Version classiqueVersion mobile

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

 | 
Nicolas Minvielle Larousse
, 
Marie-Christine Bailly-Maitre
, 
Giovanna Bianchi

Introduction. Les métaux précieux en Méditerranée médiévale

Exploitations, transformations, diffusions. État de la recherche

Marie-Christine Bailly-Maître

Résumé

L’intérêt pour les métaux précieux en Méditerranée médiévale, en dehors de quelques travaux précurseurs, n’a réellement pris forme que depuis une trentaine d’années. Les niveaux de recherche sont très variables d’un pays à l’autre, tant dans leur organisation institutionnelle que dans leur finalité. Il est cependant évident que le bassin méditerranéen a été au cœur d’une intense activité de production et de circulation de métaux précieux, du nord vers le sud et inversement. Il était temps de faire un point sur les connaissances acquises, de reconsidérer les synthèses anciennes à la lumière des travaux récents et d’ouvrir sur la Méditerranée orientale trop peu prise en considération par une recherche centrée sur le sud de l’Europe (France, Espagne, Italie) et le nord de l’Afrique (Maroc et Tunisie).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale. Vaste sujet et vaste territoire. Pour reprendre les termes des attendus de ce colloque, la Méditerranée médiévale est un espace de production et de circulation pour les métaux précieux tissé entre trois mondes à la fois antagonistes ou partenaires ; la chrétienté romaine, la chrétienté byzantine et l’Islam.

Le métal entre dans tous les domaines de l’économie et donc du politique. Les métaux précieux – or et argent – constituent un enjeu stratégique pour le monnayage et dans une moindre mesure, l’orfèvrerie. Quant au cuivre et au plomb, minerais généralement associés aux gisements argentifères, s’ils ne peuvent pas être qualifiés de métaux précieux, ils n’en conservent pas moins une valeur en raison de leur importante consommation et sont tout autant recherchés.

Étudier les métaux précieux sur le long Moyen Âge c’est s’intéresser à des champs de recherche très divers, mais dont ils sont le dénominateur commun. Les minerais sont ex...

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search