Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image, structure et sens

 | 
Antoinette Saly

Jaufre, lo fil Dozon, et Girflet, fils de Do

Texte intégral

  • 1 Roger S. Loomis, Arthurian Tradition and Chretien de Troyes, New York, 1949, pp. 162 et 483. On re (...)
  • 2 Sur Yder, fils de Nut, voir Loomis, Ibid, p. 491. Procédé si mécanique qu'une interversion se glis (...)
  • 3 Sur Nut, Nudd et le dieu celte Nodens, voir Loomis, Ibid, p. 448. Sur Don, voir J. Loth, Les Mabin (...)

1On admet généralement, à l'heure actuelle, que Jaufre, lo fil Dozon (ou Dovon), n'est autre que Girflet, fils de Do ; lequel s'identifie à son tour à Gilvaethwy, fils de Don1. A l'appui de ce rapprochement, on peut invoquer la constante mention du patronyme dans l'appellation du personnage. Les héros arthuriens, il est vrai, à moins d'être de beaux inconnus comme Guinglain ou des orphelins ignorants de leur lignage comme Perceval, voient signaler le nom de leur père. On sait, par exemple, qu'Erec est fils de Lac ; Yvain, fils d'Urien ; Lancelot du Lac, fils du roi Ban de Benoyc ; il s'agit là d'une référence donnée au lecteur une fois pour toutes. Mais Jaufré, comme Girflet, partage avec Yder, fils de Nut et Tors, fils d'Arès, le singulier privilège de s'entendre sans cesse rappeler sa filiation2. Le nom du père se trouve associé à celui du fils dans des contextes où ce rappel s'avère la plupart du temps dénué de tout fondement. On s'attendrait à pouvoir expliquer cette association par la notoriété du père ; or la surprise est totale : ni Nut ni Do ne sont des chevaliers particulièrement illustres du monde arthurien3. Le cas, précisons-le tout de suite, est différent dans Jaufré où l'auteur justifie habilement la mention du patronyme en faisant de Dozon un des meilleurs de la Table Ronde. Jaufré se présente en se référant à son père, et le nom de son père lui ouvre toutes les portes.

2A la cour d'Arthur, quand, après l'avoir fait chevalier, le roi lui demande son nom, il s'entend répondre :

  • 4 Nous citons d'après l'édition de Clovis Brunei, Jaufré : roman arthurien du xiiie siècle en vers p (...)

Seiner, Jaufre, lo fil Dozon,
Ai num en la terra don son. (vv. 679-80)4

3A ce nom de Dozon, le roi Arthur, vivement ému, rappelle la valeur insurpassable de ce chevalier mort à son service en assiégeant un château ennemi (vv. 684-98).

4Il en est de même lorsque Jaufré se présente à son hôte Augier d'Essart :

De la cort del rei Artus sun,
E mos pare ac nom Dozon,
es eu Jaufre. (vv. 4527-29)

5Il n'en faut pas plus ; Jaufré se voit aussitôt accueillir comme un fils et proposer une part d'héritage (vv. 4534-57).

  • 5 Sur Do, châtelain de Carduel, voir The Vulgate Version of the Arthurian Romances, ed. from Manuscr (...)

6Le romancier donne ainsi à Dozon une personnalité et une histoire qui justifient le rappel constant de son nom. Nous voilà loin du châtelain de Carduel, forestier d'Uterpendragon, qui n'est guère connu que pour s'être fait enlever sa fille, Lore, personnage si falot qu'il finira confondu avec son homonyme épique Doon de Mayence5. Le romancier occitan tire une amplification de l'association de noms que la tradition lui impose. Cette appellation était un lointain héritage, s'il est vrai que Don, dans le Mabinogi, ait été une divinité ; la filiation divine expliquant peut-être la constance du rappel, le nom demeurait prestigieux, sans qu'on pût y rattacher d'exploits précis, et continuait à imposer et Girflet et Jaufré comme leur prototype Gilvaethwy.

7Quoi qu'il en soit, l'identification de Girflet à Gilvaethwy, fils de Don et de Jaufré, fils de Dozon avec Girflet, ne repose, en fait, que sur l'onomastique. Comment ce Gilvaethwy, connu par la quatrième branche du Mabinogi, est-il devenu un des chevaliers de la Table Ronde ? Comment est-il devenu lui-même le héros d'un roman ? Comment est-il devenu Jaufré ? C'est cette enquête que nous nous proposons d'entreprendre ici.

  • 6 Sur la date de Jaufré, voir notamment Rita Lejeune, "La datation", qui situe le roman vers 1180. C (...)

8Examinons si, dans les romans arthuriens les plus anciens ou à peu près contemporains de celui de Jaufré6, on pourrait relever des indices de la "préhistoire" de ce héros. Autrement dit, serait-il possible de déceler des traits communs aux aventures de Gilvaethwy, de Girflet et de Jaufré ?

  • 7 Ed. Mario Roques, C.F.M.A, 80.

9Le personnage de Girflet fait son apparition dans notre littérature chez Chrétien de Troyes avec Erec et Enide. Au vers 317, il figure avec Keu et Amauguin parmi les chevaliers appelés à conseiller le roi Arthur à propos du maintien de la coutume du Blanc Cerf7. Il est pour la première fois appelé li filz Do au vers 1697, où il est cité - fait remarquable - en compagnie d'un certain Taulas, dans la liste des chevaliers de la Table Ronde présents lors de l'accueil d'Enide à Caradigan :

Gilflez, li filz Do, et Taulas
Qui onques d'armes ne fu las. (vv. 1697-98)

10Sa filiation est encore une fois rappelée lorsque l'auteur loue sa valeur au tournoi de Tenebrox, au même titre que celle de Gauvain, d'Yvain et de Sagremor :

Bien le fist mes sire Gauvains,
Girflez, li filz Do, et Yvains
Et sagremors li Desreez. (vv. 2173-75)

11On le retrouvera dans le Conte du Graal. Lorsque la Demoiselle Hideuse, après avoir fait reproche à Perceval de son mutisme au château du Roi Pêcheur, propose à la cour d'héroïques aventures, Gauvain et Girflet sont les premiers à réagir. Gauvain choisit de courir celle du Pui de Montesclere, Girflet celle du Chastel Orgueillous :

  • 8 Ed. William Roach, Textes Littéraires Français, 12.

Et Gifflés li fiex Do redist
Qu'il ira, se Diex li aït,
Devant le Chastel Orgueillous. (vv. 4721-23) 8

12Chez Béroul, où exceptionnellement Girflet n'est pas appelé fils de Do, on le rencontre également en compagnie de Gauvain. Lorsque Tristan, noir chevalier, débouche avec Governal sur la Blanche Lande, Gauvain qui l'aperçoit le premier s'adresse à Girflet :

  • 9 Ed. Ernest Muret, C.F.M.A, 12, 4e éd. revue par L.M. Defourques, Paris, 1947.

Gauvains, li niés Artus, demande
Gerflet : "Vez en la deus venir,
Qui mot vienent de grant aïr.
Nes connois pas : ses tu qu'il sont ?
- Ges connois bien", Girflet respont.
"Noir cheval a et noir enseigne :
Ce est li Noirs de la Montaigne.
L'autre connois as armes vaires,
Qar en ceste païs n'en a gaires.
Il sont faé, gel sai sanz dote". (vv. 4010-19)9

13Et, plus loin, dans le groupe des Arthuriens qui assistent impuissants à la vengeance de Tristan, ils figurent tous deux en compagnie de Tolas :

Gerflet et Cinglor et Ivain,
Tolas et Coris et Vauvain. (vv. 4057-58).

14Certes notre récolte est maigre, mais l'enquête ne se solde pas par un résultat tout à fait négatif.

  • 10 Gerbert de Montreuil : La Continuation de "Perceval", éd. Mary Williams, I, C.F.M.A, 28 vv. 3401-3 (...)

15Avançons vers le xiiie siècle. Nous laisserons de côté les cas où Girflet n'est pour ainsi dire qu'un figurant, chevalier de la Table Ronde cité parmi d'autres ou héros d'une aventure assez banale pour s'inscrire au palmarès de n'importe quel Arthurien. Dans la Continuation de Gerbert de Montreuil, par exemple, il est le premier que le roi envoie affronter Tristan, qui se présente au tournoi incognito ; il sera aussi d'ailleurs le premier à se faire désarçonner10.

  • 11 The First Continuation, I, éd. William Roach, Philadelphie, 1949 ; II, éd. William Roach et Robert (...)
  • 12 Voir Jean Frappier, Etude sur "La Mort le Roi Artu", Roman du xiiie siècle en prose, 3e éd., Genèv (...)
  • 13 Sur le rôle de Girflet dans le dernier épisode de La Mort Artu, voir Joël H. Grisward, "Le motif d (...)

16Un rôle plus intéressant lui est heureusement dévolu ailleurs. Ainsi, dans la Première Continuation, s'affirme la solidarité de Girflet et de Gauvain : Girflet, conformément à la décision prise dans le Perceval de Chrétien, s'est rendu au Chastel Orgueillous ; il y est fait prisonnier par le Riche Soudoier. Au bout de cinq ans, le roi Arthur vient assiéger le château, et Girflet sera délivré par Gauvain11. C'est dans cet épisode que se dessine l'association de Girflet et de Lucan le bouteiller qui, dans La Mort Artu, resteront seuls auprès du roi mourant à la fin de la bataille de Salesbières12 où Girflet tiendra son rôle le plus prestigieux ; c'est lui qui sera chargé de jeter Escalibor au lac. Comme le fait remarquer Joël H. Grisward, ce compagnon loyal du roi "jouit dans l'écroulement du monde arthurien d'une sorte d'élection" : témoin des prodiges qui accompagnent la mort du roi, il a le privilège de voir "le rayon de soleil qui foudroie Mordret, la main enchantée qui saisit l'épée, la nef magique qui emmène Arthur et jusqu'à pluie moult grant et moult merveilleuse, elle-même signe d'élection"13.

  • 14 Der Roman von Escanor von Gerard von Amiens, éd. Heinrich Michelant, Bibliothek des litterarischen (...)

17Cette promotion de Girflet lui vaudra sans doute de tenir un rôle de premier plan dans un texte de la fin du xiiie siècle : l'Escanor de Girart d'Amiens lui sera partiellement consacré. Ce roman, un des derniers romans arthuriens en vers, après avoir raconté les amours de Keu et d'Andrivette, fille du roi de Northumberland, met en scène Girflet amoureux de la reïne des Traverses et rattache à leur histoire celle de la rivalité et de la réconciliation d'Escanor et de Gauvain14.

  • 15 Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, éd. G. Perrie Williams, C.F.M.A, 38, vv. 1497-818.

18Mais bien avant ces derniers romans, Renaut de Beaujeu lui avait attribué un rôle plus intéressant, semble-t-il, pour notre propos : Girflet apparaît dans le Bel Inconnu comme le possesseur d'un épervier merveilleux gardé sur une perche d'or et destiné à la plus belle ; il le réserve à son amie, qu'il croit telle en dépit de sa laideur, et combat tout chevalier prêt à le lui disputer pour une autre15.

19Rappelons-nous quelle place occupent les oiseaux merveilleux dans le roman de Jaufré ; c'est celui de Fellon d'Albarua, capable de rabattre un vol de grues fascinées par son cri (vv. 8877-920) ; il sera remis à Jaufré qui en fera don au roi Arthur (vv. 10175-95). C'est l'oiseau monstrueux qui enlève dans ses serres le roi sorti l'affronter, avant de reprendre forme humaine, la forme de l'enchanteur royal dont il est la métamorphose (vv. 9818-10044) ; sans compter les chanteurs du verger de Monbrun que fait taire l'intrusion du héros (vv. 3050-58 et 3194-201).

20Inutile de nous risquer plus loin, dans des romans trop tardifs par rapport à Jaufré ; nous n'avons mentionné Escanor qu'en raison de ce roman de Girflet qui en constitue la seconde partie ; il est évident qu'il ne peut guère nous en apprendre sur la préhistoire de Jaufré. Parmi les autres textes retenus, la Première Continuation ne fait que développer laborieusement l'aventure suggérée par le Perceval de Chrétien ; par contre, le rôle dévolu à Girflet chez Renaut de Beaujeu ou dans la Mort le Roi Artu mérite peut-être examen.

21Le moment est venu de faire, avec prudence, un premier bilan. Dans les romans du xiie siècle où est mentionné Girflet, il l'est directement en compagnie de Taulas et surtout de Gauvain : chez Béroul, ils sont compagnons, c'est à Girflet que s'adresse Gauvain, et dans une circonstance précise, comme si seul Girflet était capable de satisfaire sa curiosité et de lui dévoiler l'identité du chevalier noir. La réponse de Girflet ne se fait pas attendre (vv. 4010-19). Est-ce pur hasard ? Ne serait-ce pas qu'à l'époque où est rédigée cette partie du Tristan de Béroul on connaît déjà une aventure de Girflet avec un noir chevalier faé ? Comment, en effet, ne pas penser à celle de Jaufré avec le gardien du passage, le noir démon au service de la vieille, que le héros combat en vain un jour et une nuit (vv. 5170-660) ? Il nous est dépeint comme

... un cavaler armat
Aitan negre cun un carbon,
E sun caval d'esa faizun
E sa lansa e sun escut. (vv. 5274-77)

22Girflet avait déjà dû courir des aventures avec Taulas, avec Gauvain, avec le Chevalier Noir, comme Jaufré dans son roman. Avant Jaufré, des contes d'aventure avaient-ils déjà mis ces personnages en rapport ? Les aventures de Jaufré ne sortent vraisemblablement pas du néant, et il n'a peut-être pas hérité de Girflet que le nom de son père Dozon.

  • 16 Le roman de Flamenca ne nous montre-t-il pas un jongleur chantant de Girflet : "L'autre comtava de (...)

23De même, dans le Bel Inconnu, ce lien entre Girflet et l'épervier merveilleux est-il purement fortuit ? Est-ce pure fantaisie de l'auteur qui cueillerait arbitrairement le nom de Girflet dans la tradition arthurienne ? Ou réminiscence, dégradée sans doute et même banalisée, de quelque épisode du conte éclaté, dont nous serait ainsi gardée une nouvelle bribe ?16.

24Mais Girflet est identique à Gilvaethwy. Aussi est-ce vers ce personnage qu'il importe aussi de se tourner.

  • 17 Math, fils de Mathonwy, in J. Loth, Mabinogion, I, pp. 173-209.

25Gilvaethwy, fils de Don, apparaît dans un récit à thème royal dont la magie et la métamorphose sont les données essentielles17. La quatrième branche du Mabinogi raconte comment pour permettre à Gilvaethwy de séduire Goewin, la vierge porte-pied de Math, fils de Mathonwy, roi de Gwynedd, l'enchanteur Gwydyon, frère de Gilvaethwy, soulève une guerre entre son oncle, le roi Math, et Pryderi, prince de Dyvet, grâce à un stratagème magique : il propose à Pryderi l'échange des porcs merveilleux reçus en présent de l'Annwn contre douze étalons caparaçonnés d'or et douze chiens de chasse à colliers et laisses d'or. Le roi de Dyvet, émerveillé, accepte le troc. Le lendemain, étalons et chiens ont disparu, ils n'étaient qu'un effet de la magie de Gwydyon. Cette trahison provoque une guerre meurtrière entre les deux princes, et Pryderi est tué par Gwydyon en combat singulier. Mais profitant de l'absence de Math, Gilvaethwy a violé Goewin, indigne de remplir désormais son office auprès du roi. Alors, pour tirer vengeance de ses neveux, le roi Math, maître en matière de magie, d'un coup de sa baguette enchantée, transforme Gilvaethwy en biche et Gwydyon en cerf. Au bout d'un an, il transforme Gilvaethwy en sanglier et Gwydyon en laie ; une année se passe encore et il transforme le sanglier en louve et la laie en loup. Le premier couple a un faon, le second un marcassin, le troisième un louveteau ; Math en a chaque fois fait un bel adolescent qu'il garde auprès de lui.

26Le Mabinogi oublie alors Gilvaethwy pour raconter le destin de son neveu, né d'une vierge par la magie de Math, et cette longue histoire est tissée d'enchantements et de métamorphoses : Gwydyon transforme du varech en navire, change de physionomie et prend l'aspect d'un jeune homme, tandis qu'il fait de son tout jeune neveu un adolescent et suscite l'attaque d'une flotte fantôme ; enfin la magie conjuguée de Math et de Gwydyon fait sortir des fleurs une femme qu'ils donnent en mariage au fils de la vierge Aranrot. Elle le trahit et le fait tuer, il se métamorphose en aigle ; alors Gwydyon, d'un coup de sa baguette, lui redonne forme humaine et, pour punir Blodeuwedd, l'épouse née des fleurs, la transforme en hibou. Après toutes ces aventures le fils d'Aranrot, petit-neveu de Math, devient prince de Gwynedd.

27Que retenir de cet étrange conte ? Que le personnage de Gilvaethwy, fils de Don, fait son apparition dans un contexte magique. Le Mabinogi, construit à partir de son aventure amoureuse avec Goewin, s'amplifie par récurrence du motif de l'enchantement, qu'il s'agisse de générations miraculeuses, de métamorphoses ou d'illusions. Cette atmosphère magique autour de Gilvaethwy se retrouve autour de Jaufré dans le roman occitan ; c'est elle qui lui confère un caractère unique, qui le distingue de tous les romans d'oïl et lui donne une place à part dans la littérature arthurienne. Or cette magie semble en rapport avec la personne même du héros qui la traîne pour ainsi dire après lui ; elle est son milieu naturel, et Gilvaethwy en devenant Jaufré l'introduit de la cour de Math à la cour d'Arthur.

28On ne saurait certes faire directement sortir du mabinogi les épisodes magiques du roman de Jaufré ; on y remarquera cependant la présence constante de l'enchanteur du roi, qui ici n'est pas Merlin. Ce personnage anonyme joue un rôle prépondérant, et sa fonction essentielle à la cour est de se métamorphoser.

e a ab lo rei convinen
Qe, can fa ajustar sa gen,
Per so qe tenga cort ni festa
Ni degra coronar sa testa,
Qe, s'el se pot far desemblar,
Una copa d'aur li deu dar
E un caval tot lo melor
De sa cort, e lia belazor
Piusela q'el y triara,
Davan totz el la baisara. (vv. 449-59)

29L'enchanteur en titre est un des plus prestigieux chevaliers de la cour, l'auteur ne tarit pas d'éloges sur ses éminentes qualités. Le roi reconnaît :

Qe dels melors de sa cort es,
Dels pros, dels savis, dels cortes,
Dels adreitz e dels avinens. (vv. 437-39)

  • 18 Vv. 226-472 et 9818-10110.

30L'aventure attendue à la cour arthurienne au moment du festin est chaque fois suscitée par l'enchanteur qui se métamorphose lui-même la première fois en taureau, la seconde fois en oiseau18. Ces aventures visent à mettre en scène la personne royale et n'interviennent qu'à un des grands moments de l'histoire de Jaufré : juste avant sa présentation à la cour, juste après la célébration de son mariage ; elles encadrent la destinée arthurienne du héros.

  • 19 Marc-René Jung, "Lecture de Jaufré", dans Mélanges de langues et de littératures romanes offerts à (...)

31Selon la tradition arthurienne, l'aventure proposée au festin part de la cour et revient s'y dénouer - telle sera bien celle de Jaufré - mais, ici, destinée en fait au roi, elle se noue et se dénoue dans une cour enchantée, soumise à l'action du magicien royal ; action souveraine, destinée à exalter la valeur d'Arthur et le dévouement de ses chevaliers. Gilvaethwy aussi évoluait dans le cadre d'une royauté magique. Que le roman de Jaufré repose sur un rituel d'investiture royale, comme le suggère Marc-René Jung19, constitue une hypothèse des plus intéressantes, dans la mesure où l'obscur mabinogi de Math recèle déjà vraisemblablement un tel mythe : Math, fils de Mathonwy, est un roi magicien, et il faut une mort, une métamorphose et une renaissance pour que son petit-neveu, le fils de la vierge Aranrot, l'époux de la femme-fleur Blodeuwedd, Lleu Llaw Gyffes, accède à la royauté de Gwynedd soumise aux enchantements de Math et de Gwydyon dont il est la créature et le jouet.

  • 20 L'amitié de Girflet-Jaufré et de Gauvain ne se démentira pas dans le roman occitan, mais, on le vo (...)

32Certes il y a loin du séducteur de Goewin à l'amant comblé de Brunissen, et sans doute, avant de devenir Jaufré, Gilvaethwy, fils de Don - Girflet, fils de Do a-t-il couru des aventures que nous ne connaissons pas mais que laissent entrevoir çà et là quelques rares témoignages : Chrétien de Troyes et Béroul, comme nous l'avons vu, l'évoquent auprès d'un certain Taulas, Béroul en fait un compagnon de Gauvain20 et l'interroge sur un chevalier noir qu'il identifie sans peine ; un peu plus tard, Renaut de Beaujeu en fait le possesseur d'un épervier merveilleux, la Mort Artu le témoin des prodiges qui confèrent au destin royal un caractère mythique. Ce sont là des éléments épars mais constitutifs des aventures de Jaufré dans son roman. Maint conte a dû circuler sur lui avant qu'il n'appartienne à la Table Ronde et ne devienne comme Erec, comme Yvain, comme Lancelot et Perceval, le héros d'un roman, où sa victoire sur Taulas et le Chevalier Noir allait prendre des dimensions et peut-être aussi des interprétations nouvelles.

  • 21 Sur l'épisode de Taulas et celui du Chevalier Vermeil dans Perceval, voir Emmanuèle Baumgartner, " (...)
  • 22 Episode de la fée de Gibel, vv. 10249-691.
  • 23 Voir Jules Vendryès, "Les éléments celtiques de la légende du Graal", Etudes Celtiques 5/1, 1940, (...)
  • 24 L'épisode de la fontaine n'est pas sans affinité avec le mythe que rapporte l'Elucidation, voir Ar (...)

33Par quelles aventures était-il connu ? Le roman de Jaufré nous le laisse déchiffrer en filigranes. Le schéma de son aventure ne la différencie guère, somme toute, de celle d'un Lancelot ou d'un Perceval, d'un Perceval surtout : héros défenseur et restaurateur du pouvoir royal devant un arrogant qui le brave et le conteste - Taulat étant comparable à Méléagant ou au Chevalier Vermeil21 -, il court l'aventure de l'Autre Monde, le pays féerique situé sous la fontaine, qui l'a ravi pour l'appeler à l'aide, et en est surabondamment récompensé22. Comme pour Lancelot et Perceval, son passage rétablit l'ordre perturbé et fait partout succéder la joie ou l'abondance à la désolation. Sans doute était-il, lui aussi, un héros du grand mythe qui semble avoir lié l'équilibre de ce monde-ci à celui de l'Autre et la fertilité à la vigueur et au prestige du roi23. La victoire sur Taulat habilite en fait Jaufré à l'aventure merveilleuse de la fontaine et le désigne à la fée de Gibel comme seul capable de la soutenir contre le monstrueux Fellon d'Albarua24. Reste à admettre la bonne foi de l'auteur qui déclare tenir son histoire d'un chevalier étranger, un Breton peut-être, puisqu'il le dit paren d'Artu e de Galvain (vv. 86-90). Moins rationaliste que les poètes d'oïl, il a préservé autour de son héros l'atmosphère magique où évoluait son lointain ancêtre, le prince de Gwynedd, fils de Don.

  • 25 Studia occitanica, in memoriam Paul Rémy, Medieval Institute Publications, Western Michigan Univer (...)

34Ce ne sont là, il est vrai, que des indices, dans le jeu desquels - ne soyons pas dupe à notre tour de quelque magie illusoire - le hasard ne saurait être absolument exclu ; mais nos auteurs ne créaient pas à partir du néant, et il n'est pas déraisonnable de penser que le rôle dévolu, même momentanément, à certains de leurs personnages ainsi que le contexte dans lequel ils les faisaient entrer n'étaient pas tout à fait arbitraires25.

Notes

1 Roger S. Loomis, Arthurian Tradition and Chretien de Troyes, New York, 1949, pp. 162 et 483. On remarquera que dans les listes d'Arthuriens du roman de Jaufré (vv. 101-10 et 8051-56) ne figure pas Girflet, omission qui ne s'expliquerait guère si Girflet n'était ici Jaufré. Sur les multiples variantes des noms de Girflet et de Do, voir Loomis, ibid., et Geoffrey D. West, An Index of Proper Names in French Arthurian Verse Romances, 1150-1300, Toronto, 1969, s.v. Gif(f)let et Do ; sur la forme Jaufre, voir Rita Lejeune, "A propos de la datation du roman de Jaufré. Le roman de Jaufré, source de Chrétien de Troyes ?", Revue belge de philologie et d'histoire 31, 1953, 717-47, notamment p. 738.

2 Sur Yder, fils de Nut, voir Loomis, Ibid, p. 491. Procédé si mécanique qu'une interversion se glisse sous la plume du scribe Guiot :
et Guiflez, li filz Nut, redit
qu'il ira, se Dex li ait,
devant le Chastel Orgueillous.
(Le Conte du Graal, éd. Félix Lecoy, Classiques Français du Moyen Age, 100, Paris, 1973, vv. 4697-99).

3 Sur Nut, Nudd et le dieu celte Nodens, voir Loomis, Ibid, p. 448. Sur Don, voir J. Loth, Les Mabinogion ... traduits du gallois, 1, Paris, 1913, p. 176, n. 1 ; selon Loth, le mabinogi de Math, fils de Mathonwy, fait de Don la mère de Gilvaethwy, et pour Loomis il s'agirait d'une déesse-mère correspondant à la Dana irlandaise.

4 Nous citons d'après l'édition de Clovis Brunei, Jaufré : roman arthurien du xiiie siècle en vers provençaux, Société des Anciens Textes Français, 2 vol., Paris, 1943.

5 Sur Do, châtelain de Carduel, voir The Vulgate Version of the Arthurian Romances, ed. from Manuscripts in the British Museum, éd. H. Oskar Sommer, 2, Washington, 1908, p. 102 et 7, Washington, 1913, pp. 206-10. Do sera identifié à Doon de Mayence par Claude Patin dans son Hystorie de Giglan, filz de messire Gauvain, qui fu roy de Galles, et de Geoffroy de Maience son compagnon, tous deus chevaliers de la Table Ronde, 1530. Sur cette tardive mise en prose du Bel Inconnu de Renaut de Beaujeu, qui contamine ce roman avec celui de Jaufré, voir Paul Rémy, "Jaufré" dans Arthurian Literature in the Middle Ages : A Collaborative History, éd. Roger S. Loomis, Oxford, 1959, pp. 400-05.

6 Sur la date de Jaufré, voir notamment Rita Lejeune, "La datation", qui situe le roman vers 1180. Clovis Brunei, Jaufré, p. XXXVIII, le fixait, à la suite de Gaston Paris, entre 1225 et 1228. Plus récemment Gert Pinkernell, "Zur Datierung des provenzalischen Jaufre-Roman", Zeitschrift für romanische Philologie 88, 1972, 110, le fait remonter à 1176-78 ; mais voir les réserves de Félix Lecoy, dans Romania 96, 1975, pp. 128-29.

7 Ed. Mario Roques, C.F.M.A, 80.

8 Ed. William Roach, Textes Littéraires Français, 12.

9 Ed. Ernest Muret, C.F.M.A, 12, 4e éd. revue par L.M. Defourques, Paris, 1947.

10 Gerbert de Montreuil : La Continuation de "Perceval", éd. Mary Williams, I, C.F.M.A, 28 vv. 3401-35.

11 The First Continuation, I, éd. William Roach, Philadelphie, 1949 ; II, éd. William Roach et Robert H. Ivy, Philadelphie, 1950 ; III, part 1, éd. William Roach, Philadelphie, 1952, vv. 18235-9448.

12 Voir Jean Frappier, Etude sur "La Mort le Roi Artu", Roman du xiiie siècle en prose, 3e éd., Genève, 1972, p. 199.

13 Sur le rôle de Girflet dans le dernier épisode de La Mort Artu, voir Joël H. Grisward, "Le motif de l'épée jetée au lac", Romania 90, 1969, p. 305.

14 Der Roman von Escanor von Gerard von Amiens, éd. Heinrich Michelant, Bibliothek des litterarischen Vereins in Stuttgart, Tübingen, 1886, p. 178.

15 Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, éd. G. Perrie Williams, C.F.M.A, 38, vv. 1497-818.

16 Le roman de Flamenca ne nous montre-t-il pas un jongleur chantant de Girflet : "L'autre comtava de Guiflet", v. 682 ?

17 Math, fils de Mathonwy, in J. Loth, Mabinogion, I, pp. 173-209.

18 Vv. 226-472 et 9818-10110.

19 Marc-René Jung, "Lecture de Jaufré", dans Mélanges de langues et de littératures romanes offerts à Carl Theodor Gossen, éd. German Colon et Robert Kopp, Berne et Liège, 1976, pp. 427-51.

20 L'amitié de Girflet-Jaufré et de Gauvain ne se démentira pas dans le roman occitan, mais, on le voit, elle n'en est pas une donnée exclusive comme le pense Rita Lejeune ("La datation", pp. 724-25), et dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach, on ne saurait affirmer qu'elle ne provienne pas d'un roman d'oïl. Cette amitié entre deux des meilleurs chevaliers de la Table Ronde n'a rien qui puisse surprendre ; cependant l'association fort ancienne des noms de Girflet et de Gauvain ne serait-elle pas un écho de celle des noms de Gilvaethwy et de Goewin ? S'il est vrai que Dana-Don est devenue Do, Goewin n'aurait-elle pu être prise pour Gauvain ? Simple question que nous posons par curiosité aux celtisants.

21 Sur l'épisode de Taulas et celui du Chevalier Vermeil dans Perceval, voir Emmanuèle Baumgartner, "Le défi du chevalier rouge dans Perceval et dans Jaufré", Le Moyen Age 83, 1977, pp. 239-54. Le personnage de Taulas est dans les romans d'oïl un chevalier d'Arthur, sauf dans Yder, où il est son ennemi comme dans Jaufré.

22 Episode de la fée de Gibel, vv. 10249-691.

23 Voir Jules Vendryès, "Les éléments celtiques de la légende du Graal", Etudes Celtiques 5/1, 1940, pp. 1-50, notamment pp. 20-21 ; Jean Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, Paris, 1972, p. 199.

24 L'épisode de la fontaine n'est pas sans affinité avec le mythe que rapporte l'Elucidation, voir Arthur Wilder Thompson, The Elucidation : A Prologue to the "Conte du Graal", Publications of the Institute of French Studies, New York, 1931.

25 Studia occitanica, in memoriam Paul Rémy, Medieval Institute Publications, Western Michigan University, Kalamazoo, Michigan, vol. II, 1986, pp. 179-188.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter