Version classiqueVersion mobile

L’Affaire Girard-Cadière

 | 
Stéphane Lamotte

Préface

Joël Fouilleron

Texte intégral

1Dans un siècle, le nôtre, bruissant de rumeurs incontrôlées, d’hallalis de comptoir, et, relayées par la presse, les blogs, le bouche à oreille, de prétendues révélations, sulfureuses, contraires et déchaînées, sur tel ou tel quidam, tel ou tel scandale, afin d’atteindre, stigmatiser, exécuter, Stéphane Lamotte a l’heureuse idée de revenir sur l’affaire Girard-Cadière, lointaine et toute proche, singulière et exemplaire… Dans une France soleilleuse où chantent les cigales, boivent les matelots, naissent les pagnolades, un fait divers, répréhensible, mais banal ou plutôt la rumeur lancinante d’une affaire, invérifiée et invérifiable, mobilise l’opinion, des galope-chopine et autres traîne-besace des auberges du port aux femmes de condition, des arrière-cours aux dîners en ville, de Toulon à Aix, de la Provence aux provinces et jusqu’à Paris, et même hors des frontières du royaume. La question qui captive et divise porte sur de possibles relations charnelles entre un ecclésiastique soucieux de reconnaissance pastorale et sa jeune pénitente, non moins soucieuse d’échapper à une vie étroite, répétitive et ordinaire. Saura-t-on jamais, même par le trou de la serrure, ce qui s’est réellement passé derrière les portes closes d’une cellule ? Mais chacun prétend le savoir, prodigue en détails émoustillants et réputés de source sûre, et dont on ne retient que le plus leste. Malgré une enquête large et méritoire dans les archives, les bibliothèques, les musées, dans et hors l’hexagone, Stéphane Lamotte n’a découvert aucun témoignage, inconnu à ce jour, de spectateur, de spectatrice, d’auditeur, d’auditrice, des ébats charnels des deux prétendus amants. La Cadière, dont la plastique ne bardotise guère, est-elle folle, sainte ou débauchée ? Le père Girard est-il un bon prêtre, ou une canaille perverse, déviante et masquée, un machiavel du sexe ? Nulle révélation fracassante, nulle réponse décisive. Lecteurs de France Dimanche et d’Ici Paris, amateurs de sensationnel et de croustillant, abstenez-vous : le livre de Stéphane Lamotte ne répond pas à vos attentes.

2Malgré une indéniable sensibilité au sort de l’infortunée Cadière, parce qu’elle est femme et peut-être victime, l’auteur mêle, avec sagacité, retenue et équité, les sources, rares et incertaines, du fait divers et les sources surabondantes, volubiles, mais ouvertement partisanes, de l’affaire. Au total, en exposant tout ce que l’on sait ou croit savoir sur les relations du jésuite et de la jeune Toulonnaise, coupables ou non, Stéphane Lamotte fait, avec talent et allant, un état des lieux précis, réduit aux seuls faits qui, au vrai, importent assez peu, mais intéressent, troublent, inquiètent, inspirent assez pour faire d’une anecdote triviale, une étape marquante de la lutte engagée, dès l’installation des premiers collèges jésuites, contre la compagnie, ses méthodes et ses ambitions, et qui aboutit à son éviction du royaume en 1762. Où l’on voit les appétits libidineux du père Girard enrôlés avec d’autres violences et forfaitures, qui précèdent ou qui suivent, dans le dossier noir de la milice moliniste, véritable cinquième colonne de la papauté : l’accès de fièvre de Toulon voisine avec le couteau régicide de Ravaillac, le canif, non moins sacrilège, de Damiens, armés l’un et l’autre, en 1610 comme en 1757, à en croire les officines d’en face, par la faction jésuite, mais aussi avec les déboires financiers du père Lavalette dans les années 1760. Hypocrites et pécheurs, les jésuites l’étaient ; hypocrites et pécheurs, ils le sont ; hypocrites et pécheurs, ils le seront.

3Séduction charnelle ou spirituelle ? Les êtres de chair et de sang que sont le père Girard et Catherine Cadière retiendraient-ils l’attention de l’histoire et des historiens si les passions lascives, fausses ou réelles, les attouchements luxurieux des êtres de papier, d’autant plus prégnants peut-être qu’imaginés et imaginaires, n’avaient servi aux tenants d’une faction minoritaire, agressée et agressive, prête à tout pour se faire entendre et accabler l’adversaire jésuite ? Dénommés jansénistes, ces opposants utilisent, amplifient et grossissent un exemplum local et mineur, mais d’autant plus opportun et probant qu’emprunté à la vraie vie, celle, jour après jour, des travaux et des peines, et à une France méridionale qui ne passe pas pour une terre d’élection de la postérité de Port-Royal. Leurs factums – et quelle distorsion entre leur nombre et le fait pointé et condamné ! – visent moins un jésuite en particulier, si notable soit-il, que l’ordre tout entier et toute cette mouvance dévote qui entoure les pères et les soutient. Prenant la partie pour le tout, ils font de la synecdoque une arme polémique et accablent le recteur jésuite de Toulon au point de faire d’un girard le synonyme d’un fourbe débauché. Contre le père Girard, ils martèlent trois chefs d’accusation qui, tous trois, sont de vieilles antiennes de l’antijésuitisme. À la pointe du combat, les Nouvelles ecclésiastiques, réveillent, à propos de la direction spirituelle de Girard, le vieux reproche de quiétisme et accusent le jésuite de mettre entre les mains de la Cadière les ouvrages de Jean-Joseph Surin. Voilà les suppôts autoproclamés de l’orthodoxie romaine rendus suspects de dévotions et de pratiques condamnées par Rome. Les deux autres accusations portent sur l’enchantement et le sortilège, l’inceste spirituel et l’avortement : Sont-ils agents de Dieu ou de Lucifer, les sujets de cette milice romaine à l’habit et à l’âme noirs ? L’impudicité patente, ou affirmée telle, de Girard donne la réponse. Si la lubricité des religieux, jésuites inclus, est un topoï constant, au moins depuis le Décaméron, un roman publié en 1729 (Les amours de Sainfroid jésuite et d’Eulalie fille dévote) ne répète pas, après coup, le cas particulier du fait divers toulonnais, mais le précède : même dévote innocente ; même caricature de jésuite (« fourbe, scélérat, impie, homme double, traître ») ; même prince des ténèbres ; même usage de sortilèges ; même recours à l’avortement. Inversant les perspectives usuelles, ce n’est pas l’histoire qui précède et nourrit le roman, mais la fiction qui anticipe la réalité, la prépare, et peut-être la façonne. Comme souvent, faisant flèche de tout bois, les jansénistes n’hésitent pas, pour enfoncer le camp adverse, à mêler le faux au vrai, le presque vrai au faux et ces demi-vérités à les répéter à satiété, jusqu’à vaincre et convaincre.

4En majorité hostiles à la cause du et des jésuites, les factums retiennent toute l’attention de Stéphane Lamotte qui, avec ardeur et ténacité, s’est efforcé, par d’amples recherches, d’en retrouver le plus grand nombre possible dans de très nombreuses collections publiques et privées. La France méridionale l’emporte sur Paris et sa périphérie, la Franche-Comté, Rouen, l’étranger : une seule, mais d’une particulière importance, et inconnue jusqu’alors des auteurs familiers de l’affaire, la biblioteche civiche de Turin, où le principal manuscrit conservé, le Philocathedras, proclame d’emblée une militance anti-La Chaise, le confesseur jésuite de Louis XIV, et pro-cathèdre, pro-Cadière. Ces attaques et justifications des partisans de la pénitente martèlent, avec assurance, sans ambition littéraire, mais avec l’arme souveraine du rire, le même message dénonçant le fauteur du scandale : Girard toujours et encore, et non moins coupables, toute l’engeance jésuite, tous les semblables peccants et peccables de Girard ; car il ne peut y avoir de bons pères. Mettant les rieurs, et ils peuvent être légion, de leur côté, chansons et images complètent la panoplie offensive janséniste et achèvent le travail de sape des factums. Tout ce troupeau polémique inspire à l’auteur quelques-unes de ses meilleures, et plus neuves, analyses.

5La partie la plus développée de l’ouvrage, et son véritable objet, porte sur la mémoire de l’affaire depuis 1731, une longue et enseignante mémoire, d’un intérêt toujours soutenu. Entre autres apports, on ne peut qu’être redevable à Stéphane Lamotte de nous apprendre, dans des pages très enlevées, que cette vieille affaire Girard-Cadière qui figure, pendant plus de deux siècles, au répertoire courant de l’anticléricalisme militant, continue, en 1979, à tourmenter les jésuites, comme un secret de famille honteux qu’il importe de taire. Il était difficile à l’auteur d’éviter la collection entomologique qui donne le même poids à la simple phrase qu’au chapitre ou au livre, au livre à large tirage et aux nombreuses rééditions qu’à des raretés locales, au chef d’œuvre, tel Michelet et sa Sorcière, qu’aux écrivaillons occasionnels. Il lui était plus difficile encore, pour ne pas dire impossible, d’atteindre l’exhaustivité. Stéphane Lamotte ne l’a sans doute pas atteinte, et n’y prétend pas, malgré une traque très minutieuse. L’ampleur, la diversité des dépouillements, l’intérêt et la portée de la collecte n’échapperont à aucun lecteur, même si le corbillon de la postérité de l’affaire de Toulon peut paraître au total modeste par rapport aux amples corbeilles de l’après Loudun ou de l’après Dreyfus…

6Chaque lecteur apprendra beaucoup de ce livre à l’écriture aisée et agréable sur le contexte et les principaux protagonistes de l’affaire : les deux avocats (Chaudon et Pazery de Thorame), les juges d’Aix, les évêques de Provence, l’ancrage toulonnais, les girardines et autres groupies du père Girard, les familiers et le réseau familial de Catherine Cadière, en particulier ses frères, les témoins qui, au procès, déposent à charge ou à décharge, mais aussi sur les victimes collatérales. Mais au-delà de tout localisme, il appréciera la curiosité sans cesse aux aguets de son auteur, et il lui saura gré des pistes qu’il ouvre, sur les accès de fièvre de l’antijésuitisme, sur la circulation de l’information, orale et écrite, dans la Provence, la France, l’Europe des Lumières. Tout cela montre, s’il en est besoin, une complicité forte et continue entre Stéphane Lamotte et l’objet de sa recherche : les suites diverses et ardentes d’un possible commerce charnel du confesseur et de la confessée.

7À aucun moment, cet essai, actuel, très actuel, sur le sillage médiatique d’une affaire qui appartient au passé, mais peut se conjuguer au présent, ne tombe des mains. Par ennui, incuriosité ou lassitude. L’auteur est passionné et son texte passionnant, animé d’un appétit de connaître insatiable pour le sujet, ses marges et ses chemins de traverse. Toujours averti et parfois irrévérencieux, Stéphane Lamotte donne envie de le lire et de le relire car, s’il ne donne pas toutes les réponses – mais le pouvait-il ? – il pose toujours les questions qui comptent et qui dérangent.

© Presses universitaires de Provence, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search