Version classiqueVersion mobile

L’Affaire Girard-Cadière

 | 
Stéphane Lamotte

Le fait divers à Toulon

Texte intégral

Fig. 6 - Qb1 (93), fol. p. 53-54, Hennin 8160, Quatre planches relatives aux rapports qu’aurait eus le jésuite Jean-Baptiste Girard avec Catherine Cadière, planche 1 Girard découvre le sein de la Cadière pour examiner ses stigmates. Paris, BnF, département des estampes.

  • 1 Dans une conférence sur le siège de Toulon, donnée en 1985 à Châteauvallon devant des collégiens, F (...)
  • 2 Toulon, arch. mun., BB 29.
  • 3 Sur le compte rendu de l’évolution de la peste à Toulon, voir le récit de Gustave Lambert dans son (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Jean d’Antrechaux, Relation de la peste dont la ville fut affligée en MDCCXXI avec des observations (...)
  • 6 Théophile Bérengier, Vie de Mgr Henry de Belsunce, évêque de Marseille, 1670-1755, Lyon/Paris, Delh (...)
  • 7 Voir Michel Terrisse, La population de Marseille et de son terroir, 1694-1830, thèse soutenue à l’U (...)
  • 8 Pour l’estimation de la population des villes dans la France moderne voir Bernard Lepetit, Les vill (...)
  • 9 Soit à peine un peu plus que Loudun en 1632, voir Michel de Certeau, La possession de Loudun, p. 31

1 Le récit des circonstances du fait divers ne doit pas faire oublier qu’il s’enracine dans des lieux précis. L’attention portée à la géographie du fait divers, aux emboîtements des espaces, a pour objectif de fixer un cadre et des limites. Avec un premier postulat : cette histoire est indiscutablement de Toulon et à Toulon, même si ses diverses écritures brouillent les frontières entre le réel et les représentations. Il s’agit ici d’interroger la place effective que cette affaire naissante occupe dans la riche histoire de la ville au xviiie siècle. À quoi ressemble précisément Toulon en 1728 ? Une honnête défense lors du siège de 1707 a valu à la ville son heure de gloire militaire en ce premier xviiie siècle1. Cependant, cet événement est suivi d’une période de misère, en particulier en 1709, l’année de naissance de Catherine Cadière, quand des pillages et les récoltes perdues affaiblissent la population. Un hiver particulièrement rigoureux entraîne le gel des oliviers : « ces arbres étaient presque à eux seuls la richesse du terroir de cette ville. En les perdant, elle a à peu près tout perdu2 ». La remarque des consuls est importante quand on sait que le père de Catherine, marchand regrattier, vit pour l’essentiel du commerce de ses oliviers. La peste de 1720 achève d’augmenter les difficultés de la région. L’épidémie qui s’est déclarée à Marseille le 27 mai 1720 touche Toulon dès le mois de juillet : l’assemblée communale réagit et prend des dispositions préventives à l’initiative du premier consul Jean d’Antrechaux3. Alors qu’à Marseille l’évêque4 est en première ligne pendant ces temps de malheurs, ce sont les consuls qui se distinguent à Toulon par leur dévouement5. Ce qui n’empêchera pas le mal de gagner la ville. Des familles marseillaises, prenant la fuite par la mer, ont obtenu de faire quarantaine au Lazaret de Toulon. En octobre, les premiers cas se déclarent. La mobilisation des élites est totale. D’Antrechaux, le commandant Dupont et les membres du clergé sont en première ligne. Les autorités font preuve d’une grande fermeté. Deux potences sont dressées, place Saint-Jean et place d’Armes, pour punir ceux qui ne respecteraient pas les consignes de sécurité destinées à contenir la propagation du mal. Les esprits resteront frappés, tant par l’importante mortalité, que par le climat de rigueur imposé par les autorités. C’est, d’après Théophile Bérengier6, une des villes les plus touchées avec Marseille7 – entre 20 000 et 40 000 morts pour cette dernière, et entre 10 et 15 000 morts pour Toulon. La démographie s’en ressent durablement puisque suite à ces différents accidents la population peine à décoller. Toulon récupère lentement, retrouvant 26 264 habitants en 1760 (elle en compte 22 425 en 17168). La ville a donc certainement, au moment des faits, entre 15 et 20 000 habitants9 ce qui en fait une ville moyenne pour la France du xviiie siècle.

  • 10 Gustave Lambert, Histoire de Toulon, deuxième partie, t. 4, p. 251.
  • 11 Sabine Barles, La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l’espace urbain, xviiie-xixe siècle, (...)
  • 12 Maurice Vovelle, « Un moment de vérité : l’affaire Girard-La Cadière », dans Histoire de Toulon, p. (...)
  • 13 Karine Lambert, D’encre et de sang. Itinéraires féminins de la déviance en Provence occidentale, Th (...)
  • 14 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal, 1481-1789, Paris, Tallandier, 2002, p. 231.
  • 15 Deux anecdotes sont significatives d’un climat assez agité : en 1761, une maquerelle notoire est fo (...)

2Sur le plan de la sécurité, la ville correspond aux normes de l’Ancien Régime. Du fait de ses activités et de la présence de certains groupes sociaux, elle est souvent associée à une marginalité importante, propice à l’éclosion de « sombres drames10 ». Toulon est effectivement une ville meurtrie qui se remet péniblement de ces crises, une ville sale11 – elle compte seulement une trentaine de fontaines, c’est peu, malgré la valeur des ornements du sculpteur Pierre Puget12 – et peu sûre, marquée par une vie et un commerce interlopes, ce qui en fait « une ville insensée13 », où prospère dans le quartier du port l’amour tarifé. Toulon est une ville « de délits et de violences14 », où la cohabitation entre des groupes différents – jésuites et oratoriens, mais aussi consuls et officiers généraux, officiers d’épée et de plume, maîtres et domestiques – suscite des oppositions latentes. Il est sans doute dangereux pour une jeune femme comme Catherine Cadière de vivre à Toulon15. Pour autant, il peut être intéressant de noter que cette spécificité toulonnaise ne se retrouve pas dans les documents sur l’affaire. Ce qui s’est passé entre le père Girard et Catherine Cadière aurait sans doute pu se passer ailleurs que dans une ville portuaire.

  • 16 Sur les travaux du père Laval, voir Guy Boistel, « L’observatoire des jésuites de Marseille sous la (...)
  • 17 Avignon, Bibl. mun., ms.2375, f° 239, lettre du 28 octobre 1734. Sur le Père Laval, voir François d (...)

3Toulon n’en demeure pas moins marquée par la vie de l’Arsenal et par les activités de la puissante marine royale. Ce que semble regretter le père Antoine-François Laval, savant jésuite, qui quitte Marseille pour Toulon en 1718 avec ses meilleurs instruments16. Cette affectation ne semble pas réjouir l’intéressé qui regrette d’être nommé à « Toulon en Barbarie, […] païs éloigné de tout où l’on ne parle que nord, ouest, tribord, où les lettres et les sciences polies ne sont regardées que comme des rêves et ceux qui les cultivent comme des gens d’un autre monde17 ». Le jugement du savant doit être nuancé. Le port de Toulon, superbe par son site et impressionnant par sa puissance, inspire aussi le respect et l’admiration de certains voyageurs. Ainsi, Lefranc de Pompignan est très lyrique lors de son passage en 1740 :

  • 18 Lefranc de Pompignan, Voyage de Languedoc et de Provence, À M *** le 24 septembre 1740, dans Voyage (...)

Notre Pégase est un peu foible pour vous transporter dans ce magnifique arsenal. L’air de la mer appesantit les ailes. Le port de Toulon est entièrement fait de main d’hommes. La rade est, dit-on, la plus belle & la plus sûre de l’univers […]. La corderie seule, qui est un bâtiment sur trois rangs de voûtes, a trois toises de long. Vous nous en croirez aisément si, après tant de merveilles, nous vous disons que le roi paroît plus grand là qu’à Versailles18 .

  • 19 Gustave Lambert, Histoire de Toulon, t. IV, p. 248-249.
  • 20 D’après Michel Vergé-Franceschi, Toulon, port royal […], p. 142-149.
  • 21 Michel Vergé-Franceschi, « Les constructeurs de Marine toulonnais aux xviie et xviiie siècles », da (...)
  • 22 D’après Michel Vergé-Franceschi, Toulon, port royal […], p. 227.
  • 23 D’après Mireille Forget, « La vie à Toulon de la Renaissance au Grand Siècle », dans Histoire de To (...)
  • 24 Tony Marmottans, Toulon et son histoire, du Moyen Âge à la Belle Epoque […], p 57.

4Cette marine a cependant été fortement touchée par les accidents du début du siècle. Après la paix d’Utrecht, la France ne trouve plus assez de ressources en elle-même pour reconstituer ses flottes, et les arsenaux sont laissés à l’abandon. Il ne sort, de 1726 à 1740, que quatre vaisseaux et deux frégates des chantiers toulonnais. Les équipages ne sont pas payés, la solde des ouvriers est acquittée par des acomptes insuffisants, ce qui entraîne des désertions vers d’autres ports19. Ce que confirme Michel Vergé-Franceschi qui emploie les termes de « ruine » et de « morosité20 » pour décrire la situation. Les expéditions de prestige disparaissent, l’avancement des officiers piétine. La situation de la marine, à la veille de l’affaire, est donc ambivalente, partagée entre puissance et désarroi21. La vie de la cité ne saurait cependant se résumer à ces horizons. Le sac et le ressac des activités religieuses agitent le quotidien des activités maritimes. Toulon est en effet une ville baroque dont l’espace mité par les couvents s’aménage au gré des manifestations religieuses. L’installation des différents ordres et congrégations est ancienne : dominicains en 1303, capucins entre 156122 et 158823, carmes en 1607, minimes en 1609, oratoriens en 1625, augustins en 1635, pères de la Merci en 1646, jésuites en 1686 et récollets en 169324. L’antériorité de l’installation, les différends dogmatiques provoquent des rivalités, des luttes d’influence. Carmes et jésuites, notamment, s’affrontent comme en témoigne la déposition d’Anne Achard, l’un des cent treize témoins du procès :

  • 25 Procédure, Anne Achard, 70e témoin, p. 146-148.

Le lendemain de la Saint François, la déposante ayant demandé au frère François-Xavier, Carme, s’il n’avait pas assisté au sermon que le père Recteur des Jésuites avait fait le jour d’auparavant dans leur église, il répondit : Je m’en garderais bien avant d’aller écouter un tel homme ! Et il explique : Quand la Cadière se confessait aux Carmes, elle était une sainte, quand elle se confessait au sieur Giraud, vicaire, elle était une sainte, quand elle s’est confessée aux Jésuites elle est devenu une coquine25

  • 26 Patricia Benoît, Le procès Girard-Cadière et l’opinion publique […], p. 7.
  • 27 Joël Fouilleron, Les minimes de Béziers, Liame, n° 3, Montpellier, publications du Centre d’Histoir (...)
  • 28 AD du Var, 1L 917 et 1L 1116.
  • 29 Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « La bibliothèque des dominicains de Toulon au xviiie siècle. », Pr (...)
  • 30 Voir également de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Regards sur les bibliothèques religieuses d’Ancie (...)
  • 31 Ces trois groupes sont souvent considérés comme « port-royalistes », Jean-Pierre Chantin, Le jansén (...)
  • 32 Émile Bouisson, Histoire des évêques de Toulon, p. 210.
  • 33 Toulon, arch. mun., série GG 105 : cultes ; voir également Gustave Lambert, Histoire de Toulon, […] (...)
  • 34 Émile Bouisson, Histoire des évêques de Toulon, Toulon, G. Rougeolle, 1936, p. 219.
  • 35 Michel Vovelle, « Le dix-huitième siècle provençal », dans Histoire de Provence, p. 360.
  • 36 Frédéric Meyer, La Maison de l’évêque. Famille et curies épiscopales entre Alpes et Rhône (Savoie – (...)
  • 37 Aix-en-Provence, arch. dép. des Bouches-du-Rhône, théta 11, « Déposition de Mgr de Toulon » dans (...)

5Cet extrait décrit le climat tendu qui précède l’entrée en lice des deux camps, menés, côté jésuite, par les pères Girard et Sabatier et, côté carme, par les pères Maurin et Nicolas qui, entourés de leurs dévotes, se livrent « une petite guerre26 ». Ce conflit ne reflète pas forcément les divisions nationales. Des sensibilités locales, propres à tel ou tel couvent, peuvent se révéler dans le contexte particulier de l’affaire. Elles transparaissent notamment par l’étude des bibliothèques27. Le dépouillement des inventaires révolutionnaires nous apprend que les dominicains de Toulon sont bien engagés dans leur siècle28. L’étude du fonds des Frères Prêcheurs révèle une culture janséniste à dominante figuriste témoignant de la lutte doctrinale autour de la Bulle Unigenitus et philosophique – quelques œuvres de Voltaire ou du marquis d’Argens29. Un tel tableau met en valeur les livres qui ont pu jouer un rôle dans l’engagement des frères Prêcheurs dans l’affaire – ils sont indirectement concernés puisque Étienne-Thomas Cadière, frère de Catherine, appartient à cet ordre. Cependant, Marie-Hélène Froeschlé-Chopard n’a relevé aucune information directement liée à Girard-Cadière30 et son travail nous invite à des interprétations prudentes sur le contenu des bibliothèques ; la présence de tel ou tel ouvrage n’impliquant pas forcément un positionnement donné ou une adhésion aux théories exposées. Pour simplifier, en étant conscient que les frontières sont fragiles, et que le positionnement collectif d’une communauté ne préjuge pas de l’engagement de tous ses membres, la répartition des deux camps en lutte semble correspondre à ce schéma : d’un côté, les jésuites, les minimes et les capucins ; de l’autre, les carmes, les dominicains et les oratoriens31. La vie religieuse est également marquée par la présence de l’évêché. Le siège, qui contrôle vingt-cinq paroisses, ne rapporte guère – seulement dix milles livres annuelles de revenu. Est-ce une des raisons de l’absence de prélat de grand renom ? Un nom se dégage cependant au début du xviiie siècle : Mgr de Chalucet, considéré comme « savant, vertueux et charitable32 ». Regretté des grands et du peuple, il laisse à sa mort, en 1712, sa fortune aux deux hôpitaux de Toulon, l’hôpital du Saint-Esprit et celui de la Charité et sa bibliothèque aux pères de l’Oratoire33. Son successeur fait moins l’unanimité et se positionne de l’autre côté de l’échiquier religieux. Louis de la Tour du Pin de Montauban, né en 1679, est originaire d’une famille de la haute noblesse du Dauphiné. Il fait ses études à Paris chez les jésuites, devient très vite prêtre et maître en théologie de la faculté de Valence, puis abbé de Saint-Guilhem du désert, vicaire général d’Apt et enfin curé d’Aniane34. Nommé évêque de Toulon en 1712, il est, en Provence, un des représentants de l’orthodoxie35. Il arrive à Aix, où il fait étape chez son métropolitain en décembre 1712. Sur la route de Toulon, les consuls, nommés par le conseil pour l’accueillir, le rencontrent à Ollioules et rentrent avec lui dans la ville. L’évêque s’arrête au séminaire des jésuites et y passe sa première nuit en ville avant de rejoindre son palais. Montauban montre bien son attachement à la Compagnie lors des querelles soulevées dans son diocèse par la publication de la bulle Unigenitus, un an seulement après sa nomination. C’est l’occasion pour ce prélat zélé d’affirmer son autorité en adoptant une politique ultramontaine. Le procureur général au parlement d’Aix dut faire appel comme d’abus contre lui, mais aussi contre les évêques d’Apt et de Grasse, pour les violences excessives déployées dans leurs mandements. L’évêque de Toulon, le premier déféré à la cour, fut déclaré comme d’abus pour la publication d’un mandement en septembre 1716, portant qu’à l’avenir il n’admettrait dans les ordres aucun de ceux qui auraient étudié dans un collège où la bulle Unigenitus n’était pas acceptée. C’est une façon d’accuser et de mettre en question le collège de l’Oratoire, au profit des jésuites. Montauban prescrit également la lecture de la bulle Unigenitus et de son mandement dans ses deux paroisses, tous les dimanches au prône. Cette injonction provoque l’insubordination du curé de la paroisse Saint-Louis. Ces premières escarmouches, douze ans avant les débuts de notre fait divers, peuvent constituer, entre autres, des éléments explicatifs de son importante résonance. Il faut préciser que Montauban, comme d’autres prélats, s’absente souvent de son diocèse pour se retirer sur ses terres36. Ainsi, il manque le début de l’histoire, « ayant été absent de mon Diocèse pendant vingt-cinq mois pour des affaires de famille indispensables, j’arrivay à Toulon, le 27 du mois de juin de l’année passée mil sept-cent trente37 ».

  • 38 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal […], p. 227.
  • 39 Sur l’engagement des capucins, voir Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « Une bibliothèque de la Contre (...)

6Sur le plan savant et pédagogique, la ville des années 1700 est dominée par trois congrégations religieuses : les capucins, les oratoriens et les jésuites. Les capucins, au début du siècle, ont un pouvoir particulièrement important, lié à l’ancienneté de leur implantation38. Ils confessent pratiquement toute la ville et luttent contre les oratoriens et les jansénistes, au point d’indisposer les consuls qui se dressent en 1714 contre le père Adrien, qui a comparé la ville à « une petite Genève39 ». Le service du Lazaret est alors retiré aux capucins. Cet épisode montre que les enjeux de pouvoir entre laïcs et religieux précèdent une affaire qui, dans les années 1730, fournit une occasion de mesurer les forces respectives des deux camps. Les capucins, brimés, n’en continuent pas moins de se dévouer et paient un lourd tribut à l’épidémie de 1720 – vingt des trente pères du couvent meurent de la contagion. Le climat est donc tendu, du fait de facteurs internes – sociabilités concurrentes, rivalités entre ordres – et du fait de facteurs externes : épidémies, querelles dogmatiques qui transcendent les enjeux locaux. Toulon est un chaudron prêt à exploser au moment de l’arrivée du père Girard.

  • 40 Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, Les collèges français xvie-xviiie siècle, Paris, INRP, (...)
  • 41 Sur ces aspects, voir Louis Bourrilly, « Historique du collège de Toulon depuis sa fondation jusqu’ (...)
  • 42 Toulon, arch. mun., BB 55 fo 170 ; fo 245 et 246.
  • 43 La congrégation de l’Oratoire est alors de fondation récente (1611) et a déjà ouvert un grand nombr (...)
  • 44 Voir Louis Bouriily, « Historique du collège de Toulon » […].
  • 45 Toulon, arch. mun., BB 85, fo 120, Interdiction d’enseigner portée par l’évêque, « fait et donné pa (...)

7 Les oratoriens ont pendant longtemps le quasi-monopole de l’instruction des élites40. Le 5 décembre 1623, le conseil de la communauté de Toulon décide d’établir un collège. Le conseiller Couchon est député vers les minimes pour les engager à en accepter la direction41. Devant le refus de ces derniers, on s’adresse aux jésuites d’Aix-en-Provence en 162442. Ces derniers ayant à leur tour décliné l’offre, on décide de traiter avec les pères de l’Oratoire43. À partir des années 1670, les oratoriens sont, en partie, acquis aux idées jansénistes. Le parti jésuite accuse les régents du collège de Toulon de soutenir et de répandre dans leurs leçons des doctrines considérées comme déviantes. Le régent de philosophie, le P. Carrier, a précisément publié sur la question un traité sur la grâce qui a soulevé une forte polémique44. L’animosité entre les jésuites et les oratoriens éclate de nouveau après la publication de la bulle Unigenitus. Cependant, la rivalité entre les deux communautés s’exprime de façon indirecte à l’occasion de notre fait divers. Les pères de l’Oratoire restent dans l’ombre, et laissent agir en première ligne d’autres ordres religieux, comme les carmes. Nous ne pouvons supposer leur engagement que par défaut, en nous fondant sur l’interdiction temporaire ordonnée par l’évêque de Toulon en octobre 1732, un an seulement après la fin du procès Girard-Cadière : « Nous avons interdit et interdisons aux pères de l’Oratoire toute instruction de la jeunesse dans le Collège de cette ville, leur défendons d’y faire aucun exercice des classes publiques45 […] ». Les Nouvelles ecclésiastiques y voient une preuve supplémentaire de l’arbitraire vengeur et de l’esprit de parti du prélat :

  • 46 Nouvelles ecclésiastiques, 24 novembre 1732, de Toulon 22 octobre, p. 216.

M. l’Évêque a annoncé par un mandement une visite dans son diocèse pour La correction des mœurs, & de la doctrine. Le lendemain de la publication il a mandé le supérieur du collège de l’Oratoire & a indiqué pour le 14, la visite de l’Église de ces pères, où il a été reçu & complimenté comme il se doit […] Dès le lendemain on signifie aux Pères de l’Oratoire une Ordonnance du Prélat par laquelle, attendu leur désobéissance aux décisions de l’Église, il leur est enjoint de fermer leur collège46.

  • 47 Actuelle bourse du Travail.
  • 48 Marie-Françoise de la Hogue-Poullet, « Oratoriens et Jésuites à Toulon : deux édifices d’enseigneme (...)
  • 49 Emmanuel Davin, « Toulon », dans Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, P (...)
  • 50 Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, secrétaire d’État chargé de la marine, de 1683 à 1690. (...)
  • 51 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal […], p. 105.
  • 52 Rédigé de plaidoyer pour messire César de Ferrier d’Auribeau Prieur de Cotignaq, appelant comme d’A (...)
  • 53 Anne Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires (1691-1791), Montpellier, Université de Mont (...)
  • 54 Abandonné à la fin du xixe siècle par la Marine qui en fit construire un nouveau : observatoire act (...)
  • 55 Actuellement placée à l’entrée des bureaux de la préfecture maritime, place d’Armes, classée monume (...)
  • 56 Voir Michel Vovelle, Histoire de Toulon, p. 135.
  • 57 Mémoire pour Jean-Baptiste Girard, p. 2.
  • 58 François de Dainville, L’éducation des jésuites, xvie-xviiie siècles, Paris, Éditions de Minuit, 19 (...)
  • 59 Voir Michel Vovelle, Histoire de Toulon, p. 134-135.
  • 60 Ibid., p. 135.

8En 1685, lorsque Louis XIV crée à Toulon le séminaire royal de la marine, il envisage également de faire ouvrir un collège tenu par les jésuites. La ville s’y oppose. De là naît la partition entre la formation des officiers de vaisseau assurée par les jésuites, et celle du reste des élites toulonnaises, conservée par les oratoriens. En septembre 1686, est posée la première pierre du nouveau collège de l’Oratoire47. Toulon a donc vu construire en même temps le séminaire des jésuites (1687-1690) et le collège oratorien48. Le père Girard, qui arrive à Toulon le 8 avril 1728, prend la tête d’un établissement puissant et récent49. Seignelay50, l’année même de la révocation de l’Édit de Nantes, a décidé de confier l’instruction des gardes de la marine aux jésuites, installés à Toulon depuis 162451. C’est le 11 septembre 1686, qu’un contrat est passé avec les jésuites de la province de Lyon pour l’établissement d’un séminaire royal, le secrétaire d’État chargé de la marine stipulant pour sa Majesté52. L’État s’oblige par ce contrat à donner aux jésuites 10 500 livres par an. Moyennant cette pension, ils doivent entretenir dans le séminaire vingt aumôniers de la marine pour le service des vaisseaux du roi et douze de leurs pères. La fonction des révérends est double, attachée aux besoins de la puissante marine et, comme dans tout collège, astreinte à une vocation scientifique et pédagogique. Fin 1686, François Gombert, ingénieur du roi, dresse un plan et devis du futur séminaire53. La magnificence des monuments est réelle : une façade de 60 m, deux étages surmontés d’un observatoire, construit en 1719, sur la demande du P. Laval54. L’édifice s’ouvre sur la rue Royale – rue Nationale actuelle –, avec une porte monumentale entourée de deux colonnes accouplées d’ordre dorique soutenant un entablement sur lequel reposaient, à demi couchées, deux statues colossales représentant la Religion et la Force55. Une foule d’artisans se presse sur le chantier56. Ce rapide descriptif permet de souligner la puissance de l’établissement et d’insister sur l’importance du poste occupé par notre jésuite. Cet aspect est trop souvent oublié par les historiographes de l’affaire qui décrivent généralement le père Girard comme un simple jésuite, égaré parmi tant d’autres. Jean-Baptiste Girard, quelles que soient ses fautes, est un homme respecté, un notable protégé par l’épiscopat, qui constitue la cible idéale des attaques de ses rivaux, religieux comme civils, activant les ressorts classiques de l’antijésuitisme. Ce que ne manquent pas de souligner les avocats du père Girard : « le bruit de son mérite l’y avoit précédé, & sa présence jointe à quelques prédications dont il se trouva bientôt chargé, ne fit qu’augmenter la haute opinion qu’on avoit conçûë de lui. Bien-tôt le Confessionnal du Père Alexis Carme Déchaussé fut déserté, & la plupart des Dévotes du Tiers Ordre de Sainte Thérèse voulurent avoir le P. Girard pour Directeur57 ». Par ailleurs, nombre de jésuites illustres instruisent les gardes de Toulon. Les pères, qui partagent la fonction enseignante, ont le monopole scientifique58. Un des représentants les plus célèbres est peut-être le père Paul Hoste, mort en 1700 à Toulon – ses obsèques, grandioses, ont lieu dans la cathédrale. Ce professeur de mathématiques est l’auteur d’un Recueil des traités de mathématiques nécessaires à un gentilhomme qui doit servir sur terre et sur mer, d’un Traité des évolutions navales et d’un Traité de la construction des vaisseaux59. Citons également Antoine-François Laval, professeur d’hydrographie, mort en 1728, qui enseigne la géographie, les mathématiques et l’astronomie, il signe notamment le célèbre Voyage à la Louisiane ; son neveu, le père de Chatelard, mort en 1757, auteur d’un Traité de mathématiques ; Bellamore, professeur d’anglais ; Claude-Joachim Thoubeau, professeur de mathématiques, de métaphysique et de morale ; Gaspard-Laurent Laroque, professeur de géographie, d’hydrographie et d’astronomie ; Jean-Baptiste Blanchard, professeur de mathématiques et de physique ; Joseph d’Antrechaux, professeur de théologie ; Joseph Gérin, professeur d’histoire et de géographie ; Joseph-Marie Amiot, professeur d’histoire, le père d’Allemagne, professeur d’hydrographie. Ces jésuites renommés restent à l’écart de notre affaire. Nous n’avons que peu de moyens de mesurer leur implication dans la procédure, où aucun jésuite ne se compromet à témoigner. Il est fort probable que l’esprit de corps ait poussé les membres du la communauté à soutenir le jésuite dans la tourmente, mais leur engagement reste des plus discrets : « nos astronomes ne descendront pas dans la rue pour défendre le père Girard60 ». On peut aussi supposer une indignation de voir leur réputation salie comme en atteste cette chanson :

  • 61 Bibliothèque de l’Assemblée nationale, ms 1422, p. 194.

Chez les jésuites de Toulon
Est arrivé grand carillon
Un recteur outré de colère
Au confesseur girard a dit
Et sy meritiés vous faux frère
De porter nostre habit61

  • 62 Michel Vergé-Franceschi, Marine et éducation sous l’Ancien Régime, Paris, Éditions du CNRS, 1998, 4 (...)
  • 63 Michel Vovelle, Histoire de Toulon, p. 135.
  • 64 Toulon, Service Historique du Ministère de la Défense, 1 A1 29 et 1 A1 192. Voir également Michel V (...)
  • 65 « jésuite presqu’autant décrié à Toulon que le P. Girard », Nouvelles ecclésiastiques, 29 mai 1731, (...)
  • 66 Paul-Louis de Sabatier, nommé le père Sabatier pendant l’affaire, est recteur du séminaire du 24 no (...)
  • 67 Jean-Jacques Mithon de Senneville est né à Orléans en 1670 et mort à Paris en 1737. Cet officier fr (...)
  • 68 Toulon, archives du port de Toulon, Service Historique du Ministère de la Défense, 1A114, dans la c (...)
  • 69 Nouvelles ecclésiastiques, 25 avril 1731, p. 87.

9Ces jésuites instruisent aussi les jeunes officiers et Laval forme des constructeurs comme Nicolas-René Levasseur, Jacques-Luc Coulomb ou Louis Coulomb. Les jésuites doivent aussi apprendre à leurs élèves les devoirs d’un bon chrétien, leur faire fréquenter les sacrements et bannir d’entre eux les jurements et discours peu honnêtes. Il s’agit de former des officiers parfois turbulents, partagés entre le désir de combattre et celui de s’instruire62. Toulon est bien, pour reprendre l’expression de Michel Vovelle, « une concentration de fortes têtes pensantes sur les fronts pionniers de la découverte scientifique63 » qui forme un véritable foyer intellectuel au cœur de la Méditerranée des Lumières. Les jésuites toulonnais ne sont pas pour autant sédentaires. Fidèles à l’esprit de la mission, ils sont aussi amenés à naviguer. À ce titre, le jésuite toulonnais le plus illustre étant le père Joseph-Marie Amiot (1718-1793) qui se distinguera dans sa carrière missionnaire comme un des plus grands sinologues français. Cette fonction s’exprime aussi dans leur participation aux rituels marins. Pour chaque lancement de vaisseau, les jésuites bénissent le bâtiment et les drapeaux de la marine64. Paul-Louis de Sabatier65, prédécesseur de Girard66, dans une conversation rapportée par Jean-Jacques Mithon de Senneville, intendant de marine à Toulon67, rappelle cette vocation de la Compagnie : « le père Sabatier jésuite et Recteur du Séminaire de la marine m’ayant représenté que suivant l’ordonnance, et les conditions de l’établissement de ce séminaire, il doit être embarqué un de leurs pères, outre l’aumonier ordinaire, lorsque l’escadre est composée de 5 vaisseaux68… ». On notera que les riches et épais dossiers de cette correspondance ignorent complètement les remous provoqués par l’affaire qui ne semble pas gêner le fonctionnement de la marine royale. Si les archives de la marine restent silencieuses sur le sujet, d’autres sources sont plus bavardes. Elles nous apprennent que les jeunes officiers ne se privent pas de commenter et de s’amuser de cette histoire, susceptible d’égayer les conversations et de susciter des bons mots. Les Nouvelles ecclésiastiques s’intéressent à l’implication de ce groupe jugé proche des jésuites : « plusieurs Officiers de la Marine disent à Toulon que le Corbeau sera blanchi, & la Colombe noircie69 ». Par ailleurs, l’auteur d’une chronique satirique rend compte d’un épisode qui témoigne de la curiosité amusée des élites toulonnaises pour les aventures de la jeune fille :

  • 70 Paris, BnF, Richelieu, ms 23 860, « 9 avril 1731 », p. 7.

Le jour que les commissaires étoient encore à Ollioules, et que l’on préparoit le départ de la Dlle Cadière, deux gardes marine au nombre desquels étoit le fils ou le neveu de M. de Blancas dînèrent chez le marquis de Vence et ayant bu au frais du bourgogne et du champagne ils quittèrent brusquement la table montèrent à cheval et furent en poste à Ollioules où ils debarquèrent dans le parloir des dames claristes, ils sonnèrent la cloche […], ils disent avoir à parler à la sœur Cadière. On fait quelques difficultés mais le petit de Blancas les yeux étincelans de colère et de champagne montrant son habit d’ordonnance à la portière. Comment morbleu, Madame vous ne connoissez pas cet habit […]. La sœur Cadière fut conduite au parloir et ayant pris un fauteüil le garde marine luy dit d’un ton d’autorité. De par le roy Mlle dites moy de quoy il est question entre vous et le P. Girard, et tout de suitte luy fit subir un interrogatoire des plus croustilleux dont a bien rit à Toulon et dont on rit encore70.

10Cette anecdote, caractéristique des à-côtés du fait divers, ne peut être vérifiée, faute de sources à croiser.

  • 71 L’attitude du quartier est très importante pour les inspecteurs de police : « Dans ces dossiers, se (...)

11Pour finir, et pour changer d’échelle, on peut s’interroger sur les échos de l’affaire au plus près du lieu de vie des Cadière. Les témoins du quartier, même si peu nombreux – sept, sur un total de cent douze témoins –, viennent tous apporter une déposition favorable à la jeune Catherine, peut-être davantage par amitié pour la voisine que par véritable hostilité au père Girard71. C’est le cas par exemple de Louis Remouit, marchand voilier, âgé de 49 ans, qui

  • 72 Procédure… Louis Remouit, Ve témoin, p. 41.

ayant entendu entre 9 heures et 10 heures du soir Laurent Cadière frère de lad Catherine Cadière qui crioit au secours, il y accourt en chemise, croyant que dans cette maison il y avoit du démêlé entre la belle mère & la belle fille, & ayant appris que c’étoit tout autre chose, il s’en retourna chez lui, prit ses culotes, & revint à la maison de ladite Cadière72 […].

  • 73 Voir Arlette Farge, La vie fragile […], p. 20-25.
  • 74 Procedure… Louis-Joseph Remouit, XIVe témoin, p. 61.
  • 75 Sa famille doit payer les frais du procès.

12Ces témoignages révèlent l’importance de la vie de quartier, où la rue est le prolongement du domicile. La même rue est un espace d’échanges, mais aussi de surveillance, ainsi les visites du père Girard au domicile de la Cadière ne passent pas inaperçues73. La promiscuité des logements de la vieille ville favorise la réactivité du voisinage, ainsi Louis-Joseph Remouit, fils de Louis, âgé de 24 ans, entend le frère Cadière appeler au secours vers les neuf heures trois quart du soir, « étant dans sa chambre qui est vis-à-vis de la maison de ladite Cadière74 ». Le fait divers s’arrête à la fin de l’année 1730 pour glisser dans l’aire d’influence aixoise. L’abondance des commentaires pendant l’année 1731, cœur de l’affaire, efface les traces toulonnaises. L’affaire devient progressivement régionale, puis nationale, voire internationale. Le local n’a plus sa place, et nous ne savons pas comment se positionnent précisément ses habitants, ce qui ne signifie pas pour autant un désintérêt du public toulonnais. La ville n’oublie pas la Cadière, suit le procès et ne lui tient pas rigueur d’un retentissement scandaleux qui ne semble pas nuire à l’image de la ville. En octobre 1731, la ville suspendue au jugement se réjouit de retrouver Catherine Cadière, certes condamnée aux dépens, mais sauve75.

Notes

1 Dans une conférence sur le siège de Toulon, donnée en 1985 à Châteauvallon devant des collégiens, Fernand Braudel montre comment un « petit » événement peut devenir signifiant. Voir sur le sujet Paul Maurel, « De Louis XIII à la Révolution française », Histoire de Toulon, Librairie Montbarron, 1943, p. 95-112.

2 Toulon, arch. mun., BB 29.

3 Sur le compte rendu de l’évolution de la peste à Toulon, voir le récit de Gustave Lambert dans son Histoire de Toulon, t. 4, p. 176-246.

4 Ibid.

5 Jean d’Antrechaux, Relation de la peste dont la ville fut affligée en MDCCXXI avec des observations instructives pour la postérité, à Paris, chez les frères Estienne, 1756, XXIII, 380 p.

6 Théophile Bérengier, Vie de Mgr Henry de Belsunce, évêque de Marseille, 1670-1755, Lyon/Paris, Delhomme et Briguet, 1886, t. 1, p. 330-331.

7 Voir Michel Terrisse, La population de Marseille et de son terroir, 1694-1830, thèse soutenue à l’Université d’Aix-en-Provence, 1971.

8 Pour l’estimation de la population des villes dans la France moderne voir Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 455, annexe 2 et François-Xavier Emmanuelli, dir., La Provence moderne, 1481-1800, Rennes, Éd. Ouest-France, 1991, p. 123-172.

9 Soit à peine un peu plus que Loudun en 1632, voir Michel de Certeau, La possession de Loudun, p. 31.

10 Gustave Lambert, Histoire de Toulon, deuxième partie, t. 4, p. 251.

11 Sabine Barles, La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l’espace urbain, xviiie-xixe siècle, Seysell, Champ Vallon, collection milieux, 1999.

12 Maurice Vovelle, « Un moment de vérité : l’affaire Girard-La Cadière », dans Histoire de Toulon, p. 137.

13 Karine Lambert, D’encre et de sang. Itinéraires féminins de la déviance en Provence occidentale, Thèse de Doctorat : Lettres : Aix-Marseille I, 2001, p. 58.

14 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal, 1481-1789, Paris, Tallandier, 2002, p. 231.

15 Deux anecdotes sont significatives d’un climat assez agité : en 1761, une maquerelle notoire est fouettée en public. En 1767, une autre – Marie Parraymond – est promenée sur un âne, le visage tourné vers la queue, portant un chapeau de paille et deux écriteaux « maquerelle publique ». Fouettée en tous lieux de la ville, elle est expédiée dix ans au « Refuge ». Voir Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal […], p. 231. Cette procession n’est pas sans rappeler le charivari tournant en dérision le père Girard, dont le mannequin est promené dans les rues de Toulon au lendemain du procès.

16 Sur les travaux du père Laval, voir Guy Boistel, « L’observatoire des jésuites de Marseille sous la direction du père Esprit Pezenas (1728-1763) », dans Observatoires et patrimoine astronomique français, Lyon, ENS, 2005, « Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences », p. 2.

17 Avignon, Bibl. mun., ms.2375, f° 239, lettre du 28 octobre 1734. Sur le Père Laval, voir François de Dainville, L’éducation des jésuites, xvie-xviiie siècles, Paris, Éditions de Minuit, 1978, p. 318-319.

18 Lefranc de Pompignan, Voyage de Languedoc et de Provence, À M *** le 24 septembre 1740, dans Voyages de Chapelle et de Bachaumont suivi de quelques autres voyages dans le même genre, à Genève, 1782, p. 137.

19 Gustave Lambert, Histoire de Toulon, t. IV, p. 248-249.

20 D’après Michel Vergé-Franceschi, Toulon, port royal […], p. 142-149.

21 Michel Vergé-Franceschi, « Les constructeurs de Marine toulonnais aux xviie et xviiie siècles », dans Revue d’histoire maritime, n° 9, Risque, sécurité et sécurisations maritimes depuis le Moyen Âge, Paris, PUPS, 2008, p. 232-235.

22 D’après Michel Vergé-Franceschi, Toulon, port royal […], p. 227.

23 D’après Mireille Forget, « La vie à Toulon de la Renaissance au Grand Siècle », dans Histoire de Toulon […], p. 84.

24 Tony Marmottans, Toulon et son histoire, du Moyen Âge à la Belle Epoque […], p 57.

25 Procédure, Anne Achard, 70e témoin, p. 146-148.

26 Patricia Benoît, Le procès Girard-Cadière et l’opinion publique […], p. 7.

27 Joël Fouilleron, Les minimes de Béziers, Liame, n° 3, Montpellier, publications du Centre d’Histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, janvier-juin 1999, 147 p.

28 AD du Var, 1L 917 et 1L 1116.

29 Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « La bibliothèque des dominicains de Toulon au xviiie siècle. », Provence historique, fasc. 171, janvier-mars 1993, p. 3-34.

30 Voir également de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Regards sur les bibliothèques religieuses d’Ancien Régime, Paris, Honoré Champion, 2014.

31 Ces trois groupes sont souvent considérés comme « port-royalistes », Jean-Pierre Chantin, Le jansénisme, […], p. 36. Une communauté peut-être suspecte de jansénisme à partir d’un tiers d’appelants parmi ses membres.

32 Émile Bouisson, Histoire des évêques de Toulon, p. 210.

33 Toulon, arch. mun., série GG 105 : cultes ; voir également Gustave Lambert, Histoire de Toulon, […], t. 4, p. 180-182.

34 Émile Bouisson, Histoire des évêques de Toulon, Toulon, G. Rougeolle, 1936, p. 219.

35 Michel Vovelle, « Le dix-huitième siècle provençal », dans Histoire de Provence, p. 360.

36 Frédéric Meyer, La Maison de l’évêque. Famille et curies épiscopales entre Alpes et Rhône (Savoie – Bugey-Lyonnais – Dauphiné – Comtat Venaissin) de la fin du xvie siècle au xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 103.

37 Aix-en-Provence, arch. dép. des Bouches-du-Rhône, théta 11, « Déposition de Mgr de Toulon » dans Réponse à l’écrit qui a pour titre : Mémoire des faits qui se sont passés sous les yeux de M. l’évêque de Toulon, Procès du Père Girard l’opposant à la demoiselle Cadière, t. 1, Aix, Joseph David, 1731, p. 638.

38 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal […], p. 227.

39 Sur l’engagement des capucins, voir Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « Une bibliothèque de la Contre-Réforme. La bibliothèque des Capucins de Toulon au xviiie siècle », Chemins d’histoire Alpine, Annecy, 1997, p. 153-170.

40 Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, Les collèges français xvie-xviiie siècle, Paris, INRP, CNRS, 2 vol., en particulier, t. I, Répertoire France du Midi, 1984, 759 p.

41 Sur ces aspects, voir Louis Bourrilly, « Historique du collège de Toulon depuis sa fondation jusqu’à son érection en Lycée (1625-1867) », dans le Bulletin de l’Académie du Var, LXIXe année, Toulon, impr. Bech et Bordato, 1901, p. 3-143, et arch. mun., Toulon, BB 53-55.

42 Toulon, arch. mun., BB 55 fo 170 ; fo 245 et 246.

43 La congrégation de l’Oratoire est alors de fondation récente (1611) et a déjà ouvert un grand nombre de collèges dans toutes les provinces du royaume.

44 Voir Louis Bouriily, « Historique du collège de Toulon » […].

45 Toulon, arch. mun., BB 85, fo 120, Interdiction d’enseigner portée par l’évêque, « fait et donné par nous lors de notre visite, à Toulon, Louis, Évesque de Toulon, le 16 octobre 1732 ». Voir également Émile Bouisson, Histoire des évêques de Toulon, p. 229.

46 Nouvelles ecclésiastiques, 24 novembre 1732, de Toulon 22 octobre, p. 216.

47 Actuelle bourse du Travail.

48 Marie-Françoise de la Hogue-Poullet, « Oratoriens et Jésuites à Toulon : deux édifices d’enseignement sous Louis XIV », Provence historique, XXVI, Marseille, 1976, p. 159-165.

49 Emmanuel Davin, « Toulon », dans Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles, Pierre Delattre, dir., Enghien-Wetteren, 1956, t. IV, p. 1221-1240.

50 Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, secrétaire d’État chargé de la marine, de 1683 à 1690. Voir Michel Vergé-Franceschi, La marine française au xviiie siècle, Paris, Sedes, 1996, p. 43-48.

51 Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal […], p. 105.

52 Rédigé de plaidoyer pour messire César de Ferrier d’Auribeau Prieur de Cotignaq, appelant comme d’Abus de l’éxécution de la bulle de 1708 portant Union de la prévôté de Pignans au Séminaire de la Marine de Toulon, contre l’Économe des Révérends Pères Jésuites Directeurs dudit séminaire, & Messire Joseph Fortunat de Mosnier du castelet doyen de l’Église collégiale de Pignans, initimés, Jean Adibert imprimerie, rédigé par Gastaud.

53 Anne Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires (1691-1791), Montpellier, Université de Montpellier III, 1981, p. 335.

54 Abandonné à la fin du xixe siècle par la Marine qui en fit construire un nouveau : observatoire actuel de l’avenue Maréchal Foch.

55 Actuellement placée à l’entrée des bureaux de la préfecture maritime, place d’Armes, classée monument historique.

56 Voir Michel Vovelle, Histoire de Toulon, p. 135.

57 Mémoire pour Jean-Baptiste Girard, p. 2.

58 François de Dainville, L’éducation des jésuites, xvie-xviiie siècles, Paris, Éditions de Minuit, 1978, p. 318-327.

59 Voir Michel Vovelle, Histoire de Toulon, p. 134-135.

60 Ibid., p. 135.

61 Bibliothèque de l’Assemblée nationale, ms 1422, p. 194.

62 Michel Vergé-Franceschi, Marine et éducation sous l’Ancien Régime, Paris, Éditions du CNRS, 1998, 471 p.

63 Michel Vovelle, Histoire de Toulon, p. 135.

64 Toulon, Service Historique du Ministère de la Défense, 1 A1 29 et 1 A1 192. Voir également Michel Vergé-Franceschi, Toulon port royal […], p. 225.

65 « jésuite presqu’autant décrié à Toulon que le P. Girard », Nouvelles ecclésiastiques, 29 mai 1731, p. 105.

66 Paul-Louis de Sabatier, nommé le père Sabatier pendant l’affaire, est recteur du séminaire du 24 novembre 1724 au 8 avril 1728. Voir Emmanuel Davin, « Toulon » dans Les établissements jésuites en France, t. IV, Poitiers-Valenciennes, Enghien, Watteren, 1956, p. 1240.

67 Jean-Jacques Mithon de Senneville est né à Orléans en 1670 et mort à Paris en 1737. Cet officier français, après des fonctions de commissaire et d’intendant à la Martinique et à Saint-Domingue, devient intendant de Toulon entre 1720 et 1737, c’est-à-dire au temps de notre affaire. Voir Michel Vergé-Franceschi, « Mithon de Senneville », dans Dictionnaire d’histoire maritime, Paris, Robert Laffont, 2002, p. 988.

68 Toulon, archives du port de Toulon, Service Historique du Ministère de la Défense, 1A114, dans la correspondance de Maurepas avec l’intendant de la Marine à Toulon.

69 Nouvelles ecclésiastiques, 25 avril 1731, p. 87.

70 Paris, BnF, Richelieu, ms 23 860, « 9 avril 1731 », p. 7.

71 L’attitude du quartier est très importante pour les inspecteurs de police : « Dans ces dossiers, se lisent facilement les commentaires de la police et les réticences d’une administration qui hésite parfois à interrompre le cours d’une liaison, si le quartier n’en est point perturbé ou si la famille semble exagérer le scandale qu’elle ressent personnellement », Arlette Farge, La vie tranquille. Violences, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 95-96, « Points histoire ».

72 Procédure… Louis Remouit, Ve témoin, p. 41.

73 Voir Arlette Farge, La vie fragile […], p. 20-25.

74 Procedure… Louis-Joseph Remouit, XIVe témoin, p. 61.

75 Sa famille doit payer les frais du procès.

Table des illustrations

Légende Fig. 6 - Qb1 (93), fol. p. 53-54, Hennin 8160, Quatre planches relatives aux rapports qu’aurait eus le jésuite Jean-Baptiste Girard avec Catherine Cadière, planche 1 Girard découvre le sein de la Cadière pour examiner ses stigmates. Paris, BnF, département des estampes.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/43115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search