Version classiqueVersion mobile

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

 | 
Nicolas Minvielle Larousse
, 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Giovanna Bianchi

Techniques et organisation de la production

La production du cuivre et de ses alliages à Castel-Minier (Ariège, France)

Opportunisme métallurgique et pragmatisme économique d’une fonderie de moyenne montagne au xve siècle

Julien Flament, Florian Téreygeo et Guillaume Sarah

Résumé

Les recherches archéologiques menées depuis une décennie sur le site minier et métallurgique de Castel-Minier (Ariège, France) ont confirmé sa vocation polymétallique qui s’inscrit dans une période comprise entre la fin du XIIIe siècle et le milieu du XVe siècle. La mise au jour d’un large corpus de minerais de cuivre, scories et fragments métalliques offre l’opportunité d’apporter un nouvel éclairage sur l’organisation fonctionnelle de l’atelier et la pluralité des chaînes opératoires qui y sont à l’œuvre. Si les maigres sources textuelles évoquent le traitement du plomb argentifère et la sidérurgie, elles sont muettes quant aux métallurgies du cuivre et de ses alliages. Cette discrétion témoigne-t-elle d’une production marginale de métal rouge ? Le croisement des données archéologiques et archéométriques permet de nuancer cette hypothèse. La production du cuivre à partir de la chalcopyrite est attestée par de nombreux fragments métalliques comme des tôles ou des déchets de coulée. La bournonite, un sulfure de plomb, d’antimoine et de cuivre, a également fait l’objet d’une valorisation sur le site de manière à confectionner un demi-produit standardisé : le caldarium. De surcroit, l’étude spatiale de ces activités au sein de l’atelier atteste d’une organisation rationnelle des espaces de travail et d’une volonté de pérenniser les productions. Le traitement des minerais de cuivre à Castel-Minier témoigne donc de la maitrise technique des anciens métallurgistes capables de s’adapter aux opportunités qu’offre l’extraction minière. En outre, les réalités économiques du marché du cuivre, alors en plein essor, n’ont pas échappé aux Anciens qui ont su adapter leurs productions à une demande sans cesse croissante.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

La fin du Moyen Âge en Europe est marquée par une demande croissante en cuivre dont les usages ne cessent de se diversifier. L’essor de la dinanderie fait entrer les alliages cuivreux dans la sphère domestique tandis que parures et bijoux brillent dans l’espace public. En outre, le cuivre s’affirme dans les systèmes monétaires comme espèce divisionnaire. Pour faire face à cette demande, les minerais de cuivre sont activement recherchés et les exploitations se multiplient et s’intensifient, notamment dans l’est de l’Europe1. Les productions alimentent des bassins métallurgiques qui se spécialisent dans la fabrication industrielle d’objets en alliages cuivreux, telles que la vallée de la Meuse2 ou la ville de Nuremberg3. Si les recherches historiques et archéologiques permettent de saisir l’évolution du statut du cuivre dans les sociétés tardo-médiévales ainsi que les techniques de mise en forme des produits finis, les conditions et modalités de l’extraction des matières p...

Auteurs

UMR 5060 IRAMAT-CEB, Université d’Orléans, 3D rue de la Férollerie, 45071 Orléans Cedex 2, France
Julien.flamen@gmail.com

LAPA-IRAMAT, NIMBE, CEA, CNRS, Université Paris-Saclay, CEA Saclay 91191 Gif-sur-Yvette France
Florian.tereygeol@cea.fr

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search