Version classiqueVersion mobile

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

 | 
Nicolas Minvielle Larousse
, 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Giovanna Bianchi

Circulations et usages des métaux

L’emploi du laiton dans les monnayages d’argent médiévaux

État des connaissances actuelles et perspectives de recherche

Guillaume Sarah

Résumé

Le laiton, alliage constitué de cuivre et de zinc, présente la particularité d’avoir été produit aux époques anciennes non pas par le mélange de ces deux métaux (comme le sont le cuivre et l’étain dans le bronze par exemple), mais par le procédé de cémentation, une diffusion à l’état solide dans des conditions d’atmosphère et de températures contrôlées : les savoir-faire antiques et médiévaux – dans l’Occident et le bassin méditerranéen à tout le moins – n’autorisaient en effet pas la production de zinc métallique. Par conséquent, les fortes teneurs en zinc de l’ordre du pour cent, voire de plusieurs pour cent, relevées à l’occasion d’analyses de séries monétaires chrétiennes des premiers siècles du Moyen Âge, ne peuvent résulter que de l’ajout de laiton pour l’altération des alliages à base d’argent qui constituent les pièces. Des résultats analytiques ont été publiés par le passé relativement à différents monnayages et des interprétations ont été proposées par les auteurs ayant été confrontés à ces observations. L’objectif de cette contribution est double : il s’agit d’une part de proposer une vision large du phénomène de la pratique de l’ajout de laiton dans les monnaies d’argent pendant le haut Moyen Âge, par la prise en compte des résultats antérieurs et de nouvelles séries d’analyses ; d’autre part, la confrontation des données rassemblées constitue un support de réflexions pour formuler des hypothèses d’explication de ce phénomène, ainsi que des propositions de pistes de recherche pour les mettre à l’épreuve.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Eléments de métallurgie du zinc et du laiton

Le haut Moyen Âge est une période caractérisée du point de vue de la production monétaire par le « monométallisme argent », ou du moins par la très forte domination des espèces à base d’argent. À partir de la seconde moitié du VIIe siècle se diffuse, depuis un foyer localisé autour de la mer du Nord, la pratique de la frappe exclusive ou quasi-exclusive de la monnaie d’argent. Il s’agit d’abord des sceattas frisons ou anglo-saxons, auxquels succèdent les deniers mérovingiens puis carolingiens. À la suite des conquêtes territoriales de Pépin le Bref et de Charlemagne, le denier carolingien s’impose comme la monnaie prépondérante dans la plus grande partie de l’Europe chrétienne continentale. Dans le même temps, les souverains des royaumes anglo-saxons font frapper des espèces très proches des deniers continentaux, les pennies, cependant que le dirham marque la suprématie de l’argent comme moyen d’échange dans le monde islamique au temps...

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search