Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image, structure et sens

 | 
Antoinette Saly

L'arbre illuminé et l'arbre à l'enfant

Texte intégral

  • 1 The Continuations of the Old French Perceval of Chretien de Troyes, vol. IV, The Second Continuati (...)

1L'image de l'arbre illuminé et celle de l'arbre à l'enfant (ou aux enfants) figurent, à notre connaissance, dans quatre textes arthuriens : la Seconde Continuation de Perceval, de Wauchier ; la Continuation de Perceval par Manesssier ; le Didot-Perceval ; le roman de Durmart le Gallois1.

  • 2 Rose Jeffries Peebles, "The Children in the Tree", Medieval Studies G. Schoepperle-Loomis, 1927, p (...)

2Ces images ont déjà fait l'objet de quelques études, essentiellement consacrées au problème de leur source2. Notre but est ici différent : nous nous proposons d'étudier l'image en soi, d'un point de vue strictement littéraire. Nous examinerons comment elle se présente, comment elle varie, comment elle s'introduit dans le contexte, quel sens elle y revêt, quelle fonction enfin elle y assume. Ce qui nous conduira, nous le verrons, à aborder le problème des sources d'une manière un peu différente de celle de nos prédécesseurs.

La Seconde Continuation de Perceval

3C'est de la Seconde Continuation qu'il faut partir. C'est là, en effet, dans le poème de Wauchier, que l'arbre apparaît pour la première fois comme siège de la Merveille, et cela à trois reprises :

1.- Vv. 27614-27635. L'arbre à la voix

4En quête du château de l'Echiquier, Perceval erre dans la forêt, en silence, plongé dans ses pensées, quand d'un arbre de haute futaie, aux branches largement déployées, sort une voix qui le renseigne : qu'il suive seulement son brachet, celui-ci le ramènera à ce château où il l'avait pris à son premier passage. Perceval de s'étonner : "Qui parole lassus ?" (v. 27631). Pas de réponse. Il ne voit personne : ne voit ne n'ot riens qui soit nee (v. 27633). Il suit le brachet, parvient au château de l'Echiquier où il remet à la Pucelle la tête du Blanc Cerf. Elle lui fera traverser l'eau sur une barque merveilleuse et lui indiquera le chemin du Château du Roi Pêcheur, que Perceval d'ailleurs, on ne sait pourquoi, ne prendra pas.

5Nous avons un grand arbre, un haut arbre lé et grant (v. 27616), bien réel, une voix mystérieuse qui en sort pour guider l'errant. Ajoutons que l'aventure vers laquelle cette voix le mène n'offre rien de décisif. Le motif de l'arbre comme siège de la merveille s'amorce ici timidement. Il ne fait qu'annoncer les prochaines visions en dégageant d'entrée de jeu un élément essentiel : l'enseignement vient de l'arbre.

2.- Vv. 31432-31507. L'arbre à l'enfant

6Après avoir dépendu Bagomedés de l'arbre où l'avait indignement attaché Keu (vv. 28252-28394), Perceval a erré quinze jours sans rencontrer d'aventure. Il entre dans un joli bois et, dans un grand arbre, sur une haute branche, aperçoit soudain un enfant tenant une pomme. Cet enfant, très beau et richement vêtu, paraît à peine cinq ans. Perceval, interdit, s'arrête et le salue, l'enfant lui rend son salut. Perceval le prie de descendre, l'enfant refuse, répondant assez vertement qu'il n'a aucune raison de l'écouter et que d'ailleurs il est trop inexpérimenté pour répondre à toute question. Cependant Perceval lui en pose : sur la raison de sa présence si haut dans l'arbre, sur le Roi Pêcheur ; l'enfant ne veut toujours pas répondre, mais il l'envoie au Mont Doleroux où il lui prédit une bonne nouvelle. Sur ce, l'enfançon se met à grimper de branche en branche et atteint le sommet du grand arbre avant de disparaître :

Lors s'est levez de sus la branche,
an une autre sans demorance
monta plus haut isnellemant ;
an celle gaires ne rastant,
de branche am branche tant monta
que tout anson l'arbre an ala,
qui a mervoilles estoit hauz.
………………………………
Et li anfes qui ert petiz s'an ala et esvenoï
et de l'aubre se departi... (vv. 31489-502)

7Après une nuit passée dans un ermitage, Perceval se rendra au Mont Douloureux où il tentera l'épreuve du pilier ; il parviendra à y attacher son cheval, réussite qui le désignera comme le meilleur chevalier du monde.

8Nous sommes encore une fois devant un arbre bien réel de la forêt ; mais cette fois, l'arbre est habité par un petit personnage énigmatique qui tient un fruit :

Sus un arbre qui molt iert hauz
vit un anfant sus une branche,
si haut asis qu'a une lance
n'i peüssiez vos avenir ;
ne vos an quier de riens mantir,
an sa main tenoit une pome. (vv. 31432-37)

  • 3 E. Brugger discerne dans l'enfant quelques traits d'Aubéron (la richesse de son costume, sa gouail (...)

9Deux éléments importants sont à relever : son refus de répondre aux questions de Perceval, son ascension jusqu'au sommet de cet arbre d'une étonnante hauteur. Toute l'attention se porte sur le mouvement ascensionnel dont l'arbre est le support ; c'est ce mouvement qui se gravera dans la mémoire de Perceval3.

3.- Vv. 32070-32089. L'arbre aux chandelles

10En route vers le château du Graal, Perceval erre de nuit au clair de lune. Il revit en pensée sa première visite au Roi Pêcheur, se jurant de poser désormais des questions. Un peu plus loin sur son chemin, il aperçoit soudain un arbre touffu sur lequel brillent, comme autant d'étoiles, plus de mille chandelles :

... devant soi garde, s'a veü
auques loing un arbre ramu
enmi sa voie droitemant ;
et si avoit, mon escient,
sus l'arbre plus de mil chandoilles
autresi cleres con estoilles. (vv. 32071-76)

11Perceval se dirige vers l'arbre, mais plus il approche, plus la lumière faiblit, et, parvenu à l'emplacement du prodige, il ne voit plus aucune lueur, le spectacle s'est évanoui :

... mais tant com plus i aproichoit,
la grant clarté amenuisoit
et aloit a declinemant.
Percevaux erroit duremant,
desi qu'a l'aubre ne fina.
Quant il i vint, ainz ne trova
chandoille, clarté ne riens nee. (vv. 32083-89)

12Solitaire, près de l'arbre éteint, se dresse une petite chapelle : c'est la chapelle à la main noire. Perceval y entre, assiste à la terrifiante apparition, puis reprend sa route dans la nuit.

13S'il a vite oublié l'arbre à la voix, il ne cessera de s'interroger sur l'arbre à l'enfant et sur l'arbre illuminé. Ces images semblent l'obséder. Il s'en ouvrira, dès leur rencontre, à la messagère du château, mais c'est seulement auprès du Roi Pêcheur qu'il apprendra la signification de ces deux visions. Aussi vont-elles pour Perceval prendre place secondairement parmi les questions à poser sur la lance, le Graal et l'épée brisée.

14Les deux images de l'arbre à l'enfant et de l'arbre aux chandelles sont donc en relation avec la mission de Perceval ; visions prémonitoires de sa prochaine réussite, comme la pucelle messagère le lui déclare expressément, tout en refusant de lui en dire plus : "Sire, ce est senefience/que dou Graal et de la lance/savroiz par tens la verité" (vv.32233-35). De fait, lors de cette seconde visite, Perceval n'omettra plus de poser les questions salvatrices.

  • 4 V. 32451, leçon des mss LTV.
  • 5 M.-M. Davy définit le symbole médiéval comme une hiérophanie. Il est essentiellement révélation, e (...)

15La première réponse que fera le Roi Pêcheur concerne l'arbre à l'enfant : cet enfant est chose devine (v. 32445) ; son refus de répondre à Perceval est signe de réprobation à cause de ses péchés, mais son ascension de branche en branche jusqu'au sommet est un providentiel example4 qu'il a voulu lui donner : la nécessité pour ce pécheur de regarder désormais vers le ciel, regard pour lequel la station verticale a été donnée à l'homme5 :

"... Li anfes qui de l'arbre ala
et vers lou ciel amont monta,
os mostra par senefience
que haut el ciel sanz atandance
devez panser au Criator,
que la vostre ame au chief dou tor
mete dadanz som paradis ;
que longuemant, biaux doz amis,
vos estes mellez de follie.
Molt par est fox qui Dieu oublie
por conquerre pris terrien,
dont l'am pert l'annor et le bien
que Diex a ses feaus promis ..." (vv. 32477-89)

La Continuation de Perceval par Manessier, vv. 32980-33019

16Ce qu'est l'arbre illuminé, le Roi Pêcheur ne nous l'apprendra que dans la Continuation de Manessier, qui reprend Perceval au château du Graal. Perceval vient de se faire dévoiler la nature de la lance, du Graal et du tailloir ; il vient de promettre à son hôte de le venger de Partinal, vengeance dont dépend sa guérison ; le moment est venu d'aller se coucher. Mais Perceval a une dernière question à poser. Je ne saurais dormir, déclare-t-il, avant de savoir la vérité sur les chandelles "que ataichiees vi a l'arbre" (v. 32983). La réponse est claire :

"... c'est li arbres d'enchantement,
illueques les fees s'assamblent..." (vv. 33000-01)

17Les chandelles n'ont aucune réalité, simple impression que donnent de loin au voyageur les lumières qu'elles allument pour le fourvoyer en l'attirant vers la chapelle diabolique :

"... Les clartez qui chandoilles samblent
a ceux qui de bien loinz les voient,
ce sont les fees qui desvoient
iceux, ce saichiez sanz doutance,
qui n'ont vers Dieu nule creance ..." (vv. 33002-06)

  • 6 E. Brugger (Op. cit., pp. 69-72) y a vu un élément d'origine celtique également présent dans certa (...)

18Ces naufrageuses ne dupent que les mécréants. Elles ont disparu à l'approche de Perceval pour ne jamais reparaître (vv. 33013-19). La conjuration du maléfice désigne Perceval comme le libérateur prédestiné à "eschever/les mervoilles de ceste terre" (vv. 33010-11). Quand Perceval retournera à la chapelle de la main noire (vv. 37141-37862), le phénomène ne se produira plus. Nul doute, l'arbre illuminé, arbre aux fées, arbre de perdition, est d'origine païenne et folklorique6. Son extinction devant Perceval demostre (v. 33009) que l'enseignement symboliquement donné par l'arbre à l'enfant a commencé à porter ses fruits. Son ascension spirituelle qui lui a permis de vaincre le piège démoniaque le met en mesure désormais de guérir le Roi Pêcheur et de lui succéder.

