Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image, structure et sens

 | 
Antoinette Saly

L'épisode du Pré aux Jeux dans le Chevalier de la Charrette

Texte intégral

  • 1 Les romans de Chrétien de Troyes édités d'après la copie de Guiot (Bibl. nat. fr. 794), III, Le Ch (...)

1L'épisode du Chevalier de la Charrette baptisé par M. Roques le Pré aux Jeux et qui occupe dans son édition les vers 1634 à 1828 a peu retenu l'attention de la critique1. Il passe pour un épisode secondaire, une amplification somme toute arbitraire dont le lien avec le reste du récit serait des plus lâches ; évocation poétique d'ébats champêtres assortie d'un différend entre père et fils qui ne s'impose d'aucune manière, or cet épisode de transition entre celui de la Demoiselle Amoureuse et celui du Cimetière Futur me paraît intéressant à plus d'un titre ; aussi voudrais-je l'examiner de près : il me semble présenter des éléments très particuliers directement en rapport avec le motif essentiel de la charrette et susceptibles d'en éclairer le sens en même temps que la composition du roman.

  • 2 Sur ces hypothèses, voir R.S. Loomis, Op. cit., pp. 204-214.

2Si, en effet, pour ce qui est de la nature de la charrette on en est réduit aux hypothèses2, ce qui, par contre, peut aboutir à plus de certitude, c'est l'étude de la fonction de la charrette.

3Le voyage sur la charrette comporte 124 vers ; c'est peu dans un roman qui en comporte quelque 7000. Au v. 320, Gauvain voit Lancelot atteindre la charrette ; au v. 444, le nain et sa charrette disparaissent du roman qui en fait descendre Lancelot ; quant à son charretier, ... si s'an va ; Ne sorent ou il s'en ala. Mystère total. Le nain est un personnage épisodique qui disparaît aussi vite qu'il est apparu.

4Quel rôle a-t-il joué ? Il a promis à Lancelot que, s'il montait sur la charrette-pilori, il saurait avant le lendemain ce qu'était devenue la reine ; ce qu'il répètera à Gauvain qui, lui, le suivra à cheval, se gardant bien de monter. Il les mène tous deux à un château d'où, effectivement, le lendemain, à la pointe du jour, ils verront passer le cortège de la reine que l'on emmène avec Keu blessé vers le pays de Gorre (vv. 550-9). Ils suivront la même route, le nain ne les a pas trompés.

5Si le rôle du nain s'arrête à la porte du château, les conséquences de ce voyage sur la charrette ne font ici que commencer. Le geste de Lancelot le poursuivra, il est devenu le "charreté" marqué d'un sceau d'infamie et cette exécrable renommée le précèdera désormais partout ; il ne sera plus a cort oïz ; Ne onorez ne conjoïz (vv. 337-8). Dès son arrivée au château, il s'attire les huées d'une foule sadique (vv. 402-17) et les railleries de son hôtesse qui lui prédit à son tour une vie de déshonneur (vv. 576-82).

6Et l'on ne reparlera plus de cette menace ; on n'en reparlera plus jusqu'à l'arrivée de Lancelot dans le Pré aux Jeux, un millier de vers plus loin.

7Lancelot chevauchant en forêt, dans un chemin étroit, de conserve avec la demoiselle entreprenante qui s'est mise sous sa protection, rencontre le prétendant qu'elle a évincé ; celui-ci la revendique, la demoiselle refuse, Lancelot propose un combat, ils attendent un endroit propice et débouchent sur un pré.

8Ils se retrouvent devant une assemblée de chevaliers et de pucelles en train de se divertir à différents jeux : trictrac, échecs, jeux de dés divers ; d'autres chantent et dansent, sautent, cabriolent ou luttent : Li autre, qui iluec estoient, Redemenoient lor anfances, Baules, et quaroles, et dances ; Et chantent et tunbent et saillent, Et au luitier se retravaillent (vv. 1644-8). Ceci sous la surveillance d'un chevalier d'un certain âge, qui est, nous l'apprendrons plus loin, le père du prétendant malheureux.

  • 3 Sur cette appellation celtique de l'Autre Monde, voir F. Lot, "Celtica", Rom. 24, 1895, p. 328. Re (...)

9Dans l'atmosphère de joie qui règne sur cette sorte de Tir-nan-oc, de "Terre des jeunes"3, où l'on retrouve les ébats de l'enfance, l'arrivée de Lancelot crée un coup de théâtre. Ici pour la première fois, au vers 1664, la honte de la charrette entraîne une conséquence inattendue : Tuit de joie feire se tienent Et crient tuit par mi les prez : "Veez le chevalier, veez, Qui fu menez sor la charrete. N'i ait mes nul qui s'antremete De joër, tant con il i ert Dahez ait qui joër i quiert Et dahez ait qui daignera Joër, tant con il i sera (vv. 1664-72). Sa présence suspend les jeux et les danses, les caroles s'arrêtent, et l'on nous précise que c'est en raison du mépris et de la malveillance que le nouveau venu inspire et que l'on tient à lui exprimer : Furent remeses les quaroles Por le chevalier que il virent, Ne jeu ne joie plus ne firent, Por mal de lui et por despit (vv. 1700-03).

10Le père s'emploie à empêcher le combat projeté entre Lancelot et son fils dont il connaît l'outrecuidance. Le mieux, lui dit-il en substance, est de suivre ce chevalier pour se rendre compte de sa valeur et de ne te laisser le défier que si c'est raisonnable. Lancelot ne fait que traverser le pré, sans bataille, pour se diriger vers le cimetière futur ; cette société de joueurs a refusé de l'accueillir. Au moment de son départ jeux et danses reprennent, Ralons joer s'écrient-ils ; Lors recomancent Lor jeus, si querolent et dancent (vv. 1827-8).

11Le passage de Lancelot dans le Pré aux Jeux est circonscrit par la suspension et la reprise des caroles. Il n'est pas entré dans la danse.

  • 4 Lancelot (D'une aventure d'Agravain jusqu'à la fin de la quête de Lancelot par Gauvain et ses comp (...)

12Ce singulier épisode n'est pas sans analogie avec un motif que l'on retrouve à plusieurs reprises dans la littérature arthurienne postérieure : celui de la carole magique. On le rencontre notamment dans le Lancelot propre ; dans l'Estoire de Merlin, c'est l'épisode de Guinebaut ; dans le roman de Meraugis de Portlesguez de Raoul de Houdenc, c'est l'aventure du château des caroles4.

13Il est impossible dans le cadre de la communication de présenter tous ces récits, qui offrent entre eux une remarquable constante : l'arrivant est accueilli dans la société des joueurs et des danseurs, entre dans la carole, perd la mémoire et ne peut plus en ressortir, prisonnier d'un monde enchanté auquel rien ne saurait l'arracher. Il nous suffira d'étudier le motif tel qu'il apparaît dans le Lancelot propre. C'est le plus intéressant pour notre propos, non seulement parce que c'est Lancelot qui, encore une fois, en est le héros, mais parce que le contexte indique avec évidence que l'auteur en comprend la signification. L'épisode se situe dans la partie communément appelée l'Agravain, nous sommes au tome IV de l'édition Micha.

14En quête de son cousin Lyonnel avec un écuyer de rencontre, Lancelot parvient à la lisière d'une antique forêt. Il est averti par deux fois des pièges qu'elle recèle : d'abord par une inscription, ensuite par l'ermite installé en ces lieux : Cette forêt est la Forêt Perdue dont nul ne ressort. Deux cents chevaliers y sont déjà restés, que l'ermite tient pour morts. Lancelot ne se laisse pas dissuader. Il s'y engage pour recevoir un troisième avertissement, celui de la demoiselle au brachet venue à sa rencontre, encore une fois il passe outre et s'enfonce dans la Forêt Perdue, sur la Voie sanz Retor. Il débouche soudain dans une belle prairie ; là, au pied d'une tour, sont tendus de magnifiques pavillons ; au milieu, à l'ombre de trois grands pins plantés en cercle, se dresse une cathèdre d'ivoire où, sur un samit vermeil, repose une couronne d'or. Tout autour des trois pins carolent des dames et des chevaliers. Lancelot s'approche, il est immédiatement saisi d'un invincible désir de se mêler à la danse : Si oublie sa dame et ses compaingnons et soi meesmes en tel maniere qu'il ne l'an souvient mais ... Et lors comance a chanter et a ferir del pié ausi comme li autre, si s'anvoise et joue assez plus qu'il n'avoit onques mes fet (LXXIX, 35, p. 235). L'écuyer tente en vain à deux reprises de lui faire quitter la danse, puis désespéré, comprenant que Lancelot est engingniez par la querole, il repart seul.

  • 5 C'est un frère de Bohort. L'Estoire connaît le roman de Raoul de Houdenc, auquel elle fait directe (...)

15Sur ce, le conte, dans son entrelacement, abandonne cette •histoire pour la reprendre plus loin. Il raconte alors comment Lancelot fit cesser l'enchantement en recevant la couronne et en apprit sur le champ l'origine de la bouche d'un vieux chevalier : la carole est l'œuvre d'un magicien, le propre cousin du roi Ban, qui la fit éternellement tourner pour complaire à une exigeante demoiselle en échange de son amour. Pour elle fut aussi construit par ses soins l'échiquier magique que Lancelot seul parviendra à mater. Ce magicien, dans l'Estoire de Merlin, porte le nom de Guinebaut5.

  • 6 Cf. F. Lot, Ibid., pp. 325-26 ; H. D'Arbois de Jubainville, Cours de Littérature celtique, V, pp. (...)
  • 7 Cf. Stith Thompson, Motiv-Index of Folk Literature, Copenhagen, 6 vol., 1955-58, F 261 ; Arthurian (...)

16Dans cet épisode, comme dans le Pré aux Jeux, comme dans l'aventure de Guinebaut, se retrouvent, en dépit des variantes et des amplifications, des éléments identiques (jeux et caroles dans la prairie au fond de la forêt) ; mais des personnages très voisins y jouent également un rôle : un vieux chevalier, une demoiselle qui inspire l'amour et son redoutable amoureux, puis le nouvel arrivant, héros de l'aventure. L'épisode de l'Agravain ne saurait dériver du roman de Chrétien ; ils exploitent tous deux un même thème, c'est tout ce qu'on peut dire ; la variante de l'Agravain, où le héros est pris dans la carole, en représentant la forme traditionnelle. L'épisode, beaucoup plus dépouillé, du château des caroles dans Meraugis en met particulièrement en valeur un aspect essentiel : la perte de la mémoire. Entraîné dans la carole, le héros voit compromise la quête de sa dame, la belle Lidoine, totalement oubliée. Voilà qui nous éclaire sur le danger couru par le chevalier de la charrette en quête de la reine. Le Pré aux Jeux est un passage périlleux qui recèle un redoutable piège prêt à se refermer sur le héros. La danse dont on ne ressort plus appartient au monde dont on ne revient pas, c'est un sortilège de l'Autre Monde. Les désignations de Forêt Perdue, Forêt sans Retour, Voie sans Retour que l'on trouve dans l'Agravain et l'Estoire de Merlin sont suffisamment révélatrices. Et que dire du nom que porte la demoiselle dans ce dernier roman où elle se présente comme la dame de la Terre Estrange Sostenue ? Ou du nom du chevalier solitaire qui mène la danse au château des caroles, l'adversaire de Méraugis, l'Outredoté ? Il leur reste comme un indice des personnages mythiques qu'ils ont primitivement été. Sans doute aussi le vieux chevalier du Pré aux Jeux est-il, comme Bademagu, un prince de l'Autre Monde et la demoiselle entreprenante, une fée. Il y a longtemps que l'on a reconnu dans la carole magique un thème très proche de celui d'anciens récits celtiques comme l'Ile des pleureurs noirs et surtout l'Ile des rieurs dans la Navigation de Maelduin6, qui sont autant d'évocations de l'Autre Monde, sans compter que le mythe de la carole reparaît dans le folklore, notamment en pays celtique, sous celui des danseurs maudits7.

17Lancelot, chez Chrétien, échappe au sortilège, il n'est pas admis dans le cercle ; la société des joueurs et des danseurs l'a rejeté pour une seule et unique raison : il est le chevalier qui est monté sur la charrette, sa détestable renommée le sauve. Qu'en déduire sinon que la montée sur la charrette lui a été bénéfique, que le nain est un adjuvant féerique du héros venu le prendre à point nommé pour le mener sur la route du cortège, le faisant monter sur la charrette d'infamie pour le sauver du piège à venir ? La charrette a une valeur apotropaïque, le renom qu'elle confère à Lancelot se révèle un précieux talisman.

18Mais il y a plus. Dans le cadre de l'épisode, nous le savons, se déroule un petit drame : le vieux chevalier empêche son fils, le fougueux prétendant de la demoiselle, d'attaquer Lancelot pour la revendiquer. L'altercation du père et du fils se charge de signification si l'on se rapporte à celle qui plus loin mettra aux prises Bademagu et Méléagant. Nous en découvrirons la réplique dès l'arrivée de Lancelot au pays de Gorre. Le rapprochement s'impose entre le dialogue père-fils dans le Pré aux Jeux (vv. 1710-1809) et les dialogues entre Méléagant et son père, le sage Bademagu, désireux de remettre la reine à Lancelot (vv. 3142-3923). Le vieux chevalier et le fougueux prétendant apparaissent comme des doubles de Bademagu et de Méléagant, dans une intrigue qui se reproduira dans la partie du récit qui suit immédiatement le passage du Pont de l'Epée : même situation, mêmes caractères, même rapport entre les personnages, mêmes discours, même conclusion. Dans les deux cas, l'arrivée du champion de la demoiselle/de la reine, provoque le drame entre l'orgueilleux fils, prétendant évincé, prêt à revendiquer l'aimée par les armes, et le sage père qui prend contre lui le parti de Lancelot et de la femme revendiquée, soucieux d'empêcher un combat qu'il sait perdu d'avance par son outrecuidant fils. Dans le premier cas il parvient à l'empêcher totalement, dans le second à le faire cesser. La reine, comme la demoiselle, est remise à Lancelot.

  • 8 Le luxe affiché par le vieux chevalier dont le cheval avoit lorain et sele d'or suffirait à le dés (...)
  • 9 Université de Picardie, Centre d'Etudes Médiévales, Actes du Colloque des 14 et 15 janvier 1984, L (...)

19Ainsi dans cet Autre Monde qu'est le Pré aux Jeux, se joue déjà pour le préfigurer le drame du pays de Gorre8. L'épisode est une mise en abyme prospective de la grande aventure du roman, celle que Lancelot courra au royaume don nus estranges ne retorne (v. 641) pour en faire ressortir la reine et tous les prisonniers. Il n'éclaire pas seulement le sens de la charrette dans le roman, il met aussi en lumière un procédé de composition en miroir, qui sera celui de Perceval9.

Notes

1 Les romans de Chrétien de Troyes édités d'après la copie de Guiot (Bibl. nat. fr. 794), III, Le Chevalier de la Charrette, publié par Mario Roques, Paris, Champion, CFMA, 86. Il est significatif, par exemple, que dans Arthurian Tradition and Chrétien de Troyes, New York, Columbia University Press, 1949, L. III, R.S. Loomis omette cet épisode dans son étude, passant directement du château de la demoiselle amoureuse au cimetière futur.

2 Sur ces hypothèses, voir R.S. Loomis, Op. cit., pp. 204-214.

3 Sur cette appellation celtique de l'Autre Monde, voir F. Lot, "Celtica", Rom. 24, 1895, p. 328. Remarquons que ce pré aux jeux et aux caroles n'est pas sans évoquer non plus le Mag Mell, la "Prairie Heureuse", autre monde féerique de l'ancienne littérature irlandaise.

4 Lancelot (D'une aventure d'Agravain jusqu'à la fin de la quête de Lancelot par Gauvain et ses compagnons), édition critique par Alexandre Micha, t. IV, Paris-Genève, Droz, 1979, pp. 229-236 et 286-294 ; H.O. Sommer, The Vulgate Version of the Arthurian Romances, 7 vol. et un Index, The Carnegie Institution, Washington, Vol. II, l'Estoire de Merlin, 1908, pp. 245-246 ; Meraugis de Portlesguez, éd. M. Friedwagner, Halle, 1897, vv. 3662-3744 et 4331-4444.

5 C'est un frère de Bohort. L'Estoire connaît le roman de Raoul de Houdenc, auquel elle fait directement allusion, et vraisemblablement aussi le récit du Lancelot propre.

6 Cf. F. Lot, Ibid., pp. 325-26 ; H. D'Arbois de Jubainville, Cours de Littérature celtique, V, pp. 473 et 492.

7 Cf. Stith Thompson, Motiv-Index of Folk Literature, Copenhagen, 6 vol., 1955-58, F 261 ; Arthurian Literature in the Middle Ages, A collaborative History edited by R.S. Loomis, Oxford, Clarendon Press, 1959, p. 301 ; L. Allen Paton, Studies in the Fairy Mythology of Arthurian Romance, New-York, Franklin, 1960, p. 91, où l'on trouvera une abondante bibliographie de la question.

8 Le luxe affiché par le vieux chevalier dont le cheval avoit lorain et sele d'or suffirait à le désigner comme un personnage hors du commun. Sa tenue est également à remarquer : Por le bel tans ert an chemise ; pourquoi ce détail, en apparence insignifiant, sinon pour suggérer que nous sommes bien ici dans la belle saison éternelle du "Pays de l'Eté", Gwlad yr haf, autre nom celtique de l'Autre Monde, ensuite assimilé par jeu de mots au Somerset dont la capitale Bath (Bade dans notre roman) est aussi celle de Bademagu et de Méléagant ? Chrétien, d'autre part, n'a-t-il pas connaissance de la signification du nom de Méléagant/Malgwas, "Prince Jeune" et "Prince des Jeunes", pour créer ce caractère turbulent et placer ce fils auprès du sage prince de l'Au-delà ? Ces figures évhémérisées de l'Autre Monde, comme l'a remarqué E. Philipot, vont souvent par couples : Mabuz/Iweret, Evrain/Mabonagrain ; voir "Un épisode d"‘Erec et Enide", la joie de la cour. -Mabon l'enchanteur", Rom., 25, 1896, pp. 258-94, en particulier p. 276, l'on pourrait ajouter à ces exemples celui du roi Pêcheur et du Vieux Roi son père dans Perceval. Tout se passe comme si Chrétien distribuait les éléments d'un même mythe éclaté entre les deux épisodes : l'aventure du pays de Gorre et sa mise en abyme dans le pré aux jeux. Ce ne sont là que des remarques qui demeurent dans le domaine de l'hypothèse ; reste que nous nous trouvons dans le roman devant un ensemble cohérent qui ne paraît pas en désaccord avec ce que l'on sait par ailleurs de la localisation de légendes arthuriennes à Glastonbury dans le Somersetshire, cf. J. Marx, Nouvelles recherches sur la littérature arthurienne, Paris, Klincksieck, 1965, pp. 19-43.

9 Université de Picardie, Centre d'Etudes Médiévales, Actes du Colloque des 14 et 15 janvier 1984, Lancelot, publiés par les soins de Danielle Buschinger, Kümmerle Verlag, Göppingen, 1984, pp. 191-97.

© Presses universitaires de Provence, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter