Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image, structure et sens

 | 
Antoinette Saly

Perceval-Perlesvaus. La figure de Perceval dans le Haut Livre du Graal

Texte intégral

  • 1 Le Haut Livre du Graal, Perlesvaus, ed. by William A. Nitze and T. Atkinson Jenkins, The Universit (...)
  • 2 Par le non conuist an l'ome, Conte du Graal, v. 560. Sur la symbolique du nom, voir J. Ribard, Le (...)

1Le héros du Conte du Graal et celui du Haut Livre du Graal sont un seul et même personnage1. C'est le Perceval de Chrétien de Troyes, le "fils à la veuve dame de la gaste forest", qui dans le Haut Livre devient Perlesvaus. Si pour un romancier médiéval, le nom, c'est l'homme2, le changement de nom est significatif : Perlesvaus est porteur d'une destinée autre que celle de Perceval.

  • 3 En dépit des titres courants de l'édition : Perceval's sister ... the sister again ... II apparaît (...)

2Au début du récit, la mystérieuse Demoiselle à la Mule révèle au roi Arthur le nom du héros et lui en dévoile la signification3 :

"Qant il fu nez, lui dit-elle, on demanda son pere comment il avroit non en droit bautesme, e il dist qu'il voloit q'il eüst non Pellesvax, car li Sires des Marés li toloit la greigneur partie des Vax de Kamaalot, si voloit qu'il en sovenist son fil par cest non, se Dex le monteplioit tant qu'il fust chevaliers" (p. 42).

3Ce nom, choisi pour évoquer la ruine de son lignage, lui en impose donc la réparation. Il s'entendra lui-même préciser par sa mère la mission attachée à son nom :

"Beaus filz, vos avez non Perlesvaus por ce que ançois que vos fussoiz nez comença hom vostre pere a tolir les Vaus de Kamaalot, car il estoit anciens chevaliers, et tuit si frere estoient mort. Et por ce vos mist il cest non en baptesme, que il vous remembrast de son domage et del vostre, et que vous l'aidisiez a rescorre, se vos en aviez pouoier" (p. 231).

4La situation, dès le départ, est diamétralement opposée à celle de Perceval, ignorant de son nom, volontairement tenu par une mère veuve à l'écart d'une chevalerie qu'elle rend responsable de ses malheurs.

5Le héros du Haut Livre sera moins un quêteur du Graal qu'un vengeur des torts causés à son lignage, y compris dans sa reconquête du Graal.

6Quel lignage ! Il est vrai. Sa mère, appelée ici Iglaïs, est la nièce de Joseph d'Arimathie, gardien de la lance de Longin et du saint vaissel du Graal par lui transmis au Roi Pêcheur ; son père, Julain le Gros, fils de Gai le Gros de la Croix des Ermites, appartient au lignage de Nicodème. Si les onze frères de son père sont tous tombés en combat chevaleresque pour la cause du Christ, ses trois oncles maternels lui restent : le Roi Pêcheur, le Roi Ermite Pellès et le redoutable Roi del Chastel Mortel en qui ot autretant de mal com il ot en cez .II. de bien, o il en ot molt (p. 24).

  • 4 Nous sommes dans le système celtique du lignage matrilinéaire. Perlesvaus, petit-neveu de Joseph d (...)

7Le rappel de ce lignage consacré - à cette exception près - au service de Dieu sera un des leitmotive du roman4. Le roman de Perlesvaus est une histoire de famille, et la mission de Perlesvaus est double : reprendre les fiefs enlevés à ses parents par le Seigneur des Marés, reprendre le Château du Graal tombé entre les mains du mauvais oncle et tirer vengeance des agresseurs. Ce à quoi s'ajoute subsidiairement la vengeance de ses cousins Alain d'Escavalon et Calobrus, de sa sœur Dandrane, de son oncle le Roi Ermite Pellès, ainsi que de quelques autres dont nous parlerons plus loin.

  • 5 Se rattachent à la tradition de Robert de Boron (Roman de l'Estoire dou Graal, éd. W. A. Nitze, CF (...)

8On voit comment en combinant les données de Chrétien de Troyes sur la famille de Perceval et celles de Robert de Boron, qu'il adopte d'ailleurs non sans quelques modifications5, notre auteur va substituer à une quête du Graal l'histoire d'une reconquête et d'une vengeance. Le héros devient le vengeur d'un lignage dépossédé d'un Graal entièrement christianisé.

  • 6 Voir, par exemple, Haut Livre, pp. 343 et 348.

9Son nom, évocateur de perte et de décadence, implique aussi une responsabilité personnelle : il est celui qui perd les Vaux de Kamaalot. Rejeton d'un illustre lignage, il évolue dans un monde menacé où, par sa faute, règne le malheur. Mais Perlesvaus est à la fois celui par qui le malheur arrive et celui qui est appelé à le réparer, de même que ces lances ou ces épées seules propres à guérir les blessures qu'elles ont faites6. L'auteur nous prévient dès l'ouverture du roman, avant même de nous donner la généalogie de son personnage :

Par molt poi de parole qu'il delaia a dire, avindrent si granz meschaances a la Grant Breteingne que totes les illes e totes les terres en chaïrent en grant doleur ; mes puis les remist il en joie par la valor de sa buenne chevalerie (pp. 23-24).

10C'est que Perlesvaus, comme Perceval, a commis une faute : il n'a pas posé, à la vue du Graal, la question qu'il devait poser. Mais, alors que, chez Chrétien, la faute de Perceval est de ne pas avoir guéri par ce moyen le Roi Pêcheur déjà mehaignié, Perlesvaus - le texte est formel est responsable de la langueur du roi et de ses désastreuses conséquences. C'est lui, pour ainsi dire, qui porte le coup félon. Or ici, comme chez Chrétien, mais plus directement encore, l'infirmité du Roi Pêcheur entraîne la ruine du royaume de Logres dont la prospérité dépend de l'Autre Monde. Dans aucun texte, le rapport n'est plus étroitement établi entre l'état du Roi Pêcheur et celui du monde arthurien. Tout se passe comme si la langueur du Roi Pêcheur contaminait le roi Arthur, atteignant la fonction royale elle-même pour en paralyser l'exercice. Le pays de Logres devient un monde souffrant : gaste terre où les chevaliers s'entretuent, où les vieux lignages sont dépossédés, où la royauté bafouée voit son prestige s'écrouler, car la carence du roi Arthur gagne bientôt les autres rois, dont il était le miroir et le modèle. Le roman s'ouvre sur la vision d'une cour arthurienne désertée par les chevaliers de la Table Ronde qui n'y trouvent plus ni largesses ni aventures, au désespoir de la reine, profondément affectée de cette déchéance.

  • 7 Sur la conception celtique de la royauté, voir Françoise Le Roux, "Aperçu sur le roi dans la socié (...)

11Le mal du roi Arthur se traduit, en effet, par l'impuissance à dispenser ses largesses, et cette volentez delaianz mine le principe même de la royauté, pivot, en domaine celtique, d'un système de prestations et de contreprestations dont le déséquilibre engendre toutes sortes de calamités. Ce n'est pas le faste mondain de la cour qui est en jeu dans le roman, mais le fondement d'une coutume essentielle à la vie du royaume7. Aussi la transgression de la pratique est-elle ici tenue pour une faute morale : la manquement à un devoir d'état. Le roi Arthur est pécheur, et c'est le pardon de son péché en même temps que la force de guérir que, sur le conseil de la reine, il va implorer à la chapelle Saint Augustin. Mais la défaillance royale n'est que le reflet d'une autre défaillance, causée par la faute de Perlesvaus.

12La première accusation contre Perlesvaus est portée par l'ermite qui accueille le roi à la chapelle :

"Une granz doleurs est avenue novelement par un chevalier qui fu herbergiez en l'ostel au riche Roi Pescheeur, si s'aparut a lui li sainz Graaus e la lance de coi la pointe de fer saine, ne ne demanda de coi ce servoit ; por ce qu'il ne le demanda, sont totes les terres de guerre escommeües, ne chevaliers n'encontre autre en forest q'il ne qeure sus e ocie s'il puet" (p. 38).

13Et il ajoute aussitôt : "E vos meïsmes vos en perceveroiz bien ainz. que vos partez de ceste lande", prédisant ainsi au roi l'attaque du Noir Chevalier qui va le mettre en présence des désordres de son royaume et lui assurer une première victoire sur le mal, gage de la rédemption attendue.

14Cette accusation sera reprise par la Demoiselle du Char. C'est elle qui, apportant à la cour le salut du Roi Pêcheur et la nouvelle de sa maladie, y rattache explicitement le relâchement funeste du roi et l'état du royaume :

"Ceste langeurs li est venue par celui q'il herberja en son ostel, a cui li Sainz Graaus s'aparut : por ce que cil ne volst demander cui on en servoit, totes les terres en furent commeües de guerre ; chevaliers n'encontra onques puis autre en forest ne en lande, o il n'eüst contenz d'armes sanz resnable achoison ; vos meïsmes vos en poez bien estre perceüz, car vos en avez delaié vostre bienfet grant piece, de coi vos avez esté blasmez e tuit li autre baron qui pris ont garde a vos" (p. 50).