19La confusion des deux arbres risque, comme on voit, d'en voiler le sens et la fonction dans le récit. En dépit de la synthèse qu'en fera plus tard le roman de Durmart, il ne sont pas réductibles l'un à l'autre dans le texte de Wauchier. Tout s'y passe comme si la faveur de la première vision avait protégé son bénéficiaire des périls de la seconde.

Didot-Perceval

20Une image voisine de celle de l'arbre à l'enfant - et qui en apparaît comme une variante - se retrouve dans le Didot-Perceval.

21Perceval sort à peine de son combat avec les femmes-oiseaux, encore sous le choc de cette aventure, il a passé la nuit en forêt et reprend au matin une chevauchée hasardeuse à travers une campagne déserte, paysage de haies, de buissons et de bocages. Vers le soir il arrive à un carrefour ; c'est alors qu'il aperçoit, auprès d'une croix, un des plus biaus arbres qu'il eüst onques mais veü. Perceval s'arrête pour le contempler, quand il distingue, perchés dans l'arbre, deux enfants d'environ six ans, tout nus, qui grimpent de branche en branche, sans cesser de s'embrasser et de jouer ensemble : Et ensi com il le regardoit si volentiers, si vit par desus aler deux enfans de brance en brance tos nus, et estoient bien cascuns, ce li sambla, de l'eage de sis ans, et acoloit li uns l'autre et juoient ensamble (p. 203).

22Perceval regarde longuement ce spectacle. Pris de méfiance, il interpelle les petits grimpeurs, les conjurant de lui dire au nom de la Sainte Trinité s'ils sont créatures de Dieu, ce qui sous-entend qu'il craint de voir en eux des êtres démoniaques. L'un des deux enfants suspend ses jeux, s'assoit sur une branche et le rassure : ils vivent de par Diu, et sortent du paradis terrestre, envoyés par le Saint-Esprit au quêteur du Graal pour le mettre sur la bonne voie. N'oublions pas que nous sommes à un carrefour. "Et tu t'en iras ceste voie a destre par devant toi", déclare-t-il à Perceval, c'est sur ce chemin-là qu'il doit trouver tel cose par quoi [il] afinera [son] traval, si toutefois il en est digne, "se tu es teus que venir i doies", précise l'enfant.

  • 7 E. Simmons Greenhill (Ibid., p. 370) voit dans la disparition simultanée de l'arbre et de la croix (...)

23L'arbre disparaît avec les enfants et la croix du carrefour7. Perceval stupéfait reste songeur, doutant de la réalité de ce qu'il a vu, et se pensa et douta que ce ne fust fanthosmes.

24Aussi, pour vaincre ses hésitations, faudra-t-il l'intervention de Merlin, apparu sous la forme d'une grande ombre. En fait, la plainne voie indiquée, en dehors de la forêt, le conduira droit à la rivière où il rencontrera le Roi Pêcheur.

25Le texte du manuscrit de Paris ne présente par rapport à celui de Modène que de minimes variantes : les enfants sont de l'âge de sept ans, ils ne jouent ni ne s'acolent ; enfin surtout ils répondent tous deux dans un discours collectif, appelant le voyageur par son nom que mystérieusement ils connaissent : "Biaus amis Percevaus" (au lieu de "Cevaliers qui nous a conjurés"), mais la teneur de leur révélation est identique.

26L'épisode prélude à la première rencontre de Perceval et du Roi Pêcheur. Mais cette première rencontre se soldera par un échec ; pour retrouver le château du Graal, Perceval aura besoin des directives de Merlin qui lui apparaîtra cette fois sous les traits d'un faucheur (pp. 236-238).

27Somme toute, dans les deux cas, c'est l'intervention de Merlin qui est décisive. La vision de l'arbre aux enfants est une image étrange, d'une grande beauté, mais qui finalement importe peu à l'intrigue. Encore une fois sa valeur est purement d'ordre symbolique. La restriction "se tu es teus..." est significative : la vision ascensionnelle indique au héros un degré spirituel à atteindre, dont il ne semble pas encore en mesure de déchiffrer le symbolisme, d'où ses hésitations qui le paralysent et nécessitent le secours de Merlin.

  • 8 Voir W. Roach, Didot-Perceval, éd. cit., "Composition and Sources", pp. 15-130.
  • 9 Voir supra, n. 3. Selon W. Meyer, la légende apparaît au xiie siècle et se divulgue très vite, cep (...)

28Le Didot-Perceval, qui, de toute évidence, emprunte à Wauchier l'épisode de l'arbre - comme tant d'autres de son récit8 -, en identifie l'habitant, qui s'est dédoublé, à une créature du paradis terrestre. Ce qui a permis d'invoquer l'influence de la légende de l'arbre de la croix9. Ainsi donc l'apport du célèbre apocryphe serait postérieur à la vision de Wauchier, loin d'en être la source. C'est le Didot-Perceval qui semblerait opérer la contamination ; encore ne s'agirait-il que d'un emprunt très libre, puisque l'arbre de vie de l'apocryphe ne supporte pas des garçonnets, mais un nouveau-né vagissant enveloppé de ses langes ; les petites créatures surnaturelles de nos textes ne se trouvent jusqu'ici en aucun cas assimilées à l'Enfant-Dieu et, qu'il y ait ou non influence de l'apocryphe - là n'est pas la question -, il serait abusif de voir dans l'image de cet arbre celle de l'arbre cosmique de la croix.

Durmart le Gallois

29Dans le roman de Durmart le Gallois, le motif apparaît à deux reprises.

1.- Vv. 1500-1542

30En quête de la reïne d'Irlande, dont un pèlerin lui a vanté la beauté, le jeune Durmart parvient, à la tombée de la nuit, dans une épaisse forêt, si obscure qu'il ne distingue même plus la tête de son cheval. Tout à coup une grande lumière le frappe, et il aperçoit un arbre couvert de chandelles qui éclairent tous les bois :

Sachiés que cis arbres estoit
tos chargiés de cleres chandoilles
ausi luisans ke sunt estoiles.
Des le pié desi an copier
ne poïst nus sa main tochier
fors desor chandeilles ardans
dont la forest est reluisans. (vv. 1512-18)

31Au sommet de l'arbre, il voit un petit enfant tout nu dont émane une lumière encore plus vive que celle des chandelles :

Desor le copier de l'arbre
vit un enfançon trestot nu
qui plus clers et plus luisans fu
que les chandoilles par verté. (vv. 1522-25)

32Mais dès qu'il se met à le contemple, sa lumière s'éteint. Durmart se signe. A ce moment retentit une voix qui lui ordonne de passer son chemin, lui enjoignant d'obéir sous peine de mort aux commandements qui lui seront donnés si jamais il revoit pareil spectacle. Sur ce la terre se met à trembler, et Durmart reprend sa chevauchée.

  • 10 Il y a une remarquable concordance entre ce récit et les descriptions que nous avons du phénomène (...)

33Ici l'arbre se dresse au cœur de la forêt nocturne, resplendissant de milliers de chandelles qui l'illuminent soudain, luminaire si dense que la main ne saurait toucher l'arbre sans en rencontrer10. Cet arbre disparaît-il aussi subitement ? Le texte ne le précise pas. Nous remarquerons qu'il n'est question que d'un seul enfançon, comme chez Wauchier. Mais celui-là ne prend pas la parole, c'est une "voix" qui avertit le voyageur, comme celle du premier arbre de Wauchier ou celle de Merlin dans le Didot-Perceval, cependant qu'un élément nouveau apparaît : le tremblement de terre. Nous sommes ici au début du roman, Durmart s'enfonce pour la première fois en forêt ; cette vision qui n'importe nullement à l'intrigue ne fait qu'en annoncer, qu'en préfigurer une autre, dès lors attendue et destinée à jouer un rôle décisif.

2.- Vv. 15541-15639

  • 11 Motif courant notamment dans la littérature des lais, cf. Guigemar, Guigamor, etc.

34La prédiction se réalisera vers la fin du récit. Durmart, devenu roi d'Irlande, chasse jusqu'au soir avec ses chevaliers. La nuit venue, il s'égare. L'isolement du chasseur en forêt le prédispose, comme on sait, aux aventures merveilleuses11. C'est alors qu'il aperçoit une grande clarté ; il se dirige vers l'endroit d'où elle provient et voit sur un grand arbre briller d'innombrables chandelles ; les unes jettent une simple lueur bleuâtre ou rougeâtre, d'autres par contre brûlent d'une flamme vive dressée vers le ciel qu'elles illuminent :

Lor voit sor un grant arbre en haut
tant de chandelles attachies,
si espessement arengies
que nus ne les seüst conter,
et les plusors ardent si cler
que li Galois s'en esmervelle.
Noire flanbe inde et vermelle
les plusors chandoilles jetoient
et molt obscurement ardoient,
et les autres qui cleres sont
getent la flanbe contremont
droit vers le ciel si clerement
que li airs en luist et resplent. (vv. 15560-72)

35Au-dessus de ces chandelles lui apparaît un enfant d'une grande beauté qui semble blessé aux pieds, aux mains et au côté droit qui saigne encore :

Desore les chandoilles droit
voit un enfançon aparoir
que si beas li senble a veoir
c'ains mais bealtré ne regarda
si volentiers com celi la.
Et de l'enfant il a senblé
qu'il le voit en V liez navré
et es II mains et es II piés ;
et devers destre, ce sachiés,
li senbloit el costé ferus
si que li sans en coroit jus. (vv. 15574-84)

36Tandis qu'il le contemple, Durmart croit voir l'enfançon tourner les chandelles claires à droite et les autres à gauche, puis s'évanouir en même temps que les chandelles, dont les unes s'élancent vers le ciel, dont les autres tombent à terre en répandant une épaisse fumée :

Et se li senble en l'esgarder
que il voit l'enfançon torner
les cleres chandelles a destre
et les autres devers senestre ;
et lués aprés s'envanui
li enfançons et tot aussi
s'envanuirent les chandoilles ;
ausi comme cleres estoiles
les unes contremont lancierent,
et les autres jus trebuchierent,
si giterent molt grant fumee. (vv. 15584-95)

37Cette fois, plus de tremblement de terre, mais un tel vacarme que la forêt tout entière semble s'écrouler. Durmart se signe. Alors retentit la "voix" qui lui impose le pèlerinage majeur de Rome : seul l'apostoile pourra lui révéler la signification de sa vision. En attendant, qu'il médite sur le Jugement dernier et serve fidèlement le Seigneur.

38Durmart, on s'en doute, obéit, part pour Rome en compagnie de ses parents et de sa femme, la bele roïne. Ils trouvent la cité assiégée par quatre rois païens. Durmart et le roi Josefen, son père, débloquent la ville, où ils entrent triomphalement pour être reçus par le pape, qui dégagera la senefiance de la vision de l'arbre (vv. 15813-15865).

39Cette vision diffère de la première : il y a deux séries de chandelles, donnant deux sortes de lumière : l'une resplendit, l'autre n'est qu'une obscure clarté. L'enfançon, au sommet de l'arbre, domine les chandelles, mais ne rayonne plus par lui-même. Il présente les stigmates ; il ne parle pas plus que la fois précédente, mais accomplit un geste symbolique en triant les chandelles, tournant les unes, les claires, vers sa droite, les autres vers sa gauche. Les premières montent vers le ciel sans s'éteindre, étoiles parmi les étoiles, les autres s'éteignent au sol en fumant. La "voix" enfin évoque le Jugement dernier.

40Le tremblement qui concluait la première vision a fait place à un vacarme assourdissant, situé ici avant même l'intervention de la "voix" ; le chiasme de la construction témoignant d'un souci de variété dans le traitement de deux motifs parallèles.

41Alors que dans le Didot-Perceval il y a disparition de l'arbre, il n'est ici question que de la disparition du spectacle dont l'arbre est le théâtre. Ce grant arbre de la forêt (v. 15560) sert de support à la vision merveilleuse qui s'y installe. Car c'est bien d'une vision subjective qu'il s'agit, non d'une réalité, comme en témoigne la répétition du verbe senbler dans la description des stigmates et des gestes de l'enfant (vv. 15579-88).

42Cette seconde vision, plus riche, plus détaillée, plus explicite aussi que la première sera longuement glosée par l'apostoile lui-même (vv. 15817-65) : l'arbre senefie le monde ; les chandelles, les hommes. Les flammes claires, les âmes éclairées par l'Esprit Saint ; les flammes fuligineuses, les orgueilleux et les luxurieux. L'enfançon représente le Christ du Jugement dernier séparant les élus qui montent au ciel des damnés qui dedens infer charont (v. 15858). Quant au fracas entendu, il annonce la grande colère divine de la fin du monde (vv. 15859-62). L'enseignement à en tirer est que Durmart doit mettre en pratique les commandements de Dieu afin de prendre place parmi les élus.

43Si la première vision ne faisait qu'annoncer la seconde, celle-ci a pour effet de diriger le héros vers Rome où l'attendent un exploit glorifiant et une leçon décisive ; mais, à vrai dire, bien tardive pour l'ancien adultère depuis longtemps devenu un excellent roi, un chevalier chrétien sorti vainqueur de l'épreuve du siège périlleux. L'avertissement ne changera plus rien désormais à son style de vie, il ne fait que le conforter dans sa conversion.

  • 12 Rien n'indique par contre, comme le fait remarquer J. Gildea (Op. cit., II, p. 63) que l'auteur ai (...)

44Tout se passe comme si l'auteur de Durmart combinait les deux images de Wauchier en une version définitivement christianisée. Mais rien ne permet d'en tirer des déductions rétrospectives concernant Wauchier ou le Didot-Perceval. Les deux visions de Durmart, il faut bien le dire, se présentent comme des amplifications quelque peu arbitraires. La seconde dépêche bien le héros vers le pape et fera de lui le libérateur de Rome, mais quel rapport avec le Jugement dernier qu'elle symbolise ? L'image de l'arbre, dégagée de la quête du Graal, se déploie dans le Durmart en vision eschatologique. La vision est traitée comme un motif merveilleux, qui a fasciné le poète, et qu'il introduit en morceau de bravoure dans un récit de source arthurienne qui puise son bien un peu partout, mais surtout dans la Seconde Continuation. Peut-être aussi connaît-il le Didot-Perceval dont proviendrait le motif de la "voix" postérieurement à la vision12.

  • 13 Queste del Saint Graal, éd. A. Pauphilet, p. 269 ; Perlesvaus, éd. W.A. Nitze, I, pp. 35-6 et VI, (...)
  • 14 Voir Perlesvaus, vol. II, n. 290, p. 215 et A. Pauphilet, Etude pp. 99-100, sur le Dialogus de mir (...)

45Mais l'enfant de la vision de Durmart ne grimpe ni ne joue ni ne parle : il rayonne au sommet de l'arbre, figure synthétique de l'Enfant-Dieu et du Crucifié, réunissant les deux mystères de l'incarnation et de la rédemption, et dont on trouve l'ébauche ailleurs. Ainsi dans la Queste del Saint Graal, à l'élévation de la messe merveilleuse dite par Josephé, entre dans l'hostie consacrée une figure d'enfant qui lui donne forme humaine. De même, on peut invoquer, dans le Perlesvaus, les scènes eucharistiques de la messe du saint ermite et du service du Graal13. Ces images, comme on sait, prennent vraisemblablement leur source dans des récits comme celui du Miracle de saint Grégoire répandus par les prédicateurs comme preuve de la présence réelle14. L'assimilation de l'enfant de l'arbre à l'Enfant-Dieu dans une version christianisée n'offre donc rien de surprenant en cette première moitié du xiiie siècle. Mais, encore une fois, on ne saurait rien en déduire en ce qui concerne la vision initiale : ni l'enfant gouailleur à la pomme de Wauchier, ni les garçonnets folâtres du Didot-Perceval ne sauraient représenter des figures christiques, et il en s'ensuit nullement que l'arbre merveilleux soit, à l'origine, comme le voulait E. Simmons Greenhill, celui de la croix.

Iconographie

  • 15 Pour l'étude de l'arbre de vie à travers les civilisations, voir Hendrik Bergema, De Boom des Leve (...)

46Le symbolisme naturel de l'arbre est si universellement répandu qu'il rend difficile tout essai d'identification. Point n'est besoin cependant de recourir au frêne Yggdrasil, au Hom des Iraniens où à l'orme cosmique, peuplé de songes, que Virgile dresse au seuil des enfers15. Les représentations connues de nos auteurs sont médiévales, essayons de voir quelles images ils avaient sous les yeux et quel symbolisme l'époque leur conférait.

47Dans son étude sur "l'enfant dans l'arbre", Eleanor Simmons Greenhill, qui suit la tradition de l'arbre de la croix depuis les premiers Pères jusqu'au xiiie siècle, conclut au symbolisme cosmique de la vision chez Wauchier et accorde en cela une importance décisive à Honorius d'Autun : "Honorius, écrit-elle, is evidence that in the twelfth century the tradition of the apple-bearing tree of the cross was still known, and that the poma were an accessory to the upward climb of the soul in die ascensionis.That tradition, translated into terms of a tree of virtue whose branches afford an ascent to heaven, led us again to Honorius and to Hildegard of Bingen, who has provided us - in the realm of the allegorical and visionary - with one of the most striking parallels to the Grail episode that we have yet found" (p. 370). Honorius d'Autun s'inscrivant, ainsi qu'elle l'a montré, dans la lointaine tradition du De Pascha de saint Cyprien qui chantait les fruits du salut et le chemin du ciel en recourant à l'image de l'arbre :

Hinc iter ad ramos et dulcia poma salutis,
Inde iter ad caelum per ramos arboris altae (Ibid., p. 340)

48Le texte d'Honorius est un sermon pour le Dimanche de la Quinquagésime ; l'arbre y est conçu comme une échelle des vertus : haec scala arbori comparatur quae secus decursus aquarum transplantatur ... Rami qui undique inde prodeunt sunt diversae virtutes quae de karitate procedunt... Hujus arboris poma sunt opera bona (Ibid., p. 365).

49En ce qui concerne Hildegarde de Bingen, l'auteur s'appuie sur une miniature du traité Scivias (1151) où la columna Humanitatis Dei du nouveau temple décrit dans Ezechiel est représentée comme une échelle des vertus. Or sur l'un de ses degrés, tout en bas, figure la personnification de l'innocence sous les traits d'un petit enfant. Mais il y a loin, reconnaissons-le, de l'enfant Innocentia dans le giron de Castitas, au pied d'une colonne, aux petits grimpeurs de nos arbres. La représentation particulière de l'enfant grimpant dans l'arbre est, en fait, totalement étrangère aux textes et aux miniatures qu'E. Simmons Greenhill a pris pour objet de ses recherches.

  • 16 Voir Gérard de Champeaux et dom Sébastien Sterckx O.S.B., Introduction au monde des symboles, 3e é (...)

50Peut-être convient-il donc de regarder ailleurs. Il se trouve que le grimpeur de l'arbre apparaît plus d'une fois dans l'art roman16.

51Il en est ainsi, par exemple, sur un portail caractéristique de l'église d'Andlau, entièrement consacré au thème de l'arbre : après avoir représenté le paradis terrestre avec Adam et Eve près de l'arbre de la connaissance planté au centre de l'Eden, le sculpteur élabore une théologie du salut fondée sur l'opposition entre deux arbres. Or l'un des deux, saccagé, qui évoque les conséquences du péché originel, est escaladé par un petit personnage nu : "C'est l'état de l'homme déchu qui grimpe avec peine le long de l'arbre cosmique dont la cime touche les cieux et en haut duquel saint Pierre lui ouvrira la porte de la cité céleste, le nouveau paradis" (Monde des symboles, p. 323).

52Un autre exemple se trouve à la voûte de Saint-Savin. Ici, à l'arrière plan de la scène où Dieu promet à Abraham une innombrable postérité, se distingue un arbre sur lequel grimpe un enfant, comme pour évoquer l'idée de croissance à la fois numérique et spirituelle de la descendance du patriarche, qui englobera la chrétienté.

53Sur un chapiteau de l'église de Souvigny, un personnage grimpe à un arbre ; au centre de la composition, ce même petit personnage, arrivé au sommet, étend les bras, encadré par les branches de la cime, image symbolisant l'ascension spirituelle du chrétien, l'accès à un degré supérieur (Ibid., p. 332).

  • 17 Sur le commentaire de l'Apocalypse, par Beatus, abbé de Liebana, ses manuscrits et son influence s (...)

54Dans le même ordre d'idées, une illustration du verset Justus ut palma florebit dans le Beatus (ms. de Paris) nous le montre grimpant avec sa serpe le long d'un palmier qui envahit le ciel étoilé et dont il va recueillir les fruits (Ibid., p. 331)17. l'escalade de l'arbre apparaît comme une variante du motif de l'homme ascensionnel, dont l'inverse est celui de l'homme culbuté (Ibid., p. 363). nous avons relevé ces deux mouvements dans la vision de Durmart qui oppose deux sortes de chandelles.

55Des représentations de ce type constituent vraisemblablement la source où a puisé l'imagination de nos auteurs, le petit personnage dans l'arbre étant facilement conçu comme un enfant, ce qu'il est d'ailleurs sur la fresque de Saint-Savin. Cette représentation était déjà chargée d'une signification relative au progrès spirituel : "Cette voie ascendante est pour les commençants comparable à un arbre, écrit Aelred de Rielvaux, ainsi Zachée monte sur un sycomore" (IIIe sermon pour la Toussaint, cité par M.-M. Davy, Op. cit., p. 85).

