Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image, structure et sens

 | 
Antoinette Saly

Gauvain, Clarissant et le château des reines

Texte intégral

1Il y a dans le Perceval de Chrétien deux tableaux représentatifs de l'amour et de la chevalerie. Côte à côte y siègent une belle pucelle et un jeune chevalier dont le couple harmonieux fait l'admiration de l'assistance.

2Voici d'abord Perceval et Blanchefleur assis, sans un mot, devant les chevaliers ébahis de Beaurepaire :

  • 1 Le Conte du Graal (Perceval) publié par F. Lecoy, Paris, Champion, CFMA 100 et 103.

Mout avient bien delez ma dame,
et ma dame ausi delez lui.
S'il ne fussent muël andui,
tant est cil biax et cele bele
c'onques chevaliers ne pucele
si bien n'avindrent mes ansanble,
que de l'un et de l'autre sanble
que Dex l'un por l'autre feïst
por ce qu'ansanble les meïst. (vv. 1860-74)1

  • 2 Sur le principe d'inversion et le chiasme, voir supra, Beaurepaire et Escavalon.

3Le tableau de la belle et du chevalier se trouvera repris dans l'épisode d'Escavalon : la découverte de la sœur du jeune roi assise, en galante conversation, auprès de Gauvain révolte le vavasseur qui les surprend, reconnaît en lui le meurtrier du vieux roi et s'empresse d'ameuter la commune (vv. 5722-5811). Le thème s'est ici inversé2. Mais le voici qui reparaît dans l'épisode du château des Reines : Gauvain à qui Grinomalant vient de remettre un anneau pour son amie Clarissant, la fille de la jeune reine, la fait asseoir près de lui sur le Lit de la Merveille. Tandis que celle-ci lui confie son amor de lonh pour Grinomalant, les deux reines admirent à l'envi le jeune couple pour lequel elles forment aussitôt des projets d'avenir :

et la vielle reïne sist
delez sa fille et si li dist :
"Bele fille, que vos est vis
de ce seignor qui s'est assis
delez vostre fille, ma niece ?
Consellié a a lui grant piece,
ne sai de coi, mes mout me siet
n'il n'est pas droiz que il me griet,
que de grant hautesce li vient
quant a la plus bele se tient
et a la plus sage qui soit
an cest palés, et si a droit.
Et pleüst Deu que il l'eüst
esposee et tant li pleüst
con fist a Eneas Lavine.
-Ha dame, fet l'autre reïne,
Dex li doint si metre son cuer
que il soient com frere et suer".
An sa proiere antant la dame
qu'il l'aint et qu'il la praigne a fame. (vv. 6773-92).

  • 3 W. Roach, The Continuations of the Old French Perceval of Chretien de Troyes, Philadelphia, vol. 1 (...)

4Or si à Beaurepaire le tableau du couple bien assorti prélude à la naissance de l'amour et annonce déjà sans doute le dénouement du conte, si le tableau d'Escavalon remplit une fonction dramatique, déclenchant la reconnaissance de Gauvain, le soulèvement de la commune contre lui et son envoi à la quête de la lance, celui du château des Reines apparaît de prime abord comme un simple remplissage, annonçant une idylle qui tournera court, puisque Gauvain se révélera bientôt le frère de Clarissant, ainsi que le laisse déjà pressentir le discours ambigu de la jeune reine. Si intrigue amoureuse il y a, elle est entre Clarissant et Grinomalant; et l'on pourra d'ailleurs en suivre les péripéties dans la Première Continuation qui, logiquement, en a repris le récit à l'endroit où il s'était arrêté, ou encore dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach où nos personnages sont devenus Itonje et Gramoflanz3.

5Mon dessein n'est pas de suivre leur destinée, mais de m'interroger sur ce leurre qui, dans le Perceval, constitue une mesure pour rien.

  • 4 Nous donnons à ce terme son sens étymologique : "assis à côté de".

6A la lecture, et pour cause, s'impose à nous la curieuse impression de déjà vu avec cet effet de malaise inhérent au phénomène dit "de mémoire immédiate". A quelque sept mille vers de l'épisode de Beaurepaire nous croyons en percevoir comme un écho, un écho déjà entendu, déformé, à Escavalon, trois mille vers plus tôt. Le tableau des parèdres4 se répétant, comme nous l'avons vu, dans la partie Perceval, dans la partie Gauvain antérieure à l'Ermitage, où le thème s'inverse, et ici, dans la partie postérieure à l'Ermitage, où le thème se rétablit.

