Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Voyages dans le monde réel : histoire, récits, langue

Les voyages de François Villon

Pierre Demarolle

Texte intégral

1L’évocation des voyages de François Villon peut surprendre, si l’on se rappelle que cet enfant de Paris fut d’abord le poète de sa ville, et que la grande majorité des personnages qui apparaissent dans le Lais et dans le Testament sont des Parisiens.

2Mais la biographie du poète se présente sous un tout autre jour. Si l’on en croit la chronologie de la vie et des œuvres de Villon donnée dans l’édition Longnon-Foulet, le poète quitte Paris dès 1455 – à l’âge d’environ vingt-quatre ans – à la suite du meurtre de Philippe Sermoise ; ayant obtenu des lettres de rémission, il rentre à Paris, participe à un vol commis au collège de Navarre, vers la Noël 1456, et annonce dans son Lais qu’il part pour Angers. Mais nous préférons citer cette édition :

  • 1 François Villon : Oeuvres éditées par Auguste Longnon – quatrième édition revue par Lucien Poulet (...)

"Parti de Paris dans les derniers jours de décembre 1456, il parcourt une partie de la France pendant les quatre années qui suivent. Lui-même a nommé plus ou moins explicitement quelques-unes de ses étapes : Bourg-la-Reine, Angers, Bourges, Saint-Génerou. A Blois, nous avons un témoignage du dehors : un manuscrit de Charles d’Orléans nous offre quelques vers de Villon transcrits au milieu de ceux du duc et de son cercle (…).
1461.- Villon passe tout l’été à Meung-sur-Loire, dans les prisons de l’évêque d’Orléans, où il compose l’Epître à ses amis. Vers le 2 octobre, lors du passage de Louis XI à Meung, il recouvre sa liberté et, en quête d’un nouveau protecteur, se dirige vers Moulins (…), après avoir adressé au duc de Bourbon une spirituelle Requête. Le Bourbonnais ne le retient pas longtemps. Il se rapproche de Paris (…)".1

  • 2 Ibid. p. VI.

3On sait qu’à la suite d’une rixe, Villon, vers la fin de 1462, est condamné à mort ; le Parlement annule la sentence du Châtelet, mais le poète "est banni pour dix années de la ville, prévôté et vicomté de Paris"2.

  • 3 P. Demarolle : Villon – un testament ambigu (Paris, Larousse, 1973), pp. 17-67.

4Nous avons rappelé ailleurs3 que cette notice biographique résulte de l’amalgame réalisé entre des informations d’origine radicalement différente : d’une part, des affirmations ou des allusions contenues dans l’œuvre poétique attribuée à François Villon, d’autre part, des renseignements fournis par des pièces d’archives. Ajoutons que les liens qui sont censés exister entre les différents faits résultent souvent d’hypothèses simplement plausibles.

5Nous voudrions aujourd’hui traiter deux questions totalement différentes : d’une part, détruire la légende – heureusement assez peu connue – d’un prétendu voyage de Villon à Metz en 1480 ; d’autre part, nous interroger sur l’utilisation littéraire du thème du voyage par Villon.

  • 4 G. Thiriot : "Villon à Metz" (Le pays lorrain et le pays messin, n° 1 du 20 janvier 1911, pp. 23-2 (...)

6La légende dont nous parlons a pris naissance en 1911" lorsque parut dans une revue régionale et régionaliste intitulée Le Pays lorrain et le pays messin un article signé G. Thiriot4, qui affirmait notamment :

  • 5 Page 23.

"Villon est donc venu à Metz, et nos vieilles chroniques en font foi. Seulement son séjour à Metz fut de courte durée, juste le temps de faire une de ces escapades dont il était coutumier. Voici le fait tel que nous le trouvons narré dans les chroniques de Huguenin (p. 436) et dans celle de Jehan Aubrion (p. 107 et 110).
En l’an de grâce 1480, au mois de juin, plusieurs joyeux garçons s’étaient réunis, Jehan Mangin, fils de Mangin le tailleur de derrière Saint-Sauveur, "qui estoit un grand farceur", maître Françoys Villon de Paris, Jehan le Prévost, le fils de Jehan de Villeirs, et "le Growez qu’on disoit le Jolly". Il s’agissait pour eux de se procurer un festin à bon marché, et probablement que maître Villon qui était expert dans la matière, leur en indiqua le moyen".5

7On comprendra que de telles affirmations ne nous aient pas laissé indifférent. Sans parler de la préférence pour Metz – au détriment de Nancy – ainsi manifestée par Villon, nous nous trouvions en présence d’un fait prouvant que le poète, en dépit de ses malheurs et de sa pauvreté, avait vécu au moins jusqu’à la cinquantaine, alors que l’on perd définitivement sa trace au début de 1463, alors qu’il n’a pas trente-deux ans.

8Nous nous sommes donc reporté au texte des chroniques mentionnées par l’auteur de l’article.

9Jehan Aubrion, né vers 1441 et mort en 1501, "bourgeois de Metz", est l’auteur d’un Journal, publié par Lorédan Larchey chez Blanc, à Metz, en 1857. Nous devons dire qu’à notre connaissance Villon n’est pas nommé dans ce texte.

  • 6 Jehan Aubrion : Journal de -, bourgeois de Metz, avec sa continuation par Pierre Aubrion -1465-151 (...)

10En revanche, Philippe de Vigneulles écrit dans sa Chronique6, au sujet d’un certain Jehan Mangin, qui s’illustra effectivement dans les circonstances évoquées par l’auteur de l’article :

"celluy Jehan Mangin estoit l’ung des fins et grant fairseur que l’on sceût au monde trouver, et estoit en toutte finesse ung second maistre Françoy Villon de Paris (…)"

11L’"escapade" dont parle Thiriot a bien eu lieu en 1480, et elle a consisté, pour ces quelques "joyeux garçons", à voler des oies à l’abbaye de Saint-Clément : à ce sujet, Jehan Aubrion et Philippe de Vigneulles sont parfaitement d’accord ; aucun des deux chroniqueurs ne note la présence de François Villon ; seul, le second compare Jehan Mangin à Villon.

  • 7 Huguenin : Les Chroniques de la ville de Metz recueillies, mises en ordre et publiées, pour la pre (...)

12Le malheur a voulu que Thiriot ait eu sous les yeux, non pas une excellente version du texte de Philippe de Vigneulles – qu’il ne nomme d’ailleurs pas – mais le recueil de Huguenin, paru en 18387, et intitulé : Les chroniques de la ville de Metz, recueillies, mises en ordre et publiées pour la première fois. Huguenin ne laisse aucun doute sur sa propre méthode de travail lorsqu’il écrit :

  • 8 O.c., p. VI.

"Mais ce n’était pas encore assez d’avoir réuni ces chroniqueurs : il fallait les coordonner en suivant l’ordre des temps, les dégager des emprunts qu’ils se font mutuellement et prendre dans les uns ce qui manquait dans les autres"8.

13Voici ce que devient le texte de Philippe de Vigneulles, à la suite de cette réécriture :

  • 9 Philippe de Vigneulles parle à nouveau de Jehan Mangin, et le compare encore à Villon, dans le tom (...)

"Et estoient nommés ceulx qui prindrent lesdictes oyes, Jehan Mangin, filz Mangin le tailleur de daier St Saulveur, qui estoit un grant farceur et ung aultre maistre Françoys Villon de Paris (…)".9

14Il a suffi à Thiriot de lire un peu hâtivement, et d’ajouter inconsciemment une virgule après farceur, pour comprendre :

"Et estoient nommés ceulx qui prindrent lesdictes oyes : Jehan Mangin, filz Mangin le tailleur de daier St Saulveur – qui estoit un grant farceur –, et ung aultre, maistre Françoys Villon de Paris."

15C’est donc, selon toute évidence, à la suite d’une lecture défectueuse du texte de Huguenin que Thiriot a été amené à affirmer que Villon avait participé à cette aventure à Metz, en 1480.

16Une petite difficulté, qu’il relève d’ailleurs lui-même, aurait pu l’inciter à plus de vigilance ; il écrit en effet, dans la suite de l’article :

  • 10 Page 24.

"Il semble que maître Villon ait eu le temps de s’échapper car s’il figure parmi les joyeux farceurs, on ne le trouve plus mentionné sur la liste de ceux que les seigneurs Treize condamnèrent à réparer le dommage causé aux moines de Saint-Clément."10

17Nous n’insisterons pas davantage sur cette méprise ; nul n’est à l’abri d’une telle confusion.

***

18Le thème du voyage ne se rencontre guère chez Villon en dehors de ses deux principaux poèmes : le Lais et le Testament. Reste à savoir quelle est son importance dans l’économie de ces deux œuvres.

19Pour comprendre Villon, il importe d’entrer dans le jeu qu’il propose au lecteur, c’est-à-dire qu’il faut aborder le texte avec une certaine naïveté, fût-elle consciente.

20Les deux poèmes dont nous parlons se présentent comme des testaments : la parole poétique se justifie essentiellement par le fait que le poète veut léguer un certain nombre de biens. Or, chaque poème est soigneusement daté, et il importe relativement peu que cette date soit ou non fictive. Pourquoi Villon est-il censé avoir choisi le moment indiqué pour procéder à la dévolution de ses biens ?

21En ce qui concerne le Lais, le poète, en 1456, décide de s’éloigner de la femme qu’il aime, mais qui ne l’a pas payé de retour ; il déclare partir pour Angers ; or, le voyage sera long, le poète peut mourir au cours de ce voyage : il est donc prudent de faire son testament, selon la coutume du temps, avant de partir.

  • 11 Voir : P. Marchot : "Notes étymologiques" (Romania, 47, 1921, pp. 217-242), pp. 226-236.
  • 12 Auguste Longnon, dans son Etude biographique sur François Villon (Paris, H. Menu, 1877) donne, pp. (...)

22Certes, nous ne pensons pas qu’il faille prendre la parole du poète totalement au sérieux : le caractère de cette petite œuvre montre assez que le cadre lyrique adopté n’exclut pas la plaisanterie. Derrière le nom de la ville d’Angers, il n’est pas interdit d’apercevoir le verbe ongier, de signification érotique11 ; d’autre part, Guy Tabarie, qui fut le complice de Villon lors du vol du collège de Navarre, révéla lors de son interrogatoire que notre poète "estoit allé à Angiers en une abbaye en laquel[le]il avoit ung sien oncle qui estoit religieulx en ladite abbaye, et qu’il y estoit alé pour savoir l’estat d’ung ancien religieulx dudit lieu, lequel estoit renommé d’estre riche de V ou VI c escus et que, lui retourné, selon ce qu’il rapporteroit par de ça aux autres compaignons, ilz yroient tous par delà pour le desbourser (…)."12

23Mais, quoi qu’il faille penser des véritables raisons du voyage à Angers, et même de la réalité de celui-ci, le Lais apparaît d’abord comme un poème du départ, parce que ce départ est la cause de la dévolution des biens du poète.

  • 13 Test., 73-74.

24Nous ne croyons pas céder à un goût excessif de la symétrie en affirmant que le Testament est un poème du retour. Villon peut bien ironiser en, affirmant que, s’il se sent faible, c’est l’argent qui lui fait défaut, plus que la santé13. Il n’empêche que la date de son testament supposé -1461 – est d’abord celle de sa libération par le nouveau roi, Louis XI : on sait que le poète a été emprisonné pendant tout l’été par Thibault d’Aussigny, évêque d’Orléans. Lorsque Villon, dans ce poème, lègue des biens à ses amis et à ses ennemis parisiens, il s’agit bien pour lui d’un retour dans sa ville, après l’épisode que constitue un voyage marqué de circonstances pénibles. Si Villon fait son testament, c’est, semble-t-il, parce qu’il tourne une page de son existence : la fiction littéraire est peut-être moins cohérente qu’au début du Lais ; la part du lyrisme est certainement plus grande.

25Dans l’un et l’autre poème, la rédaction du testament se situe par rapport à un voyage -projeté ou accompli – voyage qui fournit à la parole poétique tout à la fois un cadre temporel et une justification.

  • 14 Nous nous permettons de renvoyer à l’index des noms propres de l’édition Longnon-Foulet.
  • 15 Lais, XXV-XXVI ; Test., CXXVII-CXXX.
  • 16 Lais, XXIII ; Test., LXXVI et CVIII.

26Le thème du voyage se manifeste aussi dans le cours des poèmes, spécialement du Testament. Le poète parisien indique quelques étapes de ses pérégrinations : Angers, Bourges, Roussillon (dans l’actuel département de l’Isère), le Poitou, dont deux gracieuses dames lui auraient appris le dialecte14. Cette notation de la distance spatiale se reflète sur le plan temporel : ces voyages lointains sont aussi de longs voyages : durant l’absence de Villon, bien des choses ont changé : les prétendus orphelins auxquels il s’était déjà intéressé dans le Lais ont grandi : il convient de se préoccuper de leurs études15 ; quant à Perrenet Marchant, il mérite, comme en 1456, des legs qui soient en rapport avec ses mœurs, lesquelles ne paraissent pas s’être améliorées16.

27On aurait tort de ne voir là qu’une simple exigence de vraisemblance. Villon, parce qu’il s’en va, parce qu’il est allé loin, parce qu’il est resté longtemps absent de Paris, acquiert vis-à-vis du microcosme que constituent ses légataires une supériorité faite d’un certain détachement ; s’il se place facilement au-dessus des hommes, c’est parce qu’il est devenu quelque peu étranger à leur petit monde. S’il dispose de ses biens – et parfois de choses et de gens qui ne lui appartiennent pas – c’est parce qu’il est autorisé à voir Paris du point de vue de Sirius.

  • 17 Test., 2004-2011.
  • 18 Test., 1410-1413.

28Il ne faut pas davantage ignorer la portée morale et religieuse des voyages de Villon. Pour lui – et pour les hommes de son temps – l’idée de voyage comporte des connotations graves, sinon inquiétantes. En partant pour Angers, Villon sait qu’il peut mourir en chemin ; à la fin du Testament, ses longues pérégrinations sont associées à l’idée de souffrance17. Ajoutons les allusions à la malveillance dont il semble avoir été l’objet18 : les voyages de Villon ne furent certainement pas des voyages heureux.

  • 19 Test., XIII.
  • 20 Gaston Paris : François Villon (Paris, Hachette, 1901), p. 61.

29Lorsque Villon évoque la bonne ville que Dieu lui a montrée19, il est malaisé de distinguer le voyage terrestre et l’itinéraire spirituel. Selon une tradition qui semble remonter à G. Paris20, le mot espérance ferait allusion à l’aide que le duc de Bourbon, dont la devise était Espérance, aurait accordée au poète besogneux ; la "bonne ville" serait donc Moulins. Sans rejeter cette hypothèse, nous retiendrons l’allusion aux pèlerins d’Emmaüs, qui nous paraît situer l’espérance avant tout sur un plan spirituel ; n’oublions pas que les testaments comportaient traditionnellement une profession de foi chrétienne, que Villon se garde bien d’omettre. L’association entre le voyage et le cheminement spirituel, voire la révélation, n’est évidemment pas étrangère à l’inspiration chrétienne : outre les disciples d’Emmaüs, on garde en mémoire la conversion de Paul sur le chemin de Damas.

30Dans cette perspective morale et religieuse, le voyage apparaît comme une aventure : au cours du voyage, tout peut arriver, le meilleur comme le pire.

31Il n’est donc pas surprenant que le fait de partir en voyage, ou de revenir d’un voyage lointain, donne à Villon une supériorité fondée sur un certain détachement à l’égard du monde, et non pas seulement vis-à-vis du petit monde parisien. C’est de cette supériorité que naît l’autorité qui permet au "povre Villon" de faire son testament, de disposer même de ce qui ne lui appartient pas. Nous n’oublions pas que les testaments de Villon présentent un caractère parodique ; mais on ne saurait parler de parodie sans un minimum de ressemblance ; lorsqu’il s’amuse à "dicter" son testament facétieux, Villon a d’abord besoin d’imiter les testaments réels, c’est-à-dire de prendre quelque distance par rapport au monde.

32Telle est la situation de l’homme qui dispose de ses biens parce qu’il sait qu’il va mourir. Lui aussi se place déjà en dehors du monde, pour distribuer des biens auxquels il ne tient plus ; il n’est souverain dans ses donations que parce qu’il est déjà étranger à leur objet ; s’il dicte sa loi au monde, c’est parce qu’il n’appartient plus totalement à celui-ci.

33Il n’est pas surprenant que, chez Villon, le voyage soit associé de multiples manières à la mort. Partir en voyage, c’est, pour Villon et pour son temps, affronter des dangers, s’éloigner d’un univers familier et rassurant, admettre la mutation spirituelle que le voyage favorise et symbolise ; c’est déjà prendre congé du monde.

34Aussi le thème du voyage permet-il à Villon de s’imposer à son lecteur et à ses légataires, alors même que ses poèmes tournent en dérision tout à la fois les hommes et la possession des richesses.

Notes

1 François Villon : Oeuvres éditées par Auguste Longnon – quatrième édition revue par Lucien Poulet (Paris, Champion, 1932), pp. V-VI.

2 Ibid. p. VI.

3 P. Demarolle : Villon – un testament ambigu (Paris, Larousse, 1973), pp. 17-67.

4 G. Thiriot : "Villon à Metz" (Le pays lorrain et le pays messin, n° 1 du 20 janvier 1911, pp. 23-26)

5 Page 23.

6 Jehan Aubrion : Journal de -, bourgeois de Metz, avec sa continuation par Pierre Aubrion -1465-1512 – publié en entier pour la première fois par Lorédan Larchey (Metz, Blanc, 1857)
Philippe de Vigneulles : La Chronique de -, éd. par Ch. Bruneau (Metz, Sté d’hist. et d’archéo. de la Lorraine), t. III (1932), p. 77.

7 Huguenin : Les Chroniques de la ville de Metz recueillies, mises en ordre et publiées, pour la première fois, par J.-F. -, de Metz (Metz, Lamort, 1838) ; le passage qui nous intéresse se trouve p. 435.

8 O.c., p. VI.

9 Philippe de Vigneulles parle à nouveau de Jehan Mangin, et le compare encore à Villon, dans le tome IV de l’éd. de Ch. Bruneau (pp. 27-29).

10 Page 24.

11 Voir : P. Marchot : "Notes étymologiques" (Romania, 47, 1921, pp. 217-242), pp. 226-236.

12 Auguste Longnon, dans son Etude biographique sur François Villon (Paris, H. Menu, 1877) donne, pp. 160 à 171, le texte du procès-verbal de l’interrogatoire de Guy Tabarie ; le fragment que nous reproduisons se trouve p. 169.

13 Test., 73-74.

14 Nous nous permettons de renvoyer à l’index des noms propres de l’édition Longnon-Foulet.

15 Lais, XXV-XXVI ; Test., CXXVII-CXXX.

16 Lais, XXIII ; Test., LXXVI et CVIII.

17 Test., 2004-2011.

18 Test., 1410-1413.

19 Test., XIII.

20 Gaston Paris : François Villon (Paris, Hachette, 1901), p. 61.

Auteur

Université de Nancy

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter