Version classiqueVersion mobile

Bouquetins et Pyrénées

 | 
Aline Averbouh
, 
Valérie Feruglio
, 
Frédéric Plassard
, 
et al.

Le bouquetin dans les Pyrénées

Le bouquetin

Évelyne Crégut-Bonnoure

Texte intégral

Bouquetin, qui es-tu ?

Un seigneur des cimes…

1Le bouquetin est, avec le duo chamois-isard, l’un des ongulés emblématiques de nos montagnes. Ce seigneur des cimes, à la silhouette prolongée par d’impressionnantes cornes, n’est à nul autre pareil. « Steinbock », « ibex », « tur », « bucardo », « macho montés », « krikri », « ouali » et bien d’autres noms le désignent selon qu’il vive sur l’axe alpin, l’Oural, en Espagne, en Crète, en Éthiopie, etc. Car sous le vocable de « bouquetin » se cachent plusieurs espèces qui se sont partagées au cours des millénaires les hauts-reliefs de l’Eurasie, du Moyen-Orient et des îles méditerranéennes.

2Son aspect extérieur est celui d’un animal au corps trapu et aux membres puissants (Couturier 1962, Weber 1994). Le corps se termine par une queue courte, aplatie, sans poils sous le dessous. L’une de ses particularités est d’avoir des callosités aux genoux. Les deux sexes possèdent des cornes allongées et recourbées situées immédiatement en arrière des orbites. Il existe d’importantes différences entre les mâles et les femelles. Ce fort dimorphisme sexuel porte essentiellement sur la taille et sur les dimensions des cornes : les femelles sont plus petites que les mâles et dotées de cornes plus fines et plus courtes. Chez les mâles, ces dernières sont volumineuses et adaptées aux combats frontaux. Il existe une barbiche chez les mâles, pas chez les femelles.

3Les bouquetins sont des animaux grégaires vivant en hardes dont la composition varie au fil des saisons. Les mâles sont polygames.

…adapté à la consommation des végétaux

4La dentition est adaptée à la consommation de végétaux, environ une vingtaine de kilos par jour. Elle est composée de trente-deux dents. Il n’y a pas d’incisives et de canines sur l’arc dentaire supérieur (on parle de structure en pince du prémaxillaire) et la canine inférieure ressemble à une incisive. Ses prémolaires (trois par côté ; la première prémolaire a disparu) et ses molaires (trois par côté) ont une structure permettant le déchirement en lambeau des aliments : les denticules constitutifs sont étirés de l’avant vers l’arrière et différenciés en crêtes (type sélénodonte). La couronne est haute (type hypsodonte), ce qui compense l’usure provoquée par la mastication des végétaux de la strate herbacée au squelette siliceux.

5Dans la journée, le bouquetin passe une partie de son temps au repos. Un repos tout relatif puisqu’il s’agit du moment de la rumination. Le bouquetin est, en effet, un ruminant, et son estomac est en conséquence constitué de trois pré-estomacs (le réseau, ou le bonnet ; le rumen, ou la panse ; le feuillet) et de l’estomac vrai glandulaire (il effectue la digestion pepsique – action enzymatique – et chlorhydrique – sécrétion d’acide chlorhydrique), nommé aussi la caillette. La nourriture, riche en cellulose, est prédigérée dans la panse puis régurgitée et mâchée une deuxième fois avant d’être à nouveau avalée pour transiter dans les autres réservoirs gastriques. Il peut ainsi passer moins de temps à se nourrir et mieux assimiler la cellulose des plantes qu’il ingère. Le rendement énergétique est donc meilleur. Le feuillet et la caillette peuvent abriter une boule, appelée « bézoard », qui est un agrégat de débris végétaux et de poils avalés lors du léchage.

Un squelette commun à d’autres espèces

6Du point de vue de la systématique, le bouquetin est intégré dans l’ordre des artiodactyles, dans la famille des bovidés, dans la sous-famille des caprinés et dans la tribu des caprini. Ce classement résulte des caractéristiques de son anatomie (Crégut-Bonnoure & Guérin 1996 ; fig. 1).

Silhouette et squelette de bouquetin ibérique

Silhouette et squelette de bouquetin ibérique

Dessin M. Coutureau/Inrap

7Son inclusion dans l’ordre des artiodactyles est due à deux particularités communes à d’autres ongulés herbivores (suidés, hippopotamidés, camélidés, tragulidés, moschidés, cervidés, antilocapridés, giraffidés, bovidés). Premièrement, l’axe du membre passe entre les rayons no III et no IV, c’est-à-dire entre les métacarpiens/métatarsiens no III et no IV, qui deviennent dominants, et entre les doigts correspondants. Deuxièmement, à la cheville, le talus (anciennement astragale) dispose d’une double poulie qui s’articule avec la base du tibia d’une part et deux autres ossements de la cheville (cuboïde et naviculaire) d’autre part, ce qui lui confère une grande souplesse articulaire. En outre, le squelette est dépourvu de clavicule, ossement permettant d’écarter du tronc le membre antérieur. Le mouvement s’effectue donc dans un plan médian. Le bouquetin est intégré dans la sous-famille des caprinés du fait, entre autres caractéristiques, de la brièveté des métapodes antérieurs comparativement aux autres bovidés. Quant au classement dans la tribu des caprini, il résulte de l’implantation verticale des cornes, de la forte convexité du frontal et de la rectitude du nasal.

8Certains ossements des membres sont fusionnés : à l’avant-bras, le radius et l’ulna, ce qui interdit toute rotation de la main ; au poignet (appelé « genou » chez les ongulés), le capitatum (ou grand os) et le trapézoïde (capitato-trapézoïde) ; à la jambe, le tibia et la fibula (anciennement péroné) dont ne subsiste qu’une infime partie supérieure accrochée au tibia tandis que la partie inférieure forme un os isolé : l’os malléolaire ; à la cheville (appelée « jarret » chez les ongulés), le cuboïde et le naviculaire qui forment le cubonaviculaire, réceptacle de la poulie inférieure du talus et de la base du calcanéum. Le nombre de doigts est réduit à deux. Entre ceux-ci et les articulations du poignet et de la cheville, seuls subsistent les métapodes no III et no IV qui constituent un os unique, à l’exception de la partie inférieure qui est à double poulie. Cette structure squelettique permet une grande liberté de mouvement pour la course et le saut dans les escarpements rocheux.

9Comme chez tous les bovidés, le crâne est coiffé de deux expansions frontales permanentes, les chevilles osseuses au centre cloisonné par de larges vacuoles. Elles sont recouvertes d’un étui en kératine constituant la corne proprement dite et dont la croissance est annuelle ce qui se traduit par la présence d’anneaux de croissance. La corne est un organe de défense et de suprématie chez les mâles.

Une tenue exceptionnelle dans les rochers

10Les membres reposent au sol sur les doigts, la dernière phalange étant protégée par un sabot : le bouquetin est un animal digitigrade et onguligrade. Le sabot, qui couvre l’os de la troisième phalange, est constitué d’une enveloppe cornée extérieure et d’une sole qui est un coussinet plantaire très élastique garantissant une excellente tenue sur les plus petites aspérités. Au-dessus du sabot, existent deux ergots.

Des ossements dans le cœur !

11Comme chez d’autres artiodactyles, le bouquetin possède deux petits ossements dans le cœur. Le plus grand est grossièrement cruciforme, d’où son nom de « croix du cœur ». Le plus petit est triangulaire.

Pas un mais plusieurs bouquetins : le genre Capra Linné, 1758

12Le bouquetin est désigné scientifiquement par un binôme latin qui comporte le nom du genre, en l’occurrence Capra, et celui de l’espèce, chacun étant suivi du nom du premier descripteur et de la date de la description : Capra Linné, 1758 – Capra aegagrus Erxleben, 1777. Lorsque des modifications de classement ont lieu, nom et date sont mis entre des parenthèses.

13Ce genre inclut plusieurs espèces sauvages et une espèce domestique : la chèvre, Capra hircus Linné, 1758. Des sous-genres sont parfois reconnus. Le bouquetin est présent sur tous les hauts-reliefs de l’Eurasie, du Moyen-Orient et de quelques îles méditerranéennes (fig. 2). C’est en se basant sur la forme des cornes et le dessin du pelage qu’ont été définies les différentes espèces. Récemment des analyses génétiques ont été engagées afin de clarifier les relations phylétiques des différents taxons (Hassanin et al. 1998, Manceau et al. 1999a, 1999b).

2. Répartition géographique approximative des espèces du genre Capra selon M. Couturier (1962) et G.B. Corbet (1978)

2. Répartition géographique approximative des espèces du genre Capra selon M. Couturier (1962) et G.B. Corbet (1978)

Modifié d’après V. Manceau et al. 1999. DAO T. Guiragossian

14L’Union internationale pour la conservation de la nature (International Union for Conservation of Nature – IUCN) reconnaît neuf espèces sauvages, soit d’est en ouest (IUCN 2015) :

151. Le bouquetin de Sibérie (fig. 3A), ou bouquetin d’Asie centrale, Capra sibirica (Pallas, 1766). Il occupe une aire s’étendant du lac Baïkal à l’Afghanistan. Sa hauteur au garrot dépasse 1 mètre. Les cornes sont implantées verticalement et sont recourbées régulièrement vers l’arrière. Elles ressemblent à celles du bouquetin des Alpes, mais sont plus étroites et plus longues. Elles peuvent parfois s’enrouler vers le bas, formant un cercle presque parfait. Les nodosités ou bosses qui ornent la corne sont nombreuses et plus saillantes sur le côté externe que sur le devant. La longueur maximale est de 1,50 m chez les mâles et 0,30 m chez les femelles.

3A. Les espèces actuelles – Bouquetin de Sibérie, Capra sibirica

3A. Les espèces actuelles – Bouquetin de Sibérie, Capra sibirica

Photo J.-P. Crampe

162. Le bouquetin du Caucase oriental (fig. 3B), encore nommé « tour du Kazbe », Capra cylindricornis (Blyth, 1841). Il est présent au Daghestan, en Azerbaïdjan et en Géorgie. Sa hauteur au garrot est d’environ 0,90 m. Les cornes sont divergentes dès leur base et s’enroulent sur leur axe de l’intérieur vers l’extérieur. Leur section est cylindrique, et leur surface est exempte de tubérosités. La longueur maximale est de 1,20 m chez les mâles et de 0,30 m chez les femelles.

3B. Les espèces actuelles – Bouquetin du Caucase oriental, Capra cylindricornis

3B. Les espèces actuelles – Bouquetin du Caucase oriental, Capra cylindricornis

Photo N. Kerdikoshvili

173. Le bouquetin du Caucase occidental (fig. 3C), ou tour (tur des Anglo-Saxons), C. caucasica Güldenstädt & Pallas, 1783. Il est répandu de la Svanétie jusqu’à l’Abkhasie (centre et ouest du Caucase). Il toise au garrot de 0,96 m à 1 mètre. Comme chez la forme orientale, les cornes sont divergentes dès leur base mais s’en distinguent par leur courbure dans un même plan, de telle sorte que leur pointe est dirigée en arrière et horizontalement. Cependant, la divergence s’accentue de l’ouest au centre du Caucase. Les tubérosités, plus ou moins apparentes, ornent la partie antéro-interne de la base des cornes. La plus grande longueur est de 1 mètre chez les mâles et de 0,25 m chez les femelles.

3C. Les espèces actuelles – Bouquetin du Caucase occidental, Capra caucasica

3C. Les espèces actuelles – Bouquetin du Caucase occidental, Capra caucasica

Photo J.-P. Crampe

184. Le bouquetin, ou chèvre de Falconer (fig. 3D), appelé aussi « markhor », Capra falconeri Wagner, 1839. Il est localisé dans le sud-est de l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, l’Afghanistan, le nord et le centre du Pakistan et le Cachemire. Il peut atteindre 1,04 m de hauteur au garrot. Les cornes, étroites, très rapprochées à leur base, se dressent verticalement, formant un « V » plus ou moins ouvert. Elles s’enroulent autour de leur grand axe de l’intérieur vers l’extérieur formant un pas de vis plus ou moins large, en tire-bouchon, d’un tour et demi à quatre tours complets. Leur surface est lisse. Elles atteignent 1 mètre de long chez les grands mâles. Elles ne dépassent pas 0,30 m chez les femelles, où elles sont à peine spiralées.

3D. Les espèces actuelles – Bouquetin de Falconer, Capra falconeri

3D. Les espèces actuelles – Bouquetin de Falconer, Capra falconeri

Photo J.-P. Crampe

195. Le bouquetin de Nubie (fig. 3E), ou bédén, Capra nubiana Cuvier, 1825. Il se trouve en Israël, au Sinaï, dans la péninsule arabique, en Égypte, au Soudan et au nord-ouest de l’Éthiopie. Il dépasse rarement 0,84 m de hauteur au garrot. Les cornes sont implantées verticalement et courbées régulièrement vers l’arrière. La longueur atteint près de 1,40 m chez les mâles et 0,40 m chez certaines femelles.

206. Le bouquetin d’Abyssinie (fig. 3F), Capra walie Rüppel, 1835. Il occupe les montagnes du centre de l’Éthiopie (massif du Simen). Les cornes ont une courbure plus modérée que celle du bouquetin de Nubie et sont plus courtes : jusqu’à 1,15 m chez les mâles et 0,35 m chez les femelles.

3F. Les espèces actuelles – Bouquetin d’Abyssinie, Capra walie

3F. Les espèces actuelles – Bouquetin d’Abyssinie, Capra walie

Photo G Courrèges in «les Éthiopies singulières » (ed. Hozhoni, 2018)

217. La chèvre aegagre (fig. 3G), ou chèvre à bézoard, Capra aegagrus Erxleben, 1777. Elle vit en Asie Mineure, de l’Afghanistan au Pakistan, ainsi que sur certaines îles méditerranéennes (Crète, îles de la mer Égée). Sa hauteur au garrot est d’environ 0,89 m. Les cornes, ornées de crans espacés, ont un grand rayon de courbure. Leur bord interne est tranchant. Chez les mâles, elles peuvent atteindre 1,35 m de long et chez les femelles 0,40 m.

3G. Les espèces actuelles – Chèvre aegagre, Capra aegagrus

3G. Les espèces actuelles – Chèvre aegagre, Capra aegagrus

Photo J.-P. Crampe

228. Le bouquetin des Alpes, ou bouquetin alpin (fig. 3H), Capra ibex Linné, 1758. Comme son nom l’indique, il est spécifique à l’arc alpin. Il mesure au garrot de 0,80 à 0,90 m. Ses cornes ont une face antérieure plane, munie de tubérosités. Implantées verticalement, elles sont recourbées régulièrement vers l’arrière et dessinent une lame de sabre. Elles dépassent rarement le mètre chez les mâles et n’excèdent pas 0,30 m chez les femelles.

3H. Les espèces actuelles – Bouquetin alpin, Capra ibex

3H. Les espèces actuelles – Bouquetin alpin, Capra ibex

Photo J.-P. Crampe

239. Le bouquetin des Pyrénées (fig. 3I), appelé aussi « bouquetin d’Espagne » et « bouquetin ibérique », Capra pyrenaica Schinz, 1838. Initialement, il occupait les Pyrénées et l’ensemble de la péninsule ibérique. Sa hauteur au garrot varie de 0,75 à 0,80 m. Les cornes verticales sont serrées à la base puis s’écartent l’une de l’autre en se courbant vers l’extérieur et l’arrière, étant alors presque horizontales. Le plus souvent la pointe est orientée vers le haut. Des bourrelets transversaux ornent la face antérieure évoquant les nodosités du bouquetin du Caucase occidental. La longueur dépasse rarement 1 mètre chez les mâles et 0,30 m chez les femelles.

3I. Les espèces actuelles – Bouquetin ibérique de Castille, Capra pyrenaica victoriae

3I. Les espèces actuelles – Bouquetin ibérique de Castille, Capra pyrenaica victoriae

Massif de Gredos, Espagne

Photo J.-P. Crampe

24Chacune de ces espèces montre toute une gamme de variations morphologiques qui concernent le dessin et la couleur du pelage, la forme des cornes ainsi que la taille de l’animal. Elles sont à l’origine de la distinction de plusieurs sous-espèces. Compte tenu de la grande ressemblance morphologique entre bouquetin de Nubie et bouquetin d’Abyssinie, de leur répartition géographique et historique, et de leur biométrie, ces deux bouquetins peuvent désormais être groupés au sein d’une même espèce, leurs différences résultant d’un mécanisme d’isolement géographique : le bouquetin d’Abyssinie est un simple variant géographique du bouquetin de Nubie (Crégut-Bonnoure 2002, 2006, 2020).

Des espèces sous influence du milieu

25On sait que les mammifères ont une masse corporelle plus importante sous un climat froid, ce qui leur permet de diminuer leur perte de chaleur (loi ou règle de Bergmann). L’analyse d’une centaine de squelettes actuels montre que la température influe aussi sur les proportions du crâne et des membres. Deux groupes de bouquetins sont identifiables (Crégut-Bonnoure 2002, 2006, 2020) :

  • l’un concerne les animaux de taille grande à moyenne vivants en milieu continental ; dans ce groupe, la face est relativement plus longue que l’arrière crâne et elle est aussi relativement épaisse ; les ossements des membres sont robustes. Il s’agit du bouquetin de Sibérie, de ceux du Caucase, du markhor, du bouquetin alpin et de celui de la chaîne pyrénéenne ;

  • l’autre rassemble les formes de plus petite taille que l’on trouve en domaine méditerranéen, au Moyen-Orient et en Afrique orientale ; dans ce groupe nommé « arabo-méditerranéen », la différence de longueur entre la face et l’arrière crâne est relativement moins importante que dans le groupe précédent, et la face est surtout relativement plus aplatie ; les ossements des membres sont élancés. Il s’agit des bouquetins de Nubie et d’Éthiopie, de l’aegagre et des bouquetins ibériques de Castille et d’Andalousie.

Le bouquetin alpin et le bouquetin des Pyrénées actuels

26Le bouquetin alpin et le bouquetin ibérique sont les deux seules espèces continentales vivant en Europe occidentale. Tous deux ont été au bord de l’extinction. Ce déclin a été causé par le braconnage, lié notamment à la supposée vertu médicinale de certains organes (bézoard, os du cœur, corne, sang, etc.), la chasse intensive, la fragmentation et même la destruction de l’habitat auxquels se sont ajoutées la compétition avec les troupeaux domestiques et les maladies (fig. 4 et 5).

4. Bouquetin des Alpes d’après Jonston Jan, 1718

4. Bouquetin des Alpes d’après Jonston Jan, 1718

Theatrum universale omnium animalium, piscium, avium, quadrupedum, exanguium aquaticorum, insectorum et angium Tome II.

Bibliothèque du Muséum Requien

5. Bouquetin ibérique d’après Jonston Jan, 1718

5. Bouquetin ibérique d’après Jonston Jan, 1718

Theatrum universale omnium animalium, piscium, avium, quadrupedum, exanguium aquaticorum, insectorum et angium Tome II.

Bibliothèque du Muséum Requien

27Le bouquetin alpin était répandu sur la totalité de l’arc alpin jusqu’au début du xixe siècle, période au cours de laquelle il subit une chute drastique du nombre de ses effectifs. Il ne subsistait alors que quelques dizaines d’individus dans le massif italien du Grand Paradis. La création, en 1821, de la réserve royale du Grand Paradis par le roi Victor Emmanuel II permit de protéger ce petit groupe. La population actuelle résulte d’une recolonisation naturelle de l’habitat passé et, surtout, de nombreux programmes de lâchers. Aujourd’hui le nombre d’individus est évalué à plus de 31 000, dont la grande majorité vit dans les Alpes françaises.

28En se fondant sur la forme des chevilles osseuses et le dessin du pelage, la distinction de quatre sous-espèces de bouquetin ibérique a été proposée (Cabrera 1911, Herrero & Pérez 2008) :

  • le bouquetin des Pyrénées, C. pyrenaica pyrenaica (Schinz, 1838), spécifique au massif pyrénéen (fig. 6 et 7) ;

  • le bouquetin du Portugal, C. pyrenaica lusitanica (Schlegel, 1872) ;

  • le bouquetin d’Andalousie (sierras du Sud et du Levant), C. pyrenaica hispanica (Schimper, 1848) ;

  • le bouquetin de Castille (centre de l’Espagne), C. pyrenaica victoriae Cabrera, 1911 (fig. 3 I et 8).

6. Capra pyrenaica pyrenaica. Mâle (Longueur 1,65 m, Hauteur 1,32 m)

6. Capra pyrenaica pyrenaica. Mâle (Longueur 1,65 m, Hauteur 1,32 m)

Vallée d’Ordesa (Espagne)

Collection (no 2003.2433) et photos Muséum d’Histoire naturelle de Bordeaux

7. Capra pyrenaica pyrenaica. Femelle (Longueur 1,35 m, hauteur 1,13 m)

7. Capra pyrenaica pyrenaica. Femelle (Longueur 1,35 m, hauteur 1,13 m)

Vallée d’Ordesa (Espagne)

Collection (no 2003.2432) et photos Muséum d’Histoire naturelle de Bordeaux

8. Bouquetin ibérique de Castille, Capra pyrenaica victoriae

8. Bouquetin ibérique de Castille, Capra pyrenaica victoriae

Femelle et mâles de la Pedriza (Sierra de Guadarrama)

Photos J.-P. Crampe

29Il ne subsiste plus aujourd’hui que le bouquetin de Castille et celui d’Andalousie. La forme du Portugal s’est éteinte à la fin du xixe siècle et celle des Pyrénées à la même période sur le versant français, puis en 2000 sur le versant espagnol, où elle subsistait en population relique au parc national d’Ordesa-Monte Perdido (Crampe 2020). Les deux sous-espèces subsistantes ont elles aussi connu des phases de déclin : en 1905, la population de Gredos (bouquetin de Castille) était réduite à une dizaine d’individus ; à Tortosa (bouquetin d’Andalousie) ne subsistaient que trente individus en 1960 ; à Cazorla (bouquetin d’Andalousie), vingt à trente individus étaient recensés en 1940 (Crampe 1991, 1994, Crampe & Crégut-Bonnoure 1994 ; voir Partie 3, chapitre 2.)

Table des illustrations

Titre Silhouette et squelette de bouquetin ibérique
Crédits Dessin M. Coutureau/Inrap
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 2. Répartition géographique approximative des espèces du genre Capra selon M. Couturier (1962) et G.B. Corbet (1978)
Crédits Modifié d’après V. Manceau et al. 1999. DAO T. Guiragossian
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre 3A. Les espèces actuelles – Bouquetin de Sibérie, Capra sibirica
Crédits Photo J.-P. Crampe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre 3B. Les espèces actuelles – Bouquetin du Caucase oriental, Capra cylindricornis
Crédits Photo N. Kerdikoshvili
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 3C. Les espèces actuelles – Bouquetin du Caucase occidental, Capra caucasica
Crédits Photo J.-P. Crampe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre 3D. Les espèces actuelles – Bouquetin de Falconer, Capra falconeri
Crédits Photo J.-P. Crampe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 899k
Titre 3F. Les espèces actuelles – Bouquetin d’Abyssinie, Capra walie
Crédits Photo G Courrèges in «les Éthiopies singulières » (ed. Hozhoni, 2018)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre 3G. Les espèces actuelles – Chèvre aegagre, Capra aegagrus
Crédits Photo J.-P. Crampe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre 3H. Les espèces actuelles – Bouquetin alpin, Capra ibex
Crédits Photo J.-P. Crampe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-9.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre 3I. Les espèces actuelles – Bouquetin ibérique de Castille, Capra pyrenaica victoriae
Légende Massif de Gredos, Espagne
Crédits Photo J.-P. Crampe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre 4. Bouquetin des Alpes d’après Jonston Jan, 1718
Légende Theatrum universale omnium animalium, piscium, avium, quadrupedum, exanguium aquaticorum, insectorum et angium Tome II.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 927k
Titre 5. Bouquetin ibérique d’après Jonston Jan, 1718
Légende Theatrum universale omnium animalium, piscium, avium, quadrupedum, exanguium aquaticorum, insectorum et angium Tome II.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Titre 6. Capra pyrenaica pyrenaica. Mâle (Longueur 1,65 m, Hauteur 1,32 m)
Légende Vallée d’Ordesa (Espagne)
Crédits Collection (no 2003.2433) et photos Muséum d’Histoire naturelle de Bordeaux
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre 7. Capra pyrenaica pyrenaica. Femelle (Longueur 1,35 m, hauteur 1,13 m)
Légende Vallée d’Ordesa (Espagne)
Crédits Collection (no 2003.2432) et photos Muséum d’Histoire naturelle de Bordeaux
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre 8. Bouquetin ibérique de Castille, Capra pyrenaica victoriae
Légende Femelle et mâles de la Pedriza (Sierra de Guadarrama)
Crédits Photos J.-P. Crampe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/42310/img-15.png
Fichier image/png, 3,5M

© Presses universitaires de Provence, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search