15De la conséquence de ce méfait, elle présente elle-même la vivante image : elle est chauve et porte son bras droit en écharpe. Nous apprendrons que, porteuse du Graal lors de la visite de Perlesvaus, elle en servit de cette main, qu'elle ne dégagera qu'à la nouvelle de sa reconquête en même temps que repousseront ses cheveux. Dans le char qu'elle convoie, traîné par trois cerfs blancs, sont entassées cent cinquante têtes de chevaliers scellées d'or, d'argent ou de plomb ; autant de victimes de Perlesvaus, car "cist damages est avenuz, dit-elle, par celui qi ne demanda cui on servoit du Graal" (p. 51).

16Plus tard, à la révélation de Gauvain sur le silence du chevalier venu chez le Roi Pêcheur sans poser de question, peu s'en faut qu'ignorant son identité, sa propre sœur, Dandrane, ne le maudisse (p. 68). Plus loin encore, alors que Gauvain se dirige, lui aussi, comme doit le faire tout bon chevalier vers le château du Roi Pêcheur pour tenter sa chance, l'ermite chez qui il a passé la nuit lui souhaite de mieux réussir que son prédécesseur par cui les terres sont cheües en doleur e li buens Rois Peschierres languist (p. 88). Une fois parvenu au Château du Graal, il entendra encore cette accusation de la bouche même du Roi Pêcheur en qui sa visite a fait naître un espoir :

"Je sui chaüz en langor des icele eure que li chevaliers se herberga ça dedenz donc vos avez oï parler. Par une seule parole q'il delaia a dire m'avint ceste langor, si vos pri por Dieu que il vos en soviege, car vos devriez estre molt joieus se vos m'aviez mis en santé" (p. 117).

17Mais Gauvain, trop absorbé par la contemplation du Graal, omettra à son tour de poser la question salvatrice : il partage désormais la faute de Perlesvaus ; ce qui sera révélé par la suite à Lancelot en route vers le Chastel des Armes (p. 133), puis par le Roi Pêcheur en personne, d'autant plus affligé qu'il apprend alors que le plus coupable des deux visiteurs n'est autre que son neveu Perlesvaus qu'il le charge de retrouver (p. 170). Mais pécheur sans repentir, souillé par l'amour adultère de la reine, Lancelot ne verra pas le Graal, il ne retrouvera pas Perlesvaus à temps, et le Roi Pêcheur mourra de son mal ; une voix mystérieuse en avertit Dandrane à l'Atre Périlleux (p. 225), et Perlesvaus lui-même l'apprendra de sa mère, qui le rend responsable de cette mort :

"Et si vous di, beaus douz filz, que vous avez granz corpes en sa mort ; et si vos di por voir que vos estes li chevaliers par qui il chaï primes en langor ... Et se vous i fussiez aprés r'alez, si eussiez fete la demande que vous ne feïste mie a la premiere foiz, si fust revenuz en sa santé" (p. 230).

18la mère de Perlesvaus fait peser sur lui un double chef d'accusation : avoir provoqué la maladie par son silence lors de son passage au Château du Graal et ne pas y être revenu par la suite.

19Les conséquences de la langueur et de la mort du Roi Pêcheur sont tragiques : d'abord, comme nous l'avons déjà vu, la déchéance du roi Arthur et la désolation du royaume de Logres, mais aussi la prise du Château du Graal par le Roi del Chastel Mortel, ennemi juré de la religion chrétienne, la disparition de ses habitants et de ses saintes reliques qui se trouvent mystérieusement occultées (p. 225).

20Perlesvaus, remarquons-le bien, n'apparaît nulle part ici comme le chevalier prédestiné à guérir le Roi Pêcheur, il n'est pas un quêteur du Graal plus privilégié que Gauvain ou Lancelot, et sa visite se solde, en fait par un échec plus grave que le leur, puisque son silence est la cause première du mal.

  • 8 Il convient de mettre à part La Queste del Saint Graal qui l'a détrôné au profit du nouveau venu G (...)

21Ces données sont propres à notre roman. Nulle part ailleurs dans la littérature du Graal, comme on sait, Perceval n'est l'auteur du mal ; on ne lui en reproche que les conséquences, auxquelles il est censé porter remède en revenant au Château du Graal, retrouvé après mainte aventure, pour guérir enfin le Mehaignié et devenir plus tard à son tour roi du Graal. On voit à quel point la figure de Perlesvaus diffère de toutes celles que l'on nous donne ailleurs de Perceval, que ce soit chez Chrétien, chez Wolfram, dans le Didot-Perceval ou les Continuations8. Alors que, dans ces textes, Perceval se présente comme le guérisseur d'un mal dont sa faute n'a permis que le prolongement néfaste, Perlesvaus va devenir le vengeur du mal qu'il a causé et n'a pu réparer. La quête devient conquête. C'est par les armes et dans le sang que le héros reprendra le Château du Graal à l'oncle indigne auquel il succédera.

  • 9 Sur la mort par immersion dans la cuve, voir Clémence Ramnoux, "La mort sacrificielle du roi", Oga (...)

22Dans la première branche du roman, les révélations de la Demoiselle à la Mule au roi Arthur rencontré sur la lande en combinent d'entrée de jeu les grands thèmes : la détresse d'un royaume et la détresse d'une famille. L'histoire de la perte et de la reconquête des Vaux de Kamaalot va se dérouler parallèlement à celle du Roi Pêcheur et du Château du Graal. Dans les deux cas, c'est dans la vengeance contre l'usurpateur que culminera l'action du héros : le sire des Marés qui a dépouillé de ses fiefs la mère de Perlesvaus mourra dans la cuve, pleine du sang des siens, où Perlesvaus le fera noyer (p. 235)9 ; le Roi del Chastel Mortel sera acculé au suicide dans le Château du Graal reconquis, après avoir vu tuer tous ses chevaliers (p. 267).

  • 10 La faute initiale de Perceval est, comme on sait, toute différente : c'est son départ indigne, qui (...)

23Le parallélisme entre les deux intrigues est d'autant plus frappant que, comme le récit nous le laisse entendre, Perlesvaus porte aussi une part de responsabilité dans la ruine des siens. Un premier meurtre, en effet, celui du Chevalier Vermeil, commis involontairement alors qu'il était encore valet, avant son adoubement, va dresser deux lignages l'un contre l'autre. C'est à la suite de ce meurtre que Perlesvaus quitte sa famille, qu'il laissera sans nouvelles de lui (p. 43). Il y a ici, comme chez Chrétien, une faute initiale du héros, faute encore une fois involontaire, mais aux conséquences désastreuses10 :

"Il me lessa en grant guerre qant il s'en parti, déclare sa mère à Gauvain, por le Chevalier au Vermeil Escu ... or me guerroie li freres au chevalier que il ocist e li Sires des Marés, e me vuelent tolit mon chastel" (p. 67).

  • 11 On sait que chez Chrétien, le Chevalier Vermeil est un ennemi du roi Arthur ; Perceval le tue et s (...)

24Le meurtre du Chevalier Vermeil, à la différence de ce qui se passe dans le récit de Chrétien, se trouve ici intégré à l'histoire de la perte et de la reconquête du patrimoine11, ainsi qu'à diverses aventures ultérieures : quête de Perlesvaus par le fils du Chevalier vermeil, Clamadoz de la Forest des Ombres, reconquête du château de la "Clé de Galles" sur son frère Cahoth le Roux (pp. 139-151).

25Premier exploit de Perlesvaus remis du mal qui l'avait frappé, lui aussi, après sa faute, la reconquête de la "Clé de Galles" marque un nouveau tournant dans sa destinée, elle ouvre l'ère des réparations. Le salut des Vaux de Kamaalot, la libération du Château du Graal, sont dès lors assurés par ce signe précurseur.

  • 12 Le roman prend le héros là où Chrétien l'avait laissé : à l'ermitage de son oncle, au moment où il (...)
  • 13 Cette qualification de Bon Chevalier implique que Perlesvaus incarne au suprême degré les valeurs (...)

26Perlesvaus, il convient de le souligner, n'entre en scène que dans la branche VII, au moment où il sort guéri de l'ermitage du roi Pellès, son oncle12. Jusqu'à ce moment-là pourtant le roman n'a fait que parler de lui : on le condamne, mais aussi, paradoxalement, on le recherche ou on l'attend comme le Bon Chevalier dont ce monde souffrant espère le salut13, comme le libérateur et le vengeur prédestiné, ici l'un ne va pas sans l'autre. A ce titre, deux sortes d'ordalies le désignent : à Kamaalot, il est le seul à pouvoir ouvrir le sarcophage de l'inconnu (p. 228), et la même épreuve, réussie devant le sarchou de Joseph au Château du Graal, le désignera comme le futur vainqueur du mauvais roi (p. 263) ; à la cour d'Arthur, il est le seul à pouvoir détacher de la colonne l'écu de Joseph d'Arimathie que la Demoiselle du Char est venue y suspendre à son intention (p. 49). Il se voit désigner dès lors comme cil qui doit porter l'escu bandé d'argent et d'azur a la croiz vermelle (p. 145). Les prisonniers du Noir Ermite soupirent après sa venue (p. 54), ainsi que la Reine au Cercle d'Or qui attend d'être délivrée par lui du Chevalier au Dragon Ardent, puis convertie (p. 253) ; il est celui qui doit à la fois conquerre et le Cercle d'Or et le Graal et la fause loi du chastel (p. 248) ; et c'est à ce titre qu'il est seul à pouvoir pénétrer dans le Château Tournoyant où des prophéties l'avaient annoncé (p. 249).

  • 14 L'épisode, comme la majeure partie de la branche XI, est construit sur des motifs propres aux réci (...)

27L'épisode le plus significatif à cet égard est celui du Chastel des Jalies (le Château des Galères). Ce château du royaume de Galles qui soet desor la mer sor une haute roche (p. 176) appartient à la Reine des Pucelles. C'est un château des Pucelles comme il y en a tant dans la littérature arthurienne, et sa situation sur la mer évoque incontestablement quelque Terre des Fées, quelque Ile des Femmes de l'épopée irlandaise14. Mais le thème est ici traité de manière originale : Perlesvaus repousse les avances de la Reine, il sera son défenseur et non son amant. A son entrée dans le château, il découvre des chevaliers et des pucelles assis sur les marches de l'escalier qui mène à la salle. Nul ne bouge, nul ne le salue. A l'appel du cor d'ivoire annonçant que le visiteur est le libérateur attendu, ils se lèvent avec des transports de joie. Leur pénitence est achevée : "Vez ci, leur dit la Reine, le chevalier par cui voz avez eu l'ennui et le travail, et par qui vos en estes osté" (p. 77). Liés par une sorte de geis, ils se tenaient ainsi sur les degrés depuis la faute de Perlesvaus en attendant sa venue :

"Sire, fet la roïne, mi chevalier et mes puceles ont esté desor les degrez a l'entrer de la sale puis icele eure que vos fustes en l'ostel le Roi Pescheor, la ou vos oubliastes a demander de coi li Graax servoit, ne onques puis n'orent autre meson por boivre ne por mangier, ne onques puis n'orent talent de mener joie. Non feïssent il jamés se vos ne fussiez ci venuz. Si ne vos devez mie mervellier, ajoute-t-elle, s'il demoinent joie par vostre venue, que vos nos arez grant mestier en cest chastel, que .I. chevalier me gerroie qui est frere le Roi Pescheor, si a non li Rois de Chastel Mortel" (p. 177).

28La mission de Perlesvaus au Chastel des Jalies est donc claire : affronter le Roi del Chastel Mortel, le mauvais oncle. Nous voici de nouveau devant une affaire de famille. Le combat de l'oncle et du neveu se soldera par la défaite du premier : Perlesvaus le chasse de la contrée et pour surveiller la côte, s'installe à sa place sur l'île d'où il menaçait le château. La navigation merveilleuse s'est transformée en police des mers. Cette première victoire de Perlesvaus sur le Roi del Chastel Mortel préfigure la reconquête du Château du Graal. L'épisode apparaît comme une mise en abyme du roman.

29Tout le long du Haut Livre Perlesvaus se voit réclamer comme justicier. C'est à ce titre qu'il est recherché par la Demoiselle à la Litière, soucieuse de faire venger Alain d'Escavalon, victime du Chevalier au Dragon, dont elle transporte le corps embaumé (p. 252) ; c'est à ce titre qu'il est recherché par l'amie d'un autre cousin, le fils de Bru Brandalis, victime du Roux Chevalier, dont elle transporte la tête dans un coffret d'ivoire suspendu au pommeau de sa selle (p. 356). C'est lui qui délivrera Dandrane de son cruel prétendant Aristor, cet émule de Barbe-Bleue, et, jetant sa tête coupée aux pieds de sa sœur, il vengera du même coup son oncle Pellès dont cet Aristor se trouve également le meurtrier (p. 359). Plus tard, découvrant dans ses navigations l'ilôt où est indignement enchaîné son cousin Calobrus, il lui rend la liberté pour mettre à sa place son persécuteur, le roi Gohart (p. 396). Un dernier exploit avant son départ sur la nef mystique sera de venger sur Brudan la mort de Méliot de Logres, l'homme lige de Gauvain (p. 404).

30Le thème de la vengeance familiale triomphe dans ce roman, qui en fait l'apologie, comme en témoigne ce singulier chastoi d'Iglaïs à son fils :

"Beau filz, si gardez bien que la honte ne li domages que l'en m'a fet, por ce que je n'avoie avoué ne garant, ne soit refroidie en vous, car honte qui est fete a home preu et viguereus ne doit mie refroidir en lui, mes toz jors redoier et enasprir ; et si doit toz jors avoir en remenbrance ses ennemis, sanz fere chiere ne senblant dusc'au besoig, car nus preudom ne se doit fere vencheor par senblant mes quamqu'il metroit en senblant et en chiere fere et en manecier doit il metre en fet cant leus en vient ; car nus ne puet trop grever sun ennemi, se l'en nel veut lesier por Deu" (p. 229).

31Voilà des principes bien peu évangéliques ! Perlesvaus cependant ira pour les justifier jusqu'à invoquer fallacieusement les Ecritures, assimilant la vengeance à une justice conforme aux commandements de Dieu :

"Dex conmanda en la Viez Loi et en la Nouvele que l'en feïst justice des omicides et des traïtors, et je la feré de vos, déclare-t-il au Sire des Marés avant de le supplicier, ja ses conmandemenz ne iert trespassez" (p. 234).

32Un autre trait qui distingue Perlesvaus de Perceval est qu'il se présente comme un héros convertisseur. Il ne se contente pas de réparer et de venger, il libère des populations de l'empire du Malin et de l'Ancienne Loi, la plupart du temps confondue avec la paganisme. Ainsi est-il salué par les habitants du Château Tournoyant comme cil par cui il ierent sauvé en .II. manieres : sauvé des vies, et sauvé des ames (p. 249). Sa victoire sur le Chevalier au Dragon Ardent est suivie de la conversion de la Reine au Cercle d'Or (p. 254) ; les treize rescapés du Château de la Tour de Cuivre, dont il a chassé le mauvais esprit, se dispersent pour fonder des ermitages (p. 256) ; il convertit la demoiselle du Chastel Enragié, ennemie jurée des Chrétiens, qui prendra au baptême le nom de Célestre (p. 373), et la reïne aveugle Jandrée, qui prendra celui de Salubre (p. 377). Il instaure le culte chrétien au Château de la Diverse Forest après sa victoire en combat singulier sur le Noir Ermite (p. 401) et, surtout, rouvre au culte du Graal la château du Roi Pêcheur (p. 269).

  • 15 Cette interprétation est justifiée en particulier par l'épisode du Château de l'Enquête, où l'on r (...)
  • 16 Ce caractère apparaît également dans la Continuation de Manessier : Perceval venge Goon Désert, le (...)

33Si le motif de la conversion double celui de la vengeance, c'est que dans notre roman le monde désolé du Graal se trouve délibérément confondu avec celui de l'Ancienne Coi, esclave du péché, et que la reconquête du Graal s'associe au triomphe de la Nouvelle Loi assuré par le chevalier prédestiné15. Le Haut Livre se présente comme un mythe de rédemption où se trouveraient amalgamées la lecture littérale et la lecture anagogique de données très anciennes. Perlesvaus est, en somme, le double allégorique de Perceval ; mais, ajoutons-le, d'un Perceval vengeur des siens, très proche en cela de Sir Percyvell et surtout de Peredur, son homologue gallois16.

  • 17 Le mabinogi de Peredur ab Evrawc est une histoire de vendetta. Il conte le voyage du jeune Peredur (...)
  • 18 Jean-Claude Lozachmeur et Shigemi Sasaki, "A propos de deux hypothèses de R.S. Loomis : éléments p (...)

34Cette remarque est de nature à corroborer la conclusion d'une étude récente, selon laquelle à l'origine de la légende du Graal auraient existé deux archétypes : l'un construit sur l'idée de vengeance, comme le Peredur17, l'autre construit sur la quête d'objets mystérieux, peut-être en partie déjà christianisés, issu du premier, mais d'où le thème de la vengeance aurait été éliminé. Les obscurités de cet archétype B, représenté par le roman de Chrétien, seraient la conséquence de ce remaniement18.

35Dans cette perspective, le Haut Livre du Graal semblerait avoir eu connaissance d'un récit de type A, qu'il aurait combiné avec celui de Chrétien et, pour certaines données, avec celui de Robert de Boron. De cet hypothétique archétype A découlerait peut-être aussi le caractère très primitif de quelques éléments du texte touchant notamment la conception de la fonction royale.

  • 19 Tra Li Li, XXIV, 2, 1986, pp. 7-18.

36L'originalité du Haut Livre semble résider dans l'exploitation d'un thème, le thème de la vengeance, inhérent à la légende du Graal, ou du moins à une certaine tradition de cette légende, mais absent chez Chrétien comme chez Robert de Boron, et qui, ici, à l'instar de celui de la quête, vient tardivement se christianiser à son tour19.

Notes

1 Le Haut Livre du Graal, Perlesvaus, ed. by William A. Nitze and T. Atkinson Jenkins, The University of Chicago Press, Chicago, vol. I : Text, Variants and Glossary, 1932 ; vol. II : Commentary and Notes, 1937 ; Les Romans de Chrétien de Troyes éd. d'après la copie de Guiot, V et VII, Le Conte du Graal (Perceval) publié par Félix Lecoy, Paris, Champion, 1975, CFMA 100 et 103.

2 Par le non conuist an l'ome, Conte du Graal, v. 560. Sur la symbolique du nom, voir J. Ribard, Le Moyen Age : Littérature et symbolisme, Paris, Champion/Essais, 1984, pp. 73-90.

3 En dépit des titres courants de l'édition : Perceval's sister ... the sister again ... II apparaît que cette demoiselle est un personnage distinct de la sœur de Perlesvaus, laquelle n'entrera en scène que dans la branche III. Elle appartient à la catégorie de ces demoiselles omniscientes toujours prêtes à renseigner le héros rencontré par hasard et s'identifie sans aucun doute à la demoiselle céphalophore au coffret d'ivoire de la branche X ; voir à ce sujet le Haut Livre du Graal, t. II, p. 213, n. 267.

4 Nous sommes dans le système celtique du lignage matrilinéaire. Perlesvaus, petit-neveu de Joseph d'Arimathie et neveu du Roi Pêcheur par sa mère, est donc leur héritier direct ; c'est à lui que revient l'écu de Joseph et que reviendra de droit le royaume du Graal. Si le lignage maternel est maintes fois rappelé, le lignage de Nicodème, tout aussi prestigieux, ne fait l'objet que d'une seule mention, dans le tableau généalogique de la branche I (p. 24). On comprend mieux, dans ce cadre, l'importance du rôle dévolu à la mère et à la sœur du héros. Si Dandrane, à la fin du roman, décide de n'avoir d'autre époux que Dieu (p. 365), c'est que le lignage doit s'arrêter à Perlesvaus qui en est le glorieux aboutissement, comme le Christ est le sommet de la tige de Jessé. Quand Perlesvaus disparaît sur sa nef, le destin du saintisme lignage est accompli. Cet état de choses, par ailleurs, n'est pas en contradiction avec une certaine réalité féodale, voir G. Duby, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris, Fayard, collection Folio/Histoire, 1986, pp. 95-96.

5 Se rattachent à la tradition de Robert de Boron (Roman de l'Estoire dou Graal, éd. W. A. Nitze, CFMA 57) l'assimilation du Graal au vase où Joseph d'Arimathie aurait recueilli le sang du Crucifié (toutefois sans référence au plat de la Cène, la Paropside) et, à quelques différences près, le lignage de Perlesvaus. Pour les innovations apportées sur ce dernier point, et qu'on ne retrouve nulle part ailleurs, voir Thomas E. Kelly, Le Haut Livre du Graal : Perlesvaus. A Structural Study, Genève, Droz, 1974, p. 54.

6 Voir, par exemple, Haut Livre, pp. 343 et 348.

7 Sur la conception celtique de la royauté, voir Françoise Le Roux, "Aperçu sur le roi dans la société celtique, son nom et sa fonction", Ogam, IV, fasc. 1, 1952, p. 246. Le cas du roi Arthur est comparable à celui de Bres, successeur de Nuada, dans le récit mythique de La Seconde Bataille de Mag Tured, trad. Ch.J. Guyonvarc'h, Textes mythologiques Irlandais I, vol. I, Ogam-Celticum, 11, 2ème éd., 1980, pp. 47-59.

8 Il convient de mettre à part La Queste del Saint Graal qui l'a détrôné au profit du nouveau venu Galaad, fils de Lancelot.

9 Sur la mort par immersion dans la cuve, voir Clémence Ramnoux, "La mort sacrificielle du roi", Ogam, 6, 1954, pp. 209-218.

10 La faute initiale de Perceval est, comme on sait, toute différente : c'est son départ indigne, qui fait mourir sa mère de douleur. Cette faute sera la cause profonde de son échec au Château du Graal. Celle de Perlesvaus n'a pas la même portée ; elle ne fait qu'empirer la situation en donnant à sa mère un ennemi de plus.

11 On sait que chez Chrétien, le Chevalier Vermeil est un ennemi du roi Arthur ; Perceval le tue et s'approprie ses armes. Le Haut Livre modifie le récit de Chrétien et semble s'apparenter à une tradition attestée par le Sir Percyvell moyen anglais où le Chevalier Vermeil est le meurtrier du père du héros. On remarque que, sans aller jusque là, notre auteur associe le personnage à l'histoire de la ruine du lignage.

12 Le roman prend le héros là où Chrétien l'avait laissé : à l'ermitage de son oncle, au moment où il en repart. Nous n'y assistons pas à la visite de Perlesvaus au Château du Graal, et sa retraite est expliquée par la maladie qui l'a terrassé après sa faute. Le Haut Livre se présente en cela comme une continuation du Conte du Graal.

13 Cette qualification de Bon Chevalier implique que Perlesvaus incarne au suprême degré les valeurs de la chevalerie, mais aussi certaines vertus chrétiennes et notamment une chasteté que le roman loue à mainte reprise, faisant de ce rappel, comme de celui du lignage, un leitmotiv du récit : Buens chevaliers fu sans faille, car il fu chastes et virges de son cors, e hardiz de cuer e poissanz, e si ot teches sanz vilenie (p. 23). Ce caractère le rapproche du Galaad de la Queste del Saint Graal.

14 L'épisode, comme la majeure partie de la branche XI, est construit sur des motifs propres aux récits de navigation (imrama) de l'ancienne Irlande. Pour l'influence des Navigations sur la littérature du Graal et notamment sur le Haut Livre, voir J. Marx, Nouvelles Recherches sur la Littérature Arthurienne, Paris, Klincksieck, 1965, pp. 37-39 et 235.

15 Cette interprétation est justifiée en particulier par l'épisode du Château de l'Enquête, où l'on révèle à Gauvain le sens de ses aventures, expliquées allégoriquement comme autant de figures du triomphe de la Nouvelle Loi sur l'Ancienne, Haut Livre, pp. 108-112.

16 Ce caractère apparaît également dans la Continuation de Manessier : Perceval venge Goon Désert, le frère du Roi Pêcheur, tué par Partinal de la Tour Rouge et apporte la tête du meurtrier au roi, qui guérit aussitôt (Potvin, vv. 44619-44625). Nulle part cependant le thème ne prend autant d'ampleur que dans le Haut Livre, où dominent les images de sang, de feu, de mutilation, de nuit, de mort et de dévastation. Ce qu'a mis en lumière une recherche sur les images dans le Haut Livre réalisée par notre séminaire (1984-85) au Centre de Philologie et de Littératures Romanes, dans le cadre du programme Greco 56 E.R.L.I.M.A., en collaboration avec le Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers, cf. A. Saly, "Dépouillement du Perlesvaus", PRIS-MA, Bulletin de Liaison de l'Equipe de Recherche sur la littérature d'imagination du Moyen Age, 1, Poitiers, 1985, pp. 29-31.

17 Le mabinogi de Peredur ab Evrawc est une histoire de vendetta. Il conte le voyage du jeune Peredur chez son oncle au château des Merveilles où il voit défiler un cortège comparable à celui que l'on trouve dans le roman de Chrétien : on y porte aussi une lance sanglante, mais dans le plat creux, le dyscyl, analogue au Graal, est présentée une tête coupée ; c'est la tête d'un cousin de Peredur, dont la vengeance lui incombe, ainsi que celle d'un oncle blessé par les sorcières de Kaerloyw, les meurtrières, qu'il exterminera après maintes aventures, dont certaines voisines de celles de Perceval. Cf. Les Mabinogion du Livre Rouge de Hergest avec les variantes du Livre Blanc de Rhydderch, traduits du gallois par J. Loth, t. II, 1913, pp. 47-120.

18 Jean-Claude Lozachmeur et Shigemi Sasaki, "A propos de deux hypothèses de R.S. Loomis : éléments pour une solution de l'énigme du Graal", BBSIA, XXXIV, 1982, pp. 207-221. "Le roman de Chrétien, écrit Philippe Ménard, présente un certain nombre d'indices convergents qui suggèrent que la mission de Perceval doit être un rôle de défenseur et de vengeur pour les habitants du Château du Graal", "Problèmes et mystères du Conte du Graal ; un essai d'interprétation". Chrétien de Troyes et le Graal, (colloque arthurien belge de Bruges), Paris, Nizet, 1984, pp. 61-76.

19 Tra Li Li, XXIV, 2, 1986, pp. 7-18.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter