Version classiqueVersion mobile

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

 | 
Nicolas Minvielle Larousse
, 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Giovanna Bianchi

Circulations et usages des métaux

L’or africain et le paradoxe de Sijilmassa (Maroc – viiie-xive siècles)

Atelier de frappe primordial, histoire méconnue

Chloé Capel

Résumé

Les dinars de Sijilmassa ont alimenté, durant toute l’époque médiévale, les finances des grandes puissances méditerranéennes, aussi bien du côté des terres d’Islam que des terres chrétiennes. Cette ville oasienne des confins du Sahara, née au VIIIe siècle, est en effet d’une part devenue un lieu d’escale majeur dans le cadre du trafic de l’or qui traversait le Grand Désert en provenance de l’Afrique sahélienne et à destination du Maghreb islamisé et d’autre part un atelier de frappe monétaire de premier plan. Mais si ses monnaies sont à ce jour assez bien étudiées, rien ou presque n’est connu de la ville de Sijilmassa, de sa matérialité, de l’organisation concrète de son hôtel de monnaie et surtout de la manière dont cette oasis a pu acquérir cette place prépondérante dans les circuits aurifères entre l’Afrique et l’Europe. Après un court bilan historique et historiographique, cette réflexion s’attache à développer une analyse originale de l’économie locale de cette cité. Car en s’appuyant sur des données inédites tirées de l’archéologie et d’études environnementales, ce texte propose de faire de l’économie locale de Sijilmassa la clé interprétative décisive pour éclairer les raisons de la position primordiale de cette ville saharienne dans le commerce de l’or. Plus qu’un simple spectateur passif des transactions effectuées sur son sol, Sijilmassa était en effet un important site de production, notamment agricole et métallurgique, argument économique de poids lui ayant permis de devenir un acteur à part entière dans la chaîne d’échanges aboutissant à l’acquisition (et à la redistribution) de l’or africain.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Le paradoxe de Sijilmassa : ville magnifiée, site méconnu

Les premières mentions du toponyme Sijilmassa apparaissent en Irak au cours du second quart du IXe siècle de l’ère chrétienne, dans les travaux des géographes appartenant aux cercles lettrés du pouvoir califal de Bagdad1. La diffusion du nom de la ville africaine de Sijilmassa – oasis localisée dans les confins désertiques de l’extrême sud-est marocain – jusqu’à la cour de Bagdad dès avant le milieu du IXe siècle illustre non seulement la notoriété déjà acquise à cette époque haute par la cité saharienne, mais aussi plus certainement le poids économique, réel ou attendu, qu’elle représentait dans la gestion du califat oriental. Car, comme le prouve la numismatique, Sijilmassa devient dès le haut Moyen Âge un atelier de frappe monétaire de premier plan, associant monnaies d’argent et monnaies d’or, dont les émissions circulent à travers tout le monde islamique et même au-delà, vers l’Europe et l’extrême Orient2. Ces monnaies...

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search