Version classiqueVersion mobile

Sarta Tecta

 | 
Charles Davoine
, 
Maxime L’Héritier
, 
Ambre Péron d’Harcourt

L’entretien en pratique. Aspects techniques et prévision des dégradations

« Laver, restaurer, entretenir, remettre à point… »

L’entretien des vitraux, un souci permanent ?

Raphaëlle Chossenot

Résumé

Cet article propose de faire le point sur ce que recouvraient les concepts d’entretien et de restauration dans le domaine du vitrail au Moyen Âge et au début de l’époque moderne. La création de vitrail, plus prestigieuse, a jusqu’ici été davantage prise en compte, mais l’analyse croisée des œuvres conservées et des sources anciennes montre que l’entretien des vitraux constituait le quotidien d’un grand nombre de peintres-verriers. Les travaux effectués dans le cadre de l’entretien et de la restauration sont sensiblement les mêmes ; les différences se situent au niveau de l’importance de la surface traitée et surtout dans la mise en œuvre (adjudications, contrôle du travail effectué…). Le recours au remploi de matériaux, qui n’est pas spécifique au vitrail, s’accompagnait ici – outre les économies engendrées –, du souci de conserver et de préserver des éléments auxquels une certaine valeur (spirituelle, mémorielle, voire artistique) était attribuée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entretenir et restaurer sont des évidences dans le domaine du vitrail, verre et plomb étant soumis à de nombreuses agressions, insidieuses (corrosion, etc.) ou brutales. Ces activités, moins prestigieuses que la création, assuraient le quotidien de nombre de peintres-verriers des XVe-XVIIIe siècles. Du dépoussiérage annuel des vitraux à la réalisation de « campagnes de restauration » en passant par le remplacement ponctuel d’éléments abîmés, la gamme des travaux était vaste. L’entretien ordinaire a jusqu’ici peu retenu l’attention des historiens et des historiens de l’art en tant qu’objet historique, au contraire des « grandes campagnes de restauration »1. L’objectif de cette contribution est de s’intéresser à la distinction entre ces pratiques grâce à l’étude des sources médiévales et modernes disponibles (pour l’essentiel sources comptables des établissements religieux et actes de la pratique, mais aussi contrats notariés et législations du métier), de tenter de les définir et de ...

Auteur

LACITO – UMR 7107 (CNRS - Université Paris 3)
Raphaelle.chossenot@cnrs.fr

© Presses universitaires de Provence, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search