7Aussi, loin d'être un motif arbitraire, notre tableau devrait-il, selon toute vraisemblance, remplir une fonction dans le développement thématique. Mais laquelle ? La meilleure méthode est, je pense, la comparaison avec des exemples similaires pris à travers le roman et surtout, bien entendu, à l'intérieur de notre épisode même.

  • 5 Cf. vv. 3416-51 et 6312-21. La place singulière de ces deux tableaux symétriques nous avait permis (...)
  • 6 Histoire de Sigune : Parzival, L.V et IX.
  • 7 Les exemples de réduplication, avec inversion ou permutation masculin/ féminin, de la partie Perce (...)

8Le roman comporte, en effet, deux autres tableaux qui se répondent comme ceux-là et s'en présentent comme des variantes antithétiques. C'est la cousine de Perceval assise sous un chêne, tenant le cadavre décapité de son ami, victime de l'Orgueilleux de la Lande; c'est l'amie de Gréorréas assise sous un chêne, soutenant ce chevalier, blessé d'un coup d'épée à la tête, victime de l'Orgueilleuse de Logres5. La première "pietà" s'offre à Perceval, en forêt, à sa sortie du Château du Graal; la seconde à Gauvain, quand on le retrouve venant d'Escavalon, après l'épisode de l'Ermitage; images d'un jeune amour saccagé par la folie meurtrière : chevalier massacré, veuve pucelle, pendant de la Veuve Dame, et dont Wolfram fera le sublime personnage de Sigune6. A peine Perceval a-t-il quitté le Roi Pêcheur qu'il se trouve, sans le savoir, devant la conséquence tragique d'un premier méfait (le vol de l'anneau sous la tente) et de son récent échec dont - la Laide Demoiselle sera formelle - doivent mourir maints chevaliers et rester desconselliees les pucelles (vv. 4651-59). Il abandonne la cousine à son deuil pour s'attacher à la poursuite de l'Orgueilleux. Gauvain, lui, guérit le blessé et devient, à son tour, victime de l'Orgueilleuse, offrant ainsi la double image d'un salut et - ne prend-il pas la place de la Demoiselle de la Tente ? - d'une expiation, ce que l'on attend désormais de Perceval après la conversion de l'Ermitage. Autant de variations qui se répondent d'un bout à l'autre du roman pour ramener sans cesse au thème central dans un plan rayonnant7.

  • 8 Cf. vv. 2990-3017 et 7121-7222.
  • 9 Cf. vv. 3268-71, 3311-19 et 7232-35.

9C'est ce que nous allons retrouver dans le contexte immédiat de notre tableau idyllique. A peine abordons-nous l'épisode du Château des Reines que surgissent des réminiscences, brouillées, disloquées, inversées comme dans un rêve freudien. Gauvain vient de reconquérir le Gringalet sur le neveu de Gréorréas, il arrive devant une eau profonde; au-delà se dresse le château, d'où on lui dépêche un nautonier qui vient le prendre sur sa barque et le passe en même temps que le cheval - d'abord réclamé pour salaire - et l'adversaire vaincu donné comme prison en échange. Comment ne pas évoquer la rencontre de Perceval et du Roi Pêcheur ? Lorsque Perceval apercevait le roi sur sa barque, il le prenait d'abord pour un passeur prêt à venir à lui et apprenait, bientôt déçu, que cette nef, trop petite, ne pouvait embarquer un cheval. L'inversion est ici manifeste8. A terre, Gauvain recevra du nautonier une hospitalité si fastueuse avec son festin de gibier d'eau arrosé des meilleurs crus, qu'elle rappelle celle du Roi Pêcheur9. Le nautonier apparaît comme une sorte de négatif du roi, il matérialise l'illusion de Perceval qui l'avait pris pour ce qu'il n'était pas et qu'il devient maintenant. Le personnage ressuscite celui du Roi Pêcheur en tant que guide vers le Château du Graal, en tant qu'hôte généreux; c'est lui qui dirigera Gauvain vers le Château des Reines et le mènera, non sans mise en garde, au Lit de la Merveille.

10Ici point de Graal, mais que de reflets de son château ! Le lit, d'abord. C'était la place du Roi Pêcheur. Dans la salle, ce lit occupait le centre, devant l'immense cheminée au manteau d'airain sur ses quatre colonnes. C'est accoudé sur ce lit que le roi accueillait Perceval. Le meuble se trouve désormais associé à la vision que nous gardons du Mehaignié : le beau prudhomme grisonnant allongé, revêtu de zibeline, sur un lit dont il ne peut se relever; si bien que le lit devient le symbole même de son mal, de son mehaing aux conséquences désastreuses que l'on sait. C'est sur ce lit que le roi invitait à s'asseoir le guérisseur attendu (vv. 3103-06); c'est sur ce lit enfin qu'on le remportait après le festin, la guérison, par suite du silence de Perceval, ne s'étant pas opérée (vv. 3328-35). Le récit de la soirée au Château du Graal se clôt sur cette vision d'échec, on remporte le roi blessé sur le lit comme on l'y avait apporté.

11Ce qu'il convient de remarquer, c'est l'insistance du roi a y faire asseoir le jeune homme seürement, "en toute tranquillité" (v. 3105). Perceval y demeurera assis pendant tout le repas, pendant les passages de la lance et du Graal; il s'y rasseoit après avoir essayé l'épée de la Sore Pucele : Lors se rasist lez le seignor (v. 3173). L'auteur insistera sur ce point plus loin encore, dans le récit de Perceval à sa cousine :

Ansus de lui un po me ting,
et il me dist que je venisse
lez lui seoir et ne tenisse
a orguel qu'il ne se levoit
ancontre moi, qu'il ne pooit,
et je m'alai lez lui seoir,
que jel vi de povre pooir.
- Certes, il grant enor vos fist
quant il delez lui vos asist.
Et quant delez lui vos seïstes,
or me dites ... (vv. 3524-36).

12Le nautonier, avec autant d'insistance, tentera inversement d'empêcher Gauvain de s'asseoir sur le Lit de la Merveille où l'attendrait la mort en cas d'indignité. Qu'on relise le passage qui va du vers 7492 à 7565, voilà environ soixante-dix vers où il n'est question que de la dissuasion du nautonier et de la volonté délibérée de Gauvain jusqu'à la sortie du nautonier impuissant à le retenir :

Atant fors del palés s'an ist,
et mes sire Gauvains s'asist
el lit si armez con il fu. (vv. 7563-65).

13Le fait de s'asseoir sur le lit, de faire asseoir à côté de soi sur le lit revêt donc une signification relative à la mission du héros et à la destinée du maître du château.

14Assis sur le lit même du Mehaignié, Perceval échoue devant l'épreuve, il ne pose pas les deux questions qui l'auraient guéri; assis sur le Lit de la Merveille, Gauvain triomphe des deux épreuves, le jet de flèches et l'assaut du lion, il sauve le Château des Reines. Les deux épisodes sont en étroite correspondance. Le triomphe du Lit de la Merveille répare in figura l'échec de Perceval, il prophétise la réussite finale, il la fait attendre et, vu l'architecture de l'ensemble, il la nécessite en la senefiant, sans en avoir la portée.

  • 10 Cf. vv. 3212-27 et 7440-53.
  • 11 A l'illumination nocturne d'innombrables chandelles chez le Roi Pêcheur répond l'éclairage diurne (...)
  • 12 Cf. vv. 3248-51 et 7430-35.
  • 13 G. Lascault, Sur la Planète Max Ernst.
  • 14 Voir vv. 7396-7423.

15Remarquons que la richesse et la luminosité qui caractérisaient le Graal rejaillissent sur le lit d'or de la Merveille resplendissant de ses quatre escarboucles10. Dans ce palais baigné de lumière11 tout est allusion à la salle du Roi Pêcheur, ainsi les deux battants de la porte, d'ébène et d'ivoire, comme la table de son festin12. Il y a eu glissement à valeur symbolique d'un objet à l'autre comme d'un personnage à l'autre; on pourrait appliquer à notre roman ce que l'on a dit de la peinture de Max Ernst, que "chaque chose constamment y désire en devenir une autre, puis une autre encore"13. Plus de Graal donc, mais un lit, le lit transfiguré du Mehaignié; plus de Mehaignié non plus, mais il va reparaître dans l'énigmatique eschacier, le riche et redoutable mutilé au pilon d'argent. Les figures du nautonier, de l'eschacier, de la reine Ygerne sont comme autant d'émanations du Roi Pêcheur assumant chacune un de ses aspects ou de ses rôles14. Il y a là un exemple de ce que j'appellerais la création de personnages par désagrégation d'une figure complexe.

  • 15 Cf. vv. 4651-59 et 7313-37.

16Le Palais des Reines, est-il dit, ne pouvait s'ouvrir qu'à un chevalier d'élite, doué des plus hautes qualités, pur enfin de toute tache (vv. 7342-44); c'est ce que Perceval est en passe de devenir après sa visite à l'Ermitage et ce que Gauvain dès maintenant, à son niveau, représente (vv. 7345-52). Gauvain au Lit de la Merveille conjure les malheurs prédits par la Germaine cousine et la Demoiselle Hideuse après l'échec de Perceval. La conséquence immédiate de son triomphe est la levée de la malédiction qui pèse sur le Château des Reines, cette société figée et stérile d'éternels valets, de veuves et de filles, dont le silence de Perceval avait, en fait causé la perte15.

  • 16 R.-L. Wagner, "Sorcier" et "magicien", p. 82, cité par J. Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe (...)

17Gauvain a donc amorcé l'œuvre de restauration dévolue à un autre qu'il ne fait qu'annoncer : il a mis fin aux anchantemenz del palais (v. 7352) comme le héros prédestiné du Graal, qui en achèvera les aventures, mettra fin aux enchantements de Bretagne. Le voilà intronisé, prince et seigneur du Château, revêtu, comme le Roi Pêcheur, de noir et de rouge, de zibeline et sanguine vermoille (v. 7663). Aussi, alors que le Château du Graal, pressé de relever son pont-levis derrière Perceval, le chassait littéralement, celui de la Merveille va-t-il jalousement retenir Gauvain; loin d'en devenir le prisonnier, comme on l'a parfois suggéré16, il en devient le maître, définitivement, annonçant par là-même la royauté à venir de Perceval finalement admis par le monde du Graal. En assurant le salut du château des Reines, ces veuves dames que sont sa mère et son aïeule, qu'il s'engage à ne pas quitter, Gauvain rachète in figura le pechié de la mere, raison profonde de l'échec de Perceval, et en conjure l'effet pour permettre la réussite finale.

  • 17 Le Speculum Humanae Salvationis de Rudolphe de Saxe, par exemple, dont s'inspire en particulier la (...)

18Les aventures de Gauvain ne sont pas moins réelles que celles de Perceval dont elles portent le reflet. Chrétien de Troyes, comme le Dieu de l'exégèse médiévale, écrit avec les événements d'une histoire où toute réalité vécue a un sens et un sen; où elle devient signe d'un avenir auquel elle est ordonnée et qui y est déjà symboliquement contenu. Ainsi, dans une sorte de mise en abyme, les aventures spéculaires de Gauvain préfigurent-elles le dénouement de celles de Perceval; elles ne les reflètent que pour les redresser en vue de leur accomplissement, de même que dans un Speculum Humanae Salvationis l'Ancien Testament est ordonné au Nouveau et l'histoire profane à l'histoire sacrée17; l'un accomplissant l'autre sans l'abolir. Tel serait aussi le rapport de la chevalerie courtoise à la chevalerie chrétienne.

19Et notre tableautin dans tout cela ? Nous voici à présent en mesure de le comprendre. C'est de ce contexte qu'il tire précisément sa signification : Gauvain, vainqueur du Lit de la Merveille, y fait asseoir Clarissant... vision prénuptiale chargée de symboles à valeur prophétique pour un autre couple, les parèdres muets du premier tableau, Perceval et Blanchefleur, que Dieu fit l'un pour l'autre. Le Lit de la Merveille est déjà celui de leurs noces. Le continuateur qui a dénoué l'intrigue Clarissant-Grinomalant avait du roman une conception linéaire; n'entrant ni dans les perspectives de Chrétien ni dans son écriture typologique, il s'est trompé de couple, ou tout au moins a singulièrement réduit le thème matrimonial. La suspension des mariages, ne l'oublions pas, faisait partie des maléfices du Palais - consécutifs, si nous comprenons bien, à la blessure du Roi Pêcheur -; la reprise des mariages est la première conséquence de la réussite de Gauvain, comme elle sera sans doute celle de la guérison du Mehaignié. A peine le prodige de la Merveille a-t-il eu lieu que les Reines se prennent à y songer.

  • 18 On a souvent fait remarquer que l'action de Gauvain avait une portée limitée et qu'il représentera (...)

20Sans doute même, comme ce sera le cas chez Wolfram, le dénouement impliquait-il une série de mariages, dont celui de la Demoiselle de la Tente et de son Orgueilleux. Dans notre texte, en effet, avec le motif de l'anneau, converge tout un réseau de connexions : l'anneau à l'émeraude que Grinomalant fait remettre à Clarissant fait écho par delà huit mille vers à celui que Perceval avait jadis dérobé à la Pucelle de la Tente. Le fait que l'anel a une esmeraude mout clere du vers 709 et l'anelet... Don l'esmeraude mout verdoie du vers 8741 mettent en rapport inversé l'idylle du Lit de la Merveille et l'histoire de la malheureuse jeune fille, donne rétrospectivement sa cohérence à cette dernière aventure en en dénonçant la relation au thème du Graal. Perceval et Gauvain se trouvent l'un et l'autre impliqués dans le destin d'un couple chevalier-pucelle, le premier par une action destructrice, le second par une action symbolique réparatrice18.

21En effet, qui est Grinomalant ? Un jaloux tyrannique et meurtrier comme l'Orgueilleux de la Lande. C'est lui qui a tué l'ami de l'Orgueilleuse qui repoussait ses avances, faisant naître en elle un désespoir tout aussi meurtrier, quoique retourné contre elle-même. Gauvain l'en guérira en l'introduisant au Palais des Reines (vv. 8662-8732). C'est-à-dire que du point de vue fonctionnel, en déclenchant le drame de l'Orgueilleuse Grinomalant a pris la place de Perceval qui déclenchait celui de l'Orgueilleux. En remettant à Clarissant l'anneau à l'émeraude, gage d'amour de son bien-aimé Grinomalant, Gauvain conjure cette fois-ci la faute commise contre la Pucelle de la Tente, faute qu'il avait déjà expiée en revivant son drame sous les sarcasmes de l'Orgueilleuse.

  • 19 Cf. vv. 5637-59 et 8278-8645.
  • 20 La construction de l'épisode du Château des Reines comprend plusieurs parties. Du vers 7121 au ver (...)

22Mais notre personnage est encore plus complexe. La première fois que Gauvain l'aperçoit, Grinomalant n'est-il pas en train de chasser l'épervier avec trois jeunes chiens d'arrêt ? D'entrée de jeu le voici en parallélisme avec le roi chasseur d'Escavalon que ce même Gauvain avait rencontré au milieu de ses veneurs et de ses valets de chiens et qui l'invitait aussitôt dans son palais, faisant prier sa sœur de le traiter fraternellement, sans savoir qu'il était le meurtrier de leur père19. Grinomalant, comme le jeune roi, s'impose d'abord à Gauvain par sa beauté et il nourrit contre Gauvain des griefs analogues, puisque le père de Gauvain a tué celui de Grinomalant. Dans l'un comme dans l'autre cas, la découverte de l'identité de Gauvain déchaîne une hostilité vite tempérée par de raisonnables conventions d'ajournement. Le motif du traitement fraternel apparu à Escavalon (vv. 5732-33) fera par permutation de Clarissant la sœur ignorée de Gauvain et l'amie de Grinomalant; autre exemple du système créatif de Chrétien dans le Perceval, ce roman-monade qui ne saurait jamais s'expliquer que par lui-même. Le personnage de Grinomalant est le produit d'une synthèse20.

23La mission typologique du très courtois Gauvain consiste essentiellement dans le rachat de la souffrance féminine, de cette douleur qui de la Veuve Dame à l'Orgueilleuse de Logres, en passant par la Pucelle de la Tente, la Pucelle qui a ri et Blanchefleur assiégée, parcourt tout le roman, et dont la vivante image, celle des "pietà", se dresse devant les deux héros aux temps forts de l'intrigue dont elles symbolisent aussi le retournement, de l'échec au Château du Graal à l'après-Ermitage qui culmine au Château des Reines.

24Mais il y a plus. Le schéma de notre passage en accuse également le rapport avec un autre, dont il est symétrique :

25Au château du Roi Pêcheur, une demoiselle (la Sore Pucelle, sa niece) fait remettre au roi un présent pour le chevalier (Perceval) assis à côté de lui sur son lit d'infirme / au château des Reines, un chevalier (Grinomalant) fait remettre au nouveau maître de céans (Gauvain) un présent pour une demoiselle, niece de la reïne Ygerne (Clarissant), assise à côté de lui sur le lit de son triomphe.

  • 21 A peine son entretien avec Clarissant prend-il fin que Gauvain songe à tenir sa promesse envers Gr (...)

26En dépit de la permutation masculin/féminin entre le donateur et le destinataire, le schéma accentue l'étourdissante impression de déjà vu, si importante dans le dessein de l'auteur pour favoriser l'appréhension du sen.21

  • 22 Communication au colloque "Amour et chevalerie dans les romans de Chrétien de Troyes", Troyes, 27- (...)

27Dans le premier cas, le présent est une épée; dans le second, un anneau. L'anneau est pour la Pucelle ce qu'était l'épée pour le jeune chevalier. Equivalence qui pour elle fait des noces un adoubement; deux consécrations sociales en même temps suspendues et en même temps remises en honneur au Château des Reines, comme pour annoncer le florissant royaume à venir, où la femme et le chevalier retrouveront ensemble, avec la paix et l'ordre, leur dignité perdue (vv. 8893-8914). Asseoir la jeune fille sur le Lit de la Merveille, c'est en somme l'associer à la réussite de l'épreuve salvatrice dont dépendra en premier lieu sa propre destinée. Notre petit tableau, si anodin en apparence, s'encastre dans le roman comme un miroir réflecteur à l'endroit précis où, tout étant accompli au Palais des Reines, vont s'enclancher les ultimes aventures, où ce qui est réalisé in figura, à travers le brouillard prophétique , dans cette allegoria in factis que représente la partie Gauvain, devait se parachever glorieusement in vero dans un dernier volet de la partie Perceval : la guérison du Mehaignié, et partant le salut indissociable de l'anneau et de l'épée, de l'amour et de la chevalerie22.

Notes

1 Le Conte du Graal (Perceval) publié par F. Lecoy, Paris, Champion, CFMA 100 et 103.

2 Sur le principe d'inversion et le chiasme, voir supra, Beaurepaire et Escavalon.

3 W. Roach, The Continuations of the Old French Perceval of Chretien de Troyes, Philadelphia, vol. 1 : The First Continuation, Redaction of MSS TVD, 1949; vol. 2 : The First Continuation, Redaction of Mss EMQU, 1950; vol. 3, part. 1 : The First Continuation, Redaction of Mss ALPRS, 1952. K. Lachmann, revue par E. Hartl, Wolfram von Eschenbach, 1. Band : Lieder, Parzival und Titurel, Berlin, 1952; trad. française par D. Buschinger, W. Spiewok et J.-M. Pastré, préface de J. Fourquet : Parzival par Wolfram von Eschenbach, coll. 10/18, 1989, L.XIV.

4 Nous donnons à ce terme son sens étymologique : "assis à côté de".

5 Cf. vv. 3416-51 et 6312-21. La place singulière de ces deux tableaux symétriques nous avait permis d'établir un parallélisme entre les deux séries d'aventures et de mettre en évidence la situation déterminante de l'épisode de l'Ermitage dans la structure de l'ensemble, voir supra "La récurrence des motifs en symétrie inverse et la structure du Perceval de Chrétien de Troyes".

6 Histoire de Sigune : Parzival, L.V et IX.

7 Les exemples de réduplication, avec inversion ou permutation masculin/ féminin, de la partie Perceval dans la partie Gauvain sont nombreux et variés, ainsi le lamentable équipage de Gauvain harcelé par l'Orgueilleuse de Logres rappelant celui de la Pucelle de la Tente persécutée par l'Orgueilleux de la Lande (cf. vv. 3677-702 et 6912-31). les résurgences peuvent se combiner en une nouvelle synthèse répercutant plusieurs échos à la fois. C'est le cas d'un personnage comme l'Ecuyer Désavenant qui rappelle la Demoiselle Hideuse par son aspect, mais procède de la Pucelle qui a ri et du fou jeté au feu dans son altercation avec Gauvain qui le gifle et se fait menacer du même accident que le sénéchal Keu par le fou à la cour arthurienne de Carduel, cf. vv. 4590-4613 et 6742-54; 1263-70 et 6790-94, procédé que nous allons retrouver dans la création du personnage de Grinomalant.

8 Cf. vv. 2990-3017 et 7121-7222.

9 Cf. vv. 3268-71, 3311-19 et 7232-35.

10 Cf. vv. 3212-27 et 7440-53.

11 A l'illumination nocturne d'innombrables chandelles chez le Roi Pêcheur répond l'éclairage diurne des grandes verrières transparentes, cf. vv. 3175-77 et 7468-75. Peut-être motif celtique bien connu du château de verre ou de la chambre de cristal, voir, par exemple, Les aventures d'Art fils de Conn, trad. anglaise par R.I. Best, Eriu, II.

12 Cf. vv. 3248-51 et 7430-35.

13 G. Lascault, Sur la Planète Max Ernst.

14 Voir vv. 7396-7423.

15 Cf. vv. 4651-59 et 7313-37.

16 R.-L. Wagner, "Sorcier" et "magicien", p. 82, cité par J. Frappier, Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, Paris, Sedes, 1972, p. 253. R.-L.W. allait jusqu'à imaginer la cour arthurienne appelée d'Orcanie prise au piège et à jamais prisonnière du Château des Reines.

17 Le Speculum Humanae Salvationis de Rudolphe de Saxe, par exemple, dont s'inspire en particulier la répartition des vitraux de l'église Saint Etienne de Mulhouse, a été édité par J. Lutz et P. Perdrizot, 2 vol., Leipzig, 1907. Sur l'exégèse typologique du Moyen Age, voir l'ouvrage fondamental du P. Henri de Lubac : Exégèse médiévale. Les quatre sens de l'Ecriture, Paris, Aubier, 4 vol., 1959-1964. Sur ce type de structure, voir Maria Corti, "Structures idéologiques et Structures sémiotiques au xiiie siècle", Mélanges J. Rychner, pp. 93-105.

18 On a souvent fait remarquer que l'action de Gauvain avait une portée limitée et qu'il représenterait une chevalerie courtoise dont les valeurs étaient destinées à être dépassées par la chevalerie d'un Perceval. Ainsi J. Frappier voyait un contraste entre les aventures de Perceval et celles de Gauvain qui "subissait une perte de prestige" (Ibid., p. 254). Pour J. Ribard, le "nice" ... "avait dû se faire peu à peu avant de se défaire dans le raccourci saisissant de la scène de l'ermitage Gauvain, auréolé d'une gloire toute "mondaine" s'en "dégager laborieusement pour accéder, ou du moins pour tendre, à une forme de perfection supérieure", Chrétien proposant à notre méditation "deux itinéraires, deux voies possibles pour l'homme" (Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, Paris, Honoré Champion/Traductions, 1979, pp. 8-9).
Ces remarques ne perdent rien de leur pertinence dans le cadre d'une construction prophético-typologique dont les deux pôles ne sont jamais d'égale valeur ni d'égale perfection; le factum préfigurant de l'histoire humaine demeurant par nature en-deçà du mystère préfiguré de l'histoire divine : le sacrifice d'Abraham n'est pas l'égal de celui du Calvaire, mais il en constitue un signum; la prostituée Rahab du Livre de Josué n'est pas l'Eglise, mais préservée grâce au signal du cordon écarlate, couleur du sang rédempteur de l'Agneau et par là sanguinis Christi signum, elle devient figura Ecclesie. Parfois même préfigurant et préfiguré sont en opposition dans le schéma faute/réparation, ainsi la tour de Babel (confusion des langues, dispersion des hommes) et la Pentecôte (don des langues, communication avec tous les hommes) : la Pentecôte restaure l'unité perdue à Babel. C'est d'un schéma analogue que nous semble ressortir la structure de notre roman.
Entre Perceval et Gauvain, il y a moins contraste que différence de degré d'accomplissement, comme, encore une fois, entre Ancien et Nouveau Testament. Ce sont moins leurs personnes qui comptent d'ailleurs que leurs facta au plan sémiotique. C'est en ce sens que le prodige du Lit de la Merveille senefie le prodige plus grand appelé à s'accomplir devant le Graal pour le Roi Pêcheur. Le génie du romancier a été d'harmoniser le caractère de ses deux héros et la sémioticité de leurs aventures. Est-ce hasard si le courtois Gauvain, miroir de la chevalerie, préfigure dans ses facta le salut à venir par elle après conversion, et si ce salut s'amorce dans le monde féminin du Château des Reines ? Gauvain, pour devenir prophète, ne demeure pas moins Gauvain. Quant à sa "perte de prestige", il conviendrait de nuancer, en précisant qu'elle ne se manifeste que dans la première partie, rétrospective, de ses aventures d'avant l'axe de l'Ermitage, qui représentent l'ère des désastres et l'évoquent allégoriquement, avant que ne commence celle des réparations amorcée in figura après l'Ermitage, ligne de partage entre l'échec et la réussite. L'auteur du Perlesvaus comprendra fort bien ce rôle du personnage de Gauvain, dont il fera l'initiateur des aventures de Perceval et qu'il associera à saint Jean-Baptiste, lui confiant la quête de l'épée qui décapita le Précurseur.

19 Cf. vv. 5637-59 et 8278-8645.

20 La construction de l'épisode du Château des Reines comprend plusieurs parties. Du vers 7121 au vers 8117 il correspond, du point de vue des réminiscences, à celui du Château du Graal dans la partie Perceval (vv. 2970-3410); les vers 8116 à 8277 (gardien des ports de Galvoie, gué périlleux) reprennent la partie Gauvain qui va du vers 6312 à 7121 pour remonter ensuite avec l'histoire de Grinomalant jusqu'à l'épisode d'Escavalon où s'inclut l'histoire de l'Orgueilleuse de Logres (vv. 8278-8799); c'est à cette dernière partie qu'appartient notre tableau. Notons que la diatribe misogyne du vavasseur contre la princesse d'Escavalon (vv. 5766-799) et du nautonier contre l'Orgueilleuse (vv. 7203-08 et passim) ne sont pas sans établir une correspondance entre les deux figures fatales. Dans cet ensemble on remarquera encore le parallélisme entre le dialogue Gauvain/Grinomalant et le dialogue Perceval/Germaine Cousine, cf. vv. 8284-505 et 3466-3674 : enquête sur l'aventure du héros au château, sur le château et ses habitants, sur le nom et l'identité des interlocuteurs. L'épisode est tout entier tissé de réminiscences des aventures passées des deux héros; le roman se trouvant ainsi entraîné dans un mouvement d'éternel retour destiné à ramener Perceval chez le Roi Pêcheur pour refaire l'action manquée d'une rédemption conçue comme une nouvelle genèse. Dans cette construction, il y a quelque chose de l'art de la fugue. Le tout paraît ordonné à une haute idée du Graal eucharistique, gage de bonheur pour une société chevaleresque libérée de ses vices propres grâce au rétablissement de la fonction royale dans le cadre d'un service réciproque.

21 A peine son entretien avec Clarissant prend-il fin que Gauvain songe à tenir sa promesse envers Grinomalant : préparer leur joute en présence des leurs, c'est-à-dire pour Gauvain le roi Arthur et sa cour, dépêcher un messager à Orcanie pour les en faire venir. Le récit s'interrompt, comme on sait, à l'arrivée du message, laissant le lecteur dans l'attente d'une nouvelle scène arthurienne qui équilibrerait celle des trois gouttes de sang sur la neige et verrait resurgir Perceval pour relancer la dernière série de ses aventures : la première rencontre de Perceval et de Gauvain devant la cour d'Arthur impliquant ici leurs retrouvailles. De même que de Caerléon partaient les aventures de Gauvain et repartaient celles de Perceval, de la nouvelle scène arthurienne devaient symétriquement repartir les quêtes, cette fois fructueuses, de Graal et de la lance. La Première Continuation cependant, après les noces de Clarissant et de Grinomalant, repart sur de nouvelles aventures de Gauvain, sans revenir à Perceval; le Parzival, en revanche, profite de la suite donnée à l'affaire de Gramoflanz et de Gawan pour réintroduire Parzival dans le récit; la scène arthurienne de Joflanze (L.XIV) équilibrant celle du L.VI au bord du Plimizoel, laquelle correspond à celle des trois gouttes de sang près de Caerléon (vv. 4121-4584); le dénouement de l'épisode chez Wolfram relève du type de composition de Chrétien plutôt que de la Première Continuation.

22 Communication au colloque "Amour et chevalerie dans les romans de Chrétien de Troyes", Troyes, 27-29 mars 1992.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter