Version classiqueVersion mobile

Le geste et les gestes au Moyen Âge

À propos d’un geste antisémite décrit par Huguccio de Pise

Bruno Roy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Anciens utilisaient pour les doigts des désignations précises, dont le français a hérité : pollex, index, médius, annularis, minimus1 Ces noms sont inspirés par leur forme (pollex, minimus), leur situation (médius) ou leur fonction (annularis, index). L’index, qui tient son nom d’un geste (indicare), s’appelait aussi salutaris, du nom du geste de la salutation ; quant au majeur, ou médius, c’est un geste moins convenable qui lui a valu ses trois autres noms : digitus impudicus, obscoenus, infamis2. Quel était ce geste ? Nous en avons une indication chez nul autre qu’Isidore de Séville : « Le troisième doigt s’appelle impudicus parce que la plupart du temps (plerumque) il exprime la poursuite d’une chose honteuse (probriinsectatio) »3. Et Isidore confirme cette explication en attribuant au mot impudicus l’étymon podex (le derrière), et non pas pudere, qu’il connaît pourtant4.

Ce geste scatologique, bien attesté chez les satiristes latins5, consiste, pour autant qu’on puisse le dés...

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search