Version classiqueVersion mobile

L’Affaire Girard-Cadière

 | 
Stéphane Lamotte

Mémoires du xxe siècle

Texte intégral

Fig. 18 - Plaque à Ollioules (Var)

Un renouveau ?

  • 1 Michel Vovelle, Histoire de Toulon, Toulouse, Privat, 1980, p. 137.
  • 2 Pierre Rétat constate cette extinction progressive dans l’historiographie de l’attentat de Damiens. (...)

1« Faut-il la raconter encore1 ? » se demande Michel Vovelle à propos de l’affaire au début des années quatre-vingt. La question est sérieuse : que peut-on dire de nouveau sur un sujet ressassé depuis deux siècles ? L’événement ne risque-t-il pas la banalisation, voire la disparition, à force de répétition2 ?

  • 3 Olivier Chaline, art. « Jésuites », dans Dictionnaire de l’Ancien Régime, Lucien Bély, dir., Paris, (...)
  • 4 Histoire de la France religieuse, René Rémond et Jacques Le Goff, dir., t. III, sous la direction d (...)
  • 5 François-Xavier Emmanuelli et Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, La Provence moderne, 1481-1800, Renne (...)
  • 6 Jérémie Foa, « Histoire du religieux », dans Historiographies I […], p. 268-281.
  • 7 « Cadière : Jolie petite brunette, fille sage et d’une piété portée au mysticisme, elle choisit com (...)
  • 8 Voir Agnès Ravel, « Construire un objet de recherche en histoire : le parti dévot au xviiie siècle  (...)
  • 9 Christian Delacroix, « Écriture de l’histoire », dans Historiographies […], p. 736-737.
  • 10 Enzo Traverso, Le passé, modes d’emploi, Paris, La Fabrique, 2005, p. 66.

2L’examen des grandes études historiques sur l’Ancien Régime, et sur le xviiie siècle en particulier, semble apporter une réponse affirmative. À quelques exceptions près (notamment la mention de l’affaire par Olivier Chaline dans l’article « Jésuites » du Dictionnaire de l’Ancien Régime3), les chapitres consacrés aux années Fleury privilégient logiquement l’étude de la politique internationale et le récit de l’agitation convulsionnaire autour du cimetière Saint-Médard. De même, les ouvrages de référence sur la France religieuse prennent rarement en considération les enjeux dogmatiques de l’affaire ou les élans spirituels de la jeune Catherine Cadière. Les silences de l’Histoire de la France religieuse4 ou du chapitre consacré à la religion dans La Provence moderne5 peuvent témoigner des préoccupations d’une lecture exogène du champ religieux préférant les routes balisées de l’étude des institutions ecclésiastiques aux sentiers des pratiques déviantes6. Les auteurs hésitent sans doute à retenir cet épisode périphérique qu’il est difficile de résumer sans donner dans le piège de la simplification. C’est aussi une façon d’échapper au risque du parti pris. Il est malaisé, aujourd’hui encore, d’évoquer l’affaire Girard-Cadière sans tomber, plus ou moins consciemment, dans un positionnement sectaire. Sans encombrer cette étude d’éléments d’ego-histoire, il faut reconnaître que je n’ai pas échappé à cet écueil, la compassion se déplaçant, au fil du travail, du jésuite à la pénitente, pour finalement les réunir. L’absence de l’affaire dans les grandes collections universitaires explique donc le statut paradoxal d’une affaire qui n’accède pas à la célébrité, sans pour autant être ignorée. Les entrées Cadière et Girard disparaissent des dictionnaires encyclopédiques Larousse après 1930, mais le couple scandaleux reste présent dans les notices du Dictionnaire de biographie française, davantage destiné à la communauté savante. Dans cette vaste entreprise collective, s’étendant sur plusieurs décennies, deux notices confiées à des collaborateurs différents concernent l’affaire. La première est rédigée par le chartiste Roman d’Amat, conservateur à la Bibliothèque nationale, et la seconde par Hugues Beylard, jésuite, historien, archiviste de la province de Champagne. Roman d’Amat défend la jeune Cadière alors que Beylard, en 1985, ménage Girard, perpétuant ainsi la tradition hagiographique des jésuites7. Il ne faut donc pas sous-estimer la capacité d’adaptation et le pouvoir de séduction d’une affaire qui ne se laisse pas aussi facilement abandonner, toujours prête à se réinventer dans de nouvelles bifurcations. Comme si chercheurs et érudits étaient condamnés à parcourir tous les recoins du labyrinthe Girard-Cadière pour en découvrir l’ineffable essence. Une étude non exhaustive de l’historiographie de l’affaire permet d’observer une recrudescence notable des occurrences à partir des années 1960/708. Cette période de redéfinition et d’élargissement des champs historiques, correspondant à la troisième génération de l’histoire des mentalités, fait entrer notre sujet par la grande porte de l’histoire savante. Par ailleurs, dans un entrelacement du temps court et du temps long, le récit rentre partiellement en grâce, dans un « tournant linguistique » où la pratique textuelle devient un objet d’étude9. Il ne s’agit plus de faire un récit événementiel mais bien de questionner ce récit, dans la perspective d’une histoire problématisée qui reconnaît que l’écriture de l’histoire est une pratique discursive qui est prisonnière de représentations et de codes littéraires hérités. Pour notre affaire, il faut citer les travaux pionniers des historiens qui donnent à l’affaire ses lettres de noblesse et qui témoignent de l’implication multiforme de l’auteur dans son objet d’étude10. C’est le cas de Michel Vovelle qui revendique la nécessité de relire un sujet complexe au croisement de plusieurs champs historiques :

  • 11 Michel Vovelle, « Le xviiie siècle provençal », dans Histoire de la Provence, Toulouse, Privat, 196 (...)

À notre époque de découverte des mentalités où l’inconscient collectif assume une place non négligeable, cette histoire où querelles religieuses, sexualité, sorcellerie, mélangées, font d’un banal fait divers une véritable affaire d’État et une révolution provinciale, mérite sans doute d’être reconsidérée11.

  • 12 Quels que soient les choix effectués par les chercheurs, les travaux n’échappent pas à un inévitabl (...)

3Véritable passeur, Michel Vovelle initie une série d’études « Girard-Cadière ». En 1969, il dirige un premier mémoire de maîtrise réalisé par Hélène Coirier. Suivront sous d’autres directions plusieurs mémoires consacrés au sujet, perpétuant une tradition qui réécrit l’affaire sous de multiples variations : Patricia Benoît en 1982, Audrey Carotenuto en 2001, Myriam Deniel en 2002 et Stéphane Lamotte en 2005, renouvellent les problématiques liées à l’affaire sans en épuiser les enjeux12. Chaque étudiant, séduit par la découverte d’un sujet passionnant, désire relever le défi de mettre en intrigue ce récit. Ces nouvelles lectures s’insèrent ainsi dans les nouveaux territoires conquis par l’historien : mentalités et opinion pour Hélène Coirier, Patricia Benoît ou Audrey Carotenuto ; déviances ecclésiastiques pour Myriam Deniel-Ternant ; antijésuitisme, discours des pièces satiriques, réécritures et dimension mémorielle pour Stéphane Lamotte. L’affaire Girard-Cadière devient donc un réel objet d’étude dans le monde universitaire que se partagent les étudiants-chercheurs comme nous venons de le voir ou bien les historiens plus renommés.

  • 13 Christophe Prochasson, L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée, Paris, Demopolis, 2008, (...)
  • 14 Citons notamment les ouvrages d’Antoine Marmottans, Toulon nostalgie, Toulon, Éditions Alamo, 1991, (...)
  • 15 Christophe Prochasson, L’empire des émotions […], p. 150.
  • 16 La géographie est présente dans l’inventaire de l’affaire. Voir A. Malte-Brun, La France illustrée. (...)
  • 17 Philippe Ariès, « L’histoire des mentalités », dans La Nouvelle histoire, Jacques Le Goff, dir., Pa (...)
  • 18 Voir les lignes de Maurice Agulhon sur l’affaire dans Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Prov (...)
  • 19 Françoise Hildesheimer, « Bibliographie- Histoire de Toulon », dans Bibliothèque de l’école des cha (...)
  • 20 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal, 1481-1789, Paris, Tallandier, 2002, 330 p.

4Il convient désormais d’interroger précisément le contenu de ces multiples récits sur l’affaire. Quelles thématiques peut-on dégager ? L’histoire régionale arrive incontestablement en première position. L’affaire, malgré son retentissement national, voire européen, au moment des faits, reste une histoire provençale. La vitalité de l’histoire locale tout au long du xixe siècle, « non seulement comme biais pédagogique donnant sens à l’enseignement de l’histoire mais aussi comme creuset d’un savoir neuf13 », perdure au xxe siècle. Pour notre sujet, cela se traduit par les pages consacrées à l’affaire dans des histoires de Toulon14 publiées à quelques années d’intervalle par des érudits locaux bien documentés qui contestent aux seuls historiens le territoire de « l’histoire à soi15 ». Les historiens de métier s’emparent aussi du domaine régional. Il faut rappeler que, sous l’impulsion de grands géographes16 comme Albert Demangeon, la génération des Annales, inscrit ses études dans le cadre de la région17. Il est donc tout à fait naturel de retrouver Michel Vovelle, qui applique sa réflexion épistémologique dans l’étude locale et régionale au fil des successives histoires de Provence (1969) et de Toulon (1980) dirigées par Maurice Agulhon18. Rendant compte de l’Histoire de Toulon, Françoise Hildesheimer évoque « ces épisodes que nul n’ignore ; pêle-mêle, on peut citer aussi l’affaire Girard-Cadière (qui ne connaît La Sorcière de Michelet !), le bagne, les galères, le départ des expéditions d’Égypte19… ». De même, les travaux de Michel Vergé-Franceschi n’ignorent pas ce fait divers emblématique de l’histoire de la ville20. L’historien analyse les liens qui existent entre les jésuites et la marine de Toulon et fait vivre, à partir de nombreuses anecdotes, les délits et les tensions de la ville au xviiie siècle :

  • 21 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal […], p. 229.

La débauche est partout, y compris chez les Jésuites : en témoigne Catherine Cadière, vingt ans, en 1730, séduite par le père Girard, jésuite du séminaire de la marine, cinquante ans, dénoncé par le marquis d’Argens dans Thérèse philosophe. Le procès de « la sainte d’Ollioules » – qu’il a fait peut-être avorter – conduit devant le parlement d’Aix a toutefois trop fait oublier les autres religieux toulonnais car tout le clergé local ne doit pas être stigmatisé à travers le cas du père Girard, du reste non Toulonnais21.

5Il faut noter ici une variation de forme. L’auteur tient davantage à distance un sujet qui, malgré son intérêt, doit pour lui être dissocié du patrimoine de la ville.

  • 22 Voir l’introduction de Daniel Roche, « L’opinion publique a-t-elle une histoire ? » dans L’opinion (...)
  • 23 Patricia Benoît, Le Procès Girard-Cadière et l’opinion publique. Un événement provençal, 1731, Phil (...)
  • 24 Jean Sgard, « Lumières et lueurs du xviiie siècle », 1715-1789, dans Histoire de France à travers l (...)

6Nous nous intéresserons désormais à la deuxième thématique importante attachée à l’affaire, celle de l’« opinion publique ». Ce terme générique regroupe plusieurs champs de la recherche historique : étude des correspondances, des journaux intimes, de la presse, de l’imprimé en général22. Il reflète les préoccupations actuelles pour la circulation des idées, les espaces relationnels des épistoliers et des premiers journaux, esquissant, au xviiie siècle, les premiers réseaux de l’information. C’est le mémoire de maîtrise de Patricia Benoît, « le Procès Girard-Cadière et l’opinion publique », dirigé par Philippe Joutard en 1982, qui ouvre cette nouvelle piste en élargissant le corpus des sources utilisées23. Par la suite, les travaux de Jean Sgard sur la presse d’Ancien Régime24, et notamment les Nouvelles ecclésiastiques, journal encore méconnu dans les années dix-neuf cent quatre-vingt, s’engagent sur la même voie. Le journal clandestin, comme nous l’avons déjà montré, a consacré une part importante de ses colonnes à l’affaire Girard-Cadière. Grâce à cette source, l’historien cerne très rapidement la problématique du sujet :

  • 25 Ibid., p. 114.

De tous les personnages qui, aux yeux des jansénistes, ont paru incarner le Diable, nul n’y a réussi aussi parfaitement que le P. Girard. Les Nouvelles ecclésiastiques ne sont d’ailleurs pas les seules à donner de l’éclat au scandale du P. Girard et de Marie-Catherine Cadière, et sur ce point comme sur bien d’autres il arrive aux jansénistes de rencontrer des thèmes de satire très familiers aux philosophes. Toute la presse des années 30, et en particulier les Lettres juives du marquis d’Argens, résonnent des péripéties de cette histoire scandaleuse […] Le P. Girard devient dans les Nouvelles ecclésiastiques la diabolique antithèse du diacre Paris25.

  • 26 Robert Mandrou, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle. Une analyse de psychologie histor (...)
  • 27 Voir Évelyne Patlagean, « L’histoire de l’imaginaire », dans La Nouvelle histoire, Jacques Le Goff, (...)
  • 28 Robert Muchembled, Une histoire du diable, Paris, Seuil, 2000, p. 232.
  • 29 Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques en débauche. La déviance sexuelle du clergé français au xvii (...)
  • 30 Mita Choudhury, « Genre, religion et histoire de la culture politique et de le vie privée en France (...)
  • 31 Karine Lambert et Pierre-François Astor, Pour en finir avec les conflits des sexes, Paris, Éditions (...)
  • 32 Karine Lambert, D’encre et de sang, itinéraires féminins de la déviance en Provence occidentale, th (...)

7Bien avant que cette thématique ne s’impose dans la recherche, Jean Sgard étudie les ressorts de l’antijésuitisme. Il est donc intéressant de constater que les auteurs, dans une dynamique de décentrage, se préoccupent davantage des marges de l’affaire que du récit du fait divers. C’est également le cas de Robert Mandrou qui rencontre l’affaire dans son étude des enjeux de la sorcellerie26. La croyance aux sorcières, et non leur réalité, devient un objet d’étude permettant de constituer la limite entre le réel et l’imaginaire27. Le renouveau de l’intérêt pour la sorcellerie est alors caractéristique de l’émergence de la catégorie de culture populaire qui trouve un espace historique. À partir des années soixante-dix, l’heure est à l’étude des marginaux, des dominés, des déviants, en découpant savant et populaire, un courant dans lequel s’inscrivent Pierre Darmon ou Robert Muchembled28. Monique Cottret, héritière de la chaire de Robert Mandrou, a fait travailler une de ses étudiantes, Myriam Deniel-Ternant, sur les marges ecclésiastiques29. Il faut noter à ce propos une évolution significative dans l’écriture de l’affaire : l’affirmation de la question du genre. La dimension érotique du sujet a pu expliquer la permanence d’une curiosité masculine. Les aventures de la jeune Cadière continuent de titiller l’imagination des auteurs, clercs ou laïcs, érudits ou historiens, qui, sous prétexte d’une étude sérieuse, composent un paragraphe croustillant en feuilletant quelques estampes. Les femmes, longtemps absentes de notre corpus, en raison d’une place limitée dans le monde universitaire, s’emparent à leur tour du sujet. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous avons recensé, depuis la fin des années soixante, treize historiennes qui font référence au sujet : Hélène Coirier, Françoise Hildelsheimer, Patricia Benoît, Monique Cubbels, Sarah Maza, Monique Cottret, Annie Duprat, Karine Lambert, Audrey Carotenuto, Myriam Deniel-Ternant, Jacqueline Chammas, Jacqueline Dumoulin, Mita Choudhury. Il convient de distinguer les spécialistes, comme Mita Choudhury ou Myriam Deniel-Ternant, qui utilisent l’affaire comme une étude de cas dans leurs recherches sur les déviances ecclésiastiques, des chercheurs qui croisent l’affaire, à l’occasion d’un article ou d’un mémoire, et n’y reviennent pas nécessairement. Par ailleurs, on observe que l’être femme des auteurs influe sur leur façon d’appréhender le sujet. Leur sensibilité les amène à s’intéresser davantage au sort de Catherine Cadière. Il existe bien une écriture féminine de l’affaire. Il est ainsi évident que l’intérêt de l’historienne américaine Mita Choudhury pour l’affaire illustre l’influence de la catégorie du gender dans la perception de l’affaire outre-Atlantique. Dans un récent article, elle revendique d’ailleurs ce point de vue : « En tant que féministe et historienne culturelle, j’ai abordé cette riche cause célèbre ainsi que le sujet plus large des croyances et des pratiques religieuses sous l’angle du genre30 ». Les femmes ont sans doute la capacité de traiter ce sujet sulfureux avec plus de distance, sans tomber dans le travers de l’engagement sectaire ou de la condescendance pour les extravagances mystiques de Catherine Cadière. À ce propos, la façon de nommer l’affaire est signifiante. Le titre peut signaler, sinon une prise de position, du moins une volonté de déplacer les enjeux de l’affaire. Ainsi, dans un retournement provoquant, le classique « affaire Girard-Cadière » devient sous la plume de Jacqueline Dumoulin et de Mita Choudhury l’« affaire Cadière-Girard ». Karine Lambert, maîtresse de conférences à l’ESPE de Nice, spécialiste des questions de genre31, préfère évoquer « l’affaire La Cadière32 ». Ne peut-on pas y voir des signes d’identification, de préférence, ou du moins d’empathie féminine, de la part de ces auteures ? Ces variations ne traduisent- elles pas aussi la volonté de se démarquer des appellations dominantes ? Ainsi, Jason Kuznicki, chercheur masculin, dans un récent article choisit une formulation inédite : « le scandale Cadière-Girard ». Notre propos n’est pas ici d’explorer toutes les possibilités du lexique de l’affaire. De même, nous n’épuiserons pas l’inventaire des thématiques dédiées à l’affaire. Il peut être intéressant, pour terminer sur ce point, d’évoquer deux catégories qui peuvent apparaître de façon éparse.

  • 33 Benoît Garnot, Histoire de la justice, France, xvie-xxie siècle, Paris, Gallimard, 2009, 782 p., «  (...)
  • 34 Voir l’article de Benoît Garnot, « Voltaire et la justice d’Ancien Régime : la médiatisation d’une (...)
  • 35 Michel Foucault, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 9-12.
  • 36 Jacqueline Dumoulin, « L’affaire Cadière/Girard : la justice laïque prise en otage », dans Justice (...)

8Les irrégularités de la procédure donnent logiquement une place à l’affaire dans l’histoire de la justice. En quoi les luttes internes au parlement d’Aix, la psychologie des accusés, le rôle des témoins, nous instruisent-ils sur le fonctionnement de la justice d’Ancien Régime ? L’affaire Girard-Cadière peut-elle servir d’étude de cas ? La lecture des travaux de Benoît Garnot, spécialiste de l’histoire de la justice dans la France d’avant 1789, incite à la prudence33. Benoît Garnot s’appuie sur des éléments statistiques, à partir d’une minutieuse étude des minutes des procès de nombreuses provinces, démontrant la part relativement peu importante des affaires criminelles dans l’ensemble des dossiers instruits. Loin de l’image d’une justice sévère, dénoncée en son temps par Voltaire34, et médiatisée par les travaux de Michel Foucault – avec notamment le récit du supplice de Damiens en incipit de Surveiller et punir35, Benoît Garnot défend la thèse d’une justice soucieuse de négociations, d’arrangements quotidiens de conflits d’intérêts et de conclusions raisonnables. Ainsi, une affaire exceptionnelle et épidermique n’est pas représentative du fonctionnement normal de la justice d’Ancien Régime. La littérature judiciaire, foisonnante au moment du procès Girard-Cadière, amplifierait son importance et constituerait un écran déformant la normalité du travail des professionnels de la justice. Pour autant, d’autres spécialistes, comme Jacqueline Dumoulin, historienne du droit à Lille, s’intéressent de près à l’affaire pour en démêler les nœuds juridiques36. L’affaire trouve également sa place dans une littérature judiciaire plus populaire, qui reprend la chronique des procès du passé pour mieux stigmatiser les grandes erreurs judiciaires :

  • 37 Alfred Eibel, Robert Gordienne, Les grandes erreurs judiciaires de l’Antiquité à nos jours, Paris, (...)

N’observant ni les règles, ni les délais, les jésuites, pour plus de sûreté, transférèrent le procès à Aix-en-Provence, où, sous la présidence du président Lebret, ils bénéficient de complicité. C’est ainsi qu’après avoir été soumise à la question ordinaire et extraordinaire (eau, brodequins, estrapade [tout cela est inventé et ne figure ni dans les pièces des procès ni dans les correspondances des contemporains], Marie-Catherine Cadière se retrouve sur le banc des accusés37 […].

  • 38 De la fin du xixe siècle au début des années 1930, suite au succès des œuvres de Sacher-Masoch et d (...)
  • 39 An., Étude sur la flagellation à travers le monde : aux points de vue historique, médical, religieu (...)
  • 40 Laurent Tailhade, Le masochisme. Plâtres et marbres, Éd. Athéna, Paris, 1922, p. 197.
  • 41 « Lorulot André, 1885-1963, (André Roulot, dit), est un membre important de la Libre pensée, oscill (...)

9La fascination pour l’affaire provient souvent de l’association des irrégularités de la procédure et des présumées déviances des deux accusés. Il n’est donc pas surprenant de retrouver l’affaire dans l’ample corpus de la littérature érotique qu’il n’est pas question ici de saisir dans sa totalité. Ce sont plus particulièrement les ouvrages spécialisés dans les diverses formes de la flagellation qui s’intéressent au rapport de domination entre le confesseur et sa pénitente. Au début du xxe siècle, un public avide de frissons bottés et de flagellation à l’ortie blanche se délecte d’un genre en plein épanouissement38. Dans ces ouvrages, la référence à l’affaire est un prétexte, elle donne aussi une forme de légitimité historique à des descriptions qui s’intéressent davantage aux aspects techniques du « vice anglais » : « Les pères Adriaensen et Girard étaient tous les deux des amateurs distingués des verges, appliquant cet estimable moyen de correction sur leurs ouailles d’une main rien moins que légère39 ». La frontière est souvent mince entre l’examen complaisant des pratiques érotiques et la critique des déviances. La Libre pensée s’intéresse également au sujet et, sous couvert d’une dénonciation morale, s’abandonne parfois à des descriptions d’une grande précision. C’est le cas de Laurent Tailhade qui accuse le jésuite de se servir de son fouet comme d’un « instrument de sournoise lubricité40 ». Un peu plus tard, dans les années cinquante, André Lorulot41 s’empare du sujet avec la même fougue et le même parti pris que les auteurs de la fin du siècle précédent pour dénoncer les pratiques irrégulières du clergé :

  • 42 André Lorulot, La flagellation et les perversions sexuelles, 1955, Herblay, « l’idée libre », 1955, (...)

L’abbé Girard, Jésuite, dont les « exploits » ont été célèbres. Non seulement, il eut de très nombreuses maîtresses, dont il jouissait assez cyniquement, dans les couvents et dans la vie civile (femmes mariées et demoiselles), mais il les faisait avorter. Ce qui le rendit tristement célèbre ce sont ses amours avec Mlle Catherine Cadière, très chétive jeune fille de 17 ans, scrofuleuse, toujours malade et cependant bien jolie. Il en abusa de façon ignoble, profitant de son sommeil morbide. Dans les mêmes conditions, il lui fit des plaies, qu’il eut l’audace de faire passer pour des stigmates miraculeux ! La pauvre Cadière, de plus en plus affaiblie et détraquée par ce mysticisme hérétique, avorta42 […].

  • 43 Rappelons aussi les travaux de Jean-M. Goulemot, notamment l’article déjà cité : « Des mots et des (...)
  • 44 Hans-Jürgen Döpp, Le sadomasochisme. Des délices du fouet, Parkstone Press Ltd, New York, USA, 2003 (...)

10De nos jours, la discipline historique, toujours prête à explorer de nouveaux territoires, n’ignore pas le domaine érotique. Sans minauder, elle étudie avec le plus grand sérieux les problématiques associées : histoire de l’édition, clandestinité, imaginaire et intimité. Ainsi de l’exposition « L’Enfer de la Bibliothèque. Éros au secret », présentée par la Bibliothèque nationale de France sur le site François-Mitterrand en 2007, au moment de nos premières recherches. Nous y avons retrouvé Thérèse philosophe et son célèbre couple43. Citons également les ouvrages de Hans Jürgen Döpp, historien allemand, enseignant à l’Université de Francfort, spécialiste de l’histoire culturelle et de l’art érotique, qui évoque l’affaire dans ses travaux44.

  • 45 Citons en particulier deux revues : Les cahiers du journalisme (voir notamment l’article de Gilles (...)
  • 46 « C’était en 1731. Elle s’appelait Catherine Cadière – Marie-Catherine plus précisément. C’était un (...)
  • 47 Cette curiosité fait écho à celle des contemporains qui s’est manifestée par la publication en Euro (...)
  • 48 Jason T. Kuznicki, « Sorcery and publicity : the Cadière-Girard scandal of 1730-1731 », French hist (...)
  • 49 Mita Choudhury, « Despotic habits : the critique of power ands its abuses in an Eighteenth-Century (...)

11L’affaire est finalement loin d’être absente, et il est possible de la croiser au hasard d’une lecture ou bien à la faveur des rebonds de la recherche documentaire. Le mouvement se confirme et s’amplifie pour les débuts du xxie siècle. La plus grande visibilité des publications, le développement des moteurs de recherche, le nombre de colloques transdisciplinaires interrogeant les objets composites en marge des grands courants de l’histoire, expliquent sans doute cette présence forte du couple scandaleux. L’affaire est même en vogue : les débats sur la diffusion des idées ou la place des médias45 dans l’espace public sont en interaction avec les enjeux du passé. L’affaire, de nos jours, inspire encore les journalistes, qui aiment en souligner les aspects spectaculaires, en écho au présent d’autres procès retentissants46. Avec une nuance notable par rapport au siècle précédent : l’affaire est plus rarement un sujet de polémique, elle suscite dans la plupart des cas de la curiosité. L’objectivité n’est plus un horizon impossible pour l’affaire Girard-Cadière. L’internationalisation accrue de la recherche doit également être prise en compte. Cela se traduit pour notre affaire par la curiosité des historiens anglo-saxons pour un sujet très « français47 ». Nous avons déjà cité les travaux de Jason Kuznicki48 et de Mita Choudhury49. Des regards neufs arrivent sur le sujet et contribuent à renforcer la dimension réticulaire du corpus. En effet, le degré de connexité entre les références est sans doute de plus en plus élevé. C’est parce que tel auteur vient à évoquer l’affaire dans un champ de recherche que tel autre pourra détourner dans le sien des problématiques qui le concerneront. Au final, les retours de l’affaire soulignent sa polyvalence. Si beaucoup de travaux l’évoquent comme une étude de cas éclairant leur domaine de recherches, rares sont les productions qui s’y consacrent entièrement à la différence de ce que nous avons vu pour le xixe siècle.

L’affaire dans la littérature à la fin du xxe siècle : le succès du roman historique ?

  • 50 Voir notamment l’excellente synthèse de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’historien et la littéra (...)
  • 51 Grégoire Madjarian, La passion de Marie Cadière, Paris, Ramsay, 1990, 311 p. Autre roman du même au (...)
  • 52 Docteur de troisième cycle (1975, Paris VIII) ; docteur d’État (1983, Paris V, L.-V. Thomas, dir.).
  • 53 Grégoire Madjarian, La question coloniale et la politique du parti communiste français, 1944-1947. (...)
  • 54 Ibid., p. 87.
  • 55 Ibid., p. 278.
  • 56 Ces informations s’appuient sur un entretien que nous avons eu avec Grégoire Madjarian. Qu’il en so (...)
  • 57 Né en 1950, professeur d’histoire et de géographie ; publie en 1996 un roman consacré à l’affaire L (...)
  • 58 Alain Gérard, Le Diable les emporte, Lyon, Horvath, 1994, 223 p.

12Les retours de l’affaire transforment son récit en un acte rituel nourri de sens toujours renouvelés. Son insertion dans le roman historique, un genre en tension entre un versant scientifique et un versant fictionnel, est un nouveau signe de cette vitalité. Reprenant une tradition initiée au xixe siècle (Jean Pauper), quatre romans et une pièce de théâtre, écrits entre 1990 et 2006, s’inspirent librement de l’affaire. Il peut paraître surprenant, dans un intervalle si court, de voir se répéter le même motif, comme si les auteurs ignoraient les travaux de leurs prédécesseurs. Pourtant, ces histoires ne se ressemblent pas : chaque livre apporte sa couleur et n’épuise pas le potentiel fictionnel de l’affaire. De la même façon, nous venons de le montrer, les ouvrages universitaires qui se succèdent au même moment approfondissent le questionnement sur l’affaire sans en assécher les ressources. Cette coïncidence diachronique entre la sortie de ces différents romans et l’inscription de l’affaire dans le champ historiographique témoigne bien de la relation complexe et évolutive qu’entretiennent histoire et littérature50 : ces productions peuvent être vues comme des signes que l’affaire Girard-Cadière continue de vivre dans les mentalités, en s’insérant dans de nouvelles formes. La sortie, en 1990, de La Passion de Marie Cadière51 marque le début de cette série fictionnelle. L’auteur, Grégoire Madjarian, a été maître de conférences à Paris VIII, spécialisé en anthropologie et en sociologie. Venu de la Gauche prolétarienne, engagé dans les mouvements étudiants lors de ses études à Aix-en-Provence à la fin des années soixante, sa bibliographie personnelle révèle un intérêt pour les questions sociales et une sensibilité politique affirmée. Il a notamment publié La Question coloniale et la politique du PCF52 et Le Complexe Marx53. Pour autant, la structure de ce roman classique, ne révèle pas d’engagement particulier. L’auteur ne défend aucune thèse qui pourrait être en rapport avec ses travaux théoriques. Le livre se découpe en trois moments logiques : le fait divers dans la ville, le temps du procès, les jours qui suivent le procès. Les deux premières parties traduisent un projet de reconstitution historique qui atteste d’une très bonne maîtrise des sources consultées, à Aix, Toulon ou Paris, même si Grégoire Madjarian ne s’encombre pas de notes de bas de page. Il veut au contraire se confronter à l’exercice littéraire, se donner un peu de liberté pour échapper aux contraintes des travaux universitaires. L’auteur est prudent et emploie souvent le conditionnel pour évoquer les faits reprochés au père Girard. Il ne juge ni le confesseur ni sa pénitente, qu’il considère tous deux victimes de l’arbitraire des institutions d’Ancien Régime et de l’opprobre de l’opinion. Le roman s’interroge sur les « étranges liens entre Marie Cadière et Jean-Baptiste Girard dont il est si difficile de démêler les entrelacs après la rupture54 ». La dernière partie est plus propice aux inventions et aux interprétations. Les variations de la fiction se situent à deux niveaux : d’abord le titre du roman qui transforme le prénom de la Cadière, Catherine, en Marie, ce choix accentuant la pureté du personnage ; puis le dénouement, à savoir le récit de la fuite de Catherine Cadière, réfugiée avec un personnage imaginaire, « le Bancal », dans les gorges d’Ollioules. Catherine Cadière, insaisissable et mystérieuse, devient véritablement sorcière dans ces gorges : « exclue du monde, menant vie misérable, Marie Cadière demeurait libre, malgré la meute des gens d’armes à ses trousses […], d’une manière inexpliquée, Marie voyait en elle surgir une vigueur nouvelle, insoupçonnée55 ». Si le roman ne répond à aucun projet délibéré, la sensibilité de l’auteur se révèle malgré tout : son roman dénonce le poids des institutions – le parlement de Provence – et les dégâts provoqués par la rumeur colportée par l’opinion. L’auteur reconnaît aussi qu’il a pu, de façon plus ou moins consciente, être influencé par l’affaire Gabrielle Russier. En 1969, cette professeure agrégée de lettres est accusée de détournement de mineur sur Christian Rossi, alors âgé de seize ans. À la suite d’un procès retentissant, dans lequel les parents de l’adolescent ont fortement pesé, l’accusée se suicide le 1er septembre 1969. Grégoire Madjarian, alors jeune étudiant à Aix, a été marqué par ce scandale, contre lequel il s’est engagé, au nom d’une révolte contre les interdits56. Les correspondances entre le présent et le passé sont ici une nouvelle fois évidentes. Quatre ans plus tard, Alain Gérard57 écrit Le Diable les emporte58. Là aussi, une importante documentation se remarque tout de suite, et la bibliographie jointe souligne la solidité du matériau historique convoqué. Le livre, plus resserré, avec un total de 223 pages, se compose de quatre parties. Assez semblable au précédent dans la forme, il n’apporte rien de radicalement nouveau tout en restant singulier. C’est la préface d’Alain Gérard, davantage que le contenu de son roman, qui présente le plus d’intérêt :

  • 59 Alain Gérard, Le Diable les emporte, roman, Lyon, Horvath, 1994, avant-propos.

À bien y regarder, il n’est donc pas étonnant que les quelques historiens ayant travaillé sur cette affaire, qui retint selon la formule de l’évêque de Marseille l’attention de tout le monde chrétien, se soient plus intéressés aux remous qu’elle a suscité qu’aux principes qui la déclenchèrent. Il est surprenant cependant de constater que les spécialistes de l’histoire des mentalités n’en aient pas relevé le côté atypique, anachronique peut-être, original en tout cas en ce xviiie siècle raisonnant […] Vision oblique pour vision oblique, ce qui suit n’est pourtant pas un livre d’histoire mais le récit de l’histoire de deux êtres : Jean-Baptiste Girard, jésuite et célèbre directeur de conscience et Catherine Cadière, jeune toulonnaise de 18 ans, pieuse jusqu’à l’exaltation, que les hasards du temps ont fait se rencontrer... un roman donc59.

  • 60 Judith Lyon Caen et Dinah Ribard, L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010, p. 18- (...)
  • 61 Cécile Guignard-Vanuxem et Paul Henry-Fleur, L’odeur du bûcher. L’Affaire de sorcellerie qui ébranl (...)
  • 62 Née en 1959, enseigne la philosophie depuis 1982. Auteurs favoris : Flaubert, Giono, Tourgueniev. P (...)
  • 63 Journaliste à La Provence, il est également un des rédacteurs du magazine de la ville d’Aix, Aix-en (...)
  • 64 Pierre Rétat, L’attentat de Damiens. Discours sur l’événement au xviiie siècle, p. 317.
  • 65 Cécile Guignard-Vanuxem et Paul Henry-Fleur, L’odeur du bûcher […], p. 95.
  • 66 En référence sans doute à Gaston Delayen, La Sainte de M. de Toulon […].

13Que veut nous dire l’auteur en affirmant ainsi que les questions posées par le roman sont plus opérantes que l’histoire ? Le roman historique propose le point de vue d’auteurs qui projettent les représentations du présent sur le passé, tiraillés entre l’impératif du divertissement et une légitimité savante. À ce titre, dans un jeu de miroirs successifs, ces fictions deviennent une nouvelle source pour l’historien60. L’odeur du bûcher, troisième opus du genre, publié en 2001 aux éditions Cheminements61, est le plus atypique. La longueur du roman et le style, lyrique, voire romantique à l’occasion, signifient une ambition littéraire. Fruit de la collaboration de Cécile Guignard-Vanuxem62 et de Paul-Henry Fleur63, le livre est composé de dix chapitres. Nous sommes ici au cœur du genre « roman historique ». L’intention, très claire, est annoncée dès la dédicace : « À la mémoire de Marie-Catherine Cadière et de Jean-Baptiste Girard, qui souffrirent le scandale et la honte de s’être aimés de la mauvaise manière. Mais qui peut se faire juge de la bonne manière d’aimer ? » Les auteurs ne se contentent pas d’un récit des faits – même si la documentation réunie est encore une fois importante – mais proposent une véritable création, une relecture formelle. Comme si la résurgence de l’affaire n’était fondée que sur sa seule potentialité littéraire64. Les dialogues ont une place très importante dans le déroulement de l’histoire, qui repose sur une idée intéressante : se succèdent les confessions de Jean-Baptiste Girard et de Catherine Cadière, adressées au même père Nicolas, après le procès. Se déroulent ainsi un échange indirect et une confrontation de points de vue sur les mêmes faits. Cette composition donne une épaisseur psychologique aux personnages. Le fait que le père Girard soit présenté sur son lit de mort, humanise le personnage, loin des représentations habituelles. Ni Catherine, ni Jean-Baptiste ne sont coupables, ils sont victimes de « cette main invisible qui trace le chemin des hommes65 ». Ce parti pris estompe la dimension érotique de la relation entre le jésuite et sa pénitente. Encore une fois, la présence d’une plume féminine n’est sans doute pas étrangère à cette relecture sensible. Avec La sainte du diable, Le scandale Girard-Cadière Toulon et Aix 1728-1731 (le roman et l’histoire66), publié en 2006, la série s’achève avec l’archétype du roman historique, écrit par un érudit toulonnais. Bernard Soulhol aime sa ville et le revendique. Il trouve la matière de ses romans dans l’histoire locale, ce qui le conduit, après avoir écrit Le forçat Bonafous et Le maire Fouroux, à rencontrer le couple scandaleux. Son éditeur, Les Presses du Midi, est également toulonnais, ce qui implique une diffusion essentiellement régionale. Dans ce dernier roman, la part accordée au fait divers est beaucoup plus importante – 322 sur un total de 352 pages. Le retentissement judiciaire, la diffusion du bruit de l’affaire n’intéressent pas Bernard Soulhol. Cette affaire est avant tout pour lui le prétexte pour décrire la vie de Toulon au xviiie siècle. Les descriptions du cadre sont nombreuses et montrent la priorité accordée au pittoresque. Ce roman est également le plus érotique de la série. Les aventures du jésuite et de sa pénitente servent de prétexte à des évocations parfois très crues. Le jésuite n’est pas le seul responsable des débordements présumés de la chair. Les mortifications répétées de la jeune pénitente auraient, selon l’auteur, refoulé des désirs prêts à se déchaîner :

  • 67 Bernard Soulhol, La sainte du diable […], p. 123.

Depuis que son frère Laurent était marié et le couple installé dans la chambre voisine, Catherine, épiait de sa couche les moindres bruits nocturnes, allait parfois plaquer une oreille contre la cloison. Elle retirait de sa curiosité quelques grincements de lit, des soupirs maîtrisés […] qui enflammaient ses sens. Elle gardait […] une vision formidable et lubrique, celle d’une virilité priapique monstrueuse, hantant, la nuit, la maison de la cave au grenier67.

14L’importance accordée aux débauches du fait divers explique, en contrepartie, la rapidité avec laquelle l’auteur évoque la procédure. Sans doute parce que l’affaire se déroule à Aix-en-Provence.

  • 68 André Neyton, L’affaire de la Belle Cadière, Toulon, Éditions-Rencontres CDO, 2006, 69 p.
  • 69 L’événement culturel « Été théâtral de Trigance », situé dans le département du Var, dans les gorge (...)
  • 70 Il existe à Loudun, depuis 2010, un festival « Les diables… rient », touchant à plusieurs disciplin (...)

15La même année 2006, sans qu’il soit possible de déterminer une relation entre les deux événements, André Neyton, directeur de l’Espace Comedia à Toulon et du Centre Dramatique Occitan, monte une pièce intitulée L’affaire de la Belle Cadière68. Auteur et metteur en scène, spécialisé dans les productions artistiques occitanes, il fait revivre sur les planches l’affaire. Il a, pour l’écriture de son texte, travaillé sur les archives du procès et sur les pièces satiriques, notamment les chansons qui ont la part belle dans la scénographie. Le spectacle a donné lieu à plusieurs représentations, au Mourillon, en novembre 2006, mais aussi au festival de Trigance en août 200769. Cette actualité de l’affaire, en synchronie parfaite avec le début de notre recherche a bien évidemment nourri notre réflexion. Nous avons eu la possibilité de rencontrer André Neyton et d’échanger avec lui sur nos perceptions de l’affaire. Il ne nous a pas caché sa sympathie pour Catherine Cadière, pénitente et figure toulonnaise, et a reconnu sans détours sa prévention contre le jésuite Jean-Baptiste Girard, venu de Dole corrompre la jeune fille. Il a concédé se situer dans la ligne de Michelet. Le travail d’André Neyton est donc bien un projet mémoriel qui voudrait insérer l’affaire dans le patrimoine de la ville70. Il a d’ailleurs existé à Toulon entre 2006 et 2007, à l’occasion d’un tour de ville guidé par un conteur de rue, une rapide évocation de l’affaire. Après vérification auprès de l’office de tourisme, cette « anecdote » a été retirée d’un parcours qui reste centré sur la figure de Raimu ou sur l’histoire du bagne. De même, aucune plaque, sur les lieux de l’affaire – la maison des Cadière ou l’ancien séminaire de la marine – n’indique la mémoire toulonnaise du fait divers. Il faut se déplacer à Ollioules pour observer une plaque posée sur les murs de l’ancien couvent des Clarisses. Il s’agit du seul lieu de mémoire propre à l’affaire. On peut y lire :

  • 71 Culture et patrimoine, ville d’Ollioules, 5 rue Henri Barbusse.

Les sœurs Clarisses, des Franciscaines, s’installèrent à Ollioules depuis leur couvent de Toulon en 1634. Ce couvent, avec sa chapelle et son jardin, occupait tout le côté de l’actuelle rue Barbusse. Éclaboussé en 1731 par le scandale de l’affaire Girard-Cadière, il sera finalement fermé sur ordre de Louis XV et transformé en habitations privées avant la Révolution71.

  • 72 Walter Benjamin, Paris, capitale du xxe siècle. Le livre des passages, Paris, Cerf, 1989, p. 481. V (...)
  • 73 Interview de Xavier Laurent à Trigance, après la représentation, août 2007.

16On peut aussi inventer sa propre carte sensible de l’affaire au gré d’une déambulation dans les rues d’Aix et de Toulon. Il faut pour cela se comporter comme « un homme qui creuse72 », dans les couches des archives comme dans celles des lieux de mémoire. La rareté de ces traces mémorielles montre donc la difficulté du projet d’André Neyton. Pour autant, cette démarche est très intéressante et la renaissance de l’affaire sur les planches apporte une dimension supplémentaire aux reconstitutions des romans historiques. Les échanges avec cet homme charmant ont été d’autant plus enrichissants que nous cherchions plutôt à détecter dans l’affaire les ressorts d’un antijésuitisme qui noircissait à l’excès le père Girard. Les discussions se sont poursuivies avec les comédiens qui nous ont également confié leurs représentations sur le sujet et sur les personnages. Les propos du comédien qui interprétait le rôle du père Girard, Xavier Adrien Laurent, sont significatifs de ce que peut donner une lecture contemporaine de ce scandale : « Pour moi, je considère que le père Girard c’est l’équivalent d’un pédophile. C’est comme cela que je vois mon personnage73 ».

Une affaire dans l’affaire

  • 74 Archives de la Province de France de la Compagnie de Jésus, 15 rue Raymond Marcheron, 92170 Vanves.
  • 75 Y figurent notamment les travaux de Claude-Alain Sarre, « Les jésuites au collège royal de Bourbon (...)
  • 76 Paul Duclos (S.J.), est né à Étampes en 1917, il entre au noviciat en 1946 et devient prêtre en 195 (...)
  • 77 Hugues Beylard (1904 - 6 juin 1987). Auteur des articles « Girard » du Dictionnaire d’histoire et d (...)
  • 78 Né à Paris le 19 mars 1937 ; agrégé d’histoire (1961) ; maître-assistant à Sciences-po Paris (1971) (...)
  • 79 Né à Oran en 1939 ; publie en 1977 Le mythe de la procréation à l’âge baroque (Paris, Pauvert, 1977 (...)
  • 80 Soutenue en 1978, soit un an avant l’article, elle porte sur les « Procédures de dissolutions de ma (...)

17Cette dernière remarque est symptomatique de la gêne que, de siècle en siècle, l’affaire peut provoquer par ses aspects étranges, confus, sulfureux. La permanence d’une défiance et de réactions hostiles peut étonner. Les contemporains de l’affaire se partageaient déjà en deux camps : ceux qui criaient au scandale et ceux qui se régalaient de ses éléments croustillants. Pour les premiers, la meilleure façon d’éteindre l’incendie consistait à tenter d’imposer le silence sur le sujet. Ces défenseurs du père Girard ont aujourd’hui leurs héritiers qui, sous couvert de vertu, ne voient pas la nécessité de déterrer une affaire qui a déjà suffisamment noirci de papier. Un exemple illustre de façon éclairante notre propos. Dans la première phase de notre travail, nous avons souhaité consulter le fonds des archives jésuites à Vanves, à savoir la série Q, « archives de la maison d’Aix74 ». L’absence de documents inédits, contemporains du procès, a été compensée par le dépouillement de copies de sources et de fiches de travail avec des commentaires sur le sujet et une bibliographie conséquente75. Une riche documentation conforme à la tradition jésuite. Dans un des cartons, la découverte d’un dossier passionnant a dépassé nos espérances et élargit le champ de notre investigation initiale. La liasse de papiers en question s’avère être la correspondance entre cinq protagonistes, Paul Duclos, Hugues Beylard, Michel Winock, Pierre Darmon et Robert Kreiser, au sujet de notre affaire, entre 1977 et 1981. Paul Duclos76 et Hugues Beylard77 sont tous deux jésuites et historiens de la Compagnie de Jésus. Michel Winock78 et Pierre Darmon79 sont de jeunes universitaires au moment de cette correspondance, le premier vient de fonder la revue L’Histoire en 1978, le second vient de soutenir sa thèse à la Sorbonne, sous la direction de Robert Mandrou80. Enfin, Robert Kreiser est professeur à l’université de Rochester à New York. C’est ce dernier qui ouvre ce dossier, par un échange de lettres, anecdotiques, sans passion, mais savoureuses pour le chercheur par l’effet de miroir et les correspondances qu’il peut y trouver, à quelques décennies de distance. L’historien américain, qui connaît de nom l’affaire Girard-Cadière, et qui veut visiblement en savoir plus, prépare un voyage culturel en France. Il écrit alors au père Joseph Dehergne, de la province jésuite de Chantilly, pour obtenir des informations plus précises sur le sujet et des adresses de lieux d’archives. Paul Duclos, adjoint de Dehergne, lui répond, de façon courtoise. Mais il ne peut à cette occasion, s’empêcher de sortir de sa réserve lorsqu’il présente l’inventaire des sources disponibles dans ses archives :

  • 81 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, lettre de Paul Duclos à Robert Kreiser, 26 septembre 1977.

Nous détenons aussi un opuscule de « ragots anticléricaux » intitulé « Détails historiques sur le P. Girard et Mlle Cadière », Paris et Avignon, 1844, 18 p. […] Si vous pensez que ces grossières calomnies sur un jésuite, sans doute naïf, mais saint, ou tout au moins pieux, méritent qu’on leur consacre aujourd’hui un article vous pourrez venir aux Fontaines. Mais prévenez à l’avance car notre Centre a beaucoup d’hôtes en été et, en juillet et août nos archives étant fermées81.

  • 82 B. Robert Kreiser, « Witchcraft and Ecclesiastical Politics in Early Eighteenth Century Provence : (...)

18Ces réserves ne décourageront pas Robert Kreiser, qui, trois ans plus tard, publiera un article sur le sujet82. Ces quelques lignes font également écho à notre propre expérience. Trente ans plus tard, nous avons été accueillis aimablement à Vanves, mais avec une certaine réticence quand nous avons annoncé notre sujet de recherche.

  • 83 Pierre Darmon, « Mystiques chrétiennes ou simulatrices ? Les illuminées sous l’Ancien Régime », dan (...)
  • 84 Ibid.
  • 85 Aujourd’hui à Vanves ; désormais citées : Arch. jésuites de Vanves.
  • 86 L’affaire en effet est déjà ressortie, dans des ouvrages plus scientifiques, de moindre audience, n (...)
  • 87 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, lettre de Paul Duclos à Michel Winock, 3 juillet 1979.

19La deuxième partie du dossier est encore plus intéressante dans la mesure où elle réveille des passions endormies. Un article publié dans le quatorzième numéro de la revue L’Histoire, daté de juillet/août 1979, à la rubrique « Magazine de l’histoire », est à l’origine de cette polémique83. L’article est rédigé par Pierre Darmon. Il s’agit d’une chronique estivale qui rend compte d’affaires étranges, sur un ton léger, pour distraire le lecteur. L’étude est consacrée aux « illuminées sous l’Ancien Régime » sous le titre « Mystiques chrétiennes ou simulatrices84 ? », Catherine Cadière se trouve en compagnie de « Mère Johanna » pour le xvie siècle et d’Antoinette Bourguignon pour le xviie siècle. Bien que succincte, l’évocation repose sur une documentation étayée et sérieuse. Paul Duclos, archiviste à Chantilly, où se trouve alors le dépôt des archives jésuites85, réagit à l’article en adressant une lettre, datée du 3 juillet 1979, au directeur de la revue, Michel Winock. Il ouvre alors une passionnante confrontation : se reforment soudain, de façon assez fascinante, les deux camps bien clivés du temps de l’affaire. Duclos ne semble pas apprécier que l’on ressorte des placards cette affaire. Ce qui est dangereux pour le jésuite, c’est la publication et l’exposition de ce sujet dans une revue qui s’adresse au grand public86. L’amalgame « Girard = jésuite » devenant alors trop facile. Paul Duclos, par ailleurs un historien patenté, manque ici d’objectivité et le ton de sa lettre est militant, souvent polémique, toujours disproportionné pour ne pas dire anachronique. On pourrait rire de la véhémence du propos au vu des enjeux contemporains. Après avoir poliment rappelé le sérieux d’une revue qu’il reconnaît lire, il s’émeut d’un « article très tendancieux d’un certain Pierre Darmon87 ». Il s’insurge contre deux éléments :

    • 88 Pierre Darmon, « Mystiques chrétiennes. […] », p. 75.
    • 89 Ibid., p. 75.

    Le portrait peu élogieux qui est fait du père Girard, présenté dans l’article comme le « complice en mystification de l’illuminée hystérique la Cadière88 ». On peut s’étonner que le bon père soit choqué par cette petite phrase. Il existe des portraits bien moins flatteurs du jésuite et la Cadière n’est pas ici présentée, à la façon d’un Michelet, comme une blanche et innocente victime. Nous sommes loin d’atteindre dans cet article de L’Histoire des sommets d’antijésuitisme. Pierre Darmon sans rien éluder de la responsabilité de Girard affirme que chez Catherine Cadière « mysticisme et mystification se confondaient89 ».

    • 90 Ach. Jésuites de Vanves, Q 20, lettre de Paul Duclos à Michel Winock, 3 juillet 1979.
    • 91 Erreur factuelle de Paul Duclos, ces lettres sont en fait de 1733. Hugues Beylard, dans la lettre c (...)
    • 92 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, lettre de Michel Winock à Paul Duclos.
    • 93 Sur la lettre annotée – par Duclos lui-même ou peut-être par H. Beylard – figure cette mention : «  (...)
    • 94 Ibid.
    • 95 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, Lettre de Pierre Darmon à Paul Duclos, datée du 9 juillet 1979. La (...)
    • 96 Ibid.

    Dans un deuxième temps, Paul Duclos met en cause, assez violemment, la compétence de l’auteur de l’article qu’il qualifie de « journaliste » faisant une esquisse pseudo-historique digne de « Paris-soir-dimanche90 ». L’article de Darmon, sans avoir la prétention d’une notice scientifique – l’affaire Girard-Cadière est simplement prise ici comme un exemple dans le cadre d’un sujet plus large – est pourtant très bien documenté. Paul Duclos renvoie, pour étayer son offensive, à des références certes scientifiques mais partiales et partielles, comme la notice bibliographique du père Bliard dans la Bibliothèque de la Compagnie de Jésus ou celle du père Jean Brémond dans les Établissements des jésuites en France. De même, il ne cite qu’une seule source pour appuyer son propos, à savoir une pièce relativement mineure : Les Lettres écrites d’Aix sur le Procès en 1734 [173391] rédigées par le conseiller Montvallon – magistrat favorable aux jésuites, mais qui n’a pas participé à l’instruction et qui réfute les motifs de la condamnation du P. Girard. Ce texte, intéressant par ailleurs pour son point de vue, n’est pas recevable en tant que document objectif et l’attachement à cette référence témoigne, ici, d’un manque de rigueur historique chez le P. Duclos. À ces attaques frontales, Michel Winock répond très rapidement, dès le lendemain, le 4 juillet92, avec une cordiale et prudente fermeté. La revue est jeune, elle a tout juste un an. Cela peut expliquer la modération de son directeur qui contourne habilement la polémique et ne veut pas s’aliéner son correspondant. Michel Winock veut bien croire en sa « bonne foi » et en « la solidité » de ses arguments. Il défend néanmoins son auteur, en récusant avec une sobre ironie le terme de journalisme et en présentant les états de service de « Monsieur Pierre Darmon, historien sérieux dont la récente thèse, soutenue en Sorbonne sous la direction de M. Robert Mandrou, lui a valu la mention très honorable, et dont les travaux déjà publiés en font un historien de qualité93 ». Il informe son correspondant qu’il transmettra sa lettre à l’auteur mais ne lui garantit pas de « faire écho de cette correspondance dans notre revue94 ». Il s’agit donc de lui signifier aimablement qu’il n’a aucune envie d’entrer dans la polémique. Le premier intéressé, Pierre Darmon, réagit plus vivement, mais plutôt que de vraiment répondre au père Duclos, il analyse sa lettre, avec humour et mordant : « votre prose, un peu simpliste mais suppurante de mépris, mérite en fait une double analyse. L’une à la rigueur d’ordre historique. L’autre, d’ordre psychologique et même psychanalytique95 ». Après avoir démontré justement à son correspondant la légèreté de ses sources et son manque de distance, il exprime son propre point de vue, sans préjugé, sur les protagonistes de l’affaire et, à propos du P. Girard, « ne porte aucun jugement de valeur sur un malheureux dont le seul péché aura été de se sentir homme à un certain moment de sa vie96 ». Enfin, il termine dans un passage intéressant sur le plan mémoriel et historiographique par ces lignes fort plaisantes et plutôt inspirées :

  • 97 Ibid.

Mais l’extase la plus pure m’a été procurée par une révélation aussi sublime qu’inattendue. Plus de deux siècles et demi après la destruction de Port Royal, la polémique qui a opposé les Jésuites aux Jansénistes n’est pas morte. Elle continue… avec les Jansénistes en moins ! En faisant surgir vos phantasmes refoulés, en vaticinant contre « le clan janséniste », vous partez en guerre, bannière déployée, contre une armée de fantômes avec la hargne d’un partisan lancé dans un conflit idéologique moderne. Oui, l’extraordinaire anachronisme que vous symbolisez échappe à l’analyse d’un historien qui, formé à l’école du rationalisme le plus strict, se trouve confronté à un problème qui n’existe pas et à un ecclésiastique obscurantiste brusquement surgi du xviie siècle97.

  • 98 Ses publications ne font pas preuve de la même partialité.
  • 99 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, Paul Duclos à Michel Winock, 15 septembre 1979.

20Très beau morceau de bravoure où tout est dit. On peut en effet s’étonner de cette sortie du jésuite, excessive et peu conforme à l’évolution idéologique de son ordre. Paul Duclos ne saurait, à lui seul, représenter le point de vue de la Compagnie de Jésus – encore faudrait-il qu’il y ait, à cette date, une position officielle sur le sujet. Faut-il rappeler au même moment le rayonnement de Michel de Certeau comme grande figure de l’historiographie ? Faut-il rappeler l’engagement des jésuites dans la Résistance ? Ou aujourd’hui l’activité intellectuelle du Centre Sèvres et de la revue Études ? Si la Compagnie a pu, pendant un temps, incarner la réaction, attitude caricaturée mais souvent réelle, elle ne tient plus ce rôle dans le deuxième vingtième siècle. Paul Duclos lui-même est un auteur sérieux98. Alors, à quoi attribuer cette réaction anachronique ? À un coup de chaud estival ? À un sentiment de lassitude, de harcèlement lié au fait que cette affaire Girard-Cadière, toujours répétée, est souvent, sinon invoquée, du moins interprétée pour généraliser sur les travers et les déviances des jésuites ? Le père Duclos se calme d’ailleurs tout seul, il ne répond qu’à Michel Winock et s’excuse de son emportement dans une lettre datée du 15 septembre : « J’ai eu tort, trompé par son ton persifleur, de qualifier de “journaliste”, M. Pierre Darmon qui est nanti d’un doctorat en Sorbonne. Ma méprise explique en partie les excès de langage de la lettre qu’il m’a adressée99 ». Paul Duclos ne peut s’empêcher cependant de marteler une nouvelle fois ses arguments et lève plus clairement le voile sur les raisons de son appel à la croisade. Il reproche à Pierre Darmon de ne pas avoir pris en compte le jansénisme dans le climat de cette affaire. Sur ce point il a raison. Le dossier est enfin accompagné de deux lettres plus tardives émanant d’un échange interne à la Compagnie. Le père Hugues Beylard, lui-même jésuite, et auteur de deux notices sur le père Girard, soutient son confrère et partage son indignation :

  • 100 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, Lettre de Hugues Beylard à Paul Duclos, 20 février 1980.

Merci pour votre dossier sur le P. Girard. Je n’ai pas encore l’adresse du zèbre, auteur d’une ânerie semblable aux autres. Je vous rendrai fidèlement votre dossier. Docteur, ou non, chacun de ces auteurs ignore ce qu’est la Compagnie, même et surtout les universitaires, comme le dit bien le P. Joseph Leclerc, qui l’a constaté à mainte reprise100.

  • 101 Ibid. La correction est juste, mais le P. Beylard commet lui-même une imprécision, Montvallon n’est (...)
  • 102 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, note d’Hugues Beylard.
  • 103 Et non celle concurrente de Roman d’Amat, au nom de « Cadière », dans le même Dictionnaire de biogr (...)
  • 104 Ibid.
  • 105 Pierre Delattre (S.J.), dir., Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, répe (...)

21Fidèle à l’esprit des études jésuites, soucieuses de la plus grande précision, le P. Beylard se permet néanmoins de corriger le P. Duclos en lui signalant que Les Lettres d’Aix de Montvallon « sont de 1733 et non de 1734 » et en lui proposant de les consulter : « nous les avons ici101 ». Enfin, le dossier se termine sur une note rédigée par le même père Beylard qui commente une référence bibliographique, en l’occurrence le livre de Jean-Louis Ruchon, L’énigme de Marthe Robin, ou l’étrange dossier des stigmatisés, « qui ressort l’Affaire Catherine de la Cadière102 ». Encore une fois, la réaction est la même, le P. Beylard préférerait que cette affaire reste dans les dossiers des archives jésuites ou sur les étagères de la bibliothèque Méjanes à Aix. On peut, à la limite, se documenter sur cette affaire, à condition de consulter les bons ouvrages : l’article qu’il signe dans le Dictionnaire de biographie française103 qui donne enfin « réparation au père jésuite104 » ; la somme sur les établissements jésuites dirigée par Pierre Delattre105. Cet épisode démontre donc que, selon un processus mémoriel amplement étudié, l’affaire, loin d’être oubliée, revient au hasard d’une réminiscence, sous la poussée d’une relation qui soudainement fait mouche, et fait émerger un monstre endormi.

Notes

1 Michel Vovelle, Histoire de Toulon, Toulouse, Privat, 1980, p. 137.

2 Pierre Rétat constate cette extinction progressive dans l’historiographie de l’attentat de Damiens. Voir Pierre Rétat, L’attentat de Damiens […], p. 306.

3 Olivier Chaline, art. « Jésuites », dans Dictionnaire de l’Ancien Régime, Lucien Bély, dir., Paris, PUF, 1996, p. 692.

4 Histoire de la France religieuse, René Rémond et Jacques Le Goff, dir., t. III, sous la direction de Philippe Joutard, Du roi très chrétien à la laïcité républicaine xviiie-xixe siècle (Paris, Seuil, 1991, 556 p., « L’Univers historique »).

5 François-Xavier Emmanuelli et Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, La Provence moderne, 1481-1800, Rennes, Éd. « Ouest-France », 1991, 527 p.

6 Jérémie Foa, « Histoire du religieux », dans Historiographies I […], p. 268-281.

7 « Cadière : Jolie petite brunette, fille sage et d’une piété portée au mysticisme, elle choisit comme directeur, à la fin de 1728, le P. JB Girard. Le P. Girard abusait de son caractère pour avoir avec elle des relations coupables. » (Roman d’Amat, Dictionnaire de biographie française, t. VII, 1956, col. 798-799). « C’est un homme austère, instruit, bon prédicateur et sa direction est appréciée, aux dires de ses contemporains » (Hugues Beylard, Dictionnaire de biographie française, t. XVI, 1985, col. 155).

8 Voir Agnès Ravel, « Construire un objet de recherche en histoire : le parti dévot au xviiie siècle », Genèse 55, juin 2004, p. 107-125. Le travail d’Agnès Ravel a été un précieux repère, même si notre travail n’a pas la même ambition.

9 Christian Delacroix, « Écriture de l’histoire », dans Historiographies […], p. 736-737.

10 Enzo Traverso, Le passé, modes d’emploi, Paris, La Fabrique, 2005, p. 66.

11 Michel Vovelle, « Le xviiie siècle provençal », dans Histoire de la Provence, Toulouse, Privat, 1969, p. 363-365.

12 Quels que soient les choix effectués par les chercheurs, les travaux n’échappent pas à un inévitable tableau documenté de l’environnement du fait divers et à un résumé des étapes de l’affaire.

13 Christophe Prochasson, L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée, Paris, Demopolis, 2008, p. 149.

14 Citons notamment les ouvrages d’Antoine Marmottans, Toulon nostalgie, Toulon, Éditions Alamo, 1991, p. 168-170 et d’Antoine-Jean Tardy, De Telo à Amphitria, Ollioules, t. II, De la Darse Vieille à la Darse Massiéssy, Ollioules, Éditions de la Nerthe, 1997, p. 24.

15 Christophe Prochasson, L’empire des émotions […], p. 150.

16 La géographie est présente dans l’inventaire de l’affaire. Voir A. Malte-Brun, La France illustrée. Géographie, histoire, administration statistique, 1, illustré par les premiers artistes, cartes et plans gravés par Erhard, (dictionnaire complet des communes de la France, de l’Algérie et des colonies françaises par Eugène Boutmy, Paris, J. Rouff, 1881-1884, « Bouches-du-Rhône », p. 47).

17 Philippe Ariès, « L’histoire des mentalités », dans La Nouvelle histoire, Jacques Le Goff, dir., Paris, Complexe, p. 183-184.

18 Voir les lignes de Maurice Agulhon sur l’affaire dans Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence, Paris, Fayard, 1968, p. 213.

19 Françoise Hildesheimer, « Bibliographie- Histoire de Toulon », dans Bibliothèque de l’école des chartes, volume 139, 1981, n° 139-2, p. 315-316.

20 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal, 1481-1789, Paris, Tallandier, 2002, 330 p.

21 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal […], p. 229.

22 Voir l’introduction de Daniel Roche, « L’opinion publique a-t-elle une histoire ? » dans L’opinion publique en Europe (1600-1800), Paris, PUPS, 2011, Ass. des historiens modernistes des Universités françaises, n° 34.

23 Patricia Benoît, Le Procès Girard-Cadière et l’opinion publique. Un événement provençal, 1731, Philippe Joutard, dir., Université d’Aix-Marseille I, 1982, 198 p. Jusque-là les travaux sur l’affaire se contentaient des factums et des pièces de procédure. Pour la première fois, Patricia Benoît, sans en faire une étude exhaustive, utilise des pièces satiriques et quelques extraits de correspondance.

24 Jean Sgard, « Lumières et lueurs du xviiie siècle », 1715-1789, dans Histoire de France à travers les journaux du temps passé, À l’enseigne de l’arbre verdoyant, 1986, p. 114-115.

25 Ibid., p. 114.

26 Robert Mandrou, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle. Une analyse de psychologie historique, Paris, Plon, 1968, p. 533-537.

27 Voir Évelyne Patlagean, « L’histoire de l’imaginaire », dans La Nouvelle histoire, Jacques Le Goff, dir., Paris, Complexe, 1988, p. 319-320.

28 Robert Muchembled, Une histoire du diable, Paris, Seuil, 2000, p. 232.

29 Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques en débauche. La déviance sexuelle du clergé français au xviiie s., au crible des sources parisiennes, thèse, Université Paris X, 9 février 2015, (Monique Cottret, dir.).

30 Mita Choudhury, « Genre, religion et histoire de la culture politique et de le vie privée en France : le procès Girard-Cadière », dans Échelles de pouvoir, rapports de genre. Femmes, jésuites et modèle ignatien dans le long xixe s., textes réunis par Silvia Mostaccio, Marina Caffiero, Jan de Maeyer, Pierre-Antoine Fabre et Alessandro Serra, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2014, p. 29.

31 Karine Lambert et Pierre-François Astor, Pour en finir avec les conflits des sexes, Paris, Éditions du Palio et Semiode éd., 2011, 188 p. Geneviève Dermedjian, Jacques Guilhaumou, Karine Lambert, dir., La place des femmes dans la cité, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2012, 180 p.

32 Karine Lambert, D’encre et de sang, itinéraires féminins de la déviance en Provence occidentale, thèse de doctorat : Lettres : Aix-Marseille I, 2001, p. 48 (Itinéraires féminins de la déviance, Provence, 1750-1850, Aix-en-Provence, Presses universitaire de Provence, 2012, 310 p.).

33 Benoît Garnot, Histoire de la justice, France, xvie-xxie siècle, Paris, Gallimard, 2009, 782 p., « Folio histoire inédit ».

34 Voir l’article de Benoît Garnot, « Voltaire et la justice d’Ancien Régime : la médiatisation d’une imposture intellectuelle », Le Temps des médias, n° 15, automne 2010, p. 26-37.

35 Michel Foucault, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 9-12.

36 Jacqueline Dumoulin, « L’affaire Cadière/Girard : la justice laïque prise en otage », dans Justice pénale et droit des clercs en Europe, xvie-xviiie siècles, Bernard Durand et Maïté Lesne-Ferret, dir., Lille, Centre d’histoire judiciaire éditeur, 2005, p. 209-229.

37 Alfred Eibel, Robert Gordienne, Les grandes erreurs judiciaires de l’Antiquité à nos jours, Paris, le Cherche-midi, 2007, p. 146-147.

38 De la fin du xixe siècle au début des années 1930, suite au succès des œuvres de Sacher-Masoch et des travaux de Krafft-Ebing. Voir sur ce point, Raymond-Josué Seckel, « La flagellation », dans L’Enfer de la Bibliothèque. Éros au secret, Marie-Françoise Quignard et Raymond-Josué Seckel, dir., Paris, BnF, 2007, p. 347-354.

39 An., Étude sur la flagellation à travers le monde : aux points de vue historique, médical, religieux, domestique et conjugal, Paris, C. Carrington, 1901, p. 133.

40 Laurent Tailhade, Le masochisme. Plâtres et marbres, Éd. Athéna, Paris, 1922, p. 197.

41 « Lorulot André, 1885-1963, (André Roulot, dit), est un membre important de la Libre pensée, oscillant plus ou moins dans les années 1930 entre socialisme et anarchisme » : Jacqueline Lalouette, La Libre pensée en France, 1848-1940, Paris, Albin Michel, p. 505.

42 André Lorulot, La flagellation et les perversions sexuelles, 1955, Herblay, « l’idée libre », 1955, p. 198-199.

43 Rappelons aussi les travaux de Jean-M. Goulemot, notamment l’article déjà cité : « Des mots et des images : l’illustration du livre pornographique. Le cas de Thérèse philosophe », dans Érotisme et pornographie, Paris, Revue de la Bibliothèque nationale de France, 7, 2001, p. 28-33.

44 Hans-Jürgen Döpp, Le sadomasochisme. Des délices du fouet, Parkstone Press Ltd, New York, USA, 2003, p. 25.

45 Citons en particulier deux revues : Les cahiers du journalisme (voir notamment l’article de Gilles Feyel, « Prémices et épanouissement de la rubrique de faits divers (1631-1848) », dans Les cahiers du journalisme, n° 14, Faits divers, ESCJ de Lille, 2005, p. 18-29, qui évoque l’affaire) et Le Temps des médias, dont le dernier numéro, paru en 2010 est intitulé Justice(s).

46 « C’était en 1731. Elle s’appelait Catherine Cadière – Marie-Catherine plus précisément. C’était une jeune toulonnaise de 20 ans, une fille du peuple, orpheline de père, très pieuse, à tel point que son plus grand souhait était de devenir une sainte […] Puis quelques mois plus tard ils s’étaient déchirés. Chacun accusait l’autre d’avoir eu recours à des procédés de sorcellerie […] Dans toute la Provence éclatent des émeutes […] Maître Chaudon, avocat commis d’office, se bat comme un lion [...] », extrait de La Provence (19 février 2006, p. 2, rubrique « Aux rives du passé »), Paul-Henry Fleur. On notera aussi le récent article d’André Peyreigne, « Toulon, “la sainte” et le Jésuite défraient la chronique au xviiie siècle », Nice-Matin, 22 février 2015, p. 14-15.

47 Cette curiosité fait écho à celle des contemporains qui s’est manifestée par la publication en Europe (à Londres et à Amsterdam notamment) de nombreuses pièces, satiriques ou non, sur le procès.

48 Jason T. Kuznicki, « Sorcery and publicity : the Cadière-Girard scandal of 1730-1731 », French history, 21, 2007, 3, p. 289-312.

49 Mita Choudhury, « Despotic habits : the critique of power ands its abuses in an Eighteenth-Century Couvent », in French historical studies, vol. 23, n° 1, 2000, p. 33-65 ; et « Canal quietism : Embodying Anti-Jesuit polemics in the Catherine Cadière Affaire, 1731 », Eighteenth-Century Studies, volume 39, number 2, winter 2006, p. 173-186. Mita Choudhury est professeur au Vassar College. Ses travaux prolongent ceux menés par Robert B. Kreizer dans les années 1980.

50 Voir notamment l’excellente synthèse de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010, 122 p., qui nous a été très utile pour l’élaboration de cette partie. Voir également le numéro de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales, n° 2 – 2010 consacré à cette problématique sous le titre « Savoirs de la littérature ».

51 Grégoire Madjarian, La passion de Marie Cadière, Paris, Ramsay, 1990, 311 p. Autre roman du même auteur : L’été indien de Cristobal Colomb, Paris, Ramsay, 1992, 357 p.

52 Docteur de troisième cycle (1975, Paris VIII) ; docteur d’État (1983, Paris V, L.-V. Thomas, dir.).

53 Grégoire Madjarian, La question coloniale et la politique du parti communiste français, 1944-1947. Crise de l’impérialisme colonial et du mouvement ouvrier, Paris, Maspero, 1977, 283 p. ; Conflits, pouvoirs et société à la Libération (avec la collab. d’Aude Berger), Paris, UGE, 1980, 443 p., « 10/18 », 1357 ; Le complexe Marx, Paris, L’Harmattan, 1989, 220 p. ; L’invention de la propriété. De la terre sacrée à la société marchande, Paris, L’Harmattan, 1991, 313 p. [thèse d’État] ; Quatre saisons de la société marchande, Paris, L’Harmattan, 1993, 170 p.

54 Ibid., p. 87.

55 Ibid., p. 278.

56 Ces informations s’appuient sur un entretien que nous avons eu avec Grégoire Madjarian. Qu’il en soit ici remercié.

57 Né en 1950, professeur d’histoire et de géographie ; publie en 1996 un roman consacré à l’affaire Louis Gaufridy, curé des Accoules, 1611 (Par le feu. L’affaire Gaufridy, Marseille, Autres temps, 1996, 179 p.).

58 Alain Gérard, Le Diable les emporte, Lyon, Horvath, 1994, 223 p.

59 Alain Gérard, Le Diable les emporte, roman, Lyon, Horvath, 1994, avant-propos.

60 Judith Lyon Caen et Dinah Ribard, L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010, p. 18-19.

61 Cécile Guignard-Vanuxem et Paul Henry-Fleur, L’odeur du bûcher. L’Affaire de sorcellerie qui ébranla la Provence en 1731, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2001, 418 p., « Une histoire pour l’histoire ».

62 Née en 1959, enseigne la philosophie depuis 1982. Auteurs favoris : Flaubert, Giono, Tourgueniev. Prix du roman historique Rosine Perrier 1999 (Salon du livre d’Hermillon) pour Vercingétorix. Le défi des druides (Le Coudray-Macouard, Cheminements, 1998, 637 p., « L’or bleu »).

63 Journaliste à La Provence, il est également un des rédacteurs du magazine de la ville d’Aix, Aix-en-Provence, le mag.

64 Pierre Rétat, L’attentat de Damiens. Discours sur l’événement au xviiie siècle, p. 317.

65 Cécile Guignard-Vanuxem et Paul Henry-Fleur, L’odeur du bûcher […], p. 95.

66 En référence sans doute à Gaston Delayen, La Sainte de M. de Toulon […].

67 Bernard Soulhol, La sainte du diable […], p. 123.

68 André Neyton, L’affaire de la Belle Cadière, Toulon, Éditions-Rencontres CDO, 2006, 69 p.

69 L’événement culturel « Été théâtral de Trigance », situé dans le département du Var, dans les gorges du Jabron, a été créé en 1989.

70 Il existe à Loudun, depuis 2010, un festival « Les diables… rient », touchant à plusieurs disciplines culturelles : arts de la rue, arts du feu, théâtre… Il montre la volonté d’utiliser un fait historique majeur pour la ville, l’affaire Urbain Grandier et les possédées de Loudun. Il se déroule au mois d’août.

71 Culture et patrimoine, ville d’Ollioules, 5 rue Henri Barbusse.

72 Walter Benjamin, Paris, capitale du xxe siècle. Le livre des passages, Paris, Cerf, 1989, p. 481. Voir sur ce point la belle méditation de Jean-Marc Besse dans Habiter. Un monde à mon image, Paris, Flammarion, 2013, p. 121-146.

73 Interview de Xavier Laurent à Trigance, après la représentation, août 2007.

74 Archives de la Province de France de la Compagnie de Jésus, 15 rue Raymond Marcheron, 92170 Vanves.

75 Y figurent notamment les travaux de Claude-Alain Sarre, « Les jésuites au collège royal de Bourbon d’Aix-en-Provence, 1621-1762 », mémoire de maîtrise, Université de Provence, Aix, 1990, et d’Armand Chambon, Un grand procès de sorcellerie et d’inceste spirituel : le procès devant le parlement d’Aix du Père Jean-Baptiste Girard, Jésuite, et de Catherine Cadière en 1731 ou un épisode provençal de la lutte entre les jésuites et les jansénistes au xviiie siècle, thèse de droit, Aix, 1918.

76 Paul Duclos (S.J.), est né à Étampes en 1917, il entre au noviciat en 1946 et devient prêtre en 1955. Il meurt à Paris en 1993. Historien de la Compagnie, il a notamment dirigé le premier tome du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine Jean-Marie Mayeur et Yves-Marie Hilaire, dir., intitulé Les Jésuites, Paris, Beauchesne, 1985, 267 p.

77 Hugues Beylard (1904 - 6 juin 1987). Auteur des articles « Girard » du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XX, 1984, col. 1478-1479 et du Dictionnaire de biographie française, t. XVI, 1985, col. 155.

78 Né à Paris le 19 mars 1937 ; agrégé d’histoire (1961) ; maître-assistant à Sciences-po Paris (1971) ; fonde avec Michel Chodkiewicz la revue L’Histoire en 1978 ; crée aux éditions du Seuil les collections « L’Univers historique » et « Points histoire » (1971).

79 Né à Oran en 1939 ; publie en 1977 Le mythe de la procréation à l’âge baroque (Paris, Pauvert, 1977, 283 p.) ; docteur de troisième cycle (1978, Paris X) : Les procédures de dissolution de mariage pour impuissance au xviie siècle en France, Robert Mandrou, dir. ; thèse publiée en 1979 au Seuil sous le titre Le tribunal de l’impuissance. Virilité et défaillances conjugales dans l’ancienne France (Paris, Seuil, 1979, 320 p., « L’Univers historique »).

80 Soutenue en 1978, soit un an avant l’article, elle porte sur les « Procédures de dissolutions de mariage pour impuissance au xvie siècle ». Pierre Darmon publie toujours, sur des sujets divers : il est l’auteur en 2009 d’un livre, Un siècle de passions, une histoire de l’Algérie coloniale (1830-1940), Paris, Fayard, 2009, 934 p.

81 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, lettre de Paul Duclos à Robert Kreiser, 26 septembre 1977.

82 B. Robert Kreiser, « Witchcraft and Ecclesiastical Politics in Early Eighteenth Century Provence : The Cadière-Girard Affair », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century Norwich, n° 192, 1980, p. 1072. « The Devils of Toulon. Demonic Possession and Religious Politics in Eighteeenth Century Provence », dans Richard M. Godden, dir., Church, State and Society under the Bourbon Kings of France, Lawrence, Kansas, Coronado Press, 1982, p. 173-221.

83 Pierre Darmon, « Mystiques chrétiennes ou simulatrices ? Les illuminées sous l’Ancien Régime », dans L’Histoire, n° 14, juillet-août 1979, p. 74-76.

84 Ibid.

85 Aujourd’hui à Vanves ; désormais citées : Arch. jésuites de Vanves.

86 L’affaire en effet est déjà ressortie, dans des ouvrages plus scientifiques, de moindre audience, notamment dans les travaux de Michel Vovelle au début des années 1970.

87 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, lettre de Paul Duclos à Michel Winock, 3 juillet 1979.

88 Pierre Darmon, « Mystiques chrétiennes. […] », p. 75.

89 Ibid., p. 75.

90 Ach. Jésuites de Vanves, Q 20, lettre de Paul Duclos à Michel Winock, 3 juillet 1979.

91 Erreur factuelle de Paul Duclos, ces lettres sont en fait de 1733. Hugues Beylard, dans la lettre citée plus loin, le corrige.

92 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, lettre de Michel Winock à Paul Duclos.

93 Sur la lettre annotée – par Duclos lui-même ou peut-être par H. Beylard – figure cette mention : « Semble bien en effet ce spécialiste d’un gros volume sur la Variole, que Chaunu encense dans son Au cœur de l’histoire religieuse. Mais il a bien pu se laisser emporter ici par sa passion anticléricale ».

94 Ibid.

95 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, Lettre de Pierre Darmon à Paul Duclos, datée du 9 juillet 1979. La lettre est annotée et corrigée, sans doute par Paul Duclos.

96 Ibid.

97 Ibid.

98 Ses publications ne font pas preuve de la même partialité.

99 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, Paul Duclos à Michel Winock, 15 septembre 1979.

100 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, Lettre de Hugues Beylard à Paul Duclos, 20 février 1980.

101 Ibid. La correction est juste, mais le P. Beylard commet lui-même une imprécision, Montvallon n’est pas un des juges du procès.

102 Arch. jésuites de Vanves, Q 20, note d’Hugues Beylard.

103 Et non celle concurrente de Roman d’Amat, au nom de « Cadière », dans le même Dictionnaire de biographie française, favorable à la pénitente du P. Girard.

104 Ibid.

105 Pierre Delattre (S.J.), dir., Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, répertoire topo-bibliographique publié à l’occasion du quatrième centenaire de la fondation de la Compagnie de Jésus, 1540-1940, Enghien (Belgique), Institut supérieur de théologie – Wetteren (Belgique), De Meester, t. I, 1949 (Jean Brémond, art. « Aix-en-Provence », p. 70-75) ; t. IV, 1956 (Emmanuel Davin, art. « Toulon », p. 1226-1227).

Table des illustrations

Légende Fig. 18 - Plaque à Ollioules (Var)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/43160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search