Version classiqueVersion mobile

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

 | 
Nicolas Minvielle Larousse
, 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Giovanna Bianchi

Circulations et usages des métaux

D’Awdaġust à Cordoue

L’or du Soudan et la politique maghrébine du califat umayyade d’al-Andalus (ive/xe siècles)1

Aurélien Montel

Résumé

L’or du Soudan (bilād al-Sūdān) tient un rôle fondamental dans l’histoire de l’Occident musulman médiéval : produit et raffiné dans la boucle du Niger, il était acheminé, à travers le Sahara, jusqu’au Maghreb, et, au-delà, vers al-Andalus, l’Occident latin, l’Orient islamique... Son caractère mystérieux, voire mythique, dans plusieurs sources médiévales, en a fait un véritable « monstre » historiographique, si l’on en juge par le nombre des publications qui lui ont été consacrées.

Son histoire au IVe-Xe siècles reste néanmoins méconnue, cachée derrière l’analyse des grands enjeux géopolitiques du conflit entre les Umayyades de Cordoue et les Fatimides de Kairouan. Ainsi, sous beaucoup de plumes (Maurice Lombard, Jean Devisse...), cet or serait le facteur explicatif exclusif de l’affrontement entre les deux califats d’Occident. Au-delà des implications territoriales de ce conflit, qui sont évidemment essentielles, on peut s’interroger sur la circulation de cet or, et notamment sur les itinéraires qui ont permis son acheminement au Maghreb occidental, puis en al-Andalus.

Autrement dit, au-delà d’une réflexion sur l’historiographie de la question, il convient d’analyser la circulation de cet or, du bilād al-Sūdān jusqu’à Cordoue. Quels ont été les rythmes et les temporalités de ces flux ? Les volumes concernés ? Comment ces circulations s’organisaient-elles ? Dans quelle mesure leur structure a-t-elle été modifiée par la rivalité de Cordoue et de Kairouan ? Autant de questions jusqu’ici peu abordées, qui permettraient de faire un peu la lumière sur cette période cruciale que constitue, avant l’avènement des dynasties berbères, le IVe-Xe siècle dans l’histoire du Maghreb.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

L’idée que la puissance des États de l’Occident musulman serait, à partir de la période almoravide, directement liée à l’essor des échanges entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne et au contrôle des routes du commerce de l’or n’est pas nouvelle. Soutenue par plusieurs historiens, Jean Devisse ou Mohamed Kably pour n’en citer que quelques-uns, cette interprétation procède de cette « réification » – si souvent dénoncée – du Maghreb médiéval, devenu sous de nombreuses plumes un satellite dépourvu de toute dynamique historique propre.

Réputé dès le Moyen Âge pour être le meilleur du monde, l’or (ḏahab)2 du Soudan était extrait dans les importants bassins aurifères de la boucle du Niger. Les géographes arabes, peu informés, se contentent de les situer dans une région floue, le « pays des Noirs » (bilād al-Sūdān)3. Certains auteurs ont parfois fait référence au « pays de Ġāna » (formation politique qui s’étendait, aux IIe/VIIIe-Ve/XIe siècles, sur les confins de la Mauritan...

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search