Version classiqueVersion mobile

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

 | 
Nicolas Minvielle Larousse
, 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Giovanna Bianchi

Techniques et organisation de la production

La préparation des minerais argentifères au Moyen Âge

Choix technique ou contrainte économique ?

Florian Téreygeol

Résumé

Si le terme minéralurgie est très récent, il recouvre une réalité technique qui apparait sur l’ensemble des sites miniers anciens. Il prend aussi bien la forme d’outils dédiés à la préparation comme les enclumes, maillets et autres meules à minerai, de structures de lavage, mais également d’emplacements de tri et d’amoncellements de résidus de préparation. Ainsi, dès la phase d’abattage, la préparation du minerai en vue de sa fonte est une étape de la chaîne opératoire qui semble classiquement admise et nécessaire. Elle se poursuit en extérieur au sein d’ateliers spécialisés dans lesquels l’eau joue un rôle prépondérant, bien que non exclusif.

L’approche expérimentale mise en œuvre pour mieux comprendre ce moment du travail, adossée aux fouilles d’unités de préparation, donne la possibilité de reposer ce moment de la production minière non seulement en fonction de la minéralisation et des modes d’abattage, mais également au regard du contexte économique propre à chaque exploitation. À l’aide des exemples de Melle dans le Poitou au Haut Moyen Âge et de al-Radrad dans le califat abbasside, nous montrons comment les choix techniques sont influencés autant par l’environnement que par les contraintes économiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Pour l’ensemble des métaux non ferreux, il est rare que leur production ne donne pas lieu à une phase de minéralurgie. Formé au XIXe siècle au moment d’une phase d’évolution des procédés de préparation en milieu humide1, ce terme cache une série de modes opératoires très variés, impliquant, ou non, le recours à l’eau et à certaines mécanisations. Ces traitements mécaniques et gravimétriques sont encore largement sous-étudiés2. Il importe pourtant de bien en comprendre leur logique, car ils sont les maillons liant l’extraction à la métallurgie. De plus il est avéré que les techniques de préparation sont reproduites sur la scorie à l’issue de la fonte des minerais pour maximiser la production métallique3. Leur maitrise a donc potentiellement un double impact : sur la production du minerai bon à fondre et sur la quantité de métal produit au terme de la fusion extractive. Pour autant, il ne faut pas perdre de vue que l’exploitant privilégie toujours les minerais riches, ou ...

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search