  • 18 Il s'agit toujours dans nos textes d'un interprète désigné par son haut degré de spiritualité : le (...)

56On comprend que l'image nécessite l'intervention d'un interprète18 : elle provient de l'art sacré. Et nous remarquerons que l'interprétation donnée par le Roi Pêcheur chez Wauchier est d'emblée relative à la vie spirituelle : le spectacle du grimpeur à la pomme est une invitation à la nécessaire ascension intérieure qui fait fructifier les vertus. Elle est parfaitement conforme à l'emploi du motif dans l'iconographie. Il en est de même de l'interprétation eschatologique de l'apostoile qui engage Durmart à monter religieusement en prix.

57Dans ce dernier roman, le passage de l'enfançon au Christ peut s'expliquer par la superposition de deux motifs : celui du grimpeur dans l'Arbre de vie et celui du Christ trônant en son sommet, tel qu'il apparaît dans l'art médiéval et notamment - magnifique exemple - sur la façade de la cathédrale d'Angoulême. Pensons encore à la représentation de l'arbre de Jessé sur une fresque de la cathédrale de Pampelune qui, au-dessus de la Vierge à l'enfant installée dans ses branches, se termine par la croix où meurt le Crucifié (Monde des symboles, p. 371).

58Ces symboles de la peinture et de la sculpture trouvent dans nos textes leur écho littéraire ; ils y représentent des visions, cela à double titre : vision du héros de l'aventure - qu'il soit Perceval ou Durmart -, mais aussi et d'abord vision du romancier qui a levé les yeux vers les fresques, les tympans et les chapiteaux dont il lisait le symbolisme, que l'on retrouverait somme toute fidèlement rendu dans ses fictions.

  • 19 Voir supra, n. 6 et 10.

59Fait exception l'arbre illuminé dont on ne trouve, semble-t-il, aucun exemple sacré. Force est de nous en remettre à l'explication fournie chez Manessier par le Roi Pêcheur : arbre faé aux lumières trompeuses pour les mauvais chrétiens, piège dans la quête du Graal et épreuve révélatrice. Interprétation féerique, comme l'ont reconnu Panzer et Loomis, d'un phénomène naturel attesté en pays breton19, il est fondamentalement différent de l'arbre au petit grimpeur ; encore une fois la vision de Durmart avec son amplification eschatologique, loin d'orienter vers une signification primitive, résulte d'une synthèse très élaborée de ces deux arbres merveilleux.

  • 20 PRIS-MA, V, 1, 1989, pp. 81-93.

60L'un appartient donc au folklore, l'autre à l'iconographie chrétienne, mais seule importe la poésie de l'image : l'insolite ou la resplendissante beauté de la vision surgie devant le voyageur parmi la grant forest oscure20.

Notes

1 The Continuations of the Old French Perceval of Chretien de Troyes, vol. IV, The Second Continuation, ed. by W. Roach, Philadelphia, The American Philosophical Society, 1971 ; vol. V, The Third Continuation, 1983. The Didot-Perceval, According to the Manuscrits of Modena and Paris, ed. by W. Roach, University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 1941. Durmart le Galois, roman arthurien du xiiie siècle, éd. par J. Gildea, O.S.A., Villanova Press, Pennsylvania, 2 vol. 1965-1966.

2 Rose Jeffries Peebles, "The Children in the Tree", Medieval Studies G. Schoepperle-Loomis, 1927, pp. 285-99 ; Ernst Brugger, The Illuminated Tree in two Arthurian Romances, New York, Publications of the Institute of French Studies, 1929 ; Eleanor Simmons Greenhill, "The Child in the Tree. A Study of the Cosmological Tree in Christian Tradition", Traditio, X, 1954, pp. 323-72.

3 E. Brugger discerne dans l'enfant quelques traits d'Aubéron (la richesse de son costume, sa gouaille), mais il a surtout opéré un rapprochement avec la vision de Seth dans la Légende de l'arbre de la croix. Dans cet apocryphe, Seth envoyé par Adam à la recherche de l'huile de miséricorde dans le jardin d'Eden y aperçoit arborem ... usque ad celos elevatam et in summitate arboris quasi parvulum jam natum et pannis involutum vagientem intuitus est... puer filius Dei est (W. Meyer, "Die Geschichte des Kreuzholzes vor Christus", Abhandlungen der Philos. -Philol. Kl. d. bayer. Akad. d. Wiss., Bd. 16, 1882, p. 136). Cependant E. Brugger, contrairement aux allégations de E. Simmons Greenhill, ne s'est jamais prononcé définitivement sur la question ; il n'a proposé que des hypothèses. L'apocryphe a également été invoqué pour le Didot-Perceval (voir l'édition, p. 74, n. 1). Pour Jessie Weston, la pomme que tient l'enfant le désignerait comme le Christ ("The Apple Mystery in Arthurian Romance", Bulletin of the John Rylands Library, 9, n° 2, July 1925) ; mais nous verons que l'iconographie lui attribue une signification différente.

4 V. 32451, leçon des mss LTV.

5 M.-M. Davy définit le symbole médiéval comme une hiérophanie. Il est essentiellement révélation, et devant lui l'homme éprouve une expérience. L'image est enseignement, car l'âme se dirige du visible vers l'invisible. "Le symbole, écrit-elle, par son caractère sacral échappe aux limites du monde profane. Il indique toujours une sorte de relais sur la voie reliant le visible à l'invisible. Par là-même il est irruption dans notre monde de quelque chose qui n'appartient pas à ce monde" (Initiation à la symbolique romane, xiie siècle, Paris, Flammarion, nouvelle édition, 1964, p. 102).

6 E. Brugger (Op. cit., pp. 69-72) y a vu un élément d'origine celtique également présent dans certains contes irlandais. Rose Jeffries Peebles, pour qui il s'agit d'un arbre de vie, lui assigne une origine folklorique et le rapproche du sorbier illuminé de Mödhrufell dans une légende médiévale islandaise (Loc. cit., p. 292). R.S. Loomis admet comme définitive l'explication par les feux de saint Elme proposée par F. Panzer (Sitzungsberichte d. heidelberger Akad. d. Wissenschaften, Ph.-Hist. Kl, 1940, pp. 29-30). Il s'agirait d'un phénomène naturel visible dans les forêts bretonnes et dont les descriptions sont très proches de celles de nos romans. L'épisode trouverait en fin de compte sa source "in the fantasies of the mediaeval Bretons" ("Breton Folklore and Arthurian Romance", Comparative Literature, II, 1950, pp. 298-9 et Annales de Bretagne, 56, pp. 215-16).

7 E. Simmons Greenhill (Ibid., p. 370) voit dans la disparition simultanée de l'arbre et de la croix une preuve que l'arbre aux enfants est assimilable à celui de la croix ; mais le roman les associe au carrefour également à des endroits non significatifs (cf. ms. de Paris, p. 152).

8 Voir W. Roach, Didot-Perceval, éd. cit., "Composition and Sources", pp. 15-130.

9 Voir supra, n. 3. Selon W. Meyer, la légende apparaît au xiie siècle et se divulgue très vite, cependant la vision de Seth elle-même ne s'y serait intégrée que vers la fin du xiiie siècle, mais voir la discussion de ce point de vue par A. Pauphilet qui reproche à W. Meyer d'avoir découpé arbitrairement la légende pour la commodité de sa classification (Etude sur la Queste del Saint Graal, Paris, Champion, 1921, p. 145, n. 2). E. Simmons Greenhill, s'appuyant sur les conclusions de W. Meyer, rejette toute influence de la vision de Seth à laquelle le roman serait antérieur de quelque soixante ans. L'arbre aux enfants serait un arbre de la croix de signification cosmologique : "The Tree of the cross is cosmological, not paradisial" (Ibid., p. 371).

10 Il y a une remarquable concordance entre ce récit et les descriptions que nous avons du phénomène des feux de saint Elme dans les arbres. Voir J. Mahé, Essais sur les Antiquités du Morbihan, Vannes, 1825, p. 426 : "Tantôt les arbres tout en feu au milieu de la nuit paraissaient former un vaste incendie, et à cet éclat fantastique succédait une obscurité profonde qui faisait frissonner", et D. Miorcec de Kerdanet, édition des Vies de saints de la Bretagne Armorique par Fr. Albert le Grand, Brest, 1837, Vie de saint Salomon, p. 360 : "De ces solitudes impénétrables, la nuit fuyait et, sans se consumer, les arbres devenaient autant de flambeaux ... mais bientôt tout s'éteignait et une obscurité plus terrible encore ressaisissait la forêt mystérieuse". Voir aussi F. Bellamy, La Forêt de Bréchéliant, Rennes, 1896, pp. 47-8. On trouvera ces citations rapportées chez R.S. Loomis, "Breton Folklore pp. 298-9).

11 Motif courant notamment dans la littérature des lais, cf. Guigemar, Guigamor, etc.

12 Rien n'indique par contre, comme le fait remarquer J. Gildea (Op. cit., II, p. 63) que l'auteur ait connu Manessier. l'ensemble selon lui proviendrait de Wauchier.

13 Queste del Saint Graal, éd. A. Pauphilet, p. 269 ; Perlesvaus, éd. W.A. Nitze, I, pp. 35-6 et VI, p. 119.

14 Voir Perlesvaus, vol. II, n. 290, p. 215 et A. Pauphilet, Etude pp. 99-100, sur le Dialogus de miraculis de Césaire de Heisterbach (1220).

15 Pour l'étude de l'arbre de vie à travers les civilisations, voir Hendrik Bergema, De Boom des Levens in Schrift en Historie, Hilversum, 1938.

16 Voir Gérard de Champeaux et dom Sébastien Sterckx O.S.B., Introduction au monde des symboles, 3e édition, Zodiaque, 1980. Nous nous référons en particulier au chapitre sur l'arbre dans l'art roman, pp. 306-71. Pour l'arbre de la croix, voir l'ouvrage fondamental de Romuald Bauerreis O.S.B., Arbor Vitae : Der Lebensbaum und seine Verwendung in Liturgie, Kunst und Brauchtum des Abendlandes, Munich, 1938.

17 Sur le commentaire de l'Apocalypse, par Beatus, abbé de Liebana, ses manuscrits et son influence sur l'art roman, voir E. Mâle, l'Art religieux du xiie siècle en France, Paris, s. d., pp. 4-17.

18 Il s'agit toujours dans nos textes d'un interprète désigné par son haut degré de spiritualité : le Roi Pêcheur ou l'apostoile. On remarquera que dans le Didot-Perceval Merlin donne une indication au héros mais ne lui explique aucunement sa vision, non plus que la pucelle messagère chez Wauchier.

19 Voir supra, n. 6 et 10.

20 PRIS-MA, V, 1, 1989, pp. 81-93.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter