Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévales

Voyages dans le monde réel : histoire, récits, langue

La découverte de la montagne par deux écrivains français du quinzième siècle

Robert Deschaux

Texte intégral

1Mesdames, messieurs, chers collègues, quittons si vous le voulez bien, les hauteurs spirituelles du Graal où viennent de nous entraîner les deux premiers conférenciers, pour gravir des sommets plus matériels quoique porteurs eux aussi d’une certaine poésie. C’est en effet à la découverte de la montagne en compagnie de deux écrivains français du XVe siècle que Je voudrais vous convier maintenant.

  • 1 "En ce païs a ung puis dont l’eaue est sallee comme l’eaue de la mer et y a grans chofes de cuivre (...)
  • 2 R. Deschaux, Un poète bourguignon du XV° siècle, Michault Taillevent, Edition et Etude, Genève Dro (...)

2Aux environs de l’année 1430, le poète Michault Taillevent, valet de chambre du duc de Bourgogne, Philippe le Bon, accomplit pour son mettre une mission qui le conduisit dans les monts du Jura. De cette mission nous ne savons que ce qu’en relate son auteur dans un court poème de 84 octosyllabes répartis en 12 septains que nous a conservé un manuscrit de la Bibliothèque Royale de Stockholm, le célèbre V.u.22 qui est une des sources du texte de Villon. Intitulée Dialogue fait par Michault de son voyage de Saint Claude, l’œuvrette se présente sous l’aspect de questions brèves et précises, formulées par un ami du voyageur auquel notre Michault, lors de son retour, donne avec vivacité des réponses assez détaillées. Ce sont les sept premières strophes qui retiendront notre attention. Non que les cinq autres soient sans Intérêt : elles relèvent au contraire d’un autre agrément du voyage, ce que l’on appelle aujourd’hui le tourisme Industriel, puisque l’auteur y rapporte, en des termes proches de ceux d’un Gilles le Bouvier à la même époque, comment on extrayait le sel gemme à la saunerie de Salins en Franche-Comté1. Lisons le début du poème, consacré à la découverte de la montagne (str. I-VII, compr.)2.

3L’impression d’ensemble que retire le poète de son premier contact avec la montagne, c’est, de toute évidence, l’étonnement, qu’expriment les deux premières réponses, aux vers 4 et 7. N’oublions pas que Michault Taillevent, originaire du Pas-de-Calais, est un homme des plaines, habitué à contempler en Flandre de tout autres horizons. Quand on lui demande de préciser la cause de cet étonnement, c’est le sens du verbe devises au vers 9, il déclare que ce fut d’abord la hauteur de montagnes qui s’élèvent, dit-il, à perte de vue (v.10) ; la verticalité des lignes trace pour lui un paysage inhabituel. Ce fut aussi la masse constituée par l’amoncellement de ces énormes blocs, chacun lui ayant semblé plus volumineux à lui seul que tout un monastère (v.13). Bien qu’il n’ait pas dû monter longtemps à pied puisqu’il est question de chevaux au vers 31, Michault garde le souvenir de l’effort qu’il fallut fournir pour se hisser au haut du chemin : il a peiné autant qu’un cheval attelé à la charrue (v.20). On ne pelle mie chastaignes en la circonstance, assure-t-il de façon imagée (v.17), c’est-à-dire on ne cherche pas à faire le malin, suivant le sens habituel de l’expression au XV° siècle ; plus simplement veut-il déclarer peut-être que gravir une montagne est une occupation autrement fatigante. La pente devint raide juste au-dessus de Poligny, précise-t-il dans la strophe suivante, songeant sans doute à l’échancrure de quelque reculée. Bien vite la petite troupe ressentit la fatigue et l’essoufflement, ce qu’exprime, me semble-t-il, le terme d’estrigade qu’ignorent les dictionnaires mais qui doit correspondre à ce que nous appelons vulgairement le coup de pompe de qui n’est pas suffisamment entraîné. Il s’empresse d’ajouter aussitôt que le pays fournit le reconstituant, le sauveur qui redonne jambes et moral, sous la forme du fameux vin blanc de la contrée. S’il ne parle pas de vertige, notre voyageur a connu du moins la peur en longeant les abîmes et les précipices qu’il nomme grans vaulx si creux et si parfons (v.29-30), vision qui suscite en lui des images de chute et de catastrophe. Je ne vis chose si diverse, affirme-t-il au vers 34, c’est-à-dire de spectacle pareillement hostile. Dernière source d’étonnement et de malaise, le bruit terrifiant des cascades aux eaux rapides qui dépassent en vitesse le carreau d’arbalète (v.39) et dont le fracas, comparable au tonnerre et à la tempête, parviendrait même aux oreilles de qui voyagerait à l’intérieur d’une voiture fermée (v.40).

4Et le poète de conclure ses impressions en ajoutant que la Savoie réserverait au voyageur des spectacles aussi horrifiants, de quoi alimenter un gros volume de descriptions propres à susciter l’incrédulité. Bref, le spectacle de la montagne constitue pour lui la preuve éclatante de la toute-puissance divine : Dieu a tout partout grand vertu ! C’est là une version médiévaIe du Caeli enarrant gloriam Dei des Ecritures. L’on ne peut que regretter, au terme de ces sept strophes si spontanées et si vivantes, que Michault Taille-vent n’ait pu ou su tenir la promesse qui figure dans les derniers vers du poème : faire sur ce voyage un plus long sermon (v.80), tant il excelle à noter ses impressions de touriste avec une authenticité et une saveur qui le rendent proche et attachant.

  • 3 Pour Antoine de la Sale, nous utilisons les travaux de F. Desonay, particulièrement :
  • 4 A savoir : justice, paix, bienveillance, libéralisme, modération, prévoyance, souci du bien public (...)

5L’autre écrivain français du XVe siècle qui nous retiendra, plus longuement, pour avoir relaté ses rencontres avec la montagne, est un prosateur, né comme Michault Taillevent vers 1385/90, mais bien plus célèbre, puisqu’il s’agit d’Antoine de la Sale, l’auteur du Petit Jehan de Saintré3. A l’âge de cinquante ans, ce serviteur de la maison d’Anjou, qui avait quelque peu combattu mais surtout voyagé, fut nommé gouverneur de Jean dit Calabre, fils aîné du roi René. Pour l’éducation de ce jeune prince, de la Sale se fit homme de lettres et rédigea entre 1437 et 1444 une compilation hétéroclite intitulée La Salade. L’ouvrage s’ouvre par un prologue qui énumère d’après Cicéron les huit graines qu’il importe de semer dans le cœur du bon prince4, dresse la liste des historiens anciens dont la lecture serait profitable, rassemble sous forme d’anecdotes empruntées aux Latins les ruses de guerre qu’il est bon de connaître. Viennent alors deux récits d’aventures vécues qui vont nous retenir dans un instant. L’ouvrage comporte ensuite un abrégé de l’histoire de Sicile et se termine par des considérations protocolaires et des conseils de tactique militaire. Oeuvre de la Sale et authentique fouillis, La Salade mérite doublement son nom. Mais elle offre quelques fines herbes, pour parler comme son éditeur, Fernand Desonay. Au livre III, Le paradis de la reine Sibylle est le récit d’une ascension dans la chaîne de l’Apennin effectuée par l’auteur le 18 mai 1420 ; le livre IV relate l’excursion aux îles Lipari qui avait conduit notre Antoine jusqu’au cratère du Vulcano, au printemps de 1407. C’est pour distraire son élève que le pédagogue insère dans son traité le compte rendu de la course au mont de la Sibylle, primitivement rédigé pour la belle-mère du jeune prince, mais c’est pour lui montrer que l’existence de l’enfer n’est pas un mythe qu’il relate ensuite ce qu’il a vu au sommet du volcan. Par respect de la chronologie, j’évoquerai d’abord ce second reportage.

6Pour Antoine de la Sale, les enfers, où habitent les ennemis de Dieu, se situent dans les entrailles de la terre ; la preuve en est que des espiraux du puis d’enfer, c’est-à-dire des ouvertures, existent en certains points du monde. Il s’en trouve deux au large de la Sicile, Estrongol et Boulcan, ysles en mer dont saillent flambes de feux infernaux des abismes qui y sont. Il s’agit là des deux volcans des îles Lipari toujours en activité, le Stromboli et le Vulcano, que de La Sale avait vus, et de près. Se trouvant en ambassade à Messine en mars-avril 1407, il était parti excursionner en mer avec quelques gentils hommes français. Le mauvais temps les ayant contraints à se réfugier dans une crique de l’île Vulcano, notre auteur, malgré les mises en garde, entraîna quelques-uns de ses compagnons en direction du volcan. Conseil de folle jonesse nous y fist aller assure de la Sale : de fait, il n’avait alors que 22 ans. L’ascension se déroulait sans incident lorsqu’au deux tiers du chemin, le vent, dit-il, se vira et nous getta celle puante fumee contre nous tellement que cuidasmes estrangler. Il fallut faire rapidement demi-tour, non sans de nombreuses chutes et glissades, et rentrer sous les huées des gens raisonnables. Mais avaient été abandonnés au cours de la descente épées et fourreaux qui servaient de piolet. Aussi le lendemain les audacieux repartirent-ils les chercher ; ils eurent la chance de les retrouver et comme le temps était favorable, on décida de poursuivre jusqu’au sommet. Les grimpeurs s’avancèrent à l’extrême bord du cratère, que La Sale appelle la fosse, si avant que plus ne povyons si ne fussions tombez dedans. Et voici ce qu’ils virent et racontèrent à leur retour : Auquel fons de ceste grant fosse à trois ou quatre grans puis desquelz saillent jour et nuit sans cesser tres grans et hideux espiraulx de fumees, tous entortilliez, rouges, jaunes, vers, noirs et de diverses couleurs, qui font au saillir de ces grans puis tresespoentables bruis et semblent a tonnoires bruians ; et portent par leur roideur la fumee sy haulte que semble touchier aux chieulz puis s’espart aval le vent…. La relation se poursuit par l’évocation des faits étranges qui, selon de la Sale, prouvent la présence d’esprits diaboliques dans les parages.

7Treize ans plus tard, le 18 mai 1420, A. de la Sale qui guerroyait avec Louis III d’Anjou contre Jeanne II de Naples mit à profit une trêve pour aller découvrir une grotte enchantée dont il avait entendu parler. La légende y localisait le séjour merveilleux d’une Sibylle qui, entourée d’une cour brillante, faisait perdre aux humains qui s’y aventuraient et la notion du temps et le sens du péché. Cette grotte se situait au sommet du mont de la Sibylle, à 2175 m d’altitude, dans l’Apennin central, à proximité d’Ancône. De son ascension de la Sale a laissé un rapport détaillé. Etant donné la date, il a d’abord été frappé par la beauté de la végétation et l’éclat des fleurs de montagne : il en cite deux, le polliot, qui est la grosse violette ou pensée bleu clair et la centofoille qui pourrait être une campanule. Il note aussi que les gens du pays rassemblent le foin en grans lyasses faictes comme bourrees de cordes qu’ils laissent rouller au bas. Quant à l’itinéraire suivi, il a été retracé avec précision. De la Sale signale deux voies d’accès, l’une plus courte mais plus raide, assez plus traveiIlant au monter, qui sera utilisée par conséquent à la descente ; cette voie est agrémentée de deux sources qui existent encore selon Desonay qui refit le trajet en 1930. L’autre voie, plus longue mais plus aisée, en raison de ses nombreux lacets appelés tours, conduisit de la Sale jusqu’à la crête à 1777 m d’altitude. Mais à partir de là, il fallait gagner la couronne du mont où se trouve l’entrée de la grotte. Les renseignements de notre auteur deviennent alors sujets à caution. Sans doute en proie au vertige, il exagère les difficultés de la progression et majore singulièrement les chiffres qu’il donne. De quoi a-t-il peur ? Du vent qui facilement pourrait vous déséquilibrer, de l’abîme qui s’ouvre devant vous : la vallée est sy hideuse de roydeur et de parfondeur que c’est forte chose à croire, des blocs de rocher qui devaient et disparaissent dans un fracas impressionnant. Et d’affirmer que le meilleur des deux passages pour accéder à la grotte est souffisant a mettre paour au cuer qui peut avoir paour pour nulle doubte mortelle et souverainement au descendre car se par meschief le pie eschappoit, autre puissance que celle de Dieu ne le pourroit garentir, et de veoir seulement la tresgrant hydeur parfonde il n’est cuer qui ne soit craintif. Il semble donc que la Sale n’ait pas eu le pied montagnard. Le compte rendu de l’excursion se poursuit par la description de la grotte dans laquelle il s’aventure avec prudence, refusant de dépasser les premières salles qui débouchent en fait sur des puits et des gouffres alors inexplorés. Il s’étend par contre longuement sur les histoires merveilleuses qui se seraient passées là. Mais pour rassurer son élève il termine en précisant que la foi chrétienne interdit de croire à toute cette diablerie, car même si ceste chose eust esté vraye, depuis la passion Nostre Seigneur Dieu Jhesucrist, elle seroit estainte et anullee comme les autres sont. Il ajoute que la Sibylle qui a donné nom à cette montagne n’est qu’une usurpatrice, une créature du démon, qui n’a rien à voir avec les dix prophétesses qu’il énumère d’après Isidore de Séville.

8Les rencontres avec la montagne que nous venons d’évoquer nous aident à préciser ce que le voyage a pu apporter à la littérature et à la poésie en cette fin du Moyen Age. L’enrichissement est manifeste au plan de la sensation, dont l’écrivain note la nouveauté, qu’il s’agisse des lignes du paysage, de la flore aperçue, du fracas des eaux, des vapeurs volcaniques ou, plus prosaïquement, des efforts qu’impose la montée. Il apparaît ensuite dans la qualité des émotions ressenties : Michault Taillevent a été impressionné par ce qu’il a contemplé de grandiose et d’écrasant, il a surtout été mal à l’aise ou décontenancé ; Antoine de la Sale a éprouvé l’attrait du mystère et l’appel de l’inconnu, il a eu peur lui aussi et a ressenti le vertige et l’insécurité. Enrichissement enfin pour les convictions religieuses, puisque les découvertes effectuées incitent Michault Taillevent à célébrer la toute-puissance de Dieu tandis qu’en sort fortifiée la croyance d’Antoine de la Sale en la réalité de l’enfer comme aux bienfaits de la passion du Christ.

9Mais si un nouveau canton du monde est ainsi intégré à l’expérience des hommes, on ne peut dire que la langue et le style de l’époque en soient singulièrement enrichis. A part le mot estrigade chez Michault Taillevent, les noms de fleurs chez De la Sale, pas de termes neufs pour peindre ces réalités nouvelles. Du moins quelques caractérisations et comparaisons acquièrent comme une vigueur et un pittoresque inattendus, ainsi lorsque Michault veut donner idée de l’effort qu’exige le fait de grimper, lorsque De la Sale tente de rendre compte de ce qu’il a vu dans le cratère du volcan. Il faut bien avouer ici, en définitive, une certaine déception : ce n’est pas au XVe siècle que la montagne aura les écrivains qu’elle mérite.

  • 5 D’après Samivel, in Alpinisme (automne 1952).

10Nous ferons cependant une place à ces trois textes dans la littérature inspirée par la montagne. Certes, ils ne relèvent pas, à proprement parler, de la littérature alpine, si tant est que l’alpinisme consiste à gravir de façon désintéressée les montagnes d’accès difficile5. En fait, les difficultés affrontées par nos deux écrivains n’étaient pas démesurées ; surtout, leurs tentatives n’étaient pas gratuites. C’est en raison de son ambassade que Michault s’aventura sur les hauteurs jurassiennes, c’est attiré par le cratère d’un volcan ou la grotte de la Sibylle que De la Sale entreprit ses ascensions. Ce n’est donc pas la montagne pour la montagne qu’ils ont affrontée, à plus forte raison ce n’est pas à cause de ses difficultés qu’ils l’ont gravie. Nos deux écrivains toutefois, le second surtout, ont témoigné pour elle une curiosité, une ouverture d’esprit autrement attachantes et modernes que le mépris où l’hostilité des siècles classiques. A ce titre ils méritent de figurer, dans l’histoire de sa découverte, entre la fameuse ascension du Ventoux qu’effectua Pétrarque en avril 1336 et la première escalade véritable qui fut celle du mont Ai-gui Ile en 1492 entreprise pour satisfaire la curiosité du roi Charles VIII.

Notes

1 "En ce païs a ung puis dont l’eaue est sallee comme l’eaue de la mer et y a grans chofes de cuivre en manière de citernes ou on met l’eaue dudit puis et desoubz on fait grant feu et par la force du feu l’eaue devient sel blanc et s’appelle ce puis le puis de Sallins et fournist le païs d’environ de sel". (Le livre de la description des pays, de Gilles le Bouvier dit éd. Hamy, Paris, Leroux, 1908, p. 53).

2 R. Deschaux, Un poète bourguignon du XV° siècle, Michault Taillevent, Edition et Etude, Genève Droz, 1975, p. 55-58.

3 Pour Antoine de la Sale, nous utilisons les travaux de F. Desonay, particulièrement :

  • Antoine de la Sale, œuvres complètes, tome 1, La Salade, édition critique, Liège-Paris, 1935 ;
  • Antoine de la Sale aventureux et pédagogue, essai de biographie critique, Liège-Paris, 1940.

4 A savoir : justice, paix, bienveillance, libéralisme, modération, prévoyance, souci du bien public, respect des droits et franchises.

5 D’après Samivel, in Alpinisme (automne 1952).

Auteur

Université de Grenoble

© Presses universitaires de Provence, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter