Version classiqueVersion mobile

Sarta Tecta

 | 
Charles Davoine
, 
Maxime L’Héritier
, 
Ambre Péron d’Harcourt

L’entretien en pratique. Aspects techniques et prévision des dégradations

L’entretien des couvertures médiévales

Quelles approches archéologiques ?

Sylvain Aumard

Résumé

Depuis une décennie, l’archéologie du bâti a enrichi la connaissance des couvertures médiévales, tant pour ce qui touche aux matériaux et qu’à leurs mises en œuvre. Pourtant, les questions relatives à l’entretien des couvertures sont encore difficiles à appréhender malgré la multiplication des indices intrinsèques à cette problématique : techniques d’entretien, périodicité et importance des interventions, « gestion » des stocks de matériaux destinés aux réparations, retours d’expériences, problème de l’accessibilité des parties hautes, etc. Tout en insistant sur le cas de la tuile, matériau le plus répandu, il sera utile en outre de pointer les autres contextes intéressant la question (reins de voûtes, volige…). Cette contribution s’attachera donc à faire le point sur les apports des recherches actuelles, puis à dégager leurs limites ainsi que les perspectives que celles-ci laissent augurer.

Cet article est dédié à la mémoire de mon père, François, à qui je dois mon intérêt pour l’observation des hauteurs.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’importance de l’entretien des couvertures et du toit en général est une question universelle car elle touche autant la protection des occupants et des biens abrités à l’intérieur d’un bâtiment que la préservation de la construction en soi1. Au Moyen Âge, l’existence de nombreuses bâtisses en bois dans les villes semble ainsi faire redouter davantage le pourrissement par les infiltrations d’eau que l’incendie2. L’importance de la problématique se juge également à l’aune des dépenses considérables engendrées par les réparations des couvertures au point, dans certaines circonstances, de devenir impossible à réaliser et d’engendrer à terme la reconstruction à neuf du comble3.

Depuis les premières réflexions d’Eugène Viollet-le-Duc au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, on compte peu de travaux sur le sujet et la question de l’entretien des couvertures n’est jamais abordée en soi, sauf pour des considérations générales, souvent en rapport avec la qualité des matériaux, leur durab...

Auteur

Centre d’Études Médiévales Saint-Germain, Auxerre : associé UMR 6298 ARTeHIS Dijon
Sylvain.aumard@cem-auxerre.fr

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search