Version classiqueVersion mobile

Genre Révolution Transgression

 | 
Anne Montenach
, 
Jacques Guilhaumou
, 
Karine Lambert

L’esprit des Lumières et de la Révolution

L’érotisme au féminin ou la transgression discrète en temps de crise ?

Jean-Clément Martin

Texte intégral

  • 1 Robert Darnton, Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine, Seuil, 1991.

1En 1807, une certaine Madame C*** publie à Hambourg un ouvrage en deux volumes, Julie, ou j’ai sauvé ma rose, qui se trouve au même moment en vente à Paris « chez les marchands de nouveauté » comme l’indique la mention de la page de garde. La chose est ordinaire pour tous les ouvrages libertins, galants ou pornographiques édités hors des frontières pour éviter la censure1. L’ouvrage connaît manifestement un certain succès avant d’être censuré en 1827, voué à la destruction, ce qui ne l’empêche pas de connaître des rééditions à la fin du xixe siècle.

2Avec ce livre et quelques autres, un genre littéraire de médiocre ampleur et de médiocre qualité, mais dont la renommée persistera tout au long des siècles suivants, se constitue autour de personnages féminins, censés rapporter leurs expériences intimes, tout en affichant une autonomie vis-à-vis des hommes. Nous sommes loin de la grande littérature, considérée, faut-il le rappeler, comme inexistante pendant la période révolutionnaire par une tradition historiographique ; nous sommes aussi bien éloignés de revendications féministes cohérentes et affirmées, dont le manque avéré fait jeter un deuxième opprobre sur ces ouvrages.

3L’ouvrage est mince, peu connu et sans doute de peu d’intérêt. Pourtant, l’existence de ce type d’œuvres à ce moment précis permet la réflexion sur les tensions qui traversent la France de la Révolution et de l’Empire, éclaire précisément certains épisodes considérés comme atypiques dans un pays soumis au contrôle masculin et justifie, puisqu’il en est toujours besoin, l’approche à partir des notions de « genre » dans les sciences humaines et en histoire.

Un livre libertin comme les autres ?

4L’argument du livre peut se résumer rapidement. Arrivée à l’âge redoutable de trente ans, l’héroïne Julie rédige ses mémoires à propos de sa vie sexuelle censée s’arrêter. Elle donne donc le témoignage de sa vie libertine, pendant laquelle elle est passée d’un amant à un autre, qui se clôture par son établissement à la fois dans une situation financière solide et dans une relation saphique, pour reprendre les termes de l’époque. Tout le sel de cette histoire tient au récit des aventures érotiques que Julie traverse tout en réussissant à défendre sa virginité. Alors qu’elle se présente comme étant naturellement portée au libertinage, elle a refusé l’accomplissement du plaisir pour garder sa réputation et surtout pour maintenir son pouvoir sur les hommes. Elle admet avoir ainsi infligé aux hommes, ainsi qu’à elle-même, de multiples petites défaites, compensées par la fin de ce parcours où elle gagne sur tous les plans.

  • 2 Le parallèle est à faire avec le best-seller international, d’E. L. James, Cinquante nuances de Gre (...)

5Le livre ne trompe pas sur sa nature. Il possède tous les critères ordinaires du livre libertin. Il se construit sur une graduation continue des scènes d’amour hétérosexuelles et homosexuelles, il joue sur le voyeurisme et fait des allusions au viol, comme à la prostitution. L’intrigue est censée se dérouler dans la France de l’époque, délivrée de toute allusion historique ou politique, ainsi que par ailleurs de toute insertion sociale précise, même si les protagonistes évoluent dans un milieu aisé, entre bonne bourgeoisie et noblesse. Les parents de Julie sont évidemment absents, laissant une liberté totale à l’héroïne pour réaliser son éducation sentimentale au fil de ses relations2. Peu de choses diffèrent des structures narratives des romans de Sade.

  • 3 Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs, Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement d (...)

6Pourtant la rupture avec la littérature écrite par des hommes pour des hommes est affirmée. La jouissance est évitée continuellement, si bien qu’aucun accord ne se réalise entre l’envie et le tempérament, l’héroïne ne cédant jamais aux impulsions et refusant la brutalité d’une possession immédiate ou violente. Car le livre est loin des pratiques brutales, voire meurtrières, telles qu’elles sont décrites au même moment par Nerciat ou Sade ; ces auteurs estimant qu’ils donnent ainsi la vérité des rapports sexuels dans lesquels les femmes sont des objets. Cet opuscule situe également à distance des ouvrages médicaux ou moraux considérant les femmes, congénitalement faibles, prisonnières de leur utérus, au point de ne pas pouvoir gérer leurs fureurs utérines, là encore pour reprendre le vocabulaire de l’époque. Ce courant important qui garantit la prééminence de l’homme sur la femme, s’appuie notamment sur les ouvrages du docteur Roussel, Du système physique et moral de la femme, paru dans les années 1770. Il est aussi illustré par Jacques-Louis Moreau, dans son Histoire naturelle de la femme, publiée en 1803, présence un peu inattendue. Passe encore pour Sade ou Nerciat, pour qui on sait à quoi s’attendre, en revanche Moreau est en effet un disciple de Cabanis et un ami de Mme de Staël et de Mme Condorcet. Moreau compte parmi les Idéologues, directs héritiers des Lumières prérévolutionnaires, et il évolue dans un milieu libéral, tolérant vis-à-vis des femmes, au moins eu égard aux normes de l’époque. Ce sont alors les limites de cette tolérance qui sont soulignées par ce petit volume, l’histoire ambiguë de Julie illustrant le brouillage des lignes à propos des relations entre les hommes et les femmes3.

Un(e) auteur(e) incertain(e)

  • 4 Sur les incertitudes, Michèle Bokobza-Kahan, Libertinage et folie dans le roman français du 18e siè (...)

7À vrai dire, y a-t-il quelque chose qui ne soit pas ambigu dans ce livre, à commencer par l’identité de l’auteur ? Madame de C***, qui peut être considérée comme la deuxième femme auteur de ce genre de romans licencieux, serait la comtesse Félicité Choiseul-Meuse. Mais s’agit-il d’un pseudonyme employé par une certaine Madame Guyon ?4 Il n’est même pas assuré que ces livres aient été rédigés par une femme. Choiseul-Meuse pourrait être le nom de plume d’un certain Armand Gouffé, ami d’un chansonnier vaudelliviste, Balisson de Rougemont, auteur également d’ouvrage érotique. En ce début de xxie siècle, les recherches en histoire littéraire continuent de se mener sur ces points.

  • 5 Thèse déposée en 2006 de Stéphanie Conrard, « Le libertinage tardif de 1794 à 1820 : l’exemple de l (...)
  • 6 Pierre Louis Pascal de Jullian, Galerie historique des contemporains, ou Nouvelle biographie, dans (...)

8Admettons qu’il y eut bien une comtesse Anne Joséphine Antoinette Félicité Choiseul-Meuse, née en 1767 décédée en 1838, dont le nom est « associé » à quatre titres, sans que l’on soit sûr de rien5. Car l’indécision s’étend aussi à l’œuvre réelle ou supposée de l’auteur Choiseul-Meuse. Les estimations les plus hautes vont jusqu’à 27 ouvrages liés à ce nom, mais sans certitude. Les plus célèbres, outre Julie, sont Amélie de Saint-Far ou la fatale erreur, publié en 1802, Elvire ou la femme innocente et perdue, paru en 1808, s’inscrivent dans une liste fort diversifiée, puisqu’on y trouve des Récréations morales et amusantes, en 1810, ainsi que des romans plus « conventionnels » comme Aline et d’Hermance, puis en 1812, Paola en 1813, Eugénie ou n’est pas femme de bien qui veut, ou encore 1816 Cécile ou l’élève de la pitié (où l’on relève cependant « des situations invraisemblables et fort bizarres6 »), enfin, en 1824, Mémoires de Mme Adaure.

9L’ensemble des livres attribués à Choiseul-Meuse est hétérogène, outre qu’il demeure douteux. L’unité, s’il y en a une, est donnée par l’écriture jouant sur les frontières entre romans licencieux et conventionnels, comme par le style de ces ouvrages, qui est ordinairement compris comme celui d’une femme puisqu’il s’agit de biographies, souvent éponymes, de récits épistolaires et de mémoires romancées, voisinant avec des œuvres récréatives et instructives. Acceptons de penser que la question de l’identité « sexuée » de l’auteur compte finalement peu si l’on se situe dans la perspective de la « gender history » dans la mesure où ce genre d’œuvres relève ipso facto d’un univers féminin. La catégorisation n’est pas sans exception : le souci d’entrer dans les arcanes de la pensée et des sentiments appartient à toute l’époque et a été partagé aussi par des écrivains hommes, de Rousseau à Stendhal en passant par Sénac de Meilhan. Mais les principaux exemples d’auteurs investis dans ce genre sont des femmes, souvent fort connues, dont Mmes Riccoboni, Cottin, Genlis, Staël, Souza, Charrière ou Duras. Que Choiseul-Meuse soit ou non un véritable auteur compte donc peu. Plus que la réalité biologique, plus même que les catégories sociales, elle est rangée parmi les femmes par le nom et par la technique romanesque. Et c’est ce genre qui fait débat en tant que tel.

  • 7 Carla Hesse, 1991, Publishing and Cultural Politics in Revolutionary Paris, Berkeley, University of (...)

10Le contexte est en effet spécifique puisque les auteurs femmes auraient été plus de trois cents pendant la décennie révolutionnaire. Certaines obtiennent une reconnaissance de la part d’un public suffisamment nombreux et organisé ce qui leur permet de vivre de leur plume. Cette réalité justifie l’initiative de Fortunée Briquet qui, en 1804, recense dans un dictionnaire 580 femmes auteurs francophones depuis le début de la monarchie française7. Cette présence massive pose question : il s’agit ici de l’apothéose des femmes romancières, illustrées notamment par Mme Ricobonni ou Mme Cottin à la tête d’œuvres proliférantes (la postérité retiendra davantage Mme de Staël), alors que toute une tradition historiographique insiste sur la crise que la littérature aurait traversée au moment de la Révolution et conclut que décidément en dehors des discours politiques rien n’a été digne d’intérêt. La production féminine passe ainsi à la trappe, estimée inférieure en qualité à celle que les hommes étaient censés développer. Un esprit chagrin pourrait se demander ce qui est retenu de toute la production des hommes dans la première moitié du xviiie siècle après la disparition des grands auteurs classiques hormis quelques auteurs phares, Marivaux ou Voltaire. Le jugement porté est doublement négatif d’abord parce qu’il s’agit de femmes, ensuite parce que leurs livres sont publiés au moment de la Révolution, période rompant toutes les traditions qu’elles soient littéraires, politiques, juridiques ou morales.

De la liberté et de ses limites

11Ce climat explique la violence du rejet qui concerna Julie. Outre la décision de détruire les exemplaires du livre, un critique qui signe Eusèbe G*** (sic) écrit, dans la Revue des romans en 1839 :

  • 8 Revue des romans, Didot, 1839, t. I, p. 131.

si un homme l’avait écrit on pourrait lui reprocher d’avoir trahi par ses écrits les dérèglements des mœurs ; mais lorsque de tels tableaux ont été écrits par une femme, la pitié et le dégoût arrêtent la censure8.

12La misogynie flagrante de la remarque est renforcée par la condamnation morale qui porte sur le renversement de valeurs que Choiseul-Meuse incarne, ou illustre.

  • 9 Charles Doris, Amours secrètes de Napoléon Bonaparte, Paris, G. Mathiot, 1815. Voir Clyde Plumauzil (...)

13Le développement continu d’une littérature galante, libertine et pornographique ne s’était certes pas réalisé sans poursuite ni censure de la part de l’État. Il avait fallu attendre 1795 pour que La Religieuse de Diderot puisse être publiée et chacun connaît les péripéties judiciaires du marquis de Sade, ainsi que la mise en place de normes bibliographiques, au début du xixe siècle, pour interdire administrativement les ouvrages portant atteinte à la morale. Pourtant, ce type de publications a acquis une force, entre les années 1770 et 1800, qui en a fait un genre littéraire à part entière et un secteur commercial autonome et rentable. Littérature exclusivement assumée par des auteurs masculins, appuyée sur un réseau solide, quoique toujours soumis au contrôle, voire aux aléas, de la politique et de la police, le genre est en quelque sorte une institution établie. Après les années incertaines de la Révolution, il a même su recréer un marché destiné à un lectorat masculin, aisé, amateur d’histoires graveleuses, qui restera durable. En témoignent par exemple, Le boudoir d’Amaranthe, paru en 1803, ou la Critique des Jolies femmes des principaux bordels et maisons auxiliaires de Paris de 1805. Ces publications côtoient les histoires d’alcôve, comme le livre de Charles Doris, Amours secrètes de Napoléon Bonaparte qui appartient à une longue liste de livres sur les amours secrètes des célébrités de l’époque, en l’occurrence Barras ou des frères de l’empereur9. Ces ouvrages prolongent des traditions, mais on est loin des récits « philosophiques » qui florissaient avant 1789 et qui avaient, malgré tout, des ambitions politiques derrière les descriptions lestes. Les années de la Révolution, qui ont vu se renforcer la misogynie et les violences contre les femmes, en réponse manifeste au bouleversement survenu dans les rapports de sexe et de genre, ont à l’évidence influencé ce courant littéraire renforçant ses aspects pornographiques et perdant la légèreté licencieuse, tout aussi misogyne mais moins violente, qui existait auparavant. La conjonction avec les romans noirs a accentué le phénomène.

14Dans ce contexte, la rupture provoquée par des ouvrages licencieux signés par des femmes est d’autant plus grande que ces femmes auteurs affirment leur refus de cette évolution. Avant Mme de C***, une certaine G*** de Morency (de son nom Suzanne Giroux) avait publié Illyrine ou l’écueil de l’inexpérience en 1799, sorte d’autobiographie transposée, où elle mettait en scène ses amants. Le fil rouge du livre était l’affirmation de la liberté d’allure d’une femme qui, sans rompre avec son mari, connaissait des aventures érotiques et résistait victorieusement aux assauts des hommes.

15C’est l’orientation prise par Choiseul-Meuse pour Julie, mais aussi pour d’autres ouvrages qui délivrent la même leçon. Ainsi Amélie ou la fatale erreur présente l’itinéraire d’une femme libre, Amélie de Saint Far, qui meurt pourtant de sa « fatale erreur ». Elle n’a été en effet qu’un jouet manipulé par un libertin, dont elle est enceinte. Le roman s’achevant sur une fin tragique, sauvegarde la moralité acceptée ordinairement mais dénonce la dépendance des femmes et revendique pour elles le droit au bonheur et au plaisir. Plus subtilement, mais aussi de façon plus provocante, Entre chien et loup, rassemble les récits donnés par un groupe de femmes rassemblées dans un château à l’occasion d’une chasse organisée par le mari de l’une d’elles. Libres de tout contrôle, ces femmes, racontent leur « première fois » dévoilant non seulement leur intimité mais aussi les moyens, employés consciemment ou non, pour échapper au contrôle des hommes et particulièrement de leurs maris. Au-delà de la confidence partagée, scellant une autonomie féminine, la liberté des femmes est désormais totale tout en demeurant soigneusement dans la coulisse. Le texte fourmille de petites transgressions comme la présence, sous un habit masculin, d’une des protagonistes pendant des expériences de dissection de cadavres dans un amphithéâtre.

  • 10 Voir par exemple Karen Harvey « Le Siècle du sexe ? Genre, corps et sexualité au dix-huitième siècl (...)

16Si Entre chien et loup se termine sur l’accomplissement d’une union tout à fait hétérosexuelle dont l’héroïne est la très jeune fille de la maîtresse de maison, l’acte est considéré comme une réussite féminine, fêtée par l’assemblée des femmes présentes, complices de la jeune fille et bien décidées à n’en rien dire aux chasseurs – l’amant est à peine mentionné. Le livre qui se clôt pratiquement sur la phrase victorieuse du maître de maison s’extasiant sur la dépouille du cerf tué en s’exclamant « en voilà des bois ! » souligne fortement les limites de la puissance masculine, ainsi ridiculisée par une allusion grivoise. Ce qui est en cause, en définitive, est cette « crise du plaisir » qui a été mentionnée par Peter Cryle et qui donne aux livres de Choiseul-Meuse sa vraie dimension, faute de pouvoir prétendre à d’autres reconnaissances littéraires10.

La crise du plaisir ?

17Le critique Peter Cryle avait estimé qu’une « crise du plaisir » marquait la fin du xviiie siècle et le début du xixe. L’impétuosité, voire la brutalité, identifient les temps nouveaux. Ce n’est pas seulement la « vigueur » prêtée aux républicains qui bouscule les lentes gradations habituelles aux aristocrates « efféminés », c’est l’accélération même du temps, les ruptures sociales, qui se traduisent par des ébats amoureux brisant les fauteuils et les sofas, en même temps que les partenaires masculins cherchent une jouissance immédiate. Contre l’adoucissement des mœurs illustré par l’usage des bains chauds, les habits de Cour et les perruques, la rigueur républicaine, spartiate, prônait la natation en hiver, la redingote de voyage et les cheveux naturels. L’efficacité et la rapidité – que l’on pense aux découvertes sur l’électricité, le télégraphe Chappe ou l’aérostation – marquent les temps, rangeant dans l’Ancien Régime, les petits marquis précautionneux et ambigus, remplacés par des sans-culottes porteurs de moustaches et de piques et par des révolutionnaires bottés sanglés dans des redingotes noires ou marron.

  • 11 Peter Cryle, La crise du plaisir, 1740-1830, Lille, Septentrion, 2003, p. 113 sq.

18C’est alors un monde contraire que Choiseul-Meuse rappelle. Julie, l’héroïne du roman éponyme, comme les femmes d’Entre chien et loup, apprécient les jouissances graduées au fil du temps, voire inabouties. Elle sait bien que, en différant indéfiniment la conclusion, elle « trompe les sens » en n’accédant jamais au « bonheur suprême »11. Julie n’est pas sûre d’avoir fait le bon choix, mais elle choisit une amante pour profiter d’un amour raffiné. Choiseul-Meuse pourrait alors être vue pour une visionnaire, porteuse de demandes proprement féminines contre la prééminence masculine.

19Cette lecture a rencontré sa critique, qui souligne, au contraire, la faiblesse des positions des femmes de la fin du xviiie siècle. La transgression érotique ne portant que sur l’affirmation d’une résistance intime, aucune véritable liberté n’est gagnée par les héroïnes qui, par ailleurs ne revendiquent rien de plus, étant désireuses de se couler dans la société existante et de profiter des gains acquis en cultivant une autonomie bien calculée. Dans une perspective féministe, l’ambition est limitée. Elle correspond de surcroît à une position communément admise à cette époque par la quasi-totalité des femmes, même par celles qui sont actives dans la vie publique et politique. Après le temps du Directoire, où le plaisir sexuel a été perçu comme une fin en soi, Choiseul-Meuse ne renverserait qu’apparemment les codes et ne devrait être reconnue que comme l’auteur de romans libertins bourgeois. Brodant sur la trame du roman érotique conventionnel, l’auteur innoverait décidément peu.

Les chemins de traverse

  • 12 Sur les femmes-soldats et ces deux exemples littéraires, J.-C. Martin, « Tradition et transgression (...)

20Les critiques sont justes, pourtant il ne s’agit pas de juger les œuvres de Choiseul-Meuse comme des livres n’osant pas affirmer une position « féministe » et se contentant de profiter de leurs ambiguïtés vis-à-vis de la pornographie masculine, mais bien de les voir comme les reflets de courants, idéaux ou sociaux, dans lesquels des femmes s’engagent pour de bon. Les récits de Choiseul-Meuse font écho à des itinéraires de femmes qui ont ainsi pu vivre sur des ambiguïtés de sexe et de genre, sans obtenir autre chose que cet espace fragile d’une liberté individuelle. Certaines ont laissé des mémoires, fort incertains eux aussi puisqu’on ne sait pas trop qui en sont les auteurs véritables ni à quoi ils renvoient précisément. Ils illustrent cependant une réalité que les archives confirment avec moins de romanesque. C’est le cas notamment de la célèbre Thérèse Figueur, dite Sans-Gêne, qui raconte une vie tumultueuse puisqu’elle a été enrôlée dans les armées révolutionnaires avant de continuer sa carrière pendant une partie de l’Empire, parfois habillée en homme, parfois en femme. C’est aussi le cas, encore plus romanesque, d’Ida de Saint-Elme autre intrépide voyageuse, sans doute courtisane, qui, elle aussi traverse l’Europe impériale, en changeant de vêtement au gré des circonstances et de ses rencontres amoureuses12.

21Ces quelques cas doivent être pris pour ce qu’ils veulent dire, parce qu’en définitive, la réalité dépasse la fiction dès lors que l’on s’intéresse aux sœurs de Napoléon, aux égéries de Thermidor, voire au microcosme cosmopolite qui se range dans le camp des Idéologues. Tout un petit milieu, mal connu, considéré comme inclassable et non représentatif, a bel et bien vécu comme les héroïnes de Choiseul-Meuse, dans l’ombre et dans une liberté à la fois contrôlée et parfaitement incontrôlable.

  • 13 Voir J.-C. Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Colin, 2008.

22L’empereur a bien pu tout encadrer, jusqu’à la profondeur des décolletés et la largeur des rubans, il a pu charger Mme de Campan de l’éducation des épouses de ses maréchaux, il a pu restaurer l’autorité paternelle, supprimer la reconnaissance des enfants adultérins, il a échoué vis-à-vis des représentantes des élites nationales. Il ne peut pas, pour des raisons personnelles, supprimer le divorce. Enfin il n’a eu aucun pouvoir réel ni sur les frasques ni sur les dépenses de ses sœurs, au point où l’une d’elles, poussera son mari, Murat, à la trahison pure et simple. Il ne pourra pas endiguer les critiques de Mme de Staël, exilée certes mais toujours écoutée et toujours puissante. Même le salon de Mme Récamier sera le foyer d’une opposition feutrée mais efficace. Quant à sa jeune femme, Marie-Louise, subjuguée sans doute un temps par ses ardeurs toutes masculines, elle oubliera rapidement sa tutelle pour vivre une vie libertine assumée. Ce qui taraudait Napoléon était d’assurer sa descendance, et plus largement de rétablir la famille autour de l’autorité paternelle, de certifier la légitimité des naissances et d’installer définitivement les femmes dans la subordination au sein des foyers ou dans l’enrégimentement prostitutionnel13. L’angoisse masculine qui s’exprime ici, après avoir nourri les réclamations contre le divorce dès les années 1796-1797, signale bien qu’il y eut une crise sociale, dont les livres signés Choiseul-Meuse pourraient alors être un des symptômes.

Le mal du siècle

  • 14 Sur l’exemple d’Antonelle, adepte de pratiques masochistes, P. Serna, Antonelle, Aristocrate révolu (...)

23Malgré tous les efforts opérés depuis les premières années de la Révolution par les hommes pour empêcher les femmes d’investir les domaines publics, de la politique, de l’armée, de la littérature et des arts, même de la médecine, l’autonomie des femmes demeure. À cet égard, le recours à la force et à la rapidité, illustré de façon caricaturale par le véritable viol conjugal que Napoléon réalise sur la toute jeune Marie-Louise en 1810, ne trompe personne. Plus que la crise du plaisir, c’est la crise de la masculinité qui est latente, redoutée, conjurée, niée mais toujours présente dans les cerveaux14. Et c’est de cela, qu’à sa manière Choiseul-Meuse témoigne, rencontrant tout un courant disparate, qui permet de comprendre comment la domination masculine, réelle incontestablement, est rongée de l’intérieur par des doutes continus, que le recours à la brutalité tente de conjurer.

  • 15 Dernière édition, Payot, Rivages poche, 1994.
  • 16 Le premier est écrit entre 1821 et 1822 publié sous le nom de H. de Latouche en 1824-1825, sa derni (...)
  • 17 M. Guillemet, op. cit., p. 220 sq. Voir Yves Citton, « Angoisses d’impuissances et dispositifs narr (...)

24La dernière œuvre de Rousseau, Émile et Sophie ou les solitaires15, publiée à titre posthume et rarement citée, décrivait l’échec de l’éducation d’Émile et de son mariage avec Sophie, pourtant savamment choisie ni trop belle ni trop intelligente. L’impuissance conduit au suicide les deux héros « babilans » que furent Olivier de Madame de Duras et Octave du roman Armance de Stendhal16. La peur des hommes devant le « pouvoir nocturne » des femmes, considérées comme des manipulatrices – Marie-Antoinette en étant l’illustration la plus connue et la plus dénoncée – est au cœur de toutes ces appréhensions. La crainte des « invalides de Cythère » devant le pouvoir féminin n’était pas neuve, elle traversait déjà nombre de romans libertins écrits par des hommes depuis les années 175017. La Révolution a aggravé les choses, parce que les hommes estimèrent qu’il leur fallait résister aux prétentions des femmes de prendre la part qui leur revenait dans la configuration née de 1789. La concurrence que les hommes du Tiers-État avait subi du fait des exigences des nobles, hommes et femmes, et qu’ils avaient vaincue, venait maintenant les contester du sein même du Tiers, par les femmes. La concurrence était plus redoutable parce qu’il n’était pas possible de la combattre autrement qu’avec des arguments brutaux, mais toujours incertains puisque la vigueur masculine demeure finalement toujours en sursis.

  • 18 Formule de Jacques Guilhaumou, dans G. Dermenjian et al., Le forum et le harem, Aix-en-Provence, PU (...)

25On comprend alors le refus des livres de Choiseul-Meuse qui aggrave la crise de confiance en montrant des femmes se passant des hommes incapables de fait d’assumer leur virilité au moment même où celle-ci devient l’identité masculine tout entière, s’exprimant exclusivement par la possession brutale. Dans cette perspective où le « mal du siècle » des jeunes hommes romantiques incapables d’assumer la vigueur proclamée de leurs aînés, eux-mêmes taraudés par le doute, jette une autre lumière sur le xixe siècle masculin, les romans de Choiseul-Meuse nuancent le tableau de la société napoléonienne d’une touche certes discrète et ambiguë mais particulièrement pertinente. L’histoire des femmes est bien l’histoire tout court18.

Notes

1 Robert Darnton, Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine, Seuil, 1991.

2 Le parallèle est à faire avec le best-seller international, d’E. L. James, Cinquante nuances de Grey, comme le montre Christian Walter, « Les ombres du genre », Philosophie Magazine, janvier 2013.

3 Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs, Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Perrin, 2007.

4 Sur les incertitudes, Michèle Bokobza-Kahan, Libertinage et folie dans le roman français du 18e siècle, Louvain, Peteers, 2000, p. 318. Voir Louis Perceau, Bibliographie du roman érotique au xixe siècle, Paris, Georges Foudrinier, 1937, 2 tomes. Kathryn Norberg, « Making Sex Public : Félicité de Choiseul-Meuse and the Lewd Novel », in Elisabeth Goldsmith & Dena Goodman eds., Going Public. Women and publishing in Early Modern France, Ithaca, Cornell U. P., 1995, p. 161-175.

5 Thèse déposée en 2006 de Stéphanie Conrard, « Le libertinage tardif de 1794 à 1820 : l’exemple de la comtesse de Félicité Choiseul-Meuse », sous la dir. de Michel Delon à l’université Paris IV. Voir Véronica Granata, « “Les livres qu’elles dévorent”. Romanzi erotici e letture delle donne nella Francia di Napoleone », Storia delle donne, 2007, 3, p. 165-186.

6 Pierre Louis Pascal de Jullian, Galerie historique des contemporains, ou Nouvelle biographie, dans laquelle se trouvent réunis les hommes morts ou vivans de toutes les nations, qui se sont fait remarquer à la fin du 18e siècle et au commencement du 19e, par leurs écrits, leurs actions, leurs talens, leurs vertus ou leurs crimes, Bruxelles, Auguste Wahlen, Imprimeur-Libraire, 1818, p. 381.

7 Carla Hesse, 1991, Publishing and Cultural Politics in Revolutionary Paris, Berkeley, University of California Press et 2001, The Other Enlightment : how French Women became Modern, Princeton UP. Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des françaises et des étrangères naturalisées en France… dédié au Premier Consul par Mme Fortunée B. Briquet, Paris, imprimerie de Gillé, chez Treuttel et Würtz, an XII (1804).

8 Revue des romans, Didot, 1839, t. I, p. 131.

9 Charles Doris, Amours secrètes de Napoléon Bonaparte, Paris, G. Mathiot, 1815. Voir Clyde Plumauzile, Ordonner la sexualité dans l’espace parisien post-révolutionnaire, Université Paris 1, Master 2, s.d ; J.-C. Martin, dact., 2006, p. 73.

10 Voir par exemple Karen Harvey « Le Siècle du sexe ? Genre, corps et sexualité au dix-huitième siècle (vers 1650-vers 1850) », Clio 1/2010 (no 31), p. 207-238.

11 Peter Cryle, La crise du plaisir, 1740-1830, Lille, Septentrion, 2003, p. 113 sq.

12 Sur les femmes-soldats et ces deux exemples littéraires, J.-C. Martin, « Tradition et transgression ; les femmes soldats de la Révolution et de l’Empire », in La machine à fantasmes, Vendémiaire, 2012, p. 137-163.

13 Voir J.-C. Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Colin, 2008.

14 Sur l’exemple d’Antonelle, adepte de pratiques masochistes, P. Serna, Antonelle, Aristocrate révolutionnaire 1747-1817, éd. du Félin, 1997.

15 Dernière édition, Payot, Rivages poche, 1994.

16 Le premier est écrit entre 1821 et 1822 publié sous le nom de H. de Latouche en 1824-1825, sa dernière édition est de 1971, aux éditions J. Corti. Le second est publié en 1827 et n’obtient aucun succès.

17 M. Guillemet, op. cit., p. 220 sq. Voir Yves Citton, « Angoisses d’impuissances et dispositifs narratifs au xviiie siècle », in La Peur au xviiie siècle : discours, représentations, pratiques, éd. Jacques Berchtold et Michel Porret, Genève, Librairie Droz, 1994, p. 121-133.

18 Formule de Jacques Guilhaumou, dans G. Dermenjian et al., Le forum et le harem, Aix-en-Provence, PUP, 1997, p. 107-115.

© Presses universitaires de Provence, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search