Version classiqueVersion mobile

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

 | 
Nicolas Minvielle Larousse
, 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Giovanna Bianchi

Circulations et usages des métaux

Approvisionnement et circulation du cuivre et de ses éléments d’alliage en Provence du xiiie au xvie siècles

L’apport des sources écrites et archéologiques

Olivier Thuaudet

Résumé

La restitution du circuit économique des métaux en Provence n’a jusqu’à présent pas fait l’objet de recherches poussées. Or, cet espace géographique qui ouvre sur la Méditerranée est aussi une voie de passage entre le nord de l’Europe, le midi de la France et l’Italie. Un trafic des métaux assez intense s’y est probablement déroulé.

Plusieurs sources ont été mises à contribution, en tenant compte de leurs biais propres, pour proposer une restitution de la circulation des métaux, de leur importation, de leur exportation, des acteurs économiques et des principaux centres d’utilisation de ces matériaux en Provence au cours du temps. La bibliographie régionale et extrarégionale a été dépouillée, des recherches en archives effectuées, notamment concernant l’activité minière, la localisation des martinets et les tarifs de péage.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le cuivre et ses alliages ont été abondamment utilisés à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque moderne en Provence ainsi que l’illustre le mobilier mis au jour par les fouilles archéologiques. La très grande majorité de ces objets, pour certains produits dans des quantités considérables et fréquemment renouvelés tels les accessoires du costume, ne pèsent que quelques décigrammes ou grammes, fort peu donc en comparaison de produits comme les chaudrons – quelques kilos – les cloches et, à la fin de la période, les pièces d’armement, dont le poids peut atteindre plusieurs centaines de kilos, mais dont la durée de vie est généralement très longue au besoin par le moyen de la réparation.

Pour la période étudiée, l’artisanat du cuivre et de ses alliages, à l’exception de quelques déchets isolés, n’est documenté en contexte archéologique que par des structures de fonte de cloche. Toutefois, les sources écrites nous informent de l’existence de fondeurs, de peyroliers – des ...

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search