Version classiqueVersion mobile

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

 | 
Nicolas Minvielle Larousse
, 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Giovanna Bianchi

Les espaces miniers méditerranéens

Les mines de cuivre de Castifao

Florian Leleu, Adrien Arles et Emilie Tomas

Résumé

En 2015, une première prospection thématique a été entreprise sur les mines de cuivre du Centre Corse. L’objectif de cette recherche, qui sera dans les années à venir élargie à l’ensemble de l’île, est d’identifier l’ensemble des ouvrages miniers et d’en définir leurs principales caractéristiques : chronologie, organisation des travaux, etc.

Les sources écrites du XIXe siècle documentent largement cette activité minière. En effet, entre les années 1850 et 1900, de nombreux ouvrages miniers ont été réalisés sur des gisements de la Corse alpine. Ils se présentent sous la forme d’amas, de filons ou de pseudo-filons dont les minéralisations étaient principalement composées de pyrite et de chalcopyrite. Localisables sur de nombreux affleurements ces gisements se sont finalement révélés peu étendus et trop discontinus pour permettre aux compagnies minières de développer leurs activités et de réaliser des profits. Les ouvrages réalisés ont donc rarement dépassé le stade des recherches, et seulement quelques concessions ont été accordées par les services de l’État sur ce territoire.

Les investigations de terrain ont permis de découvrir de nombreux grattages qui avaient été entrepris sur des affleurements. Ces recherches consistent en de petites tranchées à ciel ouvert, mais des travaux souterrains ont aussi été réalisés. Peu développées, certaines de ces galeries de recherche ouvertes à l’explosif étaient encore accessibles et ont ainsi pu être explorées et étudiées. À Castifao là où des investigations effectuées depuis le milieu du XIXe siècle ont permis l’octroi de deux concessions : celle de Tartagine et celle de Saint Augustin.

C’est sur ce site minier que des travaux vraisemblablement médiévaux ont été reconnus. En effet, les investigations que nous avons menées en surface et en souterrain ont confirmé, en plusieurs endroits, que les exploitants de la période contemporaine s’étaient contentés de réaliser des recherches depuis une exploitation ancienne, sans qu’il soit pour autant possible de proposer une datation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Contexte scientifique de l’intervention

L’histoire de l’exploitation minière de la Corse est présentée au grand public pour la première fois en 2011, par Alain Gauthier qui appréhende le sujet par sa vision de spécialiste en géologie1. Ses recherches entreprises sur le terrain et en archives nous renseignent sur l’importance et la nature de cette activité industrielle. Ses travaux mettent l’accent sur différentes questions sans réponses : quelle est la chronologie d’exploitation des recherches ? Comment s’organisent les réseaux souterrains ? Quelles sont les techniques d’abattage pratiquées ? Autant de questions qui pouvaient être abordées dans le cadre d’études systématiques de ces sites miniers.

C’est dans ce contexte qu’en 2015, une prospection thématique a été initiée sur les mines de cuivre situées dans le centre Corse2. La focale sur cette zone géographique a été motivée par la dense quantité d’indices minéralisés qui ont fait l’objet de nombreuses tentatives d’exploitation...

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search