cour de Fortune2. Celle-ci l’expédie auprès d’Hyménée ; Christine y reste dix ans ; un ordre de Fortune la rappelle : elle s’embarque avec son mari mais ce dernier est emporté par une tempête. Métamorphosée en homme, Christine revient péniblement au château de Fortune. Ici s’arrête le voyage proprement dit, à moins qu’on n’assimile à ce thème les errances des humains à travers le château de Fortune. Tout le reste de l’œuvre est en effet consacré à l’évocation du château, et surtout de ses peintures qui reproduisent les grands événements de l’histoire du monde. Le récit de ces événements par Christine occupe à lui seul la plus grande partie du livre. Dans le Chemin de Long Estude, Christine raconte une vision qu’elle eut après son veuvage. La prophétesse Sebille (Sibylle) l’emmène dans us. grand voyage initiatique. Elles parcourent tout d’abord la Terre et ses trois continents, puis montent au ciel et traversent ses différentes sphères, sans toutefois pénétrer dans le "ciel cristalin"3. Puis elles redescendent jusqu’au "ciel d’air"4, où elles voient siéger des entités allégoriques : Fortune, la mort, Famine, Cupido, qui exécutent les ordres venus d’en haut. Quatre d’entre elles : Sagesse, Noblesse, Chevalerie et Richesse, s’affrontent devant le tribunal de Raison sur l’origine des malheurs de la terre et le choix de l’homme qui devra y remédier. Finalement, les princes français sont choisis comme arbitres. Christine servira de messagère. Elle accepte… et s’éveille. Là encore, le compte-rendu occupe dans le livre une part plus importante que le voyage proprement dit.

  • 5 Sur les sources de Christine, et notamment l’Image du monde, cf. S. Solente, op. cit, t. I p. xxx- (...)
  • 6 Cf. Mutacion,v. 1461-2874. t. I p. 59-106, v. 3005-3314, t. I p. 111-121, et Long Estude, v. 2253- (...)

2Les deux œuvres nous présentent assurément deux voyages assez dissemblables : cela tient à la fiction particulière à chacune d’elles. Le voyage de Long Estude est un voyage d’initiation, consécutif, nous dit Christine, à son deuil et à la détresse qu’elle ressent devant les malheurs du temps. Dans Mutacion, au contraire, la mort du mari est insérée dans le voyage lui-même. Les voyages n’ont pas la même amplitude. On remarque en revanche un grand nombre de similitudes. Dans le détail, tout d’abord : les deux poèmes évoquent Alexandre et les arbres du soleil et de la lune, Fortune, les merveilles de l’Inde : preuve d’une source d’inspiration commune5. Dans les deux œuvres, le chiffre quatre sous-tend l’équilibre du monde allégorique : quatre points cardinaux, quatre murs du château de Fortune, quatre portes avec leurs gardiennes, quatre "chaieres" où siègent les quatre reines du monde6. Nais c’est surtout au niveau de l’interprétation globale qu’éclatent les ressemblances : trois traits essentiels caractérisent le voyage dans les deux œuvres : la mise sur le même plan de thèmes allégoriques et de thèmes "réels" ; une place relativement réduite dans l’économie de l’ensemble ; une présentation autobiographique.

  • 7 Cf. Ch. V. Langlois, La vie en France au moyen-âge, t.III La connaissance de la nature et du monde(...)
  • 8 Mutacion v. 3975-4028. t. I p. H4-145 et v. 4273-5130 p. 52-68.

3Dans les deux œuvres, le point de départ du voyage est allégorique. Dans Mutacion, Christine part du château de Fortune pour y retourner dix ans plus tard. Dans Long Estude, le voyage commence véritablement au verger de Sapience. Si la "réalité" intervient dans le voyage, elle est toujours encadrée par l’allégorie-même si l’allégorie est à son tour entée sur la réalité autobiographique. Mais à l’intérieur du voyage, réalité et allégorie se mélangent et se répondent. Laissons de côté pour l’instant le problème de l’autobiographie. Par "réalité", nous entendons tout ce qui ressortit à la connaissance scientifique ou mythique du monde : le cosmos, la géographie, l’histoire. Dans Long Estude, l’évocation des trois continents reproduit assez fidèlement les grandes descriptions de l’univers qui faisaient autorité à l’époque de Christine7. L’ordre didactique de l’exposition est ainsi transposé en ordre narratif. Les trois continents sont également évoqués, de façon allégorique, dans Mutacion, lorsque Christine décrit le château de Fortune8. Mais nous voyons précisément dans ce passage combien est subtil le jeu de la réalité et de l’allégorie, puisque l’on passe pour ainsi dire insensiblement du monde allégorique au monde géographique, du symbole au réel :

  • 9 ibid, v.3963-3976. t. I p. 143-144.

C’est li chasteaulx ou faillent droiz,
Ou péril a en tous endrois.
La est le Gouffre Perilleux
De mer, qui tant est merveilleux
Qu’il s’angloute tout le navire,
Qui vers celles parties vire ;…
La est la grant mer Occeane,
La Rouge, la Meditarane…9

  • 10 Cf. T. Todorov, "Introduction à la symbolique" in Poétique, 11 p. 277-278. Comme le symbole, l’all (...)

4Le château contient l’univers, spatialement et aussi temporellement, puisque sur les murs du donjon est peinte l’histoire du monde. Il le contient comme l’allégorie englobe–paradigmatiquement – et encadre – syntagmatiqmement – la monde réel. Far le biais d’un symbole – la mer – réduit tout à coup au seul symbolisant10, le monde réel s’introduit dans l’allégorie. Bans son séjour au château de Fortune, Christine a vu l’univers entier. La même confusion affecte l’histoire des hommes : Christine rapporte les scènes qu’elle relate, tantôt aux peintures qu’elle a vues sur les murs du donjon, tantôt aux écrits qu’elle a lus réellement, voire aux événements qu’elle a vus se produire de son vivant :

  • 11 Mutacion, v.16590, t. III p. 109 ; v.18666, t. III p. 185 ; v.23291, t. IV p. 69.

"ce que trouvay en la paroit"
"comme en escript truis"
"qu’en mon temps vy"11.

5Nous reviendrons sur les problèmes que soulève l’oubli de la fiction allégorique dans la deuxième partie de l’œuvre. Restons-en au voyage. Multipliant les lieux et les points de vue, le voyage favorise à merveille la juxtaposition de l’allégorique et du réel. Par le contact avec l’allégorie, le réel acquiert une valeur symbolique. L’allégorie, inversement, se fonde en vérité. L’ensemble ne constitue plus qu’une "ténébreuse et profonde unité".

  • 12 ibid., v.1011-1014, t. I p. 41.

Car le pays Ymeneüs,
Ou maint ont maint meschief eü,
Ou qu’on le doye ou non amer,
Si est il prochain de la mer ;12

  • 13 Long Estude, v.1848 p. 80.
  • 14 ibid., v. 2057 p. 89. Sur le lien traditionnel entre la montée à travers les sphères et la purific (...)
  • 15 Long Estude, v.2095 p. 91. "Dieu doit mouvoir les corps célestes par l’intermédiaire de la créatur (...)
  • 16 Long Estude v.2160-2174 P. 94 ; cf. Dante, Paradis, I, v. 4-9, et ce commentaire dans la lettre à (...)

6La proximité des lieux fonde la parenté des registres. Le rapport métaphorique se fonde sur une métonymie fictive, que la fiction du voyage justifie. Réel et allégorie, symbolisé et symbolisant ne se correspondent plus, ils se touchent. Ce rapprochement est particulièrement net dans Long Estude : Christine visite le firmament où se meuvent les étoiles et les planètes, perçoit la musique des sphères et s’initie à la "science d’astrologie"13. Mais Sebille ne l’autorise pas à poursuivre son ascension. Ne pouvant voir les cieux supérieurs, c’est à dire "le ciel cristalin", le ciel des saints si des anges, et enfin "la majesté / De Dieu", Christine redescend – mais s’agit-il d’une redescente ? Nous avons vu que ce "ciel d’air"14 est peuplé de personnages allégoriques ; obéissant aux ordres des planètes et soumis au contrôle suprême de Dieu, ils accomplissent la volonté "des intelligences haultaines"15. Entre l’univers des étoiles et des puissances célestes et notre bas-monde, les figures allégoriques jouent le rôle d’intermédiaires, de traductrices : elles transmettent les commandements du ciel et en assurent l’exécution – et pour nous, faibles voyageurs sur le chemin de Long Estude, elles traduisent tant bien que mal une réalité énigmatique. Le voyage à travers les sphères célestes est aussi un voyage à travers les différents niveaux du sens. Là encore, le rapport métaphorique, à deux ou à plusieurs termes enchaînés ou concurrents (les astres, Fortune, la destinée, la volonté divine), est remplacé par un rapport de contiguïté spatiale : le voyage ne met pas seulement en contact les régions de l’univers mais aussi les domaines de la connaissance : c’est là que réside sa vertu totalisante. Il n’y a plus de symbole et de vérité cachée, il n’y a plus qu’une seule vérité, même si Christine ne peut nous la révéler intégralement16. Christine peut prendre ainsi ses distances vis-à-vis du langage métaphorique des poètes :

  • 17 Mutacion, v.13915-18, t. III p. 20. Pour les topoi de véracité, cf. par ex. la Voie de Paradis lon (...)

Ovide en recorde,
Qui a la vraye histoire accorde
A parler selon methafore.
Tout ne pense a recorder ore !17

7Les nombreux "je vous plevi" de la Mutacion sont donc davantage qu’un simple topos de véracité : le voyage ne sert pas seulement à fonder l’exposé sur l’autorité d’une vision personnelle plus ou moins fictive ; en unissant indissolublement l’allégorie et la réalité scientifique ou mythique, il enlève à la première son caractère métaphorique, tout en laissant subsister la valeur symbolique et les significations virtuelles de la seconde : tout se fond dans l’unité d’une expérience.

  • 18 Discours du récit, in Figures III, Paris, 1972, p. 246.
  • 19 Daniel Poirion, Le Roman de la Rose, Paris 1973, p. 103.

8Mais cette unité de langage et de sens n’est-elle pas compromise par la structure même des deux œuvres ? On peut considérer que le voyage, dans Long Estude, s’arrête en fait au vers 2806 : là commence en effet "la plaidoierie devant Raison des quatre estas". Si le long, trop long débat qui s’instaure ensuite est toujours théoriquement placé à l’intérieur du cadre fictionnel du voyage, nous avons manifestement changé de registre. Il en va de même dans Mutacion : même si l’on rattache à la "visite" de Christine de Pisan la longue description du château de Fortune, nous quittons indubitablement le récit du voyage à partir du vers 8071,où commence le récit des grands faits de l’histoire du monde. Le voyage occupe ainsi moins de la moitié de Long Estude, un peu plus du tiers de Mutacion. Certes, dans la partie historique de Mutacion, l’alternance un peu mécanique des sources réelles et allégoriques (l’écrit, la paroi) semble prolonger l’unité créée par le voyage. Mais l’oubli du prétexte narratif, ici comme dans Long Estude, n’enlève-t-il pas toute consistance à ce maintien ? Le débat des quatre reines du monde comme l’histoire du monde s’affranchissent de la fiction introductive. D’éléments rapportés, ils deviennent le sujet principal du livre. La vision est presque oubliée, ainsi que l’existence d’une parole seconde ; on Toit ainsi disparaître ce que Gérard Genette, dans Discours du récit, appelle le relais métadiégétique18. Tout se passe comme si l’histoire du monde ou le débat entre Sagesse, Richesse, Noblesse et Chevalerie nous étaient présentés directement. Nous reconnaissons là l’influence de Jean de Meung, adversaire et inspirateur privilégié de Christine : Lui aussi prenait ses distances par rapport à la forme narrative que lui avait léguée Guillaume de Lorris :" En termes de rhétorique nous pouvons dire que la narratio ne sert plus que de transition aux différents moments de la disputatio." Cette remarque de D. Poirion19 s’applique tout aussi bien à Mutacion ou à Long Estude qu’à la deuxième partie du Roman de la Rose. Bien entendu, l’effacement de la narration première n’est pas absolu. Mais l’objet principal de l’oeuvre semble bien être le débat ou l’exposé, plus que le voyage qui les introduit :

  • 20 Mutacion, v.16208-12, t. III p. 96.

mon entencïon
N’est fors des principaulx fais dire,
Si comme il touche a la matire
De demonstrer comment Fortune
Se change et en tout temps n’est une ;20

  • 21 Long Estude, v.6254-55 p. 264.
  • 22 Sur la Cour d’Amour et la contamination de la poésie lyrique par l’esprit Juridique, cf. D. Poirio (...)
  • 23 Cf. Oeuvres complètes de Christine de Pisan, éd. par Maurice Roy, Paris SATF 1686-1896, rééd. John (...)
  • 24 Cf. P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, 1972, p. 306-311.

9Le temps de l’histoire objective, dans Mutacion, supplante le temps du voyage : par le biais de la description des fresques, la synchronie du lieu (les murs du château) se dilate en diachronie de l’histoire universelle. Le voyage laisse entrevoir, à travers sa fiction, une vérité – et il suscite un discours qui le dépasse. Christine n’est que le héraut des hauts faits de Fortune. Cette fonction de messagère est explicitée dans Long Estude ; à la fin du débat entre les quatre reines du monde, Christine est chargée par le tribunal allégorique de soumettre le cas "au recort des princes françoys"21. On retrouve là un thème – ou un procédé – fréquent chez Christine, comme il le sera chez Chartiert la fin de Long Estude annonce celle de 1’Excusacion envers les dames ou du quadrilogue Invectif. Au moment où Christine de Pisan écrit ses œuvres, la Cour d’Amour vient d’être fondée22. Dans le Dict de Poissy23, Christine évoque, dans un récit plein de charme, un voyage qu’elle fit pour visiter sa fille, en avril 1400. Poésie de circonstance ? Le voyage paraît ici bien réel. Mais lors du retour à Paris, la narratrice avise parmi ses compagnons une jeune fille et un jeune homme pareillement éplorés : chacun raconte son malheur et affirme qu’il est plus à plaindre que l’autre. Christine s’adresse au dédicataire de l’œuvre – sans doute le sénéchal de Hainaut – pour les départager. Là encore, le voyage n’est qu’un instrument de présentation du débat ou du tableau allégoriques, qui débouchent à leur tour sur un débat extradiégétique. Le voyage jouerait donc le même rôle, mineur somme toute, que la vision, le rêve, ou la simple rencontre, avec lesquels il se trouve souvent associé24.La narration s basculé tout entière dans l’allégorie, puis à nouveau dans un message adressé à un public réel : le voyage est ainsi doublement subordonné : asservi à un exposé, lui-même soumis à un procès.

  • 25 P. Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, 1975t P. 166.
  • 26 Cf. D. Poirion, Le Poète et le Prince, op. cit. p. 248-253.

10De même que le voyage de Long Estude ou du Dict de Poissy finit, pur delà le débat allégorique, sur un appel direct au jugement du public contemporain, celui de Mutacion aboutit, après le long détour de l’histoire ancienne, à l’évocation de l’actualité : le tableau se termine avec l’époque de Christine ou plutôt celle de ses contemporains. L’expérience et la connaissance individuelles n’ont en effet de sens que si elles s’inscrivent dans un cadre collectif. "L’expérience individuelle se trouve, au niveau même de l’intention profonde du texte, transcendée."25 On sait que, chez Christine de Pisan, la tension entre le désir d’expression personnelle et la nécessité de répondre aux exigences du public a souvent pris un caractère douloureux26. Nous tenons peut-être là une clef de la double subordination du motif du voyage. Il semble que l’effacement de ce motif "personnel" derrière le débat allégorique ou le tableau historique, qui débouchent eux-mêmes sur un appel direct ou indirect au public, traduise une retraite consciente et assumée du poète derrière la fonction sociale de son œuvre : loin de révéler une incohérence ou une contradiction, la structure du poème répond ainsi à sa signification ultime. Chez Christine, l’abandon du récit générateur à travers l’amplificatio du discours n’a pas la même portée que chez Jean de Meung : le personnage de l’amant que ce dernier héritait de Guillaume de Lorris ne saurait être considéré comme un représentant de l’auteur : la subjectivité du narrateur, quand elle n’est pas purement et simplement oubliée, n’a d’autre valeur que fonctionnelle. Il en va sans doute de même dans les différents Songes, Visions ou Voies dont Christine de Pisan a pu s’inspirer, même si, dans telle ou telle de ces œuvres, le narrateur prenait le nom de l’auteur :

  • 27 Raoul de Houdenc, Songe d’Enfer, éd. Lebesgue, op. cit. v. 672. p. 95. On pourrait sans doute fair (...)

Congié prent Raouls, si s’esveille.27

  • 28 Sur l’application à l’allégorie de la trilogie littera, sensus, sententia, empruntée à Hugues de S (...)

11Nous touchons sans doute là à une des différences fondamentales qui séparent le voyage allégorique chez Christine de Pisan de tous ceux qui ont été composés avant elle : le "je" du voyageur n’est pas un pur actant, un simple présentateur de l’action et de la vision symboliques, il représente réellement l’auteur du texte. Présence étouffée, nous l’avons dit ; mais l’effacement de la narration devant le discours ou le récit second ne signifie pas seulement que le texte change de fonction ; il donne au message transmis sa véritable portée : derrière la lettre et le sens apparaît peut-être à un troisième niveau la sentence que constitue l’aventure personnelle profonde, fut-elle de renonciation28. Christine interrompt son voyage, suspend son récit pour écouter le débat ou contempler les grands faits de l’histoire du monde. Elle ne manifeste pas seulement par là la subordination de la fiction narrative à un enseignement de portée générale, adressé à la collectivité hic et nunc. Même si le voyage est gommé dans cette opération, celle-ci exprime exactement la nature de l’initiation que le voyage sert à susciter : initiation au dépassement, à l’oubli de soi dans l’exaltante humilité de la connaissance. Dans Long Estude le deuil précède le voyage, dans Mutacion, il s’y insère. A Christine accablée par son veuvage et par les malheurs du temps présent, Sebille déclare :

  • 29 Long Estude v.649-650 p. 28.

Je te cuit conduire de fait
En autre monde plus parfait.29

12Ce voyage n’est pas exempt de souffrances et de dangers :

  • 30 ibid. v. 1701-1702 p. 74.

Qui m’estoit chose espouentable
Me veoir en lieu si doubtable ;30

13La dureté du voyagé est encore beaucoup plus marquée dans Mutacion, puisque la mort d’Etienne de Castel et le deuil de Christine y sont intégrés :

  • 31 Mutacion, v. 1244-1253, t. I p. 48-49. Le symbolisme de la nef est assurément traditionnel ; mais (...)

ne me fust amer
Le mourir, quand j’ouÿ l’escry
Des maronniers, qui, a hault cry,
Braïrent, quand virent plungier
Cellui en mar, qui allegier
Souloit la nef et jour et nuis
De tous encombriers et d’ennuis.
Quand sceü le fait, dont me doubtoye,
Desaoubz la pope, ou j’estoye,
Me lieve corn femme enragiee…31

14Détresse féconde, puisqu’elle entraîne la métamorphose de Christine : à la fin du voyage, Fortune la change en homme :

  • 32 Mutacion, v.1331-36, t. I p. 51 ; cf. Avision, éd. cit, p. 181 1.6-7.

Et, comme nostre nef alast
Aux vagues de la mer, frapast
Contre une roche moult grant cas ;
Je m’esveillay et fu le cas
Tel qu’incontinent et sans doubte
Transmuee me senti toute.32

  • 33 Long Estude, v. 918-919 P. 39-40 et 2035 p. 88.
  • 34 "La période médiévale a presque exclusivement pratiqué le placement des personnages… sur l’axe ver (...)

15Le voyage aboutit à une redéfinition de soi. La recherche du savoir s’identifie à la quête de la vérité personnelle. Comme le chevalier errant des contes, Christine fuit sa condition et oublie le bonheur perdu pour parvenir à la connaissance. Le voyage est recherche du lieu et métamorphose. L’interdiction, dans Long Estude de prendre le chemin le plus direct ou de monter jusqu’au "ciel cristalin"33 ne manifeste pas seulement l’imperfection de la vie laïque et la limitation du corps : après avoir perdu sa place dans la hiérarchie des êtres et des choses34, – la tempête de Mutacion ne symbolise-t-elle pas cette confusion spatiale, sociale et affective ? – Christine retrouve le bon chemin, se découvre une nouvelle nature, qui lui permet de dépasser son choc initial. C’est cette aliénation féconde qu’exprime la structure des deux œuvres : l’abandon du récit au profit du discours traduit l’effacement de l’aspiration au bonheur devant l’austérité initiatique, le silence de l’individu devant le message collectif. La véritable nature que Fortune et Raison ont dévolue à Christine est celle de messagère ; la fin de Long Estude et le début de Mutacion se rejoignent :

  • 35 Long Estude, v.6323-6327 p. 267 et Mutacion, v.775-778. t. I p. 33.

Apres me dist : Cristine, chiere
Amie, qui science as chiere,
Tu rapporteras noz debas
Si com les a ois, la bas
Au monde aux grans princes francois…
Affin qu’encore plus sceusse
Son fait mieulx et apperceusse
Me volt commettre un sien message,
Tout fusse ancore moult joenne d’aage…35

  • 36 Long Estude, v. 1392 p. 60.

16Ainsi est profondément confirmée l’union de la réalité et de l’allégorie. "Vaille moy long estude !"36 : l’étude et la métamorphose protègent Christine des dangers de l’existence. La rançon de cette sécurité est la retraite, la soumission. La grandiose perspective du voyage est contrebalancée par sa subordination au discours qu’il engendre, mais aussi, dans Long Estude, par l’évocation de la redescente, et, dans Mutacion, par celle de l’immobilité : l’interminable discours historique qui précède ne rend que plus émouvante la fin du livret :

  • 37 Mutacion. v. 23595-636 t. IV p. 78-80.

Or ay je devisé assez
De ce que tous mes jours passez
Ay trouvé, et veu, et cogneu,
Ou lieu qui a pluseurs a neu ;
Jusqu’au jour d’uy encor y sui…
Car tout desrompt sa faulse brace
Quanque bastis et quanque embrace…
Et, pour ce que partout Meseur.
Frequante, pour avoir moins noyse,
Nonobstant que partout il voise,
J’ay choisie pour toute joye
(Quelqu’autre l’ait), telle est la moye,
Paix, solitude volumtaire,
Et vie astracte et solitaire.37

  • 38 J. Derrida, L’écriture et la différence, Paris, 1967 p. 49.

17C’est dans la descente, dans l’immobilisation et la retraite que le voyage allégorique trouve sa vérité. Le prix et le sens ultime du voyage, c’est l’accomplissement dans la renonciation à soi. "Die Stunde meines Niederganges, Unterganges." Il faudra descendre, travailler, se pencher pour graver et porter la Table nouvelle aux vallées, la lire et la faire lire. L’écriture est l’issue comme descente hors de soi en soi du sens… métaphore comme métaphysique où l’être doit se cacher si l’on veut que l’autre apparaisse. Creusement dans l’autre vers l’autre où le même cherche sa veine et l’or vrai de son phénomène… Mais il n’est rien, il n’est pas (lui-)même avant le risque de (se) perdre."38 Christine de Pisan, ici, n’écrit pas "par couverture" : ou plutôt cette "couverture" (dissimulation allégorique et superposition d’un nouveau discours) fait coïncider le voyage et ses limites, l’allégorie et le message, la structure et le sens, la passion et l’effacement.

Notes

1 Le livre de la Mutacion de Fortune, éd. par Suzanne Solente, Paris, SATF, 1959-1966, 4 vol ; Le Livre du Chemin de Long Estude éd. par Robert Püschel, Berlin 1887, rééd. Slatkine, Genève, 1974. Le cadre limité de cette étude nous empêche d’y inclure l’Avision (Lavision-Christine, intr. et texte, éd. par Sister Mary Louis Towner, Washington, 1932). Cette oeuvre (en prose, à la différence des précédentes) ne met pas vraiment en scène un voyage allégorique ; assurément, la première vision est censée se dérouler au cours d’un pélerinage, et les deux autres sont amenées par des déplacements. Mais la structure tripartite de l’Avision et la place extrêmement réduite du voyage la distinguent fortement de Long Estude et de Mutacion même si les grandes tensions qui animent ces deux œuvres s’y trouvent confirmées, voire accentuées.

2 Mutacion, v. 469-495, t. I p. 23-24.

3 Long Estude, v. 2035 P. 88.

4 ibid. v. 2057 P. 89.

5 Sur les sources de Christine, et notamment l’Image du monde, cf. S. Solente, op. cit, t. I p. xxx-lix.

6 Cf. Mutacion,v. 1461-2874. t. I p. 59-106, v. 3005-3314, t. I p. 111-121, et Long Estude, v. 2253-2428 p. 98-105.

7 Cf. Ch. V. Langlois, La vie en France au moyen-âge, t.III La connaissance de la nature et du monde, Paris, 1927, p. 44-70, 122-154 et 166-176 ; Long Estude v.1191-1568, p. 52-68.

8 Mutacion v. 3975-4028. t. I p. H4-145 et v. 4273-5130 p. 52-68.

9 ibid, v.3963-3976. t. I p. 143-144.

10 Cf. T. Todorov, "Introduction à la symbolique" in Poétique, 11 p. 277-278. Comme le symbole, l’allégorie est un système à deux termes (alors que le signe en comporte trois). Mais nous verrons plus loin que, dans certaines conditions, une troisième instance peut lui être ajoutée.

11 Mutacion, v.16590, t. III p. 109 ; v.18666, t. III p. 185 ; v.23291, t. IV p. 69.

12 ibid., v.1011-1014, t. I p. 41.

13 Long Estude, v.1848 p. 80.

14 ibid., v. 2057 p. 89. Sur le lien traditionnel entre la montée à travers les sphères et la purification, cf. M.W. Bloon field, The seven deadly sins, Michigan State College Press, 1952, p. 12-26.

15 Long Estude, v.2095 p. 91. "Dieu doit mouvoir les corps célestes par l’intermédiaire de la créature spirituelle." (Saint Thomas d’Aquin, Opusculum X, art. II et III, cité par P. Duhem, Le système du monde, Paris, Hermann, 1955 t. VIII p. 358). Mais les sphères, toutes "réelles" qu’elles sont, peuvent être elles-mêmes porteuses d’un sens allégorique : cf 1 "comparaison entre l’ordre des cieux et celui des sciences" que développe Dante dans le Convivio (II, 13 et 14, Pléiade p. 348-359) "Et le ciel de Saturne a deux propriétés par lesquelles se peut comparer à l’Astrologie." (ibid., II, 13, 28 p. 353).

16 Long Estude v.2160-2174 P. 94 ; cf. Dante, Paradis, I, v. 4-9, et ce commentaire dans la lettre à Cangrandes "Et après : avoir dit par sa circonlocution qu’il fut en ce lieu de paradis le poète poursuit disant avoir vu certaines choses que ne peut rapporter celui qui en redescend." (Epitre XIII, 28, Pléiade p. 806) Mais pour Dante, l’impossibilité de répéter une partie de l’expérience résulte, non d’une interdiction, mais d’une impuissance du langage.

17 Mutacion, v.13915-18, t. III p. 20. Pour les topoi de véracité, cf. par ex. la Voie de Paradis longtemps attribués à Raoul de Houdenc, éd. Ph. Lebesgue, Paris 1908, v.1025-1033, p. 166. A propos d’Ovide, Christine dénonce comme des fables les croyances païennes qui accompagnent les événements de la mythologie grecque, mais ne met pas en doute la réalité historique de ceux-ci. Il en va de même, semble-t-il, chez Dante, mais celui-ci cherche surtout à en tirer une interprétation allégorique (cf. J. Pépin, Dante et la tradition de l’allégorie, Montréal-Paris, 1970, p. 107-115). Pour Christine, ces événements illustrent avant tout le pouvoir de Fortune. Cherche- t- elle, comme le fait peut-être Dante dans la Lettre à Cangrande, à distinguer l’allégorie de la simple métaphore poétique pour lui attribuer une "vérité" plus profonde – indépendamment de la vérité personnelle que trahit, comme nous allons le voir, la structure des poèmes ?

18 Discours du récit, in Figures III, Paris, 1972, p. 246.

19 Daniel Poirion, Le Roman de la Rose, Paris 1973, p. 103.

20 Mutacion, v.16208-12, t. III p. 96.

21 Long Estude, v.6254-55 p. 264.

22 Sur la Cour d’Amour et la contamination de la poésie lyrique par l’esprit Juridique, cf. D. Poirion, Le Poète et le Prince, Paris 1965, p. 37-41 et 174-175.

23 Cf. Oeuvres complètes de Christine de Pisan, éd. par Maurice Roy, Paris SATF 1686-1896, rééd. Johnson Reprint Corp., New-York, 1965, t. II p. 159-222.

24 Cf. P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, 1972, p. 306-311.

25 P. Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, 1975t P. 166.

26 Cf. D. Poirion, Le Poète et le Prince, op. cit. p. 248-253.

27 Raoul de Houdenc, Songe d’Enfer, éd. Lebesgue, op. cit. v. 672. p. 95. On pourrait sans doute faire la même remarque à propos du Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Diguleville ou de la Voie de Paradis, de Rutebeuf.

28 Sur l’application à l’allégorie de la trilogie littera, sensus, sententia, empruntée à Hugues de Saint-Victor, cf. D. Poirion, "La nef d’espérance : symbolisme et allégorie chez Charles d’Orléans" in Mélanges Frappier, Genève 1970, t. II p. 917.

29 Long Estude v.649-650 p. 28.

30 ibid. v. 1701-1702 p. 74.

31 Mutacion, v. 1244-1253, t. I p. 48-49. Le symbolisme de la nef est assurément traditionnel ; mais il se révèle ici d’une grande richesse ; le "moi" de Christine est traduit à la fois par la première personne, par la nef et par les "maronniers" ; l’allégorie, comme plus tard chez Charles d’Orléans, transforme l’individu en théâtre intérieur.

32 Mutacion, v.1331-36, t. I p. 51 ; cf. Avision, éd. cit, p. 181 1.6-7.

33 Long Estude, v. 918-919 P. 39-40 et 2035 p. 88.

34 "La période médiévale a presque exclusivement pratiqué le placement des personnages… sur l’axe vertical, tenant compte de ce qui les plaçait au-dessus ou au-dessous, mais non point à part, du commun des mortels… Presque tout ce qui passe par une" évolution de la personnalité "dans la littérature médiévale peut être traduit en termes d’ascension ou de chute" écrit Evelyne Birge Vits ("Type et individu dans l’autobiographie : médiévale" in Poétique 24, 1975, p. 430-431.) En fait, le placement peut tout aussi bien se faire sur le plan horizontal : l’individu peut se trouver à l’écart (cf. le symbolisme de la forêt). Le voyage permet de combiner les deux axes ; chez Christine, au moins dans Mutacion, la définition de soi s’exprime aussi en termes qualitatifs (la métamorphose).

35 Long Estude, v.6323-6327 p. 267 et Mutacion, v.775-778. t. I p. 33.

36 Long Estude, v. 1392 p. 60.

37 Mutacion. v. 23595-636 t. IV p. 78-80.

38 J. Derrida, L’écriture et la différence, Paris, 1967 p. 49.

Auteur

Université de Poitiers

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter