Version classiqueVersion mobile

Le village de la Capelière en Camargue

 | 
Corinne Landuré
, 
Patrice Arcelin
, 
Gilles Arnaud-Fasseta

Environnement et pratiques vivrières

Étude archéozoologique (ostéologie, conchyliologie)

Vianney Forest

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Introduction générale

L’archéozoologie de l’île de Camargue est née, à notre connaissance, avec l’étude d’Armelle Gardeisen lors de la fouille de sauvetage du village altomédiéval d’Arles/ Augéry-de-Corrèges1 menée au début des années 1990 (Gardeisen inédit, 1993). Cette étude a été suivie de diverses interventions plus modestes s’étalant du Ier s. av. n. è. au Xe s. de n. è.2, dont les résultats acquis par nous-même ont été réunis dans une synthèse (Forest 2004a). Celle-ci incluait les premières découvertes du site rural de la Capelière. Peu après, la fouille complète d’un établissement rural à la Tour-du-Valat distant de la Capelière de 3 km à vol d’oiseau au Sud-Est, a renforcé le corpus (Forest 2004b) entre le Ier s. av. n. è. et le début du Ier s. de n. è. Exploré au cours de plusieurs campagnes annuelles entre 1997 et 2002, le site de la Capelière remonte les siècles grâce à une occupation qui débute au Ve s. av. n. è. et qui se poursuit sur le long terme jusqu’aux Ve-VIe s...

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search