Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le geste et les gestes au Moyen Âge

Les gestes juridiques dans les documents latins de la Catalogne au Moyen Âge

Pere J. Quetglas

Texte intégral

  • 1 Cartulario de “Sant Cugat” del Vallés. I-III. Editado por José Rius, Pbro. Barcelona 1945-1957.
  • 2 El “Llibre Blanch” de Santas Creus (Cartulario del siglo xii). Edición a cargo de Federico Udina M (...)
  • 3 Liber Feudorum Maior. Cartulario que se conserva en el Archivo de la Corona de Aragón. Reconstitut (...)

1Le cas de la Catalogne représente un cas particulier parmi les régions et nations de l’Europe par l’existence d’un grand corpus documentaire du Moyen Âge. La transmission de cette masse capitale d’information s’est produite essentiellement par deux voies : les documents originaux conservés à l’Archive de la Couronne d’Aragon à Barcelone ou dans d’autres archives épiscopaux ou municipaux et les cartulaires, c’est-à-dire, les recueils de documents originaux, copiés par les bibliothécaires des monastères afin de les préserver des pertes ou vols. Ces cartulaires sont étroitement liés à l’histoire d’un monastère ou d’une chancellerie, comme par exemple le Cartulaire du monastère de Sant Cugat,1 celui du monastère de Santés Creus,2 le Liber Feudorum Maior, ou cartulaire de la chancellerie comtale de Barcelone,3 etc.

  • 4 Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae ab anno DCCC usque ad annum MC. Conditum ab M. Bassols de (...)

2L’étude de cette documentation a fait possible la parution d’un ouvrage consacré aux formes lexiques particulières du latin usité à l’époque dans notre pays : le Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae,4 qui constitue, pour le moment, un point de repère et un succès unique dans le panorama des études sur le latin médiéval hispanique.

  • 5 La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société. I-II. (...)

3D’autre coté, les caractéristiques propres des documents, pour la plupart de type notarial et juridique : donations, contrats de vente et d’achat, sentences des litiges entre des particuliers et le comte, entre le comte et l’abbé, entre particuliers, etc., en font une source incontournable pour préciser plusieurs des caractéristiques et de moeurs de la société au sein de laquelle ils furent rédigés. Un exemple magnifique de l’exploitation de ces sources est l’ouvrage de Pierre Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle.5

4Mais, quand on veut chercher des éléments gestuels d’ordre divers dans cette documentation, on se heurte à une surprise peu agréable. Même si les documents qui nous renseignent sur les aspects juridiques et sociaux de la culture matérielle du pays sont bien nombreux, ceux qui font allusion à des aspects symboliques (c’est-à-dire, ceux qui pourraient nous renseigner sur les composants de la gestualité) sont par contre très infréquents.

  • 6 Op. cit., p. 741.
  • 7 Publié par C. Baraut, "Els documents dels anys 1036-1050, de l’Arxiu Capitular de la Seu d’Urgell" (...)

5Ainsi, d’emblée, il est surprenant que nous ne trouvons jamais attesté l’acte le plus caractéristique des rapports de la société féodale : l’acte de soumission où le seigneur, assis sur un siège d’apparat, reçoit dans ses mains celles de son fidèle qui se trouve agenouillé devant lui. Bien sûr, telle est l’image qui apparaît dans les miniatures du Liber Feudorum Maior et du Liber Feudorum Ceritaniae, comme l’explique Pierre Bonnassie,6 qui fait remarquer d’ailleurs que le baiser de paix est absent de ces représentations. Il faut dire que ceci est vrai mais en même temps il n’est pas tout à fait vrai. Nous essayerons de l’expliquer : dans un document daté du 27 avril 1038 et qui contient la confirmation par le comte d’Urgell, Ponç Borrell, des possessions de l’église de Santa Maria de la Seu d’Urgell, on lit :7

et recognosco in ueritate que ego et successores meos debemus facere homagium de ore et manuelle, racione comitato Urgello et racione monete.

6Il semble que sous l’expression de ore et manuelle il y aurait une allusion à cette cérémonie féodale si caractéristique et aussi si topique. Mais ce document, conservé à l’Archive Capitulaire d’Urgell dans une copie du xive siècle, est manifestement un faux comme le prouve le fait qu’il mentionne un comte d’Urgell qui n’a jamais existé. Pourtant, malgré qu’il soit une falsification certaine, il faut signaler que son auteur, même éloigné dans le temps, connaissait le déroulement d’une cérémonie de vasselage et probablement en avait vécu quelques-unes. Nous nous trouvons, par conséquent, face à la mention indirecte de l’existence de ce genre de cérémonies, même si elles sont tellement connues que toute référence additionnelle est, en fait, de trop.

  • 8 En ce sens-là, par exemple, se manifestait une constitution de Louis II de 866 : quicumque caballu (...)

7Plus d’intérêt ont, à notre avis, d’autres gestes moins génériques et plus concrets et spécifiques que nous rencontrons dans notre documentation. Le premier que nous voulons traiter correspond à la punition connue comme aliscara, parfois nommée aussi harmiscara. Du point de vue historique, il s’agissait d’une punition disciplinaire de l’armée qui consistait à porter une selle au dos pendant un certain temps.8 Dans ce sens, il faut dire qu’elle était très peu symbolique et qu’elle avait une fonction exemplaire. Par contre, l’aliscara que nous allons tout de suite commenter, est d’un type bien divers. Elle est décrite et expliquée dans un document connu comme "la sentence du juge Isarn" ; il s’agit d’un parchemin oblongue de 29 par 12 centimètres, copie d’un original qui peut être daté entre 1040 et 1060, et qui se présente attaché à une autre copie un peu plus tardive. Le parchemin se conserve à la Bibliothèque de Catalogne, Arx. perg. 3599. Il contient une sentence judiciale sur des faits qui, à leur tour, avaient été motivés par une sentence judiciale antérieure : dans un litige pour la possession d’une rigole entre un homme nommé Onofret et un autre nommé Bernat Guillem, le juges avaient accordé le droit de possession à Onofret. Mais Bernât Guillem et autres hommes, n’acceptant pas le verdict, avaient pris par force la rigole et avaient attaqué Trasgonza, la femme d’Onofret. La sentence du juge Isarn indique l’amende que Bernat Guillem et ses hommes doivent payer pour l’appropiation indue et, par la suite, la réparation de la violence faite à Trasgonza, qui maintenant attire notre intérêt. Le document dit :

Et per ipsum asaltum quod fecit Bernardus Guillelmus ad Trasgonza in ipso rego, iudicauit Isarnus iudex quod debuit Bernardus abere hunam feminam qui fuisct de tam bonam legionem quomodo est Trasgonza qui fuit asallita et debuit uenire in sua presencia ad aliscara in sua mansione ad Trasgonza et suos pedes debuit uenire discalcia et in sua cinta hunam chonollam debuit aportare.

  • 9 Diccionari etimològic i complementari de la llengua catalana. Vol. I, Barcelona 1980, s.u. aliscar (...)
  • 10 Joan Bastardas, Usatges de Barcelona. El codi a mitjan segle xii. Barcelona 1984.

8La caractéristique la plus remarquable du document est qu’il nous indique assez clairement en quoi consistait à l’époque la punition de l’aliscara. Il semble que l’interprétation du document ne doit pas suivre celle proposée par le grand lexicologue et lexicographe Joan Coromines, qui à propos de cette punition dit :9 "on obligeait un chevalier qui avait attaqué une dame à marcher comme une femme misérable (nu-pieds) avec une quenouille à la ceinture ; il devait venir à ses pieds, nu-pieds, et pour une plus grande honte, en présence d’une autre femme de la même catégorie sociale que celle qui avait été attaquée". En tenant compte du fonctionnement de la société féodale, il est très difficile d’imaginer qu’un chevalier puisse subir une punition qui l’obligerait à s’humilier devant deux femmes de catégorie inférieure, comme démontre, d’autre part, la compilation codifiée des lois, moeurs et constitutions de la curie comtale de Barcelone, connue sous le nom d’Usatges de Barcelona.10

5 (us. 6) : Si solummmodo captus et custoditus, et nullam calumpniam uel contumeliam passus nec longo tempore retentus, emendetur per aliscaram et per hominaticum aut per talionem, si uidetur sibi esse similis. Et si maior est qui ceperit quam ille qui captus fuerit, liberet ei militem de suo ualore qui faciat ei aliscaram et hominaticum aut recipiat talionem.

9D’ailleurs, le document est très clair à cet égard : le transgresseur doit chercher une femme de catégorie semblable à celle qui a été attaquée et c’est cette femme qui doit se présenter, pieds nus et avec une quenouille à la ceinture, devant la femme offensée. La différence entre les deux interprétations est notable puisque dans celle de Coromines la punition comporterait un composant de souffrance physique de la part du chevalier, tandis que dans notre interprétation, qui découle de la lecture du document et qui est celle du Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae, il s’agit plutôt d’un geste symbolique qui n’affecte pas la personne condamnée, qui se voit représentée par une autre. Le document, par conséquent, nous fournit un exemple magnifique de punition consistant en un geste symbolique de réparation d’une offense, c’est-à-dire un geste de type juridique.

  • 11 Archive de la Couronne d’Aragon, Ramon Berenguer I, n° 329.

10Un caractère tout à fait différent présente un document11 conservé à l’Archive de la Couronne d’Aragon et daté de 1065. Par ses caractéristiques particulières, il vaut la peine de le reproduire en entier :

In nomine domini : ego Ermessindis femina pacificatrix et euacuatrix ac definitrix siue donatrix sum tibi Bernardo Remundi : per hanc scripturam atque per tradicionem istius condite scriprure, pacifico et euacuo et definio atque dono tibi omnem meum directum et omnes meas uoces quas habeo uel qualicumque modo habere debeo in his omnibus que fuerunt fratris tui Guilielmi Remundi sponsi mei in terris uidelicet atque uineis, domibus et cortibus, solis et suprapositis, ortis et eorum omnium diuersis accidentibus que dici uel nominari quocumque uocabulo possunt ad supra dicta omnia utcunque pertinentibus. Sunt autem hec omnia intra muros Barchinone urbis atque in illius territorio siue sub urbano. Aduenerunt quoque mihi per donationem quam mihi exinde fecit predictus frater tuus Guilielmus sponsus meus ante arrarum traditionem et factam secundum legis definitiones sponsionem priusquam unius copule societatem adissemus. Anno quoque quarto regni régis Philippi .iii. kalendas iunii. Fecit mihi prefatus frater tuus sponsus meus predictorum omnium donationem per traditionem digiti mei qui uocatur index, coram domna Almode comitissa et Adalberto Guitardi atque Guilielmo iudice in domibus tuis que sunt secus ecclesiam Michaelis Archangeli cui rei et iam ipse interfuisti. Habent autem terminum predicta omnia ab oriente in flumine Bisocii, a meridie in littoribus maris, ab occiduo in alueo Lubricati, a septmtrione in iugis montium. Quantum igitur habeo uel qualicunque modo habere debeo intra predictos quatuor terminos per donationem atque uocem prescripti fratris tui Guilielmi sponsi mei, tibi ad integrum dono atque de me iure in tuum dominium et potestatem per traditionem istius condite scripture trado coram his omnibus subterius scriptis testibus secundum quod iam dudum dedi tibi hoc omne supra scriptum per tradicionem et consignationem digiti tui indicis in prefatis domibus tuis in ipso solario, coram domna Almode comitissa et Adalberto Guitardi et Reamballo Guilielmi et Deus dedit leuita .x. kalendas augusti anno .v. regni régis Philippi, cum ingressibus pariter et egressibus eius omnibus ut facias exinde quodcunque tibi placuerit ad tuum plenissimum proprium. Si uero ego huius rei auctrix aut utriusque sexus homo euacuationem hanc et definitionem atque donationem infringere aut rescindere uel in aliquo dimouere temptauero aut temptauerit, nil prosit sed componam aut componat tibi hoc omne in duplum cum omni sua illius melioratione et postmodum hoc maneat firmum omne per eum. Quod est actum .ii. kalendas augusti anno .v. regni régis Philippi prescripti. -Signum Ermessindis femine que hanc euacuationem et definitionem atque donationem siue pacificationem fecit et punctis firmauit atque testes eam firmarc rogauit = Signum Berengarii leuite = Signum Riculphi leuite = Signum Mir = Signum Gaucefredus Remundi = Signum Viuanus leuita qui hoc scripsit die et anno quo supra.

11Résumons brièvement son contenu : une femme appelée Ermessendis donne par ce document une série de possessions qu’elle avait dans le terme de Barcelone à son beau-frère Bernat Ramon. Toutes ces possessions lui avaient été transmises par son fiancé Guillem, frère de Bernart Ramon (il faut comprendre que la transmission avait été faite avant le mariage). À continuation on fixe les limites des possessions et on ajoute les amendes à payer par les transgresseurs des dispositions d’Ermessendis.

12Le plus remarquable de ce document, et qui constitue sa caractéristique principale, est qu’il n’est que la manifestation écrite d’une transmission de biens faite antérieurement par la livraison - il faut comprendre qu’il s’agit d’une livraison symbolique- du doigt index de celui qui reçoit les biens (Quantum igitur habeo uel qualicunque modo habere debeo intra predictos quatuor terminos per donationem atque uocem prescripti fratris tui Guilielmi sponsi mei, tibi ad integrum dono atque de me iure in tuum dominium et potestatem per traditionem istius condite scripture trado coram his omnibus subterius scriptis testibus secundum quod iam dudum dedi tibi hoc omne supra scriptum per tradicionem et consignationem digiti tui indicis). L’existence de ce fait, surprenant et insolite, la livraison d’un doigt, nous est assurée par sa répétition : comme l’indique le même document, le fiancé d’Ermessendis lui avait déjà transmis ces possessions par la livraison du doigt index qu’elle lui avait fait (Fecit mihi prefatus frater tuus sponsus meus predictorum omnium donationem per traditionem digiti mei qui uocatur index).

13Nous sommes ici dans une sphère tout à fait différente de celui du cas antérieur (celui de l’aliscara) et qui nous mène au domaine de la gestualité symbolique qui accompagne les actes de donation. Il est clair que dans les deux circonstances la traditio ou consignado digiti est faite par la personne qui reçoit les biens. Nous savons très peu du sens de ce geste ; il serait possible que, dans l’occurrence des donations entre des époux, le symbole signifie l’acceptation de la dot, et, dans cette situation de la dévolution de la femme à son beau-frère, la cancellation du compromis. Evidemment, toute interprétation dans le sens stricte et non métaphorique de cette donation du doigt est inacceptable, puisque certainement il est inconcevable que les protagonistes des actes de donation puissent finir par ne plus avoir de doigts. Mais le tout est un peu énigmatique.

  • 12 Publié par C. Baraut, “Els documents dels anys 981-1010 de l’Arxiu Capitular de la Seu d’Urgell”, (...)

14Pourtant, les problèmes posés par un document trouvent souvent une explication raisonnable par un autre document qui met fin aux spéculations, toujours si tentantes. Heureusement celui-ci est un de ces cas et, au cours des travaux d’élaboration du Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae on a relevé la fiche d’un document qui permet d’éclaircir ce fait. Il s’agit d’un document de l’an 1002, de l’Archive Capitulaire de Vic12 et par conséquent, quelque cinquante ans plus ancien que l’autre. La succession chronologique est bien significative. Le document fait référence à un litige sur le château de Queralt que l’évêque Sal-la d’Urgell avait interposé contre un homme appelé Sendret qui s’était emparé du château. Le document, dans la partie qui nous intéresse, dit :

In quorum presentia proferens prelibatus Sanla sua testimonia, id est Guillelmo de Ripellas prolis Eldemari, Odo filium Hosten de Ciuitatilia, Arnallo sobolis Bonohomi Cerdaniensis qui uno ore professi sunt uidisse per tradicionem anuli tradere uel donare prenotatum kastrum in postestate supra meminiti episcopi Sallani ad proprio iure supradicte Sedis Orgellitane. Et tune pretaxati iudices ordinauerunt illos iuxta ritum fideiussoris ut quod ore profitebantur sacramenta preberent, quemadmodum docent leges gothorum quod testes sine sacramento credi non possunt. Qui dederunt fideiussorem, id est Cherucium Cerdaninensem, ut in crastinum diem uidelicet sabbati agerent per condicionem sacramenti quod profitebantur, sicuti et fecerunt. Nos prenotati testes unum damus testimonium, iuramus in primis per Deum patrem omnipotentem et per Ihesum Xpistum filium Sanctumque eius Spiritum, qui est in Trinitate unus et uerus Deus, et per hunc Iocum ueneracionis sancte Marie Virginis cuius baselica sita est iusta domum sancti Petri sedis Vico, supra cuius sacrosancto altario has condiciones manibus nostris continemus uel iurando contangimus, quia nos suprascribti testes bene scimus et in ueritate sapemus et de présente eramus et occulis nostris uidimus quando predictus Guadallus filius quondam Trasoarii tradidit ac donauit predicto kastro Cheralto, cum fines et termines suos et cum omnia que ad iuss pertinet de predicto kastro, in potestate et dictione supradicti episcopi Sallani, cum uno anulo aureo reuestiuit eum ad iure proprio de predicte ecclesie sancte Marie Sedis Orgellitane, nos uidentes absque aliqua obiectione.

15Dans ce document nous avons une déclaration, d’abord libre, après sous serment, des témoins qui déclarent avoir vu comment l’évêque Sal la recevait de Guadal le château de Queralt en bénéfice de l’église de La Seu d’Urgell et que la livraison du dit château avait été faite par l’imposition à l’évêque d’un anneau d’or de la part de Guadal, qui lui transmettait ainsi la possession. En vue de ce document, il semble clair qu’on peut le mettre en rapport avec l’antérieur et penser que les deux documents ne représentent que des perspectives diverses du même acte. L’imposition de l’anneau que la personne qui donne fait à celle qui reçoit doit être interprétée comme une forme symbolique et gestuelle de confirmation de la donation. Cette imposition possédait une force juridique suffisante pour se passer, dans un premier moment, d’un document écrit qui viendrait la confirmer. Bien naturellement, l’imposition de l’anneau serait accompagnée nécessairement de la donation de la part de celui qui recevait du doigt où on devait imposer l’anneau. C’est ainsi qu’on peut penser que nous avons dans le premier document la perspective gestuelle de la personne qui reçoit et dans le second la perspective gestuelle de la personne qui fait la donation. D’autre part, nous ne sommes pas à même de préciser si la perspective offerte par le document de 1040-1060 représente, par la livraison du doigt, une stylisation ou une simplification d’un acte plus complexe, qui trouverait sa représentation dans le document de 1002.

Notes

1 Cartulario de “Sant Cugat” del Vallés. I-III. Editado por José Rius, Pbro. Barcelona 1945-1957.

2 El “Llibre Blanch” de Santas Creus (Cartulario del siglo xii). Edición a cargo de Federico Udina Martorell. Barcelona 1947.

3 Liber Feudorum Maior. Cartulario que se conserva en el Archivo de la Corona de Aragón. Reconstitutión y edición por Francisco Miquel Rosell, Pbro. I-II. Barcelona 1945.

4 Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae ab anno DCCC usque ad annum MC. Conditum ab M. Bassols de Climent. Conficiendum curauit Iohannes Bastardas. Vol. I (A-D), Barcinone 1960-1985.

5 La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société. I-II. Toulouse 1975-1976.

6 Op. cit., p. 741.

7 Publié par C. Baraut, "Els documents dels anys 1036-1050, de l’Arxiu Capitular de la Seu d’Urgell", Urgellia 5, 1982, doc. 508, p. 50).

8 En ce sens-là, par exemple, se manifestait une constitution de Louis II de 866 : quicumque caballum, bouem, friskingas, uestes, arma uel alia mobilia tollere ausus fuerit, triplici lege componat ; et liberum armiscara id est sella ad suum dorsum, ante nos a suis senioribus dirigatur, et usque ad nostram indulgentiam sustineat. (Monumenta Germaniae Historica, Legum tomus I, p. 505, const. 10).

9 Diccionari etimològic i complementari de la llengua catalana. Vol. I, Barcelona 1980, s.u. aliscara.

10 Joan Bastardas, Usatges de Barcelona. El codi a mitjan segle xii. Barcelona 1984.

11 Archive de la Couronne d’Aragon, Ramon Berenguer I, n° 329.

12 Publié par C. Baraut, “Els documents dels anys 981-1010 de l’Arxiu Capitular de la Seu d’Urgell”, Urgellia 3, 1980, doc. 278, p. 109.

Auteur

Université de Barcelone

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter